La mare aux mots
Parcourir le tag

J’aime lire

Il n’y a pas que les livres dans la vie : de la presse (J’aime Lire et Toupie chansons)

Par 7 mai 2016 Médias

Aujourd’hui, je vous parle des derniers numéros de J’aime Lire et de Toupie Chansons.

You Might Also Like

Histoires de vie

Par 12 octobre 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux romans qui mettent en scène de jeunes héros pleins de vie !

cher maxMax a une idée. Il voudrait écrire un livre ! Vaste projet ! Mais il manque cruellement d’inspiration. Alors, il décide d’écrire à son auteur préféré pour lui demander conseil. Une véritable correspondance s’installe et l’écrivain en herbe et son maître se confient l’un à l’autre, dans des lettres pleines d’humour… Peut-être même que Max pourra conseiller à son tour son idole !

Cet échange de lettres nous permet d’entrer dans la vie de Max, ce jeune garçon plein d’imagination. Dans le courrier, il se confie et raconte son quotidien de petit garçon comme les autres. Mais surtout, on a un peu l’impression de pénétrer dans les coulisses de la réalisation d’un livre, et c’est un peu magique ! Sally Grindley signe une histoire très originale, vivante et drôle qui devrait séduire les jeunes lecteurs, qu’ils aient ou non le rêve de devenir écrivain, ce métier si fascinant !

autobiographie d'une courgetteIcare a neuf ans, et son surnom, c’est Courgette. Il n’a pas une vie très marrante : un père parti faire le tour du monde, une mère plus intéressée par la bière et la télé que par son fils. Mais plein de ressource, il surmonte tout cela fièrement, jusqu’au jour où… il tue accidentellement sa maman. Il atterrit alors dans un foyer, qui loin de représenter pour lui une atroce punition va lui permettre de s’ouvrir à la vie, de découvrir des sentiments tels que l’amitié, l’amour, et même le bonheur !

Je le conçois, présenté comme ça, Autobiographie d’une courgette peut passer pour un roman un peu glauque, pas forcément très riant ! Et pourtant ! Gilles Paris parvient tour à tour à nous faire rire et à nous émouvoir en abordant à la fois des situations un peu particulières, extrêmes, et des moments quotidiens et universels ! Courgette est un personnage que l’on n’oublie pas de sitôt, finalement assez intemporel et qui devrait parler à la fois aux enfants d’aujourd’hui, qu’à ceux qui sommeillent dans nos cœurs d’adultes ! En bonus, on trouve à la fin du livre un dossier de Marie-Luce Raillard, avec des jeux en lien avec la lecture et une interview de l’auteur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Tony Ross : Ce n’est pas moi, Je veux une fête et Je veux le faire tout seule.

Cher Max
Texte de Sally Grindley (traduit par Pierre Varod), illustré par Tony Ross
Bayard Poche dans la collection J’aime Lire
6,20 €, 125 x 175 mm, 160 pages, imprimé en Allemagne, 2013
Autobiographie d’une courgette
Texte de Gilles Paris, illustré par Charles Berberian
Flammarion dans la collection Etonnants classiques
4,90 €, 127 x 179 mm, 283 pages, imprimé en Espagne, 2013

A part ça ?

Jusqu’à dimanche, c’est la fête de la science ! L’occasion de vivre de fabuleuses expériences dans toute la France !

Marianne

 

You Might Also Like

L’école, le collège, la rentrée.

Par 15 août 2013 Livres Jeunesse

Nous sommes arrivés à la mi-août, et dans une quinzaine de jours, c’est la rentrée des classes. C’est l’occasion de vous présenter une sélection de romans qui ont un lien avec l’école (il y en a tellement sur le sujet que ça ne saurait être exhaustif) : école des princesses, maîtresse débutante, entrée en 6ème, accueil d’un élève un peu différent, et même défi lecture au CDI, il y en a pour tous les goûts !le prince masqué

Il se passe de drôles de choses à l’école des princesses. Les pupitres disparaissent, les craies volent, des pustules apparaissent sur la peau des élèves en plein cours de géographie des royaumes,… C’est une catastrophe, et les jeunes filles ne peuvent pas étudier sereinement ! Le Prince Masqué va donc intervenir rapidement pour faire retrouver son calme au pensionnat !

Quelle drôle d’école que celle-là ! Au-delà de l’enquête à proprement parler, bien menée et pleine d’humour, Anne Didier et Olivier Muller nous font vivre le quotidien d’une école de princesses. Beaucoup de choses diffèrent des écoles que nous connaissons, mais on s’amuse aussi à faire le parallèle avec la « vraie vie ». Après tout, il y a quand même une cour de récré, des cours, des professeurs, des amitiés, des disputes ! En bonus, on trouve plein de références aux contes classiques, et ce sont des petits détails que j’aime ! Ajoutons à cela des illustrations colorées et vivantes d’Aurore Damant, et l’on obtient un roman pour jeunes lecteurs, parfait pour rire et se détendre en cette fin de vacances !

la maîtresse est amoureuseMademoiselle Bougival est la maîtresse de Maud. Et depuis quelques temps, elle est vraiment bizarre. Peut-être est-elle amoureuse ? Oui, mais de qui ? Avec l’aide de Jean Legentil leur copain, elles vont mener l’enquête !

Elles sont marrant, Maud et ses amies ! Un peu curieuses, mais je crois que ça correspond bien à certains enfants qui se demandent toujours un peu ce que fait la maîtresse en dehors de l’école. On imagine des choses, on rêve, on en rit, mais finalement, on n’en sait jamais vraiment grand-chose ! Jo Hoestlandt nous propose donc une enquête au coeur de l’école (mais en dehors aussi), pour savoir qui (ou quoi) rend la maîtresse si différente ! Frédéric Joos illustre cette histoire pleine d’humour, et l’ensemble forme un court roman imagé très agréable à lire

une rentrée pas comme les autresC’est la rentrée ! Mathilde est heureuse de retrouver tout le monde mais aussi un peu tendue. Mais ce n’est vraiment rien à côté de la nouvelle maîtresse de l’école, qui fait aujourd’hui sa première rentrée, avec les CE2 C. Elle arrive en retard en pleurant, et a même oublié ses leçons chez elle. Drôle de démarrage ! Elle est complètement déboussolée et apeurée. Heureusement, le contact passe bien avec les élèves qui l’adoptent immédiatement et l’aident à pendre ses marques, comme ils prendraient soin d’un nouvel élève. Et ce n’est pas pour autant qu’elle ne saura pas être une vraie maîtresse au fil du temps, avec ses méthodes originales, nouvelles, mais très efficaces ! Tout le monde débute un jour !

Quelle bonne idée a eu Nathalie Charles de traiter le thème de la rentrée sous cet angle ! C’est la maîtresse qui est mise au centre de l’histoire, et les lecteurs les plus stressés se rendront compte qu’ils ne sont pas les seuls. Pour les adultes aussi, la rentrée, la nouveauté, ce n’est pas toujours facile ! Le texte est simple, la mise en page est agréable, et les illustrations de Mademoiselle Georgette pleines de vie ! Un court roman pour poser un autre regard sur la rentrée, ce moment si important dans la vie quotidienne des enfants !

enzo onze ans sixième onzeEnzo est né le 11/11/11. Il a onze ans. Il habite au numéro 11. Il s’est fait confisqué sa console le 11 Janvier. Et son prénom est l’anagramme de « onze ». Vous l’aurez compris, le nombre 11 tient une place très importante dans sa vie. Alors quand, lors de l’appel dans la grande cour du collège, il apprend qu’il entre en 6ème 11, il n’est même pas tellement étonné. Un peu anxieux, il nous raconte ses premiers moments de collégien, petit dans la cour des grands alors que c’était encore l’inverse il y a peu. Heureusement, il va rencontrer des personnes précieuses qui le guideront dans cette année si particulière, mais si riche également !

J’ai vraiment été séduite par ce roman, plein de vie et de tendresse. Enzo est attachant, et au-delà d’une simple chronique de collégien, on découvre un garçon qui glisse doucement vers l’adolescence, accompagné de toutes ces nouvelles rencontres. Joëlle Ecormier est vraiment douée pour nous faire vivre tout cela de l’intérieur, et on est tour à tour attendri ou ému. Une pépite à offrir à tous les futurs ou nouveaux collégiens !

défi d'enferLe CDI est un endroit très important dans un collège. Mais Léopold déteste lire. Il le dit assez souvent et assez fort pour que tout le monde le sache. Manque de pot, Mlle Martin la documentaliste organise un concours de lecture. D’abord très mécontent, arrivera-t-il à venir à bout de tous ces livres ? Et si finalement, ce défi lui permettait de découvrir le plaisir de lire, d’échanger, et de faire de nouvelles rencontres ?

Quel phénomène ce Léopold ! Yaël Hassan signe un texte dynamique et très intéressant sur le plaisir de lire, les échanges que cela permet, et  l’importance du CDI dans un collège, avec les illustrations modernes de Colonel Moutarde. Parfait pour le faire découvrir aux futurs élèves de 6ème ou pour donner envie aux autres d’en pousser la porte.

5emeEAnton est en cinquième E, une classe un peu particulière du collège qui regroupe des élèves en difficultés pour diverses raisons. Les professeurs défilent, tous rapidement découragés, et cette classe n’est jamais emmenée en sortie. Un jour, Youri débarque. Il est atteint d’infirmité motrice cérébrale, a une démarche un peu particulière, et se déplace souvent en fauteuil roulant. Il ne passe pas inaperçu, est le sujet de bien des moqueries, mais tout glisse sur lui… Il rit même avec les moqueurs, plein d’auto-dérision. Il va même réussir à sortir ses camarades de la classe E de cette sorte d’inertie dans laquelle ils sont plongés.

Pas de place au fatalisme ! Ode à l’optimisme et à l’engagement, ce roman est très touchant. Des personnages forts, des sujets à la fois courants (le handicap, le collège, l’adolescence,…), et finalement rarement traités comme le fait Ekaterina Mourachouva. Aucune mièvrerie, de l’humour, de l’action, et surtout une belle réflexion sur la différence sous toutes ses formes. Et puis, n’oublions pas notre sujet du jour, on suit le quotidien d’une classe de collège un peu particulière, pas si éloignée que ça de la réalité !

Quelques pas de plus…
Une autre chronique sur le même sujet : Les grands aussi font leur rentrée.

Nous avons déjà chroniqué d’autres livres d’Anne Didier et Olivier Muller (Anatole Latuile) et de Colonel Moutarde (Grenadine et Mentalo).

Le prince masqué
Texte d’Anne Didier et Olivier Muller. Illustrations d’Aurore Damant
Bayard dans la collection J’aime Lire
5,20 €, 110 x 125 mm, 44 pages, imprimé en France, 2013
La maîtresse est amoureuse
Texte de Jo Hoestlandt. Illustrations de Frédéric Joos
Bayard dans la collection J’aime Lire
5,20 €, 120 x 185 mm, 48 pages, imprimé en France, 2013
Une rentrée pas comme les autres
Texte de Nathalie Charles. Illustrations de Mademoiselle Georgette.
Rageot
dans la collection Petit Roman
5,70 €, 135 x 180 mm, 46 pages, imprimé en France, 2008
Enzo 11 ans, sixième 11
de Joëlle Ecormier
Nathan
5 €,121 x 182 mm, 108 pages, imprimé en France, 2013
Défi d’enfer
texte de Yaël Hassan. Illustrations de Colonel Moutarde
Bayard dans la collection J’aime Lire
5,50 €, 120 x 185 mm, 64 pages, imprimé en France, 2013
Le nouveau de la cinquième E
d‘Ekaterina Mourachouva (traduit par Marina Berger)
Bayard
10,50 €, 100 x 140 mm, 164 pages, imprimé en France, 2013

Marianne

You Might Also Like

Du texte, du noir et du blanc

Par 6 juillet 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux petits romans pour jeunes lecteurs, qui mêlent courts textes et petites illustrations en noir et blanc.
Ma-vie-heureuse-Ecole-des-LoisirsDunne est heureuse. Elle a plein de raisons pour cela : la vie quotidienne regorge de petits moments simples de bonheur (je suis bien d’accord avec elle !). Mais quand elle rencontre Ella Frida et qu’elles deviennent inséparables, c’est encore mieux que tout cela ! Elles partagent tout et ne se quittent pas d’une semelle. Alors quand sa nouvelle amie déménage, c’est le drame ! Peut-elle vraiment retrouver le sourire alors que celle avec qui elle partageait tout n’est plus près d’elle ?

Dunne perd le sourire, et n’a plus envie de grand-chose. Mais peut-être que tout n’arrive pas toujours tout seul et qu’en cherchant bien, elle pourrait retrouver cette joie de vivre qui la caractérise. Voilà une belle histoire sur le  bonheur : celui qui s’impose à nous dans toutes les situations agréables du quotidien, mais aussi celui que l’on peut un peu provoquer, en retroussant ses manches, et en relevant la tête, même quand on est triste. Rose Lagercrantz signe un beau texte, plein de tendresse et presque philosophique (ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas accessible), et Eva Eriksson distille ses petites vignettes en noir et blanc presque sur chaque page, pour donner vie à Dunne, sa famille et ses amis. Voilà une petite fille pleine de malice, qui apprend tout doucement à apprivoiser ses sentiments et ses émotions. Un petit roman bourré d’optimisme qui fait du bien, pourquoi s’en priver ?

sale matou prend un bainSale Matou est un chat. Comme beaucoup de chats, il n’aime pas vraiment (pas du tout) qu’on le baigne. Si toutefois c’était indispensable, il est important de suivre les conseils contenus dans ce petit roman humoristique : matériel indispensable, techniques d’approche de l’animal, méthodologie de la baignade,… Tout y est !

Nick Bruel présente avec beaucoup d’humour, une sorte de guide pour la toilette des félins. C’est vraiment drôle, autant dans le texte, court et rythmé que dans les illustrations réparties tout au long du roman qui mettent en scène ce Sale Matou au sacré caractère. On aurait presque l’impression qu’il s’anime sous nos yeux tant le trait est expressif, vivant. Et entre deux passages drôles, on trouve tout de même de véritables informations vétérinaires : comment les chats font-ils leur toilette ? Savent-ils nager ? Pourquoi détestent-ils les bains ? On a là un petit roman facile à lire, humoristique, incisif et instructif !

Quelques pas de plus…
Retrouvez d’autres chroniques qui mettent à l’honneur l’amitié ou les animaux de compagnie.

Ma vie heureuse
Texte de Rose Lagercrantz (traduit par Nils Ahl). Illustrations d’Eva Eriksson.
L’école des loisirs dans la collection Mouche
9,50 €, 125 x 190 mm, 136 pages, imprimé en France, 2013
Sale Matou prend un bain
de Nick Bruel (traduit par Hélène Pilotto)
Bayard dans la collection J’aime Lire
6,20 €, 125 x 180 mm, 160 pages, imprimé en Esapgne, 2013

Marianne

You Might Also Like

Petits frissons pour jeunes lecteurs

Par 21 juin 2013 Livres Jeunesse

Une petite sélection de livres pour jeunes lecteurs sortis ou ressortis il y a peu avec des histoires qui font frémir !

Le tamanoir hantéLes habitants de la forêt de Forêveuse tremblent… des bruits terrifiants les empêchent de dormir chaque nuit depuis quelques temps. Les animaux se réunissent… il faut agir ! Ils sont tous là : Mésangélique, Pivert-de-rage, Sourigolote, Furétourdit, Hermine-de-rien, Hibouché, chacalcoolique… et ils vont tout faire pour trouver d’où viennent ces bruits (mais ils ont quand même un peu peur…).

Le tamanoir hanté est un petit roman très drôle d’Alice de Poncheville. Elle joue magnifiquement avec les mots et on sourit en découvrant Hibouché qui passe son temps à faire répéter, Corbeau-Parleur qui embobine les gens avec ses discours ou Blaireau-de-cologne qui ne sent pas la rose. Mais au-delà des jeux de mots c’est une histoire très drôle qu’elle nous raconte, drôle et pleine de suspense ! On a même envie d’une suite, de retrouver ces héros hilarants. Un petit roman qui plaira aux jeunes lecteurs qui aiment jouer avec les mots.

c'est dur d'être un vampireLou est un vampire… mais ça ne l’amuse pas ! Au grand désespoir de ses parents il déteste le sang. Lou aimerait aller à l’école, se faire des amis (autres que ses chauves-souris !). Un jour il découvre qu’il peut sortir au soleil, contrairement à ce qu’on lui avait dit et c’est le début d’une nouvelle vie !

A travers cette histoire de vampire c’est de la différence dont on nous parle, Lou aimerait juste être comme les autres. On parle aussi des parents qui surprotègent leurs enfants et les forcent à être ceux qu’eux veulent, des enfants qui rêvent de s’échapper. Un roman pour les jeunes lecteurs qui aiment les histoires un peu macabres (enfin ici c’est très léger !)

Betty le terreurA Wax city il n’y a plus aucun méchant, tous ont fui face au Sherif Harry Star qui fait régner l’ordre. Tous ? Non pas vraiment il en reste une, Betty, 7 ans qui découpe les robes de la couturière, met de la poudre à éternuer dans la bible du prêtre et manie comme personne le lance-pierre. Seulement voilà, Betty est la fille du Shérif… Mais un jour cette terreur que les habitants redoutent va leur être bien utile !

Un petit roman plein de pep’s et d’humour sur le genre de pestouille qu’on adore. Une Betty avec un vrai caractère qui va terroriser les méchants. Pour les tout jeunes lecteurs (des textes très courts et beaucoup d’illustrations)

Les bétises magiques de Lucie Caboche Lucie Caboche en est une autre de pestouille, et jamais avare de bêtises. Avec son ami Max, ils essayent des potions magiques et autres sortilèges sauf que chaque fois c’est la catastrophe. Lucie se retrouve transformée en bébé, son chien en cerbère ou la voilà qui déclame du Oldelouf en classe.

Beaucoup d’humour et d’énergie ici aussi avec les aventures de Lucie Caboche. Max et elle sont deux enfants comme on en connaît plein, qui tentent des trucs qui se transforment toujours en bêtises (sauf que là ce sont des sorciers, imaginez la cata !). Un petit recueil de trois histoires qui va beaucoup amuser les jeunes lecteurs !

Entrée, plat, dessert C’est la première fois que Martin, dix ans, et Louis, sept ans, restent seuls à la maison. Alors les parents ne vont pas loin, juste au resto en face, on pourra les voir de la fenêtre et ils ont leur téléphone. Et puis tout a été prévu, le repas est dans le réfrigérateur (des plats japonais comme ils aiment). Seulement voilà… finalement la terrasse n’est pas sortie et les parents doivent manger à l’intérieur, donc on ne les voit plus et dans le resto il n’y a pas de réseau… et quelqu’un frappe à la porte ! La soirée ne va pas être aussi tranquille que prévue !

Un joli roman sur une première soirée « seuls à la maison » ou forcément l’appartement ne semble plus être le même et le moindre imprévu devient quelque chose de terrifiant. Je dois admettre, par contre, que j’ai trouvé plusieurs choses « datées » pour un roman sorti en 2013 (y’a-t-il, par exemple, encore des enfants qui disent « les clous » pour parler des passages piétons ?), mais les enfants se reconnaîtront en Louis et Martin, entre deux âges, grands mais encore un peu enfants. Un roman plein de tendresse sur un monde qui devient différent quand on est seuls.

Manon et la caverne aux brigandsToute seule à la maison c’est aussi le cas de Manon, elle est malade et sa maman travaille. Il faut s’occuper alors la voilà qui fouille dans le tiroir secret de sa mère et tombe sur une photo… dans laquelle elle se trouve projetée. C’est le début d’une grande aventure où elle sera enlevée par des brigands et rencontrera une souris.

Un très joli petit roman sur l’imagination des enfants, les voyages qu’ils peuvent faire sans quitter leur chambre. On pense bien sûr à Alice aux pays des merveilles et autres histoires du même genre. Manon s’ennuie et rencontre des personnages terrifiants et d’autres rassurants, bien-sûr quand sa mère rentrera tout sera revenu à la normale… a-t-elle vraiment été enlevée ? A-t-elle rencontré une souris danseuse à l’opéra ? Le roman est très joliment illustré par Xu Hua Ling.

Ma mère est partoutAlors qu’il est en classe, Joseph entend un son étrange… d’où peut-il bien venir ? Il cherche et se rend compte que ça vient de son cartable ! Après l’avoir ouvert il doit se rendre à l’évidence… c’est sa mère qui est dans son cartable ! Comment a-t-elle fait pour se rendre aussi petite ? Et a-t-on vraiment envie d’avoir une mère qui nous suit partout ? Car oui ça ne fait que commencer…

Plein d’humour sur cette situation cauchemardesque, une mère capable de rapetisser (ou même de faire 5 mètres) pour vous suivre PARTOUT ! Les enfants qui ont une mère envahissante (et infantilisante) se reconnaîtront à coup sûr en Joseph et frissonneront à l’idée de vivre la même chose. Nathalie Kuperman, que je ne connaissais pas, à une très belle plume et les illustrations d’Aurélie Guillerey sont superbes ! Un roman plein d’humour sur les mères pot de colle.

Trois histoires pour frémir Un monstre (qu’on pensait être un ami déguisé), une poupée vivante et un chien bien étrange, trois histoires pour se faire peur !

Les livres précédents étaient plutôt bon enfant, Trois histoires pour frémir est un peu plus flippant ! On pense à la quatrième dimension ou à ce genre d’ambiance avec cette poupée qui se met à pleurer quand elle est seule avec une petite fille, ou avec ce chien apparu étrangement qui disparaît d’un coup. On imagine bien les raconter le soir au coin du feu en camp d’été pour faire peur au copain. Alors pas d’horreur, pas de sang mais juste des situations étranges… et bien inquiétantes !

Quelques pas de plus…
Retrouvez notre dernière chronique de livres pour jeunes lecteurs et bien d’autre avec le tag Code public grenouille.
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Alice de Poncheville (Mon amérique), Aurélie Guillerey (Le mystère des graines à bébé), Brian Karas (La soupe surprise) et Yann Coridian (Mon idiot de beau-père).

Le tamanoir hanté
Texte d’Alice de Poncheville, illustré par Charles Castella
L’école des loisirs dans la collection Mouche
8,50€, 125×190 mm, 84 pages, imprimé en France, 2013.
C’est dur d’être un vampire
Texte de Pascale Wrzecz, illustré par Boiry
Bayard Poche dans la collection J’aime lire
5,20€, 135×185 mm, 48 pages, imprimé en France, 2013 (première édition 1994)
Betty la terreur
Texte de Yann Bernabot, illustré par Jérôme Anfré
Bayard Poche dans la collection Mes premiers J’aime lire
5,50€, 145×190 mm, 24 pages, imprimé en France, 2013.
Les bêtises magiques de Lucie Caboche
Texte d’Arnaud Alméras, illustré par Jacques Azam
Bayard Poche dans la collection Mes premiers J’aime lire
5,50€, 145×190 mm, 30 pages, imprimé en France, 2013 (première édition 2009)
Entrée, plat, dessert
Texte de Yann Coridian, illustré par Gabriel Gay
L’école des loisirs dans la collection Mouche
8€, 125×190 mm, 60 pages, imprimé en France, 2013.
Manon et la caverne aux brigands
Texte de Viviane Koenig et Annie Moser, illustré par Xu Hua Ling
Oskar éditeur
8,95€, 146×210 mm, 54 pages, imprimé en Europe, 2012.
Ma mère est partout
Texte de Nathalie Kuperman, illustré par Aurélie Guillerey
L’école des loisirs dans la collection Mouche
9€, 125×190 mm, 94 pages, imprimé en France, 2013.
Trois histoires pour frémir
Texte de Jane O’connor (traduit par Pascale Jusforges), illustré par Brian Karas
Folio cadet dans la collection Premières lectures.
5,50€, 142×190 mm, 46 pages, imprimé en France, 2013 (première édition 1992)

A part ça ?

J’ai découvert une super émission, 1001 Schnagalaf sur Radio Zinzine. Une femme et des enfants discutent littérature jeunesse. C’est pas super « pro » et c’est tant mieux, ça fait du bien d’entendre ces enfants qui n’ont pas leur langue dans leur poche et disent vraiment ce qu’ils pensent. Bref je suis fan ! Vous pouvez les écouter ici.

Gabriel

 

You Might Also Like

Secured By miniOrange