La mare aux mots
Parcourir le tag

Les p’tits bérets

Inventaires circassiens

Par 29 janvier 2015 Livres Jeunesse

Bidouille CircusIl y a Robert Bidouille (dit le boiteux), directeur d’un cirque sans animaux et Monsieur Loyal, il y a Roberta Bidouille, sa femme, la cascadeuse, il y a Ursule et Lucien Myrmidon qui se transforment en géants lors des représentations, il y a encore Barbarina, la femme à barbe extralucide… mais il y a encore bien d’autres personnages.
Bidouille Circus est un bel album tout en hauteur. On y présente donc des personnages d’un cirque étrange, décalé. Un univers qui fait penser aux albums des Elles (jusque dans les illustrations) avec ce côté inquiétant, dérangeant. On pense aussi à Freaks de Tod Browning et surtout à l’inventaire des Princesses de Rebecca Dautremer (Princesses oubliées ou inconnues, chez Gautier Languereau). Comme dans l’album de Rebecca Dautremer, ici on ne s’adresse pas aux plus jeunes, j’aurai même tendance à dire qu’on s’adresse aux carrément grands, une sorte d’album jeunesse… pour adulte comme on en voit régulièrement.
Un très bel album qui nous présente une galerie de personnages d’un cirque imaginaire.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

CircusIl y a longtemps que je ne suis pas allée au cirque. Très longtemps même, puisque la dernière fois je n’étais qu’une enfant. Voici ce dont je me souviens… nous explique Albertine sur la quatrième de couv’. Ici pas de texte, mais de belles illustrations, un seul personnage par page dans ce livre qui se déplie, comme un livre-accordéon, nous offrant ainsi une magnifique frise. On retrouve donc un magicien, une dompteuse de lions, des clowns, des musiciens, une funambule et bien d’autres personnages.
Là encore, le livre plaira surtout aux adultes, d’après moi. C’est presque un carnet d’artiste, un livre d’illustration.
Un très bel hommage au cirque signé Albertine.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Caroline Barber (Aux p’tites choses) et d’Albertine (Les robes, Le génie de la boîte de raviolis, Dada et À la montagne). Retrouvez également notre interview d’Albertine.

Bidouille Circus
Texte de Caroline Barber, illustré par Marianne Pasquet
Les p’tits bérets dans la collection Sur la pointe des pieds
14,90 €, 187×316 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2014.
Circus
d’Albertine
À pas de loups
16 €, 135×205 mm, 25 pages, imprimé en Chine, 2014.

À part ça ?

Deux concours chez Magnard. Le premier, pour les maternelles, pour gagner des draisiennes, le second, pour les collégiens, pour gagner des séjours linguistiques ! Bonne chance à vous.

Gabriel

You Might Also Like

Drôles de loups

Par 15 janvier 2015 Livres Jeunesse

arrête de bouderALERTE ! Le loup fait grève ! Les trois petits cochons, la chèvre de Monsieur Seguin, le Petit Chaperon rouge et les autres n’en reviennent pas et ils décident de tout faire pour qu’il revienne, sinon plus d’histoires…
Les enfants vont adorer croiser ici des tas de personnages de contes qu’ils connaissent bien. Arrête de bouder est un album plein d’humour avec de très belles planches signées Sébastien Chebret. On parle donc de l’utilité des méchants dans les histoires (et donc de l’utilité d’avoir peur). C’est un très bel hommage aux contes et un album vraiment réussi.
Parce qu’un conte sans loup c’est moins drôle, voilà un album plein d’humour.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

La gentille petite LouLou s’ennuie, elle n’a pas de copain. Les moutons s’enfuient quand ils la voient, les trois petits cochons se cachent, même les sept chevrettes qui vivent à côté se terrent dans leur maison… mais pourquoi tout le monde lui en veut ?
Même si l’on ne voit Lou qu’à la toute fin, on se doute assez vite à quelle race elle appartient ! Ici aussi, c’est évidemment un hommage aux contes, on y croise plusieurs personnages bien connus des enfants. En fin d’ouvrage, on nous propose même de découper des masques pour se déguiser en personnages du livre.
Un album plein d’humour et de poésie, qui rend hommage aux contes classiques.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Chaperon rouge et trois petits cochons, SalomoTrois petits cochons se construisirent une maison. Le premier en fit une en paille, le second en bois, le troisième en brique… pendant ce temps-là, le loup rôdait.
Un enfant, qui portait un chaperon rouge, se rendait chez sa grand-mère… quand il croisa le loup…
Ici, ce sont les vrais contes qui sont racontés (même s’ils sont résumés) dans deux très beaux livres pop-up proches des livres-théâtres. On s’émerveille en voyant les beaux décors découpés de Xavier Salomó, on regarde partout (et même à travers les fenêtres) pour voir les détails cachés. Je regrette juste que les textes soient résumés à ce point (j’ai l’impression qu’il faut déjà connaître l’histoire pour comprendre), mais ne boudons pas notre plaisir devant ces beaux ouvrages.
Deux très beaux livres-pops up signés par un illustrateur que nous aimons décidément beaucoup.
Extraits sur le site de l’illustrateur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Sébastien Chebret (Les étoiles d’Hubert, La mystérieuse lettre au Père NoëlMon album à compter et L’entrée en maternelle), d’Isabelle Wlodarczyk (Célestin rêve, Surtout ne prends pas froid, Léo et Célestin, Sur mon arbre perché et La petite disparue), Rémi Saillard (Bonnets rouges et bonnets blancs, Pousse Piano ou la symphonie des nouveaux mondes, Ogres et ogresses, Petit Beignet rond et doré, Rois et reines de France, Les histoires des musiciens de Brême racontées dans le monde, Au chat et à la souris, Dans ma rue, et Ami ou ennemi ?) et Xavier Salomó  (OFF, Range ta chambre ! et Atchoum)
Retrouvez également notre interview d’Isabelle Wlodarczyk.

Arrête de bouder
Texte de Christophe Pernaudet, illustré par Sébastien Chebret
Les p’tits bérets dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90 €, 207×211 mm, 32 pages, imprimé au Portugal, 2014.
La gentille petite Lou
Texte d’Isabelle Wlodarczyk, illustré par Rémi Saillard
Les éditions du Ricochet
16,50 €, 245×355 mm, 36 pages, imprimé en Pologne, 2014.
Les trois petits cochons
Texte de Meritxell Martí (traduit par Roberto Bravo), illustré par Xavier Salomó
Bayard Jeunesse
10,90 €, 208×188 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2014.
Le petit chaperon rouge
Texte de Meritxell Martí (traduit par Roberto Bravo), illustré par Xavier Salomó
Bayard Jeunesse
10,90 €, 208×188 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2014.

Gabriel

You Might Also Like

Allons à London

Par 12 octobre 2014 Livres Jeunesse

Depuis tout petit
Je rêvais de me tirer à London
Est-ce un rêve ou la réalité ?
J’atterris à London
Un taxi, la City
J’ai le plan de la ville en poche
London, Franck Monnet

Les vacances approchent à grands pas, et si l’on en profitait pour s’évader ? Et pour l’avoir testé il y a peu, Londres est un bel endroit pour changer d’air ! Mais partir avec les enfants, faut trouver des idées… Comme d’habitude les livres sont faits pour ça.

OnGraines de voyageurs Londres commence par un guide de la collection Graines de voyageurs, une super collection de guides de voyage pour enfants. Ici, on va trouver des tas d’idées par quartier avec des infos, des anecdotes, des histoires, des choses à faire et à voir… Le guide nous propose aussi des parcours, avec là aussi des informations sur les lieux visités, un jeu de piste et un carnet de voyage dans lequel on va noter ce que l’on a fait, ce que l’on a vu et ce que l’on en a retenu ! On pourra aussi y collecter des tickets, des photos… En fin d’ouvrage, on retrouve une carte détachable, pour ne pas se perdre et ne pas rater les endroits à voir. Bien entendu, on trouvera aussi dans ce guide des idées de restos ! C’est sympa, ludique et pratique !

Pour leLondres so british soir, à l’hôtel, pour s’occuper (ou dans l’eurostar) Graine² nous propose aussi un cahier d’activités spécial Londres ! Dans Londres so British ! on va trouver des coloriages, des labyrinthes, du dessin, des jeux d’observations…
Ici, on va jouer avec la capitale anglaise ! Les jeux sont aussi de bons prétextes à apprendre pleins de choses sur les monuments, la langue anglaise, le métro ou les musées !
On s’amuse et l’on trouve des idées de choses à voir (ou à l’inverse, on s’amuse en retrouvant les choses qu’on a découvertes dans la journée).

ÀGénial mon école par en VOYAGE À LONDRES noter qu’est sorti aussi un En voyage à Londres dans la super série Génial ! Mon école part… de Laurent Audouin. Comme dans chaque numéro, Mathilde part en voyage avec sa classe et donc cette fois-ci c’est en Angleterre. Au programme visite du musée de Madame Tussauds, du musée Roald Dahl ou du Windsor Castle, un tour dans la London Eye et dans les bus à étages et l’on va même voir les studios d’Harry Potter ! Et puis bien sûr, il y aura les repas à la cantine (vive la cuisine anglaise !), les profs qui râlent un peu, les parents qui en font des tonnes et la boum de fin de séjour.
C’est vraiment une série qu’on prend toujours du plaisir à lire. C’est drôle, ça sent le vécu et les enfants vont retrouver les voyages qu’ils ont faits eux même avec l’école.
Encore un super numéro de Génial ! Mon école part…

Quelques pas de plus…
On a déjà parlé de Londres avec Jeu de piste à Londres.

Londres
Texte de Bertrand Lauzanne, illustré par un collectif
Graine² dans la collection Graines de voyageurs
11,90 €, 150×210 mm, 111 pages, imprimé en Union Européenne, 2014.
Londres, so british
d’Erica Salcedo Saiz
Graine²
10,90 €, 190×250 mm, 64 pages, imprimé en Communauté Européenne, 2014.
En voyage à Londres
de Laurent Audouin
Les p’tits bérets dans la collection Génial ! Mon école part…
13 €, 163×205 mm, 56 pages, imprimé au Portugal, 2014.

À part ça ?

Sky my bossAprès le succès de Sky my  husband ! Ciel mon mari !, Jean-loup Chiflet s’intéresse aux expressions en entreprise avec Sky my boss ! Ciel mon patron !. Le principe reste le même, on prend des expressions et on les traduit littéralement (d’abord en de l’anglais vers le français puis l’inverse), ce qui donne des choses parfois surprenantes !
Il vaut mieux parler couramment anglais (ce qui n’est pas mon cas, malheureusement) pour sourire des résultats, mais les amoureux des langues devraient s’amuser de ces nouvelles expressions.
Sky my boss ! Ciel mon patron ! de Jean-Loup Chiflet, 12,95 €, 144 pages, Chiflet et Cie.

Gabriel

You Might Also Like

La ville et les nombres

Par 24 août 2014 Livres Jeunesse

Dessus Dessous la villeÀ la surface les enfants se baladent dans le parc, le boulanger vend son pain, les ouvriers creusent, les voitures roulent, les gens se promènent… mais en dessous ? Que se passe-t-il sous nos pieds, sous le bitume que nous foulons, sous les immeubles, sous les routes, sous ce que nous voyons en surface ?
Dessous/Dessus la ville est une sorte de documentaire. À chaque double page, on ouvre des petites fenêtres pour découvrir des éléments cachés et surtout un grand flap pour voir ce qui se cache dessous. Ainsi on découvrira la faune souterraine qui vit sous le parc, les réserves des restaurants, les égouts, les fondations des immeubles et même des cambrioleurs qui préparent un mauvais coup !
C’est instructif et plein d’humour, mais c’est surtout – grâce aux illustrations d’Alexandra Huard – très beau !
Un très joli documentaire pour savoir ce qui se passe sous nos pieds de façon ludique.

MON MONDE de 1 à 1000Après Ma classe de A à Z, un magnifique album que nous avions chroniqué ici, voici Mon monde de 1 à 1000 et bien plus encore… Après les lettres, voici donc les chiffres !
D’abord, il y a 1, c’est par lui que notre histoire commence. Il nous présente 2, son amoureuse, puis 3, 4 et 5. Ceux-là sont unis comme les cinq doigts de la main. On va aussi rencontrer, notamment, 13 qui est rejeté, car on dit qu’il porte malheur, 20, si aimé des instituteurs, 22 qui fait la police, 31 qui est bien habillé, 33 qui va tout le temps chez le docteur et même 20 000 qui aime visiter les fonds marins et 40 000 qui fait le tour de la Terre !
Non seulement les planches de Mayana Itoïz sont très belles, non seulement le livre est bourré d’humour et il permet d’apprendre à compter, mais en plus voilà un livre ludique… même pour les parents ! Parfois, des petits clins d’œil sont glissés (45 se trouve, par exemple, près d’une platine disque), il faudra être attentif pour les repérer !
Un album très réussi d’un duo qui fonctionne à merveille !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages d’Anne-Sophie Baumann (Les trois petits cochons, Les pompiers, Le grand-livre jeu du permis, Cherchons les petites bêtes ! Découvertes et activités au jardin, Au trot petit poney ! et Bonjour docteur !), Alexandra Huard (Le vieux Cric Crac, La petite sirène et Rikimini), Coralie Saudo (À l’école des poussins !, Le vieux-vieux monsieur du 33e étage, Ca… caca… catastrophe !, Un pour tous, tous poussin, Et si je mangeais ma soupe ?, Au pied de ma lettre, Habille-toi, Zaza !, Ma classe de A à Z, Le petit pot de Zaza, Jour de grève chez les marmottes, Tout seul !, Tous ensemble !, S’échapper d’une île, 101 moutons au chomâge, Manolo, un boudeur de petit fantôme et Manolo, un cochon de petit fantôme) et Mayana Itoïz (Ma classe de A à Z et Philo mène la danse). Retrouvez aussi notre interview de Coralie Saudo.

Dessus dessous la ville
Texte d’Anne-Sophie Baumann, illustré par Alexandra Huard
Seuil Jeunesse
15 €, 327×166 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2013.
Mon monde de 1 à 1000 et bien plus encore…
Texte de Coralie Saudo, illustré par Mayana Itoïz
Les p’tits bérets dans la collection Sur la pointe des pieds
14,90 €, 230×300 mm, 44 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

BudoriBudori est un petit garçon, il vit avec ses parents et sa sœur. Autour de lui des choses étranges se passent, il fait de plus en plus froid et les récoltes sont de plus en plus catastrophiques. Une nuit il entend son père, bûcheron, dire à sa femme qu’il part dans la forêt. Comme il ne revient pas, la mère de Budori part le rechercher, les enfants sont maintenant seuls. Un étrange personnage se présente alors à eux, il semble être apparu d’un coup. Il enlève la petite fille, Budori, lui, se retrouve propulsé dans un monde étrange… et ce n’est que le début de l’histoire !
Je n’ai donc pas été vraiment touché par cette histoire poétique sur la nature et ses déchainements car je l’ai trouvée confuse, décousue… Mais j’ai été extrêmement séduit par le dessin et (je pense que c’est le cas) le mélange de techniques (un peu comme dans Métropolis de Rintaro) et par la musique totalement envoûtante.
Mais peut-être que les vrais fans du genre se laisseront plus envoûter que moi.
Budori de Gisaburo Sugli, sortie le 27/08.

Bande annonce :

Gabriel

You Might Also Like

La liberté et un couvre-chef

Par 21 août 2014 Livres Jeunesse

L'oiseau, l'enfant et le chatUne petite fille pleure, un oiseau mort dans les mains. Le chat approche, la petite fille le chasse, pour elle il est la cause de la mort de l’oiseau. Mais l’oiseau n’est pas mort, lui explique le chat, il est juste endormi. Elle décide d’en prendre grand soin, de l’enfermer ainsi il ne lui arrivera rien. L’oiseau sera-t-il vraiment heureux de cette façon ?
Voilà un très joli album mais quelques petites choses m’ont dérangé. Évacuons-les de suite afin de ne rester que sur le positif. La ressemblance des illustrations avec celles de Manon Gautier, Agnès Domergue et un peu Cécile Hudrisier tout d’abord (le récit, lui, me fait penser au poème de Prévert, Le chat et l’oiseau, mais ce n’est pas la même histoire) et surtout la phrase « Elle lui mouille le bec et lui réchauffe les plumes, mais pas comme le ferait un docteur ni une maman, comme un animal sur deux pattes qui en apprivoise un autre ». Bien entendu si l’on parle de s’occuper d’un malade c’est forcément une maman, un papa n’y arrivera pas (et qu’on ne me dise pas que c’est parce que c’est une petite fille, docteur est lui au masculin…) ! Mais disons-nous que ces ressemblances sont des hommages et que cette phrase est une maladresse, car l’album est vraiment beau et intéressant (sinon je n’en parlerai pas). C’est vraiment un bel album pour parler de la liberté. La petite fille a décidé de surprotéger l’oiseau quitte à l’enfermer, à ne pas le laisser vivre sa vie. L’ennemi, le chat, sera celui qui fera comprendre à l’enfant la nécessité de le laisser repartir. Et tant pis s’il lui arrive quelque chose, il aura vécu une plus belle vie qu’en cage, non ?
C’est un album extrêmement riche qui peut amener à des tas de réflexions. On peut y voir un parallèle avec ces parents qui surprotègent leurs enfants ou avec les animaux qu’on garde en prison dans les zoos, soi-disant pour leur bien. On peut y voir tellement d’autres choses encore.
Malgré quelques bémols personnels, voilà un bien bel album sur la liberté.

QuelCelui qui voulait voir le monde est cet objet que ces personnages portent sur la tête ? À quoi sert-il et à qui appartient-il ? Il est à la fois l’ami des bergers et des révolutionnaires, des stars de cinéma l’ont porté, parfois même on doit le lancer le plus loin possible. L’avez-vous reconnu ?
Celui qui voulait voir le monde est un très joli petit album, un ouvrage assez particulier. Sous forme d’une sorte de devinette (dont la réponse n’est donnée qu’en dernière page, en retournant le livre), on parle donc (je vous préviens je donne la réponse) du béret. Ce couvre-chef qui donne son nom à la maison d’édition qui sort cet ouvrage, Les p’tits bérets. L’idée peut paraître saugrenue, et c’est pourtant une vraie réussite (surtout grâce aux très belles illustrations d’Izou).

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Baptistine Mésange (La fabrique extraordinaire) et Stéphane Millerou (Tache d’encre et Fais tes contes).

L’oiseau, l’enfant et le chat
de Baptistine Mésange
Éditions pour Penser dans la collection Contes et histoires pour penser à l’endroit
7 €, 200×200 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Celui qui voulait voir le monde
Texte de Stéphane Millerou, illustré par Izou
Les p’tits bérets
10,90 €, 156×171 mm, 20 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

Qu’elle donne envie la bande annonce de Jonas, le requin mécanique, le prochain Bertrand Santini !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange