La mare aux mots
Parcourir le tag

Jouer avec les autres

Petits albums

Par 30 avril 2015 Livres Jeunesse

C'est pas toujours pratique d'être une créature fantastiqueTout le monde rêve d’être une licorne, non ? Enfin, dit comme ça, peut-être pas, mais disons que vous êtes obligés de vous transformer en une créature fantastique et qu’on vous demande de choisir, vous prendriez la licorne, non ? Oui ? J’en étais sûre.
Oui, mais avez-vous vraiment envisagé la vie quotidienne d’une licorne ? Imaginez un peu une salle de cinéma remplie de licornes, une partie de cache-cache, ou encore une tentative de marquer un but de la tête au cours d’un match de foot (et je parle même pas du coup de boule de Zidane), tout de suite, ça se complique, cette histoire… Eh oui, on ne croirait pas comme ça, mais en fait, c’est pas du tout pratique d’être une licorne.
Premier tome d’une série qu’on espère longue comme la corne de cet animal fantastique, C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique – La licorne est un petit album décalé, qui brille par ses jolies illustrations colorées, ses petits textes humoristiques, ses situations un peu concons, mais tellement drôles. Les licornes ne sont pas aussi élancées et gracieuses qu’on pourrait se l’imaginer, mais elles n’en sont que plus adorables ! Ça serait chouette si elles existaient pour de vrai, non ?
L’éditeur annonce une suite, dédiée aux sirènes. C’est vrai, ça ! Tout le monde rêve d’être une sirène, non ? Enfin, dit comme ça, peut-être pas, mais disons que vous êtes obligés de vous transformer en une créature fantastique et qu’on vous demande de choisir, vous choisiriez la sirène, non ? Oui ? J’en étais sûre.
Des extraits sur le site de l’illustratrice.

J'aime PAS la danseLes parents qui projettent sur leurs enfants leur propre rêve, c’est terrible. Cette petite fille le sait bien : tous les mercredis, elle doit enfiler son tutu et ses chaussons, enchaîner les arabesques, les entrechats et les demi-pliés, apprendre la choré pour le spectacle de fin d’année. Bonjour la corvée ! Enfin, rira bien qui rira la dernière à la fin…
J’aime PAS la danse est de ces albums qui, sous leurs airs de ne pas y toucher, ont en fait un petit message à délivrer. D’abord qu’on peut être une fille et ne pas aimer la danse. Ensuite qu’un enfant n’est pas la réplique exacte de ses parents. Enfin, qu’on ne gagne jamais rien à forcer la main d’un enfant (sauf quand il est question de finir ses légumes, bien sûr). Et tout ça dit grâce à des personnages aux mimiques hilarantes, à des textes aux sonorités presque poétiques et à une chute étonnante, bref avec humour et talent !
Le même vu par Livres et merveilles, Les lectures de Liyah, Le cabas de Za, La soupe de l’espace.

Allez... viens jouer !Un petit singe en slip tirant un chariot plein de trésors cherche à convaincre un lion endormi de venir jouer avec lui. Sortant un tutu et un bâton de majorette, le petit singe voudrait danser. Non ? Faire des grimaces ? Chanter ? Jongler alors ? Toujours non : le lion dort. Triste, le petit singe s’en va… Ah, voilà que le lion se réveille enfin !
Voilà un petit album sans prétention, très joli et rigolo. Le petit singe en slip est très chou et la fin toute mignonne. Les textes sont courts, l’ouvrage peut se lire assez vite, mais si vous prenez le temps d’observer avec vos enfants les illustrations du petit singe, vous verrez qu’à chaque page, il change de costume et d’accessoires, sortant de son chariot toujours plus d’objets, et finalement, vous en aurez dit des choses sur ces deux amis et cette histoire !
Des extraits sur le site de l’illustrateur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Gwenaëlle Doumont (Une aventure de Super-Poilu, Je suis une lionne, Tous différents, un livre jeu à emporter partout, La tapette à mouches, Firmin). Retrouvez aussi notre interview de Gwenaëlle Doumont.

C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique – La Licorne
Texte de Sibylline, illustré par Marie Voyelle
Des ronds dans l’O
10 €, 180×180 mm, 24 pages, imprimé en Belgique, 2015.
J’aime PAS la danse
Texte de Stéphanie Richard, illustré par Gwenaëlle Doumont
Talents hauts
10,90 €, 155×198 mm, 24 pages, imprimé en Belgique, 2015.
Allez… viens jouer !
Texte de Lucile Ghemar, illustré par Cédric Abt
Gautier-Languereau
9,90 €, 210×210 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.

À part ça ?

Le projet strong is the new pretty (« fort est le nouveau joli »), mené par la photographe américaine Kate T. Parker, montre des jeunes filles en train de faire des grimaces, de jouer au foot, de s’éclater… Bref, des filles quoi, et c’est vraiment chouette !

Marie

You Might Also Like

Des cochons, une souris et des poussins

Par 13 janvier 2012 Livres Jeunesse

Aujourd’hui 4 livres pour les petits, deux chez Didier Jeunesse (rééditions des plus belles histoires de Didier Jeunesse en format souple) et deux aux Éditions des 400 coups.

Un jour dans une étable, trois petit pourceaux entendirent qu’ils étaient assez dodus pour être mangés. Ni une ni deux les voilà qui fuient et se réfugient dans la forêt, et comme il faut bien vivre quelque part le premier fait une maison de feuille, le second une de bois et le dernier une de pierre…

Cette histoire vous dit quelque chose ? c’est normal c’est bien l’histoire des trois petits cochons (ou des petits trois cochons d’après ma fille, c’est selon) mais dans une version populaire du Pas-de-Calais. L’histoire est très drôle et a quelques différences avec la plus connue (ici les deux premiers cochons seront mangés, le loup souffle, crache et pète sur les maisons, autant vous dire que ça amuse les enfants, et la fin… je vous laisse la découvrir). Si vous connaissez le travail de Joëlle Jolivet, vous savez que les illustrations sont à la hauteur de ce texte plein d’humour.

C’est l’histoire d’une petite souris qui décide de se chercher un mari. Grâce à une pièce de monnaie qu’elle a trouvé, elle s’achète un joli ruban. Et là c’est le défilé pour conquérir la petite souris devenue si jolie. Mais que ce soit le coq, le canard, le cochon ou le cheval, tous font trop de bruit pour elle, elle veut un mari à la voix douce. Et c’est finalement le chat que la souris choisi… mais est-ce un bon choix ?

Ce conte catalan (que je ne connaissais pas) joue sur la répétition (les animaux répètent tous la même chose à la souris et elle leur répond de la même façon) et les enfants adorent ça, ils complètent eux même les phrases. Ici aussi c’est très drôle et très poétique. Les illustrations, tout en collage, de Martine Bourre sont vraiment très belles.

Ces deux petits albums (16,5 x 16,5cm) font partie d’une jolie collection, À petits petons, de Didier Jeunesse en format souple et à petit prix. C’est toujours agréable de trouver ce genre de petits livres pour faire un petit cadeau.

Après deux petits livres souples, deux livres un peu plus gros à couverture matelassée.

Anatole est tout seul… sa maman est partie chercher des graines. Mais il est tout seul avec d’autres dans le même cas ! Tous s’interrogent… elles rentreront quand ces mamans ? Et si elles ne rentraient pas ?

Pas facile la vie en société… Personne ne veut jouer aux même jeux… et tout le monde aimerait que les autres fassent comme lui… Alors on se crie dessus, on se brouille, et on se couche fâché… mais quand on est de vrais amis ça ne dure jamais bien longtemps !

J’aime beaucoup Géraldine Collet (Jacotte, Le fil rouge, S’échapper d’une île, À table,…), elle arrive à mettre vraiment de la poésie et de l’humour dans de petits textes destinés aux jeunes enfants. Dans Tout seul ! et Tous ensemble ! c’est encore le cas. Le premier est une jolie métaphore sur la crèche ou l’école. Quand les parents nous laissent et qu’on se demande quand ils vont revenir. Le deuxième est sur la vie en société, apprendre à partager les jeux des autres, faire des concessions. Comme dans le très charmant S’échapper d’une île, les textes de Géraldine Collet sont très joliment illustrés par Coralie Saudo. Ses petits poussins sont absolument superbes et grâce à ses dessins elle ajoute encore plus de poésie et d’humour au texte. Ce sont vraiment deux très beaux albums, qu’on a envie de lire et relire à ses enfants.

Les trois petits pourceaux de Coline Promeyrat, illustré par Joëlle Jolivet
La souris qui cherchait un mari de Francine Vidal, illustré par Martine Bourre
Tout deux chez Didier Jeunesse, collection À petits petons. 5,50€ chacun

Tout seul ! et Tous ensemble ! de Géraldine Collet, illustrés par Coralie Saudo
Les 400 coups, 8€ chacun

Public :  A leur lire / Lecteurs débutants

——————————————————————————————————————–

A part ça ?

J’ai vu l’autre jour un très bon documentaire d’Yves Eudes : Ma vie à poil sur le net. J’ai trouvé ça tout simplement passionnant. On y parle des réseaux sociaux, bien sûr, mais aussi d’applications de smatphone par exemple. C’est assez terrifiant. Le documentaire commence par Obama qui répond à un gamin lui demandant un conseil pour être président, il lui répond de se méfier de ce qu’il met sur internet, car tout peut ressortir un jour. Je trouve ça important que les enfants en aient conscience. C’est affolant de voir comment sur internet rien ne disparait, comment la vie de certaines personnes est détruite à cause d’une publication sur le net. Bref un documentaire à voir pour prendre conscience de tout ça. Visiblement il est disponible en streaming très facilement… mais comme je ne sais pas si c’est très légal je vous laisse chercher !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange