La mare aux mots
Parcourir le tag

Encyclopédie

Animaux et végétation

Par 10 mai 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on part à la rencontre d’animaux en voie de disparition avec Avis de recherche, puis on découvre de belles plantes avec la Drôle d’encyclopédie végétale.

Avis de recherche
d’Isabella Bunnell
Seuil Jeunesse
13,90 €, 280 x 200 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2018.
Drôle d’encyclopédie végétale
d’Adrienne Barman
La Joie de lire
24,90 €, 185 x 255 mm, 200 pages, imprimé en Chine, 2018.

You Might Also Like

On va voir le docteur puis on apprend plein de choses sur le monde

Par 4 avril 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des documentaires, trois qui parlent des visites chez le.la docteur.e et trois autres de plein de choses qui nous entourent.

Quand ça va quand ça va pas
Textes de Michel Cymes, illustrés par Laure Monloubou
Les éditions Clochette
15 €, 210×280 mm, 56 pages, imprimé en Union Européenne, 2017.
Ouille ! Ouille ! Ouille !
Textes de Delphine Godard et Nathalie Weil, illustrés par Aurélie Grand
Nathan
16,90 €, 227×227 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2016.
Chez le docteur
Textes de Christelle Chatel, illustrés par Mélisande Luthringer
Nathan dans la collection Mes premières questions réponses !
6,95 €, 195×220 mm, 18 pages, imprimé en Espagne, 2017.
Ma toute première baby encyclopédie
Collectif
Larousse dans la collection Ma baby encyclopédie
16,95 €, 210×200 mm, 96 pages, imprimé en Chine, 2016.
Les incroyables savoirs
de Benjamin Josse
De La Martinière Jeunesse
12,90 €, 230×230 mm, 96 pages, imprimé au Portugal, 2017.
50 réponses pour éviter de tout confondre
Collectif
De La Martinière Jeunesse
13,90 €, 175×330 mm, 96 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Au bonheur des mots

Par 26 mai 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on joue avec les lettres, les mots et les images avec deux grands albums qui sortent de l’ordinaire !

Encyclopédie de cet idiot d’Albert
d’Albert Lemant
L’atelier du poisson soluble
 20 €, 240×330 mm, 48 pages, 2015.
À la lettre. Un alphabet poétique
Texte de Bernard Friot, illustré par Jean-François Martin
Milan
18 €, 155×160 mm, 64 pages, imprimé en Europe, 2016.

You Might Also Like

Des animaux de toutes sortes

Par 29 mai 2015 Livres Jeunesse

Betes dangereuses, dévoreuses, venimeusesIls mordent, piquent, dévorent… mais les animaux que nous considérons ordinairement comme « méchants » sont-ils réellement coupables de tous les maux dont les humains les accusent ? De la mygale à la méduse en passant par le loup ou le frelon, cette encyclopédie recense les créatures mal aimées qui ont pourtant leur utilité dans l’écosystème.
Âmes sensibles, s’abstenir ! Cette encyclopédie est un véritable musée des horreurs pour ceux qui ont peur des insectes ou des créatures bizarroïdes. Pourtant, quelle fascinante découverte que nous propose Jean-Baptiste de Panafieu, déjà auteur de plusieurs titres pour la défense des animaux et de la planète ! Le livre regorge d’informations passionnantes et… troublantes. Saviez-vous que le moustique est de loin l’animal le plus dangereux de la planète puisqu’il compte à son actif des centaines de milliers de morts humaines en tant que principal vecteur du paludisme ? Vous ne direz plus que « c’est pas la petite bête qui va manger la grosse » !
Cette encyclopédie est une réussite à plusieurs niveaux. Le ton utilisé est loin d’être moralisateur, et les illustrations ajoutent une bonne dose d’humour qui font passer les connaissances scientifiques comme une lettre à la poste. On amène le lecteur à réfléchir par lui-même sur la préservation de l’équilibre environnemental. Pour chaque animal, l’auteur examine le chef d’accusation (nombre de morts attribuées, dégâts…), et évalue sa « culpabilité » véritable. On découvre ainsi que bon nombre d’animaux ont mauvaise réputation, comme la hyène ou le requin, mais ont un rôle à jouer dans la chaîne alimentaire par exemple. Petit clin d’œil, la dernière espèce qui est recensée est de loin la plus dangereuse : il s’agit de l’être humain, doté d’une grande puissance destructrice, mais qui est heureusement « capable de choisir » de préserver son environnement.
Le même vu par Entre les pages

la vie des animaux en chiffres50, c’est le nombre de petits qu’une maman kangourou met au monde dans sa vie. 200, le nombre total de tâches de la girafe. 10, le nombre de paires de bois qui repoussent sur la tête du caribou. Et si les maths nous aidaient à mieux connaître la nature ?
Lola M. Schaefer s’est amusée à réunir des statistiques autour des comportements et des cycles de vie des animaux. Il en ressort un très bel album qui peut se lire en trois temps. La première partie fait l’inventaire des « records » battus par les animaux divers et variés : 1000 bébés pour l’hippocampe, 900 fleurs butinées pour le papillon, etc. Cette énumération est joliment illustrée et fait office d’imagier pour les plus jeunes. Ensuite, un lexique nous en apprend plus sur tous les animaux évoqués et leurs habitats, leurs comportements, à la manière d’une encyclopédie. Enfin, et c’est là que réside toute l’originalité du livre, l’auteur invite l’enfant à s’amuser avec les chiffres à son tour, à calculer des moyennes rigolotes et, surtout à observer le monde qui l’entoure avec la curiosité d’un scientifique.
Ce documentaire accessible dès le plus jeune âge propose une façon originale de découvrir la vie des animaux grâce aux mathématiques.

la p'tite forêt la vie en foretQuand on entre dans la forêt, tout devient une affaire de faux semblants. Est-ce un animal ou le vent qui fait frémir les feuilles du buisson ? Et ce cri, au loin, de quel oiseau témoigne-t-il la présence ? La vie dans les bois change au fil des saisons mais abrite toujours une multitude d’animaux et de plantes que le promeneur doit découvrir.
« Deux yeux, cela peut-il suffire à tout saisir ? » questionne ce petit livre à sa fin. Les illustrations de Chiara Dattola traduisent très bien les coups d’œil fugaces que l’on jette dans le sous-bois, essayant d’attraper un pinson ou un marcassin du regard. Une image est particulièrement réussie : celle du chevreuil dont on n’aperçoit que les bois, tant pis pour cette fois, on n’en verra pas plus.
Ce petit album offre une balade rafraîchissante en forêt, à la recherche des animaux qui peuplent les feuillages épais ou qui se dissimulent dans la neige immaculée. Une vraie bouffée d’oxygène et de nature.
Des extraits sont disponibles en ligne.

ABC BêtesA, comme l’autruche. B, comme la baleine…
Un abécédaire, mais pas seulement ! Et si on essayait de deviner quel animal se cache derrière cette lettre ? En jouant sur ses sonorités, en chantant une comptine, en listant tous les animaux qui commencent par cette lettre mais qui ne sont pas représentés ? Christine Beigel nous embarque dans cet abécédaire délirant à la rencontre des animaux finement réalisés au tampon. En face de la représentation de l’animal, un petit texte en rimes est destiné à faire deviner son nom, et aussi glisser quelques informations sur son habitat, son alimentation…
Les illustrations sont vraiment très belles et le livre d’un format cartonné vraiment adapté aux plus petits. J’ai bien aimé la diversité des animaux représentés : on retrouve certes les habituels zèbres et éléphants, mais on découvre aussi le quetzal, l’unau ou le xérus. J’ai eu plus de mal avec le texte : très dense, il est difficile à appréhender avec des petits. Les devinettes sont assez complexes, et la litanie des animaux qui ne sont pas représentés à l’image est un peu déroutante. Cet abécédaire aux couleurs très douces mérite d’être abordé par étapes, en lisant une lettre ou deux seulement par jour.

matchaMatcha est une petite grenouille japonaise qui souffre de solitude au bord de son marais. Heureusement, un beau voisin « aux yeux de samouraï » emménage non loin de sa feuille de nénuphar, une occasion d’avoir une belle portée de batraciens avant la saison prochaine.
Ce joli petit livre est à la fois une présentation biologique de la vie des grenouilles, un lexique de mots de la culture japonaise, et un chef-d’œuvre d’illustration accompli par Éva Offredi. C’est d’ailleurs le dessin qui séduit en premier lieu : le vert anis de la grenouille et du marais est gracieusement rehaussé par les détails au stylo noir. Le texte est aussi relevé d’une petite touche d’humour. Un beau livre, faussement naïf, qui nous en apprend plus sur le Japon que sur la vie des grenouilles !

Les animaux de la savaneDans la savane, on trouve des animaux féroces et carnivores, mais aussi d’autres plus tranquilles qui ne se nourrissent que de plantes. Qui sont-ils ? Comment vivent-ils les uns avec les autres ?
Les illustrations d’une précision photographique aident les enfants les plus jeunes à découvrir le monde de la savane. Les animaux comme les paysages sont décrits minutieusement et on retrouve les grands classiques de la faune : l’éléphant, le singe, le lion, l’hippopotame, la girafe, sont tour à tour présentés en détail.
Dommage que le texte soit un peu étriqué et que la maquette manque globalement de luminosité. On pourrait s’attendre à une meilleure exploitation des pages plastifiées qui font la signature de la collection Mes premières découvertes, mais qui pour ce titre ont peu d’intérêt. Un documentaire pratique pour les petits, mais un peu décevant.

les animaux de la forêtOn peut avoir l’âme d’un zoologiste même quand on prend son bain. Il est même possible de réviser le nom des animaux en barbotant dans l’eau savonneuse avec ce livre-jouet qui recense les animaux de la forêt (du papillon au renard, en passant par la chouette et le canard).
Ce livre en plastique tout simple convient bien aux petites mains des bébés, et aussi à leur perception. Les animaux sont représentés avec des couleurs très vives sur fond noir, et un petit grelot concentre leur attention sur ce jouet pas vraiment comme les autres. Une bonne façon d’initier les bébés au nom des animaux, et surtout à la lecture.
Le même vu par Les lectures de Liyah.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Jean-Baptiste de Panafieu (Les bêtes biscornues, saugrenues, toutes nues, Nucléaire pour quoi faire ? et Les bêtes qui rodent, qui rongent, qui rampent à la ville), de Lucie Rioland (Le fils des géants), de Brigitte Vaultier et Chiara Dattola (La p’tite école), de Christine Beigel (La baleine du bus 29Pirate des couleurs, Monsieur le loup, Le canari qui faisait pipi au nid, Ami ou ennemi ? et Mini Rikiki Mini), de Christine Beigel (Pirate des couleurs, Monsieur le loup, Le canari qui faisait pipi au nid, Ami ou ennemi ? et Mini Rikiki Mini), et de Delphine Badreddine (5 minutes avant d’aller au lit, Les trésors des couleurs, Les enfants du monde et Les trésors du corps).
Sur le même thème, parmi les autres livres que nous avons chroniqués : Le livre des vrai/faux des animauxOuvre les yeux sur… la mare, Il était une forêtDrôles d’animaux

Bêtes dangereuses, dévoreuses, venimeuses, 
Texte de Jean-Baptiste de Panafieu, illustré par Benjamin Lefort et Lucie Rioland
Gulf Stream Éditeur dans la collection Dame Nature
16 €, 260×290 mm, 88 pages, imprimé en Italie, 2014.
La vie des animaux en chiffres
Texte de Lola M. Schaefer, illustré par Christopher Silas Neal
Circonflexe dans la collection Aux couleurs du monde
14 €, 306 x 312 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2015.
La p’tite forêt, la vie dans les bois
Texte de Brigitte Vaultier, illustré par Chiara Dattola
Les éditions du Ricochet dans la collection Les Bouées du ricochet
7,60 €, 195 x 195 mm, 26 pages, imprimé en Pologne, 2014.
ABC bêtes
de Christine Beigel
Gautier Languereau
12,90 €, 186 x 185 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2015.
Matcha
de Éva Offredo
La Joie de lire
12,90 €, 165 x 200 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les animaux de la savane
Texte de Delphine Badreddine
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes premières découvertes
9 €, 165 x 180 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les animaux de la forêt
de Caroline Davis
Deux coqs d’or dans la collection Mon livre de bain sonore
6 €, 135 x 140 mm, 6 pages, imprimé en Chine, 2015.

À part ça ?

Le dessinateur de bande-dessinée Krapo s’est penché sur le triste sort réservé au requin de la Réunion, accusé depuis quelques années de nombreuses attaques sur les humains. Sur son blog, il revient sur des années de rivalité entre le prédateur marin et l’occupant de l’île de l’Océan Indien, et tâche de faire évoluer les consciences sur les responsabilités humaines qui, selon lui, sont à l’origine des drames qui coûtent des vies humaines. Urbanisation, déforestation, destruction des écosystèmes, pêche intensive… Krapo fait la liste des erreurs de l’Homme qui ont conduit à cette confrontation violente avec le requin. Un constat affligeant à découvrir sur le blog de Krapo.

You Might Also Like

Des encyclopédies décalées

Par 14 mars 2015 Livres Jeunesse

Mon Superlivre des contrairesMon Superlivre des contraires se présente comme un grand imagier en apparence assez classique qui aborde les différences entre le vrai et le faux, le doux et le dur, le chaud et le froid… Les doubles pages foisonnent d’images hautes en couleur et d’expressions assez savoureuses. Le « faux » est par exemple représenté, entre autres, par une serviette en « similicuir » et le « chaud » par « le regard de braise » d’un séducteur. Le vocabulaire est très riche et varié et permet à l’enfant de piocher dans cette vaste étendue de mots de la langue française.
Les éditions Casterman ont lancé cette nouvelle collection de livres pour les jeunes enfants à la croisée entre le documentaire, le manuel d’éducation et l’imagier. Ces « superlivres », écrits par Elisabeth Brami et illustrés par Marie Paruit, sont des albums grand format très colorés qui cherchent à donner les clefs (et les mots) pour aborder des grandes notions. Le pari est tenu avec cet album : les expressions choisies sont peu rencontrées dans les livres pour la jeunesse, et les illustrations les mettent joliment en valeur. Plus qu’un imagier, il s’agit d’un véritable petit guide des expressions françaises destiné à de jeunes lecteurs qui ont déjà un bon vocabulaire, et un certain sens de l’humour !

Mon Superlivre de la politesseMon superlivre de la politesse expose quant à lui différentes scènes de la vie quotidienne d’un enfant (le repas, la sortie de l’école, les jeux au square…). Elles donnent l’occasion de comparer le comportement de Miss ou Monsieur Poli et leurs doubles « maléfiques » les Papoli. Naturellement, les enfants polis sont prévenants et calmes tandis que leurs homologues enchaînent insultes et incivilités.
En ouvrant ce second livre de la collection, on s’attend à trouver le même ton léger teinté de second degré. Or, si on est séduit par l’illustration très dynamique et les détails attachants choisis par Marie Paruit, il est plus difficile d’adhérer au message assez moralisateur du texte. Les lecteurs du Dicos des bêtises et autres catastrophes (avec Émile Jadoul, Casterman, 2011), véritable manuel de référence des garnements, peineront à reconnaître la subtilité habituelle d’Elisabeth Brami. L’auteur et psychologue qui comprend si bien les ambivalences dans le tempérament des enfants, comme elle l’exposait dans son « coup de cœur/coup de gueule » publié sur le blog, dresse ici des portraits très tranchés et normatifs. On peut regretter qu’aucun rapprochement ne s’opère au fil des pages entre les Papoli et les Polis. Les premiers collectionnent les méfaits tandis que les autres sont de tels enfants modèles qu’ils en deviennent agaçants.
Ce « superlivre » est un bel ouvrage. L’illustration de Marie Paruit est dans l’air du temps, très graphique et rend la lecture très agréable. Il répond bien au défi de mettre des mots sur les nombreuses situations de la vie d’un enfant mais, plutôt que d’amener l’enfant à se questionner sur les comportements communément admis en société, ils en donnent une vision un peu trop figée. Un ouvrage à lire avec les enfants en les encourageant à débattre sur ces représentations d’adultes.
Les mêmes vus par Maman Baobab et Sous le feuillage

Le grand livre des outilsDans le domaine des encyclopédies décalées, Le grand livre des outils de Pronto et Raphaël Martin est une véritable réussite. Ce grand format, qui fait l’inventaire exhaustif des outils, est un ravissement pour les bricoleurs mais surtout pour les amoureux de la langue française. La scie japonaise, la truelle « langue de chat », le marteau Polka, le rivet pop… même si on ne sait pas fixer une étagère ou planter un clou sans se taper sur les doigts, on se surprend à être fasciné par les noms des 165 outils qui sont minutieusement référencés comme des oiseaux rares. Chaque famille d’outils est accompagnée par une scène imaginée par Pronto pour expliquer une expression courante en français avec humour et second degré : être marteau, enfoncer le clou, en pincer pour quelqu’un, etc.
Nul besoin d’être un pro du bricolage pour apprécier cette encyclopédie très drôle et finement réalisée. Les dessins des outils sont parfaits et très évocateurs, mais c’est bien entendu la page qui leur fait face qui donne tout son pétillant à ce livre. Comme l’évoque Pronto lors d’une interview accordée à la Librairie Mollat, la grande force du livre réside dans son humour sans concession ni censure, très revigorant en ces temps où la liberté d’expression est malmenée.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres d’Élisabeth Brami (Le doudou de Tiloulou, La déclaration des droits des filles, La déclaration des droits des garçons, et Moi j’adore, maman déteste, et vice-versa), et de Marie Paruit (Petit-Paul rentre de l’école, Je fabrique des livres).

Mon superlivre
Texte d’Élisabeth Brami, illustré par Marie Paruit
Casterman dans la collection Mon superlivre.
14,95 €, 247×310 mm, 48 pages, imprimé en Espagne, 2014.
Mon superlivre de la politesse
Texte d’Élisabeth Brami, illustré par Marie Paruit
Casterman dans la collection Mon superlivre.
14,95 €, 247×310 mm, 48 pages, imprimé en Espagne, 2014.
Mon grand livre des outils. Pour joindre l’outil à l’agréable
Texte de Raphaël Martin, illustré par Pronto
De la Martinière
14,90 €, 370×270 mm, 36 pages, imprimé où, 2014.

À part ça ?

Dimanche 15 mars à partir de 11h, la librairie Les Enfants sur le Toit (22, rue Ramey, Paris 18ème) accueillera Murielle Szac et Bruno Doucey qui présenteront en avant-première Le Feuilleton d’Ulysse (Bayard Jeunesse). Ils parleront également de la collection « Ceux qui ont dit non » éditée par Actes Sud Junior qui regroupe des romans historiques sur des personnalités qui incarnent l’esprit de résistance. Cette rencontre sera suivie par une dédicace, vous pouvez donc ressortir les excellents Feuilleton d’Hermès et Feuilleton de Thésée (Bayard Jeunesse, 2006 et 2011), superbes recueils de mythologie grecque destinés aux enfants signés par Murielle Szac.

Laura

You Might Also Like

Secured By miniOrange