La mare aux mots
Parcourir le tag

Erin E. Stead

Baleines poétiques

Par 23 avril 2015 Livres Jeunesse

la baleine du bus 29Ce matin, à l’arrêt de bus, une dame au physique imposant semble attendre.  Elle semble passer beaucoup de temps dans la rue (en réalité, on comprend rapidement qu’elle y vit…), a des comportements étranges et tous les passants détournent le regard. Tous sauf cette petite fille, qui ose aller à sa rencontre, entrer dans son univers si particulier et partager avec elle des moments singuliers…
Ode à la tolérance et à l’ouverture d’esprit, La baleine du bus 29 est un album qui ne laisse pas indifférent. À la première lecture, j’étais émue par le texte sensible et juste de Christine Beigel et les illustrations oniriques d’Alessia Bravo (La baleine du bus 29 est son premier album et je pense que je vais suivre de près les suivants). Puis, en revenant sur cette histoire, j’ai découvert les nombreux sujets de fond qu’il aborde, discrètement et poétiquement : l’exclusion sociale, l’indifférence, mais aussi la tolérance, la solidarité et le partage… On passe devant cette dame sans y prêter attention, on lui jette un regard méfiant, on n’ose pas échanger avec elle parce qu’elle diffère un peu de la norme (elle sourit dans le bus, c’est fou n’est-ce pas ?)… Et pourtant, si tout le monde savait quels trésors elle renferme !
Un album à découvrir, original, poétique et sensible pour s’ouvrir aux autres et à la différence.
Vous pouvez découvrir des visuels de cet album sur le site de l’illustratrice Alessia Bravo.
Le même vu par Enfantipages.

si tu veux voir une baleinePour réussir à voir une baleine, il faut respecter quelques règles et surtout s’armer de patience. Il faut évidemment être à proximité d’un océan, mais ce n’est pas tout. Il faut surtout être très attentif et se concentrer : ne pas perdre son regard dans les nuages aux formes multiples, les herbes folles du jardin fourmillant de petits insectes, ou les roses à la couleur si particulière…
Garder le cap, ne pas abandonner, et se concentrer : voilà comment on pourrait résumer le message délivré par Si tu veux voir une baleine, cet album poétique à la chute bien pensée et illustrée. Julie Fogliano met à l’honneur la patience et la persévérance, avec tendresse et humour. Les illustrations d’Erin E. Stead sont comme toujours douces et pleines de délicatesse, en harmonie avec l’atmosphère de cet album qui invite à prendre le temps et à ne jamais abandonner !
Un album au message fort à la fois simple et philosophique !
Vous pouvez découvrir des illustrations de cet album et même une vidéo, sur le site d’Erin E. Stead.
Le même vu par Le tiroir à histoires et Maman Baobab.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres albums de Christine Beigel (Pirate des couleurs, Monsieur le loup, Le canari qui faisait pipi au nid, Ami ou ennemi ? et Mini Rikiki Mini), Julie Fogliano (Et puis, c’est le printemps) et Erin E. Stead (Et puis, c’est le printemps et Ours a une histoire à raconter).

La baleine du bus 29
Texte de Christine Beigel, illustré par Alessia Bravo
Motus
13 €, 250 x 250 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2015.
Si tu veux voir une baleine
Texte de Julie Fogliano, illustré par Erin E. Stead
Kaléidoscope
12 €, 185 x 235 mm, 30 pages, imprimé en République Tchèque, 2014.

À part ça ?

Maciek Janiki nous présente une ville de papier.

Marianne

You Might Also Like

Le printemps, tout simplement

Par 23 mars 2013 Livres Jeunesse

bus_goguetteQuelle belle manière de fêter l’arrivée du printemps et des beaux jours. Ce trolley-bus italien quitte sa trajectoire habituelle pour emmener tous ses voyageurs matinaux et pressés d’aller au travail, l’air morose et peu aimable, prendre le temps d’observer la beauté du monde qui les entoure et la nature en éveil. Dans un premier temps, il souffle dans le bus comme un vent de résistance. Leur quotidien bien précis et rythmé est chamboulé et ils n’ont pas l’habitude. Et finalement, petit à petit, ils se laisseront charmer !

bus_goguette_lightBus en goguette est un album pour enfants qui invite à lever le nez du quotidien parfois routinier et trop pesant, et voir le coin de ciel bleu, même dans la grisaille ! Le texte de Gianni Rodari date des années 1980 (et est extrait du recueil Histoires au téléphone dont je vous ai déjà parlé), mais plein d’humour et je trouve que le fond est vraiment d’actualité. Les illustrations de Blanca Gomez sont vraiment dans le ton, à la fois naïves, géométriques et pleines de douceur. Une jolie manière d’entrer dans la belle saison !

printemps_bdVous le savez tous, le printemps est aussi la saison où la nature se réveille. Un jeune garçon a planté minutieusement des graines dans le jardin il y a quelques semaines. On l’observe semer, puis surtout veiller ses plantations avec amour et tendresse jusqu’à l’éclosion, quand arrive le printemps. Pendant des jours et des jours, il ne voit que du brun. Mais du brun « qui contient tous les espoirs ». Il écoute la terre, s’inquiète pour ses graines, patiente en s’occupant comme il peut… Et puis c’est le printemps : le vert recouvre le jardin.

Que de poésie dans cet album pour enfants. Les mots de Julie Fogliano sont choisis et égrenés avec parcimonie et délicatesse au fil des pages. On prend le temps de les écouter, un peu comme le héros qui attend que ses graines sortent de terre. Et Erin E. Stead signe de très belles illustrations, pleines de finesse et de détail, sans jamais être surchargées. Et surtout, même si on baigne dans une ambiance douce, ce n’est pas hermétique, et on trouve même des touches d’humour ! Encore une invitation à prendre le temps de s’émerveiller du réveil de la nature, sans se presser.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un roman de Gianni Rodari : Histoires au téléphone, et un album d’Erin E. Stead : Ours a une histoire à raconter

Bus en goguette
de Gianni Rodari illustré par Blanca Gomez traduit par Roger Salomon
La Joie de Lire
14,90 €, 235 x 337 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2013
Et puis, c’est le printemps
de Julie Fogliano illustré par Erin E. Stead traduit par Elisabeth Duval
Kaléidoscope
13,20 €, 22 x 275 mm, 31 pages, imprimé en Italie, 2013

A part ça ?

Je vous présente régulièrement des artistes qui créent avec du papier. Eiko Ojala fait partie de ceux-là, et je vous invite à découvrir son site : c’est beau !

Marianne

 

You Might Also Like

L’un oublie les mots, l’autre les transforme !

Par 17 novembre 2012 Livres Jeunesse

Qu’il est attendrissant cet Ours ! Les feuilles terminent de tomber des arbres, et l’hiver n’a jamais été aussi proche. Il est donc temps, pour de nombreux animaux, d’entrer en hibernation. Ours a sommeil justement. Mais avant d’entrer dans sa tanière pour plusieurs semaines, il aimerait raconter une histoire. Il va donc à la rencontre de ses amis, pour trouver des oreilles attentives. Malheureusement, tous sont occupés à préparer leur couchage ou dorment déjà profondément. Ours est bienveillant, et ils donnent un coup de main à ceux qui en ont besoin. Et au printemps, au réveil, il ne se souvient plus de son histoire… Heureusement, ses amis sont bienveillants et à leur tour, ils vont l’aider à retrouver le fil de ses pensées.

Ours a une histoire à raconter est un album pour enfants plein de tendresse et de bienveillance. Tant dans le texte de Philip C. Stead que dans les illustrations d’Erin E. Stead, on sent toute la générosité un peu triste (je sais, c’est un concept étrange, mais c’est vraiment ce qui n’est venu à l’esprit) du gros animal. Il est imposant, mais a un grand coeur. J’ai également  beaucoup aimé la réaction des autres animaux quand l’ours ne sait plus ce qu’il voulait dire : on comprend que chaque année il leur raconte la même chose, mais ils ne vont jamais le lui reprocher, le trouver ennuyeux, ou se moquer. Ils sont très attachants et c’est une belle démonstration d’amitié bienveillante. Dit comme ça, ça fait un peu « histoire tarte à la crème », pleine de bons sentiment. Mais j’ai seulement trouvé cela agréable et sensible, jamais niais !

On change totalement de registre avec L’Anti-abécédaire Sans le A, un album pour enfants « décapant » !
Cette fois, on va s’amuser avec les lettres et les mots ! D’ordinaire, dans un abécédaire classique, on trouve des mots qui ont pour initiale chacune des lettres de l’alphabet. Cette fois, Michaël Escoffier s’est amusé ôter une lettre de certains mots : magique, d’autres mots apparaissent ! Résultat : l’aiGle bat de l’aile, les cHouettes ont des couettes, on saute de Joie comme une oie,…

Bref, c’est le bazar, la folie douce, et on rit bien ! D’autant plus que c’est Kris di Giacomo qui signe les illustrations, et que c’est réussi ! C’est même ce qui permet de relier concrètement les deux mots, qui n’ont pas nécessairement l’habitude de se côtoyer ! Une fois qu’on a compris le concept, on peut s’amuser à le décliner à l’envi ! Voici un album original pour s’initier aux jeux avec les mots !

Quelques pas de plus…
Retrouvez notre interview de Kris di Giacomo et ses livres que nous avons chroniqués : Prune et la colo d’enfer, Quand le loup a faim, Prune la grosse rumeur, Prune le fils de la nouvelle fiancé de Papa,
Bonjour Docteur, écrit par Michaël Escoffier a été chroniqué par Gabriel.

Ours a une histoire à raconter
de Philip C. Stead illustré par Erin E. Stead
Kaléidoscope
13,20 €, 242 x 223 mm, 30 pages, imprimé en Italie
Sans le A
de Michaël Escoffier illustré par Kris di Giacomo
Kaléidoscope
15,30 €, 167 x 316 mm, 100 pages, imprimé en Italie

A part ça ?

Laurent Millet nous donne l’impression de mettre les nuages en boîtes ! Si, si, je vous promets ! C’est !

Marianne

You Might Also Like

Secured By miniOrange