La mare aux mots
Parcourir le tag

Des ronds dans l’O

Raconter nos aîné·e·s…

Par 24 mai 2019 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, deux titres qui posent un regard tendre sur nos aînés qui ont assurément encore autant à apprendre qu’à nous apprendre…

Musique verte
de Christophe Léon
Thierry Magnier dans la collection Petite poche
3,90€ , 100×150 mm, 48 pages, imprimé en République tchèque, 2019.
L’Amour n’a pas d’âge
de Thibaut Lambert
Des ronds dans l’O
18€, 195×265 mm, 92 pages, imprimé en Belgique, 2019.

You Might Also Like

Les invité·e·s du mercredi : Marie Moinard et Éric Senabre

Par 11 octobre 2017 Les invités du mercredi

Cette semaine, on reçoit l’éditrice (et autrice) Marie Moinard qui nous parle de sa maison d’édition : Des ronds dans l’O (maison dont on chronique régulièrement les livres). Ensuite, on part en vacances avec l’auteur Éric Senabre ! Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Marie Moinard

Parlez-nous de la naissance de votre maison d’édition, Des ronds dans l’O. D’où est venue cette envie de monter votre propre maison ?
J’ai toujours aimé vivre entourée de livres. Je ne passe pas de jour sans livre à proximité, ça fait partie de ma vie. Du coup, éditer a été un aboutissement personnel. Mais c’est aussi un moyen d’être libre de s’exprimer et de pouvoir échanger avec un grand nombre de personnes. C’est riche, passionnant, varié et on apprend tout le temps en faisant des livres.

D’où est venu ce nom, « Des ronds dans l’O » ?
« Des ronds dans l’O » vient du souvenir des ricochets que nous faisions dans les rivières avec mon père quand j’étais enfant, même un peu plus grande. Ce sont de très beaux souvenirs pleins d’humour, d’amour et de poésie, des choses qui comptent. Et puis le O représente les bulles de BD, majeure partie des publications de Des ronds dans l’O.

Aujourd’hui, on sent que c’est toujours une maison d’édition engagée, quelle est la ligne éditoriale ? Comment choisissez-vous les livres que vous allez publier ?
Disons que c’est une maison qui se positionne contre le sexisme, le racisme, l’antisémitisme, le fascisme et la violence. Je suis féministe et je ne comprends pas qu’on puisse rabaisser les filles sans trouver ça choquant, d’ailleurs, je pense que tous les parents de fillettes le sont tout autant que moi. L’intérêt d’être à la tête d’une maison d’édition et d’être une femme, c’est d’avoir le pouvoir de valoriser les femmes et de les installer aux mêmes fonctions que les hommes : pas de différence dans les rôles, ni dans les modèles, ni chez les auteurs·trices.

Qui compose l’équipe et quelles sont leurs fonctions ?
Je suis à la tête de la boîte et je fais un peu de tout ! Des décisions éditoriales aux choix de typo pour une couverture ou du montage de stand à la représentation des livres chez le diffuseur. C’est très varié, un peu chronophage et surtout passionnant. François Boudet a créé le site internet et s’occupe de le mettre à jour quotidiennement, il m’accompagne en salon, il fait les expéditions, les services de presse et participe aux prises de décision des choix éditoriaux. Nous sommes salariés tous les deux ; Nicolas Mallet vient renforcer l’équipe en freelance en tant qu’attaché de presse depuis ce mois d’août. Je travaille avec un expert-comptable pour la compta et le bilan et en freelance, on fait appel à une maquettiste, un fabricant, des correcteurs·trices, les relectures, les traductions, etc.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours personnel ?
J’ai suivi un parcours classique, fac de droit et j’ai d’abord travaillé dans le journalisme avant de passer à un emploi salarié dans une grande compagnie d’assurance où j’ai continué de me former à d’autres choses mais ça n’a pas été très loin, ce choix ne m’a pas convaincue. Je suis restée proche de la presse assez longtemps et j’ai vraiment repris l’écriture d’articles sur le net d’abord puis dans la presse spécialisée bande dessinée dès 2000. Malgré mon activité éditoriale, je n’ai pas complètement lâché la presse et je tiens la rubrique jeunesse dans le journal DBD. J’ai créé Des ronds dans l’O en autodidacte en 2004. Le premier livre a été publié en janvier 2005, la maison a eu 13 ans ce mois d’août.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Enfant, j’ai lu tous les Club des cinq, Clan des sept, Les six compagnons, les livres de Georges Sand et de la Comtesse de Ségur, les contes et légendes, je lisais tout le temps. Ado, je suis passée à la poésie avec Baudelaire, mon chouchou, mais aussi Verlaine, Ronsard, Rimbaud et tant d’autres. Des lectures très classiques que j’ai adorées : Crimes et Châtiment (Dostoïevski), Le rouge et le noir (Stendhal), Madame Bovary (Flaubert) et j’ai commencé à lire des bouquins plus politiques.

Que lisez-vous en ce moment ?
Je lis plusieurs livres en même temps, j’ai presque toujours fait ça, donc en ce moment, je relis la série de bande dessinée Julien Boisvert que j’avais tellement aimée de Michel Plessix, un grand poète auteur de BD qui vient de mourir prématurément, Les années de Annie Ernaux, Les lois naturelles de l’enfant de Céline Alvarez. Je viens de finir Vie de ma voisine (Geneviève Brisac) que j’ai beaucoup aimé.

Pouvez-vous nous présenter quelques-uns des prochains livres qui vont sortir chez Des ronds dans l’O ?
Ce sera des « beaux livres » illustrés par Virginie Rapiat abordant les questions écologiques. Le premier, La tisseuse de nuages écrit par Ingrid Chabbert met en scène une fillette qui va sauver son village des désastres de la sécheresse et le deuxième, Dame Nature écrit par Christos, parle de la création de la nature et des dangers qu’elle court sous le feu des guerres et de tant d’autres choses créées par les humains. Ce sont deux contes écolo. Ils seront dispo pour novembre.

Parmi les livres sortis chez Des ronds dans l’O :

  • Maria et Salazar, de Robin Walter (2017).
  • Les contes noirs du chien de la casse, de Remedium (2017)
  • Dépêche-toi, maman, c’est la rentrée !, d’Hubert Ben Kemoun et Marc Lizano (2017).
  • La dernière représentation de mademoiselle Esther, d’Adam Jaromir et Gabriela Cichowska (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Série C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique, de Sibylline et Marie Voyelle (2015-2017), que nous avons chroniqué ici et .
  • Série Lili Pirouli, de Nancy Guibert et Armelle Modéré (2014-2017), que nous avons chroniqué ici et .
  • La plus Belle, de Fanny Robin et Marjorie Béal (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Série Monsieur Lapin, de Loïc Dauvillier et Baptiste Amsallem (2012-2014), que nous avons chroniqué ici.
  • L’histoire qui fait peur !, de Marjorie Béal (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Série En chemin elle rencontre…, collectif (2009-2013), que nous avons chroniqué ici.
  • L’étrange histoire de Pétula-Élisabeth Artichaut, d’Amélie Billon-Le Guennec, et Kabuki (2013), que nous avons chroniqué ici.

En savoir plus sur Des ronds dans l’O : http://www.desrondsdanslo.com.


En vacances avec… Éric Senabre

Régulièrement, nous partons en vacances avec un·e artiste. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la·le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet·te artiste va donc profiter de ce voyage pour nous faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle·il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il·elle veut me présenter et c’est elle·lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Éric Senabre que nous partons ! Allez, en route !

Bon, alors voilà ma liste. Ce n’est pas « mes 5 trucs préférés », mais plutôt « 5 trucs que j’aimerais bien faire connaître ». Je suppose que ça marche aussi (et je suppose également que tout le monde s’en fiche, au fond :p)

5 CD

  • Dirty, Sonic Youth
  • The Olympus Sound, Pugwash
  • Red, King Crimson
  • Schmillco, Wilco
  • Shakespeare Songs, Alfred Deller, Deller Consort & Desmond Dupré

5 DVD

  • Profondo Rosso, Dario Argento
  • Scaramouche, George Sidney
  • Excalibur, John Boorman
  • La Maison du diable, Robert Wise
  • L’été de Kikujiro, Takeshi Kitano

5 romans

  • La Chambre ardente, John Dickson Carr
  • Le grand Dieu Pan, Arthur Machen
  • Un yankee à la cour du roi Arthur, Mark Twain
  • La Compagnie blanche, Arthur C. Doyle
  • La Flèche noire, Robert Louis Stevenson

5 albums jeunesse

  • Le masque, Stéphane Servant et Ilya Green
  • Le Vent dans les saules, Kenneth Grahame et Inga Moore
  • L’Aventure du Ruban moucheté, Conan Doyle et Christel Espié
  • Les Mystères de Harris Burdick, Chris Van Allsburg
  • Andromedar SR1, Heinz Edelmann

5 artistes

(on entendra par là « 5 personnes qui ont œuvré dans les arts graphiques, la peinture, l’illustration, etc. »)

  • John Everett Millais
  • Howard Pyle
  • John Waterhouse
  • Angelo Stano
  • Edmund Dulac

5 lieux

  • La ville de Tavistock, dans le Devon, en Angleterre
  • Les Monts d’Arrée, dans le Finistère, en France (pas loin de chez moi !)
  • Le Burren, dans le Comté de Clare, en Irlande
  • Le jardin du Mont des Récollets, dans le Nord, en France
  • Le Leighton Museum, à Londres

 

Éric Senabre est auteur.

Bibliographie sélective :

  • Megumi et le fantôme, roman, Didier Jeunesse (2017).
  • Star trip, roman, Didier Jeunesse (2017).
  • Elvide et Milon, la musique au temps du Moyen Âge, livre-CD illustré par Élodie Coudray, Didier Jeunesse (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Le dernier songe de Lord Scriven, roman, Didier Jeunesse (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Série Piccadilly kids, romans, ABC Melody (2015-2016).
  • Elyssa de Carthage, roman, Didier Jeunesse (2015).
  • Série Sublutétia, Romans, Didier Jeunesse (2011-2013).
  • Rockin’ Johnny, livre-CD illustré par Merlin, Didier Jeunesse (2013).

You Might Also Like

Héroïnes de BD

Par 15 septembre 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vais vous présenter des filles et des femmes qui tiennent le premier rôle dans des bandes dessinées. BD de filles ? Certainement pas ! BD AVEC des filles !

Bergères Guerrières – T1
Scénario de Jonathan Garnier, dessins d’Amélie Fléchais
Glénat dans la collection Tchô ! L’aventure…
14,95 €, 240×320 mm, 72 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Momo – T2
Scénario de Jonathan Garnier, dessins de Rony Hotin
Casterman
16 €, 226×305 mm, 83 pages, imprimé en France, 2017.
Hey Jude !
de Sandrine Revel
Casterman
14 €, 300×226 mm, 64 pages, imprimé en Espagne, 2017.
Les cahiers d’Esther – Histoire de mes 11 ans
de Riad Sattouf
Allary Éditions
16,90 €, 248×309 mm, 54 pages, imprimé en France, 2017.
Rose 2/3
Scénario de Valérie Vernay, dessins d’Émilie Alibert et Denis Lapière
Dupuis
12 €, 212×292 mm, 48 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Irena – 2/3 – Les Justes
Scénario de Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël, dessins de David Evrard
Glénat dans la collection Tchô ! Przygoda
14,95 €, 240×320 mm, 72 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Marzi – T7 – Nouvelle vague
Scénario de Marzena Sowa, dessins de Sylvain Savoia
Dupuis
12 €, 219×301 mm, 56 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Cléopâtre princesse de l’espace – 1. La prophétie des étoiles
de Mike Maihack (traduit par Marion Roman)
Grafiteen
14,90 €, 185×255 mm, 173 pages, imprimé en Italie, 2017.
Le monde de Zhou Zhou – Tome 1
Scénario de Bayue Chang’an (traduit par Julien Nénault), dessins de Golo Zhao
Casterman
17 €, 224×303 mm, 104 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
Zorglub – Tome 1 – La fille du Z
de Jose Luis Munuera
Dupuis
10,95 €, 212×292 mm, 64 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Tamara – T15 – #Grosse
Scénario de Zidrou et Lou, dessins de Darasse
Dupuis
10,95 €, 212×292 mm, 48 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
En chemin elle rencontre… – T3 – Les artistes se mobilisent pour l’égalité femme-homme
Collectif
Des ronds dans l’O
18,80 €, 228×297 mm, 84 pages, imprimé en France, 2013.

You Might Also Like

Des filles pendant la guerre

Par 20 juin 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on plonge en pleine Seconde Guerre mondiale grâce à deux superbes ouvrages. Direction le ghetto de Varsovie, où Mademoiselle Esther et le docteur Korczak tentent de redonner de l’espoir aux orphelins juifs… Puis l’on part sur les routes de France avec Catherine – de son vrai nom Rachel – contrainte de fuir et de se cacher pour échapper aux nazis…

 

La dernière représentation de mademoiselle Esther
Scénario d’Adam Jaromir (traduit par Nelly Lemaire), dessins de Gabriela Cichowska
Des ronds dans l’O
24 €, 193×265 en mm, 140 pages, imprimé en Pologne, 2017.
La guerre de Catherine
Scénario de Julia Billet, dessins de Claire Fauvel
Rue de Sèvres.
16 €, 213×274 mm, 160 pages, imprimé en France, 2017.

You Might Also Like

Des sirènes et des voisins

Par 18 août 2015 Livres Jeunesse

La sirèneVous avez vu La Petite Sirène de Disney et vous pensez tout savoir sur les sirènes ? Attention, vos croyances risquent d’en prendre un coup ! Après les licornes, Sibylline et Marie Voyelle s’attaquent à l’image idéalisée que l’on a de ces créatures fantastiques. Avez-vous déjà pensé par exemple que les sirènes ne peuvent pas faire de danse classique ? Ben oui, essayez un peu de faire le grand écart avec une seule jambe ! Et que tous les poissons tombent amoureux d’elles juste à les entendre chanter ? Et qu’elles ne peuvent pas avoir de poisson rouge ? Et enfin (le pire selon moi), qu’elles ne peuvent pas faire de blagues de pet ? Eh oui, comment voulez-vous, quand on n’a pas d’anus se doit d’être délicates et élégantes ? Alors que, bon, on est d’accord, il n’y a rien de plus drôle que les blagues de pet… surtout pour les enfants !
Ce petit album amusant fera à coup sûr beaucoup rire les plus jeunes (et pas que sur les histoires de prout). Construit dans la même veine que le premier (mais vous pourrez tout à fait comprendre l’histoire sans avoir lu l’autre), il présente le texte à gauche, illustré avec humour sur la page de droite. J’aime beaucoup les situations loufoques et décalées imaginées par Sibylline, les jolies illustrations colorées de Marie Voyelle, et le tuto à la fin pour dessiner les sirènes.
Un seul petit bémol selon moi : l’album commence en affirmant que les sirènes sont à moitié fille, à moitié poisson. Euh… pardon ? Et le père d’Ariel alors ? Heureusement qu’il n’y a pas de livres sous l’océan, sinon, bonjour l’affront pour le roi Triton !
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Rue des voisinsDans la rue des Voisins, il y a quatre maisons. Dans la maison rouge, Mr Stan fait des équations. Dans la maison jaune, Mme Muguette remplit des coupons et gagne des cadeaux à gogo. Dans la maison bleue, Mr Tristan collectionne les chants d’oiseaux. Dans la maison orange, Mme Garance rêve de voyage en buvant du chocolat d’Afrique.
Mais aucun des quatre voisins ne se connaît, car personne ne sort jamais de chez lui. Mais quand un salon de thé ouvre dans la rue des Voisins, tout le monde ose enfin mettre le nez dehors et s’ouvrir aux autres !
Voilà un bel ouvrage sur le petit confort que l’on peut ressentir à rester chez soi, sans se préoccuper des autres. Un confort facile qui semble nous convenir, mais qui apparaît bien futile et dérisoire quand on ose regarder plus loin que le bout de son nez. C’est un beau message pour les enfants et les parents, porté par de belles illustrations très poétiques, pleines de détails cachés.
Un joli album plein d’optimisme qui donne envie de sortir de chez soi !
Des extraits sur le site de l’illustratrice.
Le même vu par Enfantipages.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Sibylline (C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique – La licorne), de Marie Voyelle (C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique – La licorne) et d’Aurélie Desfour (Des colos mystères avec des codes).

C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique – La sirène
Texte de Sibylline, illustré par Marie Voyelle
Des ronds dans l’O
10 €, 180×180 mm, 24 pages, imprimé en Belgique, 2015.
Rue des Voisins
Texte d’Aurélie Desfour, illustré par Coline Citron
Les P’tits Bérets, dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90 €, 207×211 mm, 28 pages, imprimé en France, 2015.

Marie

You Might Also Like

Secured By miniOrange