La mare aux mots
Parcourir le tag

Henri Meunier

Voyage et poésie

Par 2 avril 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous fais découvrir trois albums très graphiques et poétiques. On commence avec 1 temps, une jolie fable sur le temps qui passe, puis on part pour la banquise avec Inukshuk, un inuit qui va devenir le compagnon d’un ours blanc rieur et on termine avec Balad, pour aller faire le tour du monde.

1 temps
Texte d’Henri Meunier, illustré par Aurore Petit
Le Rouergue
14,50 €, 190 x 250 mm, 32 pages, imprimé au Portugal, 2018.
Inukshuk
de Camillelvis 
Éditions Dyozol dans la collection Terratata
13,90 €, 240 x 240 mm, 36 pages, imprimé en République tchèque, 2017.
Balad, voyage sans bagage
de Walid Taher (traduit par Mathilde Chèvre)
Le port a jauni
18 €, 240 x 320 mm, 64 pages, imprimé en France, 2017.

You Might Also Like

Quelques jeux

Par 11 juillet 2015 Jeux

Pendant les vacances, on ne peut pas toujours être dehors. Il y a les moments où il pleut, et les moments où il fait trop chaud. Il y a les moments où l’on doit rester à l’intérieur attendre, pour sortir, que les plus petits finissent la sieste. Il y a aussi les soirées où l’on se dit qu’on peut coucher les enfants un peu plus tard que d’habitude. Et dans ces moments-là, bien mieux que la télé, il y a les jeux de société ! Gabriel et moi nous vous proposons quelques idées de jeux que nous avons testés. Une chronique partagée comme nous aimons le faire. Je commence puis je laisserai la parole à Gabriel.

Picmi_packLes « Monsieur Madame » de Roger Hargreaves se sont donné rendez-vous pour initier les petits à leur premier jeu d’observation. On découvre une carte sur laquelle figure quelques-uns d’entre eux, et il faut attraper le plus rapidement la figurine qui y est le plus de fois représentée.
Le jeu est très simple et se met en place en quelques secondes à peine. Les parties sont très rapides, on peut compter les points, ou non, et augmenter le niveau de difficulté en utilisant les cartes rouges plutôt que les bleues quand l’enfant grandit. Livré avec une petite poche en tissu, il peut être emporté n’importe où au grand plaisir des enfants qui adorent les figurines à l’effigie de leurs héros.
Un vrai coup de cœur qui fait découvrir le plaisir des jeux de société aux plus petits.

Mémo RigoloTout le monde connaît le jeu du Memory dont le but est de retrouver des paires parmi un certain nombre de cartes face cachées en les retournant par deux, chacun son tour. l’école des loisirs et Stephanie Blake ont adapté ce jeu incontournable en y associant, Simon, le lapin coquin qui n’a pas la langue dans sa poche. L’enfant doit identifier des petites scènes inspirées des aventures de ce héros bien connu des classes de maternelle. Quand ils grandissent, le jeu se complexifie avec des cartes un peu plus difficiles à identifier : seul un détail change, ou il faut reconnaître quelques mots familiers. Quelle fierté pour le jeune joueur de crier « Caca boudin ! » quand il reconnaît deux fois le titre !
Un premier jeu de société indémodable, remis au goût du jour avec les couleurs vives et l’humour de Stephanie Blake.

Domino des bruitsDans la même collection, Soledad Bravi s’est approprié le traditionnel jeu de dominos en adaptant son excellent Livre des bruits. Le principe est simple, tout le monde sait jouer aux dominos, mais la variante ne manquera pas de provoquer des fous rires en famille. En effet, pour poser une pièce, le joueur doit imiter le bruit de l’objet ou de l’animal qui y est représenté. Énorme succès auprès des plus jeunes, mais aussi de leurs aînés qui sont parfois pris au dépourvu : qu’est-ce que ça fait comme bruit, une boîte d’épinards ? Et un biberon ? Cette fois encore, les cartes ont deux niveaux de difficulté, mais le jeu reste toujours très facile à prendre en main. Avantage notable : le livret d’accompagnement reprend toutes les planches du livre original en miniatures, pour ceux qui se trouveraient en manque d’inspiration.
Un jeu simple, mais très drôle qui donne envie de (re)découvrir le livre qui l’a inspiré.

Pouss'PoussinsDernière adaptation issue de l’univers de l’école des loisirs, Pouss’Poussins a été intégralement conçu et dessiné par Claude Ponti qui nous propose de nous amuser en compagnie de ses éternels gallinacés adorés des enfants. Le jeu est basé sur l’observation et la rapidité. Le but est de se débarrasser de ses cartes. On peut poser une carte de son jeu si le poussin a un point commun avec la carte retournée sur la table : coiffes extravagantes, positions burlesques… Blaise et ses copains les poussins font tout pour brouiller les pistes et vous tendre des pièges !
Cet Uno revisité à la sauce « Ponti » s’adresse à des enfants bien plus grands que les deux autres titres de la collection. L’univers complètement foutraque du dessinateur est très bien mis en valeur dans ce jeu. Les cartes et le coffret sont de bonne qualité, bien solides… Ce qui n’est pas du luxe parce que les compétiteurs se battent comme des beaux diables pour piéger leurs adversaires et les charger de cartes supplémentaires. Les enfants adorent reconnaître les héros des livres de Ponti et se prennent au jeu rapidement, d’autant que les parties sont assez courtes et ne nécessitent que peu de temps d’ » installation » (quoiqu’il est parfois nécessaire de revenir sur la signification des cartes spéciales comme le « Poussin-Marteau » ou le « Pouce-Poussin » avec les plus jeunes).
Un joli coffret de cartes qui fera craquer les jeunes amoureux de Claude Ponti.

Quelenteur ce rRenardEncore un jeu où le gagnant est celui qui saura se défaire de toutes ses cartes… même s’il doit mentir pour y parvenir. Quel menteur, ce Renart ! est adapté de la célèbre histoire issue du Moyen-âge régulièrement rééditée par Père Castor, et d’ailleurs reprise dans le livret accompagnant le jeu. Comme le célèbre goupil, les joueurs doivent avoir recours à la ruse pour tirer leur épingle du jeu. Un premier joueur pose une carte devant lui de la couleur d’une des cinq familles. Les autres vont tour à tour déposer une carte correspondant à la même famille, mais cette fois face cachée, il est donc possible de mentir ! Mais attention, si le menteur est pris : il récupère toutes les cartes qui ont été posées !
Le jeu est très facile à comprendre pour des joueurs encore jeunes, pour peu qu’ils sachent dissimuler leurs pensées. Les parties sont assez courtes, mais il est possible de rendre le jeu un peu plus complexe pour les plus grands avec des cartes « pièges » qui apportent des variantes de stratégie. Le livret d’accompagnement, qui promet « une histoire et des jeux » est en fait une règle améliorée, avec en son centre le récit d’un des méfaits de Renart, suivi de quelques explications d’ordre historique. Le joli coffret cartonné produit son petit effet même s’il n’accueille au final qu’un jeu de cartes à jouer et un livret de quelques pages.
Ce petit jeu malin apprendra néanmoins aux enfants à contenir leurs émotions et à bluffer, et donc à ne pas prendre ce qu’on leur dit pour argent comptant.

Le Mistigri Des LutinsDans la même collection A toi de jouer !, Père Castor a créé une version du jeu du Mistigri aux couleurs du conte Les lutins cordonniers des Frères Grimm. Les joueurs doivent se débarrasser de leurs cartes en formant des paires : deux souliers, deux bottes, deux lutins joliment habillés… Quand ils n’ont plus de paire dans leurs jeux, ils doivent piocher au hasard dans le jeu de leur voisin. Attention à ne pas attraper le Mistigri ! Avec cette unique carte qui n’a pas de semblable, c’est la défaite assurée !
Pour ce titre également, le coffret a plus d’intérêt de par son jeu que par le livret l’accompagnant. Le Mistigri est un jeu qui amuse de génération en génération précisément parce qu’il est très facile à comprendre, et qu’il implique une petite dose de faux-semblant à la portée des enfants même petits. Les illustrations d’Amélie Dufour sont charmantes, mais on reste encore une fois sur notre faim concernant le traitement du conte, qui ne prend que quatre petites pages.
Une façon adaptée de faire découvrir un jeu et un conte célèbres aux plus jeunes.

Le loto de la petite poule rougePour découvrir les animaux de la ferme, rien de tel que jouer au loto avec la Petite Poule Rouge. Pour remporter la partie, il faut remplir une des six planches avec les cartes représentant les principaux personnages du conte.
Le petit jeu est couplé avec une version résumée du conte et quelques anecdotes sur l’histoire de cette petite poule si laborieuse, entourée d’amis fort ingrats. Le jeu est facile à comprendre pour les plus jeunes, mais on peut regretter que les cartes ne soient pas un peu plus solides et adaptées aux petites mains. Même si l’ensemble n’est pas d’une originalité à couper le souffle, les illustrations de Madeleine Brunelet sont pleines de fraîcheur et le jeu réactualise ce grand classique de Père Castor.

Je laisse la parole à Gabriel

DLe loto des jouets Djeco 1965Après le loto de Père Castor, le loto de Djeco ! Mais attention, pas n’importe quel loto ! Il s’agit ici du tout premier jeu Djeco, sorti en 1965, il y a tout juste 50 ans ! Djeco qui fête donc son anniversaire a eu la superbe idée de ressortir ce jeu dessiné par Alain Grée (excusez du peu). Ce jeu de loto, en plus d’être très beau, n’est pas un jeu de loto banal. On y retrouve bien entendu des planches et des cartes, mais l’un comme l’autre a deux faces pour jouer : une face avec des dessins et une face avec des points façon dé ou domino pour les planches, une face avec des nombres et une face avec des points pour les cartes. On pourra donc jouer de plusieurs manières, suivant l’âge des enfants. Par exemple dans le cas où l’on a face à nous les planches avec les dessins, si la carte tirée représente un 8 c’est le premier qui déclarera avoir une case avec 8 objets dessinés qui remportera la carte. L’enfant peut aussi jouer seul en replaçant les cartes sur les cases (côté « domino » sur les planches côté dessin, par exemple). Bref, c’est un jeu complet, beau (avec un graphisme rétro totalement charmant) et pas bête. Le genre de jeu qu’on a envie de conserver pour y jouer encore dans 50 ans ! Par contre, dépêchez-vous, c’est une édition limitée !

Les ZexpertsOn termine avec des questions ! Les Z’experts ce sont des petits paquets de cartes avec des thématiques. On a testé Animaux, Geek et Nature. Dans Animaux, quatre catégories : records, animaux domestiques, crado et dinosaures. La catégorie crado amuse beaucoup les enfants, imaginez donc, des questions sur le caca et le pipi ! Dans le jeu Geek, quatre catégories également : jeux vidéo, Techno/internet, Ciné/TV et Livres/BD. Enfin dans le jeu Nature, les catégories sont Terre, Plantes, Écologie et Incroyable.
Ces trois petits paquets de cartes sont ultra pratiques puisqu’on peut les emporter partout. On peut jouer seul ou à plusieurs, entre enfants ou avec des adultes (attention quand même, le jeu Geek ne s’adresse pas aux trop jeunes enfants ou alors c’est qu’ils passent leur journée derrière des écrans !), à la maison ou en voiture. Bref, c’est un moyen très ludique d’apprendre plein de choses ! Ici, on adore.

Quelques pas de plus…
Retrouvez toutes nos chroniques jeux regroupées sur un album Pinterest.

Picmi Monsieur Madame
d’après Roger Hargreaves
Abysmile
Prix : Autour de 19,99 €
Âge d’après l’éditeur : à partir de 4 ans
Nombre de joueurs : 2 à 4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 20 minutes
Fabriqué en Chine.
Memo rigolo
de Stephanie Blake
l’école des loisirs avec playBac
Prix : autour de 11,90 €
Âge d’après l’éditeur : de 3 à 5 ans
Nombre de joueurs : 2 à 4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 15 minutes
Fabriqué en Chine.
Domino des bruits
de Soledad Bravi
l’école des loisirs avec playBac
Prix : autour de 11,90 €
Âge d’après l’éditeur : de 3 à 5 ans
Nombre de joueurs : 2 à 4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 15 minutes
Fabriqué en Chine.
Pouss’Poussins
de Claude Ponti
l’école des loisirs avec playBac
Prix : autour de 11,90 €
Âge d’après l’éditeur : de 5 à 7 ans
Nombre de joueurs : 2 à 4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 10 minutes
Fabriqué en Chine
Quel menteur, ce Renart !
de Caroline Bouche, illustré par Henri Meunier
Père Castor Flammarion
Prix : 10,50 €
Âge d’après l’éditeur : à partir de 5 ans
Nombre de joueurs : de 2 à 4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 15 minutes
Fabriqué en Chine.
Le mistigri des lutins
de Caroline Bouche d’après Wilhem et Jacob Grimm, illustré par Amélie Dufour
Père Castor Flammarion
Prix : 10,50 €
Âge d’après l’éditeur : à partir de 5 ans
Nombre de joueurs : de 3 à 4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 15 minutes
Fabriqué en Chine.
Le loto de la petite poule rousse
de Caroline Bouche, d’après l’histoire d’Anne Fronsacq, illustré par Madeleine Brunelet
Père Castor Flammarion
Prix : 10,50 €
Âge d’après l’éditeur : à partir de 5 ans
Nombre de joueurs : de 2 à 4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 15 minutes
Fabriqué en Chine.
Le loto des jouets
Illustré par Alain Grée
Djeco

Prix : Autour de 15 €
Âge d’après l’éditeur : 3-6 ans
Nombre de joueurs : 1-4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 10 min.
Fabriqué en Chine.
Les Z’experts – Animaux
d’Élisabeth Roman, illustré par Axel Mahé
Gründ
Prix : 5 €
Âge d’après l’éditeur : N.C.
Nombre de joueurs : N.C.
Temps de jeu d’après l’éditeur : N.C.
Fabriqué en Chine.
Les Z’experts – Geek
d’Agathe Franck, illustré par Axel Mahé
Gründ

Prix : 5 €
Âge d’après l’éditeur : N.C.
Nombre de joueurs : N.C.
Temps de jeu d’après l’éditeur : N.C.
Fabriqué en Chine.
Les Z’experts – Nature
de Pierre Tessier, illustré par Axel Mahé
Gründ

Prix : 5 €
Âge d’après l’éditeur : N.C.
Nombre de joueurs : N.C.
Temps de jeu d’après l’éditeur : N.C.
Fabriqué en Chine.

Laura et Gabriel

You Might Also Like

Voyages poétiques, entre campagne et mer !

Par 9 novembre 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux albums qui nous font voyager, tantôt à la campagne, tantôt à la mer… C’est beau !

Campagne_inside.indd A la campagne on prend le temps de vivre. Les feuillages nous font de l’ombre, les cerises nous régalent, l’herbe, la rosée et le vent ont une odeur particulière, les coccinelles s’envolent et les roseaux ondulent. Mais il y a aussi les groseilles, les papillons, les baisers dans les buissons, les cabanes, les feuilles mortes et le parfum de la terre.

Marre de la grisaille ? Envie de verdure ? Il suffit d’ouvrir ce bel album pour plonger dans tous ces petits bonheurs champêtres, qui font le charme des sorties en pleine nature, plus ou moins loin de la ville. Laurie Cohen trouve les mots justes pour retranscrire les plaisirs les plus simples et les plus précieux, et c’est délicieux. Quant aux illustrations de Marjorie Béal, elle accompagne ce joli texte d’illustrations simples et colorées, qui nous placent au plus près de cette campagne : dans l’herbe, sur le tapis de feuilles, au sommet des branches, dans le massif des groseilles, on est au cœur de cette belle nature ! Un album pour s’évader et s’émerveiller des joies les plus simples !
Le même vu par Parfums de livres.

la mer et luiAutre destination et autre poésie, comme son titre l’indique, La mer et lui nous plonge au cœur de l’océan. Enfin, presque ! Le capitaine prend sa retraite et emmène avec lui la mer, sa plus fidèle compagne. Il habite maintenant en ville, mais dans le verre du salon, il a gardé ce précieux liquide sur lequel il a vécu depuis tant de temps. C’est un besoin partagé, tous les deux sont liés pour l’éternité. Le vieil homme peut plonger dans ses souvenirs, et la mer continue de lui livrer ses plus grands secrets. Mais sur la plage, la vie est triste. « La mer sans la mer, ce n’est plus que du vent ». Les marins, les enfants, les baigneurs rouspètent, alors le capitaine décide de libérer son amie…

Henri Meunier est un véritable poète. Au départ, les enfants peuvent être un peu troublés par cette écriture poétique, recherchée, où tous les mots sont choisis et agencés, non seulement pour leur sens, mais aussi pour leur sonorité. Et du coup, progressivement, on se laisse bercer par le doux bruit de ce récit, qui nous emporte loin, très loin de notre quotidien. Ce capitaine est attachant, et la mer est un véritable personnage, au centre de l’album. Régis Lejonc complète merveilleusement cette belle histoire, avec des illustrations magnifiques qu’on dirait tout droit sorties d’un musée.  Chaque page est un tableau, lumineux, tour à tour doux ou plus tourmenté. Larguez les amarres, c’est vraiment magnifique !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres d’Henri Meunier (Chevaliers, Grand et Petit) et de Régis Lejonc (Le petit chaperon rouge ou La petite fille aux habits de fer blanc, et Obstinément Chocolat). Mais aussi un livre sur lequel ils ont tous deux ont déjà collaboré pour La rue qui ne se traverse pas. Retrouvez également d’autres chroniques de livres de Laurie Cohen (Est-ce que vous m’aimerez encore…?, Dans le ventre de maman, Ma voisine est une sorcière), Marjorie Béal (Mes deux papas, La fabrique extraordinaire) et de Laurie Cohen et Marjorie Béal réunies (Ma maison du bout du monde, Si petit, Si grand, et Et toute la ville s’éveille).

A la campagne
de Laurie Cohen, illustré par Marjorie Béal
Balivernes
14 €, 210 x 300 mm, 48 pages, imprimé en Belgique, 2013
La mer et lui
d’Henri Meunier, illustré par Régis Lejonc
Notari dans la collection L’oiseau sur le rhino, section Les hérons
23 €, 296 x 196 mm, 48 pages, lieu d’impression non précisé, 2013

A part ça ?

Vous êtes sans doute au courant, en ce moment, Astérix et Obélix sont à l’honneur avec la sortie du dernier tome de leurs aventures. La Bibliothèque Nationale de France (BNF) propose une exposition consacrée aux deux héros jusqu’au 19 Janvier 2014 !

Marianne

 

 

You Might Also Like

Comme dans les contes, un peu…

Par 29 avril 2013 Livres Jeunesse

La vie merveilleuse de la princesse OlgaOlga est une princesse qui vit dans un très beau château. Ses serviteurs, Mael et Mona lui sont dévoués et sont là pour l’aider et pour assouvir ses désirs. Car Olga a souvent besoin d’aide, même pour des choses simples comme descendre un escalier. Et puis il y a aussi l’horrible Volgon qui rode et le "La vie merveilleuse de la princesse Olga"chevalier Marcelin qui ne doit pas être loin.

La vie merveilleuse de la princesse Olga est un livre (entre le roman jeune lecteur, l’album et la BD) bouleversant, déroutant, qui m’a fait pleurer dans le métro… Un bijou, un album superbe. Comment vous dire de quoi il parle sans vous dévoiler la clé de l’histoire ? Difficile… Car ici les choses ne sont pas forcément ce qu’elles paraissent et des petits détails (dans l’histoire, dans les dessins) nous donnent petit à petit des indices sur la cruelle réalité de la vie d’Olga. Olivier Ka a décidément une superbe plume et il sait nous émouvoir autant que nous faire marrer, un grand auteur, un livre indispensable, inoubliable, unique.

Boucle D'oursCe soir c’est carnaval ! Papa Ours, Maman Ours et Petit Ours préparent leurs déguisements. Papa Ours sera en grand méchant loup, Maman Ours en Belle au bois dormant et Petit Ours en Boucle d’Ours… En Boucle d’Ours ??? Mais un garçon ne peut pas se déguiser en fille, voyons !

Le machisme (Papa Ours refuse que son fils porte une jupe rose et des couettes blondes) croqué par le génial Stéphane Servant, un pur bonheur ! Au nom de quoi un boucle d'oursgarçon n’aurait pas le droit de se déguiser en fille ? Souvent les pères semblent craindre pour cette pseudo-virilité dont on entend souvent parler. Stéphane Servant évoque tout ça avec son humour habituel. Son histoire absolument pas militante fait passer plein de choses. Maman Ours ne se laissera pas faire et d’autres personnages de contes interviendront, une histoire pleine d’humour (mais pas seulement) très joliment illustrée par Laetitia Le Saux.

Pestouille et JolicoeurPestouille est une princesse qui déteste le rose et qui a pour meilleur ami un dragon, drôlement sympa, Jolicœur. Dans Le monstre de la forêt interdite ils vont devoir s’attaquer à un dragon pas aussi cool que Jolicœur et dans La malédiction de la sorcière Pestouille va être transformée en crapaud.

Deux aventures pleines d’humour et de pep’s qui luttent aussi contre les clichés. Pestouille est le genre d’héroïne que j’adore, le genre de personnage avec beaucoup de caractère (irrésistible dans les histoires, moins quand c’est votre fille). Avec son dragon, un brin moralisateur, ils forment un très bon duo. Je ne connaissais pas cette série et je suis tombé sous le charme. On est ici aussi entre l’album, la BD et le roman jeune lecteur, des histoires à lire aux enfants (moi je les ai lus à ma fille de 5 ans qui a adoré) ou à lire seuls dès le CP.

Chevaliers !Les chevaliers il y en a deux sortes, des blancs (les gentils) et des noirs (les méchants) mais ils ont un point commun : ils adorent les princesses ! Enfin pas pour les mêmes raisons, les premiers veulent les épouser alors que les seconds les enlèvent !

Henri Meunier part des clichés sur les chevaliers et les princesses et en joue. Les choses ne sont finalement pas aussi simples qu’on le croit. Beaucoup d’humour dans cet album-jeu (sur chaque double page une activité est proposée : chercher des drapeaux cachés, compter des pièges, retrouver Kevin,…) illustré par la talentueuse Nathalie Choux. Un humour bien résumé sur la quatrième de couverture « Et si on jouait aux chevaliers ? On aurait des armures, des lances, des boucliers, des amoureuses et des fidèles destriers. On ferait un peu la bagarre, et on se raconterait un tas d’histoires ! ».

Quelques pas de plus…
Vous cherchez d’autres contes détournés ? Essayez avec le tag. D’autres livres qui combattent les clichés sexistes sur notre fiche thématique.
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Olivier Ka (Obstinément Chocolat, Une maman toute entière et Les contes imbéciles), d’Olivier Latyk (Contemimes : comptines à mimer et chanter), Stéphane Servant (Le machin, Le crafougna et Le masque.), Laurent Richard (Au lit, Ludo !, Au revoir ! Bonjour !, Le seul roi, c’est moi et Tao le petit samouraï), Henry Meunier (Grand et Petit et La rue qui ne se traverse pas) et Nathalie Choux (Toutes les réponses aux questions que vous ne vous êtes jamais posées, Mon imagier de la maison, Mon imagier des formes, Mon imagier de Noël, L’ogresse poilueDe vrais amis, Mon imagier des saisons et Mon imagier de la nuit).

La vie merveilleuse de la princesse Olga
d’Olivier Ka, illustré par Olivier Latyk
Éditions l’édune dans la collection Empreinte
12,70€, 160×200 mm, 70 pages, imprimé en Italie, 2009
Boucle d’ours
de Stéphane Servant, illustré par Lætitia Le Saux
Didier Jeunesse
12,50€, 234×250 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Le monstre de la forêt interdite
de Orianne Lallemand, illustré par Laurent Richard
Lito dans la série Pestouille & Jolicœur
6€, 175×220 mm, 24 pages, imprimé en UE, 2013.
La malédiction de la sorcière
de Orianne Lallemand, illustré par Laurent Richard
Lito dans la série Pestouille & Jolicœur
6€, 175×220 mm, 24 pages, imprimé en UE, 2013.
Chevaliers !
d’Henri Meunier, illustré par Nathalie Choux
Gautier Languereau dans la collection Les petites histoires du soir
6,90€, 197×197 mm, 20 pages, imprimé en Roumanie, 2013.

A part ça ?

Désir DésirsVous habitez Tours ou les environs (ou vous aimez voyager) ? Du 11 au 25 mai le festival Désir Désirs s’interroge sur le genre. Au programme films, conférences, concerts, expo et danse. Les enfants ne sont pas oubliés puisque le très bon film Tom Boy sera diffusé le dimanche 19 mai à 10h30 au cinéma Studio et sera suivi d’un débat avec les enfants et les adultes. Par ailleurs le mercredi 15 mai la librairie Libr’enfant proposera une sélection de livres jeunesse sur le genre de 15h30 à 19h. Pour toutes informations et pour la programmation complète rendez vous sur le site et sur la page facebook du festival.

Gabriel

You Might Also Like

Les petits et les grands !

Par 19 février 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux histoires qui mettent en scène un « petit » et un « grand ».
quelque_chose_grandIl y a un « petit » et un « grand ». Le petit est embêté parce qu’il aimerait faire quelque chose de grand mais qu’il pense être encore trop petit. Vous suivez ? Le grand va donc l’aider à préciser et accomplir son projet et à se rendre compte que les actions importantes ne sont pas toujours les plus impressionnantes. Avec Quelque chose de grand, on suit donc ce couple de personnages qui pourraient être un père et son fils, un grand frère et son cadet, ou tout simplement un petit enfant et un ami bienveillant. On n’en sait rien mais ce n’est pas le plus important. Le plus grand guide délicatement le plus jeune dans sa quête de grandeur par des questions et un soutien sans faille.

qqch_de_grand_INTlightC’est un album pour enfants, tendre, délicat et pourtant fort ! En effet, le texte de Sylvie Neeman nous plonge dans une atmosphère particulière dans ce livre, à la fois pleine de mystère et de bienveillance. Pleine de mystère parce qu’on ne sait pas grand-chose des personnages : ils n’ont même pas de nom. Et beaucoup de choses sont suggérées tout en douceur au travers des dialogues entre les deux complices. La bienveillance, c’est le grand qui l’exprime : il est vraiment à sa place, à la bonne distance, pour permettre au petit de se sentir entouré et en sécurité mais aussi de le laisser accomplir tout seul cette « grande chose » qui doit venir de lui. Voici un exemple de cette relation si particulière : « Le grand a tout à coup très envie de prendre le petit dans ses bras, mais il n’ose pas, il pense que le petit, en ce moment, n’en a peut-être pas vraiment envie. Il faut d’abord résoudre ce problème de grandes choses ». Enfin, les illustrations d’Ingrid Godon sont en parfaite harmonie : les contours du petit et du grand se mélangent souvent, se superposent pour indiquer qu’ils fonctionnent ensemble, qu’ils progressent tous les deux. Il y a très peu de couleurs différentes, comme s’il ne fallait pas brouiller le message !

Sans titre-1Grand et Petit est un autre album pour enfants très tendre et plein d’émotions. Grand et Petit sont frères. Des frères qui partagent beaucoup, qui s’appuient l’un sur l’autre, qui avancent ensemble sur le chemin de la vie. Puis au fur et à mesure que le temps passe Grand devient petit et petit devient Grand. C’est la vie qui avance. Jusqu’au jour où Grand disparaît, n’est plus visible. Heureusement, il est encore là, dans les souvenirs.

Grand et petit 2Ce n’est peut-être pas du tout ça, mais pour moi, ce livre évoque le lien fort qui peut exister entre les enfants d’une même fratrie, mais aussi le deuil d’un frère ou d’une soeur. Non seulement le deuil réel en cas de décès, mais aussi peut-être au sens figuré, la disparition des liens qui peuvent exister enfants, quand chacun prend une route différente à l’âge adulte. Après tout, le texte d’Henri Meunier laisse place à toutes les suppositions et chacun interprètera cette belle histoire comme il l’entend. Les mots sont beaux, choisis, et transcrivent toute la force et la poésie de cette relation particulière entre les deux garçons. Les illustrations de Joanna Concejo sont vraiment pleines de délicatesse, et même si j’aime moins les visages des personnages, les décors sont magnifiques, très oniriques. Pour ne rien gâcher, le papier est épais et un peu glacé !

Quelques pas de plus…
Retrouvez la chronique d’un autre livre d’Henri Meunier, La rue qui ne se traverse pas.

Quelque chose de grand
de Sylvie Neeman illustré par Ingrid Godon
La Joie de Lire
15,50 €, 190 x 247 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2012
Grand et Petit
de Henri Meunier illustré par Joanna Concejo
L’atelier du poisson soluble
16 €, 210 x 270 mm, 54 pages, imprimé à Barcelone, 2008

A part ça ?

Votre enfant a envie d’en savoir plus sur les séismes et autres tremblements de terre ? Quand la terre gronde est un mini-site de la Cité des Sciences avec des animations et des quiz pour les 8-12 ans pour en savoir plus !

Marianne

 

You Might Also Like

Secured By miniOrange