La mare aux mots
Parcourir le tag

Delphine Vaute

Les invités du mercredi : Marion Billet, Fanny Robin et Delphine Vaute (+ concours)

Par 10 avril 2013 Les invités du mercredi

Qui ne connait pas Marion Billet ? Qui a des enfants et n’a aucun livre dont elle a signé les illustrations ? La talentueuse et productive auteur et illustratrice a accepté de répondre à nos questions. A la suite de cette interview, grâce à Gallimard Jeunesse, vous pourrez tenter de gagner son dernier album (pour l’instant !) Au pays des tout-petits. Ensuite nous reviendrons sur le livre le plus marquant sorti ces derniers temps, Margot. Fanny Robin, Delphine Vaute et Olivier Belhomme sont les invités de Parlez moi de lui. Bon mercredi à vous.


L’interview du mercredi : Marion Billet

Marion BilletQuel a été votre parcours ?
Je suis diplômée de l’Ecole Emile Cohl que j’ai suivie pendant 4 années à Lyon. Dès ma Boucle d'ordernière année et parallèlement à  mes études j’ai eu la chance de pouvoir commencer à travailler pour la presse et l’édition jeunesse. Dès la fin de mes études je me suis installée à Paris et tout s’est enchaîné très rapidement !

Quelle technique utilisez-vous ?
Je travaille uniquement sur Photoshop avec une palette graphique. Je dessine mes Chamalo est jalouxcrayonnés directement à la palette et je fais ensuite la mise en couleur.

Quelles sont vos sources d’inspirations ?
Essentiellement les voyages. C’est une passion. J’ai la chance de beaucoup voyager et chaque pays m’inspire, les couleurs des paysages en Tanzanie, les objets kawaii au Japon, les tissus, les plats aussi !

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Toute la bibliothèque du Père Castor  ! Roule galette, Poule Rousse, Michka... j’aimais particulièrement l’ Histoire de la lettre que le chat et le Paul et Félicie se préparent pour l'école chien écrivirent à leurs amies les petites filles avec les superbes illustrations de Josef Capek.

Quels sont vos projets ?
Beaucoup de choses ! Je continue la collection des Petits Imagiers Sonores chez Gallimard ainsi que les Chamalo chez Flammarion.
Je travaille aussi sur de chouettes projets en Angleterre et en Allemagne, j’ai hâte de pouvoir vous les présenter.

Le site de Marion Billet : http://marionbillet.free.fr

Bibliographie sélective :

  • Au pays des tout-petits, texte et illustrations, Gallimard jeunesse (2013)
  • Collection Les mini imagiers magnets (Les fruits et Les animaux de la ferme), textes et illustrations, Larousse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • A la campagne, texte et illustrations, collection Mes petits imagiers sonoresGallimard jeunesse (2013)
  • Collection Chamalo, illustration de textes de Charlotte Moundlic, Père Castor (2007-2013), nous avons chroniqué Chamalo et sa baby-sitter et Chamalo est jaloux ici.
  • Collection Qui suis-je ?, textes et illustrations, Lito (2013)
  • C’est nous !, illustration d’un texte de Fani Marceau, Gründ (2012)
  • Collection Mes bébés docs, textes et illustrations, Milan (2011-2012)
  • Tut Tuuut, texte et illustrations, Gallimard jeunesse (2012)
  • Les intruments vol2, texte et illustrations, Gallimard jeunesse (2012)
  • Boucle d’or et les trois ours, texte (d’après le conte traditionnel) et illustrations, Seuil Jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • La journée des petits, texte et illustrations, Larousse (2011)
  • Collection Paul et Félicie, illustration de textes de Virginie HannaLito (2010), nous avons chroniqué Paul et Félicie se préparent pour l’école ici.

Au pays des tout-petitsComme je vous le disais avant cette interview, grâce à Gallimard jeunesse j’ai la joie d’offrir à l’un de vous un exemplaire de Au pays des tout-petits. Pour le gagner, laissez-moi en commentaire une phrase commençant par « Au pays des tout-petits » (par exemple « Au pays des tout-petits, comme dans tous les pays, y’a des méchants et des gentils » mais ça c’est déjà pris !). Essayez d’être drôle et originaux, comme vous savez souvent l’être ! Je tirerai au sort parmi vos réponses. Vous avez jusqu’à lundi 20h.


Parlez moi de… Margot

Une fois par mois on revient sur un livre qu’on a aimé avec son auteur, éventuellement son illustrateur et son éditeur. L’occasion d’en savoir un peu plus sur un livre qui nous a plu. Cette semaine c’est Margot, le livre de Fanny Robin et Delphine Vaute qui m’a beaucoup marqué, que j’ai chroniqué ici et qui était un de nos coups de coeurs du mois dernier.

MargotFanny Robin (auteur)
Ce projet est né suite à deux faits divers qui ont eu lieu en 2010/2011 avec le suicide de deux enfants de huit ans et dix ans et cela m’a beaucoup perturbé : comment peut-on se dire si jeune que l’on veut arrêter de vivre ? Et puis il y a eu aussi une expérience professionnelle, la dernière colonie de vacances comme animatrice en 2008 a été assez remuante : un enfant de 8/9 ans a commencé à me raconter son histoire et cela nous a conduit, mon directeur et moi, à faire un signalement auprès de « Enfance maltraitée » : cela a été une expérience assez traumatisante.
Avec Delphine, nous nous sommes rencontrées en 2009 pour le projet Le nouveau nez et très rapidement nous sommes devenues amies. Je connais son univers, sa démarche artistique, ce qu’elle aime et ce qu’elle n’aime pas, … A l’origine, le texte était accepté par un éditeur (dont je tairai le nom) et je souhaitai que ce soit Delphine qui l’illustre. Delphine a fait des essais, et puis le projet a capoté. Comme l’une et l’autre étions très investies par « Margot » qui avait pris une place très importante dans nos univers, nous avons décidé de le proposer dans une autre maison d’édition. Olivier Belhomme et son équipe ont cru en Margot.
Ca a été un texte difficile à publier vu le thème, mais les retours étaient très intéressants : la « prise de risque » de publier un tel projet est réelle. Par mes mots et par les illustrations de Delphine nous avons essayé de laisser la porte grande ouverte, chacun y voit ce qu’il a envie de voir, …
Margot est l’aboutissement d’un projet personnel, un texte qui me tenait vraiment à cœur, mais également d’une relation auteur-illustrateur au top ! Je ne sais pas si j’aurai pu partager ce projet avec quelqu’un d’autre que Delphine, elle comme moi travaillons avec nos tripes et quand on est ensemble on les pose sur la table, sans se juger.
Le blog de Fanny Robin : http://www.fannyrobin.com

Delphine VauteDelphine Vaute (illustratrice)
Nous sommes amies avec Fanny depuis plusieurs années et j’ai la chance de pouvoir lire ses textes à leur genèse. Elle m’a appelé un jour et m’a parlé de Margot. Après avoir lu le texte j’ai tout de suite fait quelques images. J’accepte les projets quand, à la première lecture, je vois tout de suite des illustrations et une ambiance.
Margot, je la voyais rêveuse. Dotée d’une énergie et d’une soif de vivre qui lui permettent de s’évader de la réalité dans un univers imaginaire qui tourne, ici, autour du monde marin. Elle ‘partira’ définitivement dans ce monde loin de ses peurs.
Je n’ai montré que quelques images à Fanny pendant la réalisation de l’album. Elle me fait entièrement confiance.
Cet album est surtout le fruit d’une très belle amitié.
Je travaille actuellement sur un autre texte de Fanny… à suivre!
Son blog : http://delphinevaute.hautetfort.com et son book : http://delphinegribouille.ultra-book.com

Atelier du poisson solubleOlivier Belhomme (éditeur) : Éditeur d’album abordant des sujets dits « difficiles », nous recevons régulièrement des propositions. La plupart des textes sont maladroits, mièvres, démonstratifs, sentant le vécu pas digéré ou tout à la fois. Peu sont de la littérature c’est-à-dire savent s’inspirer de la réalité pour livrer une fiction, partir de l’individualité la plus intime pour la rendre universelle. C’est tout un art, à vrai dire.
Le texte de Fanny Robin nous a particulièrement touché parce qu’elle a su raconter l’inracontable avec beaucoup de délicatesse et un savant usage de l’ellipse. Ainsi, le lecteur qui devine le drame mais veut se protéger, peut ne pas l’entendre. Les illustrations de Delphine Vaute, résolument oniriques confortent ce dessein.
Les premières réactions de la part des libraires sont encourageantes. Les premiers lecteurs, rencontrés sur les derniers salon du livre, avouent leur émotion et leur admiration. À la foire de Bologne, deux éditrices mexicaines ont même écrasé quelques larmes lorsque j’ai eu fini de leur présenter cet album.
Le site des éditions du poisson Soluble : http://www.poissonsoluble.com

You Might Also Like

Tous les adultes ne sont pas gentils…

Par 21 mars 2013 Livres Jeunesse

Sujet délicat que celui-ci… Apprendre aux enfants à faire attention à certains comportements. On parlera aussi, forcément, du corps.

Feu FolletIl y a un loup qui se fait passer pour un lapin à la sortie de l’école ! Il est malin ce loup, il a un masque de lapin et a toujours le bon mot pour attirer les enfants. A l’un il parle de jeux vidéo, à l’autre il donne des bonbons. Les parents de Louis l’ont prévenu, il faut faire attention… Ils lui ont donné un code, si un adulte vient le chercher et ne parle pas de Feu Follet, son hamster, c’est qu’il ne vient pas de leur part…
J’ai beaucoup aimé Feu Follet car il aborde les choses vraiment et on ne tombe pas dans quelque chose de dur, de traumatisant. Feu folletLes enfants reçoivent le message avec cette histoire d’animaux. La métaphore du loup qui se déguise pour mieux attirer les petits lapins est bien trouvée et franchement bien menée. C’est certainement le livre le plus intelligent et le mieux fait que j’ai vu sur le sujet, un coup de chapeau !

Mô-namourLa voiture d’Isée percute un arbre et voilà ses parents catapultés dans les cieux ! En attendant qu’ils retombent Isée est seule et erre à la recherche d’un endroit où aller. Elle rencontre Torlémo Damourédemorht qui adopte très vite la petite fille. Mais Torlémo adore placer Isée dans des balles en tout genre pour taper dedans. Et voilà notre enfant couverte de bleus… Pourtant il dit qu’il l’aime…
Mô-namour est signé Claude Ponti, et comme toujours chez cet auteur on est dans l’image poétique, les choses ne sont pas clairement dites, on les comprend comme on a envie de les comprendre (certains s’étaient d’ailleurs offusqués par rapport à la disparition des parents au début de l’album, en pensant qu’il s’agissait de leur mort, ce qui est une énorme erreur). Ici on évoque donc des sujets délicats de manière décalée, poétique. Claude Ponti on adhère… ou pas !

MargotMargot, c’est son amie. Elle a de grands yeux bleus comme l’océan. Ensemble elles perdent pied… Chez Margot il n’y a pas que les yeux qui sont bleus, il y en a sur sa peau aussi, de plus en plus gros.
Un livre coup de poing, un livre qu’on referme la larme au coin de l’œil et un sentiment de malaise… et pourtant qu’il est beau cet album, qu’il est prenant, déchirant bouleversant. Des phrases simples et pleines de sens, des illustrations à tomber par terre (sauf si on est hermétique au travail de Delphine Vaute, il y en a). Comme le Claude Ponti (mais absolument pas dans le même genre) ici chacun y comprendra des choses, chacun verra ce qu’il a envie de voir. Qu’ils sont beaux ces albums qui laissent une part à notre propre imaginaire, qui nous laissent inventer notre histoire. Un album absolument magnifique, poétique, plein de subtilité et de délicatesse… une vraie claque.

Zizi, Zézette : mode d’emploiUn zizi et une zézette c’est pas évident à utiliser ! Heureusement maintenant il y a un manuel ! On va apprendre comment faire leur entretien, a quoi ça ressemble et surtout à ne pas le montrer à la demande !
Avec énormément d’humour (Michaël Escoffier…), Zizi, Zézette : mode d’emploi explique donc plein de petites choses aux enfants sur le truc qu’ils ont entre les jambes ! Alors on parle des choses telles qu’elles sont (le zizi ou la zézette qui pique, le zizi qui devient tout dur) mais c’est jamais vulgaire, jamais grivois, toujours fait avec beaucoup d’humour. Apprendre à connaître son corps c’est important pour savoir reconnaître les comportements inappropriés. Les illustrations de Séverine Duchesne accentuent l’humour du décidément génial Michaël Escoffier.

Parle-moi d’amour 6/8 ansOn termine cette sélection avec un autre livre sur le corps, destiné aux 6/8 ans. Parle-moi d’amour explique également aux enfants comment est fait le corps humain, ce qu’est être amoureux, comment les adultes font l’amour,… (entre autre car on parle aussi de la place dans la famille, d’être indépendant, de l’amitié, de la différence,…). Autant j’ai trouvé ce livre bien fait et bien amené, autant je l’ai trouvé très hétérocentré ! On montre plusieurs sortes de familles (multiculturelle, recomposée, nombreuse,…) mais visiblement la famille homoparentale n’existe pas, les garçons sont forcément amoureux des filles et vice-versa. Par contre on évite les clichés sexistes et on fait se questionner les enfants à propos des a priori sur les garçons et les filles. Un bon livre pour que les 6/8 ans comprennent un peu mieux le corps, l’amour… et le reste !

Quelques pas de plus…
Plus d’albums sur le sujet sur le forum (et vous pouvez y ajouter ceux que vous connaissez !).
Nous avons déjà chroniqué un livre de Claude Ponti (Blaise et le château d’Anne Hiversaire), un livre de Delphine Vaute (La grande collection) et de nombreux livres de Michaël Escoffier (Le grand lapin blanc, Vacances à la ferme, La plume, Bonjour Facteur, Bonjour Docteur et Sans le A). Nous avons d’ailleurs réalisé une interview de Michaël Escoffier.

Feu follet
de Alain Singeot, illustré par Ronan Javré
Balivernes dans la collection Calembredaines
12€, 225×200 mm, 21 pages, imprimé en Belgique, 2008.
Mô-Namour
de Claude Ponti
École des loisirs
18,80€, 315×200 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2011
Margot
de Fanny Robin, illustré par Delphine Vaute
L’atelier du poisson soluble
17€, 186×260 mm, 32 pages, imprimé en Espagne sur papier recyclé, 2013.
Zizi, Zézette, mode d’emploi
de Michaël Escoffier, illustré par Séverine Duchesne
Frimousse dans la collection Maxi Boom
15€, 236×307 mm, 26 pages, imprimé en Malaisie, 2012.
Parle-moi d’amour 6/8 ans
de Nadine Mouchet et Valérie Combes, illustré par Violaine Leroy
Éditions Amaterra
11,90€, 178×238 mm, 30 pages, imprimé en Chine, 2011.

A part ça ?

Un très bon article pour rappeler qu’un bisou ne s’exige pas.

Gabriel

You Might Also Like

Un peu de finesse et de poésie

Par 29 décembre 2012 Livres Jeunesse

La Grande collectionViolette récupère ce que les autres jettent, Violette collectionne tout et rien (surtout tout), elle garde, elle conserve, elle classe. Les épluchures de crayon ou les phrases entendues par hasard, les cauchemars et les souvenirs de moments ratés. Violette a aussi dans sa collection une photo de pied, une demi-fourmi et des tonnes de chaussettes trouées.

La grande collectionVéritable ode aux petites choses, celles qui nous entourent et auxquelles on ne fait pas attention, La grande collection est un superbe album d’une infinie poésie… mais un album totalement inclassable ! Sorte d’inventaire à la Prévert ou à la Macha Makeïeff mais revu par la géniale Séverine Vidal, on trouve ici toute sa finesse, son art de faire du beau avec le quotidien, avec les choses banales (voire même les choses qui semblent inutiles). Les illustrations de Delphine Vaute sont délicates et vont parfaitement avec le texte. C’est un album qui touchera autant (plus ?) les parents que les enfants, un album sur l’imagination, sur l’art, sur le fait de grandir, sur ce qui fait que nous sommes nous.

Baisers ratés de ParisAh Paris… la ville la plus romantique du monde, à ce qu’on dit… le Marais, le jardin des Tuileries, Montmartre ou même les musées… tant d’endroit pour s’embrasser… mais le baiser arrivera-t-il ?

Bons Baisers ratés de Paris est une petite merveille, un album plein d’humour. Notre Baisers ratés de Parishéros (un brin loser) parcourt Paris avec celle qu’il aime dans l’attente d’un baiser… tous les lieux connus vont être tentés… le baiser arrivera-t-il ? Le principe est super original et nous fait découvrir Paris et ses monuments. C’est rempli d’humour et graphiquement c’est très beau. L’objet lui-même est très esthétique également, couverture épaisse avec des tranches à vif, une découpe en forme de cœur et des coins arrondis, beau papier. Ici aussi je pense que l’album plaira beaucoup aux adultes. Un livre pour les amoureux de Paris… et les amoureux tout court !

Quelques pas de plus…
Retrouvez Séverine Vidal en interview sur le blog et nos chroniques de ses autres livres : Mon papa est zarzouilleur, Clovis & le pain d’épices, Rien qu’une fois, Philo mène la danse, Plus jamais petite, Comment j’ai connu papa, Arsène veut grandir, Lâcher sa main, Rouge Bitume, Comme une plume, J’attends Mamy, Roulette Russe tome 1 Noël en juillet, Je n’irai pas, Léontine, princesse en salopette, Mamythologie, On n’a rien vu venir, Du fil à retordre, Prune, tome 1 : La grosse rumeurPrune, tome 2 : Le fils de la nouvelle fiancée de papa, Prune, tome 3 : Prune et la colo d’enfer, 5h22, Les petites marées et La meilleure nuit de tous les temps. Retrouvez aussi ses réponses à Dis, c’est quoi ton métier…
Nous avons déjà chroniqué un livre illustré par Anne Rouquette : T’as la tchatche.

La grande collection
de Séverine Vidal, illustré par Delphine Vaute
Philomèle
13,90€, 190×258 mm, 40 pages, imprimé en France, 2012.
Bons Baisers ratés de Paris
de Davide Cali, illustré par Anna Rouquette
Gulf Stream
19,50€, 215×315 mm, 40 pages, lieu d’impression non indiqué, 2012

A part ça ?

L’homme, ce charmant animal…

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange