La mare aux mots
Parcourir le tag

James Matthiew Barrie

Des histoires que l’on connaît… ou qu’on pense connaître !

Par 14 décembre 2012 Livres Jeunesse

Aujourd’hui des grands classiques.

PEAU D'ANEUn roi vivait heureux, il aimait follement sa femme, sa fille le comblait de bonheur et il possédait un âne qui produisait, à la place du crottin, des pièces d’or. Seulement un jour la reine mourût… Cette dernière avant de mourir, avait fait promettre au roi qu’il ne la pleurerait pas éternellement et qu’il se remarierait avec une femme plus belle et plus sage qu’elle. Le roi, pour tenir sa promesse, fit donc défiler devant lui toutes les princesses des royaumes environnant mais aucune ne correspondait à sa recherche… jusqu’au jour où il se rendit compte que la seule femme répondant à la demande de sa défunte épouse était sa propre fille… Peau d'âneLa princesse ne voulait pas épouser son propre et elle essaya de le décourager en faisant toutes sortes de demandes, jusqu’à demander la peau de l’âne qui était responsable de la richesse du roi…

Cette très belle histoire (qui a d’ailleurs été magnifiquement filmée par Jacques Demy) est ici illustrée par la très talentueuse Charlotte Gastaut et c’est d’une beauté… Le livre est sublime ! De petits dessins noirs et blanc (avec un très beau noir, très profond) accompagnent le texte et de grands dessins colorés pleine page leur font face. Certains éléments (la robe couleur soleil, les couronnes, certaines fleurs,…) sont dorés, à l’instar de la couverture. Bref c’est un album à tomber par terre !

PoucettePoucette était une fille qui tenait son nom de sa taille, elle n’était pas plus grande qu’un pouce. Elle vivait heureuse jusqu’au jour où une grenouille décidât de l’enlever pour qu’elle se marie avec son fils.poucette Grâce à des poissons elle réussit bientôt à s’enfuir mais elle fut alors attrapée par un hanneton. Poucette allait vivre plusieurs aventures et rencontrer bien des personnages malveillants…

J’adore cette histoire de Poucette, qui était l’histoire préférée de ma petite sœur, si j’ai bonne mémoire. Ici encore c’est Charlotte Gastaut qui l’illustre et c’est vraiment très beau également. Toujours cette alternance de dessins très colorés pleine page et de petits dessins noir et blanc (ici avec des touches de rose). Un très très bel album avec une histoire qui continue de plaire aux enfants.

Peter PanMonsieur et Madame Darling avaient 3 enfants : Wendy, John et Michael. Ceux-ci étaient gardés par une nourrice un peu spéciale…  un terre neuve nommé Nana. La famille vivait heureuse. Un jour, alors qu’elle rêvait du pays imaginaire, Madame Darling vit apparaître un jeune garçon, ce qui la fit hurler. Nana bondit pour défendre sa maîtresse et arracha l’ombre de l’enfant qui s’enfuit. Seulement il revint, et il repartit avec les enfants de la famille Darling…

Je ne continue pas l’histoire, vous connaissez certainement ce magnifique conte de James M. Barrie sur l’enfance (et le refus de la quitter). Ici racontée par Marc Séassau et illustré par Xavière Devos, c’est un grand livre à la couverture épaisse que nous proposent les éditions Lito. L’histoire est découpée en chapitre, ce qui permet de la lire facilement sur plusieurs soirs aux enfants plus petits. Les illustrations peuvent surprendre, Xavière Devos a un style bien à elle  et ne fait pas l’unanimité… à vous de voir si ça corresponds à vos goûts !

la belle au bois dormant ou songe de la vive ensommeilléeUne très belle fille de roi croisât un jour la route d’un homme très laid. Celui-ci, prenant les autres à témoin, lui dit vouloir l’épouser, la princesse, offusquée lui répondit qu’elle préférait mourir chaque jour plutôt que d’être mariée à lui… réponse qui ne plut pas à cet homme vous vous en doutez… ainsi lui jeta-t-il un sort : avant la fin de la journée elle se piquerait le doigt et s’endormirait d’un sommeil éternel…

On quitte les grands albums et les versions connues des contes pour un magnifique petit la belle au bois dormantlivre qui nous rapporte l’histoire de La belle au bois dormant telle qu’elle existait avant Perrault. Dos toilé, couverture épaisse avec certains éléments argentés, beaux papier, illustrations « à l’ancienne »,… l’objet est absolument superbe et quel bonheur de découvrir ici les origines d’un conte connu, la façon dont il était raconté avant. Une post face très intéressante nous donne d’ailleurs toutes les origines du conte et s’interroge sur l’édulcoration de Perrault.  Ici la princesse ne s’endort pas à cause du sort d’une fée pas invitée mais parce qu’elle est arrogante, elle ne se réveillera pas par les baisers d’un amoureux… Les illustrations de Delphine Jacquot sont vraiment surprenantes avec des tas de détails et des clins d’œil (le carrosse de la belle ensommeillée est tiré par des dodos par exemple). Un livre qui va plaire autant aux enfants (mais pas trop petits tout de même) qu’aux parents.

Quelques pas de plus…
Quelques contes que nous avons chroniqués : Blanche Neige (illustré par Sophie Lebot), Boucle d’or et les trois ours (illustré par Marion Billet), Hansel & Gretel (illustré par Xavière Devos), Les sept chevreaux (illustré par Teresa Lima),… et des recueils : 40 histoires pour les tout-petits, Il était une fois… 6 contes traditionnels racontés par Henri Dès,…
Nous avions parlé également de plusieurs contes d’Andersen (dont Poucette) en CD, toujours d’Andersen, La petite fille aux allumettes (illustré par Fabrice Backès), Les habits neufs de l’empereur (illustré par Parastou Haghi) et un recueil, Contes d’Andersen.
De Charles Perrault nous avons surtout chroniqué Le petit Chaperon Rouge : sous forme d’herbier ou d’histoire sans paroles mais aussi Cendrillon sous forme de théâtre d’ombre !
Nous avions déjà parlé Peter Pan avec la superbe version sortie chez Didier Jeunesse : Peter Pan et Wendy.
Enfin nous avons déjà parlé de Charlotte Gastaut avec les livres Mon amie est princesse et Mais que fait la police ?

Peau d’âne
de Kochka d’après Charles Perrault, illustré par Charlotte Gastaut
Père Castor
13€, 240×300 mm, 30 pages, imprimé en France, 2012.
Poucette
d’Andersen, illustré par Charlotte Gastaut
Père Castor
13,50€, 240x300mm, 32 pages, imprimé en France, 2012.
Peter Pan
de Marc Séassau d’après J.M. Barrie, illustré par Xavière Devos
Lito
14,90€, 244×298 mm, 58 pages, imprimé en UE, 2012.
La belle au bois dormant ou le Songe de la vive ensommeillée
de Jean-Jacques Fdida, illustré par Delphine Jacquot
Didier Jeunesse dans la collection Contes du temps d’avant Perrault
14,20€, 130×190 mm, 64 pages, imprimé en France chez un imprimeur certifié Imprim’Vert, 2012.


A part ça ?

Nos amies de la librairie Chantepages lancent leur librairie en ligne ! Si vous n’avez pas de libraire à portée de la main (ou que le seul du village n’est pas aimable) vous pouvez passer par une vraie librairie indépendante tout en achetant sur internet. Leur site est ici : http://www.librairiechantepages.fr

Gabriel

You Might Also Like

«Ça rue, ça meugle, ça grogne, ça mugit, ça caquette, ça piaille !»

Par 8 novembre 2011 Livres Jeunesse

Vous connaissez certainement (ou alors va falloir aller découvrir, et de toute urgence !) les grands livres CD de Didier Jeunesse, «un LIVRE, un CD». On y trouve des comptines du monde (qu’on avait d’ailleurs évoquées sur le forum), des chansons jeune public, des comptines d’ici et, c’est ce qui nous intéresse aujourd’hui, des contes musicaux. Ce sont des livres carrés de 26,5cm sur 26,5cm (oui un carré a des côtés égaux, il est bon que ce blog vous instruise en même temps) et ils sont généralement très beaux.

Wendy, une nuit où elle dort, voit apparaître à sa fenêtre un garçon bizarre et souriant qui dit s’appeler Peter Pan. Il lui propose de l’embarquer au pays de Neverland et d’emmener avec elle ses deux frères John et Michael. L’histoire vous la connaissez je pense, mais connaissez vous la vraie ? Pas celle édulcorée par un célèbre studio américain (que je ne porte pas trop dans mon cœur). Celle écrite par James Matthiew Barrie (sortie en 1911, déjà sous le titre Peter Pan et Wendy), celle où, par exemple, Clochette est loin d’être gentille. Ici bien sûr il est question de grandir (ou ne pas grandir) et des rêves, on y croise bien évidemment un crocodile qui a mangé une pendule, des Garçons perdus, et un capitaine qui a un crochet à la place de la main. Le livre est magnifiquement illustré par Ilya Green, qu’on aime beaucoup à La mare aux mots. Éric Pintus, qui conte ici l’histoire, a choisi un grand nom du jazz pour illustrer musicalement son récit, Charles Mingus… et quelle bonne idée ! (on n’entend que trop peu de jazz dans les disques pour enfants). Les dessins d’Ilya Green, la musique de Mingus et la voix d’Éric Pintus qui joue sur les mots, les sonorités, font un mélange très frais, plein d’espièglerie, de rythme.Très vivant.

Extraits musicaux : http://www.didierjeunesse.com/component/catalogue/?view=article&id=409

Plus de livres d’Ilya Green sur le forum.

Aujourd’hui, grand reportage en direct pour un fabuleux évènement, une parade… Que dis-je ? Un récital animalier ! Ainsi commence cette nouvelle version du Carnaval des animaux. Pépito Matéo a écrit de petits textes très poétiques et drôles qu’il nous narre entre chaque mélodie (pour rappel Le carnaval des animaux est une œuvre musicale de Camille Saint-Saëns, et plusieurs textes ont été écrits autour. Le plus célèbre étant celui de Francis Blanche et le dernier en date doit être celui d’Élie Sémoun). Ici c’est donc un speaker qui commente une manifestation d’animaux, prétexte pour nous parler d’écologie. La musique est superbe, magnifiquement interprétée par l’Orchestre de la ville de Paris, le conte très beau et le livre est illustré par Vanessa Hié dont j’aime beaucoup le dessin très coloré, très gai. Ce qui fait du tout un très bel objet qui captive autant les parents que les enfants.

Peter Pan et Wendy, de Jean-Pierre Kerloc’h (d’après James Matthiew Barrie), musique de Charles Mingus, narré par Éric Pintus et illustré par Ilya Green.

Le carnaval des animaux composé par Camille Saint-Saëns et joué par les solistes de l’Orchestre de Paris, texte écrit et narré par Pépito Matéo, illustrations de Vanessa Hié.

Ils sont tous les deux sortis chez Didier Jeunesse, chacun au prix de 23€50.
Public : A leur lire / Lecteurs débutants / Lecteurs confirmés (je serai tenté de dire 3 ans à… pas d’âge !)

———————————————————————————————————————-

A part ça ?

J’en ai parlé hier sur Facebook, Télérama a publié un article très intéressant sur les libraires, et à ce sujet je vous rappelle une nouvelle fois qu’un livre s’achète en librairie. Pas en grandes surfaces (alimentaires ou culturelles) ou sur des sites de géants américains. Vous avez près de chez vous des passionnés qui promeuvent la littérature (et si vous n’avez pas de librairie près de chez vous il y a de très bons sites de vente en ligne comme la Librairie Dialogues ou 1001libraires.com). Et vous ne payerez pas plus cher dans une librairie, il est bon de rappeler que grâce à la loi Lang le prix du livre est fixe. Un peu dans le même sujet, hier on a appris que la TVA sur les livres passait de 5,5% à 7%… À ce sujet une pétition circule.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange