La mare aux mots
Parcourir le tag

Françoise Prêtre

Les invités du mercredi : Nicolas Gouny et Françoise Prêtre (La souris qui raconte)

Par 5 décembre 2012 Les invités du mercredi

Deux beaux invités encore cette semaine ! Le génial Nicolas Gouny a accepté de répondre à mes questions et la pétillante Françoise Prêtre des éditions numériques La souris qui raconte a accepté de nous parler d’un livre. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Nicolas Gouny

Quel a été votre parcours ?
J’ai un parcours plutôt atypique. Je n’ai pas appris mon métier dans une école, mais tout seul. J’ai commencé par de longues études, en économie et en lettres, puis j’ai obtenu le DESS d’édition de Villetaneuse. A la suite de cela, j’ai travaillé dix ans comme secrétaire d’édition dans la fonction publique, et progressivement ma carrière d’illustrateur a pris de l’ampleur.
En 2008, nous nous sommes installés en Creuse, et depuis je ne fais plus que cela.

Quels sont les illustrateurs qui ont marqué votre enfance ?
Je viens d’un temps où il n’y avait pas comme aujourd’hui une telle profusion de livres pour les enfants… j’ai des souvenirs de Max et les maximonstres, comme toutes les personnes de mon âge. Et puis il y avait Pif Gadget, qui m’attendait le samedi au retour de l’école… Je suis surtout entré dans le livre pour enfants par les lectures romanesques, Jules Verne, Jack London….

Quels sont vos influences ?
Picturalement, je ne saurai dire, je fais feu de tous bois… sinon, la musique, les couleurs de la vallée de la Creuse, mes enfants, la littérature.

D’où sont venues vos fameuses girafes ?
J’habite au-dessus de la rivière de la Creuse, au milieu des prés et des pâtures, dans une sorte de bocage. Le matin, lorsque le soleil se lève et que la brume monte de la rivière, je suis en Afrique, et les girafes apparaissent…

Parlez-moi de La parenthèse enchantée
Il s’agit de notre petite coopérative, à Delphine, ma femme, et moi. Je dessine et elle elle fait des bijoux avec mes dessins, mes petits chats, mes oiseaux, mes arbres, mes petits personnages… Nous travaillons ensemble, et quand je dis ensemble, nous travaillons aussi à mes livres ensemble. C’est une coopérative amoureuse et professionnelle.

Quels sont les livres que vous aimez lire à vos enfants et que pensez-vous de la production littéraire jeunesse actuelle ?
Depuis qu’ils sont tout petits nous lisons des revues, des albums et des livres. Nous fréquentons deux bibliothèques, et la première chose que nous faisons à chaque naissance est de faire établir une carte de bibliothèque.
Nos livres préférés, que nous avons lu et relu, sont les Pomelos, Au lit dans 10 minutes, Si tu bouges j’te mords et Petit Dernier.
Aujourd’hui, les enfants ayant grandi, nous lisons surtout des contes, des mythes, des légendes, des romans, un peu chaque soir. C’est un moment fondamental.

Quels sont vos projets ?
Deux nouveaux Pompons sortiront au printemps (avec Gwendoline Raisson). J’ai aussi deux livres qui paraîtront chez Ptits Bérets et Gargantua, tous deux dans des veines très différentes, et tous deux écrits par Sandrine Beau. Et deux livres directement en italien, dont l’un sur un texte écrit et autotraduit par Alice Brière-Haquet.
J’ai de nombreux textes en réserve, de différents auteurs, et plein d’envies personnelles, mais si peu de temps…

En complément à cette interview retrouvez ses réponses à nos questions sur le métier d’illustrateur.

Bibliographie sélective :

Retrouvez Nicolas Gouny sur son site : http://www.la-parenthese-enchantee.fr (n’hésitez pas à visiter sa superbe boutique !)


La chronique de… Françoise Prêtre

Une fois par mois un acteur de la littérature jeunesse qu’on aime à La mare aux mots nous parle d’un livre qu’il a aimé. Cette fois-ci c’est Françoise Prêtre de La souris qui raconte qui s’y colle ! Merci à elle.

L’été de Garmann

De Stian Hole chez Albin Michel

Lorsque Gabriel m’a proposé de lui faire La chronique de… je ne me suis pas posée de question ! Oui Gabriel, je vais te la faire ta chronique, j’en suis même ravie. Et pour le choix du livre ?
— Quel livre Gabriel, un que tu aimes et dont tu veux que je parle ou un autre ?
— Non, non, un que tu aimes toi, un qui t’a marqué dont tu as envie de parler… comme tu le fais pour toi sur ton blog !

— Ah, OK… Mais Gabriel, si ce livre n’est pas tout jeune, s’il a déjà quelques années au compteur, tu en veux bien quand même ?

— Oui, oui, celui que tu veux, même vieux, c’est bien aussi d’en remettre en lumière !

Alors voilà en préambule nos échanges, et finalement je suis là, en face de vous, à vous parler d’un livre étonnant que j’ai adoré. Un bel objet (haha, je ne peux pas dire ça de mes livres) ! Meilleur album 2007 à Bologne, Prix Sorcières 2009, je me le suis procuré au salon de Montreuil cette même année 2009. Un livre choc par le graphisme, « L’été de Garmann » est à mon sens un ovni tant le travail sur l’illustration est remarquable et atypique ! Un livre courageux, pas accessible à tous ! Généreux aussi !

En quatrième de couverture vous pouvez lire : « C’est la fin de l’été, les trois vieilles tantes arrivent comme chaque année avec leur arthrose et leur gâteau meringué. Demain Garmann rentre au CP. Il a peur. Mais il fait cette découverte incroyable : les adultes aussi ont peur ! »

Garmann a une bonne tête de petit garçon, très blond et tout en taches de rousseur ! Il a six ans et se pose des tonnes de questions. La peur, la mort, l’inconnu… Avec humour et décalage, ce livre nous parle à tous, nous qui avons été enfant ! Les doigts crochus du pommier, des papillons dans le ventre, les dents qui ne veulent pas tomber, ou celles que l’on met dans un verre d’eau. Il y a aussi les poils blancs au menton, « Tu as été enfant un jour toi ? lui demande Garmann. » Un hymne à la vie et à l’amour, à la relation inter générationnelle entre un enfant et ses trois vieilles tantes ! Les questions des uns apportant des réponses aux autres… C’est tendre et poignant.

Le travail de l’illustrateur qui est aussi auteur (et norvégien) confère indéniablement sa singularité à l’ouvrage.  Il associe illustration et photo montage, réalité photographique et planche botanique. Il nous promène dans ce décor particulier entre rire et nostalgie, et nous invite à nous souvenir de nos angoisses d’enfants, de nos étés avec nos aïeux.

Si vous aussi voulez retrouver ces moments qui sentent bon la brioche, et la fraise juste cueillie, courez vite chez votre libraire préféré pour acheter ce livre magistral !

Françoise Prêtre est la créatrice de La souris qui raconte (à ma connaissance la meilleure maison d’édition numérique).

Ses derniers titres web et tablettes (et je vous donne le lien vers les chroniques de déclickids) :

Vous pouvez aussi voir d’autres titres de la souris qui raconte chroniqués chez nos amis de Déclickids ici.
Retrouvez Françoise Prêtre sur son site : http://www.lasourisquiraconte.com et son blog : http://www.lasourisquiraconte.com/blog .

You Might Also Like

Secured By miniOrange