La mare aux mots
Parcourir le tag

Lunettes

Deux albums qui donnent envie d’avoir des lunettes ! [ARTICLE EN ACCÈS LIBRE]

Par 28 mai 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose deux albums pour rappeler qu’avoir des lunettes c’est quand même pas si mal !

Charlie n’était pas du genre à se lever tôt pour arriver dans les premiers à l’école, mais depuis qu’il était amoureux d’Inès les choses avaient changé. Mais Charlie était petit, Inès ne le voyait pas… Il avait beau essayer de se faire remarquer, rien n’y faisait ! Le jour où Inès arriva avec des lunettes à l’école il reprit espoir… mais elle ne le voyait toujours pas… Par contre, on ne parlait plus que de ses lunettes. Si Charlie en portait aussi, forcément il attirerait également l’attention et Inès le remarquerait…
Les lunettes est un très bel album. C’est drôle, poétique, décalé et les illustrations de Guridi sont, comme à chaque fois, magnifiques (je suis totalement fan de son travail). Ici, on parle des lunettes qui nous font voir des choses qu’on n’avait jamais remarquées, mais on parle aussi d’amour.
Un magnifique album qui donne envie de porter des lunettes !

C’est pratique les lunettes, ça sert d’excuse quand on a raté son travail en classe (« mes lunettes devaient être sales ») ou à ne pas manger d’endives à la cantine (« désolé avec la buée sur les lunettes je ne vois pas mon assiette »), mais c’est aussi un sacré avantage pour retrouver une bague perdue par Manon…
Alice Brière-Haquet et Amélie Graux proposent un album plein d’humour pour dédramatiser les lunettes. Ici, elles sont utiles, même pour les bêtises ! Comme dans l’album précédent, ça donne même envie d’en avoir ! Là encore, l’amour est au rendez-vous… et les lunettes n’y seront pas pour rien !
Un album tendre et drôle pour dédramatiser les lunettes.

Envie de plus d’albums sur les lunettes ? Une chronique thématique ici.

Les lunettes
Texte de Margarita Del Mazo (traducteur·trice non crédité·e), illustré par Guridi
Versant Sud
12,90 €, 165×230 mm, 36 pages, lieu d’impression non indiqué, 2018.
Mes lunettes
Texte d’Alice Brière-Haquet, illustré par Amélie Graux
Père Castor
10,50 €, 195×240 mm, 24 pages, imprimé en France, 2015.

You Might Also Like

Maladresse et chagrin, avec Anne-Gaëlle Balpe

Par 16 juin 2014 Livres Jeunesse

Anne-Gaëlle Balpe fait partie de ces auteurs que l’on suit. Elle vient de sortir deux nouveaux albums, très réussis, Le roi maladroit et D’où il vient ce gros chagrin ?.

Le Roi maladroitUn roi était si maladroit qu’il mettait ses vêtements à l’envers. Pour se moquer de lui, on le surnommait Dagobert, comme dans la chanson. Forcément, être moqué ainsi ne lui plaisait pas, et il voulut changer. Il fit venir Berlin l’enchanteur, qui était toujours enrhumé, pour lui préparer une potion. Malheureusement, l’enchanteur ne réussit pas à conjurer le sort. Et si un petit monsieur habillé d’un costume et portant une valise y arrivait ?
Voilà un bien bel album. Dans son texte, Anne-Gaëlle Balpe, s’amuse avec des références qui vont beaucoup plaire aux enfants. L’humour subtil du texte est bien agréable. C’est un texte drôle et intelligent. Et il faut dire aussi que les grandes planches de Mayalen Goust sont superbes, elle arrive à allier humour et esthétisme. Ces illustrations accompagnent avec merveille les mots d’Anne-Gaëlle Balpe. Il est difficile de ne pas vous révéler la chute, car après tout ce livre ravira les enfants concernés… En fait si le roi est si maladroit c’est qu’il ne voit pas très bien. Nul besoin donc d’enchanteur, mais le petit monsieur, qui a des lunettes dans sa valise sera bien plus utile.
Un album aussi beau que drôle pour dédramatiser les lunettes.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

D'où il vient ce gros chagrinCe matin, en se réveillant, une petite fille découvre un gros chagrin assis sur elle. D’où vient-il ? Il faut trouver ! Est-ce à cause de la blessure sur le genou ? Non ça ne lui fait plus mal maintenant. Alors peut-être l’oreille décousue du nounours ? Non maman a promis de la réparer. Il n’est quand même pas là sans raison… Et non seulement il faut trouver ce qui l’a fait venir… mais aussi le faire partir.
Bien sûr, on ne peut pas s’empêcher de penser au Crafougna de Stéphane Servant et Anne Montel en lisant D’où il vient ce gros chagrin ? d’Anne-Gaëlle Balpe et Cécile Vangout, mais ici on est plus dans la douceur (sans mièvrerie), on s’adresse aux plus petits. Je suis toujours aussi fan du travail de Cécile Vangout qui, là encore, illustre avec beaucoup de poésie et de tendresse. Le texte est là aussi très fin, on parle donc du chagrin (qui est personnifié par un monstre qui va être de moins en moins gros au fur et à mesure que la petite fille se sent mieux). On ne dit jamais quelle est la cause du chagrin si bien que chaque enfant pourra s’y projeter.
Un très bel album, plein de douceur et de poésie pour surmonter sa peine les jours où l’on se sent un peu triste.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Anne-Gaëlle Balpe (Une pizza pour Monsieur WolfLa lanterne magique, Noël à l’endroit, Où va-t-on quand on disparaît ?, Chez moi, Mon cartable, De vrais amis, Le grand n’importe quoi, Rouge bitume, Noël en Juillet, On n’a rien vu venir, Bonhomme et le caillou bleu, Quand je serai grand, je serai grand méchant loup, Les potions de Papi-guérit-tout, et Fées d’hiver), Mayalen Goust (Le prince amoureux) et Cécile Vangout (Petit Minus, Et tu es né…, Est-ce que vous m’aimerez encore… ?, Lulu et Moussu, Je n’irai pas !, J’attends Mamy et Giga Boy). Retrouvez également nos interviews d’Anne-Gaëlle Balpe et de Cécile Vangout.

Le roi maladroit
Texte d’Anne-Gaëlle Balpe, illustré par Mayalen Goust
Marmaille & compagnie
13,50 €, 329×306 mm, 32 pages, imprimé en France, chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
D’où il vient ce gros chagrin ?
Texte d’Anne-Gaëlle Balpe, illustré par Cécile Vangout
Gautier Languereau dans la collection Les petites histoires du soir
10,50 €, 200×230 mm, 32 pages, imprimé en Roumanie, chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

J’aime les livres et je veux que les auteurs en vivent, un groupe facebook à suivre.

Gabriel

You Might Also Like

J’ai des lunettes… et alors ?

Par 31 mars 2013 Livres Jeunesse

Pour faire un dessin
Moi j’avais besoin
De mettre mon nez
Tout près du papier…

Mes lunettes, Abel

Et si nous parlions des lunettes ? Les enfants qui doivent en porter se sentent parfois différents, le vivent mal… et comme souvent les livres, avec des héros qui vivent la même chose sont un bon moyen de dédramatiser.

Mes lunettes de rêveDes lunettes, des lunettes… non mais ça va pas ! Ce petit éléphant a beau voir mal il n’en veut pas ! Bon à la limite des lunettes en étoile… mais non sa maman préfère les rondes… Et ce qui devait arriver arriva… les copains se moquent de lui… il avait pourtant prévenu sa mère !

Une histoire pleine d’humour et avec un petit grain de surréalisme pour finalement se rendre compte que les lunettes c’est utile ! Au-delà de lunettes on parle aussi de la différence, bien-sûr, Alain Mets arrive vraiment à séduire les enfants et à dédramatiser la chose, un album plein de charme et de malice.

BigloucheQu’il est beau Biglouche avec son pelage noir et blanc. Bon d’accord il est un peu gros mais faut dire qu’il ne bouge pas beaucoup… Il y a une raison à cela, Biglouche ne voit rien ! Donc imaginez-vous sortir sans voir devant vous ? Et puis vu sa trombine et ses yeux qui partent en vrille les autres se moquent de lui ! Pourtant grâce à certaines rencontres il va se rendre compte qu’il n’est pas le plus à plaindre et qu’il existe une solution. Avec un peu de courage Biglouche va affronter ses peurs et les moqueries et partir voir quelqu’un qui peut l’aider au fond de la forêt.

Un album plein de charme aux très belles illustrations qui parle des lunettes, bien-sûr, mais aussi d’aller vers l’avant, d’oser affronter ses peurs et le regard des autres, de ne pas se complaire dans son malheur. D’accord Bliglouche voit mal mais le hibou ne voit qu’en noir et blanc, le lombric ne voit rien et la grenouille voit flou !

je veux des lunettesPas facile quand on est fils et petit-fils d’opticiens d’accepter d’avoir une vue parfaite ! Firmin adore les lunettes, il aimerait bien comme tous les membres de sa famille en porte. Ça fini même par l’obséder et il tente, avec tout ce qu’il trouve, d’en fabriquer… Firmin VEUT DES LUNETTES !

Ici c’est donc le problème à l’envers… et ça fait du bien ! Comment grandir parmi des gens qui ont tous des lunettes quand on n’en a pas soi-même ? Alors bien-sûr on parle ici aussi surtout de la différence, d’accepter de ne pas être comme les autres, de ne pas chercher à être quelqu’un que l’on n’est pas. La superbe plume de Charlotte Moundlic et les illustrations de Véronique Deiss font de cet album un album très drôle avec un côté poétique. Et puis à sa lecture on trouve que c’est génial d’avoir des lunettes… et ne pas en avoir c’est bien aussi !

Le voleur de lunettesAlbudon, le gardien du zoo s’est fait voler ses lunettes !  Faut dire que le petit singe est un farceur. Comment continuer à travailler quand tout est flou ? Albudon enchaîne les gaffes jusqu’au moment où ça ne devient plus drôle du tout !

Alors bien-sûr ici le sujet n’est pas vraiment avoir des lunettes mais cette histoire très drôle signée Muriel Zürcher permet aussi de dédramatiser. Les situations sont pleines d’humour et les enfants adorent, les lunettes sont au second plan mais au final le message passe ! Sans lunettes on voit moins bien, c’est utile ce petit truc là !

Quelques pas de plus…
Un livre avec des lunettes parmi ceux que nous avons chroniqués : Le voyage de M’toto Lunettes. Un livre qui parle aussi de lunettes et du fait de devoir en porter : Pauvre Stupidon, nous ne l’avons pas chroniqué mais retrouvez la chronique de Parfums de livres.
On avait déjà chroniqué plusieurs livres de Charlotte Moundlic (Mon cœur en miette, Chamalo et sa baby sitter, Chamalo est jaloux, Les invités , Le slip de bain, ou les pires vacances de ma vie et La croûte), plusieurs livres de Muriel Zürcher (Papa Yaga, Krok Mais, Le tourneur de page, Tome 2 : Vers l’inconnu, Le tourneur de page, Tome 1 : Passage en Outre-Monde et La perle volée) et un livre d’Olivier Huette (Pourquoi les girafes sont-elles si grandes ?). Retrouvez aussi notre interview de Muriel Zürcher.

Mes lunettes de rêve
d’Alain Mets
L’école des loisirs
13,20€, 225×307 mm, 30 pages, imprimé en France, 2009.
Biglouche
de Myrha Verbizh, illustré par Alyssa Verbizh
L’école des loisirs
12,20€, 245×320 mm, 14 pages, imprimé en France, 2008.
Je veux des lunettes !
de Charlotte Moundlic, illustré par Véronique Deiss
Albin Michel Jeunesse dans la collection Zéphyr
10€, 215×165 mm, 34 pages, imprimé à Singapour, 2010.
Le voleur de lunettes
de Muriel Zürcher, illustré par Olivier Huette
Lito dans la collection La minute du papillon
3,90€, 150×190 mm, 24 pages, imprimé en UE, 2012.

A part ça ?

Après avoir lu notre chronique Princesse un jour et boniche pour toujours, Lilaetlemagicien de Les vendredis intello a lu Contres les jouets sexistes et en a fait une belle analyse.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange