La mare aux mots
Parcourir le tag

Laurent Gapaillard

Un monstre et un peintre

Par 20 juin 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose deux ouvrages entre l’album et le roman jeune lecteur. Deux très beaux livres.

Le YarkOn est le seul blog sur la littérature jeunesse en France à n’avoir pas parlé du Yark, je pense… il fallait corriger ça.
Saviez-vous qu’il existait un monstre se nourrissant d’enfants ? Mais attention, pas n’importe lesquels, seulement les enfants sages comme des images. En effet si le Yark, car tel est son nom, mange un enfant capricieux il risque sa vie, son corps ne le supporte pas. Seulement voilà, vous le savez certainement, les enfants modèles ne sont pas les plus faciles à trouver… Notre Yark n’a pas une vie facile.
Le Yark commence comme un film d’horreur pour enfant. Dès le premier chapitre, l’auteur décrit le goût du monstre pour les os qui craquent sous les dents, son amour des yeux moelleux qu’il suce comme des bonbons fondants ou même du cerveau qui lui fait penser aux chamallows. On se dit que Bertrand Santini doit vraiment détester les enfants pour écrire de telles choses qui vont les terrifier et les empêcher de dormir pendant les mois qui suivent la lecture de cet ouvrage… Et pourtant… pourtant ma fille de six ans a adoré au point de me préciser Le Yark « Papa… tu pourras dire dans ta chronique que Le Yark c’est trop bien ? ». Je le lui ai lu en plusieurs fois et chaque fois c’était pour elle un supplice de ne pas savoir la suite, de devoir attendre le lendemain.
Tant au niveau du texte que des illustrations (et même de l’objet, car l’édition est particulièrement soignée), on a l’impression d’avoir entre les mains un grand classique. On sait d’office que c’est un livre qui restera (il a d’ailleurs reçu une palanquée de prix dont, encore récemment, le prestigieux prix Versele).
On parle ici d’amitié, de différence, mais avec beaucoup d’humour, un humour noir comme on aime.
Un livre réjouissant, qui fait du bien, pour tous les enfants qui aiment avoir un peu peur, bref un livre indispensable à toute bibliothèque !
Le yark a sa page fan sur Facebook.

Le peintreShibuya était apprenti peintre. Avant lui, son père avait exercé le même métier. Shibuya le savait, même s’il ne l’avait pas connu. Sa mère lui racontait souvent l’histoire de cet homme, parti en France alors qu’elle attendait leur enfant. Elle n’avait pas osé lui dire qu’il allait être père, pour ne pas qu’il renonce à vivre son rêve et parfois elle s’en voulait d’avoir privé Shibuya de lui. Le jeune homme décida un jour de partir pour la France pour aller sur la tombe de son père.
On change complètement d’univers avec Le peintre, traduction d’un ouvrage japonais sorti chez Nobi Nobi !. C’est un conte extrêmement poétique, avec des illustrations un peu particulières (pour être très franc, ce genre d’illustration ne me parle pas trop, mais c’est vraiment personnel et je vous propose de vous faire votre propre avis).
On parle ici de voyage, de transmission, de paternité. On parle aussi, forcément, beaucoup de peinture, des couleurs et notamment du blanc d’Utrillo, très présent dans l’ouvrage.
Un conte étrange, envoûtant, onirique tout droit venu du Japon.
Des extraits en ligne.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Bertrand Santini (L’étrange réveillon) et Laurent Gapaillard (Histoire du prince Pipo, de Pipo le cheval et de la princesse Popi).

Le Yark
Texte de Bertrand Santini, illustré par Laurent Gapaillard
Grasset-Jeunesse dans la collection Lecteurs en herbe
13 €, 150×210 mm, 76 pages, imprimé en France, 2011.
Le peintre
Texte de Kaho Nashiki (traduit par Myriam Dartois-Ako), illustré par Iku Dekune
Nobi Nobi !
13,50 €, 211×266 mm, 48 pages, imprimé en Slovaquie, 2014.

À part ça ?

pack_biscotoVous le savez, on aime beaucoup le journal de BD Biscoto (on vous en a parlé par exemple). En ce moment ils proposent un pack absolument irrésistible ! Pour 11 € (frais de ports compris) vous recevrez 11 numéros de 2013 (ce n’est pas un magazine d’actu donc pas d’importance), un set de cartes postales, un paper toy, un autocollant et un poster ! Franchement, moi je serai vous… J’irai en courant ici.

Gabriel

You Might Also Like

Contes et pièces de Pierre Gripari

Par 27 avril 2012 Livres Jeunesse

A 34 ans… j’ai découvert Pierre Gripari ! Alors je sais que nombre d’entre vous avez lu les Contes de la rue Broca enfants, c’est un classique. Moi j’ai donc attendu d’avoir 34 ans !

La sorcière de la rue Mouffetard qui enferme la petite Nadia dans un tiroir caisse, le géant aux chaussettes rouges qui tombe amoureux de Mireille et va parcourir le monde pour être à sa taille, les chaussures amoureuses, Scoubidou la poupée qui va aider le petit Bachir à avoir un vélo, la patate et la guitare qui parlent et vont être employées par un cirque, le général Lustrucu, illustre inconnu qui pourtant a fait tant d’exploits, la fée du robinet qui va ruiner la vie de deux petites filles, le gentil petit diable qui va vouloir entrer au paradis, la sorcière qui sort du placard au balais si on prononce Sorcière sorcière, prends garde à ton derrière ! après minuit, la maison hantée de l’oncle Pierre, le prince Blub qui tombât amoureux d’une sirène, le cochon qui voulait aussi sa constellation et Manque-de-chance qui va partir à la recherche de Je-ne-sais-quoi, ils sont tous là réunis dans un superbe album au dos toilé, l’intégrale des Contes de la rue Broca !

Comme je vous le disais, je ne connaissais pas du tout. De nom bien-sûr, mais pas plus. J’ai été totalement séduit. Le style est absolument merveilleux, à la fois drôle et fin, c’est un véritable trésor ! On est loin ici des contes mièvres, on y parle quand même du derrière d’une sorcière, les patates sont exploitées dans des cirques et le roi essaye de voler la femme d’un autre ! Je ne regrette qu’une chose, ne pas l’avoir découvert avant. Enfant ces contes m’auraient enchanté. Ma fille est un peu petite (4 ans) pour saisir toute la subtilité des histoires et pourtant elle a adoré, on a dû mettre deux ou trois semaines à le lire, par morceaux et à peine fini elle a demandé à ce qu’on reprenne du début ! Je pense que ce sont les contes les plus enthousiasmant que j’ai lu depuis longtemps ! Encore une fois le livre est magnifique, couverture épaisse, dos toilé, grand format (225x240mm),… c’est une superbe idée de cadeau. Le genre de livre qu’on garde longtemps, longtemps puis qu’on transmet à ses enfants !

Le roi était triste… il n’avait pas de fils pour lui succéder… Après avoir consulté l’évêque et le docteur il partit voir la sorcière du Pays-où-l’on-ne-va-qu’en-dormant. Elle lui donnât à choisir son enfant dans le magasin d’enfants et il choisit Pipo. Mais tout n’est pas si simple, tout le monde veut cet enfant promis à un avenir exemplaire, et pour l’avoir il faut le convaincre. Le roi lui dit qu’à quinze ans il lui offrira un cheval rouge, Pipo est acquis. Quinze ans plus tard démarre l’histoire du prince Pipo et de son cheval Pipo. Histoire qui va mener dans un volcan, dans une auberge où l’on ne sort que si on raconte une histoire belle et inédite, dans une bibliothèque où sont consignés les livres de la vie,… Histoire qui va l’amener à rencontrer des personnages peu sympathiques comme une sorcière et un nain qui lui diront être ses parents, un homme qui se prétendra être son ami pour l’enrôler dans une armée, un dragon… mais aussi qui va l’amener à rencontrer celle qu’il voit en rêve, la princesse Popi.

On reste donc avec Pierre Gripari dans une histoire aussi absurde que passionnante. Absurde dans le vrai sens du terme, on pense ici au théâtre de l’absurde, à Ubu roi. Les personnages sont souvent grotesques, caricaturaux, on est vraiment toujours dans le conte (mais pour les un peu plus grand, c’est un roman de 200 pages). Ça m’a fait penser aussi à des choses assez noires et fantastiques mais ma culture dans ce domaine est plus cinématographique. Je pense à L’histoire sans fin par exemple ou à la fabuleuse série Monstres et merveilles. Au début l’auteur parle d’une histoire écrite en rêve et je pense que la clé est là, tout est possible dans le récit (être coincé par un couteau, être changé en dragon,…). C’est un roman absolument merveilleux que j’ai pris énormément de plaisir à lire. Les illustrations sont superbes (la couverture notamment). Pour les amateurs de grands voyages dans des contrées imaginaires.

On reste encore avec Pierre Gripari et dans l’absurde avec Sept farces pour écoliers. Ici ce sont sept pièces de théâtre écrites donc pour un jeune public. Elles font toutes une vingtaine de pages. Certaines m’ont énormément plu (d’autres un peu moins). Un homme confronté à une nouvelle secrétaire complètement idiote et qui ne sait rien faire, un chien et un bébé qui vont échanger sur la vie et surtout échanger leur nourriture, deux employés de bureau qui répondent au téléphone (celle-ci est un régal), une télé qui va faire une bonne farce à des parents, un diable et un ange qui vont se disputer l’âme d’un gourmand, une scène dans la cuisine de la belle au bois dormant et un marchand de fessée, voilà le programme de ces sept farces. On rit beaucoup, ce n’est pas politiquement correct, souvent totalement absurde et assez réjouissant. Les enfants vont adorer la télé qui dit « Pipicaca ! » et le marchand de fessée qui se retrouve pris à son propre piège, les parents vont adorer les jeux de mots, notamment ceux du dialogue entre les deux employés (parmi les gens qui appellent : Monsieur Impossible, qui n’est pas français, Monsieur Ventre Affamé qui est sourd, Mademoiselle Sureté qui passe ensuite sa mère Madame Prudence,…). Bref l’écriture est ici aussi belle, tonique, drôle, follement réjouissante, elle fait un bien fou !

Quelques pas de plus…
L’avis de Des pages et des images sur Contes de la rue Broca et celui de Za sur l’Histoire du pince Pipo, de Pipo le cheval et de la princesse Popi.

Contes de la rue Broca, l’intégrale
de Pierre Gripari, illustré par Claude Lapointe
Grasset Jeunesse
25€
Histoire du prince Pipo, de Pipo le cheval et de la princesse Popi
de Pierre Gripari, illustré par Laurent Gapaillard
Grasset Jeunesse
9€
Sept farces pour écoliers
de Pierre Gripari, illustré par Till Charlier
Grasset Jeunesse
9€

———————————————————————————————————————

A part ça ?

En ce moment, à l’occasion du jour de la Terre, La montagne secrète vous propose de télécharger gratuitement Le géant de la forêt ici et ce jusqu’au 28 avril. On vous avait parlé de ce conte .

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange