La mare aux mots
Parcourir le tag

Kochka

Les invité.e.s du mercredi : Kochka et Rémi Courgeon

Par 15 mars 2017 Les invités du mercredi

Je connaissais le nom de Kochka, car j’avais lu beaucoup de ses livres, mais je savais peu de choses d’elle. J’ai eu envie d’en savoir plus, elle a accepté de répondre à mes questions. Ensuite, je vous propose de partir en vacances avec l’un de nos plus grands illustrateurs, Rémi Courgeon. Nous vous souhaitons un bon mercredi !


L’interview du mercredi : Kochka

Comment naissent vos histoires en général et plus particulièrement comment est née Brelin de la lune qui vient de sortir chez Oskar ?
Mon fils aîné est autiste asperger. Il a 26 ans maintenant. C’est lui que j’ai mis en scène dans Brelin. Lui et son frère. Dans la vraie vie, Julien qui est Jérémie est plus jeune. Mais quand ils étaient petits, nous le traitions comme le plus grand.

Vous avez proposé plusieurs interprétations de contes (Peau d’Âne, Le merveilleux voyage de Nils Holgersson, Les musiciens de Brême…), d’où vient cette passion pour les contes et quels sont les autres contes que vous aimeriez raconter ?
J’ai baigné dans les contes lorsque j’étais enfant. Nous n’avions que ça à la maison. J’ai grandi avec Peau d’Âne, je le lisais en boucle. J’aime le Petit Poucet, il est caché au fond de nous tous, c’est un merveilleux compagnon. J’aime aussi Peter Pan. En fait je crois aux contes de fées. On peut même dire qu’ils m’ont sauvée.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
Enfant, je le suis encore.
Adolescente, j’ai sauté cette étape, c’était la guerre au Liban, il a fallu grandir vite
Maman, 5 enfants.
Avocate, pendant quelques années. J’en ai retenu les principes fondamentaux de la Constitution. Les hommes naissent libres et égaux en droit.
Puis l’écriture…

Vous êtes la nièce de la grande auteure jeunesse Gudule, est-ce qu’elle a influencé votre écriture ? Est-ce qu’elle vous a donné des conseils ?
C’est grâce à elle que j’ai osé sauter le pas : lâcher mon premier métier, avocate, pour l’écriture. Elle m’envoyait ses livres en douce. Elle a été mon guide. Elle a su avant moi que l’écriture était ma voie.
Influencer ? Je ne pense pas que ce soit le mot juste. Elle m’a encouragée à être moi-même. Et en étant elle-même, elle m’a aussi montré le chemin de la naissance à soi.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Les contes.
Terre des hommes à 15 ans.
Jacques Prévert, et plein d’autres ensuite.

Quels sont vos projets ?
Mieux Aimer, et aller et emmener vers la joie…

Bibliographie (sélective) :

  • Brelin de la lune, album illustré par Charles Dutertre, Oskar Éditeur (2017).
  • Les animaux de l’arche, album illustré par Sandrine Kao, Grasset Jeunesse (2017).
  • La caravane, roman, Thierry Magnier (2017).
  • Le petit grand samouraï, album illustré par Chiaki Miyamoto, Tom’Poche (2016).
  • Le merveilleux voyage de Nils Holgersson, album illustré par Olivier Latyk, Père Castor (2016).
  • Bambi, album illustré par Sophie Lebot, Père Castor (2016).
  • Raiponce, album illustré par Sophie Lebot, Père Castor (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Les musiciens de Brême, album illustré par Amélie Dufour, Père Castor (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Les cygnes sauvages, album illustré par Charlotte Gastaut, Père Castor (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • À l’heure du loup, album illustré par Les Mamouchkas, Ricochet (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Le rossignol et l’empereur de Chine, album illustré par Qu Lan, Chan-Ok (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Peau d’âne, album illustré par Charlotte Gastaut, Père Castor (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Dans ma ville, il y a…, album illustré par Fabienne Cinquin, Ricochet (2012), que nous avons chroniqué ici.


En vacances avec… Rémi Courgeon

Régulièrement, je pars en vacances avec un.e artiste (je sais vous m’enviez). Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la.le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet.te artiste va donc profiter de ce voyage pour me faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle.il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il.elle veut me présenter et c’est elle.lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Rémi Courgeon que je pars ! Allez en route !

Difficile de ne choisir que 5, parmi toutes ces œuvres et ses artistes. Je vais essayer de sélectionner des choses qui me parlent sans être des incontournables absolus, connus et aimés du plus grand nombre.
Je crois au fond que ce qui me touche ce sont les œuvres qui ressemblent le plus à la vie, dans toute sa complexité. Passer du rire aux larmes, être traversé tour à tour par l’étonnement, la colère, la jalousie, le désir, la peur, la mélancolie, l’excitation, la joie, et bien sûr l’amour, c’est ça qui me plait. J’aime bien aussi quand les choses gardent une part de mystère, de non-dit. Justement parce que la vie est composée de beaucoup, beaucoup plus d’inconnu que de connu et que les artistes sont là pour en témoigner.

5 albums jeunesse :

  • Pecos Bill, l’album fétiche de mon enfance. G.Martina. Nardini. Aquenza.
  • Le grand Livre vert (dans sa version géante) Robert Grave. Maurice Sendak
  • Remue-Ménage chez madame K. Wolf Erlbruch
  • Strongboy le tee-shirt de pouvoir. Ilya Green
  • Le chien que Nino n’avait pas. Edward Van de Vendel. Anton Van Hertbruggen

5 romans :

  • Ne tuez pas l’oiseau moqueur. Harper Lee
  • La chorale des maîtres bouchers. Louise Erdrich
  • L’été meurtrier. Japrisot
  • Les belles endormies. Kawabata
  • Et que le vaste monde poursuive sa course folle. Colum Mc Cann

5 BD :

  • Bandonéon. Jorge Gonzalez
  • Trait de Craie. Prado
  • Jimmy Corrigan. Chris Ware
  • Les amateurs. Brecht Evens
  • Portugal. Pedrosa.

5 DVD :

  • Little Big Man. Arthur Penn
  • My sweet pepperland. Hiner Saleem
  • Cul de sac. Polanski
  • Mud. Jeff Nichols
  • Les rêves dansants. Pina Bausch

5 CD :

  • Transformer. Lou Reed
  • The key of life. Stevie Wonder
  • Let’s get lost. Vhut Baker
  • Salt rain. Susheela Raman
  • Parade. Prince

5 lieux :

  • Le chantier Naval et le restaurant du port à Essaouira, Maroc
  • La pointe d’Agon et la baie de Sienne. Cotentin.
  • Louisiana et son musée d’art contemporain près de Copenhague. Danemark.
  • La pointe des corbeaux à l’ile d’Yeu
  • Mon atelier aux Lilas.

5 artistes :

  • Le réalisateur Pedro Almodovar (impossible de ne pas le citer)
  • L’inventeur et sculpteur Théo Jansen
  • Le musicien Richard Galliano
  • La chorégraphe Marie Chouinard
  • Le sculpteur Ron Mueck

Rémi Courgeon est auteur et illustrateur.

Bibliographie sélective :

  • Tohu Bohu, texte et illustrations, Nathan (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Passion et Patience, texte et illustrations, Mango (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • C’est l’histoire d’un poisson bavard, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • J’aime pas les clowns, illustration d’un texte de Vincent Cuvellier, Gallimard Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • L’oizochat, texte et illustrations, Mango (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Gros chagrin, texte et illustrations, Talents Hauts (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Le grand arbre et autres histoires, recueil d’albums, textes et illustrations, Mango (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Contes d’Afrique, illustration de textes de Jean-Jacques Fdida, Didier Jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Pieds nus, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Blancs comme neige, texte et illustrations, Milan (2013).
  • Toujours debout, texte illustré par Isabelle Simon, L’initiale (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Elvis Presley, illustration d’un texte de Stéphane Ollivier, Gallimard Jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Brindille, texte et illustrations, Mango jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Pas de ciel sans oiseaux, texte et illustrations, Mango Jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Le géant petit cadeau, texte et illustrations, Père Castor (2012).
  • Dans sa tête, texte et illustrations, JBZ & cie (2010).
  • Invisible mais vrai, texte et illustrations, Mango (2006).

You Might Also Like

Une nouvelle sélection de petits albums à mettre dans la valise

Par 29 juillet 2016 Livres Jeunesse

Je vous propose aujourd’hui une nouvelle sélection d’ouvrages au format poche. Petits formats pratiques pour les valises… et petits prix !

Où est mon chat ?
de Princesse Camcam
Tom’Poche
5,50 € , 170×200 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2016.
Mowgli et les loups
Texte d’Anne Fronsacq d’après Rudyard Kipling, illustré par Sébastien Pelon
Père Castor dans la collection Les classiques du Père Castor
5,50 €, 210×180 mm, 32 pages, imprimé en France, 2016.
Perrette et les oiseaux
Texte de Zemanel d’après Jean de La Fontaine, illustré par Pauline Duhamel
Père Castor dans la collection Les classiques du Père Castor
5,50 €, 210×180 mm, 24 pages, imprimé en France, 2016.
Raiponce
Texte de Kochka d’après les Frères Grimm, illustré par Sophie Lebot
Père Castor dans la collection Les classiques du Père Castor
4,75 €, 210×180 mm, 24 pages, imprimé en France, 2016.
Soleil y es-tu ?
Texte de Sylvie Poillevé, illustré par Vanessa Gautier
Père Castor dans la collection Les classiques du Père Castor
4,75 € €, 210×180 mm, 24 pages, imprimé en France, 2016.
Étoiles
Texte d’Hélène Kérillis, illustré par Guillaume Trannoy
Léon arts & Stories dans la collection Mini Léon
6,50 €, 200×150 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Neige
Texte d’Hélène Kérillis, illustré par Guillaume Trannoy
Léon arts & Stories dans la collection Mini Léon
6,50 €, 200×150 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Fêtes
Texte de Laurence Caillaud-Roboam, illustré par Guillaume Trannoy
Léon arts & Stories dans la collection Mini Léon
6,50 €, 200×150 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Le secret du soir
Texte de Cécile Roumiguière, illustré par Éric Gasté
Milan dans la collection Le coffre à histoires
4,99 €, 170×210 mm, 40 pages, imprimé en Espagne, 2016.

 

You Might Also Like

L’histoire vous dit peut-être quelque chose…

Par 4 mai 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose une sélection d’ouvrages dont les histoires sont généralement connues… mais qui s’éloignent parfois de l’originale.

une bible 3dAu début, il n’y avait rien. Rien. Rien du tout. Puis Dieu a inventé la lumière et bien d’autres choses, dont l’Homme. Le premier s’appelait Adam. D’une de ses côtes, Dieu fit la première Femme, elle ne portait pas de nom. Ils vivaient heureux dans l’Eden jusqu’au jour où la femme fit ce qui était pourtant interdit : croquer dans une pomme de l’arbre de la connaissance. Ensuite, il y eut Caïn et Abel, Noé, Abraham et plus tard, bien plus tard, Jésus.
Que l’on soit croyant ou non, Une bible de Philippe Lechermeier et Rebecca Dautremer est un sublime ouvrage. Près de 400 pages magnifiquement (et le mot est faible) illustrées. Certaines histoires sont connues soit parce qu’on a une culture chrétienne, soit parce qu’on a regardé les grosses productions cinématographiques avec Charlton Eston. On parle du déluge et de Noé, de l’exode et de Moïse qui ouvrit les eaux, de Jonas et du poisson géant, la crucifixion de Jésus… Les Une biblehistoires sont de beaux contes, surtout racontés par Philippe Lechermeier qui alterne les genres littéraires (prose, poésie, théâtre…). C’est souvent très noir et ça ne s’adresse pas aux plus jeunes. C’est, dans tous les cas, un ouvrage extraordinaire, un livre comme on en voit peu, entre le livre d’art et l’album jeunesse, un livre qu’on ne se lasse pas de feuilleter, de regarder, d’admirer. Le genre de livre qu’on ne range pas dans une bibliothèque, qu’on laisse plutôt à portée de main, qu’on soit croyant ou non.
Un des textes les plus anciens, revu pour être relu « comme un roman », sublimé par les illustrations extraordinaires d’une de nos plus grandes illustratrices.
Plus d’informations (extraits, vidéos…) sur le site de Rebecca Dautremer.
Le même vu par Le cabas de Za et Livres et merveilles.

La moufle Palluy RibeyronAlors qu’il marchait dans la neige, Igor a perdu sa moufle. Pour Souris Jolie, c’est une aubaine ! Elle a trouvé où se protéger du froid. Mais alors qu’elle est bien installée, elle entend un petit bruit, c’est Grenouille Fripouille qui aimerait bien la rejoindre… Sourie Jolie ne peut pas laisser son amie dehors, elle l’invite. Tant qu’ils ne sont que deux…
Christine Palluy réécrit ce grand classique en lui donnant une nouvelle fin. Le texte est poétique et les mots bien choisis, c’est un régal de le lire à voix haute. Les illustrations sont signées par le génial Samuel Ribeyron, un pur bonheur !
Un conte classique revisité avec poésie tant dans le texte que dans les illustrations. Une des (la ?) plus belles versions du conte.
Le même vu par Des livres etc et Enfantipages.

Le Petit Chaperon rouge reste un des plus grands classiques et surtout un des contes les plus revisités. Trois nouvelles versions viennent de sortir.

Le Petit Chaperon rouge n'a pas tout vuElle a neuf ans et vit avec sa mère. Elle adore le rouge alors sa mère lui a fait un manteau rouge à capuche. Elle l’adore et le porte tout le temps, si bien qu’on l’a appelée Le Petit Chaperon rouge. Aujourd’hui, elle va voir sa grand-mère quand, tout à coup, elle heurte une chose poilue et malodorante…
Beaucoup d’humour dans Le Petit Chaperon rouge n’a pas tout vu, mais un humour subtil, poétique. On rencontre les personnages (Le Petit Chaperon rouge, le loup, les animaux de la forêt et la grand-mère) un par un et ils s’expriment tous à la première personne. Le loup est gourmand mais n’a aucune intention de manger qui que ce soit ! Les illustrations sont délicates. La fin risque de vraiment vous surprendre !
Une version poétique et drôle du Petit Chaperon rouge.

Le petit chaperon rouge les contes défaitsParce que sa mère était folle de rouge, elle ne l’habillait qu’en cette couleur. Elle lui avait même fait faire un petit chaperon rouge, forcément c’était devenu son surnom. Un jour qu’elle allait voir sa mère-grand malade pour lui porter un petit pot de beurre et une galette elle rencontra un loup un peu menteur…
Pas le même genre d’humour que dans le précédent, ici, on se marre bien. Le Petit Chaperon rouge consulte un psy à cause de sa mère qui ne l’habille que d’une couleur ou demande à un facteur combien ça coûterait de poster le petit pot de beurre et la galette plutôt que de se déplacer. Les répliques de la petite fille et du loup sont tordantes et la fin (un peu cruelle) a scié ma fille !
Une version loufoque du Petit Chaperon, un humour très BD.

Un petit chaperon à croquerIl était une fois une petite fille qu’on surnommait Le Petit Chaperon rouge à cause de son habit. Elle avait un sacré caractère et à force de lire l’histoire du Petit Chaperon rouge elle savait qu’il fallait se méfier du loup… pourtant un jour elle fit exprès de parler fort pour l’attirer, et forcément il arriva…
Une autre version pleine d’humour du célèbre conte. L’auteur se sert du fait que tout le monde connaisse l’histoire (y compris les héros) pour tout chambouler. Là encore, c’est assez proche de l’univers BD tant dans l’ambiance que dans les illustrations (et la plupart du texte est sous forme de dialogue dans des bulles).
Une version déjantée et vraiment drôle du Petit Chaperon rouge.

On quitte le Petit Chaperon rouge (mais vous trouverez tous les Petit Chaperon rouge qu’on a croisé sur le blog ici)… même si l’on va le recroiser dans les deux albums suivants.

La petite fille de pain d'épiceSongeant à sa propre fille, une vieille dame avait cuisiné une petite fille de pain d’épice. Mais à peine l’avait-elle mise sur le rebord de la fenêtre pour refroidir que celle-ci s’était enfuie pour ne pas être mangée… Sauf qu’elle tomba nez à nez avec Le Petit Chaperon rouge qui justement n’avait plus de galette à cause d’une grand-mère trop gourmande. Notre petite fille de pain d’épice fila et rencontra… le Petit Poucet !
Vous l’aurez compris, ici Céline Lamour-Crochet adapte le Petit bonhomme de pain d’épice et lui fait rencontrer des personnages de contes. Les enfants adorent retrouver dans des histoires inédites des personnages qu’ils connaissent déjà. Ici, ils sont ravis de voir à chaque page le héros d’un de leurs contes préférés. Florian Le Priol accompagne le texte avec des couleurs chaudes et des illustrations pleines de vie.
Un conte revisité qui va ravir ceux qui aiment recroiser les personnages de leurs histoires préférées.

Il n'y a pas d'autruches dans les contes de féesJe ne sais pas si vous avez remarqué (c’est pourtant évident), mais dans les contes dont nous venons de parler (et dans ceux dont nous allons parler ensuite), il n’y a pas d’autruche ! Je sens que vous êtes en train de réfléchir, « même dans… » et non dans aucun ! Vous allez peut-être trouver ça étrange, vous allez penser à un oubli ou un complot anti-autruche. Rien de tout ça, il y a une bonne raison à cette absence.
Dans cet album hilarant, Gilles Bachelet met en situation l’autruche dans les contes classiques et très vite on comprend pourquoi cet animal est absent de ces histoires. Imaginez l’autruche avec un chaperon rouge, dans un lit pendant cent ans ou face à sept nains… Gilles Bachelet s’amuse à ridiculiser l’animal… et l’on s’amuse avec lui.
Dix-huit grandes planches pleines pages pour un album drôle et décalé.

Rapidement, quelques autres livres de contes récemment sortis.

pas de violon pour les sorcièresTrois sorcières sont entrées sans frapper dans la maison de la famille ours. Elles ont décroché les violons du mur et en ont joué mais les ont cassés. Papa ours s’est demandé qui avait joué de sa contrebasse, maman ours s’est demandé qui avait joué de son violoncelle et Petit Ours s’est demandé qui avait joué de son violon.
Une version pleine de rythme des trois petits cochons illustrée par Joëlle Jolivet.

le vilain petit canardUne cane qui couvait eut la surprise de voir sortir de l’un de ses œufs un caneton très laid. Très vite, elle décida de s’en débarrasser, comment pouvait-elle élever un enfant aussi différent ? Notre vilain petit canard erra donc avant de rencontrer quelqu’un qui l’accepta. Un classique d’Andersen, revisité ici par Pascal Vilcollet dans un album petit format.

Les musiciens de BrêmeQuatre animaux (un âne, un chien, un chat et un coq) dont plus personne ne voulait se rencontrèrent un jour. Ensemble, ils décidèrent de partir à Brème pour être musiciens. Mais leur route croisa celle de dangereux bandits. Ensemble, on est plus forts. Un classique des frères Grimm qui ressort en format souple chez le Père Castor illustrée par Amélie Dufour.

la Belle au bois dormant MajewskiParce qu’une méchante fée lui avait jeté un sort, une princesse était condamnée à dormir cent ans. Dans cette belle version illustrée par Marc Majewski, l’histoire ne s’arrête pas au mariage avec le prince, la suite de l’histoire (que je n’avais lue que dans le magnifique ouvrage de Jean-Jacques Fdida) est aussi présente.

Le Chat bottéLe fils d’un meunier ne reçut qu’un chat comme héritage. Il trouvait cet animal totalement inutile. La suite de l’histoire lui prouva le contraire. Autre grand classique sorti dans la même collection que le précédent (Contes & Classiques chez Magnard Jeunesse), Le Chat botté est, quant à lui, joliment illustré par Sandrine Desmazières.

les contes de fées illustrés usborneLa belle au bois dormant, Le Rossignol et l’empereur, La Belle et la Bête, Le Peintre et les dragons, La Fille du roi et la grenouille et cinq autres contes classiques sont regroupés dans Les contes de fées illustrés sorti chez Usborne. On aime les recueils de contes (surtout avec une belle couverture à l’ancienne comme ici), malheureusement les illustrations intérieures sont d’une autre époque… et pas de la meilleure !
Le même vu par Maman Baobab.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqués des ouvrages de Philippe Lechermeier (Ce qu’il y avait sur l’image…), de Rébecca Dautremer (Babayaga, Le loup de la 135e, La chèvre aux loups et Les deux mamans de Petirou), de Christine Palluy (Les Tip-Top et les plans secrets, Qui a enlevé Odilon ?, Histoires d’aventurières, Princesses d’Afrique, Princesses de la cour de Versailles aux palais de Vienne et Princesses de tous les pays), de Samuel Ribeyron (Yllavu, Ce n’est pas très compliqué, Les plus belles chansons anglaises et américaines, 38 perroquets, Le grand papa et sa toute petite fille, Super Beige, Super Beige, le retour, Beau voyage, Yllavu, Pi, Po, Pierrot et Salade de fruit. Et aussi les films Et 10,11,12 Pougne le Hérisson, L’hiver de Léon, Le printemps de Mélie et L’été de Boniface), de Charles Perrault (Peau d’âne, Le chat botté, Cendrillon, Le chat beauté, Le petit chaperon rougeLe chat botté et Le petit Poucet dans la collection Les contes en chanson chez Larousse, Peau d’âne illustré par Charlotte Gastaut, Le petit chaperon rouge dans une version « herbier » et une version sans texte et Cendrillon en petit théâtre d’ombre), de Zelda Zonc (C’est pas toi qui commandes !, On est de vrais espions !, Kikekoa et Ornicar, On est de vrais espions !), de Rémi Chaurand (Quel beau troubadour !), de Céline Lamour-Crochet (La veilleuse pour Juliette, Laurélie la chauve souris et Ydriane), de Florian Le Priol (Patatra la p’tite sorcière et les crapauds), de Gilles Bachelet (Le chevalier de Ventre-à-terre), de Joëlle Jollivet (Le ventre de l’arbre et autres contes d’Afrique de l’Ouest, Légendes de Bretagne, Le schmat doudou, Au loup, Zoologique et 10 p’tits pingouins autour du monde), de Kochka (Les cygnes sauvages, À l’heure du loup, Le rossignol et l’empereur de Chine, Peau d’Âne et Dans ma ville il y a…), des Frères Grimm (Contes de Grimm, Grimm contes choisis, Tom Pouce, Les musiciens de Brême, Le vieux Cric Crac, Le voleur de lune, Les musiciens de Brême, L’homme à la peau d’ours, Tom Pouce, Le petit chaperon rouge, Blanche Neige, Hansel et Gretel et Hans la chance), d’Amélie Dufour (Tom Pouce et Où est cachée la maîtresse ?) et de Sandra Desmazières (Le garçon qui voulait se déguiser en reine). Retrouvez aussi notre interview de Christine Palluy, de Samuel Ribeyron et de Florian Le Priol

Une bible
Textes de Philippe Lechermeier, illustrés par Rebecca Dautremer
Gautier Languereau
45 €, 250×275 mm, 381 pages, imprimé en Italie, 2014.
La moufle
Texte de Christine Palluy, illustré par Samuel Ribeyron
Milan dans la collection Mes albums Milan
9,90€, 205×255 mm, 40 pages, imprimé en Espagne, 2015.
Le Petit Chaperon rouge n’a pas tout vu
de Mar Ferrero (traduit par Cécile Hermellin)
Gallimard Jeunesse Giboulées
10,50 €, 180×238 mm, 40 pages, imprimé en Espagne, 2015.
Le Petit Chaperon rouge
Texte de Fabrice Colin d’après Charles Perrault, illustré par Zelda Zonk
Playbac dans la collection Les contes de fées défaits
11,90 €, 207×245 mm, 32 pages, imprimé en Slovénie chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Un petit chaperon à croquer
Texte de Rémi Chaurand, illustré par François Maumont
Milan dans la collection Mes albums Milan
9,90€, 200×245 mm, 24 pages, imprimé en Espagne, 2015.
La petite fille en pain d’épice
Texte de Céline Lamour-Crochet, illustration de Florian Le Priol
La Palissade
13,90 €, 290×195 mm, 36 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Il n’y a pas d’autruches dans les contes de fées
de Gilles Bachelet
Seuil Jeunesse
15,20 €, 300×305 mm, 22 pages, imprimé en Belgique, 2008.
Pas de violon pour les sorcières
Texte de Catherine Fogel, illustré par Joëlle Jolivet
Seuil Jeunesse dans la collection Seuil’issime
5,90 €, 150×190 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015 (première édition 1995).
Le Vilain Petit Canard
Texte de Sophie Koechlin d’après Andersen, illustré par Pascal Vilcollet
Deux coqs d’or dans la collection Mes contes préférés
4,90 €, 153×156 mm, 32 pages, imprimé en Roumanie chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Les musiciens de Brême
Texte de Kochka d’après les Frères Grimm, illustré par Amélie Dufour
Père Castor dans la collection Les classiques du Père Castor
4,75 €, 210×180 mm, 24 pages, imprimé en France, 2015.
La Belle au bois dormant
Texte de Charles Perrault, illustré par Marc Majewski
Magnard Jeunesse dans la collection Contes & Classiques
13,90 €, 280×238 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Le Chat botté
Texte de Charles Perrault, illustré par Sandra Desmazières
Magnard Jeunesse dans la collection Contes & Classiques
13,90 €, 280×230 mm, 48 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Les contes de fées illustrés
Collectif
Usborne
16,95 €, 181×229 mm, 352 pages, imprimé en Chine, 2015


À part ça ?

conteurs.netVous aimez les conteur-euse-s, vous voulez recevoir un-e conteur-euse dans votre structure ou vous êtes vous-même conteur-euse ? Conteurs.fr c’est le portail du conte et des arts de la parole. On peut y trouver les festivals ou les spectacles qui vont se dérouler près de chez nous, contacter des conteur-euse-s, regarder des vidéos, voir les dernières parutions de CD/DVD et bien d’autres choses encore. Le site est un peu confus, pas toujours facile de s’y retrouver mais avec un peu de patience et de recherche vous devriez trouver ce que vous cherchez ! Une newsletter hebdo vous assurera de ne rien louper. Vous pouvez vous y abonner ici.

Gabriel

You Might Also Like

De bien beaux contes

Par 20 octobre 2014 Livres Jeunesse

La lune nueLa lune ne se plaisait pas à vivre nue, elle alla voir sa mère, la grande et vaporeuse Nébuleuse Voie Lactée, elle pourrait lui donner un habit. La lune voulait une robe qui brille de mille couleurs dans la nuit, elle l’eut. Sauf que trois jours plus tard elle commença à se sentir bien serrée dans ce nouveau vêtement. Il fallait l’agrandir. Sa mère lui obéit… mais trois jours plus tard…
C’est un très beau conte qu’a écrit Marie Sellier. Une histoire aux allures de conte classique. Le texte est poétique et les illustrations d’Hélène Rajcak l’accompagnent à merveille.
On parle bien entendu ici des cycles de la lune, mais on peut y voir aussi un message sur le corps, sur le fait de s’accepter qu’on soit trop maigre ou trop rond, sur le corps qui change. On pense à Peau d’âne et ses robes couleurs du soleil ou couleur de nuit…
Un très joli conte, plein de poésie tant dans le texte que dans les illustrations (que je vous invite à découvrir ici).

ÀPERCE NEIGE et les trois ogresses noter que Talents Hauts vient de ressortir dans la même collection Perce-Neige et les trois ogresses, qui était une des histoires de Contes d’un autre genre de Gaël Aymon (le plus beau des trois), dans un très bel album. Peggy Nille a retravaillé ses illustrations et même ajouté quelques inédits. On parle ici d’un jeune garçon sensible (trop aux yeux de son père) qui va être chassé du royaume et recueilli par des ogresses. Une sorte de version « inversée » de Blanche-Neige (ici, le garçon va faire le ménage chez les ogresses et être réveillé par une jeune fille). Une magnifique histoire superbement illustrée.

UnCygnes Sauvages roi, qui avait onze fils et une fille, se remaria à la mort de son épouse avec une femme méchante qui ensorcela les princes afin de les transformer en cygnes et confia leur sœur à un paysan. Un jour, cette dernière partit à la recherche de ses frères…
Vous connaissez certainement ce très beau conte d’Andersen, il est ici réécrit par Kochka et magnifiquement illustré par la talentueuse Charlotte Gastaut. Plusieurs livres sont déjà sortis dans cette collection, on vous en a déjà parlé, et comme pour les précédents on retrouve les illustrations avec des parties dorées. Les planches sont superbes, comme chaque fois et nos yeux se régalent. Le texte est assez difficile pour les plus jeunes, c’est typiquement le genre d’album qu’on offre aux grands enfants… ou qu’on s’achète pour soi même !
Encore un classique illustré magnifiquement par Charlotte Gastaut.

UnLa Belle et la Bête David Sala riche paysan qui avait tout perdu s’égara un jour dans une forêt. Il trouva refuge dans un château où il ne croisa personne. En partant il cueillit une rose pour sa plus jeune fille, il n’aurait pas dû, il déclencha la colère de l’habitant du château, la Bête.
Vous connaissez très certainement l’histoire de La Belle et la Bête, ne serait-ce que par le chef d’œuvre de Cocteau avec Jean Marais. Ici, c’est l’histoire originale et intégrale de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont qui ressort illustrée par un des plus grands illustrateurs, David Sala. Les planches sont absolument somptueuses et comme dans le précédent on y trouve des parties dorées… sauf qu’ici ce n’est pas forcément une réussite… Elles paraissent vraiment rajoutées et gâchent un peu le magnifique travail de David Sala, comme si l’on avait ajouté des autocollants à des toiles de maître… c’est un peu dommage. Malgré tout, ça reste un magnifique ouvrage, avec, là aussi, un texte pas toujours évident pour les plus jeunes (il date du XVIIIe siècle).
Un album jeunesse proche du livre d’art.

EtPeau d'âne Demy puisqu’on parlait de Jean Marais et un plus haut de Peau d’âne, De La Martinière Jeunesse vient de sortir une très belle version du conte écrite par Jacques Demy, lui-même ! Le texte est ici illustré par des photos du film (on retrouve donc Catherine Deneuve, Jean Marais, Delphine Seyrig…) dans une maquette qui fait édition classique, l’édition est magnifique avec sa tranche dorée. Un cadeau idéal pour les amoureux du chef d’œuvre de Jacques Demy… et les autres !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqués plusieurs livres de Marie Sellier (10 tableaux et des animaux, Le secret de grand-mère, 10 tableaux et un ballon rouge, Le fils de Picasso et Dragons & Dragon), Gaël Aymon (Le secret le plus fort du monde, Ma réputation, Le fils des géants, L’anniversaire à l’envers, Les souliers écarlates, La princesse Rose-Praline, Une place dans la cour, Contes d’un autre genre et Giga Boy), Peggy Nille (Lily cherche son chat, Mon cher petit coeur, La Princesse Optipois, Le petit oiseau au grain de blé, Le voleur de lune, Le Petit Chaperon Rouge, Les amoureux du ciel, Le nom du diable et Contes d’un autre genre), Kochka (À l’heure du loup, Le rossignol et l’empereur de Chine, Peau d’Âne et Dans ma ville il y a…), Charlotte Gastaut (Boucle d’Or & les 3 ours, Peau d’âne, PoucetteMon amie est princesse et Mais que fait la police ? ), Andersen (La petite sirène version Anna Karina, La petite sirène lu par Marie Tirmont, La petite sirène illustré par Alexandra Huard, Contes inédits : Le compagnon de voyage, Le petit Ole Ferme l’oeil, Le goulot de Bouteille, Le Rossignol et l’empereur de Chine, un CD regroupant plusieurs de ses contes, La petite fille aux allumettes illustré par Fabrice Backès, Les habits neufs de l’empereur illustré par Parastou Haghi et un recueil sorti chez Lito, Contes d’Andersen), David Sala (Féroce) et Charles Perrault (Le chat botté, Cendrillon, Le chat beauté, Le petit chaperon rougeLe chat botté et Le petit Poucet dans la collection Les contes en chanson chez Larousse, Peau d’âne illustré par Charlotte Gastaut, Le petit chaperon rouge dans une version « herbier » et une version sans texte et Cendrillon en petit théâtre d’ombre). Retrouvez également l’interview de Gaël Aymon et de Peggy Nille.

La lune nue
Texte de Marie Sellier, illustré par Hélène Rajcak
Talents Hauts
14,90 €, 217×302 mm, 48 pages, imprimé en Union Européenne, 2014.
Perce-Neige et les trois ogresses
Texte de Gaël Aymon, illustré par Peggy Nille
Talents Hauts
16,50 €, 256×338 mm, 28 pages, imprimé en Italie, 2014.
Les cygnes sauvages
Texte de Kochka (d’après Andersen), illustré par Charlotte Gastaut
Père Castor
13,50 €, 240×300 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014
La Belle et la Bête
Texte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, illustré par David Sala
Casterman dans la collection Les albums Casterman
16,95 €, 270×250 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2014
Peau d’âne
Texte de Jacques Demy (d’après Charles Perrault)
De La Martinière Jeunesse
17 €, 220×285 mm, 144 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

Quand j'étais petit (c'était avant)Et puisqu’on parle de beaux livres pour enfants dans cette chronique, j’avais envie de vous parler d’un beau livre plutôt pour les grands. Quand j’étais petit (c’était avant) nous délivre une série de « quand j’étais petit… » de Philippe Nessman. Rappelez-vous, cette époque où pour entrer dans une voiture fermée à clé, les passagers devaient attendre que le conducteur y pénètre puis se contorsionne pour déverrouiller, une à une, toutes les portières, cette époque où l’on découvrait toujours qu’une bonne partie des photos était inutilisable quand on faisait développer une pellicule, cette époque de Groquick, du Lucky Luke avec une cigarette et du scotch sur les cassettes pour pouvoir à nouveau enregistrer dessus quand on avait cassé la languette en plastique. On n’est pas du tout ici dans le « c’était mieux avant », il s’agit plutôt de nous faire sourire en nous rappelant des choses qu’on avait parfois oubliées. En plus, le livre est magnifique (il est édité chez Palette… qui fait toujours un beau travail d’édition), c’est typiquement le livre qu’on offre en cadeau (en tout cas moi je sens que je vais en offrir).
140 phrases madeleine réunies dans un très bel ouvrage.
Plein de choses à découvrir sur la page Facebook du livre.
Quand j’étais petit (c’était avant) de Philippe Nessmann, 19 €, Palette….

Gabriel

You Might Also Like

Du petit-déjeuner au coucher

Par 2 juillet 2013 Livres Jeunesse

petit dŽjeuner

Vous lisez peut-être cette chronique tôt le matin, alors que vos enfants sont à côté de vous en train de prendre un bon petit-déjeuner. Ou bien pas du tout. Mais dans les deux cas vous pouvez vous intéresser à ce petit album carré qui met à l’honneur ce moment si particulier de la journée. Un petit garçon blond au sourire malicieux et à la bonne humeur communicative nous entraîne avec lui dans la cuisine, dès le saut du lit. De l’eau, du lait pour les os, des céréales ou du pain pour les muscles et le cerveau, de la confiture ou du chocolat pour le plaisir, et des fruits pour l’énergie, il n’oublie rien !

Alors présenté comme ça, ça pourrait être extrêmement barbant. Mais Anne-Claire Lévêque signe une petite histoire pleine d’énergie et même de poésie, avec des mots qui riment, qui dansent, et qui font sourire. Pas de texte scientifique ou documentaire, mais de courtes explications sur l’importance de chaque type d’aliment, le tout emmené par ce petit personnage si bien mis en valeur par Amélie Falière et ses illustrations pleines d’énergie et de bonne humeur. Simple mais soigné et original, voilà un album idéal pour commencer la journée du bon pied !

On fait ensuite un petit bond dans le temps, pour se retrouver au moment délicat du coucher, un autre pilier de la journée des enfants.

a l'heure du loupLili est une petite fille qui vit mille aventures dans la journée. Elle joue, elle rit, c’est la belle vie ! Mais quand vient la nuit et que le jour s’enfuit, ce n’est pas la même musique. A l’heure du loup, elle perd tout son courage. Résultat, elle a peur, elle fait des cauchemars, et elle passe de très mauvaises nuits. Un jour, son papa, désemparé de la voir aussi fatiguée et chagrinée tous les matins, décide de trouver une solution. Il rehausse son lit et lui construit ainsi un petit nid. Alors le courage revient, et Lili chasse le loup qui ne s’avisera plus de revenir : dans son nid, elle est à l’abri. Les nuits sont ainsi apaisées, beaucoup plus douces et reposantes.

Ce loup, c’est un peu la peur qu’ont certains enfants au moment du coucher. Cette peur irrationnelle mais bien réelle qui angoisse, réveille, et fatigue. Kochka décide d’aider les enfants à la chasser, avec ce texte sensible, poétique et positif qui dédramatise la situation tout en ne minimisant pas les craintes des petits. Oui, on comprend que ça puisse faire peur, mais on peut se débarrasser de cette angoisse, avec l’aide de ses parents, mais aussi de son propre courage. Les illustrations des Mamouchkas (qui sont en fait Laura Guéry et Julie Wendling) sont tout à fait en accord avec cette histoire, à la fois tendres et expressives. Voilà un bien bel album pour apprivoiser doucement le moment du coucher !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Kochka (Le rossignol et l’empereur de Chine, Peau d’Âne et Dans ma ville il y a…), d’autres livres illustrés par Laura Guéry  (Contes Inuits, Yemaya voyage musical en Amérique du Sud, Dalaka voyage musical en Afrique de l’Ouest, La grande marmite du monde. Retrouvez également son interview.
Amélie Falière a également signé les illustrations de Qu’est-ce qui mijote dans ma marmite à mots ? que nous avons chroniqué.

Le p’tit déjeuner
Texte d’Anne-Claire Lévêque. Illustrations d’Amélie Falière
Ricochet dans la collection Les Bouées du Ricochet
7,60 €, 195 x 197 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2013
A l’heure du loup
Texte de Kochka. Illustrations des Mamouchkas (Laura Guéry et Julie Wendling)
Ricochet dans la collection Les canoës du Ricochet
13,70 €, 260 x 261 mm, 36 pages, imprimé en Pologne, 2013

Marianne

You Might Also Like

Secured By miniOrange