La mare aux mots
Parcourir le tag

Isabelle Maroger

Les invité·e·s du mercredi : Romain Taszek, Sophie Gourion, Isabelle Maroger et Coralie Delécluse

Par 15 mai 2019 Les invités du mercredi

Après avoir découvert ces derniers jours Perdus dans la jungle (et l’avoir beaucoup aimé), j’ai eu envie d’en savoir plus sur son auteur : Romain Taszek. Il a accepté de me parler de son parcours, de ses influences et d’autre chose encore. Ensuite, pour la rubrique Parlez-moi de…, je vous propose de revenir sur le génial Les Filles et les Garçons peuvent le faire aussi avec son autrice (Sophie Gourion), son illustratrice (Isabelle Maroger) et son éditrice (Coralie Delécluse). Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Romain Taszek

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?
D’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours su que je voulais raconter des histoires, et je me suis très vite aperçu que le moyen qui me plaisait le plus pour raconter ces histoires était le dessin. Du coup dès le lycée je me suis orienté vers une section STI Arts Appliqués. Après le BAC j’ai été un an à Corvisart dans une section illustration, puis ensuite les Arts Décoratifs de Paris dont je suis diplômé depuis bientôt 2 ans.

Présentez-nous le très beau Perdus dans la jungle
Perdus dans la jungle a d’abord commencé comme un projet d’école que j’ai réalisé durant mon cursus aux Arts Décoratifs. À la recherche d’une narration un peu singulière j’ai imaginé ce système d’images et de textes en décalage. Pour ce qui est de l’univers visuel j’ai beaucoup été inspiré par un voyage au Guatemala que j’avais fait quelques années auparavant. Grâce aux outils que m’offrait l’école j’ai pu réaliser cette première version en sérigraphie, ce qui lui a donné cette identité graphique forte.
Plus tard, j’ai présenté ce projet (parmi plein d’autres) aux Éditions du Trésor à l’occasion du salon du livre jeunesse de Montreuil et ils m’ont proposé de travailler d’abord sur un premier livre, Le trésor du perroquet pirate. Un livre d’énigme, avec à la clé comme récompense une vraie pièce de trésor pirate. Après la sortie de ce premier livre, ils m’ont dit qu’ils souhaitaient éditer Perdus dans la jungle. On l’a donc retravaillé ensemble pour que le livre soit plus adapté à l’édition (on a ajouté des pages, retravaillé la narration, affiné les illustrations, etc.).
L’objectif était de conserver l’aspect « sérigraphie » du livre original, j’ai donc adapté ma technique de travail en ce sens.

Quelles techniques d’illustrations utilisez-vous ?
Je tiens beaucoup à continuer de dessiner à la main. Je reste encore un peu méfiant du tout numérique. Du coup tous mes dessins sont faits à la main, que j’encre ensuite. Puis la mise en couleurs est faite par ordinateur. Cela me permet de garder le côté « souple » du dessin au crayon. Toutes mes formes sont faites à main levée, et cela évite (j’espère tout du moins) un aspect vectoriel.

Où trouvez-vous l’inspiration ?
Je suis un grand curieux et notamment un très grand amateur d’Histoire (avec un grand « H »).
Je m’inspire énormément des récits d’aventuriers, des découvreurs, des voyageurs. Et ce que je recherche encore plus à travers ces récits, c’est la petite histoire dans la grande histoire. Les détails insolites, rocambolesques. Récemment ce sont les pionniers de l’aviation qui m’ont beaucoup occupé. Comme je suis quelqu’un de très passionné j’ai donc lu beaucoup de livres sur le sujet, regardé beaucoup de films, de documentaires, je me suis déplacé dans les musées. C’est à peu près ma démarche pour tout nouveau sujet qui me fascine.

Il y a-t-il des illustrateurs et des illustratrices dont le travail vous touche ou vous inspire ?
Durant un stage aux Trois Ourses j’ai découvert le travail de Katsumi Komagata, de Bruno Munari. Ils m’ont beaucoup touché par leur modernité et leur simplicité. Et en creusant dans l’incroyable fonds d’archives de ces mêmes Trois Ourses j’ai fait la découverte d’illustrateurs russes des années 30 tels que Vladimir Lebedev, Vladimir Konashevich ou encore Mikhail Tsekhanovskij qui ont irrémédiablement marqué mon travail.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescent ?
Enfant, en plus des grands classiques tels que ceux de Claude Ponti ou de Tomi Ungerer, je lisais tout ce qui me tombait sous la main en bande dessinée. La bibliothèque familiale étant plutôt fournie en classiques je lisais Astérix, Tintin, Lucky Lucke, Percevan, Titeuf…
Puis à l’adolescence j’ai lu beaucoup de manga (comme beaucoup d’ados de ma génération). Et c’est ma découverte du travail de Lewis Trondheim qui m’a réconcilié avec la bande dessinée dite « Franco-Belge ».

Sur quoi travaillez-vous actuellement ?
Je travaille notamment sur un album autour des Yokais (les fantômes japonais) et sur un livre/jeu dont vous êtes le héros dans une ambiance mésopotamienne !

Bibliographie :

  • Perdus dans la jungle, texte et illustrations, Les éditions du trésor (2019), que nous avons chroniqué ici.
  • Le trésor du perroquet pirate, illustration d’un texte de Matélo, Les éditions du trésor (2018).

Retrouvez Romain Taszek sur son site : http://romain-taszek.ultra-book.com.


Parlez-moi de… Les Filles et les Garçons peuvent le faire aussi

Régulièrement, on revient sur un livre qu’on a aimé avec son auteur·trice, son illustrateur·trice et son éditeur·trice. L’occasion d’en savoir un peu plus sur un livre qui nous a interpellé·e·s. Cette fois-ci, c’est sur Les Filles et les Garçons peuvent le faire aussi que nous revenons avec Sophie Gourion, son autrice, Isabelle Maroger, son illustratrice, et Coralie Delécluse, son éditrice..

Sophie Gourion, autrice :
Le premier jet de ce manuscrit a vu le jour il y a 6 ans. Cela faisait déjà 4 ans que je travaillais à l’époque sur les sujets d’égalité femmes/hommes et je m’étais rendue compte que les stéréotypes se construisaient dès le berceau puisque, selon des études, les larmes des nourrissons féminins sont associées à la peur, celles des bébés masculins à la colère. J’ai eu une fille et un garçon et j’ai pu constater à quel point les réflexions de l’entourage à leur égard étaient différentes : on complimentait beaucoup plus ma fille sur son physique et mon garçon sur ses aptitudes physiques par exemple. À un moment, ma fille en a eu tellement assez qu’elle répondait systématiquement à chaque compliment « Je ne suis pas belle, je suis intelligente ! ». Je lui ai appris qu’on pouvait être les 2 en même temps😊. Initialement, le livre était destiné aux 10-12, avec des références historiques et un texte bien plus détaillé. L’accueil des éditeurs avait été mitigé : on reprochait au manuscrit son côté militant, son manque d’histoire. Le seul éditeur qui m’avait apporté une réponse personnalisée était Gründ. À l’époque, ils m’avaient conseillé de retravailler le texte pour l’alléger et le rendre moins démonstratif. Le problème, c’est que je ne voulais pas rédiger de texte fictionnel pour servir le propos. Tout ce que j’avais en tête était trop caricatural. J’avais donc laissé ce texte dans mes tiroirs quand, l’année dernière, Gründ m’a recontactée à ma grande surprise ! Ils avaient ressorti mon manuscrit et me proposaient de le retravailler pour l’adapter aux 3-6 ans. L’idée du livre double-face a tout de suite jailli car elle permet de donner un côté ludique au livre et de montrer aux enfants que chacun peut véhiculer des stéréotypes et être victime de stéréotypes, fille comme garçon. J’ai travaillé sur des textes courts, qui riment, pour rendre la lecture chantante, comme une comptine. J’ai voulu à chaque fois une double-page qui ouvre le champ des possibles « tu peux aimer… » « ou préférer… ». L’idée n’est pas de diaboliser le rose, les poupées ou les paillettes pour les petites filles par exemple mais de proposer des alternatives en portant un message fort : tu peux être qui tu veux ! La double page permet également de ne pas créer d’injonction supplémentaire : il y a en ce moment beaucoup de livres qui encouragent les filles à être des super-héroïnes, à devenir présidente ou astronaute. C’est très bien mais ça peut parfois être pesant quand on a envie d’une vie moins « ambitieuse » ! La maman d’une de mes lectrices m’a d’ailleurs raconté que sa fille lui a dit après avoir lu le livre « Ah non mais moi je ne veux pas être présidente, c’est trop fatigant ! Je préfère m’occuper des animaux »😊. C’est tout le message du livre justement !

Isabelle Maroger, illustratrice :
J’ai été contactée une première fois par les éditions Gründ en fin d’année 2017 pour « Les filles/garçons peuvent le faire aussi ». J’ai été immédiatement séduite par le propos de Sophie.
Mais en même temps je me sentais sous l’eau à ce moment-là et j’avais peur de mal faire, de ne pas être à la hauteur… On a donc mis un petit moment à se caler avec l’éditrice et finalement, rassurée sur tous ces points, le projet a pu commencer en septembre 2018.
Au final c’était le timing parfait, je sortais de l’été, j’étais remise sur pieds et j’avais retrouvé l’envie d’avoir envie.
J’avais fait pas mal d’aquarelles pendant l’été et j’ai essayé de garder la spontanéité et les petits défauts de mes dessins premiers jets (C’est un vrai travail sur soi de comprendre et accepter que les défauts sont le sel de la vie).
Plus j’avançais dans le projet plus je réalisais l’importance du propos.
J’ai un petit garçon (4 ans à l’époque) et même si on l’éduque avec le plus d’ouverture d’esprit possible sur l’égalité des genres, je sens bien que certains petits copains de l’école lui mettaient de nouvelles idées en tête. Il refusait certains habits, avait arrêté de danser et commencé à sortir des « c’est pour les filles » à tout bout de champ et avec dénigrement.
J’ai offert le livre à la maîtresse pour le 8 mars, ils l’ont lu en classe et j’ai vraiment constaté des retours positifs des enfants sur la liberté que leur offraient ces mots. Les entendre de la bouche de leur maîtresse en classe avec leurs amis a eu un vrai impact et ils en ont beaucoup parlé entre eux.
Dire les choses simplement a débloqué plein de choses, et j’ai été surprise de revoir danser mon fils la semaine suivant la lecture simplement parce qu’il était rassuré sur le fait qu’il avait le droit de faire ce qu’il voulait. Que le c’est « pour les filles » « Pour les garçons » n’existait plus !

Coralie Delécluse, éditrice :
Nous avions reçu, il y a quelques années, un texte de Sophie Gourion intitulé « Interdit aux filles ? ». Le sujet du texte nous interpelait, mais il nous semblait trop documentaire et trop haut en âge (la cible était plutôt les enfants de 7-10 ans). De notre côté, nous avions remarqué que les stéréotypes de genre commençaient très tôt (dès la maternelle) et nous avions à cœur de faire un livre sur l’égalité filles-garçons destiné aux petits, dès 3 ans.
L’an dernier, j’ai contacté Sophie, pour lui demander si elle serait d’accord pour retravailler complètement son texte, pour les plus petits, filles et garçons. Il y a plusieurs albums jeunesse qui abordent l’égalité filles-garçons, mais ils s’adressent bien souvent aux filles, ou aux garçons, mais rarement aux deux. C’était vraiment important, pour Sophie et pour nous, de montrer aux filles comme aux garçons, qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient indépendamment de leur genre. Sophie, à ma grande joie, a accepté, et l’aventure a commencé !
J’ai tout de suite pensé à Isabelle pour les illustrations. Je la suivais depuis longtemps, et j’aimais beaucoup son style très moderne, très doux, mais en même temps très expressif. Je l’ai appelée l’an dernier pour lui parler du projet. J’étais convaincue qu’elle était la bonne personne pour illustrer cet album. J’ai tout de suite senti que le sujet l’intéressait et la motivait, mais elle avait besoin d’un peu de temps pour bien s’y pencher. J’ai attendu impatiemment les premiers crayonnés, qui m’ont tout de suite confortée dans mon idée : chaque planche venait relever avec poésie et humour le texte de Sophie.
Aujourd’hui, je suis très heureuse et fière du message que porte cet album. Il invite vraiment les enfants à être libres, sans jugement : jouer aux avions ou à la poupée, faire du judo ou de la danse, se déguiser en princesse ou en pirate. Fille ou garçon, tout est permis !


 

Les Filles et les Garçons peuvent le faire aussi
de Sophie Gourion, illustré par Isabelle Maroger
sorti aux éditions Gründ (2019),
chroniqué ici.

You Might Also Like

Combattre le sexisme ! [ARTICLE EN ACCÈS LIBRE]

Par 8 mars 2019 Livres Jeunesse

On vous parle d’antisexisme une bonne partie de l’année, ça serait dommage de ne pas le faire lors de la Journée internationale des droits des femmes ! Et en passant, on rappelle que notre webzine antisexiste est toujours téléchargeable gratuitement ici.

« Les filles ont peur de tout », « les déguisements de pirates, c’est seulement pour les garçons », « le football c’est pas pour les filles », voilà le genre de phrases idiotes que l’on peut entendre un peu partout, même dans les médias. Pourtant rien n’est interdit aux filles, comme rien n’est interdit aux garçons ! Que l’on soit fille ou garçon on peut pleurer, être gracieux·euse, courageux·euse, s’habiller en rose ou en bleu, avoir les cheveux longs ou courts, être le·la chef·fe…
Des livres pour dire que les filles peuvent ne pas aimer le rose et les garçons peuvent aimer la danse, on en a vu arriver quelques-uns ces derniers temps… mais celui-ci est particulièrement intéressant, d’après moi. Par sa forme déjà (d’un côté « fille » et de l’autre « garçon » si bien qu’on a les deux livres et ainsi garçons et filles pourront lire les deux « côtés »), ensuite parce que les illustrations sont vraiment réussies, enfin car ici on accepte aussi les filles qui aiment le rose et les princesses (on ne dénigre personne !). Bref, il est bien fait, bourré d’humour et esthétique (chez moi, mes filles de 5 et 10 ans ont tout de suite adoré). On notera aussi qu’il n’y a pas ici que des enfants blancs, et ça aussi ça fait du bien !
Un album extrêmement bien fait (et très esthétique) pour combattre les clichés sexistes et rappeler que ce n’est pas notre genre qui fait ce que l’on est.

Voilà que s’avance la ligue des super-féministes ! Avec elle, on va parler de la représentation des filles dans les œuvres, de l’égalité, du partage des tâches, des injonctions, des privilèges et même de l’écriture inclusive !
Voilà une BD extrêmement originale et bien foutue pour parler de féminisme (et de tout ce que ça englobe) aux enfants. C’est bourré d’humour, facile à lire et passionnant ! Mirion Malle (qui avait déjà illustré Les règles… quelle aventure dont on avait parlé ici) met en évidence des choses qu’on n’a pas forcément remarquées sur la représentation (par exemple sur les filles montrées souvent comme rivales quand les garçons sont montrés comme complices ou le fait que la fille d’un groupe n’a souvent comme seule caractéristique que d’être une fille). Comme dans le précédent, ici encore Mirion Malle montre toutes sortes de corps et de couleurs de peau. Mon seul bémol serait peut-être la minimisation de l’injonction à la virilité qui me semble dommage. Mais ça reste, encore une fois une très bonne BD qui aborde des tas de thématiques (on parle aussi d’homosexualité, de transidentité, d’intersectionnalité…) avec humour et intelligence.
Une BD pour devenir de super-féministes !

Les voix de femmes qui ont marqué l’Histoire. Celles de Rosa Luxembourg ou celle d’Angela Davis, celle de Simone Veil ou celle de Christiane Taubira, 20 femmes dont la voix a résonné ou résonne encore.
Des livres de portraits de femmes il y en a eu un paquet ces derniers temps (on en a parlé ici), mais ce bel ouvrage est plus original que ça. Ici, on nous présente bien sûr ces femmes qui ont marqué l’Histoire, mais on nous propose surtout de lire l’un de leurs discours. Sourire devant l’ironie de Rosa Luxembourg, avoir la chair de poule en lisant les mots de Gisèle Halimi, sentir monter les larmes en entendant encore la voix de Christiane Taubira défendant le mariage pour tous… Vingt discours à lire et relire pour se rappeler de l’évolution des droits,  de l’histoire de ces femmes qui se sont battues (et qui ont été bien souvent dénigrées), notre Histoire tout simplement. Chaque discours est précédé d’un rappel du contexte, afin de bien comprendre. Et c’est richement illustré de photos.
Un très bel album documentaire dans lequel on retrouve vingt discours de femmes qui ont marqué l’Histoire.

Amazones, Beauté, Simone de Beauvoir, Blondes, Cerveau, Contraception… classés par ordre alphabétique des mots qui ont un lien avec le sexisme. Jessie Magana et Alexandre Messager rééditent leur très bon ouvrage pour lutter contre le sexisme dans une version actualisée (« #meetoo » et « racisées » font leur apparition et s’il y a 4 ans le titre disait « parler » du sexisme, aujourd’hui il le combat) pour notre plus grand plaisir !
Un ouvrage à posséder absolument !

Pour aller plus loin, écoutez la super émission de Véronique Soulé, Écoute il y a un éléphant dans le jardin, spécial Combattre le sexisme (avec la présence de Jessie Magana) ici : https://podcast.ausha.co/ecoute-il-y-a-un-elephant-dans-le-jardin/uedlj-2019-03-06.

Les filles peuvent le faire aussi
Les garçons peuvent le faire aussi
Texte de Sophie Gourion, illustré par Isabelle Maroger
Gründ
12,95 €, 227×267 mm, 48 pages, imprimé en Slovénie, 2019.
La ligue des super féministes
de Mirion Malle
La ville brûle
16 €, 210×284 mm, 72 pages, imprimé en UE, 2019.
La voix des femmes, des grands discours qui ont marqué l’Histoire
de Céline Delavaux
De La Martinière Jeunesse
21,50 €, 192×256 mm, 210 pages, imprimé au Portugal, 2019.
Les mots pour combattre le sexisme
de Jessie Magana et Alexandre Messager
Syros
12 €, 121×170 mm, 168 pages, imprimé en France, 2019

You Might Also Like

Des histoires de famille

Par 24 juillet 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui on plonge dans deux albums touchants et émouvants qui nous racontent des histoires de famille, de relations entre parents/enfants et frères et sœurs avec Vite vite de Magdalena et Isabelle Maroger et Paul et Antoinette de Kerascoët.

Vite vite
Texte de Magdalena illustré par Isabelle Maroger
Père Castor
12,50 €, 267×217 mm, 32 pages, imprimé en France, 2018.
Paul et Antoinette
de Kerascoët
La Pastèque
14 €, 224×266 mm, 42 pages, imprimé en France, 2018.

You Might Also Like

Une piscine incroyable et un bébé indésirable

Par 28 juillet 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, deux albums pleins d’humour ! On commence avec une piscine un peu spéciale qui va vite devenir sujet de discorde, avant de poursuivre avec une fillette que l’arrivée d’un futur petit frère fait légèrement paniquer…

La piscine magique
Texte de Carl Norac, illustré par Clothilde Delacroix
Didier Jeunesse
12,50 €, 250×250 mm, 36 pages, imprimé en France chez un imprimeur écoresponsable, 2017.
Le bébé s’appelle Repars
Texte d’Émilie Chazerand, illustré par Isabelle Maroger
Gautier-Languereau
10,50 €, 208×238 mm, 28 pages, imprimé en France, 2017.

You Might Also Like

Les animaux sont nos amis

Par 13 juillet 2015 Livres Jeunesse

La Princesse et le PoneyDans le pays des guerriers, la princesse Pomme de pin ne rêve que d’une chose pour son anniversaire : un beau et grand cheval, qui lui permettra de gagner toutes les batailles ! Mais comme à chaque fois, ses parents tombent un peu à côté et à la place, lui offre un poney grassouillet, plus adapté à la taille de la petite princesse. Un poney grassouillet, qui pète et qui louche, vraiment ? Voilà un cadeau qui ne fait pas vraiment rêver la princesse Pomme de pin. Il ne risque pas de faire des étincelles à la grande bataille, celui-là ! À moins que…
Que ça fait plaisir de lire un album avec une princesse aussi éloignée de tous les stéréotypes du genre ! Ça n’est pas le sujet de l’ouvrage, mais justement, on ne peut que se réjouir de trouver une histoire où les guerriers se frottent aux guerrières (en tout bien tout honneur bien sûr), où les princesses se battent à coup de lance-boulettes de papier et où tout le monde a un côté câlin qui veut s’exprimer.
Un album aux illustrations vintage, plein d’humour et garanti sans clichés !
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le même vu par La Soupe de l’espace et Chez Gaëlle la libraire.

Nicolette et AlphonseL’arrivée d’un petit chien dans une maison est toujours un grand événement pour un enfant, mais qu’en est-il pour le chien ? Tout juste adopté par Nicolette et sa famille, Alphonse explore sa nouvelle maison, fait pipi sur la moquette pour montrer aux humains qu’il est d’accord pour prendre la tête de la meute, apprécie le goût sucré des joues de sa jeune maîtresse, court après les odeurs du parc dans lequel il promène son humaine. C’est décidé, celle-ci, il la garde !
On aimerait tous savoir ce qu’il se passe dans la tête des animaux. Pétronille tente un décryptage en donnant la parole d’une part à Nicolette, petite fille tout excitée d’avoir enfin un chiot, d’autre part à Alphonse, le fameux chiot qui voit les choses bien différemment ! Cela donne lieu à des situations cocasses très amusantes. Les illustrations d’Isabelle Maroger, tout en étant assez simples (traits au crayon, couleurs uniquement sur les personnages), sont très dynamiques et très jolies.
Parfait si vous avez un petit animal à la maison dont vous aimeriez connaître les pensées !
Des extraits sur le site de l’illustratrice.

Tout la-hautAu-dessus de la banquise, passent de drôles de créatures, rondes et colorées. Voilà qui intrigue les ours ! Décidés à découvrir qui sont ces bêtes volantes, ils mettent au point divers stratagèmes et finissent par en attraper une, qui vient se poser doucement sur la glace. À l’intérieur ? Un petit homme, qui parcourt le monde à bord de sa montgolfière, et qui invite les ours à en faire autant…
Quelle douceur émane de cet album ! Les illustrations sont très délicates, le texte très poétique, et l’on voudrait partir en voyage avec ces ours qui n’ont peur de rien, et surtout pas de ce qu’ils ne connaissent pas. C’est beau !
Un très bel album tout en nuances et en textures, qui met au cœur de son récit la curiosité, la ténacité, l’entraide et la soif de découverte.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un ouvrage d’Isabelle Maroger (En avant les filles !).

La Princesse et le Poney
de Kate Beaton (traduit par Cécile Guais)
Cambourakis
14€, 285×235 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Nicolette et Alphonse
Texte de Pétronille, illustré par Isabelle Maroger
Fleur de Villedans la collection Tricycle
13,50€, 195×235 mm, 28 pages, imprimé en République tchèque, 2015.
Tout là-haut
Texte de Morgane de Cadier, illustré par Florian Pigé
HongFei
15,50€, 207×316 mm, 30 pages, imprimé en République tchèque, 2015.

À part ça ?

Pendant que vos enfants bavent devant les magnifiques illustrations de ces albums, vous ne savez comment vous occuper ? La collection Mots Intimes, lancée récemment par les éditions LeRobert et le site Deslettres, est la solution idéale : ces recueils de lettres d’auteurs et d’artistes célèbres peuvent se lire de manière complètement décousue, dès qu’on a 2 ou 3 minutes devant nous. Lettres d’amour ou de rupture, faites votre choix !

Marie

You Might Also Like

Secured By miniOrange