La mare aux mots
Parcourir le tag

Iris de Moüy

Les invité-e-s du mercredi : Élise Gravel et Iris de Moüy (+ concours)

Par 10 septembre 2014 Les invités du mercredi

Cette semaine, nous recevons notre Québécoise préférée : Élise Gravel, elle a accepté de répondre à mes questions (pas toujours finaudes). À la suite de cette interview, deux d’entre vous auront la chance de gagner son livre Le pou grâce aux éditions Le pommier. Ensuite, nous partons en vacances (et oui déjà !) avec Iris de Moüy. Bonne semaine à vous !


L’interview du mercredi : Élise Gravel

Élise GravelAllo Élise, parlez-nous de votre parcours
J’ai une formation de graphiste. Je ne vous dirai pas à quel niveau, notre système scolaire est trop différent du vôtre, mais c’est cette formation qui m’a poussée vers l’illustration. Ensuite, après avoir écrit et illustré mon premier livre jeunesse, j’ai eu la piqûre et j’en ai fait une trentaine d’autres ensuite. Au Québec, je suis connue pour mon amour des monstres et autres bestioles dégoûtantes, mais là, j’ai envie d’envahir un peu les États-Unis pour voir.

Quels sont les livres qui ont marqué votre enfance ?
J’aimais beaucoup les livres de Roald Dahl. Ils étaient drôles, irrévérencieux, avec de vrais méchants dedans, et même des pets ! Je les ai tous lus 18 fois, et je les lis maintenant à mes enfants avec le même plaisir.

J’ai lu (ici) que, petite, vous dessiniez des princesses, à quel moment tout a dérivé et vous vous êtes mise aux monstres, limaces ou encore vers ?
Je pense que mon « trip » de princesses s’est terminé à l’âge de 6 ans. Pour les insectes et les monstres, ça, c’est de naissance.

Vous avez dit (ici), à propos de votre meilleure amie « Elle est très différente de La Limace Gravelmoi et en même temps très semblable (…) C’est une fille très intelligente et généreuse ». Est-ce que vous êtes bête et radine ?
Oui : )

Au Québec vous êtes une énorme star, vous avez reçu le prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie jeunesse-illustrations pour votre album La clé à molette et vous roulez en Porsche, on commence à entendre de plus en plus parler de vous en France, c’est pour vous acheter un château ?
J’ai comme objectif de prendre le contrôle de la planète et de remplacer l’humanité par des coccinelles.

Que pensez-vous de la production dans la littérature jeunesse actuelle ? Quels sont les auteurs que vous aimez particulièrement ?
Oh, j’en aime des tas ! Je trouve que la littérature jeunesse française et québécoise est particulièrement riche. Je travaille en ce moment aux États-Unis et je remarque qu’ils sont beaucoup moins libres que nous et qu’ils nous envient cette latitude, cette possibilité de faire des produits originaux, décalés, pas « mainstream ». Et nous en faisons énormément ! Nos enfants sont chanceux de pouvoir lire de la bande dessinée, entre autres. Là-bas, aux É.U., c’est encore considéré comme de la « mauvaise littérature », voire de la sous-littérature.

Le grand AntonioComment est né l’album sur Le grand Antonio ?
J’avais envie de faire une série sur des hommes forts réels, et évidemment, j’ai voulu commencer par notre homme fort local, Antonio. Nous avons aussi Louis Cyr, bien sûr, mais il y a déjà eu des tas de livres et même un film à son sujet.
Antonio était plus proche de moi : il vivait à Montréal, et je l’ai croisé plusieurs fois. C’était un phénomène local et tout un énergumène ! Les gens de ma génération et celle de mes parents l’ont bien connu, mais sans ce livre, il passait à l’oubli : il est mort il y a dix ans dans la solitude et la pauvreté. Je trouvais que les enfants gagneraient à connaître ce personnage important de l’histoire locale du Québec. Et puis, il est très chouette, hein, tout de même ! Il tirait des autobus avec ses cheveux !

Vous proposez actuellement un super livre (antisexiste) en téléchargement gratuit (ici), Tu peux ! Comment vous est venue l’idée ?
J’ai eu l’idée parce que j’avais fait une petite illu qui disait « les filles peuvent être… drôles, bruyantes, en colère » etc (NDLR : voir ici), et cette illu avait été partagée des milliers de fois. J’avais ensuite reçu beaucoup de demandes de parents et d’instits qui me demandaient s’ils pouvaient l’imprimer et l’afficher à l’école ou à la maison. On m’a aussi demandé un équivalent pour les garçons.
Je me suis dit que clairement, ça répondait à un besoin ; que les éducateurs appréciaient Tu peuxcet outil. Pendant que j’y étais, j’en ai fait un petit livre en format PDF, c’était plus simple que de faire entrer tous les stéréotypes sexuels sur une petite affiche.
J’ai décidé de l’offrir gratuitement parce que mes affaires vont très bien, que j’ai plusieurs livres « payants » en chantier, que je n’avais pas le temps de chercher un éditeur pour celui-là, et parce que c’est un message qui me tient à cœur et que j’avais envie qu’il soit accessible au plus grand nombre.
Aussi, on parle beaucoup du livre dans les écoles au Québec ces jours-ci, ou plutôt de l’absence de livres. Les profs en manquent ; les budgets sont ridicules. C’était mon petit cadeau pour la rentrée.
J’ai eu du plaisir à faire ce truc. J’en ferai d’autres, c’est certain !

Pouvez-vous nous dire quelques mots à propos de Sur ton mur que vous avez créé avec votre belle sœur (et où j’ai acheté une superbe affiche) ?
C’est une galerie en ligne d’illustrations québécoises. On peut y acheter des repros de Adopte un Glurbhaute qualité en tirage limité, signées et numérotées, et aussi des originaux, et même des tatouages temporaires pour les enfants ! L’objectif de Sur Ton Mur est d’offrir des œuvres d’art de grande qualité à des prix abordables.

Parlez-nous de vos projets ?
J’en ai dix mille ! Je travaille en ce moment sur plusieurs projets avec Harper-Collins aux États-Unis et j’ai beaucoup de plaisir. Je viens de terminer un album jeunesse sur l’histoire d’une ballerine grognonne qui déteste le ballet. Je vais ensuite exporter mes monstres aux É.U. dans un prochain album qui est en chantier, puis vous présenter une petite fille sympa, Olga, dans une série de romans illustrés.
J’ai aussi quelques super-héros ridicules qui viennent de naître, et, euh, ben je crois que ça en fait assez pour le moment. D’ailleurs, j’ai du pain sur la planche, moi faut que j’y aille ! Allez zou, à plus, les cousins.

Bibliographie (française) sélective :

  • Le pou, texte et illustrations, Le Pommier (2014).
  • Le grand Antonio, texte et illustrations, La pastèque (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Adopte un Gurb !, texte et illustrations, Didier Jeunesse (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Le rat, texte et illustrations, Le Pommier (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • La limace, texte et illustrations, Le Pommier (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Le ver, texte et illustrations, Le Pommier (2014).
  • Monstres en vrac, texte et illustrations, 400 coups (2013).
  • Galaxy power, Mango jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Bienvenue à la Monstrerie, texte et illustrations, 400 coups (2010).
  • J’élève mon monstre. Tout connaître sur le monstre domestique !, texte et illustrations, 400 coups (2010).
  • Super-Tsointsoin dans Sueurs froides au dépotoir, texte et illustrations, 400 coups (2008).

Le site d’Élise Gravel : http://elisegravel.com.
Et Sur ton mur : http://surtonmur.com.

Concours :
le pouComme je vous le disais avant cette interview, grâce à Le pommier je vais pouvoir offrir à deux d’entre vous un exemplaire de l’album Le pou de la géniale collection Les petits dégoûtants. Pour cela, dites-moi, en commentaire à cet article, quel est l’animal qui vous dégoûte le plus ou qui dégoûte le plus vos enfants. Un tirage au sort départagera les gagnants. Vous avez jusqu’à mardi 10 h mercredi 10 h, bonne chance à tous !


En vacances avec… Iris de Moüy

Régulièrement, je pars en vacances avec un artiste (je sais vous m’enviez). Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet artiste va donc profiter de ce voyage pour me faire découvrir des choses. On emporte ce qu’il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il veut me présenter et c’est lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est Iris de Moüy qui s’y colle, merci à elle !
Allez en route !

5 livres jeunesseLes Rhumes, André François

  • Les Rhumes, André François
  • Monsieur squelette, Taro Gomi
  • Heureusement, Remy Charlip
  • Little Green Riding Hood, Bruno Munari
  • Petite Main chez Henri Matisse, Jacqueline Duhême

5 romansNaissance d’un pont, Maylis de Kerangal

  • Naissance d’un pont, Maylis de Kerangal
  • Trois femmes puissantes, Marie NDiaye
  • Le lion, Joseph Kessel
  • L’attrape-cœurs, J. D. Salinger
  • Le grand Meaulnes, Alain Fournier

5 DVDBonjour, Ozu

  • Bonjour, Ozu
  • Beau travail, Claire Denis
  • Holy Motors, Leos Carax
  • L’esquive, Abdellatif Kechiche
  • Le salon de musique, Satyajit Ray

5 CDNo cars go, Arcade Fire

  • No cars go, Arcade Fire
  • J.J.D., Fela Kuti
  • Tannahauser, Richard Wagner
  • Give it up, Public Enemy
  • Life on Mars, David Bowie

5 artistes

  • Louise Bourgeois
  • Henry Darger
  • Peter Doig
  • Anne Teresa de Keersmaker
  • David Hockney

5 lieux

  • Saint Gô, Gers
  • rue Jacob, Paris
  • Minas Gerais, Brésil
  • Arles
  • Daikanyama, Tokyo, Japon
autoportrait-iris de Moüy

Autoportrait d’Iris de Moüy

Iris de Moüy est auteur et illustratrice.

Bibliographie sélective :

  • Ma sorcière et moi, illustration d’un texte de Giovanna Calvino, Gallimard jeunesse (2014).
  • La classe pipelette, illustration d’un texte de Susie Morgenstern, l’école des loisirs (2014).
  • Petite sœur, texte et illustration, l’école des loisirs (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • À la sieste !, texte et illustration, l’école des loisirs (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • En route pour la tour Eiffel, texte et illustration, Hélium (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Honoré à toute allure, texte et illustration, l’école des loisirs (2012).
  • Les 4 saisons, texte et illustration, Hélium (2012).
  • Les lapins rouges n’existent pas, texte et illustration, l’école des loisirs (2011).
  • Mes affaires, texte et illustration, Hélium (2011).
  • Les vacances de Félix, Ella et les autres, texte et illustration, Hélium (2010).

Le site d’Iris de Moüy : http://www.irisdemouy.com.

You Might Also Like

Une petite sœur et beaucoup de petits frères

Par 9 mai 2014 Livres Jeunesse

La fratrie est au cœur de la chronique du jour.

petite soeur iris de mouyIl était tout seul, maintenant ils sont deux. Il a une petite sœur, toute petite, incapable de jouer. Mais bientôt, à force de lui donner le biberon, la voilà qui grandit, qui est assez grande pour faire des tas de choses et même de le rejoindre dans sa chambre !

J’aime énormément le trait d’Iris de Moüy, je vous en avais déjà parlé. Avec des dessins minimalistes, elle fait passer énormément de choses (comme Suzy Lee, notamment). Ici, on parle donc de l’arrivée d’une petite sœur, de l’attente qu’elle grandisse pour pouvoir partager plus de choses (jeux, lectures, aventures…) jusqu’à la chambre. Énormément de tendresse (surtout dans la dernière image) dans ce très bel album.
Des extraits sur le blog de La soupe de l’espace (qui a fait le même mariage que nous).

Encore un frèreDaniel, lui aussi, était seul… jusqu’à ce qu’arrive Prosper ! Et là, c’était le début des ennuis, car maintenant il n’était plus le seul centre d’intérêt de ses parents ! Quand il chantait une chanson, Prosper pleurait, il fallait s’occuper de lui. Et il y avait aussi les vomissements, les besoins urgents… La vie n’était plus aussi belle ! Sauf que ce n’était qu’un début ! Après Prosper, il y a eu Maxence, puis Marco, et Claude, et Placide, et Ronan, et Tanguy, et Léopold, et Gilles, et Nelson et Barnabé ! DOUZE frères ! Daniel n’était vraiment plus seul… et surtout tout ce qu’il faisait était copié. S’il mangeait des Croustis, ses douze frères réclamaient des Croustis, s’il courait… il était suivi par douze énergumènes ! S’il disait « Non ! », on entendait douze autres « non ! ». Sa vie était devenue un enfer !

C’est avec énormément d’humour que Matthew Cordell nous parle de l’arrivée des frères et sœurs. Ceux qui monopolisent l’attention des parents et qui deviennent assez vite de petits monstres qui font tout ce que l’aîné fait. Daniel est le modèle de ses frères, mais ça ne l’arrange pas trop… Les illustrations sont bourrées de clins d’œil et on s’amuse beaucoup en les regardant. Le texte joue sur les répétitions (vous connaîtrez par cœur le nom des petits frères de Daniel) et l’on s’amuse autant à le lire que les enfants à l’écouter. Les grands frères et les grandes sœurs se reconnaîtront beaucoup dans cette histoire pleine d’humour et ça leur permettra de relativiser (sauf si comme Daniel ils sont douze cadets !).
Des extraits sur le site de Didier Jeunesse.

Quelques pas de plus…
Retrouvez d’autres livres sur la fratrie que nous avons chroniqué sur un album Pinterest consacré.
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Iris de Moüy (À la sieste et En route pour la tour Eiffel).

Petite sœur
d’Iris de Moüy
L’école des loisirs dans la collection Loulou & Cie
9€, 175×205 mm, 36 pages, imprimé en Malaisie, 2014.
Encore un frère !
de Matthew Cordell (traducteur non précisé)
Didier Jeunesse
13,10 €, 216×266 mm, 40 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

Aline Pailler a de la chance… elle a reçu le génial Katsumi Komagata.

Gabriel

You Might Also Like

J’ai pas envie de dormir…

Par 11 novembre 2013 Livres Jeunesse

Une petite sélection de livres autour du sommeil. Le coucher et le réveil vus par la littérature jeunesse.

Et on commence avec une petite collection de chez Larousse, Tous au lit.

La boîte à musique de GastonGaston est heureux, son papi est venu passer quelques jours chez lui. Quel bonheur de jouer ensemble ! Mais forcément, on se couche plus tard que d’habitude et Gaston est épuisé. Une fois au lit il est très stressé, il n’entend plus rien… et s’il y avait des monstres dans la maison ? Gaston a peur, il appelle. Sa maman vient lui chanter une chanson mais dès qu’elle part il a peur à nouveau, son père vient ensuite lui lire une histoire mais après son départ c’est pareil… Et si c’était Papi qui avait la solution ?

La boîte à musique de Gaston est une jolie petite histoire de peurs nocturnes. Comment se rassurer quand on a peur la nuit, et si une petite musique réglait tout ça ? Les illustrations de Virginie Martins-B sont pleines de douceur.

Le doudou d'ErnestinEntre Ernestin et son doudou, c’est une grande histoire ! Le petit garçon lui raconte ses secrets et le doudou le rassure la nuit. Seulement voilà… un jour Doudou a disparu ! On a beau retourner la maison, pas de trace du petit lapin en peluche ! Que lui est-il arrivé ? Ernestin imagine les pires scénarios.

Ah ces doudous c’est bien pratique…sauf quand on les perd ! (et tous les parents d’enfants à doudou savent de quoi je parle). C’est donc de cette tragédie dont parle Oriane Lallemand dans Le doudou d’Ernestin. Ici encore, c’est Virginie Martins-B qui signe les illustrations.

Un bisou pour LiliLes parents de Lili sont de sortie. C’est Olga qui va garder la petite souris. Seulement celle-ci s’interroge, qui va lui donner à manger ? Qui va lui donner son bain ? Qui va lui lire une histoire ? C’est Olga qui fera ce que font chaque soir les parents de Lili. Oui mais le bisou…

Olga a réponse à tout et Lili pourra se coucher tranquille, le bisou de ses parents est là, sur une feuille. Un bisou pour Lili est encore un bien joli petit album, très doux, sur les soirs où les parents ne sont pas là mais  où il faut quand même s’endormir rassuré.

Les chaussettes de GaspardGaspard ne peut pas dormir sans ses chaussettes préférées, alors imaginez le jour où il les perd ! Gaspard pleure… Et quand il les retrouve, elles sont maintenant utiles à quelqu’un d’autre. Et s’il était temps de les abandonner, de dormir sans elles ?

Dans Les chaussettes de Gaspard d’Orianne Lallemand et illustré par Isabelle Jacqué aussi on parle de ce avec quoi les enfants ont besoin de dormir, ce n’est plus un doudou mais des chaussettes. Le livre évoque aussi du moment où ils doivent se rendre compte qu’en grandissant il faut abandonner certaines choses.

Le pyjama de CharlotteLes parents de Charlotte sortent ce soir, elle va dormir chez ses cousins. Seulement voilà… Charlotte se rend compte qu’elle a oublié son pyjama préféré, elle sait qu’elle ne pourra jamais s’endormir ! Tout le monde s’y met pour trouver une solution, proposer des choses à Charlotte… jusqu’à ce que…

Encore une histoire d’objet dont on a besoin pour dormir, surtout quand on est loin de chez soi ! On évoque aussi la perte de doudou ou de chaussettes préférées (c’est si courant ?) par le biais des autres enfants qui ont connu cette situation. Et la chute de l’album est pleine d’humour.

La veilleuse de JulietteJuliette va dormir chez sa mamie Odette. Quel bonheur ! Elle profite bien de ce moment privilégié mais au moment de passer au lit… catastrophe, on a oublié la veilleuse ! Juliette a toujours dormi avec, comment faire ? Sans lumière il fait trop noir, avec il fait trop jour… Heureusement que Juliette à une mamie qui ne manque pas d’ingéniosité !

Autre petite béquille des peurs nocturnes, la fameuse veilleuse ! Une jolie histoire, là aussi, et les illustrations de Claire Frossard sont vraiment douces. Ah ces mamies, heureusement qu’elles sont là pour rassurer les enfants !

Le livre magique de SachaSacha a horreur d’aller se coucher, il faut dire qu’il a peur tout seul dans l’obscurité de sa chambre. En plus ce soir il n’y a plus de bougie, rien pour le rassurer. Et si une maman et un livre ça faisait l’affaire ? Il faudra à cela ajouter une complice !

On termine donc les petits livres de cette collection par Le livre magique de Sacha, une jolie histoire sur le pouvoir des livres (et l’utilité de la lune les soirs trop sombres) ! Là encore des illustrations très douces, signées ici Aurélie Vitali.

Ces tout petits livres (à petit prix) sortis chez Larousse forment vraiment une jolie collection sur le sommeil et les situations qu’on peut rencontrer et qui rendent difficile le moment du coucher. Des histoires simples, mais qui touchent les enfants, des illustrations douces. Bref une collection bien sympathique.

A La SiesteA LA SIESTE ! Ah non c’est pour les bébés la sieste disent le crocodile et l’hippopotame, l’éléphant dit être trop costaud pour ça, la gazelle n’a pas le temps, la girafe trop grande, le singe trop occupé. Pour tout le monde c’est pareil : La sieste ? Pas question !

J’aime vraiment beaucoup les illustrations d’Iris de Moüy. Avec À la sieste elle signe un album plein d’humour sur ce fameux « je ne veux pas faire de sieste » que tous les parents ont déjà entendu (non ?). Un album aux pages épaisses, dos toilé et tout en longueur. Un texte simple mais percutant pour les petits. Un livre aussi drôle que beau !

Au lit tout le monde !Au lit tout le monde ! D’accord mais pas sans doudou pour le mouton, pas sans bouillotte pour le coq, la souris ne vient que si elle dort sur son coussin rose ! Bref chacun a ses exigences mais voilà tout le monde est couché, on peut éteindre ? Non le lapin a peur du noir… Il va falloir trouver une solution !

J’aime toujours autant les livres d’Audrey Poussier. Graphiquement déjà, je les trouve toujours réussis avec leur côté épuré. Le texte aussi est épuré, avec peu de mots, comme ici, elle arrive à faire passer beaucoup de choses. Au lit tout le monde ! correspond à tout ça. Un album très graphique sur le coucher, les rituels du coucher, la peur du noir. On parle aussi de l’entraide, de l’amitié. Un très bel album qui vient de ressortir en format « lutin » (le format poche de L’école des loisirs).

Le dodo est fini ? il faut se réveiller… mais pas trop tôt !

reveillés les premiersAnna est réveillée, il fait encore nuit. Elle appelle sa grande sœur mais elle dort encore ! Anna descend l’escalier avec Shiro, son chat. Ensemble ils vont faire pipi puis voir les parents… qui dorment aussi ! Décidément ils sont les seuls réveillés ! Et s’ils en profitaient un peu ?

Je l’ai déjà dit mais je le redirai à chaque fois, je suis ultra fan du travail de Komako Sakaï. Parmi tous les illustrateurs que j’ai découverts depuis les débuts du blog, c’est l’un de mes plus gros coups de cœur (avec Suzy Lee). Non seulement ses illustrations sont absolument magnifiques, mais ses textes expriment toujours avec beaucoup de justesse et de poésie des situations que vivent les enfants. Anna s’est réveillée bien trop tôt, elle profitera pour faire ce qui est d’habitude interdit (jouer avec la poupée de sa sœur, par exemple)… puis se rendormira au moment où le soleil se lève. Un petit bijou de poésie et de douceur comme à chaque fois avec Komako Sakaï.
Le même vu par Le cabas de Za et Les lectures de Liyah qui vous montrent des planches).

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà parlé de plusieurs livres sur le sommeil : Dis tu dors ?A l’heure du loup, 40 histoires du marchand de sable, Jour de grève chez les marmottes, Victor et les Amulettes, 101 moutons au chômage, Dors bien, Rosalie, Tu ne dors pas, petit ours ? et même une chronique entière sur le sommeil. Vous en trouverez d’autres (et pourrez même en ajouter) sur le forum.
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Anne Jonas (L’homme à la peau d’ours), Orianne Lallemand (Au secours ! Un ogre glouton, P’tit loup rentre à l’école, Au secours ! Une sorcière au nez crochu, Au secours ! Un loup tout poilu, Pestouille et Jolicoeur), Charlie Pop (La politesse, Comptines d’écoliers et L’école Maternelle), Céline Lamour-Crochet (Laurélie la chauve souris et Ydriane), Iris de Moüy (En route pour la tour Eiffel) et Komako Sakaï (Un amour de ballon, Le lapin en pelucheL’ours et le chat sauvage et Dans l’herbe).

La boîte à musique de Gaston
Texte d’Anne Jonas, illustré par Virginie Martins-B
Larousse dans la collection Tous au lit
3,90€, 130×130 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2013.
Le doudou d’Ernestin
Texte d’Orianne Lallemand, illustré par Virginie Martins-B
Larousse dans la collection Tous au lit
3,90€, 130×130 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2013.
Un bisou pour Lili
Texte de Carole Bauvers, illustré par Charlie Pop
Larousse dans la collection Tous au lit
3,90€, 130×130 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2013.
Les chaussettes de Gaspard
Texte d’Orianne Lallemand, illustré par Isabelle Jacqué
Larousse dans la collection Tous au lit
3,90€, 130×130 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2013.
Le pyjama de Charlotte a dispau
Texte d’Anne Jonas, illustré par Virginie Martins-B
Larousse dans la collection Tous au lit
3,90€, 130×130 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2013.
La veilleuse pour Juliette
Texte de Céline Lamour-Crochet, illustré par Claire Frossard
Larousse dans la collection Tous au lit
3,90€, 130×130 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2013.
Le livre magique de Sacha
Texte d’Anne Jonas, illustré par Aurélie Vitali
Larousse dans la collection Tous au lit
3,90€, 130×130 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2013.
À la sieste
d’Iris de Moüy
L’école des loisirs dans la collection Loulou & cie
12,50€, 280×160 mm, 26 pages, imprimé en Malaisie, 2013.
Au lit tout le monde !
d’Audrey Poussier
L’école des loisirs dans la collection Lutin poche
5,60€, 190×150 mm, 27 pages, imprimé en France, 2013.
Réveillés les premiers
de Komako Sakaï (traduit par Corinne Atlan)
L’école des loisirs
12,70€, 210×265 mm, 40 pages, imprimé en France, 2013.

A part ça ?

Vous savez à quel point nous sommes anti sexisme, depuis quelques jours on en parle beaucoup sur les réseaux sociaux, on a été choqué par Le dico des filles 2014 sorti chez Fleurus. On savait Fleurus parfois très sexiste (voir la collection Petit garçon / Petite fille dont mon préféré est Chloé joue à faire le ménage…) mais là on culpabilise les jeunes filles sur l’avortement ou sur la masturbation, on leur fait comprendre que l’homosexualité n’existe pas vraiment, on continue à soutenir des thèses sexistes qui moi me révoltent. Bref, vous pouvez lire un excellent article ici et en ce qui nous concerne, dorénavant, nous ne chroniquerons plus rien de chez Fleurus (on ne va pas promouvoir une telle maison !).

Gabriel

You Might Also Like

Des héroïnes qui déménagent !

Par 4 janvier 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui deux petites filles qui ont la bougeotte.

En route pour la tour EiffelBrune s’ennuie dans sa chambre… Et si elle profitait de cette belle journée pour faire une chose dont elle rêve : visiter la tour Eiffel ! Seulement voilà elle n’habite pas à côté, il va lui En route pour la tour Eiffelfalloir traverser Paris pour rejoindre le célèbre monument mais le trajet sera prétexte à visiter de célèbres endroits et à faire de drôles de rencontres.

Gros coup de cœur pour cet album au graphisme un peu « à l’ancienne » et qui fait découvrir Paris aux enfants. C’est d’ailleurs amusant de constater que souvent quand on parle de Paris on a recours à des illustrations au charme ancien (on a parlé récemment de Bons baisers ratés de Paris mais je pense aussi à Peluches à Paris). Brune passe donc par le jardin du Luxembourg, le Quartier Latin, l’Opéra, République ou la rue des Martyrs accompagnée En route pour la tour Eiffeld’une petite bande qui s’agrandit au fur et à mesure de l’histoire :  les chiens Chocolat et Sartre, le singe Coco et le pigeon Danton. L’objet lui-même est magnifique et pas seulement grâce aux magnifiques illustrations d’Iris de Moüy ! Beau papier, couverture non vernie, il fait partie des albums qu’on ressort régulièrement rien que pour le plaisir des yeux. Typiquement le genre d’album que les enfants aiment qu’on leur raconte en leur montrant les images et que les parents adorent admirer. Et puis c’est un album parfait pour les amoureux de Paris !

Louise TitiLouise Titi elle est du genre comète ! Elle bouge tout le temps, elle court, elle déplace tout sur son passage, c’est une tempête, une fusée ! Tout le monde est exaspéré… Du dentiste à l’institutrice en passant évidemment par ses parents chacun se demande quoi faire… Pourtant la vitalité de Louise Titi lui sera utile !

Louise titiVoilà un album à l’image de son personnage principal : plein de pep’s ! Le texte de Jean-Philippe Arrou-Vignod est rythmé, plein d’énergie et agréable à lire. Les géniales illustrations de Soledad Bravi rajoutent encore plus de vitalité à l’album, on sent que ça bouge ! On a l’impression que Louise Titi va sortir du livre pour courir autour de nous (c’est drôle d’ailleurs comme la couverture est « calme » et pas du tout représentative). On parle ici des enfants qui ne tiennent pas en place mais aussi que le monde a besoin de toutes sortes de personnes pour tourner. Un album à la fois drôle et poétique.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un album de Jean-Philippe Arrou-Vignod : Joyeux Noël Rita et Machin.
D’autres livres sur Paris que nous avons chroniqué : Bons baisers ratés de ParisMarie de ParisÀ la découverte de Paris, Peluches à Paris, Paris mon imagier, C’était comment Paris, Une balade à Paris et Paris y es-tu ? et d’autres sur le forum.

En route pour la tour Eiffel
d’Iris de Moüy
Hélium
14€, 236×287 mm, 50 pages, imprimé au Portugal, 2012.
Louise titi
de Jean-Philippe Arrou-Vignod, illustré par Soledad Bravi
Gallimard Jeunesse dans la collection L’heure des histoires.
4,90€, 138×190, 32 pages, imprimé en France, 2012 (première édition : 2004)

A part ça ?

Une bien jolie balade.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange