La mare aux mots
Parcourir le tag

Isabel Finkenstaedt

Les invité-e-s du mercredi : Isabel Finkenstaedt et Thomas Gornet (+ concours)

Par 22 octobre 2014 Les invités du mercredi

Le grand public connaît les auteurs et les illustrateur-trice-s des livres, parfois, mais rarement les éditeur-trice-s. Pourtant sans eux-elles, sans leurs choix, sans leur travail avec les auteurs, il n’y aurait pas d’aussi bons livres en librairie. À La mare aux mots nos aimons vous les présenter, vous les faire connaître. Généralement, nous choisissons d’interviewer ceux-celles que nous avons rencontré-e-s et avec qui nous avons sympathisé, Isabel Finkenstaedt en fait partie. Alors qu’elle doit être bien occupée par sa belle maison, elle est toujours accessible, par mail ou en vrai. Quand on va chez Kaléidoscope, on est toujours bien accueilli. J’avais envie de vous faire connaître cette éditrice passionnante et passionnée… et si chaleureuse. À la suite de cette belle interview, je vous propose de tenter de gagner le très beau recueil qui vient de sortir pour les 25 ans de Kaléidoscope. Ensuite, nous partirons en vacances avec un auteur que nous aimons beaucoup, Thomas Gornet. Bonne semaine à vous !


L’interview du mercredi : Isabel Finkenstaedt

Parlez-nous de votre parcours.
Pour commencer, je n’avais aucune intention de travailler dans l’édition : je me voyais plutôt patronne de restaurant. J’aurais un mari cuisinier et ensemble nous régalerions notre clientèle amie de mets délicieux dans notre restaurant unique et chaleureux…
Après mon bac littéraire, je me suis donc inscrite à Ferrandi, l’école Française de gastronomie qui est aujourd’hui rue de l’Abbé Grégoire. J’y suis restée deux ans, j’ai d’abord passé un CAP de commis de cuisine, et l’année suivante un CAP de commis de salle. J’étais vraiment déterminée et je me suis totalement investie, mais six ans plus tard, l’évidence était là, ce métier ne voulait pas de moi. Non seulement mon prince charmant cuisinier ne se présentait pas, mais mes exigences de qualité me dirigeaient vers des restaurants gastronomiques où la brigade était 100 % masculine, les brimades en tout genre malgré des journées de 14 heures non-stop, ont eu raison de ma passion, mon avenir n’était pas dans la restauration.
C’est alors que mon père, éditeur, m’a proposé d’être « scout » pour la maison américaine, William Morrow. C’était un travail rêvé pour une fervente lectrice comme moi, je lirais tout ce qui sortait en France et j’enverrais les meilleurs romans à la maison d’édition new-yorkaise. Hélas, là non plus, la sauce n’a pas vraiment pris (les Américains sont très frileux quand il s’agit d’acheter des droits, tout était « too French »). Mais je suis quand même allée à New York pour un « summer job » l’été de mes 24 ans. Là, j’ai fait la Elmerconnaissance de Susan Hirschman, grande éditrice de livres pour enfants chez Greenwillow — et elle m’a proposé de revenir travailler pour elle l’été suivant. Je suis donc rentrée à Paris avec des albums et des romans jeunesse sous le bras – que j’ai dévorés.
Tout en continuant de travailler pour mon père, je me suis mise en quête d’un stage dans l’édition enfantine à Paris (je ne voulais pas arriver totalement ignorante chez Greenwillow – et je n’y connaissais franchement rien en matière de littérature enfantine !) et c’est Catherine Deloraine chez Flammarion Jeunesse qui a accepté de me prendre sous son aile. Et dans la foulée, comme elle n’aimait pas voyager, elle m’a demandé de la représenter au salon du livre de jeunesse à Bologne.
Une fois mon stage chez Flammarion Jeunesse terminé, j’ai intégré la fabuleuse équipe de Greenwillow où je suis restée deux ans. Puis je suis revenue en France en 1983 et Catherine Deloraine m’a proposé un poste d’éditrice assistante à ses côtés.

Cet élan est à moiEt donc il y a 25 ans vous créez Kaléidoscope, pourquoi avez-vous eu envie de créer votre propre maison d’édition ?
Je suis restée chez Flammarion Jeunesse pendant 5 ans. Nous y avons publié essentiellement des auteurs anglais ou américains et non des moindres, John Burningham, William Steig, Anthony Browne
En 1988, le Père Castor et Flammarion Jeunesse ont été réunis sous une même direction, et mes compétences de chercheuse de nouveaux talents étrangers n’étaient plus vraiment sollicitées. Quelle serait ma prochaine étape ? Londres ? J’ai appelé mon ami Klaus Flugge chez Andersen Press (éditeur de Ralph Steadman, David McKee et Tony Ross entre autres) – qui m’a dit « Fais comme moi, monte ta propre maison ! » « Ha ! » « Mais si, je t’assure, tu as les contacts, les compétences, il te suffit de trouver un diffuseur ! Je serai même actionnaire ! » Triple « Ha ! ».
De nature, je suis une pragmatique. Mais là, j’avoue que je suis rentrée à la maison (c’était un vendredi 2 décembre), et que j’ai passé le week-end à jouer avec les chiffres. Et à additionner les noms d’auteurs devenus amis au fil du temps. Est-ce qu’ils voudraient me suivre dans l’aventure ?
Le lundi je suis allée à la librairie Chantelivre acheter des cartes de vœux dessinées par Anthony Browne et je suis tombée sur mon ami Michel Gay, qui s’est enthousiasmé pour Sans le Ale projet et qui en a parlé à Arthur Hubschmid et c’est vraiment ainsi que Kaléidoscope est né.
D’un mélange de chance, d’amitié et d’opportunité.

Aujourd’hui, comment définiriez-vous Kaléidoscope ?
Nous avons choisi la devise : « lire, rire, grandir (des albums pour accompagner la petite enfance) ». C’est certainement notre objectif.
Nous n’avons pas toujours une réponse ou une solution aux questionnements d’un enfant, mais nous nous rappelons tellement bien notre propre enfance, nous espérons vivement que nos albums pourront aider ceux qui les lisent à se sentir moins seuls dans leurs émotions, et parfois même à en rire. Car l’enfance est un moment souvent effrayant. Le nombre d’expériences nouvelles et déroutantes est immense et souvent l’adulte, interrogé, répond que tout ça n’est pas grave, « tu comprendras plus tard. » « Non ! Maintenant ! » vous répondra la petite Isabel qui, forte de ses 30 ans d’expérience, choisit les publications avec son émotion de fillette de 5 ans.

J’ai remarqué autour de moi que souvent les gens associent Kaléidoscope à l’école des loisirs, alors que l’école des loisirs n’est que votre diffuseur ! C’est quelque chose qui vous énerve ?
Nous serions bien ingrats ! Nous avons une relation fabuleuse avec notre diffuseur – qui n’a pas son pareil en France pour trouver les meilleurs marchés pour nos albums.La vague
Mon père me disait qu’un excellent éditeur avec une mauvaise diffusion n’avait aucune chance de survie alors qu’un éditeur médiocre avec une bonne diffusion avait potentiellement une longue vie devant lui.
Alors un excellent éditeur (soyons modestes !) avec une excellente diffusion ?!
Nous n’avons qu’une chose à dire à l’école des loisirs : MERCI !
(Et tant pis si les uns ou les autres pensent que nous appartenons à l’école des loisirs… il est des filiations plus terribles !)

Cette année, pour fêter vos 25 ans, vous sortez un magnifique recueil regroupant 25 titres sortis ces 25 dernières années, comment s’est fait ce choix des titres ?
Nous sommes trois chez Kaléidoscope et nous travaillons de façon très collégiale. Alors quand nous a été soufflée l’idée de publier une anthologie, nous nous sommes amusées à Va-t'en, Grand Monstre Vert !faire chacune une liste d’albums « incontournables » en y glissant nos coups de cœur plus personnels.
Il a fallu écarter tous les titres avec trous (Va-t’en Grand Monstre Vert) ou rabats (plusieurs titres d’Emily Gravett par exemple), et comme nous nous sommes arrêtées au nombre 25, certaines de nos histoires préférées ne font pas partie de l’anthologie. Mais qui sait, peut-être publierons-nous un autre recueil un jour ?
En attendant, nous nous sommes beaucoup amusées et nous espérons surtout avoir honoré tous ces merveilleux auteurs et illustrateurs qui nous accompagnent parfois depuis nos débuts, et font la richesse de notre catalogue.

Ensuite il y aura Montreuil, je crois que vous préparez quelques belles surprises, vous pouvez nous en dire quelques mots ?
Outre nos auteurs français qui viendront signer sur notre stand, Anthony Browne et Emily Gravett ont aussi accepté de venir cette année.
Sinon il y aura une rencontre avec Geoffroy de Pennart le vendredi 28 novembre. prosper Et le lundi, je participe à une table ronde autour de la question « Littérature de jeunesse, 10e Art ? » Enfin, l’après-midi, nous prévoyons une présentation de Kaléidoscope autour de l’album de notre quart de siècle, Kaléidoscope d’histoires.

Que peut-on vous souhaiter pour les 25 prochaines années ?
Une bibliothèque française forte, une librairie indépendante et solide, un paysage éditorial diversifié et créatif – et PLEIN de nouveaux talents de tous horizons.

Nos dernières chroniques d’ouvrages Kaléidoscope :

  • Elmer de David McKee (traduit par Élisabeth Duval) (1989), que nous avons chroniqué ici.
  • L’anniversaire de Michaël Escoffier et Kris di Giacomo (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • À calicochon d’Anthony Browne (1986), que nous avons chroniqué ici.
  • Moi méchant méchant d’Alessandro Sanna (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Qu’est-ce que je m’ennuie de Christine Naumann Villemin et François Soutif (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Bonne nuit petit monstre vert d’Ed Emberley (traduit par Elisabeth Duval) (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Sinon…! d’Alice Bassié et Sylvain Diez (2009), que nous avons chroniqué ici.
  • Le Grand Livre des Bêtes d’Emily Gravett (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Jérémy dessine un monstre de Peter McCarty (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Dis papa, est-ce que les dinosaures sont morts ? de Julie Middleton (traduit par Elisabeth Duval) et Russell Ayto (2013), que nous avons chroniqué ici.

Le site de Kaléidoscope : http://www.editions-kaleidoscope.com.

Concours :
Un Kaléidoscope d'histoiresComme je vous le disais avant cette interview, grâce à Kaléidoscope je vais pouvoir offrir à l’un de vous le très beau recueil sorti à l’occasion des 25 ans de la maison, Kaléidoscope d’histoires. On y trouve notamment Mon singe et moi, Guili Lapin, À poil(s), Le Gentil P’tit Lapin, Perdu ? Retrouvé, Elmer… 25 albums complets ! Un bien bel ouvrage à l’édition soignée. Pour participer au tirage au sort, dites-moi en commentaire quel est votre album préféré chez Kaléidoscope (et si vous n’en avez pas dites-moi lequel vous tenterai le plus !). Vous pouvez vous aider de leur site. Je tirerai au sort parmi vos réponses. Vous avez jusqu’à mardi 20 h, bonne chance à tous !


En vacances avec… Thomas Gornet

Régulièrement, je pars en vacances avec un artiste (je sais vous m’enviez). Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet artiste va donc profiter de ce voyage pour me faire découvrir des choses. On emporte ce qu’il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il veut me présenter et c’est lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est Thomas Gornet qui s’y colle, merci à lui !
Allez en route !

5 albums jeunesse

  • Jérôme par coeurTout contre Léo de Christophe Honoré
  • Une soirée au théâtre avec monsieur catastrophe John S. Goodall
  • Marcellin Cailloux de Sempé
  • Si un jour… de Malika Doray
  • Jérôme par cœur de Thomas Scotto et Olivier Tallec

5 romansPoint de côté

  • Point de côté de Anne Percin
  • Blonde de Joyce Carol Oates
  • La faute de l’abbé Mouret de Émile Zola
  • Dream Boy de Jim Grinsley
  • Le château de Kafka

5 DVD

  • Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?Sunset Boulevard de Billy Wilder
  • Dark Crystal de Jim Henson
  • What ever happened to Baby Jane ? de Robert Aldrich
  • Miracle of life de Douglas Sirk
  • Le tombeau des lucioles de Isao Takahata

5 CD

  • B.O de Exotica (Atom Egoyan) de Mychael DannaBlanc Zbigniew Preisner
  • B.O de Blanc (Krzysztof Kieslowski) de Zbigniew Preisner
  • Concerto pour piano No.23 de Mozart
  • B.O de Twin Peaks (David Lynch) de Angelo Badalamenti
  • B.O de Trouble every day (Claire Denis) de Tindersticks

5 artistes

  • Stanley Kubrick
  • Roman Polanski
  • David Lynch
  • Franquin
  • Et je ne sais pas qui a fait ça (Der Lauf der Dinge)

5 destinations

  • La piscine de Hofsos en Islande Piscine Hofsos
  • Une forêt de châtaigniers près de Saint Avit Rivière en Dordogne (24)
  • La Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges (87)
  • Un restaurant indien de Hong Kong
  • La friterie près de la mairie de Croix (59)

Thomas GornetThomas Gornet est auteur.

Bibliographie :

Retrouvez Thomas Gornet sur son blog : http://thomasgornet.blogspot.fr.

You Might Also Like

Secured By miniOrange