La mare aux mots
Parcourir le tag

Emmanuelle Polack

1903 et 1946

Par 31 août 2013 Livres Jeunesse

Un saut dans le temps au siècle dernier, ça vous tente ?
kako le terribleLe 15 Juillet 1903, un gardien du zoo du Jardin des Plantes de Paris a été attaqué par un hippopotame. Arrivé quelques années plus tôt d’Afrique alors qu’il était encore très jeune, l’animal divertissait le public, derrière les barreaux de sa cage et ne semblait pas malheureux. Mais c’était sans doute une impression : Kako reste un animal sauvage. Un jour, apeuré par les bruits effrayants de la ville en fête, et affamé à cause d’une panne de réveil du gardien, sa nature première ressurgit…

Délicat sujet que celui des zoos, d’autant plus ceux du début du siècle dernier… Inspirée d’un véritable fait divers, cette histoire rappelle à tous que les animaux sont avant tout faits pour vivre dans leur milieu naturel, aussi précautionneux soient les lieux qui les accueillent. Emmanuelle Polack raconte cela de manière très neutre, en se contentant de relater l’arrivée de l’animal,  ses premières années, et enfin le drame. Pas de pathos, ni dans un sens ni dans l’autre, mais chacun se fait sa propre opinion. Il y a une ambiance particulière, qui nous plonge vraiment dans le Jardin des Plantes de l’époque (même si vous me direz, aucun de nous n’était né…). Je pense que c’est également grâce aux très belles illustrations de Barroux, mêlant dessins pleins de mouvements et collages d’anciennes photos (pour former l’hippopotame), le tout dans une unité de couleurs. Intéressant, pas larmoyant, c’est une réussite ! Et puis, ça faisait un moment que je ne vous avais pas parlé des hippopotames, ça me manquait !

les socquettes blanchesEn 1946, à Paris, deux bandes d’enfants s’affrontent, pour défendre leurs terrains de jeux respectifs. Les Socquettes Blanches ce sont les filles, et Les Chats Crevés, les garçons. On se bat, on se chamaille, on élabore des plans pour protéger son camp ou son terrain vague,… C’est de bonne guerre ! Mais lorsque tous apprennent qu’un promoteur immobilier lorgne sur leurs territoires, adieu les disputes ! Ils se rassemblent, oublient leurs rancœurs et ne font plus qu’un face à ces adultes irresponsables. Garçons, filles, tout le monde se serre les coudes !

Cette fois encore, on plonge vraiment dans l’ambiance de l’époque, période d’après-guerre qui porte encore les stigmates de plusieurs années de combat. Les expressions, les jeux, les vêtements, les références historiques, on fait vraiment un bond en arrière. Et les belles illustrations d’Alexandra Pichard (illustratrice que je découvre avec beaucoup d’intérêt), au style rétro, à la fois simples et vivantes, y sont pour beaucoup. Vincent Cuvellier (que j’apprécie beaucoup décidément) écrit pourtant bien de nos jours, en 2013, avec sensibilité et tendresse. Je pense que certains termes ou certains éléments de l’histoire, trop en lien avec l’époque, échapperont aux plus jeunes, mais il n’en demeure pas moins qu’on a affaire à une belle histoire sur l’enfance. Ce moment de la vie qui nous ferait déplacer des montagnes, où tous les événements prennent des airs d’aventure !

Quelques pas de plus…
Kako le terrible chroniqué par Les lectures de Kik.

Nous avons déjà chroniqué d’autres livre de Vincent Cuvellier (La fille verte, La première fois que je suis née, Émile veut une chauve-souris, Émile fait la fête, Émile est invisible, Émile veut un plâtre, Émile se déguise), Alexandra Pichard (Muette, Nina et les oreillers), Emmanuelle Polack (Rose Valland, l’espionne du musée du jeu de paume), Barroux (La rentrée de Noé, Histoires pour se poiler).

Kako le terrible
Texte d’Emmanuelle Polack. Illustrations de Barroux
La joie de lire
14,90 €, 267 x 207 mm, 26 pages, lieu d’impression non précisé, 2013
Les socquettes blanches
Texte de Vincent Cuvellier. Illustrations d’Alexandra Pichard.
Gallimard Jeunesse Giboulées
14,50 €, 230 x 290 mm, 36 pages, imprimé en Italie, 2013

Marianne

You Might Also Like

Les histoires d’Hannah et de Rose Valland, deux femmes qui se battent.

Par 30 décembre 2011 Livres Jeunesse

Après les livres pour les plus petits hier, on va parler de livre pour les grands. Deux livres qui ont comme points communs d’être historiques (l’un est un roman historique et l’autre un album documentaire) et d’être édités par Gulf Stream.

Hannah a grandit dans la rue, un jour elle a vu sa main prendre un gâteau comme si elle ne lui appartenait plus. Alors Hannah a couru, vite, pour qu’on ne la rattrape pas. Mais très vite elle s’est cognée à un monsieur, et même s’il a voulu l’aider, dédommager la pâtissière, celle-ci n’a rien voulu savoir et Hannah s’est retrouvée sur un bateau attachée à d’autres filles, direction la colonie pénitentiaire de Bruté sur l’Ile de Belle-Ile. Hannah n’est pourtant qu’une enfant mais on est en 1850… Dans ce lieu horrible, où même les autres enfants sont violents avec elle en raison de sa judaïcité, elle va regarder les mouettes et rêver de s’envoler avec eux. Et si comme elles, elle arrivait à fuir ? Fuir… mais pour aller où quand on est sur une île ?

J’ai tout bonnement adoré ce petit roman de 92 pages au format poche. L’histoire est absolument passionnante et l’écriture de Michel Cosem nous emporte sur les pas d’Hannah. On espère avec elle un dénouement heureux. Les personnages secondaires sont merveilleusement bien écrits (notamment la vieille Soazig hantée par les légendes bretonnes). Le suspense est au rendez-vous et comme dans tous les bons romans on est triste quand le roman se termine, on aimerait qu’il continue.

Rose Valland, elle, a réellement existé et c’est sous forme d’album qu’Emannuelle Polack nous raconte son histoire.

On est en 1939, la guerre éclate. Les conservateurs des musées sont inquiets, ils savent que les nazis sont passionnés d’art. Goering, lui-même, est un grand collectionneur. Ils se doutent que les collections vont être pillées et ils s’organisent pour éviter ça. À la salle du jeu de Paume à Paris, une femme, Rose Valland, va tout faire pour résister, quitte à courir de grands risques.

Nous vous avions déjà parlé de cette collection, L’histoire en images, pour l’album Pasteur. C’est une série passionnante pour les grands enfants férus d’histoire. Le texte est richement illustré. On est proche du roman (l’album compte 90 pages), et le livre nous apprend énormément de choses sans nous barber. On peut même parler de suspense (on se demande comment Rose Valland va s’en sortir, si les œuvres vont être sauvées,…). J’adore ce genre de livres historiques qui donnent le goût de l’Histoire aux enfants, j’adorais en lire quand j’étais ado, des histoires vraies de gens à la base comme vous et moi qui vont devenir des gens extraordinaires… c’est mieux que Spiderman, non ?

Liberté pour Hannah de Michel Cosem
Gulf Stream, dans la collection L’histoire comme un roman. 8€
Public : Lecteurs confirmés (l’éditeur précise Dès 11 ans)

Rose Valland, l’espionne du musée du jeu de Paume d’Emmanuelle Polack, illustré par Emmanuel Cerisier
Gulf Stream, dans la collection L’histoire en images. 16,50€
Public : Lecteurs confirmés (l’éditeur précise Dès 9 ans)

———————————————————————————————————————

A part ça ?

Pour les fêtes de fin d’année certains éditeurs nous font de beaux cadeaux. Par exemple Planète Rebelle nous offre une version inédite de La princesse en sabots de Jocelyn Bérubé et sur le site de La montagne secrète vous pouvez écouter gratuitement Un cadeau pour Sophie. Ils sont sympa nos amis Québécois !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange