La mare aux mots
Parcourir le tag

Inventaire

Inventaires

Par 6 décembre 2013 Livres Jeunesse

Des actions, des souvenirs, des gâteaux, des jouets et même des oiseaux. Mettez tout sur la table, on va faire le tri et inventorier tout ça. Aujourd’hui encore, car on sait que vous allez peut-être devoir faire des cadeaux prochainement, vous trouverez dans cette chronique des petites merveilles.

Il était mille foisIl était mille fois… Un petit trou dans les chaussettes, un vieux monsieur dans une caisse en bois, une lettre de papa et maman en classe verte, une gamine qu’on n’invitait jamais aux anniversaires… et tant d’autres choses encore.

Toutes ces phrases sont extraites du petit bijou qu’est Il était mille fois, une merveille découverte à Montreuil. Des petites choses simples, quotidienne, gaies ou tristes, qui nous rappellent forcément des choses, des gens, des évènements. Comme un chocolat oublié dans une poche ou un chien qui revient à la maison après avoir disparu pendant quelques temps. Ce texte (ces textes ?) très simple mais extrêmement poétique est illustré par l’excellente Delphine Perret (auteur-illustratrice de la série Moi, le loup et les chocos). Des illustrations, là aussi, pleines de délicatesse. Le livre est très beau en tant qu’objet (beau papier, couverture « texturée »), il est édité par une maison d’édition dont j’avais beaucoup entendu parler et que je découvre avec cet ouvrage, Les fourmis rouges. Depuis que j’ai découvert Il était mille fois je sais quoi offrir à Noël (et pas qu’aux enfants).
Des extraits (et même une superbe bande annonce).

Succulentes sucreriesUne tartelette à la fraise, des boules de gomme, une gaufre, des chamallows, du nougat de Montélimar, une orangette… vraiment de quoi se régaler !

Les célèbres Pittau & Gervais ont décidé d’inventorier les succulentes sucreries, certainement pour nous mettre l’eau à la bouche. Dans un grand album les voilà rassemblées. Entre l’imagier et les planches à la Deyrolle, on retrouve (parfois pleine page) ces pâtisseries, bonbons qui nous font saliver rien qu’en les regardant. Un album pour les amoureux du sucre et des belles illustrations !
Des extraits sur tourner1page.

bric-a-bracUne ronde, du rouge, ouvert, fermé, devant, derrière, sucré, salé, des moutons pairs et des boutons impairs… un sacré bric-à-brac !

Encore un imagier ? Oui, mais quel imagier ! Je suis tombé amoureux de cet album lors d’une présentation. Pas attiré au premier abord, j’ai ensuite trouvé cet album complètement fou… tout ce que j’aime ! Pour exprimer « devant » on voit des poupées de face, pour « derrière » des poupées de dos, pour « en l’air » on voit des perroquets,  papillons, avions et « sous terre » des vers et des squelettes… et tout ça en jouets ! C’est très coloré, très vivant, plein d’humour, l’idée est très bonne et surtout tout ça est parfaitement mis en scène. Des diagonales de cheval, des décorations de bûche de Noël pour compter de 1 à 10, des gens qui se bagarrent et d’autres qui s’embrassent, et même des jouets cassés ! Un gros coup de cœur pour cet imagier hors norme et vraiment original qui plaira autant aux enfants qu’aux adultes nostalgiques.
Des extraits en ligne.

55 oiseauxUn oiseau qui indique le chemin, deux oiseaux qui font leur nid, trois oiseaux qui se perdent, quatre oiseaux qui hésitent à se brûler les ailes… et quarante-cinq autres oiseaux.

Quand Séverine Vidal sort un livre je suis impatient de le lire. Quand Csil sort un album je suis pressé de le regarder. Quand les éditions Winioux sortent un ouvrage j’ai hâte de le découvrir. Donc imaginez comment je trépigne quand les éditions Winioux sortent un album de Séverine Vidal et Csil ! Et je n’ai vraiment pas été déçu ! Quelle merveille, à tout niveau ! Un petit bijou de poésie (tant au niveau du texte que des illustrations), un superbe objet (livre accordéon au papier épais) bref un petit bijou. Décidément Séverine Vidal, Csil et Winioux sont trois noms à retenir, et quand ils se réunissent ils font des merveilles (ces trois mêmes noms étaient à l’origine ndu magnifique Rien qu’une fois).
Des extraits sur le site de l’auteur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des albums de Ludovic Flamant (Les poupées c’est pour les filles), de Delphine Perret (Moi, le loup et la cabane et Moi, le loup et les vacances avec pépé), de Pittau et Gervais (Imagier des saisons), de Séverine Vidal (Prune et l’argent de poche, Une girafe un peu toquée, Bad Lino, L’œil du pigeon, Au pays des vents si chauds, Petit Minus, Le laboureur de nuages & autres petits métiers imaginaires, La grande collection, Mon papa est zarzouilleur, Clovis & le pain d’épices, Rien qu’une fois, Philo mène la danse, Plus jamais petite, Comment j’ai connu papa, Arsène veut grandir, Lâcher sa main, Rouge Bitume, Comme une plume, J’attends Mamy, Roulette Russe tome 1 Noël en juillet, Je n’irai pas, Léontine, princesse en salopette, Mamythologie, On n’a rien vu venir, Du fil à retordre, Prune, tome 1 : La grosse rumeurPrune, tome 2 : Le fils de la nouvelle fiancée de papa, Prune, tome 3 : Prune et la colo d’enfer, 5h22, Les petites marées et La meilleure nuit de tous les temps) et de Csil (C’est la mienne, Paul et Rien qu’une fois). Retrouvez aussi notre interview de Séverine Vidal.

Il était mille fois
Texte de Ludovic Flamant, illustré par Delphine Perret
Les fourmis rouges
13,80€, 156×199 mm, 60 pages, imprimé au Portugal, 2013.
Succulentes sucreries
de Pittau & Gervais
Gallimard jeunesse Giboulées
19,50€, 285×346 mm, 69 pages, imprimé en France, 2013.
Bric-à-brac
de Maria Jalibert
Didier Jeunesse
19,90€, 265×265 mm, 96 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
55 oiseaux
Texte de Séverine Vidal, illustré par Csil
Winioux
10€, 160×165 mm, 18 pages, imprimé en Italie, 2013.

A part ça ?

Il y a quelques jours j’ai parlé, sur facebook, d’un livre (Le livre qui te rend super méga heureux de Françoize Boucher, sorti aux éditions Nathan) qui m’a surpris par les mots employés. Alors qu’il s’adresse aux enfants de 8 ans on y trouve des « con », « vie de merde », « nichon »,… Je ne pense pas vous en parler personnellement mais Maman Baobab l’a fait avec beaucoup de justesse. Retrouvez sa chronique ici.

Gabriel

You Might Also Like

Le monde est absurde

Par 22 mai 2012 Livres Jeunesse

Vous connaissez certainement l’expression « Inventaire à la Prévert ». Ce que mes yeux ont vu est selon moi un « catalogue à la Prévert ». Giovanna Zoboli et Guido Scarabottolo dressent la liste des choses incongrues et étranges du monde dans lequel on vit : des chaises boiteuses, des arbres coupés, des mots jamais prononcés, des personnes qui ne pensent pas à l’avenir (le leur ou celui des autres), des boutons, des cadeaux inutiles, des visages difficiles à retenir, des cartes postales jamais envoyées, des chaussures démodées, des moyens de transport en panne… La liste est longue. Trop longue pour vous la livrer ici. Parfois très concrètes, d’autres fois beaucoup plus philosophiques, ces observations souvent justes du monde dans lequel on vit sont présentées comme dans un vrai catalogue. Pas de longue explication, ou de description : seulement quelques mots accolés comme des étiquettes, et une illustration plus ou moins figurative, mais toujours forte et colorée pour traduire le message. Un voyage au cœur de l’absurde qui fait bien souvent notre quotidien, qui soulève de vraies questions : le temps qui passe trop vite, la dépersonnalisation de bien des situations, et sans doute aussi la société de consommation qui nous rend prêt à acheter tout et n’importe quoi. Alors que les plus jeunes apprécieront certaines illustrations, il me semble que malgré la quasi-absence de texte, les ados devraient trouver matière à réflexion.

Avec Peau de Lapin aussi, on s’élève un peu contre la bizarrerie humaine. Touffu et Taffeta habitent avec tous leurs amis lapins sur une dune en bord de mer (j’ai envie de dire que cette dune est normande, parce que j’aime la Normandie, et que les éditions Motus sont manchoises). Chemins de sable, bruit des vagues et chant du vent, et surtout des petits et des grands terriers, partout. Un jour, on construit une digue, puis une, puis deux, puis douze, puis des centaines de maisons. Les lapins tentent de résister, mais quand il ne reste que quelques brins d’herbe, un rond-point, et que le bruit des mâts ne retentit même plus, ils n’ont plus qu’à fuir. Finalement, la mer reprend ses droits, les maisons se vendent, le sable refait surface aidé du vent. Il repeuple tous les coins de dune. Touffu et Taffeta peuvent rentrer chez eux, réintégrer leur terrier.
Comme souvent avec les livres des éditions Motus, j’ai d’abord été surprise par l’aspect étrange de ce livre : les illustrations de Brunella Baldi étaient vraiment très belles et lumineuses, mais un peu curieuses. L’histoire aussi de son côté. J’avoue avoir laissé ce bel album tout en longueur un peu de côté, en me disant que ça me plaisait, mais que quelque chose me dérangeait. Et puis le temps a fait son effet, et à la deuxième lecture, je n’ai plus du tout eu cette impression. Vanessa Simon Catelin signe simplement un très joli conte, aux paroles mélodieuses et aux illustrations délicates, qui dénonce à sa manière la construction en masse sur nos littoraux… Mais plutôt que d’être dans le combat, l’histoire est là pour nous montrer la force de la nature et de ses éléments. L’homme se croit parfois supérieur, et il en fera les frais tôt ou tard…

Quelques pas de plus…
Sur La Mare aux Mots, nous avons souvent chroniqué des livres en lien avec l’environnement.
Le Voyage d’une Etoile, c’était aussi Giovanna Zoboli.

Ce que mes yeux ont vu
de Giovanna Zoboli illustré par Guido Scarabottolo
Notari dans la collection L’oiseau sur le rhino.
18 €
Peau de Lapin
de Vanessa Simon Catelin illustré par Brunella Baldi
Motus
13 €

———————————————————————————————————————

A part ça ?

J’ai le droit d’être un peu chauvine ? Peu de lecteurs seront concernés, mais je pense que l’initiative de la médiathèque de Carros mérite d’être relayée : dimanche 27 Mai, de 10h à 18h, la médiathèque délivre ses livres. A l’occasion d’une grande journée autour du livre, avec spectacles et animations diverses, et parce que le stock est en partie renouvelé et qu’il faut faire de la place, plus de 15000 livres seront vendus à 0,50 centimes et 1 euro. Tous les styles seront représentés, et je me suis promis d’aller y faire un tour !

You Might Also Like

Secured By miniOrange