La mare aux mots
Parcourir le tag

écouter lire

Un certain Nicolas…

Par 11 septembre 2014 Livres Jeunesse

J’ai des lacunes, et même parfois de sacrées lacunes ! Avec La mare aux mots, j’ai découvert Pierre Gripari, Roald Dahl et celui dont je vais vous parler aujourd’hui : Le petit Nicolas ! Bien sûr dans les trois cas je connaissais les noms, mais je n’en avais jamais lu !

Le petit NicolasLa sortie d’une édition spéciale (les trois premiers livres réunis en un) était le parfait prétexte pour découvrir ce classique de la littérature jeunesse.

Nicolas est un petit garçon, à l’école il a plusieurs copains. Il y a Alceste (qui mange tout le temps), Rufus (le fils d’un policier), Clotaire (un peu cancre), Eudes (qui passe son temps à donner des coups de poing), Geoffroy (dont le père est très riche), Agnan (le chouchou de la maîtresse sur qui l’on ne peut pas cogner, car il a des lunettes) et d’autres encore. Tous ceux-là (enfin sauf Agnan) se retrouvent pour faire de nombreuses bêtises et rendre la vie impossible aux adultes (le bouillon, leur surveillant, la maîtresse, le directeur, les parents…). Nicolas veut souvent bien faire (comme lorsqu’il décide d’offrir un bouquet à sa maman), mais généralement ça finit mal… Les adultes ne sont pas forcément mieux que les enfants, comme par exemple le père de Nicolas toujours en train de se chamailler avec le voisin et qui, peu importe de quoi parle Nicolas, aurait pu en être champion s’il avait continué.

Quel bonheur que ce gros recueil ! Très certainement que vous connaissez tous ce héros de Sempé et Goscinny que je découvre à 37 ans, mais peut-être donnerais-je l’envie à quelques-uns de le lire à leurs enfants ! J’ai lu, pour ma part, tout cet été ces histoires à ma fille de 6 ans qui s’est totalement régalée ! Elle est devenue totalement fan (au point un jour de me dire qu’elle aimerait un déguisement du Petit Nicolas…) et j’avoue en être devenu fan également ! C’est très drôle, plein de tendresse, terriblement bien écrit. Le fait que ça soit bourré de répétitions (notamment sur les personnages qui sont systématiquement présentés) fait beaucoup rire les enfants qui disent les mots avant qu’on ne les prononce.
Un grand classique de la littérature jeunesse qui n’a pas du tout vieilli.

LeLes vacances du Petit Nicolas troisième livre compilé dans ce recueil, Les vacances du Petit Nicolas, est également sorti en CD raconté par Benoît Poelvoorde… et là encore quel bonheur !
Dans cette histoire, on va donc suivre les aventures du Petit Nicolas tout d’abord en vacances avec ses parents puis en colo. Les copains habituels sont donc absents, mais les nouveaux ne sont pas mal non plus. Ici encore les bêtises sont au rendez-vous et les adultes sont toujours aussi désemparés, exaspérés.
Benoît Poelvoorde excelle dans son rôle de récitant, par moment j’ai franchement ri et je ne me suis jamais ennuyé. Ma fille a écouté ce double CD quasiment en boucle tout cet été dans sa chambre, sans jamais s’en lasser.
Une géniale lecture du Petit Nicolas, aussi savoureux pour les enfants que pour les parents.

Le Petit Nicolas
Texte de Goscinny, illustrations de Sempé
Gallimard Jeunesse dans la collection Folio Junior
12,50 €, 125×175 mm, 480 pages, imprimé en Italie, 2014.
Les vacances du Petit Nicolas
Textes de Goscinny, lus par Benoît Poelvoorde
Gallimard Jeunesse dans la collection écoutez lire
19,90 €, durée : 2h13, 2014 (précédente édition 2012).

À part ça ?

Si vous recevez notre feuille de nénuphar ou si nous suivez sur facebook vous le savez peut-être déjà… La mare aux mots recrute ! Nous cherchons un-e chroniqueur-euse pour le numérique ! Plus d’infos ici.

Gabriel

You Might Also Like

Chut ! J’écoute encore une histoire !

Par 16 mai 2014 Livres Jeunesse

On a commencé hier, voici la suite de notre sélection de CD et livres-CD pour écouter des histoires (toujours en chronique croisée avec Maman Baobab).

pierre et les voyousCe matin, Pierre refuse d’aller à l’école prétextant être malade. Sa mère voit bien qu’il ne l’est pas et l’oblige à y aller, pourtant le jeune garçon traîne des pieds. Arrivé dans l’établissement il retrouve Clara, son amie et Sébasse, le gros dur qui le surnomme Vivaldi et se moque de lui. Parce que Pierre joue du piano et peut-être parce qu’il est un peu plus chétif, il est le souffre-douleur de Sébasse et de ses copains. Mais sa rencontre avec Joachim, un jeune hockeyeur va peut-être changer la donne !

Troisième aventure de Pierre, après avoir croisé un pialeno et avoir rencontré Clara, le voici donc maintenant harcelé par une bande de voyous. Comme pour chaque livre-CD de la collection, un compositeur est mis à l’honneur. Après Prokofiev et Shuman, ici on va entendre du Tchaïkovski et des extraits de l’Album pour enfants op.39. C’est décidément une série qu’on aime beaucoup tant pour la qualité des illustrations que du point de vue de l’histoire racontée. Et bien sûr les choix musicaux ! Encore une nouvelle aventure d’un héros qu’on aime décidément beaucoup.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Pierre traqué par le tracQuand Pierre rentre chez lui, il entend courir les notes de musique. Qui joue aussi bien cette Arabesque de Debussy ? C’est sa vieille tante Juliette. Mais elle a beaucoup changé, elle semble si frêle, si fragile. Toute la famille a l’air triste en l’écoutant, Pierre se pose des questions. Il se rend vite compte qu’en plus Juliette tient des propos incohérent, mais que se passe-t-il ? En fait il va apprendre que la vieille dame souffre de la maladie d’Alzheimer et que tout semble s’envoler de sa tête. Au moment de jouer à son tour, il ne trouve plus les notes, aurait-il la même maladie ?

C’est donc la quatrième (et dernière à ce jour) aventure du jeune pianiste et c’est certainement la plus forte, la plus touchante. Ici, c’est accompagné par le Children’s Corner de Debussy que nous suivons cette histoire de perte de mémoire et de trac. On recroise le pialeno, personnage important du premier opus et bien entendu on retrouve la jolie Clara. Une histoire forte, belle avec des illustrations toujours aussi jolies et un accompagnement musical de grande qualité.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

HalbBaka, la grand-mère de Tallinn lui offre pour ses dix ans sa clarinette, celle qui lui appartenait. La famille de Balka a été si dispersée par les guerres qu’il ne lui reste plus que la musique à transmettre et surtout une mélodie, celle que lui avait apprise sa mère, qui la tenait de sa mère, qui la tenait elle-même de sa mère et ainsi de suite. Sauf que Balka a vieilli, elle ne se souvient plus. La dernière partie de la mélodie s’est envolée de sa tête. Alors Tallin va tenter d’aider sa grand-mère à retrouver la partie manquante, ça sera le début d’un grand voyage.

Une bouffée d’émotion, un livre-CD extrêmement fort. Déjà parce que, personnellement, la musique Klezmer m’émeut énormément, me touche particulièrement. Ensuite parce que cette histoire sur la transmission est particulièrement belle. Enfin parce les illustrations de Barroux sont, comme d’habitude, superbes. Cette grand-mère dont les souvenirs s’envolent et cette petite fille vont retourner dans le village d’origine de la vieille dame, en espérant retrouver ce qui est perdu. Pendant ce temps, pendant qu’elles se demandent quelle est la fin de la mélodie, que la grand-mère dépérit, le chien Frageh (qui veut dire question en yiddish) grossit de plus en plus, jusqu’à devenir gigantesque. On parle donc de la transmission, de la sénilité, mais aussi des relations intergénérationnelles, de la création (et même en arrière-plan de la guerre, de la persécution des juifs, des villages détruits en Serbie). Un magnifique livre-CD avec une histoire et une musique bouleversante et de magnifiques illustrations.
Un site dédié avec des extraits et vu par Enfantipages.

TanbouAlors qu’elle pleure parce qu’elle n’arrive pas à chanter, Marie rencontre Donga. Il lui propose de l’aider, pour cela il lui demande de revenir le voir le lendemain. Quand elle revient, il a un tambour pour elle, le même tambour qu’avaient le père de Donga, ses grands-pères et même ses arrière-grands-pères. À l’école la maîtresse confisque le tambour. Donga raconte à Marie comment, il y a longtemps, des hommes avaient décidé que les gens comme lui seraient des marchandises. Il lui explique pourquoi ces tambours sont importants et il la rassure, quand la maîtresse connaîtra l’histoire, elle le lui rendra.

Il y a énormément d’émotion dans ce livre-CD. Grâce à l’histoire, grâce à la musique, grâce aux magnifiques illustrations. Au son du tambour et d’une version africaine de la comptine À la Claire Fontaine, on nous parle donc d’esclavage. À hauteur d’enfant, cet ouvrage sorti en 2000 et qui vient de ressortir, réussi à nous parler de ce sujet délicat sans aucune lourdeur, sans que ça soit pesant. Et quel plaisir de retrouver la chanteuse Maya Barsony qui interprète ici le rôle de Marie. Un magnifique livre-CD pour évoquer l’esclavage.

Le secret de grand-pèreSes parents ont un peu honte de son vieux grand-père, un paysan… pensez donc, eux qui habitent la ville ! Pourtant, lui l’aime ce vieil homme et dès qu’il le peut, il va lui tenir compagnie. Un jour, le grand-père évoque sa femme, disparue il y a vingt ans et tient des paroles bien énigmatiques… Le petit fils va connaître le secret de son grand-père.

J’avoue que je ne connaissais pas Le secret de grand-père de Michael Morpurgo sorti en 1997. C’est donc une version racontée par Frédéric Dimnet qui vient de sortir chez Gallimard Jeunesse dans la très bonne collection écouter lire. Une magnifique histoire sur l’amitié entre un petit fils et son grand-père, sur la transmission, sur l’amour de la campagne… et tant de choses encore (que je ne peux vous révéler pour ne pas vous révéler trop de l’histoire). Découpé en deux parties (le petit fils et son grand père puis une histoire de l’enfance du grand-père qu’il raconte), c’est un roman passionnant, captivant. Une très belle histoire.

JAMES et la GROSSE PECHEJames Henry Trotter est orphelin depuis que ses parents ont été écrasés par un rhinocéros échappé d’un zoo. Il est élevé par deux tantes ignobles : Tante Piquette et Tante Éponge. James est leur souffre-douleur, leur domestique. Un jour le chemin de James croise celui d’un vieil homme qui lui dit lui vouloir du bien et lui offre un sachet mystérieux en lui disant de bien y faire attention que ce qu’il contient changera sa vie. Malheureusement, James laisse échapper son sachet au pied d’un pêcher… Il pense qu’il ne lui arrivera donc rien de positif, qu’il va devoir continuer à servir ses tantes. Mais le lendemain, une pêche géante a poussé dans l’arbre et celle-ci va changer sa destinée.

Grand classique de la littérature jeunesse américaine, James et la grosse pêche est un roman des années soixante qui n’a pas pris une ride… par contre cette version CD des années quatre-vingt un peu ! Mais quel plaisir de redécouvrir cette aventure riche en rebondissement, où un petit orphelin va voyager dans une pêche accompagné d’animaux aux caractères bien trempés. Soyons honnête, je n’ai pas lu le roman et je ne connaissais que l’adaptation ciné signée Henry Sellick (réalisateur de L’étrange Noël de Mr Jack) que j’aime énormément. Ma fille de six ans et moi avons pris énormément de plaisir à entendre le roman raconté, entre autre, par Claude Villers.
Un extrait sur le site de Gallimard.

Sans les mains et en danseuseTout commence dans un jardin en Champagne. Il y a une mère qui arrive en poney (qui, tous les deux, finissent par tournoyer dans le ciel), le Général de Gaulle, des portes qui rétrécissent, des escaliers qui remontent en descendant, des histoires racontées en fin de repas et qui mettent la famille mal à l’aise, une bergère avec des lèvres en colle UHU, un mur contre lequel on est adossé mais qui est devant et même Jane Birkin !

Mais quel grand moment ! Mais quel bonheur que d’écouter Sans les mains et en danseuse de Pépito Matéo ! J’ai ri (pas juste souri, vraiment ri), j’ai été ému, je ne me suis pas ennuyé une seconde pendant les soixante-quinze minutes que durent cette histoire complètement loufoque. On est ici dans une sorte de rêve, où tout est possible. Pépito Matéo joue avec les mots, les expressions, on se régale ! Une folle histoire, pas toujours aussi déjantée qu’elle en a l’air, racontée par un conteur absolument génial. Un CD qui est entré directement dans mes albums de contes préférés.
Des extraits sur le site de Oui’dire.

Sans les mains et en danseuse
Et parce que ce texte est extrêmement riche, vous pouvez retrouver une version écrite très joliment illustrée par Marion Fournioux sortie chez Winioux. Plus d’infos ici : http://editionswinioux.com/-Sans-les-mains-et-en-danseuse.


Le mariage d'Atyek


CHRONIQUE RETIRÉE A LA DEMANDE D’ARMELLE AUDIGANE



DiablerieCinq histoires de diables. Une filandière qui rencontre le malin et qui lui propose de faire son travail, en échange elle devra dire son nom et son âge, sans ça… Un ancien soldat errant à qui tout le monde refuse l’aumône, à qui le diable va proposer de porter une peau d’ours pendant sept ans et s’il le fait il le rendra riche (mais en plus de la peau d’ours, il lui faudra aussi ne plus se laver, ne plus se couper les cheveux, ne plus se couper les ongles…), en sera-t-il capable ? Quand Dieu a créé l’homme et la femme, il les a fait égaux, de même force… mais l’homme n’était pas d’accord ! Il est retourné voir Dieu pour qu’il soit plus fort et plus grand. Ainsi la femme allait obéir… sauf que le Diable s’en mêla. Un roi qui refuse de laisser sortir sa fille parce qu’il a peur que le diable l’enlève et qui finira par lui laisser sa liberté pour qu’elle ne meure pas d’ennui. Notre jeune fille part donc découvrir le monde, avec une épée que son père lui a confié… et elle lui sera utile… Un disciple qui demande à son maître la différence entre l’Enfer et le Paradis.

Je connaissais déjà certaines des histoires que raconte Elisa de Maury (Le diable et la tissandière est une histoire connue qu’on retrouvait dans Le nom du diable, chroniqué ici, et Peau d’Ours est un conte des frères Grimm qu’on avait déjà chroniqué ici) mais quel plaisir que d’écouter ces histoires racontée avec autant de talent ! Issues de contes traditionnels, ces histoires sont captivantes. C’est aussi grâce à la qualité de son des CD Oui’Dire, on est enveloppé par la voix et la musique, on oublie tout ce qui se passe autour de nous, happé par les histoires. Cinq contes de grande qualité, comme on les aime, racontés par une conteuse très talentueuse.
Des extraits sur le site de Oui’dire.

Quelques pas de plus…
Retrouvez toutes les histoires racontées sur CD que nous avons chroniquées sur notre album Pinterest.
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Mathieu Boutin, Paule Trudel-Bellemarre et Denise Trudel (Pierre et Clara et Pierre et le pialeino), Barroux (Un bond de géant – 1969, on a marché sur la lune, Méga-Loup, Mon voyage en gâteauKako le terrible et La rentrée de Noé), Roal Dahl (Matilda) et Pépito Matéo (Le petit Cépou et Le carnaval des animaux). Retrouvez aussi notre interview de Barroux.

Pierre et les voyous
Texte de Mathieu Boutin, illustré par Paule Trudel Bellemare, Musique de Piotr Tchaïkovski interprétée par Denise Trudel
Planète rebelle dans la collection Conter Fleurette
22 €, 205×205 mm, 76 pages, CD 1h20 environ, imprimé au Canada, 2010.
Pierre traqué par le trac
Texte de Mathieu Boutin, illustré par Paule Trudel Bellemare, Musique de Claude Debussy interprétée par Denise Trudel
Planète rebelle dans la collection Conter Fleurette
22 €, 205×205 mm, 64 pages, CD 1h18 environ, imprimé au Canada, 2012.
Halb, l’autre moitié
Texte de Sigrid Baffert raconté par Elsa Zylbertein, illustré par Barroux, musique d’Alexis Ciesla
Les éditions des Braques dans la collection Un livre – Un CD
18,30 €, 212×214 mm, 36 pages, CD 42 min. environ, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Tanbou
Texte et illustrations de Piotr Barsony, percussion Ka d’Edmony Krater
Syros
19,95 €, 239×310 mm, 30 pages, CD 13 min. environ, imprimé en Espagne, 2014.
Le secret de grand-père
Texte de Michael Morpugo (traduit par Diane Ménard), lu par Frédéric Dimnet
Gallimard Jeunesse dans la collection Écoutez lire
12,90 €, CD 1h05 environ, 2014.
James et la grosse pêche
Texte de Roald Dahl (version abrégée traduite par Maxime Orange), lu par Claude Villers, Sophie Wright, Geneviève Lezy, Henri Marteau et Christine Martin
Gallimard jeunesse dans la collection Écoutez lire
15,90 €, CD 2h08 environ, 2014.
Sans les mains et en danseuse
de Pépito Matéo
Oui’dire dans la collection Contes d’auteurs
17 €, CD 1h16 environ, 2013.
Le mariage d’Atyek
de Armelle & Peppo Audigane
Oui’dire dans la collection Contes d’auteurs
17 €, CD 52 min. environ, 2013.
Diableries
d’Élisa de Maury
Oui’dire dans la collection Contes d’auteurs
17 €, CD 1h01 environ, 2005.

À part ça ?

On vous parle dans cette chronique de Oui’dire, et on vous en parle régulièrement car c’est une super maison d’édition. C‘est un label discographique qui a un magnifique catalogue d’histoires à écouter pour les parents et pour les enfants. Ils ont besoin de vous pour continuer leurs beaux projets. Je vous laisse cliquer sur ce lien, vous en saurez plus !

Gabriel

You Might Also Like

Chut ! J’écoute l’histoire !

Par 15 mai 2014 CD non musical, Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on va se taire, si si ! On se tait et on écoute, il y a quelqu’un qui nous raconte une histoire… Une chronique en deux parties (la suite sera demain) une nouvelle fois en chronique croisée avec Maman Baobab (parce qu’on aime ça !).

La boîte à joujouxIl y a une nouvelle dans la boîte à joujoux. Mademoiselle Chouchou est une jolie poupée de porcelaine et en la voyant le maire et Polichinelle se sentent troublés. Mais c’est surtout le soldat de plomb numéro 7 qui perd ses moyens quand il croise son chemin, et voilà qu’il s’arrête en plein défilé, causant une sacrée pagaille ! Ces deux-là ont eu un gros coup de foudre et même si le soldat doit faire un séjour au cachot pour avoir mis le désordre, Mademoiselle Chouchou l’attendra. Mais Polichinelle ne voit pas ça du même œil…

Une amie m’avait conseillé ce livre-CD en me disant que c’était l’un de ses plus gros coups de cœur en littérature jeunesse… je n’ai absolument pas été déçu ! Magnifiques illustrations de Régis Lejonc, superbe histoire écrite par Rascal et racontée par Natalie Dessay, très belle musique de Debussy interprétée par l’Ensemble Agora… Tout était réuni pour faire un petit bijou, et c’est réussi ! Petits comme grands, on tombe sous le charme de cette belle histoire d’amour entre des jouets, de ces personnages qui regardent le ciel peint sur le plafond de la boîte à joujoux. On trouve des merveilles dans les grands livres-CD de chez Didier jeunesse, j’ai trouvé mon chouchou !
Des extraits sur le site de Didier Jeunesse.

Et en parlant de chouchou…

Bulle et Bob au jardinC’est une belle journée, une journée idéale pour être dans le jardin et ça tombe bien, Bulle et Bob doivent planter des tomates cerise. On met ses gants, ses bottes, on prend les plans de tomates et hop on s’y met. D’abord il faut arracher les mauvaises herbes (mais attention aux bonnes !), on remue la terre (en croisant des vers de terre), puis on plante et on arrose (si on arrive à ouvrir le robinet !). On profite aussi pour réviser ses légumes, regarder se promener les escargots et passer les nuages et même servir de perchoir à coccinelles. Décidément, c’est une belle journée.

Quel bonheur de retrouver Bulle et Bob, les deux héros imaginés par Natalie Tual et mis en image par Ilya Green. Une petite histoire entrecoupée de chansons où l’on se sent enveloppé dans un cocon de tendresse sans que ça ne soit jamais mièvre. C’est doux, c’est tendre, c’est beau. Quel joli moment ! Et bien-sûr il y a l’humour piquant de la pétillante auteur-interprète comme lorsque les enfants jouent au jeu des légumes (citer ceux qu’on connait) et que Bulle propose les frites. Les enfants adorent, l’écoutent en boucle, chantent et les parents ne soupirent pas en entendant pour une énième fois leurs marmots relancer le CD.
Des extraits sur le site de Didier Jeunesse et le même vu par Maman Baobab.

Ogres et OgressesIl y avait une ogresse qui avait entendu ce qu’une chèvre disait à ses sept chevreaux pour qu’ils lui ouvrent la porte et qui décida de se faire passer pour elle. Il y avait aussi une cuisinière qu’on appelait la grosse Suzon qui s’intéressait beaucoup à un jeune garçon que son maître avait trouvé dans une forêt quand il n’était qu’un bébé. Il y avait, enfin, une ogresse qui avait profité du départ d’un homme pour aller voir chaque jour sa fille, Aïcha et lui sucer le doigt.

Trois contes qui mettent en scène des ogres et des ogresses sont réunis dans ce très beau livre-CD sorti chez Didier Jeunesse. Le premier, L’ogresse et les sept chevreaux, la version libanaise d’un conte bien connu illustré par Martine Bourre, nous l’avions déjà chroniqué ici lors de sa sortie dans la collection À petits petons. Le dernier, Aïcha et l’ogre, un conte tunisien illustré par Vanessa Hié, nous l’avions chroniqué ici lors de sa sortie dans la collection Il était une (mini) fois. Il n’y a donc que le second que nous découvrons dans cette version, Trouvé-dans-un nid, une adaptation d’un conte des frères Grimm illustrée par Rémi Saillard. Tous les trois sont racontés par la conteuse Praline Gay-Para et on se régale ! Quel bonheur de l’écouter conter ces trois histoires pleines d’humour. On est happé par sa voix, sa façon de raconter et on enchaîne les trois histoires avec le plus grand plaisir !
Le même vu par Butiner de livres en livres et À l’ombre du saule et des extraits sur le site de Didier Jeunesse.

On reste d’ailleurs avec Praline Gay-Para

Ti Moun dit non !Un tout petit garçon nommé Ti Moun voulait devenir grand. Il décida d’aller voir les animaux pour leur demander ce qu’ils mangeaient pour être si forts ! Seulement voilà… il a beau vouloir être grand il n’a pas envie de manger des os comme le chien, de l’herbe comme le bœuf, du foin comme le cheval… mais au fait… pourquoi veut-il être aussi grand et fort ?

Prends le temps de grandir doucement, voilà le conseil qui est donné à Ti Moun. Dans cette très jolie histoire signée Praline Gay-Para (et racontée par elle-même sur le CD), on parle donc de vouloir grandir trop vite, de l’impatience. La conteuse l’explique en fin d’ouvrage, ce sont deux contes, l’un afro-américain et l’autre haïtien qui sont à l’origine de cette histoire. Illustrée par Lauranne Quentric, c’est un bien joli conte en randonnée où l’on rappelle l’importance de dire non et que l’on prend beaucoup de plaisir à écouter.
Le même vu par Les riches heures de Fantasia et par Maman Baobab et des extraits sur le site de Syros.

les aventures de p'tit bonhommeUn p’tit bonhomme des bois se promenait dans la forêt quand tout à coup un blaireau le vit. L’animal se dit qu’il en ferait bien son repas, et se mit à le suivre. Quelques pas plus loin, un renard vit le p’tit bonhomme des bois. Il n’avait jamais mangé ça et se dit que cela devait être bon ! Et en plus il était accompagné d’un blaireau, le repas allait être copieux ! Il se mit à les suivre. Puis ils furent rejoints par un renard, un loup et un ours…
P’tit Bonhomme se réveilla avec une faim de loup. Vite, il lui fallait quelque chose à se mettre sous la dent, il fila à la boulangerie et demanda du pain au boulanger. Sauf que rien n’est gratuit, et s’il voulait du pain, comme il n’avait pas de sous, le P’tit Bonhomme devait fournir de la farine. Ainsi notre petit héros couru chez le meunier. Sauf que rien n’est gratuit, s’il voulait de la farine notre petit bonhomme devait fournir du blé ! Et pour avoir du blé il lui faudrait trouver du crottin, pour avoir du crottin il lui faudrait de l’herbe et pour avoir de l’herbe il devait trouver de l’eau…

Deux contes en randonnée drôles et poétiques signés par le génial Pierre Delye. Je connaissais ses livres, je l’avais découvert sur scène, je ne l’avais pas encore écouté en CD. Alors bien-sûr rien ne vaut le spectacle vivant mais quel bonheur que de l’écouter nous conter ces deux histoires, prendre les voix des personnages. On sourit, on rit même parfois, on passe un moment délicieux (autant les parents que les enfants). Côté illustrations, Martine Bourre pour Le P’tit Bonhomme des bois et Cécile Hudrisier pour La grosse faim de P’tit Bonhomme (qu’on avait d’ailleurs déjà chroniqué ici). Les deux illustratrices ont utilisé de nombreuses matières pour leurs collages, c’est riche en détails, et c’est beau ! Un disque-CD plein de malice pour passer un moment exquis !
Des extraits sur le site de Didier Jeunesse.

mon meilleur meilleur amiQu’il est agaçant à être toujours de bonne humeur cet Arlequin à l’habit coloré ! Oiseau gris n’en peut plus ! Il a l’impression que sa vie est morne à côté ! Il décide de jouer un tour au joyeux personnage, il va moins rigoler, ça c’est sûr !
Malika se rend compte un matin qu’elle n’a plus que 103 peluches. Elle en avait 110 avant ! Sa maman lui explique qu’elles étaient usées, qu’il faut à un moment se séparer de certaines affaires, mais rien à faire Malika n’est pas contente. À partir de ce jour elle décide de recompter tout le temps ses peluches et un jour… Malika pousse un cri, il y en a 104 ! Qui est ce nouveau venu qui a deux bouches et qui dit s’appeler Monstre Monstre (faut dire qu’il dit tout en double !) ?

Sorti chez Planète Rebelle, Mon meilleur meilleur ami regroupe donc deux histoires signées Jennifer Couëlle et racontées ici par Françoise Diep. Dans la première il est donc question de bonne humeur et de ceux qui jalousent cet optimisme. Dans la seconde, on parle de grandir, de devoir se séparer de certaines choses liées à l’enfance. Deux très jolies histoires joliment mises en images par Josée Bisaillon. Deux histoires pleines d’humour et de douceur, adaptées aux plus petits.
Des extraits sur le site de Planète Rebelle.

Les aventures de la famille MotorduIls en vivent des aventures les Motordu ! Un jour le prince à pâle au ventre (si ça se trouve c’est lapin dix huitres), une autre fois, comme on est en jouet c’est le temps des grandes balances et on part vers la Botte d’Azur, un autre jour ils s’aperçoivent qu’il y a un fantôme dans le chapeau, il y a aussi la fois où Marie-Parlotte a reçu un cheval appelé Belle-Chic en cadeau et enfin la fois où Motordu reçoit un père hoquet qui fait plein de bêtes hips et qui refuse qu’on le mette en cage.

Je pense que vous êtes nombreux à connaître Le prince de Motordu. J’ai grandi en lisant les livres de Pef et notamment les aventures de ce héros qui vit dans un chapeau avec la princesse Dézécolle et ses enfants Marie-Parlotte et Nid de Koala. Ici, les mots sont donc remplacés mais habillement, avec beaucoup d’humour, les doubles sens sont nombreux et hilarants. C’est la première fois que je découvrais ces livres sous forme de CD et je suis quand même sceptique ! Dans les livres du prince de Motordu, parfois on a besoin de relire une phrase pour en comprendre tous les sens, et en CD… c’est plus difficile ! Ça défile, on réfléchit à ce que l’on vient d’entendre et on se perd ! Et il n’y a pas les illustrations pour nous aider. Ma fille de six ans a quand même pris énormément de plaisir à l’écouter et riait en entendant les dialogues décalés de ces cinq histoires lues par Pef lui-même.
Le même vu par Maman Baobab.

Le monstre poilu et 3 autres histoiresC’est l’histoire d’un monstre qui était couvert de poils, un monstre poilu qui était d’une laideur abominable ! Un jour, alors qu’il passait par là, le roi fut capturé par le monstre poilu. Celui-ci accepta de le laisser partir s’il lui ramènerait le premier enfant qu’il croiserait. Sauf que le premier enfant qu’il croisa fut sa fille…
Léon était un roi qui ne supportait pas qu’on soit plus beau que lui. Quand quelqu’un osait cet affront, le roi lui faisait couper la tête. Les gens se mirent donc à s’enlaidir et forcément… plus personne ne tomba amoureux de personne et plus aucun bébé ne naissait. Jusqu’au jour où…
Il était une fois une sorcière qui aimait manger des enfants. Forcément, aux alentours ceux-ci ne sortaient plus et donc n’allaient plus à l’école. Forcément, ils devenaient idiots. Un jour, la sorcière croisa la route de deux de ces garnements, Pincemi et Pincemoi.

Quatre histoires d’Henriette Bichonnier (Le monstre poilu, Le retour du monstre poilu, Le roi des bons et Pincemi, Pincemoi et la sorcière) qui ont toutes été illustrées par Pef et surtout, mis à part Le retour du monstre poilu, qui ont marqué mon enfance (cela dit, je ne suis pas certain que Gallimard y ai pensé en faisant cette compilation). J’ai lu ces parodies de contes alors que j’avais 8-9 ans, à chaque Noël, chaque anniversaire, chaque occasion, je demandais un livre de Pef et ceux-là faisaient partie de mes préférés (avec Rendez-moi mes poux). Près de 30 ans plus tard, j’ai vu ma fille être morte de rire en entendant les « poil à » de la petite Lucille ou les blagues de Pincemi et Pincemoi. Ces histoires ne vieillissent pas, elles amusent toujours autant les enfants. Gallimard regroupe ici quatre lectures (enregistrées, respectivement, en 1984, 2014, 1990 et 2014) faites par Francis Perrin, Max de Bley, Pierre Junière, William Pinville et Pef lui-même. Pour tout vous dire, autant j’ai adoré découvrir Le monstre poilu, Le retour du monstre poilu et Pincemi, Pincemoi et la sorcière dans cette version CD, autant j’ai trouvé horripilante la lecture de Le roi des bons. Les comédiens surjouent… c’est assez insupportable ! Mais mis à part ce bémol, voilà des histoires pleines d’humour qui vont ravir les enfants et rappeler des souvenirs à pas mal de parents.

Les petits oiseauxL’hiver est là, une vieille fermière rentre ses poules et ravitaille une mangeoire à oiseaux en graines et boules de graisse. Pinsons, sittelles torchepots et moineaux friquets arrivent à toute volée. Mais alerté par les piaillements, un chat ne tarde pas à venir se tapir, prêt à bondir. Il va tenter plusieurs fois, les oiseaux vont se succéder, l’un d’eux sera-t-il moins rapide que le félin ?

Béatrice Fontanel pour le texte, Jérôme Deschamps qui le raconte, Antoine Guilloppé qui illustre et des musiques des plus grands musiciens pour accompagner le tout. François Couperin, Antonio Vivaldi, Maurice Ravel, Igor Stravinsky, Eino Juhani Rautavaara, Jean Françaix… Ce sont les œuvres évoquant des oiseaux de quatorze compositeurs dont on retrouve des extraits ici. En plus de la présentation succincte des musiciens, on trouvera aussi une description des oiseaux présents dans l’histoire. Les magnifiques illustrations d’Antoine Guilloppé ont fait pousser des « waouh » à ma fille. Une bien jolie histoire magnifiquement illustrée et accompagnée de très belles musiques classiques.
Une émission qui en parle, Les traverses du temps sur France Musique.

Quelques pas de plus…
Retrouvez toutes les histoires racontées sur CD que nous avons chroniquées sur notre album Pinterest.
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Rascal (L’ours qui danse, Le temps des ours, Le plus joli des rêves et Tout le monde fait caca), Natalie Dessay (La petite sirène), l’Ensemble Agora (La petite sirène), Régis Lejonc (Loup ?, La mer et lui, Le petit chaperon rouge ou La petite fille aux habits de fer blanc et Obstinément Chocolat), Natalie Tual (Comptines pour compter, Bulle et Bob à l’école, Comptines pour chanter les couleursBulle et Bob préparent Noël, Bulle et Bob à la plage, Bulle et Bob dans la cuisine et Chansons pour chanter Noël), Ilya Green (Nos beaux doudous, Bulle et Bob à l’école, Mon arbre, Marre du rose, Bulle et Bob préparent Noël, Les plus belles berceuses jazz, Bulle et Bob à la plage, Peter Pan et Wendy, Bulle et Bob dans la cuisine et Le masque), Praline Gay-Para (Aïcha et l’Ogre, Petit beignet rond et doré, L’ogresse et les sept chevreaux et Au loup !), Martine Bourre (La truie et le loup, L’ogresse et les sept chevreaux, Les Deux Vieux & l’Arbre de vie, Au bain, mon lapin ! et La souris qui cherchait un mari), Rémi Saillard (Petit beignet rond et doré, (Rois et reines de France, Les histoires des musiciens de Brême racontées dans le monde, Au chat et à la souris, Dans ma rue et Ami ou ennemi ?), Vanessa Hié (Mon secret rit tout le temps et Le carnaval des animaux), Pierre Delye (La petite poule rousse, Mais il est où ce gros matou ? et La grosse faim de P’tit Bonhomme), Cécile Hudrisier (Comptines pour mon bébé, Le gâteau de Ouistiti, La moufle, Comptines pour compterComptines pour chanter les couleursLa petite poule rousse, Mais il est où ce gros matou ?, La grosse faim de P’tit Bonhomme, Il était une fois… Contes en haïku, Les plus belles chansons anglaises et américaines, P’tit biscuit ou L’histoire du bonhomme de pain d’épices qui ne voulut pas finir en miette, Comptines pour chanter en anglais, Le fil rouge, Chansons pour chanter Noël et Comptines pour chanter la ferme), Jennifer Couëlle (Je t’aime comme toi), Françoise Diep (Les deux cailloux et Le loup et la soupe aux pois), Josée Bisaillon (J’ai un bouton sur le bout de la langue), Pef (Aux fous les pompiers !Le Ré-si-do-ré du Prince de Motordu et Le conte chaud et doux des chaudoudoux), Béatrice Fontanel (Mon copain Bogueugueu et Bogueugueu est amoureux) et Antoine Guilloppé (Le voyage d’Anoki, Les musiciens de Brême, La mouffle, Loup noir, Grand blanc, Première neige,Plein soleil, Qui dit noir dit blanc, Pleine lune et Akiko la rêveuse). Retrouvez aussi nos interviews de Natalie Tual Cécile Hudrisier  et Antoine Guilloppé.

La boîte à joujoux
Texte de Rascal, conté par Natalie Dessay, musique de Claude Debussy jouée par l’Ensemble Agora, illustré par Régis Lejonc
Didier Jeunesse dans la collection Contes musicaux
23,80 €, 270×270 mm, 43 pages, CD 35 min. environ, imprimé en France, 2005.
Bulle et Bob au jardin
Texte et musique de Natalie Tual, conté et chanté par Natalie Tual, Gilles Belouin, Erell et Antoine Paineau-Tual, illustré par Ilya Green
Didier Jeunesse dans la collection Polichinelle
17,70 €, 210×210 mm, 40 pages, CD 15 min. environ, imprimé en France, chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Ogres et Ogresses
Contés par Praline Gay-Para, illustrés par Martine Bourre, Rémi Saillard et Vanessa Hié
Didier Jeunesse dans la collection À petit petons
21,30 €, 240×225 mm, 96 pages, CD 35 min. environ, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Ti Moun dit non !
Conté par Praline Gay-Para, illustré par Lauranne Quentric
Syros dans la collection Paroles de conteurs
15,90 €, 205×320 mm, 32 pages, CD 11 min. environ, imprimé en France, 2014.
Les aventures de p’tit Bonhomme
Contés par Pierre Delye, illustrés par Grégory Allaert, Martine Bourre et Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse
21,30 €, 240×225 mm, 64 pages, CD 17 min. environ, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2011.
Mon meilleur meilleur ami
Texte de Jennifer Couëlle, raconté par Françoise Diep, illustré par Josée Bisaillon
Planète rebelle dans la collection Conter Fleurette
23 €, 200×200 mm, 38 pages, CD 20 min. environ, imprimé au Canada, 2011.
Le monstre poilu et 3 autres histoires
Textes d’Henriette Bichonnier, lus par Francis Perrin, Pef, Max de Bley, Pierre Junière et William Pinville
Gallimard Jeunesse dans la collection Écoutez lire
12,90 €, CD 40 min. environ, 2014.
Les aventures de la famille Motordu, volume 1
Textes de Pef, lu par Pef
Gallimard Jeunesse dans la collection Écoutez lire
12,90 €, CD 1h02 environ , 2014.
Les petits oiseaux
Texte de Béatrice Fontanel, raconté par Jérôme Deschamps, illustré par Antoine Guilloppé
Naïve livres
20 €, 245×275 mm, 42 pages, CD 33 min environ, lieu d’impression non indiqué, 2013.

À part ça ?

affiche-eclatsdelire-2014Puisqu’on parle d’Ilya Green dans cet article… elle fait partie des organisateurs  de la première fête de la littérature jeunesse au Vigan (dans le gard) ce samedi (le 17 mai). Au programme : des dédicaces (Ilya Green, donc, Stéphane Servant, Mélusine Thiry, Claire Franek et bien d’autres !), des lectures, des ateliers, des expos… bref si vous êtes dans le coin, ça risque d’être rudement chouette ! Tous les infos sur leur blog : http://eclatsdelireduvigan.blogspot.fr et même sur facebook : https://www.facebook.com/leseclatsdelireduvigan ! Vous y allez et vous nous racontez ?

Gabriel

You Might Also Like

Chut ! J’écoute l’histoire !

Par 17 novembre 2013 CD non musical, Livres Jeunesse

Une grosse sélection de CD et Livres-CD pour écouter des histoires (on fera les chansons dimanche prochain) pour les tout-petits comme pour les plus grands… Une chronique si grosse que j’ai hésité à la découper en deux parties… Et suite à un débat à ce sujet sur facebook, la voici entière, espérant que vous vous y retrouverez, piocherez suivant l’âge de vos enfants ou prendez dix-quinze minutes pour tout lire, après tout, on est dimanche, il ne fait pas le beau… On a le temps !

On commence par les petits avec quatre livres cartonnés.

L'imagier de la couleurEt si on jouait avec les couleurs ? Il suffit de suivre le petit train des couleurs et on va découvrir le vert de la grenouille, le rouge des fraises, le blanc de la banquise…

On vous parle régulièrement ici des ouvrages de Jean-François Alexandre qu’on aime beaucoup. Dans L’imagier de la couleur, il nous présente les couleurs grâce à des petites chansons, des histoires, des poèmes, des jeux. De nombreuses voix d’enfants accompagnent le narrateur, ce que généralement les enfants adorent. Le livre cartonné à spirale qui accompagne le CD, très joliment illustré par Olivier Latyk, nous montre les couleurs primaires nécessaires pour faire les autres couleurs grâce au petit train qui apparaît en bas des pages (sur la page du vert, le train a un wagon jaune et un wagon bleu). On parle aussi des couleurs sombres et claires, des couleurs saturées, ternes, chaudes, froides, complémentaires… Les enfants vont aussi jouer avec les couleurs en posant leur doigt sur la couleur (soit parce qu’elle est nommée, soit parce qu’elle est la réponse à une question). Le livre propose encore bien d’autres choses que je vous laisse découvrir ! Encore un très bon ouvrage, très riche, dans cette collection qu’on aime décidément beaucoup.
Un extrait en ligne.

Mes premiers contesUne petite blonde bouclée qui va goûter la soupe de trois ours et même dormir dans leurs lits, une maman solo qui a sept petits et ça la rend chèvre (c’est un résumé comme un autre du loup et les sept chevreaux), une petite poule rousse trop maligne pour se faire avoir par un renard, une petite fille habillée en rouge qui va devoir tirer une chevillette pour qu’une bobinette choit et un petit bonhomme de pain d’épices qui refuse d’être croqué.

Je pense que vous aurez reconnu ces cinq contes classiques qui sont regroupés dans Mes premiers contes, un livre tout cartonné sorti chez Seuil Jeunesse. Des versions adaptées pour les plus petits, donc, avec de la musique en fond et même une chanson en introduction. Les illustrations un brin rétro sont signées Thomas Baas. Le livre est très joli avec sa tranche argentée (le genre de détail qui plaît aux enfants) et le CD est vraiment agréable à écouter, les personnages sont interprétés par de bons acteurs, convaincants (et la stéréo est très bien utilisée, ce qui n’est pas courant), les musiques en parfaite harmonie avec le texte (personnellement j’ai plus de mal avec la chanson d’intro mais c’est le genre de chanson qui cartonne auprès des enfants). Bref une très belle introduction aux contes.

Pépito super hérosPépito est un super héros ! La preuve, il a le costume, il sait voler et il fait disparaître des choses (le chocolat et la confiture notamment). Il a encore plein d’autres pouvoirs. Mais le soir, Pépito redevient un petit garçon.

C’est une très jolie histoire sur l’imaginaire des enfants que nous raconte le génial Dominique A dans Pépito super-héros pour la collection Le tube des tout-petits chez Gallimard. Pour Pépito, il est un super héros, puisqu’il a le costume ! Dans ses gestes quotidiens, il voit des super pouvoirs. Le livre est magnifiquement illustré par Magali Le Huche (Dominique A + Magali Le Huche quand même !). À la fin de l’histoire (lue par le chanteur, d’après le livre), Dominique A chante le bonheur d’être un super héros. Un bien bel ouvrage tout cartonné (sauf le CD sinon il ne fonctionnerait pas).
Un extrait en ligne.

Coocinelle ouvre ses ailesCoccinelle, elle, veut être une fée. Pour ça il faut qu’elle apprenne à voler ! Elle tente de rebondir sur les feuilles pour réussir à s’élever dans les airs… mais retombe sur un pissenlit ! Puis, c’est dans une toile d’araignée que Coccinelle atterrit. Vite, il faut fuir ! Coccinelle arrivera-t-elle à s’envoler ?

Cette fois-ci, c’est La grande Sophie qui nous raconte l’histoire de cette petite coccinelle et Nathalie Choux qui illustre. Ici, il est donc question d’accomplir ses rêves et de tout mettre tout en œuvre y pour arriver. Une histoire toute mignonne qui se termine par une chanson interprétée par La grande Sophie. Là, également, c’est un livre cartonné pour le plus grand bonheur des tout-petits.
Un extrait en ligne.

iris a 3 ansIris a trois ans, ça se fête ! Ses parents ont invité ses amis. La petite fille a mis sa robe rose qui lui donne l’impression d’être une princesse mais en attendant que ses invités arrivent elle s’ennuie… Et si elle leur faisait un dessin ? Ça y est ils sont tous là ! La fête peut commencer.

Même si on change de collection, on reste dans les histoires racontées par des chanteurs « pour adultes ». J’adore la chanteuse Coralie Clément, j’ai tous ses albums et je les écoute régulièrement, j’étais donc impatient d’écouter son histoire pour enfants. Ici, il s’agit vraiment d’une histoire pour les tout-petits. L’histoire est simple, entrecoupée de petites chansons toutes mignonnes. Les enfants reconnaîtront leur impatience aux anniversaires, leur passion du dessin et leur envie d’avoir un animal. Une très jolie histoire qui aurait méritée des illustrations plus douces.

La petite LouiseUn homme nous présente son accordéon, avec son instrument il nous propose de voyager. Il nous présente même La petite Louise… puis on repart en voyage !

Même si j’avoue ne pas avoir été séduit, ne pas avoir été touché par La petite Louise, ses voyages et son accordéon, j’ai eu envie de vous présenter cet album pour deux raisons principales : c’est rare les histoires avec de l’accordéon (et là il est très présent musicalement mais aussi dans le récit) et les illustrations d’Olivier Latyk sont vraiment jolies. Je n’ai pas réussi à entrer dans l’histoire (j’ai même eu du mal à trouver la cohérence) et j’ai fait le test avec ma fille (5 ans) qui l’a écoutée seule et qui a été incapable de me dire de quoi ça parlait. Dommage, car le point de départ de l’histoire était plutôt joli (un homme et son accordéon) et les chansons sont très sympathiques.
Des extraits du CD et du livre.

HululCinq histoires d’Hulul, un hibou. Alors qu’il est tranquillement chez lui, on tambourine à sa porte… qui peut bien frapper comme ça ? Et si c’était l’hiver ? Dans une autre histoire, Hulul voit des bosses bizarres dans son lit. Dans la troisième, Hulul décide de se faire un thé aux larmes. Dans la quatrième, Hulul a envie d’être en même temps en haut et en bas de sa maison. Dans la dernière, Hulul dialogue avec la lune.

Hulul est un livre sorti en 1975 chez L’école des loisirs. Ici, il sort donc dans la collection Chut ! les livres lus de L’école des loisirs… et j’avoue que je suis complètement passé à côté ! C’est certainement très poétique ces histoires de hibou qui se pose des tas de questions, boit des larmes ou invite le froid chez lui mais moi j’ai trouvé ça totalement soporifique… peut-être à cause de cette version audio qui endormirait même un enfant hyperactif ! Ça m’a rappelé des pièces de théâtre contemporain que nous emmenait voir notre prof de théâtre et où les plus courageux s’ennuyaient, les autres dormaient…

Roméo et le coup de luneRoméo, un petit clown, adore les enfants. Dès que l’école est finie il les fait rire. Seulement voilà, le rire des enfants insupporte Croquilaine la sorcière et elle fera tout pour que ça cesse (Là je viens d’oser le copié collé de ma chronique d’août).

Roméo et le coup de lune ressort en livre CD avec des illustrations signées Khasis Lieb. Comme je l’avais dit en août, c’est typiquement le genre de conte musical qui plaît aux enfants… et avec lequel j’ai beaucoup de mal ! ça s’est confirmé depuis, c’est un des CD que ma fille écoute le plus… et que je lui demande d’écouter uniquement dans sa chambre ! (allez je reprends encore ma chronique d’août) Histoire rythmée par des chansons, on pense aux spectacles musicaux du genre Emilie Jolie, Le soldat Rose ou encore L’enfant au Grelot (que j’avais vu au théâtre des nouveautés il y a peu et que ma fille, contrairement à moi, avait adoré). Bref une ambiance à laquelle on accroche… ou pas ! Si vous faites partie de la première catégorie vous allez certainement aimer cette histoire racontée par Jean-François Stévenin où l’on parle du rire des enfants, de la jalousie, des sorcières et des fées, des clowns auguste et des clowns blancs.
Bande annonce du spectacle : http://www.youtube.com/watch?v=sISYidQ6hgM

Le gâteau de OuistitiOuistiti regarde son papa cuisiner, lui aussi a envie de le faire ! À peine son papa sorti, le voilà qui prépare un gâteau. Il va être aidé par la petite souris. Ils vont beaucoup chanter en cuisinant, faire quelques bêtises mais surtout se régaler !

C’est une histoire toute mignonne et très rythmée que nous raconte Cécile Bergame. Son histoire, entrecoupée de chansons (dont certaines sont des chansons à gestes), va beaucoup plaire aux petits. L’histoire est simple, pleine d’humour, les chansons sont entraînantes et le livre est illustré par la très talentueuse Cécile Hudrisier. Ouistiti et la souris se régalent avec leur gâteau, nous on se régale en écoutant leurs aventures !
Des extraits du CD et du livre.

Le vieux cric cracIl était une fois un roi. Un roi qui refusait que sa fille se marie, et pourtant les prétendants étaient nombreux. Il imagina un stratagème pour qu’enfin on cesse de lui demander la main de la princesse. Il jeta du sel par la fenêtre pour que s’élève une montagne de sel, le premier qui monterait au sommet aurait la main de la fille. Bien sûr personne n’y arrivait. Mais un jour, la princesse tomba amoureuse d’un de ses prétendant, elle voulut l’aider à grimper mais la montagne s’ouvrit et la jeune fille fut prisonnière d’un homme si vieux que lorsqu’il marchait ses os faisaient CRIC CRAC.

C’est un magnifique conte que nous raconte Muriel Bloch, une histoire inspirée d’un conte de Grimm. Une histoire d’amour mais avec une princesse battante (pas le genre de nunuche qui attend juste pendant toute l’histoire que le prince charmant arrive). Un merveilleux conte que je ne connaissais pas. C’est Alexandra Huard qui le met en image. Par contre, j’ai trouvé que le son du CD n’était pas d’une grande qualité et c’est un peu dommage. Mais décidément j’aime beaucoup cette collection, Parole de conteurs chez Syros.
Muriel Bloch présente le conte.

La poulette et les trois maisonnettesDans un poulailler vivait une petite poule rousse. Orpheline, elle était élevée par un Grand Coq noir et une Grosse Poule grise. Élevée est un bien grand mot puisque la petite poule passait son temps à faire leur ménage, supporter leurs cris et n’avait rien à manger. Un jour où ils devaient se rendre à un mariage, ils durent passer une nuit en forêt. Grand Coq noir demanda à la petite poule de lui construire un abri, elle lui en construisit un en fougère… il s’y enferma ! Puis c’est Grosse Poule grise qui réclama le sien, elle lui en construisit un avec des branches… Grosse Poule grise s’y enferma ! Petite poulette rousse pleurait car elle était seule, la nuit tombait et elle avait peur du loup. Heureusement une femme apparut dans une grande lumière et lui construisit une maison de brique. Quand le loup vint, devinez quelle maison lui résista ?

C’est la version bretonne des trois petits cochons que nous racontent les pétillantes Fabienne Morel et Debora Di Gilio, le duo Huile d’Olive & Beurre salé qui nous avait déjà offert L’ogresse poilue l’année dernière. J’avais eu un gros coup de cœur pour ce conte italien, même coup de cœur ici. C’est drôle (je crois que j’avais rarement vu ma fille rire autant en écoutant un CD, les deux mains sur la bouche), rythmé, truculent. On ne s’ennuie pas une seconde ! Nathalie Choux (qui avait déjà illustré L’ogresse poilue) ajoute encore plus d’humour à cette histoire. Elle invite également deux vers dans l’histoire, avec nous ils suivent le récit. Pour moi c’est vraiment le genre de livre pour enfant parfait : une belle histoire qui les fait rire, chanter (mais des chansons très très courtes, rassurez-vous), reprendre avec les conteurs des éléments répétitifs. Ils prennent vraiment leur pied, et nous aussi !
Le duo Huile d’Olive & Beurre Salé présente le conte et des extraits du livre.

Les Etoiles d'HubertAntonin, jeune québécois de 8 ans, passe ses vacances chez sa grand-mère au bord d’un lac. Une nuit, il voit une étoile filante et il aimerait bien en savoir plus. Sa grand-mère lui propose d’aller voir Hubert, un ami astrophysicien qui lui expliquera tout ce qu’elle ne peut pas lui expliquer sur les étoiles.

C’est Hubert Reeves lui-même qui interprète l’astrophysicien qui se lie d’amitié avec le jeune Antonin et lui délivre le secret des étoiles. C’est une très jolie histoire sur la transmission, mais c’est surtout une jolie façon d’apprendre beaucoup de choses sur les constellations. En plus de nous raconter l’histoire, Dominique Dimey interprète deux chansons. Le CD contient également une piste qui est un vrai dialogue entre le petit garçon et Hubert Reeves, dans lequel il lui pose des questions que se posent les enfants sur les étoiles, l’astrophysicien lui fait des réponses complètes mais à hauteur d’enfant. Un très bel ouvrage joliment illustré par Sébastien Chebret sorti chez Les Braques.
Des extraits du CD et du livre et encore plus sur le site de l’illustrateur.

pierre et le loup et le jazzPierre décide de sortir du jardin de la maison de son grand-père et d’aller se promener. Un canard profite de la porte ouverte pour s’échapper. Dehors un oiseau les rejoint. Le loup n’est pas loin…

Je pense que vous connaissez tous Pierre et le loup… je me demande s’il y a une année sans que sorte une nouvelle version ! Beaucoup d’acteurs s’y sont collés (n’apportant souvent pas grand-chose de neuf). Ici, c’est un vent nouveau qui souffle sur ce célèbre conte musical puisque c’est sur une musique jazz que le grand Denis Podalydès et Leslie Menue nous racontent à deux voix cette histoire d’enfant ingénieux qui réussira à vaincre le loup. La musique est jouée par The Amazing keytone big bang et c’est un régal ! Comme sur les autres versions, chaque personnage est représenté par un instrument. À la fin du CD d’autres morceaux instrumentaux sont proposés. J’avais rarement pris autant de plaisir à écouter Pierre et le Loup ! Des concerts sont prévus (dont un à Paris à la salle Gaveau le 1er décembre), le CD donne vraiment envie d’aller voir le spectacle.
En savoir plus sur le projet et voir extraits en vidéo et écouter des extraits.

La petite sirèneLe roi des ondins et ses filles vivaient au fond de l’océan, dans un palais. La petite Arielle, 13 ans, était pressée d’atteindre ses 15 ans, l’âge auquel il est possible d’aller voir ce qu’il se passe sur la Terre. Mais grâce à Croquetout et son ordinateur, la sirène va aller dans la méditerranée et va y rencontrer un chanteur de rock.

Après le chef d’œuvre, la catastrophe… J’ai été très fan de Katerine pendant plus de 10 ans (j’ai été très déçu par son dernier album mais on n’est pas là pour parler de ça), j’aime beaucoup Barbara Carlotti, j’aime plutôt Anna Karina (que j’avais vue en concert avec Katerine il y a plus de 10 ans), ce que j’ai entendu de Delphine Volange m’a plutôt plu… donc hormis le fait que je ne supporte plus Jeanne Cherhal, je partais plutôt avec un a priori positif… sauf que je me demande qui peut tenir plus de 10 minutes à l’écoute de ce conte moderne (j’ai testé autour de moi aucun adulte n’a réussi !). On pourrait presque croire à un gag tellement c’est mauvais ! Rien n’est à sauver ici… je pourrais donc décider de ne pas vous en parler mais je suis en colère alors je le fais quand même. Depuis quelques temps, on sort des disques pour enfants sur lequel on met des célébrités qui vont plaire aux parents et le reste… ben on s’en fout. De toutes façons les pigeons vont acheter sans écouter parce qu’il y a des chanteurs qu’ils aiment. Et ça, ça me met vraiment en colère. Et sincèrement, vu la qualité du catalogue de Naïve, je ne comprends pas du tout qu’ils sortent un tel album. Vous pouvez écouter des extraits ici, si vraiment ça vous plait… il y a des chances que vous aimiez le reste… Moi je suis en colère.

Tâm et la voix des dragonsTâm et My Tiên sont deux enfants du Vietman, nés le même jour. Plus tard, ils se marieront. Mais un jour le père de Tâm convoque celui-ci, l’enfant part dès le lendemain chez son oncle à Hué pour qu’un maître le forme. Tel qu’on le lui a appris, Tâm s’incline et obéit. Le jour du départ, My Tiên offre une bague à Tâm, elle lui dit que grâce à cette bague elle entendra ses pensées par la voix des dragons. Tâm a beau essayer, ça ne fonctionne pas. Tâm va apprendre avec son oncle à être fondeur, il fabriquera cymbales, gongs mais surtout une cloche qui changera son destin.

Nous avons déjà chroniqué plusieurs ouvrages de la collection Les contes du musée de la musique qui, chaque fois, parlent d’un instrument (Aimata et le secret des tambours nous parlait des tambours de Tahiti, Le secret de l’Achachilla du charango, par exemple). C’est chaque fois une merveilleuse histoire à écouter, une histoire qui nous fait voyager. Un CD d’une grande qualité et un livre aux belles illustrations (ici signées Marcelino Truong). En fin d’ouvrage, on en apprendra plus sur la cloche vietnamienne (qui est le sujet du livre), sur le Vietnam et on trouvera même la recette des gâteaux de lune. Cet ouvrage sort à l’occasion de l’Année France-Vietnam, et c’est comme toujours, dans cette collection, un livre-CD de grande qualité.
Des extraits du CD et du livre.


La vieil homme et la perleUn vieil homme vivait dans la pauvreté, souvent on le voyait sur un banc de la place de la Contrescarpe. Il n’était pas clochard, juste un pauvre homme. Ancien chanteur d’opéra, il avait un jour perdu sa voix, et avec elle, sa femme et ses enfants. Il vivait donc maintenant dans la solitude et la pauvreté. Pour seule compagnie, Lucien (c’était le prénom de l’homme), n’avait qu’un personnage qui lui ressemblait beaucoup, une sorte de double de lui-même mais malfaisant. La voix de cet homme l’accompagnait partout, le décourageant d’aller de l’avant, le rabaissant sans cesse, se moquant de lui. C’est sans doute à cause de cette voix que Lucien n’osait aborder Madeleine, une femme magnifique qu’il croisait régulièrement et dont il était tombé amoureux. Mais un jour que Lucien avait décidé de dépenser les quelques sous qu’il lui restait en poche pour s’offrir la moitié d’une demie douzaine d’huitre et un verre de vin, son destin allait basculer.

La conclusion de ce très bel album, Le vieil homme et la perle, c’est qu’il faut parfois dire non à la voix intérieure qui vous empêche d’avancer. Inspiré d’un fait divers paru dans Le parisien en 2009, voici donc un superbe conte de Noël écrit par Florence Noiville, dans la lignée des contes classiques (le côté conte classique est accentué par les magnifiques illustrations de Philippe Dumas). Sur le CD, l’histoire est racontée par Frédéric Van Den Driessche et mis en musique par Louis Dunoyer de Segonzac (musique qui habille le texte, il n’y a pas de chanson ici). C’est vraiment une petite merveille, une très belle histoire. Qu’est-ce qu’on gagne à être fermé comme une huître ? Ouvrez, ouvrez la coquille. Mais ouvrez-la donc ! C’est dedans qu’est la perle.
Un extrait du CD.

Presque ReineMarie Mancini était la nièce de Mazarin. Son père, féru d’astrologie, avait prédit à la jeune fille un destin exceptionnel. Aussi, quand sa mère partit pour la France, elle ne voulut pas emmener Marie avec elle. Mais Marie avait du caractère et ne voulait pas que ses sœurs partent et qu’elle, elle reste en Italie. Très vite, elle allait rencontrer Louis XIV et en tomber amoureuse.

C’est une très belle histoire d’amour que nous raconte Presque Reine, Le premier amour de Louis XIV. Une histoire qui fait partie de notre Histoire. Didier Sangre raconte, Lorànt Deutsch joue Louis XIV et la mezzo-soprano Isabelle Druet, Marie Mancini. L’histoire est entrecoupée de musique classique, chant lyrique. C’est un très bel ouvrage que proposent là les éditions Éveil et découvertes car si le CD est un petit bijou, le livre l’est tout autant. Texte intégral, magnifiques illustrations d’Alessandra Fussi. Un épisode peu connu de notre Histoire, une magnifique (et triste) histoire d’amour qui inspira Bérénice à Racine, ici à hauteur d’enfant (dès 7 ans d’après l’éditeur, un peu plus d’après moi).
Bande annonce.

Enquête au collège, L'intégrale 1Au pensionnat Châteaubriant, Remi, qui fête aujourd’hui même ses 13 ans, se réveille stressé par le contrôle de Sciences-Nat. Mathilde, elle, a bien révisé, comme à son habitude. Seulement voilà, la classe ne s’ouvre pas ! Qu’est-ce qui bloque la porte de la classe ? Grâce au concierge on arrive à entrer par une autre classe et on trouve la salle de Sciences-Nat dans un état indescriptible et Monsieur Cornu, le préparateur, gisant par terre. Que s’est-il passé ? PP cul vert, qui a passé la nuit à l’infirmerie à cause d’une rage de dents (ou une odontalgie comme dirait PP), dit savoir qui est le coupable et accuse… Rémi ! Ce n’est que le début d’une grande aventure ! Pourquoi PP Cul Vert accuse Rémi ? Que s’est-il passé dans cette salle de classe et comment pouvait-elle être fermée de l’intérieur ? Rémi, Mathilde et même PP Cul vert vont mener l’enquête.

Rémi, PP cul vert et Mathilde filent vers l’Angleterre ! C’est pour un voyage scolaire que nos trois héros traversent la manche. À leur arrivée, les familles qui vont les accueillir les attendent, les enfants stressent… chez qui vont-ils séjourner ? Mathilde a de la chance, c’est un homme élégant qui vient la chercher, la voilà qui file en Jaguar. Les garçons eux attendent… personne n’arrive ! En fait, les familles qui devaient les accueillir ont des soucis et ils séjourneront chez la fantasque Mrs Moule, dont le mari est mort mystérieusement dernièrement. Elle vit avec un majordome terrifiant, ce voyage ne sera pas de tout repos.

Je suis définitivement fan de cette série et de l’écriture de Jean-Phillipe Arrou-Vignot. Sur ce CD sont donc regroupés 3 romans : Le professeur a disparu (dont je vous avais parlé ici), Enquête au collège et PP cul vert détective privé. C’est un régal à écouter ! De réelles intrigues, une belle plume, beaucoup d’humour, des personnages irrésistibles. Ajoutez à tout ça Olivier Chauvel, qui fait plus que lire l’histoire, il est passionnant à écouter. Depuis que je connais ces Enquêtes au collège je les conseille partout autour de moi ! En CD pour les enfants à partir de 9 ans d’après l’éditeur (moi je dirais peut-être même avant) et franchement pas désagréables pour les adultes ! Chaque histoire dure entre 1h30 et 2h… parfait pour les voyages en voiture !
Extrait en ligne.

Quelques pas de plus…
Vous n’en avez pas assez ??? Il y en a ici ou .

L’imagier de la couleur
Textes de Corinne Albaut, Jean-François Alexandre et Olivier Latyk, illustré par Olivier Latyk
Naïve
Autour de 16€, 170×150 mm, 66 pages, CD : 30 min., imprimé en Chine, 2013.
Mes premiers contes
Texte de Christine Pompéi, lus et chanté par un collectif, illustré par Thomas Baas
Seuil Jeunesse
16,90€, 208×210 mm, 30 pages, CD : 32 min., imprimé en Chine, 2013.
Pépito super-héros
Texte de Yann Walcker, lu et chanté par Dominique A, illustré par Magali Le Huche
Gallimard Jeunesse dans la collection Le tube des tout petits
12€, 180×180 mm, 16 pages, CD : 15 min., imprimé en Chine, 2013.
Coccinelle ouvre ses ailes
Texte de Yann Walcker, lu et chanté par La grande Sophie, illustré par Nathalie Choux
Gallimard Jeunesse dans la collection Le tube des tout petits
12€, 180×180 mm, 16 pages, CD : 15 min., imprimé en Chine, 2013.
Iris a 3 ans
Écrit, raconté et chanté par Coralie Clément, illustré par Gesa Hansen
Naïve
15€, 160×160 mm, 36 pages, CD : 8min., imprimé en Belgique, 2013.
La petite Louise, ses voyages et son accordéon
Écrit, composé et raconté par Marc Perrone et Marie-Odile Chantran, illustré par Olivier Latyk
Actes Sud Junior
21€, 210×210 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2013.
Hulul
Texte d’Arnold Lobel, lu par Sandrine Nicolas et Benoît Marchand
L’école des loisirs dans la collection Chut !
9,70€,  CD : 27 min, 2013.
Roméo et le coup de lune
d’Eva Marchal, raconté par Jean-François Stévenin
Eponymes Jeunesse
15€, 215×215 mm, 30 pages, CD : 35 minutes, lieu d’impression non indiqué, 2013.
Le gâteau de Ouistiti
Texte écrit et raconté par Cécile Bergame, illustré par Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse dans la collection Polichinelle
17,70€, 217×217 mm, 36 pages, CD : 16 min., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Le vieux Cric Crac
Texte écrit et raconté par Muriel Bloch d’après Grimm, illustré par Alexandra Huard
Syros dans la collection Paroles de conteurs
15,90€, 205×320 mm, 32 pages, CD : 18 min., imprimé en France, 2013.
La poulette et les trois maisonnettes
Texte écrit et raconté par Fabienne Morel et Debora Di Gilio, illustré par Nathalie Choux
Syros
18,90€, 269×269 mm, 34 pages, CD : 15 min., imprimé en France, 2013.
Les étoiles d’Hubert
Écrit, lu et chanté par Dominique Dimey, avec Hubert Reeves, illustré par Sébastien Chebret
Les éditions des Braques
18,30€, 213×214 mm, 35 pages, CD : 35 min., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Pierre et le loup et le jazz
Texte de Renaud de Jouvenel (d’après Serge Prokofiev), raconté par Denis Podalydès et Leslie Menu, musique de The Amazing Keystone Big Bang, illustré par Martin Jarrie
Chant du monde
Autour de 15€, CD : 55 min.
La petite sirène
Texte écrit et raconté par Anna Karina (d’après Andersen), mis en chanson par Philippe Eveno, illustré par Thierry Cattant
Naïve
Autour de 17€, CD : 1h17.
Tâm et la voix des dragons
Texte écrit et lu par Laure Urgin, musique de Thuy-Trang-HO et Thanh-Nam-MAI illustré par Marcelino Truong
Actes Sud Junior dans la collection Les contes du musée de la musique
16€,209×212 mm, 40 pages, CD : 21 min., imprimé en Italie, 2013.
Le vieil homme et la perle
Texte de Florence Noiville, lu par Frédéric Van Den Driessche, mis en musique par Louis Dunoyer de Segonzac, illustré par Philippe Dumas
Gallimard Jeunesse
24€, 258×298 mm, 24 pages, CD 33 min., imprimé en Italie, 2013.
Presque Reine, le premier amour de Louis XIV
Texte de Damien Pouvreau, raconté par Didier Sandre, illustré par Alessandra Fusi
Éveil et découvertes
22€, 206×286 mm, 67 pages, CD : 52 min., imprimé en UE, 2013.
Enquête au collège L’intégrale 1
Texte de Jean-Philippe Arrou-Vignod lu par Olivier Chauvel
Gallimard Jeunesse dans la collection écoutez lire
21,90€, CD 5h20.

À part ça ?

Il y aura bientôt des places à gagner pour le Salon de Montreuil sur notre facebook !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange