La mare aux mots
Parcourir le tag

Diable

Chut ! J’écoute encore une histoire !

Par 16 mai 2014 Livres Jeunesse

On a commencé hier, voici la suite de notre sélection de CD et livres-CD pour écouter des histoires (toujours en chronique croisée avec Maman Baobab).

pierre et les voyousCe matin, Pierre refuse d’aller à l’école prétextant être malade. Sa mère voit bien qu’il ne l’est pas et l’oblige à y aller, pourtant le jeune garçon traîne des pieds. Arrivé dans l’établissement il retrouve Clara, son amie et Sébasse, le gros dur qui le surnomme Vivaldi et se moque de lui. Parce que Pierre joue du piano et peut-être parce qu’il est un peu plus chétif, il est le souffre-douleur de Sébasse et de ses copains. Mais sa rencontre avec Joachim, un jeune hockeyeur va peut-être changer la donne !

Troisième aventure de Pierre, après avoir croisé un pialeno et avoir rencontré Clara, le voici donc maintenant harcelé par une bande de voyous. Comme pour chaque livre-CD de la collection, un compositeur est mis à l’honneur. Après Prokofiev et Shuman, ici on va entendre du Tchaïkovski et des extraits de l’Album pour enfants op.39. C’est décidément une série qu’on aime beaucoup tant pour la qualité des illustrations que du point de vue de l’histoire racontée. Et bien sûr les choix musicaux ! Encore une nouvelle aventure d’un héros qu’on aime décidément beaucoup.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Pierre traqué par le tracQuand Pierre rentre chez lui, il entend courir les notes de musique. Qui joue aussi bien cette Arabesque de Debussy ? C’est sa vieille tante Juliette. Mais elle a beaucoup changé, elle semble si frêle, si fragile. Toute la famille a l’air triste en l’écoutant, Pierre se pose des questions. Il se rend vite compte qu’en plus Juliette tient des propos incohérent, mais que se passe-t-il ? En fait il va apprendre que la vieille dame souffre de la maladie d’Alzheimer et que tout semble s’envoler de sa tête. Au moment de jouer à son tour, il ne trouve plus les notes, aurait-il la même maladie ?

C’est donc la quatrième (et dernière à ce jour) aventure du jeune pianiste et c’est certainement la plus forte, la plus touchante. Ici, c’est accompagné par le Children’s Corner de Debussy que nous suivons cette histoire de perte de mémoire et de trac. On recroise le pialeno, personnage important du premier opus et bien entendu on retrouve la jolie Clara. Une histoire forte, belle avec des illustrations toujours aussi jolies et un accompagnement musical de grande qualité.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

HalbBaka, la grand-mère de Tallinn lui offre pour ses dix ans sa clarinette, celle qui lui appartenait. La famille de Balka a été si dispersée par les guerres qu’il ne lui reste plus que la musique à transmettre et surtout une mélodie, celle que lui avait apprise sa mère, qui la tenait de sa mère, qui la tenait elle-même de sa mère et ainsi de suite. Sauf que Balka a vieilli, elle ne se souvient plus. La dernière partie de la mélodie s’est envolée de sa tête. Alors Tallin va tenter d’aider sa grand-mère à retrouver la partie manquante, ça sera le début d’un grand voyage.

Une bouffée d’émotion, un livre-CD extrêmement fort. Déjà parce que, personnellement, la musique Klezmer m’émeut énormément, me touche particulièrement. Ensuite parce que cette histoire sur la transmission est particulièrement belle. Enfin parce les illustrations de Barroux sont, comme d’habitude, superbes. Cette grand-mère dont les souvenirs s’envolent et cette petite fille vont retourner dans le village d’origine de la vieille dame, en espérant retrouver ce qui est perdu. Pendant ce temps, pendant qu’elles se demandent quelle est la fin de la mélodie, que la grand-mère dépérit, le chien Frageh (qui veut dire question en yiddish) grossit de plus en plus, jusqu’à devenir gigantesque. On parle donc de la transmission, de la sénilité, mais aussi des relations intergénérationnelles, de la création (et même en arrière-plan de la guerre, de la persécution des juifs, des villages détruits en Serbie). Un magnifique livre-CD avec une histoire et une musique bouleversante et de magnifiques illustrations.
Un site dédié avec des extraits et vu par Enfantipages.

TanbouAlors qu’elle pleure parce qu’elle n’arrive pas à chanter, Marie rencontre Donga. Il lui propose de l’aider, pour cela il lui demande de revenir le voir le lendemain. Quand elle revient, il a un tambour pour elle, le même tambour qu’avaient le père de Donga, ses grands-pères et même ses arrière-grands-pères. À l’école la maîtresse confisque le tambour. Donga raconte à Marie comment, il y a longtemps, des hommes avaient décidé que les gens comme lui seraient des marchandises. Il lui explique pourquoi ces tambours sont importants et il la rassure, quand la maîtresse connaîtra l’histoire, elle le lui rendra.

Il y a énormément d’émotion dans ce livre-CD. Grâce à l’histoire, grâce à la musique, grâce aux magnifiques illustrations. Au son du tambour et d’une version africaine de la comptine À la Claire Fontaine, on nous parle donc d’esclavage. À hauteur d’enfant, cet ouvrage sorti en 2000 et qui vient de ressortir, réussi à nous parler de ce sujet délicat sans aucune lourdeur, sans que ça soit pesant. Et quel plaisir de retrouver la chanteuse Maya Barsony qui interprète ici le rôle de Marie. Un magnifique livre-CD pour évoquer l’esclavage.

Le secret de grand-pèreSes parents ont un peu honte de son vieux grand-père, un paysan… pensez donc, eux qui habitent la ville ! Pourtant, lui l’aime ce vieil homme et dès qu’il le peut, il va lui tenir compagnie. Un jour, le grand-père évoque sa femme, disparue il y a vingt ans et tient des paroles bien énigmatiques… Le petit fils va connaître le secret de son grand-père.

J’avoue que je ne connaissais pas Le secret de grand-père de Michael Morpurgo sorti en 1997. C’est donc une version racontée par Frédéric Dimnet qui vient de sortir chez Gallimard Jeunesse dans la très bonne collection écouter lire. Une magnifique histoire sur l’amitié entre un petit fils et son grand-père, sur la transmission, sur l’amour de la campagne… et tant de choses encore (que je ne peux vous révéler pour ne pas vous révéler trop de l’histoire). Découpé en deux parties (le petit fils et son grand père puis une histoire de l’enfance du grand-père qu’il raconte), c’est un roman passionnant, captivant. Une très belle histoire.

JAMES et la GROSSE PECHEJames Henry Trotter est orphelin depuis que ses parents ont été écrasés par un rhinocéros échappé d’un zoo. Il est élevé par deux tantes ignobles : Tante Piquette et Tante Éponge. James est leur souffre-douleur, leur domestique. Un jour le chemin de James croise celui d’un vieil homme qui lui dit lui vouloir du bien et lui offre un sachet mystérieux en lui disant de bien y faire attention que ce qu’il contient changera sa vie. Malheureusement, James laisse échapper son sachet au pied d’un pêcher… Il pense qu’il ne lui arrivera donc rien de positif, qu’il va devoir continuer à servir ses tantes. Mais le lendemain, une pêche géante a poussé dans l’arbre et celle-ci va changer sa destinée.

Grand classique de la littérature jeunesse américaine, James et la grosse pêche est un roman des années soixante qui n’a pas pris une ride… par contre cette version CD des années quatre-vingt un peu ! Mais quel plaisir de redécouvrir cette aventure riche en rebondissement, où un petit orphelin va voyager dans une pêche accompagné d’animaux aux caractères bien trempés. Soyons honnête, je n’ai pas lu le roman et je ne connaissais que l’adaptation ciné signée Henry Sellick (réalisateur de L’étrange Noël de Mr Jack) que j’aime énormément. Ma fille de six ans et moi avons pris énormément de plaisir à entendre le roman raconté, entre autre, par Claude Villers.
Un extrait sur le site de Gallimard.

Sans les mains et en danseuseTout commence dans un jardin en Champagne. Il y a une mère qui arrive en poney (qui, tous les deux, finissent par tournoyer dans le ciel), le Général de Gaulle, des portes qui rétrécissent, des escaliers qui remontent en descendant, des histoires racontées en fin de repas et qui mettent la famille mal à l’aise, une bergère avec des lèvres en colle UHU, un mur contre lequel on est adossé mais qui est devant et même Jane Birkin !

Mais quel grand moment ! Mais quel bonheur que d’écouter Sans les mains et en danseuse de Pépito Matéo ! J’ai ri (pas juste souri, vraiment ri), j’ai été ému, je ne me suis pas ennuyé une seconde pendant les soixante-quinze minutes que durent cette histoire complètement loufoque. On est ici dans une sorte de rêve, où tout est possible. Pépito Matéo joue avec les mots, les expressions, on se régale ! Une folle histoire, pas toujours aussi déjantée qu’elle en a l’air, racontée par un conteur absolument génial. Un CD qui est entré directement dans mes albums de contes préférés.
Des extraits sur le site de Oui’dire.

Sans les mains et en danseuse
Et parce que ce texte est extrêmement riche, vous pouvez retrouver une version écrite très joliment illustrée par Marion Fournioux sortie chez Winioux. Plus d’infos ici : http://editionswinioux.com/-Sans-les-mains-et-en-danseuse.


Le mariage d'Atyek


CHRONIQUE RETIRÉE A LA DEMANDE D’ARMELLE AUDIGANE



DiablerieCinq histoires de diables. Une filandière qui rencontre le malin et qui lui propose de faire son travail, en échange elle devra dire son nom et son âge, sans ça… Un ancien soldat errant à qui tout le monde refuse l’aumône, à qui le diable va proposer de porter une peau d’ours pendant sept ans et s’il le fait il le rendra riche (mais en plus de la peau d’ours, il lui faudra aussi ne plus se laver, ne plus se couper les cheveux, ne plus se couper les ongles…), en sera-t-il capable ? Quand Dieu a créé l’homme et la femme, il les a fait égaux, de même force… mais l’homme n’était pas d’accord ! Il est retourné voir Dieu pour qu’il soit plus fort et plus grand. Ainsi la femme allait obéir… sauf que le Diable s’en mêla. Un roi qui refuse de laisser sortir sa fille parce qu’il a peur que le diable l’enlève et qui finira par lui laisser sa liberté pour qu’elle ne meure pas d’ennui. Notre jeune fille part donc découvrir le monde, avec une épée que son père lui a confié… et elle lui sera utile… Un disciple qui demande à son maître la différence entre l’Enfer et le Paradis.

Je connaissais déjà certaines des histoires que raconte Elisa de Maury (Le diable et la tissandière est une histoire connue qu’on retrouvait dans Le nom du diable, chroniqué ici, et Peau d’Ours est un conte des frères Grimm qu’on avait déjà chroniqué ici) mais quel plaisir que d’écouter ces histoires racontée avec autant de talent ! Issues de contes traditionnels, ces histoires sont captivantes. C’est aussi grâce à la qualité de son des CD Oui’Dire, on est enveloppé par la voix et la musique, on oublie tout ce qui se passe autour de nous, happé par les histoires. Cinq contes de grande qualité, comme on les aime, racontés par une conteuse très talentueuse.
Des extraits sur le site de Oui’dire.

Quelques pas de plus…
Retrouvez toutes les histoires racontées sur CD que nous avons chroniquées sur notre album Pinterest.
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Mathieu Boutin, Paule Trudel-Bellemarre et Denise Trudel (Pierre et Clara et Pierre et le pialeino), Barroux (Un bond de géant – 1969, on a marché sur la lune, Méga-Loup, Mon voyage en gâteauKako le terrible et La rentrée de Noé), Roal Dahl (Matilda) et Pépito Matéo (Le petit Cépou et Le carnaval des animaux). Retrouvez aussi notre interview de Barroux.

Pierre et les voyous
Texte de Mathieu Boutin, illustré par Paule Trudel Bellemare, Musique de Piotr Tchaïkovski interprétée par Denise Trudel
Planète rebelle dans la collection Conter Fleurette
22 €, 205×205 mm, 76 pages, CD 1h20 environ, imprimé au Canada, 2010.
Pierre traqué par le trac
Texte de Mathieu Boutin, illustré par Paule Trudel Bellemare, Musique de Claude Debussy interprétée par Denise Trudel
Planète rebelle dans la collection Conter Fleurette
22 €, 205×205 mm, 64 pages, CD 1h18 environ, imprimé au Canada, 2012.
Halb, l’autre moitié
Texte de Sigrid Baffert raconté par Elsa Zylbertein, illustré par Barroux, musique d’Alexis Ciesla
Les éditions des Braques dans la collection Un livre – Un CD
18,30 €, 212×214 mm, 36 pages, CD 42 min. environ, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Tanbou
Texte et illustrations de Piotr Barsony, percussion Ka d’Edmony Krater
Syros
19,95 €, 239×310 mm, 30 pages, CD 13 min. environ, imprimé en Espagne, 2014.
Le secret de grand-père
Texte de Michael Morpugo (traduit par Diane Ménard), lu par Frédéric Dimnet
Gallimard Jeunesse dans la collection Écoutez lire
12,90 €, CD 1h05 environ, 2014.
James et la grosse pêche
Texte de Roald Dahl (version abrégée traduite par Maxime Orange), lu par Claude Villers, Sophie Wright, Geneviève Lezy, Henri Marteau et Christine Martin
Gallimard jeunesse dans la collection Écoutez lire
15,90 €, CD 2h08 environ, 2014.
Sans les mains et en danseuse
de Pépito Matéo
Oui’dire dans la collection Contes d’auteurs
17 €, CD 1h16 environ, 2013.
Le mariage d’Atyek
de Armelle & Peppo Audigane
Oui’dire dans la collection Contes d’auteurs
17 €, CD 52 min. environ, 2013.
Diableries
d’Élisa de Maury
Oui’dire dans la collection Contes d’auteurs
17 €, CD 1h01 environ, 2005.

À part ça ?

On vous parle dans cette chronique de Oui’dire, et on vous en parle régulièrement car c’est une super maison d’édition. C‘est un label discographique qui a un magnifique catalogue d’histoires à écouter pour les parents et pour les enfants. Ils ont besoin de vous pour continuer leurs beaux projets. Je vous laisse cliquer sur ce lien, vous en saurez plus !

Gabriel

You Might Also Like

Et si on écoutait une histoire ?

Par 5 mai 2013 CD non musical, Livres Jeunesse

En CD ou en livre-CD voici quelques histoires à écouter dans la pénombre d’une chambre, dans l’autoradio des parents ou sur un lecteur mp3 dans le train. Des plus petits aux plus grands, y’en aura pour tout le monde !

contes du diable des gourmandises

On commence par un voyage aux Antilles ! Dans un double CD, Magguy Faraux nous raconte des histoires que sa mère lui racontait au pied du mango. Rythmées par un violon, une guitare et des percussions on est captivé par les aventures de Compère lapin, du diable et beaucoup d’autres personnages. Au total 10 histoires (d’une durée moyenne de 9 minutes chacune) pleines d’humour et totalement dépaysantes pour le breton que je suis. Compère lapin est un sacré personnage qui n’en manque pas une, rusé il se sert des autres animaux pour avoir à manger, il se joue de ses amis pour voler l’eau d’une source ou pour devenir plus intelligent (même si au final il préfèrera renoncer plutôt que de leur faire du mal). On rencontrera aussi Nanie Rosette qui devra affronter le diable des gourmandises, une femme qui voulait tant un enfant qu’elle signe un pacte avec le diable lui-même ou encore Ti Pay Ver un enfant qui doit affronter les pièges d’une horrible belle-mère. Avec ma fille on a adoré ces histoires rythmées, qui nous ont fait rire et danser. Un très bon moment au son du bel accent de Magguy Faraux.
Vous pouvez les écouter, avant de les acheter, ici.

Fatoumata

Fatoumata n’a qu’une passion dans la vie : manger des cacahuètes. Et malgré les quolibets, les remarques de ses parents, rien n’y fait, Fatoumata mange ses cacahuètes. Et même lorsqu’un lion arrive dans le village et que tout le monde se cache, Fatoumata, elle, continue son occupation favorite…  Forcément ce qui devait arriver arriva, Fatoumata se fait dévorer par le lion… mais si elle était sauvée par une cacahuète ?


Bande annonce

Fatoumata a été à l’origine d’un très grand moment ici. Ma fille n’arrivait pas à dormir le soir où j’ai reçu ce livre-CD et je le lui ai mis en lui disant d’écouter l’histoire, qu’elle me la raconterai le lendemain. Quand elle m’a raconté cette histoire de petite fille, de cacahuète et de pet je me suis dit que les rêves de la nuit avaient certainement déformé l’histoire, et j’ai beaucoup ri à écouter ma fille me raconter ce conte surréaliste… mais elle n’avait rien inventé ! Fatoumata est une histoire très drôle, complètement décalée, qui a séduit ma petite fille de 5 ans et son père. En plus de l’humour, c’est vraiment bien rythmé, on rit, on danse, on ne s’ennuie vraiment pas. Les illustrations du livre sont colorées et pleines d’humour. Ici c’est vite devenu un de nos livres-CD culte !

Les quatre loups

Un petit garçon habitait dans une maison près d’une forêt, les loups ne l’impressionnait plus, il les entendait tout le temps. Aussi quand il croisa un loup un matin, décontracté il lui proposa juste un bonbon, quelques heures après ce fut Les quatre loupsla même chose pour un autre loup et encore la même chose pour un troisième… mais quand la nuit fût tombée, le loup que le petit garçon croisât l’impressionnât un peu plus…

Les quatre loups de et raconté par Alain Gaussel est une très belle histoire pleine d’humour et de malice (et qui fait quand même un peu peur !). Grâce à son ingéniosité le petit garçon s’en sortira auprès des premiers loups et ensuite c’est grâce à leur amitié nouvelle qu’il pourra être débarrassé du dernier loup. On parle donc aussi d’entraide, d’amitié. Le  texte dit ne suis pas parfaitement le texte écrit, c’est plutôt un CD a écouter en plus du livre mais Alain Gaussel est captivant. Les illustrations de Caroline Dall’Ava sont magnifiques, vous pouvez les découvrir en feuilletant l’album.

Le schmat doudou

A sa naissance un enfant reçu de son grand-père tailleur une couverture qu’il avait faite pour lui. Cette couverture devint Capture plein écran 04052013 171058.bmpson doudou. Seulement à force de la traîner partout et les années passant, la couverture s’était abîmée, sa mère voulu la jeter. Ni une ni deux l’enfant couru chez son grand-père qui pour sauver le doudou en fit une veste. Bientôt la veste fut trop petite et le grand-père sauva encore le doudou qui devint une cravate…

Si vous suivez La mare aux mots vous connaissez certainement cet album, j’en ai parlé plusieurs fois car j’avais eu un gros coup de cœur. J’ai été ravi qu’il sorte en livre-CD et d’écouter Muriel Bloch raconter elle-même cette histoire de transmission qu’elle a écrite. Je n’ai pas été déçu, elle est passionnante à écouter. Un très beau moment avec une magnifique histoire.
Ici aussi vous pouvez feuilleter l’album et écouter l’histoire racontée par Muriel Bloch.

Bazar Circus

Attention, attention, voici que s’avance le bazar circus ! Venez applaudir Angelo l’homme canon, Gala la dompteuse ou encore El Toutou le chien savant ! Mais aujourd’hui c’est une représentation très spéciale… le roi y assiste alors bazar circusforcément rien ne se passe comme prévu…

C’est au son de Chostakovitch, Khatchatourian ou encore Rachmaninov que Dominique Pinon nous raconte cette histoire pleine d’énergie. Un très bel hommage à la musique slave et au cirque. Une histoire surréaliste (l’homme canon qui ne retombe pas, un chien qui parle,…) mais surtout une histoire d’amour. On évoque aussi les brimades dont les nomades sont souvent victimes au détour d’une phrase « Dehors ! Plus de Roms au royaume, plus de gens du voyage. Adieu Saltimbanques !». Comme toujours chez Didier Jeunesse c’est un très bel objet, un grand livre aux superbes illustrations (signées Isabelle Chattelard). Les amoureux de musique russe et d’histoires avec un grain de folie vont se régaler !
Vous pouvez écouter des extraits sur le site de Didier Jeunesse.

Les contes en chanson Larousse

Envie de contes classiques ? Larousse vient de sortir 4 livres-CD reprenant les histoires du Petit chaperon rouge, du Chat Botté, du Petit Poucet et des Trois petits cochons. Les quatre livres sont très colorés, avec des illustrations très actuelles les 3 petits cochonsavec lesquelles on accroche… ou pas ! (personnellement j’ai accroché avec Le petit poucet et Les trois petits cochons, moins avec le côté très numérique des deux autres). Les histoires vous les connaissez (normalement), ici le bonus ce sont les chansons qui entrecoupent le récit, là aussi on accroche ou pas (moi j’avoue que, comme dans les films de Disney, quand ça chante au milieu d’une histoire j’ai envie de partir en courant…). Par contre une chose est sûre les enfants adorent (et finalement c’est eux la cible), ils aiment reprendre les chansons (surtout que le CD propose les versions instrumentales à la fin du récit). Une bonne façon de leur faire découvrir les « classiques ».

On termine avec des romans lus pour les plus grands.

La troisième vengeance de Robert Poutifard

L’imposant (1m96) Robert Poutiffard part à la retraite, ses collègues et élèves lui ont préparé une surprise avec cadeaux et compliments… Lui, compte les heures, les minutes… il n’en peut plus, il veut quitter cette école et ces élèves qu’il méprise. Ses collègues s’inquiètent… Robert Pouttifard ne s’ennuiera-t-il pas à la retraite ? Visiblement il n’en a pas l’intention. Mais voilà que… il est heure ! C’est pas trop tôt… il rentre chez lui, où il retrouve sa vieille mère avec qui il vit seul depuis la mort de son père, il y a 30 ans. Il ne lui reste plus qu’à préparer… sa vengeance ! Il sort toutes ses photos de classes, celle de chaque années et établi des listes, puis raye, choisi, élimine jusqu’à ce qu’il ne lui reste que 4 noms…

Je n’avais encore jamais lu de livre de Jean-Claude Mourlevat (cela dit vu que là j’ai écouté, techniquement j’en n’ai toujours pas lu) mais j’en avais beaucoup entendu parler… J’ai adoré cette histoire d’enfant souffre-douleur qui devient prof pour se venger des enfants sur ses élèves, et frustré de ne pas pouvoir le faire (on ne peut plus les fesser !) il décide de passer à l’action arrivé à la retraite. C’est extrêmement drôle, pas politiquement correct (même si la fin l’est beaucoup plus), c’est un pur régal. Ici l’histoire est lue (je dirai même racontée) par Jean-Claude Mourlevat, lui-même, et c’est un énorme plaisir que de l’entendre prendre les différentes voix, changer ses intonations. On ne s’ennuie pas une seconde en écoutant ces 3h10, on a toujours envie de savoir la suite et c’est difficile de ne pas tout écouter d’affilée ! Un très bon roman audio pour les enfants qui aiment l’humour piquant.

Le professeur a disparu

L’adorable Mathilde Blondin, l’insupportable Pierre-Paul Louis de Culbert et l’élève moyen Rémi Pharamon sont dans le train pour Venise ! Ah Venise… c’était le lot d’un concours organisé à l’école et c’est dans l’excitation qu’ils voyagent. Mais très vite les choses se compliquent, Le professeur qui les accompagne disparaît mystérieusement du train ! Les voilà seuls à Venise, ils vont devoir mener l’enquête et retrouver le professeur… et ça ne sera pas vraiment des vacances !

Quel bonheur là aussi que d’écouter Olivier Chauvel nous raconter cette histoire pleine d’humour et de suspense ! Les personnages sont superbement bien croqués, surtout le petit intello, héritier d’une grande famille, P.P. C’est un vrai roman d’aventure, les collégiens vont devoir mener une vraie enquête et on ne s’ennuie pas une minute ! J’avoue que je ne connaissais Jean-Philippe Arrou-Vignot que pour les Rita et Machin, je découvre là un romancier qui sait tenir les jeunes lecteurs en haleine. Vraiment drôle et tellement prenant !

La CIGALE ET FOURMI

Maître Corbeau sur un arbre perché… vous connaissez la suite ! 18 fables de La Fontaine réunies dans un CD.

Le génial Christian Hecq lit les fables de La Fontaine, des très connues et des moins connues (La Cigale et la Fourmi, Le Savetier et le Financier, Le Rat et l’Huitre,…). Cet excellent comédien nous conte ces histoires qui ont près de 400 ans en leur donnant un air de modernité. Une bonne manière de les découvrir ou de les redécouvrir.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un CD de Magguy Faraux (Danse Ti Doudou), un livre de Carl Norac (Petites histoires pour rêver dans sa poche), plusieurs livres de Jean-Philippe Arrou-Vignot (Louise Titi et Joyeux Noël Rita et Machin) et de Joëlle Jollivet (Au loup, Zoologique et 10 p’tits pingouins autour du monde)., plusieurs histoires d’après Perrault (Peau d’âne, Le petit chaperon rouge et Cendrillon) et d’après les frères Grimm (Blanche Neige, Hansel et Gretel et Hans la chance) mais aussi une fable de La Fontaine (Un fromage sans doute).

Contes du diable des gourmandises
de Magguy Faraux
ARB Music
19,40€ (prix de vente conseillé), CD d’1h19 environ.
Fatoumata
de Renée Robitaille, illustré par Eloïse Brodeur
Planète Rebelle dans la collection Conter Fleurette
21,95$ canadien (avec les frais de ports environ 23€) ou 9,99€ en numérique, 203×203 mm, 24 pages, CD de 11min16, imprimé au Canada, 2013
Les quatre loups
d’Alain Gaussel, illustré par Caroline Dall’Ava
Syros dans la collection Albums Paroles de conteurs
15,90€, 210×310 mm, 37 pages, CD de 10 minutes environ, imprimé en France 2013
Le schmat doudou
de Muriel Bloch, illustré parJoëlle Jolivet
Syros dans la collection Albums Paroles de conteurs
15,90€, 210×310 mm, 30 pages, CD de 7 minutes environ, imprimé en France 2013
Bazar Circus
de Carl Norac, raconté par Dominique Pinon, illustré par Isabelle Chatellard
Didier Jeunesse dans la collection Un livre, Un CD
23,80€, 265×265 mm, 48 pages, CD de 40 minutes environ, imprimé en France chez un éditeur éco-responsable, 2013
Les 3 petits cochons
adapté par Camille Finateu, interprété par Laetitia Guyader et Laurent Pradeau, illustré par Baptiste Amsallem
Larousse dans la collection Les contes en chanson
11,90€, 195×235 mm, 32 pages, CD de 19 minutes environ, imprimé en Espagne, 2012.
Le petit chaperon rouge
de Charles Perrault et les Frères Grimm, adapté par Camille Finateu, interprété par Laetitia Guyader et Laurent Pradeau, illustré par Marzia Giordano
Larousse dans la collection Les contes en chanson
11,90€, 195×235 mm, 32 pages,CD de 17 minutes environ, imprimé en Espagne, 2012.
Le chat botté
de Charles Perrault, adapté par Camille Finateu, interprété par Laetitia Guyader et Laurent Pradeau, illustré par Dania Florino
Larousse dans la collection Les contes en chanson
11,90€, 195×235 mm, 32 pages,CD de 19 minutes environ, imprimé en Espagne, 2012.
Le petit Poucet
de Charles Perrault, adapté par Camille Finateu, interprété par Laetitia Guyader et Laurent Pradeau, illustré par Eric Gasté
Larousse dans la collection Les contes en chanson
11,90€, 195×235 mm, 32 pages,CD de 23 minutes environ, imprimé en Espagne, 2012.
La troisième vengeance de Robert Poutifard
de Jean-Claude Mourlevat, lu par lui-même
Gallimard Jeunesse dans la collection écoutez lire
21,90€, CD de 3h10 environ.
Enquête au collège : Le professeur a disparu
de Jean-Philippe Arrou Vignod, lu par Olivier Chauvel
Gallimard Jeunesse dans la collection écoutez lire
16,15€, CD de 2h16 environ.
La cigale et la fourmi et autres fables
de Jean de la Fontaine, lu par Christian Hecq
Gallimard Jeunesse dans la collection écoutez lire
21,90€, CD de 40 minutes environ.


A part ça ?

Salon Livres et musiquesDu 7 au 9 mai à Deauville (dans le Calvados) se déroulera le Salon Livres & Musiques de Deauville, qui fête cette année son 10ème anniversaire avec une programmation aux couleurs de l’Amérique latine. Au programme : des lectures musicales, des concerts, des spectacles, des débats et des rencontres pour tous. Une centaine d’invités dont, en jeunesse, Thomas Baas, Muriel Bloch, Bertrand Dubois, Marie Nimier,… L’entrée est gratuite. Pour plus d’informations, la page facebook de l’évènement.

Gabriel

 

You Might Also Like

Un diable antillais et un monstre écossais

Par 22 juin 2012 Livres Jeunesse

Connaissez-vous la collection Les petits cailloux du monde ? C’est une jolie collection de chez Nathan dont chaque volume contient un conte du monde. Aujourd’hui je voulais vous parler des deux derniers sortis, Le nom du Diable, un conte antillais et Le monstre du loch, un conte écossais.

Une reine se désespérait de ne pas avoir d’enfant. Elle était prête à tout pour en avoir un, à tel point qu’elle finit par pactiser avec le diable lui-même. Il lui donna un enfant mais à la condition que lorsqu’il reviendrait la voir, six mois plus tard, si elle ne connaissait pas son nom il lui reprendrait la moitié de son enfant. Comment faire pour connaître le nom du diable ?

Le texte comprend des passages en créole (avec traduction évidemment), les illustrations de Peggy Nille sont superbes, bref c’est un véritable dépaysement que ce conte nous offre. L’histoire de cette reine qui pactise avec le diable est très originale pour nous (on voit quand même rarement ce genre de choses dans « notre » littérature. En fin d’ouvrage Gaëlle Ame, documentaliste spécialisée en littérature orale nous livre les origines de ce conte.

La femme d’un Kelpie (un esprit de l’eau) ne se plaisait pas dans son antre humide et froid, elle était malheureuse et se morfondait. Le Kelpie décida de sortir du lac, se transforma en étalon noir et enleva le meilleur maçon du village pour que celui-ci lui trouve un moyen de réchauffer sa maison au fond du lac. S’il y parvient, il le nourrira, lui et sa famille, jusqu’à la fin de leur vie, sinon…

Direction l’Écosse ici donc. Le conte est également très beau et c’est Louise Pianetti-Voarick qui illustre cette fois-ci. Ici aussi on retrouve en fin d’ouvrage Gaëlle Ame qui nous livre les origines de cette histoire et ce que sont les Kelpies, monstre d’origine celtique.

Cette collection est vraiment réussie. Si vous aimez être dépaysés, si vous aimez les contes du monde, foncez ! J’ai envie de découvrir les autres tomes. De plus le prix est plutôt sympa pour des petits livres cartonnés. Vraiment une collection à retenir.

Le nom du diable
Conte des Antilles illustré par Peggy Nille
Nathan
dans la collection Les petits cailloux du monde
5,50€
Le monstre du loch
Conte écossais illustré par Louise Pianetti-Voarick
Nathan
dans la collection Les petits cailloux du monde
5,50€

 


A part ça ?

Amis nantais… vous avez bien de la chance ! Bon déjà d’habiter dans une ville magnifique, mais ensuite parce que mercredi prochain (27 juin) vous allez pouvoir rencontrer Domitille de Pressensé, Charlotte des Ligneris et Maud Legrand à la Librairie des Machines de l’Ile à Nantes en collaboration avec un très blog nantais dont je vous avais déjà parlé, Ma petite semaine nantaise. C’est de 15h à 17h30. Embrassez Domitille de Pressensé de notre part !

Gabriel

You Might Also Like

« Eur wej a oa, il y avait une fois »

Par 13 décembre 2011 Livres Jeunesse

Après notre petit séjour au Québec, hier, on rentre en France aujourd’hui… en passant par la Bretagne !

En bande son, je vous conseille Comptines et berceuses de Bretagne de chez Didier Jeunesse. J’adore cette collection (comptines du monde) mais sincèrement quand j’ai vu celui là j’ai eu un peu peur. Je suis un breton pur jus (pas un seul ancêtre non breton depuis des générations et des générations ma bonne dame) mais la musique bretonne c’est pas vraiment mon truc… (désolé pour les fans de Fest Noz). Mais bon, curiosité oblige et ayant confiance en Didier Jeunesse, j’ai quand même voulu y jeter une oreille… et je n’ai pas été déçu (le jour où je serai déçu par Didier Jeunesse je m’inquièterai !). Ils ont fait un très joli choix de chansons douces bretonnes et gallaises (du pays Gallo). Ici pas de son suraigüe comme j’ai en horreur, mais plutôt de jolies mélodies à la harpe, au violon, à la guimbarde, au binioù bras, à la bombarde… Le livre-CD alterne les chansons bretonnes et gallaises avec toujours leurs traductions françaises, et complète cette traduction par un petit commentaire pour chacune en fin d’ouvrage, soit un historique, soit une explication. Que l’on connaisse, ou pas, la culture Bretonne l’ouvrage est passionnant, ses musiques sont très belles. On y retrouve des chansons à décompter, des chansons pour jeux de mains, d’autres pour faire sauter les enfants sur les genoux, ou bien d’autres pour les endormir. On découvre aussi une jolie version de J’ai descendu dans mon jardin. Le livre est préfacé par Yann-Fanch Kemener (un très beau texte sur la rime). Les illustrations sont d’Aurelia Grandin et contribuent à faire de ce grand album (26,5 x 26,5 cm comme tout ceux de la collection) un bien bel objet.

Quelques extraits : ici.

Et c’est au son de ce CD qu’on continue notre voyage avec Ainsi disait Grand-mère.

Frank Lanot s’est amusé à récolter de vieilles expressions bretonnes (maigre comme une échelle à guignes, elle a faillit perdre sa marmite, il construit des châteaux dans la lune, il a le bonnet épais…) et nous les livre en français et en breton accompagnées de jolis petits textes pour les expliquer. C’est très agréable à lire, sortes de poèmes en prose, et ça amuse beaucoup les enfants. Le choix des expressions est fabuleux, elles sont très imagées et franchement souvent très drôles. L’ouvrage est illustré par des collages de Maryvonne Le Quellec. Un bel album sorti aux éditions du Jasmin.

On reste chez les éditions du Jasmin avec La fille de Guillaume le-mal-peigné.

Ce grand album (23,5 x 32,5 cm) nous raconte l’histoire d’un jeune homme qui se fait prêter de l’argent par un homme mystérieux qui lui dit s’appeler Guillaume le-mal-peigné. Le jour où il vient rembourser ses dettes il apprend que c’est le nom du diable… Il s’éprend de sa fille et compte l’épouser, mais pour cela il va devoir vivre quelques aventures !

On est bien là dans un conte breton ! Tout y est, l’histoire un peu fantastique, le diable  (très présent dans les histoires bretonnes), sa fille qui est un peu une fée (car en Bretagne, les jeunes filles sont toutes un peu des fées…), et dans le texte on retrouve quelques expression bien de là-bas (Ma Doué, Il est t’y pas fou ?…). Les grandes illustrations sont encadrées de granit rose sculpté de bas-reliefs, un détail original qui peut plaire comme déplaire. Moi j’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire qui m’a donné envie de relire des vieux contes bretons comme ceux de La légende de la Mort d’Anatole le Braz… mais là on n’est plus dans les livres pour enfants.

Pour compléter tout ça, je conseille à ceux qui s’intéresseraient au breton, Mon premier dictionnaire français-breton en images de Marie-Paule Cadieu et Christophe Lazé, sorti aux éditions Jean-Paul Gisserot. Un imagier français-breton avec des tas de mots, d’expressions, de phrases courantes…

Comptines et berceuses de Bretagne, collectif, illustré par Aurelia Grandin
Didier Jeunesse, 23€

Ainsi disait Grand-mère de Frank Lanot, illustré par Maryvonne Le Quellec
Éditions du Jasmin, 12,50€
Public : A leur lire / Lecteurs débutants

La fille de Guillaume le-mal-peigné de Françoise Richard, illustré par Anne Buguet
Éditions du Jasmin, 16€
Public : A leur lire (mais pas trop petits) / Lecteurs débutants

 ———————————————————————————————————-

A part ça ?

Comme l’année dernière nous souhaitons mettre en avant l’association Noël magique à l’hôpital. Votez pour un hôpital et vous lui faites gagner 1€ de jouets. L’année dernière l’association a récolté 32 000 €. N’oublions pas ces enfants qui passent les fêtes à l’hôpital.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange