La mare aux mots
Parcourir le tag

Gwen Keraval

Pour apprendre autrement !

Par 8 mai 2015 Livres Jeunesse

AlphaConnaissez-vous le code alpha international, ou alphabet radio ? C’est un code utilisé dans l’aviation, la police ou chez les pompiers, pour communiquer par radio en étant sûr de se faire comprendre et où chaque lettre correspond à un mot. Par exemple, vous voulez épeler le mot « banane » (oui, je suis sûre que les pompiers utilisent beaucoup le mot « banane »), vous dites : bravo-alpha-november-alpha-november-echo. Finies les conversations du type :
« B.
– Hein ?
– B.
– J’ai pas compris. D comme David ou P comme Paulette ?
– Nan, B. Comme Bernard. »
De cet alphabet dont je viens de prouver l’utilité au quotidien (sauf que personne ne le connaît, donc en fait ça sert à rien), Isabelle Arsenault, déjà connue pour ses superbes ouvrages Jane, le renard & moi, et Virginia Wolf, tire un abécédaire tout en finesse et en sensibilité. Sur la page de gauche, les mots de l’alphabet radio, sur la page de droite, l’illustration correspondante. Face à « delta », un avion en papier. Face à « hotel », une maison rouge de Monopoly. Face à « Juliet », un flacon dans lequel se dessine le reflet d’une jeune fille. Face à « Romeo », un poignard dans lequel se dessine le reflet d’un jeune homme. Eh oui, on ne pouvait pas attendre d’Isabelle Arsenault un abécédaire basique : dans ce code très terre-à-terre, elle a vu un magnifique moyen de familiariser les enfants à l’alphabet et au langage codé et, y insufflant son talent, elle en a fait de la poésie.
Des extraits sur le site de l’auteure.

Ab et CéAb est un grand bonhomme rouge, Cé est un petit bonhomme noir, et tous deux sont amis. Ils ne se parlent pas beaucoup, pas du tout même, mais ensemble, ils sautent d’une falaise en feu et plongent dans une flaque, ils rencontrent un koala qui les invitent à manger, ils dorment à la belle étoile mais sont surpris par l’orage, ils s’échappent d’un zoo tenu par un zèbre… Bref, ils en vivent, des aventures, en 26 lettres !
Cet album, qui se déplie comme un accordéon, est un abécédaire, comme le laisser présager son titre, mais un abécédaire un peu particulier, puisqu’il est consacré aux onomatopées ! « Aaahh » fait Cé quand il tombe, « Boum » fait son avion quand il s’écrase, « Ding Ding Ding » fait la cloche du bateau qui passe derrière eux, « Grrr » fait la grenouille sur laquelle ils sont tombés… On suit avec plaisir les deux petites créatures qui passent d’une île à la jungle, d’un bivouac en montagne à un poulailler, d’une usine à l’enclos d’un yack. Au premier coup d’œil, on se demande où est la cohérence, en dehors des onomatopées, pourquoi avoir mis des quilles dans le poulailler, pourquoi avoir fait passer une navette spatiale dans la nuit étoilée… Et puis ça fait tilt ! Ce qu’on avait pris d’abord pour un « simple » abécédaire des onomatopées se transforme en imagier, et on reprend chaque volet de l’accordéon cartonné pour trouver dans les très jolis dessins colorés tous les mots qui commencent par la lettre concernée. Et c’est assez génial !

Les petites heuresOn ne dirait pas comme ça, mais les enfants ont des journées rudement chargées, comme Tom. À 7 h 50, c’est l’heure du chocolat chaud : hum, la bonne odeur du cacao. À 8 h 10, c’est l’heure des chasses aux trésors : où est donc passée la deuxième chaussure ? À 10 h, c’est l’heure du Top départ : faites vrombir les tricycles ! À 13 h 35, c’est l’heure de rien, parce que c’est bien, parfois, de ne rien faire. À 15 h 15, c’est l’heure des couleurs : à vos pinceaux ! À 18 h 15, c’est l’heure des grandes traversées… dans le bain ! Et à 20 h 30, c’est l’heure des songes et de leurs mondes incroyables !
Pas facile pour les enfants de se figurer le temps qui passe et l’emploi du temps de la journée, surtout quand on ne sait pas lire l’heure. Voilà une jolie façon d’apprendre les heures importantes de la journée et de les rassurer sur ces moments loin de la maison qui peuvent leur sembler insurmontables. Avec beaucoup de poésie, Gwen Keraval donne vie à tous les « grands » moments des journées des enfants, avec de très belles illustrations au charme vintage. Celle de l’heure des songes est vraiment splendide !
Des extraits sur le site de l’auteur.
Le même vu par La Soupe de l’espace et Maman Baobab

Il est midi petite sourisQu’est-ce qu’elle travaille, la p’tite souris ! Le lundi, à Paris, dans la chapelle, elle fait de la dentelle ; le mardi, à Quimper, dans un hôtel, elle fait des bretelles ; le mercredi, à Angoulême, dans la ruelle, elle fabrique des ombrelles ; le jeudi, à Saint-Leu, sur la passerelle, elle tricote des gilets de flanelle… Quelle semaine !
L’auteure Bernadette Pourquié reprend ici la comptine « Bonjour Madame, quelle heure est-il ? », en imaginant d’autres situations, dans d’autres villes, avec d’autres personnages. Chaque page est l’occasion pour l’enfant d’apprendre sans en avoir l’air : les jours de la semaine d’abord, les villes ensuite, les couleurs enfin. Dans des tons plutôt gris, rehaussés par quelques touches de couleurs, les illustrations mettent en situation des personnages dans leur vie quotidienne, avec des adultes, des enfants, des animaux, et plein de détails à repérer : les enfants adorent ! Si après ça, ils ne connaissent pas les jours de la semaine sur le bout des doigts, il n’y a plus d’espoir que ça arrive un jour !
Le même vu par Le tiroir à histoires.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Isabelle Arsenault (La Boîte à souvenirs), de Matthieu Maudet (Le MoustocOuvre-moi ta porteUn jeune loup bien éduquéLa croccinelleLe çaBonjour facteur et Bonjour docteur), de Gwen Keraval (La Princesses Tralala10 contes de ChineDrôle de planète !Yoshka et La sorcière au nez de fer) et de Aude Poirot (Le charme d’Angèle et La chauve-souris). Retrouvez aussi notre interview de Matthieu Maudet.

Alpha
D’Isabelle Arsenault
La Pastèque
15 €, 197×197 mm, 60 pages, imprimé en Asie, 2015.
Ab et Cé
De Matthieu Maudet
l’école des loisirs, dans la collection loulou & cie
11,30 €, 288×282 mm, 28 pages, imprimé en Malaisie, 2015.
Les petites heures
De Gwen Keraval
Fleur de Ville
12,90 €, 195×195 mm, 30 pages, imprimé en Catalogne 2014.
Il est midi petite souris
Texte de Bernadette Pourquié, illustré par Aude Poirot
Frimousse
15 €, 207×308 mm, 18 pages, imprimé en Slovénie, 2014.

Marie

You Might Also Like

Les sons, les mots, la ponctuation..!

Par 2 décembre 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on joue avec les sons et la ponctuation !

la princesse tralalaLa princesse Tralala s’ennuie dans son château. Elle attend qu’un prince vienne la sortir de là, et toute la journée elle fait des vocalises pour devenir un jour peut-être chanteuse d’opéra. En voyant un rat, elle ajoute le son R devant les voyelles : RA, RE, RI, RO, RU, son chant s’étoffe ! Puis viennent le CHat, le Papillon, le Lapin, le Mouton, la Taupe et enfin, les Biscottos du beau prince et c’est un festival de syllabes : CHA, PA, LA, MA, TA, BA,…
La princesse Tralala est drôle. Elle n’a pas un langage très élaboré, certes, et elle attend le prince charmant un peu passivement, mais elle fait sourire ! Et puis on joue avec les sons et les syllabes simples en associant les voyelles de la princesse et les consonnes rencontrées au fil de l’histoire (le R du rat, le CH du chat, et ainsi de suite…) ! Magdalena nous propose un texte joyeux, qui donne envie de le chantonner, et Gwen Keraval signe des illustrations originales, colorées, et pleines de détails humoristiques !
Un album parfait pour les enfants qui découvrent la lecture !

ours molaireL’ours molaire, les bains de jardin, la pêche aux cafards, une carpe postale, un bateau d’anniversaire, une machine à foudre,… Vous ne connaissez pas ?
Et bien retrouvez-les dans Ours molaire, un album très drôle de Vincent Pianina. En changeant une seule lettre, toute l’expression se transforme, et ça donne à voir de drôles de mots accompagnés d’illustrations loufoques ! À chaque fois, la lettre changée est en bleu, et on peut s’amuser à retrouver ce qui aurait dû se trouver à cette place-là !
Un album sans histoire, simplement pour jouer avec les mots, les expressions et les illustrations !

un petit point de rien du toutPetit rat est très curieux. Il se faufile dans un livre et veut tout savoir ! À quoi servent le point, les guillemets, la virgule, le tiret, les parenthèses et les crochets ?
Il trouvera dans ce livre toutes les réponses à ses questions et les partage avec le lecteur, qui apprendra ainsi le rôle de tous ces petits signes sans lesquels les textes seraient incompréhensibles !
Ludique et pédagogique Un petit point de rien du tout est une histoire simple de Véronique Cauchy pour maîtriser les règles de la ponctuation, joliment illustrée par Elena del Vento.
Un livre à mi-chemin entre l’album et le documentaire, pour apprendre en s’amusant !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Magdalena (Pipi Caca Popot, Je suis en CE1 T1 : Premier jour de classe, Je suis en CP 3 aventures pour débuter en lecture, L’imagier de Bali, une journée à l’école et 24 petites souris vont à l’école), Gwen Keraval (10 contes de Chine, Drôle de planète !, Yoshka et La sorcière au nez de fer) et Vincent Pianina (Jungle).

La princesse Tralala. Une histoire qui joue avec les voyelles.
Texte de Magdalena, illustré par Gwen Keraval
Père Castor Flammarion
10,50 €, 227 x 248 mm, 26 pages, imprimé en France, 2014.
Ours Molaire
de Vincent Pianina
Gallimard Jeunesse Giboulées
13 €, 184 x 226 mm, 44 pages, imprimé en Italie, 2014.
Un petit point de rien du tout
Texte de Véronique Cauchy, illustré par Elena del Vento
Circonflexe dans la collection Aux couleurs du monde
8,95 €, 196 x 198 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2014.

Marianne

You Might Also Like

Chine d’hier et d’aujourd’hui

Par 21 novembre 2014 Livres Jeunesse

Chine, scènes de la vie quotidienneLa gymnastique matinale dans les rues, les files d’attente bondées devant les guichets de gare, les gens qui mangent dans la rue, les parties de Mah-jong, les danses du soir, les mariages en blanc… Bienvenue en Chine.
Chine, scènes de la vie quotidienne est un magnifique ouvrage entre l’album et le documentaire. Bien trop beau et poétique pour être un vrai documentaire, ici on se laisse emporter, on dévore tous les textes (alors que généralement dans un documentaire on pioche), on se régale des illustrations. On pense plus à un carnet de voyage, de souvenirs, d’anecdotes. Étant allé en Chine, j’ai reconnu des tas de choses (celles que je cite plus haut notamment), sans jamais de jugement, sans caricature.
Un magnifique ouvrage pour les amoureux de la Chine… et pour tous ceux qui voudront découvrir ce beau pays à travers les yeux d’un voyageur.
À noter que Chine, scènes de la vie quotidienne vient de recevoir la pépite du meilleur documentaire.

Chontes de ChineSavez-vous pourquoi les Chinois disposent des banderoles rouges aux portes le jour du réveillon du Nouvel An et mangent des boulettes de riz sucré le lendemain, pourquoi ils célèbrent les amoureux le septième jour du septième mois et les familles se réunissent pour manger des gâteaux de lune le quinzième jour du huitième mois ? Il est possible que ça ait un rapport avec un démon chassé, une prophétie ancienne, des amoureux célestes qui ne se retrouvent qu’une fois par année ou une déesse bannie vivant sur la lune.
Contes de Chine regroupe huit très beaux contes Chinois à l’origine de fêtes. Une belle façon de découvrir la Chine à travers ses célébrations et ses légendes. Les illustrations sont magnifiques et les histoires très belles. En fin d’ouvrage, pour compléter les histoires, on trouve des recettes, des loisirs créatifs (les lanternes de papier et les cerfs-volants) ou encore un caractère chinois à recopier, chaque fois en rapport avec une des légendes, une belle idée.
Un grand et beau livre pour découvrir les célébrations chinoises à travers les légendes dont elles sont issues.

10 contes de ChineUn empereur qui fit peindre deux hommes autour de la porte de sa maison pour faire fuir un démon, une femme qui dû faire pousser les bambous plus rapidement, l’homme qui inventa l’écriture chinoise, une petite fille née dans une courge ou encore une jeune fille, nommée Mulan, qui s’habilla en homme pour combattre à la place de son père malade. Dix contes de Chine.
C’est un peu le même principe que le livre précédent (c’est d’ailleurs le même auteur), ici on nous propose dix contes importants en Chine, des contes qui nous expliquent aussi les traditions, les croyances ou tout simplement des éléments de la Chine d’aujourd’hui (écriture, signes du zodiaque…). Les textes sont magnifiques et se lisent aussi bien par les jeunes lecteurs que par les adultes (ou même en histoire du soir).
De beaux contes de Chine en livre de poche (donc petit prix et à emporter partout !).

4 femmesLiu Lanzhi vivait avec l’homme qu’elle aimait et une belle-mère qui la maltraitait et faisait tout pour la faire partir. Yingtai s’habillait en homme pour avoir le droit d’étudier. Dame She  mena une armée alors qu’elle était centenaire. Ying Ying, à qui sa mère refusait le droit d’épouser celui qu’elle aimait. Quatre femmes.
Wang Shu Hui est une dessinatrice de bande dessinée chinoise des années 30. Fei édite ici quatre histoires de femmes dans un magnifique album. Quatre adaptations de grands classiques de la littérature chinoise (on reconnaît d’ailleurs l’histoire qui a inspiré Les amants papillons). Quatre histoires qui montrent des femmes qui se battent, qui combattent, qui ne se laissent pas faire. Quatre histoires qu’on pourrait qualifier de féministes.
Un très beau recueil de bandes dessinées qui met à l’honneur quatre femmes chinoises.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Nicolas Jolivot (Le calligraphe), de Guillaume Olivier (Voilà le loup), d’He Zhihong (Que fais-tu bébé ? et Voilà le loup) et de Gwen Keraval (Drôle de planète !, Yoshka et La sorcière au nez de fer).

Chine, scènes de la vie quotidienne
de Nicolas Jolivot
HongFei
21,90 €, 249×248 mm, 100 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Contes de Chine. L’origine des grandes fêtes
Texte de Guillaume Olive, illustré par He Zhihong
Seuil Jeunesse
18 €, 209×308 mm, 54 pages, imprimé en France, 2014.
10 contes de Chine
Texte de Guillaume Olive, illustré par Gwen Keraval
Flammarion Jeunesse dans la collection Castor poche contes
6,10 €, 136×180 mm, 128 pages, imprimé en Espagne, 2014.
4 femmes
de Wang Shu Hui (traduction Mathilde Colo)
Fei
25 €, 213×170 mm, 416 pages, imprimé en Italie, 2014.

Gabriel

You Might Also Like

Filles et garçons

Par 28 septembre 2013 Livres Jeunesse

Un album original et un roman décapant pour lutter contre les stéréotypes et les idées sexiste, thème qui nous est si cher !
drôle de planèteLes habitants de la planète Glatifus observent et analysent les terriens que nous sommes. C’est même une science qu’ils étudient à l’école et quand le maître demande aux gratifusiens s’ils connaissent la différence entre les terriens et les terriennes, les hypothèses et les réponses fusent ! Et ce n’est pas si simple qu’il n’y paraît finalement…

Quand j’ai découvert cet album, je n’ai pas fait attention au nom de l’auteur. Je l’ai lu, j’ai souri, je l’ai aimé et je l’ai trouvé drôlement bien fait, puis j’ai réalisé qu’il avait été conçu par les élèves d’une classe de CE1 de l’école Jatteau à Moissy-Cramayel, en Seine-et-Marne ! Quelle surprise ! Ils ont été déclarés vainqueurs du concours Lire Égaux 2012, et c’est mérité ! Le texte est fin, percutant, et cette idée d’adopter un regard extérieur sur nos propres comportements est vraiment bien trouvée ! Filles, garçons, quelles différences finalement ? Enfin, les magnifiques illustrations au style un peu rétro de Gwen Keraval, donnent vie à ce texte d’enfants à la chute savoureuse que devrait lire bien des adultes !
Un livre soutenu par Amnesty International.

vanilles et chocolatsJulia entre en CM2 et retrouve la même classe que l’an dernier et la même maîtresse. Tout le monde est ravi parce que c’est un groupe qui fonctionne vraiment bien, avec ses seize filles et ses seize garçons. Mais ils doivent accueillir Bruno, un élève qui arrive d’ailleurs, et qui va semer la zizanie avec ses réflexions très désagréables envers les filles. Commence alors la redoutable guerre entre les Vanilles et les Chocolats, entre les filles et les garçons. C’est l’escalade des mesquineries et des méchancetés, et l’ambiance est vraiment de plus en plus lourde. Même la maîtresse en est affectée et a bien du mal à ramener le calme… Mais la classe de mer, qui obligera les enfants à vivre ensemble quelques jours permettra sûrement de mieux comprendre le comportement de Bruno, et d’apaiser les esprits…

Florence Hinckel signe un texte fort qui saura parler aux jeunes lecteurs (et aux autres…). L’histoire se joue à l’école, lieu si quotidien des enfants, et malheureusement, certaines scènes se retrouvent certainement souvent dans les cours de récré. J’ai beaucoup aimé le rythme de ce court roman, et les idées qu’ils véhiculent, pour essayer d’amener les lecteurs à réfléchir sur certains comportements sociaux et quotidiens, dès l’enfance… Cette classe, c’est un peu le monde finalement ! Et même si au départ, ce sont les filles qui sont la cible des attaques des garçons, on découvre aussi la situation inverse. Ce sont vraiment les idées sexistes qui sont combattues, dans les deux sens, et c’est appréciable. Et puis, pour ne rien gâcher, l’amour et l’aventure s’invitent dans le récit pour pimenter le tout ! Un régal !
Le même vu par Enfantipages.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un autre livre de Florence Hinckel (Le chat beauté) et deux albums illustrés par Gwen Keraval (Yoshka et La sorcière au nez de fer).

Drôle de planète !
Texte des élèves d’une classe de CE1 de l’école Jatteau de Moissy-Cramayel, illustré par Gwen Keraval
Talents Hauts
12,50 €, 210 x 200 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2013
Vanilles et Chocolats
de Florence Hinckel
Oskar
9,95 €, 115 x 170 mm, 150 pages, imprimé en Europe, 2013

A part ça ?

Si vous aimez la langue française et que vous avez l’occasion de passer par le Limousin avant le 5 Octobre, ce festival est fait pour vous :  Les Francophonies en Limousin proposent des spectacles, des rencontres et des animations, avec 250 artistes et 20 pays représentés.

Marianne

 

You Might Also Like

Enfants du voyage

Par 23 septembre 2013 Livres Jeunesse

Ils ont des châteaux roulants
Quatre roues meublées de vent
Les tzi, les tzi, les Tziganes
Les Tziganes
Léo Ferré, Les Tziganes

Gens du voyage, tsiganes, nomades, manouches, gitans, roms… mis à l’honneur dans deux très beaux livres (un album et un documentaire), peut-être en espérant faire évoluer les mentalités et faire reculer la haine…

YoshkaYoshka joue, danse et saute sur la place du marché devant sa mère qui tresse des paniers. Pour l’occuper, sa mère lui raconte une histoire, SON histoire.  Quand il est né dans la roulotte et qu’un ours lui a rendu visite, quand quelques années plus tard un cheval s’est emballé et l’a emporté au loin, quand, encore plus tard, un énorme poisson l’a entrainé dans l’eau et bien d’autres choses encore. Des moments de sa vie qui l’ont fait grandir, qui l’ont rendu si courageux.

On parle ici du fait de grandir et d’en être fier. Dans chaque moment important de sa vie (réel ou imaginaire ?) Yoshka voit la preuve de son courage et du fait qu’il est grand. On parle aussi du voyage, Yoshka et sa famille parcourent le monde dans leur roulotte. Le texte de Sabine du Faÿ est très beau, très poétique et les illustrations de Gwen Keraval, avec un petit côté rétro, sont magnifiques. Un superbe album.

Carnet de voyage en GitanieQui sont ces gens qui vivent dans des caravanes près de chez nous ? De terribles bandits ? Des voleurs ? Des êtres sales et mal élevés ? Et quel nom faut-il leur donner ? Manouches ? Gitans ? Romanichels ? Gens du voyage ? Gitanie, carnet de voyage tord le cou aux rumeurs et répond aux questions qu’on se pose sur cette communauté qu’on connaît mal.

Voilà un magnifique documentaire comme on en voit rarement. Sous forme de carnet (avec un élastique), Emmanuelle Garcia et Stéphane Nicolet nous racontent la vie de ces voyageurs. On connaîtra leur Histoire (d’où viennent-ils, leurs persécutions,…), leur façon de vivre (même s’il est rappelé que toute généralisation est impossible et que le livre reflète juste la vie de ceux que les auteurs ont rencontrés). On parle aussi religion, école, musique,… mais aussi de ceux qui les aident (l’ouvrage a été réalisé avec le centre social de Bergerac). C’est complet tout en étant passionnant, jamais rébarbatif et c’est surtout très beau : collages, photo, dessins,… un superbe documentaire pour en finir avec les préjugés et les contre-vérités. Un album réalisé avec des enfants et pour des enfants à découvrir absolument !
Réécoutez la très belle émission Jusqu’à la lune et retour qui recevait les auteurs.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà parlé de deux romans dans lesquels les gens du voyage sont présents : À la croisée des chemins qui parle de leur persécution pendant la guerre et Proie idéale dans lequel un des personnages principaux est une jeune manouche.
Toujours pour enfants, je vous conseille un CD Naïs Touké – Sur la route des tziganes et des suds et un livre-CD Tchavo et la musique tzigane (le périple d’un jeune tzigane).
Plus pour les plus grands, il faut absolument voir les films de Tony Gatlif : Gadjo Dilo bien-sûr mais aussi Swing (l’histoire d’un enfant qui va apprendre la guitare manouche avec Miraldo, joué par le génial Tchavolo Schmitt), Liberté (sur une famille tzigane pendant la seconde guerre mondiale), Latcho Drom (sublime documentaire musical sur le périple du peuple Rrom),…
Ecoutez aussi les B.O. des films de Tony Gatlif, les musiques de Bratsch, Tchavolo Schmitt, Romanian Gypsis, Taraf De Haidouks, la superbe compilation Voyage en Tziganie,… et bien-sûr Django Reinhardt !

Yoshka
Texte de Sabine du Faÿ, illustré par Gwen Keraval
Seuil
16€, 230×330 mm, 32 pages, imprimé en France, 2013.
Gitanie, carnet de voyage
d’Emmanuelle Garcia et Stéphane Nicolet (avec une nouvelle de Didier Daeninckx)
Mama Josefa
16€, 210×250 mm, 60 pages, lieu d’impression non indiqué, 2013.

A part ça ?

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange