La mare aux mots
Parcourir le tag

Environnement

Documentaires pour parler de la planète

Par 15 août 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose de parler du temps et de la nature

Quel temps fait-il ?On commence avec un documentaire pour les plus jeunes, dans une série qu’on connaît bien, les Kididoc ! Quel temps fait-il ? propose aux enfants de parler des changements météorologiques. Quand il fait beau (et que l’on va au parc) ou lorsqu’il pleut et qu’il faut courir se mettre à l’abri. On parle aussi des arcs-en-ciel, du vent et de la neige. On propose même aux enfants de jouer en choisissant les vêtements pour chaque temps. Comme toujours avec les Kididoc, c’est ludique (avec plein de choses à bouger, à tourner) et les jeunes enfants (à partir de 2 ans d’après la maison d’édition) se régalent.
Le même vu par Chez Clarabel et À l’ombre du saule.

Mon premier guide natureDans les villes, il y a le martinet, la pipistrelle et le pâturin, dans les jardins le hérisson, la mésange et le liseron, au bord des chemins on trouve des chardonnerets, des pâquerettes et des pissenlits, au bord de l’eau on rencontre les hérons, des nénuphars et des ragondins… et si on les observait ?
Mon premier guide nature, sorti chez Rue des enfants, propose aux enfants de regarder les plantes et les animaux qui les entourent et d’en savoir plus sur eux. C’est riche, très riche, dix lieux sont présentés avec à chaque fois quatre plantes et huit animaux. Les enfants (et nous avec eux) vont apprendre plein de choses. Seul bémol, c’est dommage qu’un livre sur la nature soit fabriqué en Chine…
Un très bon guide pour accompagner les enfants dans leur découverte de la nature.

Petits gestes pour la planètePour préserver la nature, il y a des tas de gestes à faire : prendre des douches plutôt que des bains, éviter de trop prendre sa voiture, utiliser des crayons en bois plutôt que des crayons en plastique, boire de l’eau du robinet…
Dans la très bonne collection Questions ? Réponses ! de chez Nathan, Petits gestes pour la planète propose de répondre aux questions des enfants en ce qui concerne la préservation de la nature. Comme toujours, c’est très bien fait avec des questions qu’ils se posent vraiment et des réponses claires adaptées aux plus jeunes (à partir de 4 ans d’après la maison d’édition).
Petit plus : « avec ce livre, Nathan soutient le WWF ».

Quel temps fait-il ?
Auteur-e non crédité-e, illustré par Mélisandre Luthringer
Nathan dans la collection Kididoc
9,90 €, 197×198 mm, 12 pages, imprimé en Chine, 2015.
Mon premier guide nature
de Vincent Albouy et Virginie Chiodo
Rue des enfants
13€, 205×208 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2015
Petits gestes pour la planète
Texte de Delphine Godard, illustré par Pierre Caillou
Nathan dans la collection Questions ? Réponses !
6,80€, 227×261 mm, 29 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.

Gabriel

You Might Also Like

Des animaux de toutes sortes

Par 29 mai 2015 Livres Jeunesse

Betes dangereuses, dévoreuses, venimeusesIls mordent, piquent, dévorent… mais les animaux que nous considérons ordinairement comme « méchants » sont-ils réellement coupables de tous les maux dont les humains les accusent ? De la mygale à la méduse en passant par le loup ou le frelon, cette encyclopédie recense les créatures mal aimées qui ont pourtant leur utilité dans l’écosystème.
Âmes sensibles, s’abstenir ! Cette encyclopédie est un véritable musée des horreurs pour ceux qui ont peur des insectes ou des créatures bizarroïdes. Pourtant, quelle fascinante découverte que nous propose Jean-Baptiste de Panafieu, déjà auteur de plusieurs titres pour la défense des animaux et de la planète ! Le livre regorge d’informations passionnantes et… troublantes. Saviez-vous que le moustique est de loin l’animal le plus dangereux de la planète puisqu’il compte à son actif des centaines de milliers de morts humaines en tant que principal vecteur du paludisme ? Vous ne direz plus que « c’est pas la petite bête qui va manger la grosse » !
Cette encyclopédie est une réussite à plusieurs niveaux. Le ton utilisé est loin d’être moralisateur, et les illustrations ajoutent une bonne dose d’humour qui font passer les connaissances scientifiques comme une lettre à la poste. On amène le lecteur à réfléchir par lui-même sur la préservation de l’équilibre environnemental. Pour chaque animal, l’auteur examine le chef d’accusation (nombre de morts attribuées, dégâts…), et évalue sa « culpabilité » véritable. On découvre ainsi que bon nombre d’animaux ont mauvaise réputation, comme la hyène ou le requin, mais ont un rôle à jouer dans la chaîne alimentaire par exemple. Petit clin d’œil, la dernière espèce qui est recensée est de loin la plus dangereuse : il s’agit de l’être humain, doté d’une grande puissance destructrice, mais qui est heureusement « capable de choisir » de préserver son environnement.
Le même vu par Entre les pages

la vie des animaux en chiffres50, c’est le nombre de petits qu’une maman kangourou met au monde dans sa vie. 200, le nombre total de tâches de la girafe. 10, le nombre de paires de bois qui repoussent sur la tête du caribou. Et si les maths nous aidaient à mieux connaître la nature ?
Lola M. Schaefer s’est amusée à réunir des statistiques autour des comportements et des cycles de vie des animaux. Il en ressort un très bel album qui peut se lire en trois temps. La première partie fait l’inventaire des « records » battus par les animaux divers et variés : 1000 bébés pour l’hippocampe, 900 fleurs butinées pour le papillon, etc. Cette énumération est joliment illustrée et fait office d’imagier pour les plus jeunes. Ensuite, un lexique nous en apprend plus sur tous les animaux évoqués et leurs habitats, leurs comportements, à la manière d’une encyclopédie. Enfin, et c’est là que réside toute l’originalité du livre, l’auteur invite l’enfant à s’amuser avec les chiffres à son tour, à calculer des moyennes rigolotes et, surtout à observer le monde qui l’entoure avec la curiosité d’un scientifique.
Ce documentaire accessible dès le plus jeune âge propose une façon originale de découvrir la vie des animaux grâce aux mathématiques.

la p'tite forêt la vie en foretQuand on entre dans la forêt, tout devient une affaire de faux semblants. Est-ce un animal ou le vent qui fait frémir les feuilles du buisson ? Et ce cri, au loin, de quel oiseau témoigne-t-il la présence ? La vie dans les bois change au fil des saisons mais abrite toujours une multitude d’animaux et de plantes que le promeneur doit découvrir.
« Deux yeux, cela peut-il suffire à tout saisir ? » questionne ce petit livre à sa fin. Les illustrations de Chiara Dattola traduisent très bien les coups d’œil fugaces que l’on jette dans le sous-bois, essayant d’attraper un pinson ou un marcassin du regard. Une image est particulièrement réussie : celle du chevreuil dont on n’aperçoit que les bois, tant pis pour cette fois, on n’en verra pas plus.
Ce petit album offre une balade rafraîchissante en forêt, à la recherche des animaux qui peuplent les feuillages épais ou qui se dissimulent dans la neige immaculée. Une vraie bouffée d’oxygène et de nature.
Des extraits sont disponibles en ligne.

ABC BêtesA, comme l’autruche. B, comme la baleine…
Un abécédaire, mais pas seulement ! Et si on essayait de deviner quel animal se cache derrière cette lettre ? En jouant sur ses sonorités, en chantant une comptine, en listant tous les animaux qui commencent par cette lettre mais qui ne sont pas représentés ? Christine Beigel nous embarque dans cet abécédaire délirant à la rencontre des animaux finement réalisés au tampon. En face de la représentation de l’animal, un petit texte en rimes est destiné à faire deviner son nom, et aussi glisser quelques informations sur son habitat, son alimentation…
Les illustrations sont vraiment très belles et le livre d’un format cartonné vraiment adapté aux plus petits. J’ai bien aimé la diversité des animaux représentés : on retrouve certes les habituels zèbres et éléphants, mais on découvre aussi le quetzal, l’unau ou le xérus. J’ai eu plus de mal avec le texte : très dense, il est difficile à appréhender avec des petits. Les devinettes sont assez complexes, et la litanie des animaux qui ne sont pas représentés à l’image est un peu déroutante. Cet abécédaire aux couleurs très douces mérite d’être abordé par étapes, en lisant une lettre ou deux seulement par jour.

matchaMatcha est une petite grenouille japonaise qui souffre de solitude au bord de son marais. Heureusement, un beau voisin « aux yeux de samouraï » emménage non loin de sa feuille de nénuphar, une occasion d’avoir une belle portée de batraciens avant la saison prochaine.
Ce joli petit livre est à la fois une présentation biologique de la vie des grenouilles, un lexique de mots de la culture japonaise, et un chef-d’œuvre d’illustration accompli par Éva Offredi. C’est d’ailleurs le dessin qui séduit en premier lieu : le vert anis de la grenouille et du marais est gracieusement rehaussé par les détails au stylo noir. Le texte est aussi relevé d’une petite touche d’humour. Un beau livre, faussement naïf, qui nous en apprend plus sur le Japon que sur la vie des grenouilles !

Les animaux de la savaneDans la savane, on trouve des animaux féroces et carnivores, mais aussi d’autres plus tranquilles qui ne se nourrissent que de plantes. Qui sont-ils ? Comment vivent-ils les uns avec les autres ?
Les illustrations d’une précision photographique aident les enfants les plus jeunes à découvrir le monde de la savane. Les animaux comme les paysages sont décrits minutieusement et on retrouve les grands classiques de la faune : l’éléphant, le singe, le lion, l’hippopotame, la girafe, sont tour à tour présentés en détail.
Dommage que le texte soit un peu étriqué et que la maquette manque globalement de luminosité. On pourrait s’attendre à une meilleure exploitation des pages plastifiées qui font la signature de la collection Mes premières découvertes, mais qui pour ce titre ont peu d’intérêt. Un documentaire pratique pour les petits, mais un peu décevant.

les animaux de la forêtOn peut avoir l’âme d’un zoologiste même quand on prend son bain. Il est même possible de réviser le nom des animaux en barbotant dans l’eau savonneuse avec ce livre-jouet qui recense les animaux de la forêt (du papillon au renard, en passant par la chouette et le canard).
Ce livre en plastique tout simple convient bien aux petites mains des bébés, et aussi à leur perception. Les animaux sont représentés avec des couleurs très vives sur fond noir, et un petit grelot concentre leur attention sur ce jouet pas vraiment comme les autres. Une bonne façon d’initier les bébés au nom des animaux, et surtout à la lecture.
Le même vu par Les lectures de Liyah.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Jean-Baptiste de Panafieu (Les bêtes biscornues, saugrenues, toutes nues, Nucléaire pour quoi faire ? et Les bêtes qui rodent, qui rongent, qui rampent à la ville), de Lucie Rioland (Le fils des géants), de Brigitte Vaultier et Chiara Dattola (La p’tite école), de Christine Beigel (La baleine du bus 29Pirate des couleurs, Monsieur le loup, Le canari qui faisait pipi au nid, Ami ou ennemi ? et Mini Rikiki Mini), de Christine Beigel (Pirate des couleurs, Monsieur le loup, Le canari qui faisait pipi au nid, Ami ou ennemi ? et Mini Rikiki Mini), et de Delphine Badreddine (5 minutes avant d’aller au lit, Les trésors des couleurs, Les enfants du monde et Les trésors du corps).
Sur le même thème, parmi les autres livres que nous avons chroniqués : Le livre des vrai/faux des animauxOuvre les yeux sur… la mare, Il était une forêtDrôles d’animaux

Bêtes dangereuses, dévoreuses, venimeuses, 
Texte de Jean-Baptiste de Panafieu, illustré par Benjamin Lefort et Lucie Rioland
Gulf Stream Éditeur dans la collection Dame Nature
16 €, 260×290 mm, 88 pages, imprimé en Italie, 2014.
La vie des animaux en chiffres
Texte de Lola M. Schaefer, illustré par Christopher Silas Neal
Circonflexe dans la collection Aux couleurs du monde
14 €, 306 x 312 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2015.
La p’tite forêt, la vie dans les bois
Texte de Brigitte Vaultier, illustré par Chiara Dattola
Les éditions du Ricochet dans la collection Les Bouées du ricochet
7,60 €, 195 x 195 mm, 26 pages, imprimé en Pologne, 2014.
ABC bêtes
de Christine Beigel
Gautier Languereau
12,90 €, 186 x 185 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2015.
Matcha
de Éva Offredo
La Joie de lire
12,90 €, 165 x 200 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les animaux de la savane
Texte de Delphine Badreddine
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes premières découvertes
9 €, 165 x 180 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les animaux de la forêt
de Caroline Davis
Deux coqs d’or dans la collection Mon livre de bain sonore
6 €, 135 x 140 mm, 6 pages, imprimé en Chine, 2015.

À part ça ?

Le dessinateur de bande-dessinée Krapo s’est penché sur le triste sort réservé au requin de la Réunion, accusé depuis quelques années de nombreuses attaques sur les humains. Sur son blog, il revient sur des années de rivalité entre le prédateur marin et l’occupant de l’île de l’Océan Indien, et tâche de faire évoluer les consciences sur les responsabilités humaines qui, selon lui, sont à l’origine des drames qui coûtent des vies humaines. Urbanisation, déforestation, destruction des écosystèmes, pêche intensive… Krapo fait la liste des erreurs de l’Homme qui ont conduit à cette confrontation violente avec le requin. Un constat affligeant à découvrir sur le blog de Krapo.

You Might Also Like

Roman rime avec environnement

Par 2 août 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on se met au chevet de notre planète et de ses occupants !

génétikEmbarquons sur Génétik, la planète modifiée. On retrouve la famille Plume, Pauline la journaliste qui doit écrire un guide de voyage, Philippe son mari et leurs trois enfants : Alice, Baptiste et Constant, sans oublier Patatras, le chien. Sur Génétik, il n’y a pas d’hôtel, mais des laboratoires. C’est le royaume des scientifiques et des OGM. Ça fait d’abord rire tout le monde de voir des « chachiens » ou des œufs sur pattes qui se rangent tout seuls dans leur boîte, mais très vite, la petite famille se rend compte que parfois, les savants ne maîtrisent pas toutes leurs expériences…
Avec ce nouveau tome de la collection Ma planète préférée, on va encore vivre des expériences un peu folles, et surtout porter un regard critique sur ce qui se passe autour de nous. Sylvie Baussier et Pascale Perrier nous permettent de réfléchir avec humour sur les conséquences de certaines expériences scientifiques, surtout quand elles sont menées avec excès, sans trop de réflexion. On rit des aventures de la famille Plume, avec ces personnages hauts en couleurs, et les illustrations de Marie de Monti, gaies et colorées complètent ce roman à la fois plein d’humour et instructif. En effet, on trouve également en fin d’ouvrage, un quiz pour savoir comment ça se passe réellement chez nous, sans manichéisme (il y a aussi beaucoup de positif dans les expériences scientifiques).
Un roman complet ludique et instructif pour s’intéresser aux questions d’environnement de notre époque !

pense bêtesUne poule élevée en batterie qui nous raconte son quotidien, une visite de zoo un peu particulière, un mouton qui se révolte et cherche à entraîner avec lui ses congénères, et enfin un chien de chasse qui ne supporte plus la télévision que regarde son maître, Pense bêtes donne la parole aux animaux.
Les animaux du monde d’aujourd’hui, qui souffrent parfois du traitement que leur réservent les humains. Christophe Léon nous présente ainsi quatre fables modernes, pour réfléchir à certains comportements et se mettre à la place des bêtes. C’est acide, ça pique, et les adolescents (le niveau de langage est assez élevé pour des enfants plus jeunes qui auraient du mal à saisir certains passages je pense) devraient sans doute voir certaines tendances de la société d’aujourd’hui d’un autre œil…
Un engagement fort et original sur des sujets quotidiens écrit avec justesse et humour noir !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Sylvie Baussier (Touristoc, la planète aux vacances et T’as la tchatche), Pascale Perrier  (Touristoc la planète aux vacances, Le bonheur en cinq lettres et Le bonheur en cinq mensonges) et Marie de Monti (Touristoc, la planète aux vacances). Retrouvez également notre interview de Pascale Perrier.

Génétik, la planète modifiée
Texte de Sylvie Baussier et Pascale Perrier, illustré par Marie de Monti
Gulf Stream dans la collection Ma planète préférée
11 €, 125 x 180 mm, 77 pages, imprimé en Italie, 2013
Pense bêtes
de Christophe Léon
Éditions du Muscadier dans la collection Place du marché
7,90 €, 125 X 190 mm, 88 pages, imprimé en Union Européenne, 2013

À part ça ?

La boîte verte nous propose de découvrir de magnifiques photographies colorées de Zhangye Danxia, en Chine. De quoi voyager sans bouger de chez soi !

Marianne

You Might Also Like

Des baleines

Par 21 juin 2014 Livres Jeunesse

SPLASH ! Je vous fais découvrir deux histoires de baleine aujourd’hui !

marlène baleinePour Marlène, une sortie à la piscine n’est pas une sinécure… Tout le monde la traite de baleine, parce qu’elle est un peu plus costaud que les autres enfants, et que lorsqu’elle plonge, elle fait un peu plus de vagues. Aidée du maître-nageur et de la force de son imagination, elle va parvenir à retrouver confiance en elle !

J’ai été touchée par Marlène, qui finit par faire une force de sa différence. Cette histoire de Davide Cali, qui ressort chez Tom Poche dans une édition souple à petit prix, est pleine de bienveillance, de tendresse mais aussi de force ! Marlène ne s’en laisse pas compter ! Quant aux illustrations de Sonja Bougaeva, elles sont à la fois douces et rondes, et j’ai particulièrement été séduite par l’ambiance générale de cet album ! Marlène Baleine est une jolie histoire pour apprendre à s’accepter et à clouer le bec des mauvaises langues !

baleine !Il paraît que depuis qu’il a plu, une baleine rôde dans les rues. Tout le monde pense l’avoir aperçue, mais chacun la voit différemment… La rumeur enfle, enfle, enfle, mais Livia ne voit toujours rien ! Jusqu’à ce que…

Baleine ! est un très joli conte graphique (c’est le premier mot qui me vient à l’esprit en pensant à cet album, où les illustrations en disent autant que le texte) qui porte un message écologique. Jean Villemin nous plonge (c’est le cas de le dire) dans une belle histoire avec de magnifiques dessins en noir et blanc, où les adultes s’interrogent, se questionnent, imaginent, alors que Livia, la petite fille, observe simplement, et attend. Sa patience paiera, et la sauvera même ! Cet album est un objet un peu à part, qui à mon avis donnera lieu à diverses interprétations selon l’âge et la personnalité de chacun mais une chose est sûre : prenons le temps, faisons taire la rumeur, et écoutons notre cœur !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Davide Cali (Bons baisers ratés de Venise, Je n’ai pas fait mes devoirs parce que…, Super Potamo et Bons baisers ratés de Paris).

Marlène Baleine
Texte de Davide Cali, illustré par Sonja Bougaeva
Tom Poche
5,50 €, 210 x 160 mm, 30 pages, imprimé en Italie, 2014
Baleine !
de Jean Villemin
Éditions du Lampion dans la collection Loupiote
10 €, 170 x 130 mm, 80 pages, lieu d’impression non précisé, 2014

A part ça ?

Aujourd’hui, c’est l’été ! Pour la peine, je vous plonge en plein hiver, avec les peintures de Leigh Tarentino !

Marianne

 

You Might Also Like

Pas besoin de dépenser plus pour être plus heureux !

Par 10 janvier 2014 Livres Jeunesse

Oui j’ai attendu que les fêtes soient passées (où j’ai encore vu des amis dépenser des fortunes en jouets qui seront abandonnés, cassés ou inutiles dans quelques semaines) pour parler du « consommer plus »… et surtout de la décroissance !

L’accumulatôr à bidouilleriesHector et son chat Archibald vivaient dans une toute petite maison. Ils étaient heureux, se contentaient de ce qu’ils avaient, mais un jour le vent apporta une publicité qui allait changer leur vie : GRANDE PROMOTION SUR LES BACS À GLAÇONS !!! POUR 13 BACS À GLAÇONS ACHETÉS, 1 CONGÉLATEUR OFFERT ! Rendez-vous compte ? Il ne fallait pas rater ça ! Ils étaient heureux de pouvoir boire des citronnades glacées, « Mais comment faisait-on avant ? » se demandaient nos héros. En rentrant du magasin, ils avaient vu une autre publicité, une serre offerte pour 13 arrosoirs achetés… Ni une ni deux les voilà repartis et tant pis s’ils n’avaient pas la place dans la maison, ils allaient trouver, on mettrait la table ailleurs ! Ainsi petit à petit la toute petite maison s’équipa de choses plus utiles les unes que les autres… et même d’un accumulatôr à bidouilleries !

Leïla Brient et Julie Grugeaux dénoncent le consumérisme et ces opérations des grands magasins qui nous font croire qu’elles nous font des cadeaux si on consomme plus (comme si les magasins étaient de gentils philanthropes !). Hector et Archibald n’avaient évidemment pas besoin de tout ça (et n’avaient surtout pas la place) et très vite ils s’en rendront compte. Un très bel album tout en hauteur, plein d’humour pour rappeler aux enfants qu’il n’y a pas besoin de consommer pour être heureux (et n’oubliez jamais le fameux adage, si c’est gratuit, c’est toi le produit !).
Quelques illustrations sur le blog de l’auteur.
Le même vu par La valse des pages.

Le Boulanger Des CroissantsQu’ils étaient bons les croissants du boulanger de ce village ! Le goût n’était pas un hasard mais le fruit du travail de cinq hommes : le boulanger donc, le paysan qui récoltait le meilleur des blés, le meunier qui faisait une bonne farine grâce à son savoir-faire, le bûcheron qui savait quels arbres couper et comment le faire pour obtenir le bon bois pour cuire les croissants et l’apiculteur respectueux des abeilles qui récoltait un miel qui rendait les croissants encore meilleur. Chaque dimanche les cinq compagnons se retrouvaient pour déguster ces croissants qui n’existeraient pas sans leurs cinq savoir-faire respectifs. Mais un jour un prince goûtât ces croissants et en devint complètement dingue. Il lui en fallait absolument, et pas que le dimanche. Alors, tous les cinq se mirent à travailler plus pour produire plus (et pour gagner plus). Bien entendu ils ne pouvaient plus le faire avec autant de soin, il fallait du rendement, mais en échange ils allaient gagner de l’argent… allaient-ils être heureux pour autant ?

Voilà une très belle histoire aux illustrations bien singulières. On peut même dire qu’il y aura les fans et ceux qui ne vont pas du tout aimer les personnages et décors en bois de Yannick Beaupuis ! Mais l’histoire réconciliera tout le monde, un conte dont la morale serait de se contenter des plaisirs rares plutôt que vouloir tout, tout le temps. Qu’il vaut mieux manger un bon croissant au beurre une fois par semaine plutôt que tous les jours des choses sans saveurs (ça marche aussi avec le fromage, les gâteaux, le chocolat ou plein de choses). Voilà un message intéressant, quelque chose que j’essaye de passer à mes enfants et que je suis heureux de retrouver dans ce bien bel album.
Vous pouvez visualiser des intérieurs sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Sous le feuillage.

L’accumulatôr à bidouilleries
Texte de Leïla Brient, illustré par Julie Grugeaux
Winioux
14€, 150×350 mm, 36 pages, imprimé en Belgique, 2013.
Le boulanger des croissants
de Yannick Beaupuis
Balivernes Éditions dans la collection Calembredaines
12€, 200×250 mm, 40 pages, imprimé en Belgique, 2013.

À part ça ?

Un homme qui a un poussin dans le ventre… et l’imagination des enfants !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange