La mare aux mots
Parcourir le tag

Fil rouge

Petits livres, grandes histoires

Par 5 février 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des petits albums (donc à petit prix) avec des textes assez longs, donc des albums qui s’adressent plutôt, d’après moi, aux « grands » de 7-12 ans.

ce qu'il y avait sur limageJabbar était un vendeur itinérant. Il achetait ses marchandises quand la caravane arrivait puis partait dans les villages isolés revendre ce qu’il avait acheté. Cette fois-là, c’étaient des images que Jabbar avait acquises et parmi elles l’image d’une mystérieuse femme…
Ce qu’il y avait sur l’image… de Philippe Lechermeier est un magnifique conte oriental. Une histoire d’amour, un récit d’aventures. Le très beau texte est accompagné par les superbes illustrations de Charlotte Gastaut avec des planches pleine page (même si le petit format de l’album ne leur rend pas justice).
Un magnifique conte oriental magnifiquement illustré, un album pour s’évader.
Des extraits sur le blog Intemporel.

Les amants papillonsSon père l’avait décidé, Naoko quitterait le foyer et partirait étudier les bonnes manières. La jeune fille refuse d’obéir et décide de se déguiser en garçon pour apprendre la littérature. Sauf que Naoko rencontre le beau Kamo…
J’avais déjà lu cette histoire (dans une version assez différente), ici c’est Benjamin Lacombe qui raconte et illustre ce conte classique chinois, Les Amants Papillons, une belle histoire d’amour (qui ne plaira pas aux fervents défenseurs de La Manif pour tous…). Là aussi, très belles illustrations pleine page.
Un conte tragique, mais beau. Une belle histoire d’amour venue de Chine.
Le même vu par Les lectures de Liyah et par Œil d’ailleurs.

Monsieur PanMonsieur Pan était persuadé qu’il allait mourir. Chaque geste, pensait-il, pouvait lui être fatal. Aussi, quand il apprit que sa sœur était mourante, il se dit que lui aussi et n’alla pas à son chevet. Sa sœur mourut quelques jours plus tard, Monsieur Pan non, c’est donc lui qui eut en charge les enfants de sa sœur.
Monsieur Pan est signé Kressman Taylor (l’auteur d’Inconnu à cette adresse) et nous parle de la peur de vieillir et de mourir et des choses qui arrivent dans notre vie et la bouleverse. Ce très beau conte est illustré avec beaucoup de talent (comme d’habitude) par Princesse Camcam.
Une belle histoire sur la peur de mourir et sur les tours que nous joue la vie.
Le même vu par Chez Clarabel, Sous le feuillage et Enfantipages.

Jesus BeltzJésus Betz était né sans jambes et sans bras, sa mère ne savait que faire d’un tel enfant. Pourtant son destin allait être exceptionnel.
C’est un album assez étrange que nous proposent Fred Bernard et François Roca (qui aiment ces ambiances bizarres). Jésus Betz n’aura pas toujours une vie heureuse, loin de là, il va même vivre des choses assez tragiques… heureusement, tout ça se terminera bien. J’avoue avoir surtout été séduit par les illustrations de François Roca dont le travail est toujours extraordinaire.
Une sorte de Freaks (le chef d’œuvre de Todd Browning), et son univers étrange, version album pour enfants.
Le même vu par Chez Clarabel et Les lectures de Liyah.

charles prisonnier du cyclopeUne petite info pour finir, Charles le prisonnier du cyclope, le très bel album d’Alex Cousseau et Philippe-Henri Turin, vient aussi de ressortir en petit format. On vous avait déjà parlé de cette belle série (ici ou encore ) et si vous ne l’aviez pas encore, maintenant vous n’avez plus  aucune excuse !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqués plusieurs livres de Charlotte Gastaut (Le petit sapin, Les cygnes sauvages, Boucle d’Or & les 3 ours, Peau d’âne, PoucetteMon amie est princesse et Mais que fait la police ? ), de Princesse Camcam (Suivez le guide, promenade au jardin, Une rencontre, Le jardin de Clara, Je danse à l’Opéra, L’album de famille, Marie de Paris, Marie voyage en France, Drôles de marchés ! et La fille aux cheveux d’encre), de Fred Bernard (Rose et l’automate de l’opéra, L’histoire de vraie de Kiki la tortue géante et L’histoire vraie de Ralfone l’orang-outan), de François Roca (Le papa de Simon, Rose et l’automate de l’opéra et Les mille et une nuits), d’Alex Cousseau (Charles apprenti dragon, Les mammouths, les ogres, les extraterrestres et ma petite soeur, Les Frères Moustaches et Charles à l’école des dragons) et de Philippe-Henri Turin (Charles apprenti dragon et Charles à l’école des dragons). Retrouvez aussi notre interview de Princesse Camcam.

Ce qu’il y avait sur l’image…
Texte de Philippe Lechermeier, illustré par Charlotte Gastaut
Actes Sud Junior dans la collection Encore une fois…
4,95 €, 150×192 mm, 40 pages, imprimé au Portugal, 2014 (première édition 2005).
Les amants papillons
de Benjamin Lacombe
Seuil Jeunesse dans la collection Seuil’issime
5,90 €, 150×190 mm, 40 pages, imprimé en France, 2015 (première édition 2007).
Monsieur Pan
Texte de Kressmann Taylor, illustré par Princesse Camcam
Autrement dans la collection Fil Rouge
5,20 €, 160×190 mm, 36 pages, imprimé en Chine, 2014 (première édition 2008).
Jésus Betz
Texte de Fred Bernard, illustré par François Roca
Seuil Jeunesse dans la collection Seuil’issime
5,90 €, 150×190 mm, 40 pages, imprimé en France, 2015 (première édition 2002).
Charles prisonnier du cyclope
Texte d’Alex Cousseau, illustré par Philippe-Henri Turin
Seuil Jeunesse dans la collection Seuil’issime
5,90 €, 150×190 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015 (première édition 2012).

À part ça ?

«Ce n’est pas facile d’entrer dans une librairie en demandant un livre sur le terrorisme.», une interview de Carl Norac et Vanessa Hié sur le blog des librairies sorcières.

Gabriel

You Might Also Like

Il fait froid !

Par 22 novembre 2013 Livres Jeunesse

Mais quand même c’est amusant de s’entendre claquer des dents
Et dehors tout est glacé on va tous aller glisser
(…)
Et aussi c’est amusant de faire des nuages en soufflant
De l’air chaud devant son nez
FroidLes cuivres de Ménilmontant

Dehors il fait froid… dans les histoires aussi !

Le voyage d'anokiAnoki sort de son igloo. Il fait froid. Il y a du blanc à perte de vue. Depuis toujours il a entendu parler du Grand Blanc, on lui a dit qu’il n’y avait que les enfants qui pouvaient le voir, bientôt Anoki n’en sera plus un… c’est le moment où jamais ! Anoki par donc à la recherche de celui dont on dit qu’il ressemble à un ours si grand qu’il touche les étoiles. Le voyage sera long… Anoki trouvera-t-il le Grand Blanc ?

C’est encore un album sublime que sort Antoine Guilloppé. Une aventure, une quête, l’histoire d’un enfant, bientôt adulte qui veut accomplir un rêve, rencontrer un personnage qui le fascine. Les illustrations sont tout simplement sublimes et c’est un magnifique objet : un vernis sélectif sur certaines pages pour nuancer les blancs, de l’argenté sur les étoiles, un pop-up à la fin… C’est un magnifique cadeau que nous font là les éditions Gautier Languereau et Antoine Guilloppé. Un bijou à avoir dans sa bibliothèque.
Une vidéo présentant l’album.

Le roi de la montagne en hiverUne vieille femme veuve et aigrie vivait avec ses deux filles, la plus âgée était son portrait craché, l’autre était la gentillesse même. Bien sûr la mère et l’aînée maltraitaient la cadette, lui donnaient des travaux difficiles à accomplir en espérant la voir devenir moins belle. Bien-sûr c’était sans effet. Un jour, alors qu’une tempête de neige venait de s’abattre et que le froid régnait dehors, la plus grande des filles exigea des violettes. La mère obligea donc la plus jeune à aller lui en chercher sous peine de ne pas rentrer. Après avoir longuement marché, la jeune fille rencontra 12 hommes qui regardaient des flammes, ces douze hommes allaient l’aider.

J’ai eu un petit pincement au cœur en lisant cette histoire car je suis persuadé de l’avoir entendu quand j’étais enfant (vous savez parfois on ne se souvient plus et d’un coup tout revient). Ces hommes qui sont au milieu de la montagne et représentent les douze mois de l’année vont aider la jeune fille. Le conte est absolument superbe (il est inspiré d’un conte tchèque et d’un conte russe), et les illustrations d’Aurélia Fronty magnifiques. Là aussi, un très bel album.
Des extraits en ligne.

Ina et AslakIna a les cheveux blonds, il lui manque une dent en bas, elle aime le violet, les chouettes et courir. Mais surtout son frère Aslak. Aslak n’a que huit dents en haut et huit dents en bas, il aime se déhancher dans sa couche et sa couleur préférée est tracteur (son animal préféré aussi d’ailleurs). Et bien-sûr Aslak adore Ina. Ensemble aujourd’hui ils partent couper du bois parce qu’il fait froid. Ils s’emmitouflent de la tête aux pieds, ils prennent une hache et c’est parti !

Dans un tout autre style que les deux ouvrages précédents, Ina et Aslak apprentis bûcherons est une petite pépite. J’ai eu un véritable coup de cœur pour cet album. C’est extrêmement drôle -Aslak ne sait dire que « oui » (même quand il faut dire « non ») et « tracteur » (à propos de n’importe quoi)-, c’est très poétique (surtout grâce aux illustrations, un mélange de montages faits avec du papier découpé et photographié, de collages et de dessins), c’est un peu décalé. Ça fait du bien de découvrir d’autres littératures (c’est un album norvégien) surtout quand elles sont de cette qualité. Un album que j’ai adoré lire à ma fille et que ma fille a adoré écouter, qui nous a fait rire autant l’un que l’autre.
Des extraits en ligne.
Le même vu par Oeil d’ailleurs et par Sous le feuillage.

NeigeAlors qu’il se balade, un petit lapin voit quelques flocons virevolter. L’écureuil va se coucher, le lapin continue et les flocons sont de plus en plus nombreux. Les grenouilles aussi regagnent leur abri, le petit lapin continue et il neige de plus en plus. Tour à tour les animaux rentrent à l’abri, bientôt le petit lapin retrouvera sa maman, lui aussi se mettra au chaud.

Après la Norvège c’est un album japonais que je vous propose de découvrir. Un album très doux, très poétique. Petit à petit la neige recouvre le sol et les pages sont de plus en plus blanches, jusqu’à le devenir complètement (grâce au talent de l’illustratrice on aperçoit quand même ce petit lapin blanc et sa maman dans les étendues enneigées). On parle donc ici des animaux qui hibernent, des saisons, de la peur d’être abandonné (petit lapin a peur d’avoir perdu sa maman). Un bien bel album.
Des extraits en ligne.

Une vie d'escargotFuyant le froid, Andreï l’escargot avance. Il faut faire vite, la neige commence à tomber. En chemin il ramasse de quoi manger. La neige tombe trop fort, Andreï rentre chez lui, le voilà bien au chaud. Il se fait une tisane, s’allonge sur son sofa et il dort en rêvant en attendant le printemps… Mais si les rêves ne suffisaient plus, si la réalité c’était mieux ? Andreï a envie de vivre là où il fait chaud !

Une vie d’escargot nous parle aussi de l’hibernation mais également des voyages, des rêves, d’oser casser les habitudes. J’avoue avoir été surtout séduit par les très jolies illustrations de Janik Coat, très graphiques. Un album sorti dans la collection Fil rouge, une collection petit format à « petit prix » d’Autrement.
Le même vu par Sous le feuillage.

Tout sur l'hiverOn termine avec un album documentaire, Tout sur l’Hiver sorti au Seuil Jeunesse. Grâce à des BD, des illustrations, des photos, des petits textes courts… on va apprendre des tas de choses sur l’hiver. Pourquoi il y a l’hiver ? Comment reconnaître les arbres quand ils n’ont plus de feuilles ? Comment les plantes et les animaux résistent au froid ? Mais on parlera aussi de l’hiver en ville, à l’école (avec des poésies sur l’hiver). On trouve aussi des jeux, des recettes, des idées de loisirs créatifs… on parle du Père Noël, de Mardi Gras, de l’Épiphanie… bref voilà un album documentaire très complet, très bien fait (on ne s’ennuie jamais) et aux belles illustrations qui nous dira tout sur cette saison et ce qu’il s’y passe.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Antoine Guilloppé (Les musiciens de Brême, La mouffle, Loup noir, Grand blanc, Première neige, Plein soleil, Qui dit noir dit blanc, Pleine lune et Akiko la rêveuse) , Aurélia Fronty (Un jour grand-père m’a donné un ruisseau et Une si belle entente), Anne Cortey (Muette), Janik Coat (Mon hippopotame, Pour un carré de chocolat, Une vie d’ours et La surprise) et Clémentine Soudais (Cherchons les petites bêtes ! Découvertes et activités au jardin). Nous avons également interviewé Antoine Guilloppé.

Le voyage d’Anoki
d’Antoine Guilloppé
Gautier Languereau
19,95€, 310×305 mm, 36 pages, imprimé en Chine, 2013
Le roi de la montagne en hiver
Texte de Sylvie Delom, illustré par Aurélia Fronty
Didier Jeunesse dans la collection Contes du monde
14,20€, 240×310 mm, 40 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Ina et Aslak apprentis bûcherons
Texte de Tore Renberg (traduit par Jean-Baptiste Coursaud), illustré par Øyvind Torseter
Didier Jeunesse
13,10€, 185×250 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Neige
de Kaori Tajima
Lirabelle
19€, 230×290 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2013.
Une vie d’escargot
Texte d’Anne Cortey, illustré par Janik Coat
Autrement dans la collection Fil rouge
5,20€, 160×190 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013.
Tout sur l’hiver
Texte de Clémence Sourdais, illustré par Charline Picard
Seuil Jeunesse
18€, 260×260 mm, 64 pages, imprimé en France, 2013.

A part ça ?

Il y’a du nouveau dans notre livre d’or !

Gabriel

You Might Also Like

Le plus fort n’est pas celui qu’on croit !

Par 20 septembre 2013 Livres Jeunesse

Un ogre, un lion et un loup ça vous fait peur ? Et ben pas à eux ! Méfions-nous des apparences et des a priori !

L'ogre qui n'avait peur de rien« La belle petite fille que voilà. Comme elle a de jolies joues roses ! Comme elle a de mignons bras potelés ! » dit un ogre en croisant une jolie petite fille, celle-ci est heureuse de recevoir autant de compliments, remercie et s’en va. Comment ? Quoi ? Elle n’a pas peur s’étonne le mangeur d’enfant… et non elle n’a pas peur ! Pourquoi elle aurait peur de lui et pas l’inverse d’ailleurs ? C’est vrai ça, ça a peur de quoi un ogre ?

L’Ogre qui n’avait peur de rien est un petit album très drôle et plein de charme (ah les illustrations de Soufie…) sur la peur. Tout le monde a peur non ? (Note de la relectrice : ben non justement ! Il y a une maladie où les gens n’ont peur de rien !!! http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2013/02/13/la-femme-qui-ne-connait-presque-pas-la-peur). Chacun a ses propres phobies. C’est toujours rassurant pour les enfants de voir que même l’ogre a peur de quelque chose. Le texte de Sandrine Beau est drôle, délicat et poétique. Que j’aime ces personnages d’enfants au caractère bien trempé (on pense à La petite enquiquineuse que Soufie avait déjà dessiné). Un très bel album.
Le même vu par Enfantipages.

Un roi tout nuMais qu’il fait chaud ! Le lion n’en peut plus… c’est alors qu’il découvre en se grattant que sa peau a une fermeture éclair ! Vite enlevons donc cette fourrure qui tient chaud. Sauf qu’un lion tout nu ça ne fait plus peur du tout ! Mais quand notre roi des animaux veut se rhabiller, sa peau a disparue !

L’habit ne fait pas le moine mais l’apparence un peu quand même ! Ce lion va vite s’apercevoir que c’est grâce à son physique qu’il en impose et d’ailleurs quand il va croiser un autre lion… il ne va pas faire le fier ! Je ne vous raconte pas la chute mais elle est très belle cette histoire qui fera que le lion réfléchira un peu plus désormais avant de terroriser les animaux ! Une belle histoire d’amitié.

lou P'tit Loup et la bergerePetit Lou était gentil, son père un peu moins… Le jour où ce dernier ramena une bergère pour la manger, le petit loup fût bien embêté… Ces deux-là allaient devenir de très bons amis et fuir ensemble.

Lou P’tit Loup et la bergère est le premier tome d’une nouvelle série d’Antoon Krings (le papa des Drôles de petites bêtes). Ici aussi on joue avec les préjugés, un loup n’est pas forcément méchant. Antoon Krings s’amuse avec les contes (on évoque même le petit chaperon rouge) et nous offre une très belle histoire sur l’amitié, la différence. Un très joli petit album aux illustrations pleines de tendresse.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué plusieurs livres de Sandrine Beau (La girafe en maillot de bainRouge Bitume, Ma maman est comme ça, Mon papa est comme ci, On n’a rien vu venir, Roulette Russe Tome 1 Noël en Juillet, Des crêpes à l’eau, L’hippopotin, L’été où mon grand-père est devenu jaunophile, L’étrangleur du 15 Août, et Quand on sera grands), Soufie (La petite enquiquineuse et le vieux géant, La mémoire aux oiseaux, Mon papa est comme ci, Ma maman est comme ça, Ma grande sœur et Léontine, princesse en salopette.), Bruno Gibert (Le livre de tous les jumeaux (petits et grands), Au lit, poussin ! et Peluches à Paris.) et Antoon Krings (L’herbier des drôles de petites bêtes). Nous avons également interviewé Sandrine Beau et Soufie.

L’Ogre qui n’avait peur de rien
Texte de Sandrine Beau, illustré par Soufie
Éditions des Braques dans la collection Les p’tits Braques
6,90€, 161×162 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Un roi tout nu
de Bruno Gibert
Autrement dans la collection Fil rouge
5,20€, 160×190 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013 (première édition 2002).
Lou P’tit Loup et la bergère
d’Antoon Krings
Gallimard Jeunesse Giboulées dans la série Lou P’tit Loup
6,20€, 195×195 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.

A part ça ?

Les très belles Éditions de La Pastèque fêtent leurs 15 ans, pour l’occasion ils offrent un ex-libris de Michel Rabagliati pour l’achat de l’un de leurs 15 titres « incontournables » ! Tous les renseignements ici.

Gabriel

You Might Also Like

Chez moi on n’y entre pas

Par 16 septembre 2013 Livres Jeunesse

Deux petits albums très forts sur les frontières, les territoires, l’ouverture aux autres. Deux très belles histoires à petit prix.

Ici c'est chez moiIci c’est chez lui, il a fait un trait, il ne faut pas le dépasser, pas même un animal, pas même une branche d’arbre, chez lui c’est chez lui, on ne passe pas ! Seulement voilà à rester tout seul on finit par s’ennuyer

Ici, c’est chez moi de Jérôme Ruillier est un petit album tout simple (le texte ne contient que quelques phrases, les illustrations paraissent basiques) mais qui dit tellement de choses… Ce petit garçon qui trace une frontière à la craie pour avoir SON territoire se rendra compte que si on ne peut rien partager, tout ça n’a aucun intérêt. C’est très poétique, très doux, épuré. Un ouvrage magnifique.
Le même vu par Délivrer des livres.

Six hommesIl était une fois six hommes qui cherchaient un endroit à eux. Quand ils le trouvèrent ils y cultivèrent la terre et y battirent leur maison, bientôt les voilà riches… seulement ils eurent peur que leur voisins les volent donc ils engagèrent une armée… et comme cette armée n’avait rien à faire ils l’envoyèrent prendre la terre de leurs voisins. Bientôt les six hommes eurent un terrain de plus en plus grand et une armée de plus en plus grande. Seulement de l’autre côté on s’organisa aussi pour lutter contre eux…

Avec des dessins très simples (on dirait presque des dessins d’enfants), David McKee (le papa d’Elmer) nous raconte une histoire de conquête du pouvoir, du fait de vouloir toujours plus, de la peur de perdre ce que l’on a,… La fin est assez ouverte on y verra une vision pessimiste de notre monde ou l’espoir d’un avenir meilleur. Un livre simple en apparence mais qui parle de sujets graves, qui fait passer tellement de choses… Une petite merveille que je ne connaissais pas éditée pour la première fois en 1972 .
Le même vu par Enfantipages.

Quelques pas de plus…
On parle aussi de territoire et de toujours plus dans Une vie de château et pas si loin Le peintre des drapeaux.
Sur le forum on a parlé de plusieurs livres de Jérome Ruillier.

Ici, c’est chez moi
de Jérôme Ruillier
Autrement dans la collection Fil rouge
5,20€, 190×160 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013 (première édition 2007).
Six hommes
de David McKee
L’école des loisirs dans la collection Lutin poche
5,60€, 192×150 mm, 39 pages, imprimé en France, 2013 (première édition 1972).

A part ça ?

Nous lançons une petite nouveauté : La feuille de nénuphar, une lettre hebdo qui vous tiendra informé de tas de petites choses en plus. N’hésitez pas à vous y abonner, c’est dans la colonne de droite !

Gabriel

You Might Also Like

Deux histoires que vous n’oublierez pas

Par 2 septembre 2013 Livres Jeunesse

J’aime ces albums qu’on ferme avec un sentiment étrange, qui nous font cogiter sur ce que l’on vient de lire, on a fini notre lecture mais l’histoire nous trotte dans la tête. Voici deux magnifiques albums comme ça, de ceux qui marquent.

Le secret de grand-mèreMarie a huit ans, elle se rend régulièrement chez son arrière-grand-mère avec sa grand-mère. La très vieille dame lui fait un peu peur… Elle a un pied qui n’est pas comme l’autre. Marie ne peut s’empêcher de regarder ces pieds cachés par des bottines, d’imaginer ce qu’elles contiennent. Quel mystère cachent ces chaussures ? Est-ce que sa grand-mère qui semble parfois si gênée devant sa propre mère est liée à ce secret ?

Le secret de grand-mère est un album absolument magnifique. Le texte de Marie Sellier est troublant, captivant, écrit avec énormément de finesse et de poésie. Les illustrations à la peinture d’Armande Oswald ajoutent encore plus de mystère à cette mère-grand. On parle ici de la culpabilité, des secrets de famille mais aussi de la vision qu’ont les enfants des personnes âgées, ces visites qu’on ne fait pas toujours avec plaisir, ces gens qui paraissent inquiétants, intrigants. Le secret de la grand-mère nous sera révélé, c’est un secret assez dur, le genre de thème finalement peu développé dans la littérature jeunesse. Un album qui ne nous laisse pas indifférent, qui nous marque, qui nous touche.

La couleur des yeuxFati est non voyante, au village elle est amie avec Issa, avec lui elle aime se promener. Issa est ses yeux. Un jour où ils sont tous les deux à la pêche et alors qu’Issa s’est absenté pour assouvir une envie pressante, Fati pêche un poisson qui va changer sa vie : il lui propose de lui rendre la vue si elle le remet à l’eau. Issa se retrouve avec deux beaux yeux bleus qui voient… mais est-ce une bonne nouvelle ?

Yves Pinguilly a une écriture magnifique, il nous raconte ici un conte très beau… et très dur. Issa retrouvera la vue mais sera chassée du village car ses yeux bleus feront d’elle une sorcière aux yeux des gens. On parle ici des croyances (stupides), du fait de rejeter quelqu’un parce que différent (cela arrive encore de nos jours dans certains pays avec les roux et les albinos notamment). On parle aussi d’amitié, d’amour. Car bien-sûr l’histoire de Fati ne se termine pas par sa fuite du village… elle connaîtra une fin très heureuse. Un très beau conte où tout n’est pas rose, très joliment mis en image par Florence Koenig, qui vient de sortir dans une collection « petit prix » de chez Autrement.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué plusieurs ouvrages de Marie Sellier (10 tableaux et un ballon rouge, Le fils de Picasso et Dragons & Dragon)

Le secret de grand-mère
Texte de Marie Sellier, illustré par Armande Oswald
Seuil Jeunesse
14€, 236×238 mm, 44 pages, imprimé en France, 2013.
La couleur des yeux
Texte de Yves Pinguilly, illustré par Florence Koenig
Autrement dans la collection Fil rouge
5,20€, 160×189 mm, 38 pages, imprimé en Chine, 2013.

A part ça ?

une année avec les missA la rentrée, il va falloir être organisé ! Et qui dit organisation dit calendrier ! J’ai testé deux nouveautés de chez Larousse plutôt sympa. Le premier, Une année avec les Miss, reprend les personnages dessinés par Oreli Gouel (on avait déjà chroniqué Les miss font la mode de cette série). De septembre 2013 à août 2014 les enfants pourront noter les rendez-vous importants, les anniversaires etc. De nombreux bonus : une page pour la photo de classe, un petit questionnaire sur soi à remplir (prénom, âge, téléphone, goûts, copains-copines,…), un carnet d’adresse, des emplois du temps hebdomadaires détachables à compléter, des cartons d’invitations, des autocollants pour habiller les miss, d’autres pour les faire parler (des bulles), des petits autocollants « évènements » à coller Le calendrier de la famille organiseesur les jours (contrôle, bibliothèque, Noël, sport, invitation, shopping,…), des étiquettes pour personnaliser ses cahiers… bref c’est complet on trouve même sur chaque mois les caractéristiques du signe du mois avec une personnalité (Justin Bieber, Matt Pokora, etc !). C’est quand même plutôt pour les pré-ado, vous vous en doutez, en tout cas il est plutôt bien fait et les illustrations d’Oreli Gouel sont vraiment jolies. Un peu plus familial (dans le même genre que j’avais chroniqué ici), Le calendrier de la famille organisée 2013-2014 (de septembre 2013 à décembre 2014) propose plusieurs colonnes, une pour les parents et les trois autres pour les enfants. On pourra se servir des autocollants fournis (voyage, anniversaire, restaurant, impôts, cinéma, vétérinaire,…) ou écrire directement ! Ici les illustrations d’Alain Boyer sont un peu plus enfantines. Tout comme dans le précédent en bas du calendrier un petit bloc et un crayon sont fournis et on peut ranger des documents ! Deux styles différents mais qui permettront d’être OR-GA-NI-SÉ !
Liyah a aussi parlé de Le calendrier de la famille organisée 2013-2014.
Une année avec les Miss, illustré par Oreli Gouel, Larousse, 13,90€
Le calendrier de la famille organisée 2013-2014, illustré par Alain Boyer, Larousse, 12,90€.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange