La mare aux mots
Parcourir le tag

Marianne Dubuc

Un voyage en bus et trois arbres

Par 26 avril 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on découvre deux personnages touchants et un peu hors du commun. On monte dans L’Autobus avec Clara, puis on rencontre Le Troisième Fils de Monsieur John.

L’Autobus
de Marianne Dubuc
De la Martinière Jeunesse
13,50 €, 279 x 171 mm, 40 pages, imprimé au Portugal, 2018.
Le Troisième Fils de Monsieur John
Texte de Nadine Brun-Cosme, illustré par Christine Davenier
Sarbacane
15,50 €, 235 x 315 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2018.

You Might Also Like

En haut d’un arbre et les pieds dans l’eau

Par 11 août 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on part pour la forêt à la rencontre d’un écureuil et d’une grosse bête abandonnée, puis on va se rafraichir sur la banquise avec une bande d’animaux rigolos, dans deux très chouettes petits albums !

Je ne suis pas ta maman
de Marianne Dubuc
De La Martinière Jeunesse
12,90 €, 178×241 mm, 72 pages, imprimé au Portugal, 2017.
Elle est bonne ?
de Jean Gourounas
L’atelier du poisson soluble
15 €, 163×208 mm, imprimé en Espagne, 2017.

You Might Also Like

Albums cartonnés

Par 31 octobre 2016 Livres Jeunesse

Je vous propose, aujourd’hui, une sélection d’albums cartonnés (donc que l’on peut mettre dans les mains des plus petits !). Comme j’ai reçu beaucoup de bons livres de ce genre récemment, je vous propose une chronique en deux parties, la suite jeudi !

L’arche des animaux
de Marianne Dubuc
Casterman
14,90 €, 140×140 mm, 98 pages, imprimé en Chine, 2016.
Les oiseaux (couleurs)
d‘Élo
Sarbacane
12 €, 160×160 mm, 20 pages, imprimé en Malaisie, 2016.
ABC des petits bonheurs
Texte d’Élisabeth Coudol, illustré par Anne-Lise Boutin
Père Castor
14,90 €, 185×185 mm, 26 pages, imprimé en Chine, 2016.
Nous !
d’Hector Dexet
Éditions Amaterra
12,50 €, 201×235 mm, 38 pages, imprimé en Chine, 2016.
Cerf… Cerf… Ouvre-moi !, C’est la petite bête… et Au feu les pompiers !
d’Émile Jadoul
Casterman dans la collection Mes comptines en or
6,95 € chacun, 213×120 mm, 24 pages chacun, imprimé en Chine, 2016
1000 méli-mélo robots et 1000 méli-mélo autos
de Raphaëlle Barbanègre
Père Castor dans la collection 1000 méli-mélo
12 € chacun, 182×270 mm, 16 pages chacun, imprimé en Chine, 2016.
À tout à l’heure !
de Thierry Bedouet
Milan dans la collection Les minousses
10,90 €, 200×170 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2016.

You Might Also Like

C’est l’heure d’aller au lit !

Par 2 mai 2014 Livres Jeunesse

Cétenkiki ki ki Cétenkikikikkinan
Cétenkiki d’allez au lit dès maintenant,
Cétenkiki d’allez au lit dès maintenant
Je ne veux pas papa je ne veux pas maman
Je ne veux pas papa je ne veux pas… NAN
Je ne veux pas papa je ne veux pas maman
Si c’est comme ça Ah ça je n’irai pas me laver les dents !
Cetenkiki,
Vincent Malone

Cauchemars, peur du noir et heure du sommeil repoussée… Ah quand vient le temps de dormir…

J'aime mes cauchemarsLa nuit, une petite fille rêve de monstres horribles cachés sous son lit, qu’elle se perd dans la rue ou qu’elle arrive en culotte à l’école. Sa maman a la solution : des histoires pleines de douceur qui forcément rendront les nuits plus douces… Sauf que la douceur, c’est barbant ! Avec des rêves tout mignons, les nuits ne sont plus drôles, c’est tellement mieux les cauchemars, non ?

J’aime mes cauchemars (c’est dommage ce titre qui nous révèle la chute !) est un album anti mièvrerie comme j’aime. Elle n’en a pas envie cette petite fille d’histoires de prince charmant ou de chatons, elle ce qu’elle veut ce sont des monstres et des frissons ! On le sait, la plupart des enfants aiment se faire peur, ils se reconnaîtront dans ce personnage piquant ! Et puis, c’est une très jolie façon de dédramatiser les cauchemars, de les apprivoiser. Un album plein d’humour signé Séverine Vidal avec de très belles illustrations crayonnées pleines de couleurs signées Amélie Graux.
Le même vu par Chez Clarabel, Le tiroir à histoire et Sous le feuillage.

Blanche hait la nuitBlanche, elle, n’aime pas la nuit. Chaque jour, elle revient, et chaque jour Blanche organise des concerts pour réveiller le soleil et faire partir la lune. Forcément, les parents, ça les agace un peu… Tous les prétextes sont bons, chaque phrase des parents amène des chants, des actions… mais à force…

Blanche hait la nuit aura un goût de déjà vu pour certains d’entre vous… Sibylle Delacroix a su croquer avec beaucoup de justesse ces enfants qui deviennent des piles électriques au moment du sommeil. L’album est bourré d’humour, de clins d’œil. L’histoire est rythmée par des bruits (Blanche tape sur son tambour) et des chants. Un petit album aux illustrations pleines de mouvements sur ces enfants qui s’animent à l’heure du coucher.

Oops et OhlalaC’est l’heure d’aller au lit ! Mais Oups et Ohlala n’ont pas vraiment envie… tous les prétextes sont bons pour reculer l’heure du coucher : on joue encore un peu, on veut aller aux toilettes, on veut une histoire, on a soudain une folle envie de ranger sa chambre, on réclame un verre d’eau et son doudou… Et quand toutes les demandes sont assouvies, on est enfin tranquille ?

On retrouve notre petit panda et notre petit koala qu’on aime décidément beaucoup. Encore une aventure pleine d’humour sur des situations du quotidien. Là encore, on se dit que Mellow connaît bien les enfants ! Un album, comme à chaque fois, avec des pages plastifiées et donc manipulables par les tout petits avec des couleurs franches et de forts contrastes comme ils aiment.

Mais papa...Un père souhaite une bonne nuit à ses enfants… sauf que ceux-ci lui rappellent qu’il a oublié les pyjamas ! Allez c’est chose faite, maintenant bonne nuit ! Ah non, il manque encore le doudou, puis ce sera le verre d’eau, la veilleuse, le lit, le plancher et les murs et tant d’autres choses encore…

Voilà un papa bien distrait (quand on a un personnage qui s’occupe mal des enfants ou qui oublie tout, c’est généralement le père… mais passons…) heureusement que ses enfants sont là pour le rappeler à l’ordre ! Avec de très jolies illustrations signées Marianne Dubuc, voici une histoire un brin décalée, basée sur la répétition qui a cartonné auprès de ma fille de six ans. Derrière le côté parfois absurde du propos, on rappelle quand même tout le rituel du coucher avec tout ce que nous réclament, souvent, les enfants. Un album tout doux et plein d’humour.

Quelques pas de plus…
D’autres livres sur l’heure du coucher et le sommeil que nous avons chroniqués : Trop tôt pour le dodo !, La boîte à musique de Gaston, Le doudou d’Ernestin, Un bisou pour Lili, Les chaussettes de Gaspard, Le pyjama de Charlotte a disparu, La veilleuse pour Juliette, Le livre magique de Sacha, À la sieste, Au lit tout le monde !, Réveillés les premiers, Dis tu dors ?, 40 histoires du marchand de sable, Jour de grève chez les marmottes, Victor et les Amulettes, 101 moutons au chômage, Dors bien, Rosalie, Tu ne dors pas, petit ours ?, Le sommeil Conseils et astuces au quotidien, Au dodo les animaux, Au lit, poussin !, Yoyo : Je ne veux pas dormir, Les dents, le pot, et au dodo !, Petites histoires du Père Castor pour endormir les petits, Tom ne veut pas dormir, Camille ne veut pas dormir, Camille a fait un cauchemar, Camille a oublié Nounours, Au lit, Ludo !, Non pas dodo !, Cacao se lève toujours trop tôt, Les monstres de la nuit, Ambre a peur du noir,
Quel cauchemar !Bonne nuit petit monstre vertA l’heure du loup, Y’a un monstre à côté, Le mons’trouille, Comment ratatiner les cauchemars, Au revoir cauchemar et Bonne nuit petit monstre vert.
Nous avons déjà chroniqué des livres de Séverine Vidal (Méga-Loup, Fées d’hiver, Billie du bayou, le banjo de Will, Billie du bayou, SOS Garp en détresse, Noël à l’endroit, Mon secret rit tout le temps, 55 oiseaux, Prune et l’argent de poche, Une girafe un peu toquée, Bad Lino, L’œil du pigeon, Au pays des vents si chauds, Petit Minus, Le laboureur de nuages & autres petits métiers imaginaires, La grande collection, Mon papa est zarzouilleur, Clovis & le pain d’épices, Rien qu’une fois, Philo mène la danse, Plus jamais petite, Comment j’ai connu papa, Arsène veut grandir, Lâcher sa main, Rouge Bitume, Comme une plume, J’attends Mamy, Roulette Russe tome 1 Noël en juillet, Je n’irai pas, Léontine, princesse en salopette, Mamythologie, On n’a rien vu venir, Du fil à retordre, Prune, tome 1 : La grosse rumeurPrune, tome 2 : Le fils de la nouvelle fiancée de papa, Prune, tome 3 : Prune et la colo d’enfer, 5h22, Les petites marées et La meilleure nuit de tous les temps), Amélie Graux (Oops et Ohlala fête un anniversaire, Oops et Ohlala mangent comme des grandsOops et Ohlala prennent un bain, Comptines des papas, 9 mois pour attendre un petit frère ou une petite sœur et Play with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes), Mellow (Oops et Ohlala fête un anniversaire, Oops et Ohlala mangent comme des grandsOops et Ohlala prennent un bainet Play with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes) et Marianne Dubuc (Le lion et l’oiseau). Retrouvez aussi notre interview de Séverine Vidal.

J’aime mes cauchemars
Texte de Séverine Vidal, illustré par Amélie Graux
Gallimard Jeunesse Giboulées
14 €, 205×285 mm, 24 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Blanche hait la nuit
de Sibylle Delacroix
Bayard Jeunesse
10,50 €, 185×187 mm, 26 pages, imprimé en Malaisie, 2014.
Oops et Ohlala vont dormir
Texte de Mellow, illustré par Amélie Graux
Talents Hauts dans la collection Oops & Ohlala
5,80 €, 157×157 mm, 18 pages, imprimé en Chine, 2013.
Mais papa…
Texte de Mathieu Lavoie, illustré par Marianne Dubuc
De la martinière Jeunesse
7,50 €, 160×220 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014.

À part ça ?

Pour rester dans le même sujet, l’application Nott won’t sleep (hélas que sur Ipad) chroniquée par DéclicKids.

Gabriel

You Might Also Like

Maintenant, j’ai un ami

Par 15 novembre 2013 Livres Jeunesse

Unis main dans la main
A chaque seconde
On rit de ses chagrins
Quand on possède un bon copain
Avoir un bon copain, Jean Boyer

Dans les albums du jour il sera question de rencontres, d’amitié, d’entraide. Et je vous préviens, il y aura quelques pépites.

Une rencontreUne renarde rôde. Il fait froid, c’est l’hiver et la neige recouvre le sol. Elle s’approche d’un village, bien entendu elle est chassée par les habitants mais de la fenêtre de sa chambre un enfant observe. Il voit la renarde se réfugier dans la serre, il décide de l’aider.

Une rencontre est un album sans texte (comme tous les albums de la collection Histoire sans paroles très joliment sous-titrée Pour lire avant de savoir lire). Les très belles planches toutes en longueur sont signées Princesse Camcam et elles sont absolument magnifiques. Elle reprend ici le principe des papiers découpés qu’on avait adoré dans L’album de famille. C’est un album très doux, extrêmement poétique. Le petit garçon aide la renarde qui cherchait où mettre au monde ses petits, la renarde offrira un beau cadeau au petit garçon. Un magnifique album, format à l’italienne, présenté dans un fourreau en carton.
Vous pouvez voir des illustrations issues du livre sur le site de Princesse Camcam.

Le lion et l'oiseauAlors qu’il jardinait, Lion trouva un oiseau par terre, l’oiseau était blessé, il fallait le soigner. Ses amis avaient continué leur vol et il était maintenant seul. Lion allait prendre soin de lui, le réchauffer, le nourrir. Lion, qui vivait seul, était ravi de ce nouvel ami et ensemble ils regardaient passer l’hiver, bien au chaud. Au printemps, l’oiseau était guéri, ses amis repassèrent, il pouvait donc les rejoindre. Lion se retrouva à nouveau seul… il espérait que son ami reviendrait le voir.

Le lion et l’oiseau de Marianne Dubuc est également un magnifique album. Ici aussi on parle d’entraide, d’amitié. Le livre est extrêmement doux, poétique et si, contrairement au précédent, il y a du texte, c’est un texte court, parfois plusieurs pages n’en contiennent pas. J’avais déjà chroniqué un livre édité par La pastèque il y a peu (Joseph Fipps) et j’ai le même coup de cœur ici. Décidément une maison d’édition qui fait de beaux livres (tant niveau édition que dans le contenu), une maison d’édition à suivre de près !
Le même vu par Le cabas de Za, Enfantipages et Œil d’ailleurs.

coffret Grand loup et Petit loupGrand Loup avait toujours vécu sur sa colline, sous son arbre. Un jour il vit arriver Petit Loup qui s’installa aussi sous l’arbre… Grand Loup ne savait pas quoi faire, qui était cet inconnu ? Il le regardait du coin de l’œil. La nuit vint, Grand Loup se coucha, Petit Loup aussi. Grand Loup eu pitié de Petit Loup et partagea avec lui son drap de feuille. Très vite ces deux-là devinrent amis. Grand Loup connut le manque quand Petit Loup disparut (avant de revenir, rassurez-vous). Il accomplit un dangereux périple pour lui offrir une feuille qui le tentait tant et il partit à sa recherche quand Petit Loup se perdit.

Connaissez-vous Grand Loup & Petit Loup, cette série de Nadine Brun-Cosme et Olivier Tallec ? Trois albums sont sortis, ils sont ici regroupés en petit format dans un coffret. Si vous ne connaissez pas ces albums, ce sont des bijoux de poésie. Des textes superbes, extrêmement riches (ma préférence va à La feuille qui ne tombait pas, le deuxième livre, où Petit Loup désire plus que tout une feuille qui se trouve tout en haut de l’arbre, il a envie de la toucher, de la goûter et de se voir dedans. Grand Loup va aller la chercher pour lui mais il a tant attendu avant de le faire que la feuille se désagrège à peine il la touche, et elle tombe en poussière. Finalement, Petit Loup recevra une pluie de morceaux de la feuille mais il arrivera à en manger un petit bout, un morceau frôlant sa joue lui montrera qu’elle est douce et en regardant les morceaux tomber il verra à quel point elle brillait… magnifique). Les illustrations d’Olivier Tallec sont bien sûr superbes (Olivier Tallec…) et il nous réserve une surprise dans le dernier tome, quelque chose qui m’a laissé sans voix, perplexe, qui m’a donné envie d’en parler avec lui. Bref, voilà réunis 3 albums merveilleux, dans un bien joli petit coffret.
Grand Loup & Petit Loup (le premier album du coffret) vu par Le cabas de Za.

MarlaguetteMarie-Olga était une petite fille que tout le monde appelait Marlaguette. Un jour qu’elle cueillait des champignons dans les bois elle rencontra le loup ! Bien sûr le loup la prit dans sa gueule mais l’enfant se débattait tellement que le loup finit par se cogner… il ne bougeait plus, un peu de sang coulait de son front. Marlaguette ne pouvait pas le laisser comme ça. Ce fut le début d’une belle histoire.

Marlaguette est un conte classique que vous avez peut-être lu enfant et que vos parents ont peut-être même lu lorsqu’ils l’étaient eux-mêmes (il date de 1952). La version sortie dans les classiques du Père Castor est très connue. Ce bon vieux Père Castor a eu une super idée en la ressortant dans un grand album, au dos toilé, illustré par le génial Olivier Tallec. Les grandes planches sont absolument magnifiques, c’est vraiment un régal de redécouvrir les aventures de cette petite fille qui pardonne à celui qui voulait la manger et décide de lui venir en aide. On y parle aussi de la nature (et de ne pas aller contre elle). Une magnifique histoire d’amitié et d’entraide qui, éditée il y à 60, n’a pas vieillit depuis.

Le petit pêcheur et le squeletteTong vit dans une petite cabane, aux portes de la ville. Comme tous les matins, l’enfant part à la pêche sur son bateau, mais ce matin le ciel est sombre, très vite la mer se déchaîne. Tong pousse tout à coup un cri d’horreur, un squelette vient de monter dans son bateau et se dresse maintenant devant lui, imaginez la terreur du petit garçon qui lutte pour faire tomber cet occupant. Tong arrive a rentrer chez lui mais le squelette est toujours là, l’enfant s’évanouit. Le squelette ramasse l’enfant, l’aide à revenir à lui, s’en occupe puis découvre son image dans un miroir, à son tour il est terrorisé et s’effondre, ça sera l’enfant qui, à son tour, s’occupera de lui.

Le petit pêcheur et le squelette est un album bien singulier, il pourrait paraître terrifiant (le squelette arrive dans l’histoire avec un gros plan pleine page) mais ma fille de cinq ans (assez froussarde habituellement) n’a pas du tout été effrayée par ce conte (la notion de squelette n’est pas forcément associée à un revenant pour les petits). Ici aussi on parle d’entraide, ces deux-là vont s’occuper tour à tour l’un de l’autre. Et la fin est des plus heureuses (le squelette redeviendra humain grâce aux soins du petit garçon). Les illustrations sont superbes et accompagnent parfaitement ce joli conte, bien original.
Le même vu par Les livres de Dorot’.

Deux clownsUn clown blanc regardait vers l’horizon mais ne voyait rien venir, accompagné de son cheval il décida donc de quitter son pays. Il rencontra un petit homme perché sur un arbre, il lui expliqua que, grâce à de la peinture, il redonnait de la couleur aux arbres qui avaient perdu leurs feuilles. Les deux hommes sympathisèrent, ensemble ils partagèrent un repas puis jouèrent de la musique. Ils remarquèrent qu’ils avaient le même nez rouge et qu’en les voyant les enfants riaient. Un cirque passait par là, ils décidèrent de le suivre pour en devenir les clowns.

Deux clowns est aussi une très belle histoire d’amitié que nous propose Éric Battut, l’histoire de deux hommes, assez différents, mais avec quelques points communs, qui vont devenir amis. On reconnaît bien sur ici le clown blanc et l’Auguste, deux personnages connus chez les clowns. Ce bel album est sorti dans une toute jeune maison d’édition, Bulles de savon, qui a déjà un beau catalogue. A suivre donc (mais nous en reparlerons) !

D'une île à l'autreColin, Max et Rémi jouaient ensemble tous les jours sur leur rocher qu’ils appelaient leur île. C’était LEUR territoire, personne n’avait le droit de s’en approcher. Les trois garçons avaient chacun leur caractère, l’un aimait construire des tours et des châteaux, l’autre adorait courir, le troisième aimait les drapeaux. Un jour, Sarah arriva. Hors de question qu’elle joue avec eux, une fille ! Imaginez donc ! Alors elle les observa de loin, sur son propre rocher. Seulement, quand Sarah mit un drapeau, les garçons continuèrent à jouer mais en gardant un œil vers là-bas… Le lendemain ils était deux sur le rocher de Sarah… et ils n’étaient plus que deux sur le rocher des garçons.

D’une île à l’autre nous parle aussi d’amitié, d’aller à la rencontre de l’autre, peu importe sa couleur, peu importe son sexe. C’est tellement mieux de faire les choses à plusieurs que seul dans son coin, et comme le dit l’expression, plus on est de fous, plus on rit. De très belles illustrations à la peinture signées Sylvie Serprix mettent en image le texte de Nadine Brun-Cosme (dont on a déjà parlé dans cette chronique). Un très bel album pour aller vers l’autre qui a eu le soutien d’Amnesty International.
Le même vu par Enfantipages.

ChapillonUn papillon vole, un chat le poursuit. Le chat s’élance… va-t-il l’attraper ? Non, le chat retombe sur ses pattes et le papillon vole toujours. On retente de plus haut… le chat tombe dans la mare. Allez une autre tentative ?

On a commencé par un album sans texte, on termine la chronique par un album sans texte. Chapillon de Layla Benabid fait partie de la collection Cartoons de chez Rêves Bleus dont nous vous avions déjà parlée ici. Une très jolie collection de petits albums souples en noir et blanc (avec une couleur en plus). Ici on parle donc de l’histoire d’amitié entre un papillon et un chat, eux qu’on croyait ennemis. Un album très graphique et très esthétique, très tendre.
Le même vu par Butiner de livres en livres.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Princesse Camcam (Le jardin de Clara, Je danse à l’Opéra, L’album de famille, Marie de Paris, Marie voyage en France, Drôles de marchés ! et La fille aux cheveux d’encre), Nadine Brun-Cosme (Trop c’est trop et Le prince amoureux), Olivier Tallec (Le plus féroce des loups, Pas de pitié pour les baskets, Kevin et les extraterrestres, Restons Calmes !, Joyeux Noël Rita et MachinMaurice Carême chanté par Domitille, Mon cœur en miettesLe slip de bain, ou les pires vacances de ma vie et La croûte), Éric Battut (Mes petits bateaux, Le petit poisson rouge, Arthur 1er et le trône à trois pieds, Quand Grand-Mère revenait, Monsieur Scarlatine, Comme un pou), Sylvie Serprix (Samiha et les fantômes et Contes d’un autre genre) et Layla Benabid (Kid-do, Nours et Li-loup). Retrouvez aussi notre interview de Princesse Camcam.

Une rencontre
de Princesse Camcam
Autrement dans la collection Histoire sans paroles
12€, 260×150 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013.
Le lion et l’oiseau
de Marianne Dubuc
La Pastèque dans la collection Pamplemousse
16,40€, 199×249 mm, 60 pages, imprimé à Singapour, 2013.
Coffret Grand Loup & Petit Loup
Textes de Nadine Brun-Cosme, illustrés par Olivier Tallec
Père Castor
18€, 140×170 mm, 3×32 pages, imprimé en Chine, 2013.
Marlaguette
Texte de Marie Colmont, illustré par Olivier Tallec
Père Castor
13€, 280×260 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013.
Le petit pêcheur et le squelette
de Chen Jiang Hong
L’école des loisirs
12,70€, 285×290 mm, 48 pages, imprimé en Italie, 2013.
Deux Clowns
d’Éric Battut
Bulles de savons
14€, 310×230 mm, 32 pages, imprimé en Union Européenne, 2013.
D’une île à l’autre
Texte de Nadine Brun-Cosme, illustré par Sylvie Serprix
Talents Hauts
14,80€, 226×306 mm, 25 pages, imprimé en Italie, 2013.
Chapillon
de Layla Benabid
Rêves Bleus dans la collection Cartoons
5,90€, 150×150 mm, 32 pages, imprimé en France, 2013.

A part ça ?

Les auteurs ne sont déjà pas bien riches, la loi des finances 2014 propose de les taxer encore plus. Une pétition à lire (et à signer) ici.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange