La mare aux mots
Parcourir le tag

Ilan Brenman

Des pères

Par 16 février 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on parle de pères aux situations diverses (familles homoparentales, recomposées ou situations plus « classiques »).

Deux enfants discutent, tous les deux se battent à coup de « moi mon papa » et chaque fois l’un des deux a le père qui surpasse l’autre. L’un construit des maisons… l’autre des immeubles. L’un a offert un chien aussi grand qu’un cheval, l’autre a carrément offert un cheval ! Mais l’un des deux aura un avantage énorme à la fin, et là l’autre ne pourra vraiment pas rivaliser !
Je suis désolé, mais je vais être obligé pour cet excellent album de vous dévoiler la chute… Ce qui clouera le bec de l’un des enfants c’est un beau « ben moi… bah… j’ai deux papas ! » Cette chute, absolument géniale, est totalement réjouissante. Ici, ce que certain·e·s voudraient voir comme une « tare » (avoir deux pères), est un avantage, quelque chose qui rend fier et qui sera jalousé. C’est drôle, extrêmement original, bien trouvé, percutant… on adore ! Ajoutons que les illustrations sont magnifiques.
Un album qui parle d’homoparentalité de façon originale et intelligente.

Moi, mon papa
Texte de Myriam Ouyessad, illustré par Arnaud Nebbache
Points de suspension
13 €, 200×230 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
L’oizochat – Le fils caché
de Rémi Courgeon
Mango Jeunesse
14,50 €, 227×337 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2017.
Papa est à moi
Texte d’Ilan Brenman (traduit par Dorothée de Bruchard), illustré par Mayana Itoïz
p’titGlénat dans la collection Vitamine
12 €, 213×257 mm, 40 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.

You Might Also Like

Qui, qui ?

Par 22 juin 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, deux petits albums frais et drôles, parfaits en ce début d’été. Dans le premier, un jeune cochon rêve d’indépendance et dans le second, une mystérieuse souffleuse de bougies sévit pendant un anniversaire.

Qui c’est qui décide ici ?
de Philippe Jalbert
Gautier-Languereau
12,50 €, 217 x 2017 mm, 32 pages, imprimé en France, 2017.
Qui a soufflé mes bougies ?
Texte d’Ilan Brenman, illustré par Magali Le Huche
P’tit Glénat
11 €, 213 x 257 mm, 32 pages, imprimé en Slovénie, 2017.

You Might Also Like

Toutes les filles sont des princesses… qui pètent ! (une nouvelle chronique antisexiste)

Par 13 avril 2015 Livres Jeunesse

Même les princesses pètentLaura rentre tracassée de l’école. Il y a eu un débat avec ses camarades : les princesses pètent-elles ou pas ? Son père sait où trouver la solution, dans Le grand livre secret des princesses au chapitre Problèmes gastro-intestinaux.
C’est Magali Le Huche qui illustre cet album extrêmement drôle et ça a certainement participé au fait qu’on ait adoré l’ouvrage. Ici, on va donc tout savoir des flatulences des personnages de contes… vous saurez enfin pourquoi Cendrillon est partie aussi vite du bal du prince ou pourquoi on avait enfermé Blanche Neige dans un cercueil de verre. Les parents se marrent autant en lisant l’histoire que les enfants en l’écoutant. On regrette juste que seuls trois cas de personnages soient traités… on espère une suite !
Un super album pour se rappeler que princesse ou pas, tout le monde pète (et pas des paillettes) !
Des extraits sur le site de l’éditeur.

PHILOMENE M_AIMEQuand Philomène passe, tout s’arrête. Tous les garçons perdent leurs moyens, deviennent bêtas ou ne sont plus capables de faire quoi que ce soit. Pourtant Philomène, elle, continue son chemin… Car Philomène a autre chose en tête…
J’en suis navré, mais je vais devoir vous révéler la fin de Philomène m’aime, car c’est sa chute qui fait essentiellement l’intérêt de l’ouvrage. Si tous les garçons aiment Philomène, elle, c’est Lila qu’elle aime. C’est dit de façon subtile (ici, pas de gros sabots), et naturelle. Le message passe comme une lettre à la poste.
Un très bel album pour montrer que l’homosexualité ce n’est pas une chose si importante.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Princesse... comme je veux !Elle aimerait être une princesse ! Une princesse ? Sa mère s’offusque, une princesse c’est tellement ennuyeux. Ça passe son temps à attendre le prince charmant pendant que celui-ci combat des dragons. Il cavale sur son beau cheval blanc pendant que la princesse, elle, s’exerce à porter couronnes et diadèmes. Non vraiment, princesse c’est pas terrible… mais la petite fille a une bonne raison de vouloir en être une !
Album antisexiste, ou pas ? Chacun se fera son opinion (et je vous donne mon avis quand j’ai fini de débattre avec moi-même). La mère, elle, en tout cas essaye de montrer à son enfant à quel point suivre le modèle des princesses n’est pas forcément un modèle de vie. La chute me laisse plus perplexe. Même si je n’ai pas du tout accroché aux illustrations, c’est quand même un album que je trouve intéressant, car il rappelle qu’une fille ne doit pas avoir comme objectif de vie d’attendre le prince charmant (bon et c’est donc la que la chute me laisse dubitatif…)
Un album pour, pourquoi pas, débattre, en famille, sur l’image de la femme dans les contes de fées.
Ajout de dernière minute : suite à une conversation téléphonique avec Lila du très bon blog Fille d’Album, je maintiens que c’est un album qui est plutôt destiné au débat car lu par un enfant seul, le message reste plus sexiste au final.
Des extraits sur le site de l’éditeur, où vous pourrez vous faire votre propre avis.

margaux la miss cracra des coquinettesMargaux, c’est pas le style de fille à prendre toujours soin d’elle. On la voit rarement propre et bien arrangée, non elle, ce qu’elle aime c’est se jeter dans les flaques, pas se laver et se coiffer ! Mais un jour, un joli garçon débarque dans l’école…
Alors c’est une sacrée surprise, car j’avoue que le titre Margaux, la miss cra-cra des coquinettes… avec du doré sur la couv’ je ne suis pas emballé d’avance… et pourtant ! Pourtant Margaux est une jeune fille qui refuse d’être ressembler au modèle qu’on lui donne de la féminité, mais qui, pour séduire un garçon va essayer de changer sa personnalité… et c’est une bien mauvaise idée ! Ici, on rappelle qu’il faut rester soi-même, que ce ne sont pas forcément les filles bien apprêtées qui plaisent aux garçons. Bref, elle me plaît bien cette Margaux !
Un album qui, sous ses allures d’album très grand public, rappelle qu’on n’est pas obligé d’être dans la norme.
Le même vu par Les lectures de Liyah.

Sauvetage impossibleMax s’est fait voler son goûter par Clodomir et Alfredo et il ne sait pas trop comment le récupérer, Zazie arrive pour le sauver. Sauf que bon… pour un garçon, être sauvé par une fille c’est un peu la honte… On peut compter sur Zazie pour trouver une solution.
Ah la fameuse Zazie, on l’adore ! Même si, une nouvelle fois, on préfère les illustrations géniales de Delphine Durand aux captures d’écran du dessin animé 3D, on est ravi de retrouver la petite héroïne qui n’a de cesse de combattre les stéréotypes sexistes.
Un personnage qu’on adore dans une nouvelle aventure.
Le même vu par Maman Baobab et par À l’ombre du saule.

Mademoiselle Zazie a-t-elle un ziziEt puisqu’on adore Zazie et qu’on préfère très largement les illustrations d’origine, sachez que Nathan a l’excellente idée de rééditer le premier album en grand format ! Quand Zazie débarque dans l’école, Max est perturbé. Il faut dire que pour lui, avant, tout était simple : il y avait les avec-zizi (qui sont forts et qui jouent au foot) et les sans-zizi (qui jouent à la poupée et dessinent des fleurs). Sauf que Zazie correspond plutôt à la première catégorie… Zazie a-t-elle un zizi ?

Marre du roseEt tant qu’on y est on salue la réédition en petit format (et donc petit prix) de Marre du rose, un grand classique du genre signé Nathalie Hense et Ilya Green. L’histoire d’une petite fille qui n’aime pas le rose, mais qui refuse le terme de garçon manqué. Un album qu’on aime décidément beaucoup.
On avait déjà chroniqué ici, cet album mais retrouvez aussi les avis de La soupe de l’espace, Chez Clarabel, Le blog de Lila, et bien sûr Fille d’albums.

Quelques pas de plus…
Retrouvez les livres antisexistes que nous avons chroniqués ici.
Nous avons déjà chroniqué des albums d’Ilan Brenman (Le téléphone sans fil et Bâillons !), de Magali Le Huche (Paco et la fanfare, Paco et l’orchestre, Jean-Michel et Victoria la fée, Ferme ton bec !, Le chat d’Elsa, Les Pourquoi de Non-Non, Pépito super-héros, Drôles de courses pour Monsieur Ours, Non-non veut faire du sport mais a un peu la flemme, Le loup et la soupe aux pois, À la piscine, L’arpenteur, Le voyage d’Agathe et son gros sac et Le poisson perroquet), de L.Nord (Ras-le-bol d’être une princesse, Les poupées musclées et Le papa mystère), de Thierry Lenain (Mademoiselle Zazie ne veut pas être hôtesse de l’air, Mademoiselle Zazie a des gros nénés, Graine de bébé et Un marronnier sous les étoiles), de Delphine Durand (Mademoiselle Zazie ne veut pas être hôtesse de l’air et Mademoiselle Zazie a des gros nénés), de Nathalie Hense (Une petite heure perdue) et d’Ilya Green (Sophie et les petites salades, La dictature des petites couettes, Achile et la rivière, Bulle et Bob au jardin, Nos beaux doudous, Bulle et Bob à l’école, Mon arbre, Marre du rose, Bulle et Bob préparent Noël, Les plus belles berceuses jazz, Bulle et Bob à la plage, Peter Pan et Wendy, Bulle et Bob dans la cuisine et Le masque). Retrouvez aussi notre interview de Magali le Huche.

Même les princesses pètent
Texte d’Ilan Brenman (traduit par Dorothée de Bruchard), illustré par Magali Le Huche
p’titGlénat dans la collection Vitamine
11€, 213×257 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Philomène m’aime
de Jean-Christophe Mazurie
p’titGlénat dans la collection Vitamine
10 €, 213×257 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2011.
Princesse… comme je veux !
Texte de Myrna Massad Rougier, illustré par Zeina Bassil
Samir éditeur
13,50 €, 270×280 mm, 36 pages, imprimé au Liban, 2013.
Margaux, la miss cra-cra des Coquinettes
Texte de Fabienne Blanchut, illustré par Camille Dubois
Deux coqs d’or dans la collection Les coquinettes
5,50 €, 198×253 mm, 20 pages, imprimé en Roumanie chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Mademoiselle Zazie, sauvetage impossible
de L. Nord (d’après l’œuvre un scénario de Nicolas Digard)
Nathan dans la collection Mademoiselle Zazie
5,95 €, 173×221 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ?
Texte de Thierry Lenain, illustré par Delphine Durand
Nathan
10 €, 223×273 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015 (première édition 1998).
Marre du rose
Texte de Nathalie Hense, illustré par Ilya Green
Albin Michel Jeunesse dans la collection Panda Poche
5,50 €, 150×198 mm, 36 pages, imprimé en France, 2014.

À part ça ?

Olivier Tallec parle de Moi devant et de Bonne journée dans une vidéo de Mollat.

Gabriel

You Might Also Like

[sans texte]

Par 23 mars 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose une sélection de livres sans texte.

anim-oUn pingouin surgit du livre, puis c’est un crocodile, un élan, une souris, un éléphant, un panda, un hibou et un lion.

Il existe de nombreux livres pop-up de ce type avec des animaux… sauf que celui-ci est absolument extraordinaire ! Ce sont de véritables sculptures de papier qui apparaissent devant nous. Ça semble même magique ! Anim’o, un livre pop-up signé David Pelham n’est pas juste un livre… c’est du grand art !
Des images en ligne.

Histoire sans queue ni têteUn cirque qui se déconstruit pour aller dans un camion et un camion qui contient un cirque, un arbre qui devient bête et une bête qui devient arbre, le jour qui fait place à la nuit et la nuit qui fait place au jour, un monsieur qui disparaît dans une boîte et une dame à qui il arrive la même chose. Quatre livres, huit histoires.

Un livre qui se déplie et qui en contient quatre autres, dans chacun une histoire qui se lit dans un sens puis une deuxième qui se lit dans l’autre sens. Tout ça n’a ni queue ni tête… et j’avoue que moi-même je m’y suis perdu ! J’aime plutôt Édouard Manceau d’habitude, mais là je suis resté assez hermétique face à cet ouvrage très graphique et très original. Peut-être que vous vous ne vous y perdrez pas !
Le même vu par Chez Clarabel.

Gris BleuUn enfant marche dans la rue, il est seul. Enfin pas tout à fait, un oiseau bleu vole au-dessus de lui. L’enfant arrive à l’école sous les rires moqueurs des camarades, l’oiseau l’observe par la vitre. Quand l’enfant repart, l’oiseau se fait enfin voir et lui redonne le sourire. Maintenant, l’enfant n’est plus seul, il a un ami. Jusqu’à ce que…

Gris-bleu est un album très étrange. L’histoire qu’il nous raconte n’est pas vraiment joyeuse, mais pourtant très belle. On parle ici de solitude et d’amitié, peut-être aussi de mort. Toujours est-il que Gris-bleu ne laisse absolument pas indifférent, c’est le genre d’album OVNI qui interpelle. Il est extrêmement intéressant de mettre ce genre d’ouvrages entre les mains des enfants et de les laisser y voir l’histoire qu’eux ont envie d’y voir, ici tout n’est pas mâché, à nous de chercher à comprendre, d’inventer notre histoire. Un superbe album très graphique, avec un découpage très intéressant et de magnifiques illustrations en bichromie.

Le téléphone sans filUn bouffon parle à l’oreille d’un roi, le roi parle à l’oreille du chevalier, celui-ci fait de même avec le scaphandrier… qui fait de même avec le pirate. Il y aura ensuite un perroquet, un kayapo, un touriste, une vieille femme fatale, une grand-mère, un loup, le petit chaperon rouge, un chasseur, un chien… puis un bouffon !

Il est particulier cet album, chaque fois quelqu’un de profil disant quelque chose à un autre qui à son tour parlera à un autre. Chaque personnage est pleine page et la grande taille de l’album met en valeur ces superbes illustrations, sortes de tableaux. Le genre d’album qui est plus proche du livre d’art que du livre pour enfants.
Des extraits en ligne.

BAILLONSIl fait noir, un arbre semble bailler, puis c’est Ève qui baille à son tour, un homme préhistorique fait de même puis ça sera un pharaon, une statue grecque, un centurion, un viking, une sorcière, Napoléon lui-même, Charlie Chaplin, Freud, un astronaute et peut-être même vous !

Par les mêmes auteurs que le précédent, on est là aussi dans un très grand album aux planches pleine page. Bâillons ! c’est son titre, comme un ordre, pas besoin de vous ordonner vous risquez de faire comme les héros du livre, pas d’ennui, mais parce que c’est terriblement communicatif ! D’ailleurs à la fin…
Des extraits en ligne.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué plusieurs albums d’Édouard Manceau (Tac-tac le hibou, Chponk le moustique).
Parlez-nous de vos albums sans texte préférés sur le forum.

Anim’o
de David Pelham
Mango Jeunesse
13,95 €, 160×160 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2013.
Histoires sans queue ni tête
d’Édouard Manceau
Seuil Jeunesse
16 €, 162×203 mm, 128 pages, imprimé en Chine, 2013.
Gris-Bleu
de Bob Staake
Milan
14,50 €, 280×240 mm, 40 pages, imprimé en Slovénie, 2014.
Le téléphone sans fil
d’Ilan Brenman et Renato Moriconi
p’titGlénat dans la collection Vitamine
14,50 €, 290×363 mm, 32 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Bâillons!
d’Ilan Brenman et Renato Moriconi
p’titGlénat dans la collection Vitamine
14,50 €, 285×355 mm, 32 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

Aujourd’hui, n’oubliez pas d’aller voter !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange