La mare aux mots
Parcourir le tag

Jean-Noël Sciarini

Familles dans la tourmente

Par 6 janvier 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, pour ma première chronique de l’année 2015, je vous propose de découvrir deux romans qui m’ont émue et touchée.

la soupe américaineMona et sa sœur Elsa s’apprête à partir en vacances chez leurs grands-parents, en Bourgogne. Mais ce séjour ne ressemblera à aucun autre ! Leurs parents leur donnent mille consignes avant de partir, leur grand-père, Papou, a un comportement très étrange, et leur grand-mère Mamie Lala semble complètement déstabilisée suite à un coup de fil venu de Grèce… Mais que signifient donc tous ces mystères ?
J’ai avalé ce roman d’une traite. L’enfance qui laisse la place à l’adolescence, la complicité de la fratrie, les rituels des visites chez les grands-parents, une atmosphère particulière entre Grèce et Bourgogne, des événements heureux, d’autres beaucoup plus difficiles, j’ai vraiment été happée par ce texte d’Anaïs Sautier. Elle nous livre une histoire à la fois simple et pleine de rebondissements, vivante, pleine d’humour et d’émotion.
La soupe américaine, un roman sur une histoire de famille, forte et peu ordinaire !

autopsie d'un papillonMark nage. Ce sera un champion, il ne peut en être autrement. C’est son père qui le dit. D’ailleurs, toute la famille déménage à Paris, pour que Mark puisse suivre le sport-études. Mais quitter la campagne, le village des Râlants, pour la vie parisienne, tumultueuse, urbaine et dense, c’est loin d’être une évidence pour le jeune homme, enfermé dans ce rêve qui n’est pas vraiment le sien. Certaines frontières de la ville sont infranchissables pour Mark. Il étouffe, il s’asphyxie, il est oppressé. Même son attirance pour Marie la marathonienne ne réussit pas à lui faire passer ce malaise. Mais il se tait. Personne ne doit savoir.
Avec Autopsie d’un papillon, Jean-Noël Sciarini nous emmène au cœur de la vie mouvementée de Mark, qui nous livre son journal, à la première personne. On découvre les pensées les plus secrètes de ce personnage fort et si fragile à la fois, et on se perd même parfois un peu avec lui. L’écriture est directe, l’atmosphère particulière (on se sent parfois aussi oppressé que le jeune héros), et l’ensemble très fort !
Une histoire intense, haletante, qui ne laisse pas indifférent !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Jean-Noël Sciarini (Le garçon bientôt oublié, Tarja, et Les disparitions d’Anaëlle Faier).

La soupe américaine
d‘Anaïs Sautier
L’école des loisirs dans la collection Médium
15,50 €, 149 x 218 mm, 230 pages, imprimé en France, 2014
Autopsie d’un papillon
de Jean-Noël Sciarini
La joie de lire dans la collection Encrage
17,50 €, 143 x 211 mm, 329 pages, imprimé en Allemagne, 2014

Marianne

You Might Also Like

Pour l’instant je suis un garçon…*

Par 24 mai 2013 Livres Jeunesse

*traduction de For today I’m a boy, Anthony and the Johnson

Alors que le festival Désir Désir continue de s’interroger sur le genre, Sandra, du très bon blog Maman Baobab, et moi avons décidé de faire une sorte de chronique croisée. Tous les deux nous vous parlons aujourd’hui de livres qui parlent du genre. Un livre en commun (Le garçon oublié de Jean Noël Sciarini) et un livre en plus (Le choix de moi d’Hervé Mestron pour Sandra et Mon frère ma princesse de Catherine Zambon en ce qui me concerne). Nous avons décidé de publier nos chroniques le même jour mais sans faire lire à l’autre ce que nous avions écrit. En espérant que cette chronique croisée vous amusera.

Mon frère, ma princesseAlyan est un garçon, il a cinq ans. Plus tard il sera une fille, en attendant il s’habille en fée. Sa grande sœur, Nina, doit vivre avec les moqueries à l’école. Quand on a un frère comme Alyan il faut assumer ! Et puis il y a leur mère qui ne comprend plus rien et leur père qui n’est pas vraiment là même quand il est avec eux.

Mon frère, ma princesse est une pièce de théâtre poignante, touchante avec une superbe écriture. Je l’ai lu les yeux humides, pris vraiment par ces personnages, ce qu’ils vivent. Le désarroi des deux filles de l’histoire, la naïveté de l’enfant, ce père qui ne vit que pour son travail et ne regarde plus personne chez lui même si Nina et sa mère font tout pour attirer son regard, pour qu’il pose enfin les yeux sur elles. C’est un très beau texte sur la recherche d’identité, sur la différence, le regard des autres, le harcèlement à l’école. Un questionnement sur le genre, qu’est-ce qu’une fille et qu’est-ce qu’un garçon. Sur la virilité et la féminité. Alyan ne comprend pas pourquoi les filles peuvent jouer au foot et aimer la poésie, mettre du rouge à lèvre et du vernis alors que les garçons n’ont le droit qu’au foot. Et c’est un magnifique texte sur la magie, la magie qui transforme les mamies en fraise tagada et les garçons en fées.

Le garçon bientôt oubliéToni a 16 ans… et il ne sait pas qui il est. Quand tout le monde parle de soi, Toni s’échappe quand vient son tour. Pourtant le jeune garçon en est persuadé, quelque chose va changer sa vie et il pense que ça sera une chanson. Un jour Toni trouve cette chanson et en effet tout est bouleversé.

Il y a deux façons d’appréhender ce très beau roman de Jean-Noël Sciarini ou en tout cas J’AI deux versions à cette chronique. Un peu comme dans Télérama avec un pour et un contre… sauf que les deux seraient écrits par la même personne. On va commencer par le contre (pour finir par le positif). Le livre m’a été « vendu » comme étant un livre sur la transexualité. Si c’est vraiment le cas, il y a un souci… l’histoire n’est absolument pas cohérente (personne, d’après ce que j’en sais, ne se réveille à 16 ans en se rendant compte de sa transexualité). Donc je pourrai partir du principe que la personne qui m’a dit que ça parlait de ça n’a pas compris l’ouvrage… Si par contre on voit dans ce roman l’histoire d’un garçon perdu, comme beaucoup d’adolescent, et qui veut se raccrocher à quelque chose (ce sera le chanteur Anthony Hegarty du groupe Anthony and the Johnson) alors on a un magnifique roman. Un roman sur le fanatisme extrême, cette façon dont les ados ont besoin parfois de devenir le clone de leurs idoles, de ne plus être eux-mêmes pour devenir « lui », cet être fantasmé. C’est un sujet que j’ai toujours trouvé captivant, comment certaines personnes peuvent abandonner leur vie par fanatisme pour une star, accepter toutes sortes d’humiliations et d’oubli de soi pour toucher celui qui a écrit une chanson qui leur semblait écrite pour eux (voir le sublime film F est est salaud). Ici Toni ne vit plus que pour la chanson For Today I Am A Boy, chanson dans laquelle il est répété Un jour je grandirai, je serai une femme magnifique (…) mais pour l’instant je suis un enfant, mais pour l’instant je suis un garçon (One day I’ll grow up, I’ll be a beautiful woman (…) But for today I am a child, for today I am a boy), et, lui qui avait l’impression de n’être personne, il va y trouver qui il est et il va devenir cette chanson. Jean-Noël Sciarini a une des plus belles plumes de la littérature jeunesse actuelle, ses romans sont toujours de très beaux textes, ils ne laissent pas indifférent, ils nous bouleversent, nous marquent. Chacun de ses romans reste en nous. Le garçon bientôt oublié est au choix un très mauvais livre sur la transexualité ou un livre absolument magnifique sur l’adolescence.
Retrouvez l’avis de Maman Baobab.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué deux romans de Jean-Noël Sciarini (Tarja et Les disparitions d’Annaëlle Faïer)

Mon frère, ma princesse
de Catherine Zambon
École des loisirs dans la collection Théâtre
6,60€, 125×190 mm, 61 pages, imprimé en France, 2012.
Le garçon bientôt oublié
de Jean-Noël Sciarini
École des loisirs dans la collection Médium
10,20€, 125×190 mm, 200 pages, imprimé en France, 2010.

A part ça ?

Demain Jean-Noël Sciarini sera avec d’autres à la mairie du XVIIème (Paris) pour y dédicacer ses ouvrages dans le cadre de La jeunesse fête le livre. Audren, Romuald, Dorothée de Monfreid, Janik Coat,… il y aura du beau monde ! Plus d’informations ici.

Gabriel

You Might Also Like

Tarja et Lola, deux adolescentes

Par 24 janvier 2013 Livres Jeunesse

TarjaTarja est une salope, c’est écrit sur les murs, ceux des toilettes de l’école et ceux de facebook (un groupe facebook (site qu’elle qualifie de « chiottes virtuelles ») a même été créé pour que tout le monde le sache « Si toi aussi tu penses que Tarja est une salope »). Alors Tarja essaye de se faire discrète, elle rase les murs. Elle se souvient du jour où elle est passée de « bonne élève à élève bonne à baiser ». Elle a tellement entendu ces insultes à son sujet que pour elle c’est la vérité, c’est ce qu’elle est : une salope. Pourtant elle aimerait recommencer sa vie à zéro, « effacer toutes ces informations erronées, ces erreurs système du disque dur de (sa) vie ». Heureusement il y a Léon, son meilleur ami, celui qu’il lui reste. Léon avec qui elle partage le souvenir de Jessica, celle avec qui ils formaient une belle équipe jusqu’à ce qu’elle les quitte pour son « paradis personnel », celle dont elle était inséparable depuis la maternelle. Sans elle Tarja essaye de se raccrocher aux branches qu’elle peut… et parfois on tombe sur une mauvaise branche, celle qui semble solide et vous fait tomber encore plus bas…

Tarja est un roman qui coupe le souffle, qui laisse sans voix, qui assoit. L’héroïne principale, une sorte d’oiseau blessé qu’on voudrait recueillir chez soi pour l’aider à se reconstruire loin de tout son quotidien pour qu’elle puisse ensuite voler aussi bien qu’avant. Jean-Noël Sciarini a écrit un roman qui pourrait être dérangeant, déplaisant mais grâce à son style très lyrique, très littéraire, on n’est jamais choqué par les mots trop crus, les mots du quotidien de Tarja. Je vous le disais il n’y a pas longtemps, c’est un auteur qui a une vraie plume, une belle écriture. Ici on parle donc des adolescences brisées par une réputation, phénomène qui existe depuis toujours mais qui s’est amplifié ces dernières années avec les réseaux sociaux. On parle aussi d’amour, de rêves, d’amitié et de choses bien plus graves… un magnifique roman, de ceux qui marquent, qui restent.

Où est passée Lola Frizmuth ? Lola Frizmuth c’est le genre de fille qui a un portable rose paillette (Agatha Ruiz de la Prada, excusez du peu), qui pense que Rimbaud, s’il vivait aujourd’hui, aurait deux fans sur skyblog, qui parle de sa « best », de gens qui habitent à « whatmiles bornes » de chez elle et de gens « boooooring ». Bref une fille plutôt superficielle. Son amoureux (depuis la veille) est parti vivre au Japon, elle décide donc de le suivre, c’est le début d’une aventure à laquelle elle ne s’attendait pas…

Et soudain on se dit qu’on est trop vieux pour lire des romans d’ado… Sincèrement c’est une question qu’on peut se poser « A 35 ans, suis-je la bonne personne pour donner mon avis sur des livres qui s’adressent à des gens de 20 ans de moins que moi ? », il m’arrive de me la poser surtout quand je lis un roman comme Où est passée Lola Frizmuth… Langage SMS, mots anglais au milieu de français, personnage que je trouve absolument insupportable… J’avoue que je n’ai pas vraiment « kiffé »… Il y a une bonne intrigue (Lola va être mêlée à une histoire de yakuza) mais le personnage m’est tellement antipathique, je trouve que c’est une telle tête à claque que pour moi ce n’était pas possible. Je l’ai quand même lu (péniblement) jusqu’au bout, ce n’est pas mal écrit (même si je me demande si les ado qui utilisent déjà ce genre de langage à tout bout de champ ont besoin d’en retrouver en plus dans leurs livres… vaste débat), l’intrigue est bonne (donc) mais ce n’est vraiment pas pour moi. Le dossier de presse dit « une héroïne adolescente pleine de personnalité, qui irrite pour mieux séduire » j’avoue avoir juste été irrité…

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà parlé d’un des livres de Jean-Noël Sciarini : Les disparitions d’Annaëlle Faier. Kik a aussi chroniqué Tarja ici.

Tarja
de Jean-Noël Sciarini
La joie de lire dans la collection Encrage
16,25€, 140×210 mm, 256 pages, imprimé en Allemagne, 2011.
Où est passée Lola Frizmuth
d’Aurélie Gerlach
Gallimard dans la collection Scripto
12,20€, 132×200 mm, 330 pages, imprimé en Italie, 2012.

A part ça ?

Vous avez de vieux annuaires qui trainent… Alex Quezal lui sait quoi en faire ! http://www.projectsgallery.com/Queral.htm

Gabriel

You Might Also Like

Une fille qui fait disparaître les choses et un garçon qui se fait passer pour une fille

Par 17 janvier 2013 Livres Jeunesse

Les disparitions d'Annaëlle FaierAnnaëlle est une héroïne inversée. Elle ne vole pas, elle n’a pas de batmobile, elle fait disparaître les choses… Ça pourrait sembler positif, intéressant, utile… sauf qu’Annaëlle fait disparaître les sentiments (ceux de ses parents, ceux de son amoureux). La jeune fille voit aussi autour d’elle des tas de choses qui disparaissent. Elle voudrait que cesse cette malédiction.

Quel beau roman que Les disparitions d’Annaëlle Faier. Je découvre avec ce livre son auteur Jean-Noël Sciarini et ça aurait été dommage de passer à côté d’une telle plume. J’ai adoré son écriture, l’histoire d’Annaëlle. On parle ici des ruptures sentimentales, de l’amour, de la dépression, de l’amitié et de la magie. Le livre parle bien des moments où l’on sombre, où tout semble nous échapper. Il y a quelque chose de magique dans ce roman justement. Le genre de roman qui nous reste en tête bien après l’avoir posé. Le genre de personnage qui rentre vraiment dans notre vie. C’est à la fois beau et plein d’humour, Annaëlle jeune fille bien dans son époque qui bascule d’un coup dans une période noire tout en gardant son côté piquant. Jean-Noël Sciarini a mis dans son récit des tas de petites scènes ou de détails qui sont de très beaux moments (une théorie sur les gens et les livres, des couverts qui disparaissent et réapparaissent au restaurant, des anniversaires aléatoires). C’est beau, c’est poétique, c’est un roman qui fait du bien.

Garcon ou FilleA partir d’aujourd’hui, Matthew va devoir cohabiter avec son cousin Sam. Celui-ci vient de perdre sa mère et son père est en prison, il va donc quitter les Etats-Unis pour l’Angleterre et vivre dans cette famille très différente de la sienne. Pour les deux garçons pas facile de cohabiter. Sam est arrogant, méprisant et assez vite ça tourne mal. Pourtant il n’imagine pas arriver dans une nouvelle école sans amis et va donc devoir accepter un petit « jeu » pour se faire accepter, Matthew et ses copains ont eu comme idée que Sam deviendrait Samantha et qu’il se ferait donc passer pour une fille à l’école.

Ici on est très loin du style littéraire, de la belle plume de Jean-Noël Sciarini, on est plus proche de la littérature de plage mais Garçon ou fille est un roman plaisant à lire, où l’on ne s’ennuie jamais. Construit sous forme de petits chapitres qui donnent chaque fois la parole à des héros de l’histoire (excepté Sam), c’est un roman assez original. On pense à des films où plusieurs personnages raconteraient comment ils ont vécu un évènement. On va, par exemple, avoir la vision du barman lors d’une altercation dans un bar ou celle de la directrice de l’école lors d’une partie de foot au collège, chaque personnage, même croisé, aura ainsi la parole. Le roman parle aussi bien-sûr des différences entre les filles et les garçons et notamment des différences « clichées ». Les garçons jouent au foot et les filles sont plutôt superficielles mais elles vont se rendre compte qu’une fille peut faire du foot. De même un garçon et une fille vont tous les deux tomber amoureux de Sam en croyant que c’est un garçon… mais tout ça restera très bon enfant.

Quelques pas de plus…
Un autre roman de Jean-Noël Sciarini chroniqué par Kik, Tarja (dont je vous parlerai prochainement)

Les disparitions d’Annaëlle Faier
de Jean-Noël Sciarini
L’école des loisirs dans la collection Médium
10€, 125×190 mm, 231 pages, imprimé en France, 2013
Garçon ou fille
de Terence Blacker (traduit de l’anglais par Stéphane Carn)
Gallimard Jeunesse dans la collection Pôle fiction
6,70€, 110×180 mm, 332 pages, imprimé en France, 2012.

A part ça ?

Gallimard Jeunesse a commandé à l’institut Ipsos une grande étude nationale sur la lecture chez les 7-15 ans. Vous pouvez lire ces chiffres intéressants (et plutôt encourageants) ici.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange