La mare aux mots
Parcourir le tag

Marianne Zuzula

Les invité·e·s du mercredi : Johan Leynaud, Élise Thiébaut, Mirion Malle et Marianne Zuzula

Par 28 mars 2018 Les invités du mercredi

Il y a quelques semaines, j’ai découvert la série Dou de Johan Leynaud, et j’ai trouvé ce nouveau personnage pour tout-petits vraiment réussi. J’avais envie d’en savoir plus sur son auteur, il a accepté de répondre à mes questions. Ensuite, c’est avec Élise Thiébaut, Mirion Malle et Marianne Zuzula que nous avons rendez-vous pour la rubrique Parlez-moi de… Ensemble, elles reviennent sur leur album, Les règles… quelle aventure ! Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Johan Leynaud

Pouvez-vous nous parler de Dou, votre série sortie chez Sarbacane ? Comment est-il est né ? D’où est venu ce héros ?
Dou est un petit ornithorynque qui vit avec tendresse et humour les aventures quotidiennes d’un enfant de 2 ans, environ. L’idée est apparue lors de mon premier rendez-vous chez Sarbacane. J’y allais pour parler du projet de mon premier album, et j’avais pris avec moi quelques dessins. Parmi ces dessins, il y avait un ornithorynque assez malicieux. Un corps de loutre, un bec et des pattes de canard, une queue de castor, je trouvais que ce drôle d’animal en construction résonnait particulièrement avec les enfants qui grandissent, petit bout par petit bout. Ce n’était pas encore Dou, mais j’ai vu que mes éditeurs l’aimaient bien. Ça m’a donné envie de le retravailler et de leur proposer ce petit héros. Ça m’a pris plus d’un an et demi pour les convaincre. Ils étaient intéressés, mais aussi réticents, car ce n’est pas facile de lancer une série pour les tout-petits. Après de nombreux allers-retours, tout s’est concrétisé quand ils ont été touchés par le design presque définitif de Dou. Je pense que ça a été l’élément déclencheur pour qu’on se lance tous ensemble dans l’aventure.

En plus d’être auteur/illustrateur, vous êtes aussi graphiste et réalisateur, parlez-nous de votre parcours.
J’ai fait mes études aux Beaux-arts de Marseille. Bien que j’y ai dessiné, j’y ai aussi découvert, avec passion, la vidéo. Après ma formation, j’ai travaillé dans l’audiovisuel à Paris, en tant qu’assistant monteur, puis monteur et graphiste vidéo, principalement dans le milieu de la publicité. Puis j’ai commencé à réaliser des petits films graphiques, avant de me lancer dans des projets d’animation. De mon métier de graphiste j’ai appris à être efficace. Et le montage et la réalisation m’ont permis d’exercer mon sens de la narration et du rythme. J’essaie de mettre toutes ces choses dans mes albums.

Quelles techniques d’illustrations utilisez-vous ?
Je travaille en équilibre entre le papier et la tablette graphique. Mes premières recherches et mes crayonnés se font toujours sur papier, puis mes couleurs finales et mon encrage se font sur tablette. Ça me permet de marier le plaisir des feutres et du crayon avec le contrôle très précis des lignes et des couleurs. Je ne cherche pas à avoir quelque chose de parfait, et je ne veux pas non plus quelque chose de maladroit. À ma manière j’essaie de trouver quelque chose de parfaitement imparfait.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescent ?
Mes premières amours furent pour la BD. Beaucoup de comics, mais aussi Rahan, Gaston Lagaffe, Achille Talon. Puis j’ai grandi avec des auteurs comme Loisel, Comès, Moëbius, Bilal.
Du côté album jeunesse, mon premier souvenir de lecture seul est : Le dictionnaire des mots tordus. Ça a été un ravissement ! J’ai aussi été très marqué par un recueil des contes de Ceylan publié chez Gründ, qui était totalement envoûtant et magnifiquement illustré par Marian Capka.

Il y a-t-il des illustrateurs et des illustratrices dont le travail vous touche ou vous inspire ?
Il y en a plein ! Venant plutôt de la BD et de l’animation, beaucoup de ma culture de l’illustration est à faire et reste à faire. Grâce au Prince des mots tordus, j’ai un attachement particulier pour le travail de Pef. Puis, au-delà des classiques que j’adore comme Sempé et Tomi Ungerer, j’aime aussi beaucoup la générosité émotionnelle de Benoît Charlat, l’intelligence de Yusuke Yonezu et le sens de la forme de Janik Coat. J’ai aussi été très impressionné par l’élégance du travail d’Alexandra Pichard sur l’album Puisque c’est comme ça je m’en vais ! (écrit par Mim). Récemment j’ai eu deux coups de cœur pour le travail de Laurent Simon et d’Audrey Spiry. Le travail de Laurent Simon est plein d’énergie et de fraîcheur, et celui d’Audrey Spiry est un véritable tourbillon !

Quelques mots sur vos prochains ouvrages ?
Mes prochains albums seront de nouveaux épisodes de Dou. D’ailleurs en juin de cette année, on le retrouvera à la crèche ! En parallèle je pense aussi à d’autres projets pour les tout-petits mais aussi pour les plus grands ! Ce n’est pas les idées qui manquent, c’est le temps !

Bibliographie :

  • Dou s’habille, texte et illustration, Sarbacane (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • Dou et son doudou, texte et illustration, Sarbacane (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Ma maman arc-en-ciel, texte et illustration, Sarbacane (2017).
  • Mon papa est un soleil, texte et illustration, Sarbacane (2015).


Parlez-moi de… Les règles… quelle aventure !

Régulièrement, on revient sur un livre qu’on a aimé avec son auteur·trice, son illustrateur·trice et/ou son éditeur·trice. L’occasion d’en savoir un peu plus sur un livre qui nous a interpellés. Cette fois-ci, c’est sur Les règles… quelle aventure !, que nous revenons avec son éditrice (Marianne Zuzula), son autrice (Élise Thiébaut) et son illustratrice (Mirion Malle).

Marianne Zuzula, éditrice :
J’ai lu et adoré Ceci est mon sang, le livre d’Élise Thiébaut paru à la Découverte en début d’année 2017, et j’étais vraiment super enthousiaste à l’issue de cette lecture, avec tout de suite l’envie de faire un livre de ce style pour les préados. En effet parler des règles, c’est parler de féminisme, c’est parler du corps des femmes, c’est parler du patriarcat, c’est parler de sexualité, c’est parler de politique, bref, il me semblait indispensable de sensibiliser les ados à cette question, de leur montrer que les règles ce n’est pas juste un truc pénible qui arrive une fois par mois, mais que c’est un VRAI sujet dont il faut se saisir. J’ai regardé ce qui existait sur le sujet en jeunesse et là c’était vite vu : rien !!! Tous les livres sur la puberté, les bons comme les mauvais, traitent des règles, et consacrent une ou deux pages, voire même un petit chapitre, à ce sujet, mais c’est tout. Je me suis dit qu’il fallait y remédier immédiatement, et proposer un livre qui ne soit pas un documentaire, mais un essai, un livre qui prend parti, qui donne son avis et qui questionne. Donc j’ai contacté Élise, qui était partante (ouf !). Sur un tel sujet, où la question de la représentation est centrale, il ne fallait pas se louper dans le choix de l’illustratrice (je dis illustratrice car honnêtement ça ne nous est jamais venu à l’idée de proposer à un homme de faire les dessins !), c’est pourquoi j’ai proposé à Mirion Malle, la meilleure du monde si vous voulez mon humble avis, d’illustrer ce livre, et elle a accepté (ouf !). À l’arrivée, le livre est juste parfait, il est vraiment utile, il fonctionne bien et il fait son chemin… et ce n’est pas fini !

Élise Thiébaut, autrice :
Quand j’ai publié Ceci est mon sang, de nombreuses personnes me disaient « Ah si j’avais su ça quand j’étais ado, j’aurais bien mieux vécu mes règles ! » Pourtant, je n’envisageais pas d’écrire de nouveau sur le sujet, alors que j’avais déjà publié trois livres documentaires pour ados chez Syros. C’est uniquement parce que Marianne Zuzula m’a contactée avec ce projet que j’ai commencé à me dire que c’était une bonne idée, surtout quand j’ai vu les précédents livres de la collection Jamais trop tôt, écrits par les Pinçon-Charlot ou Caroline de Haas, qui sont géniaux… Mais ce qui m’a vraiment enthousiasmé dans cette aventure (ah ah), c’est de savoir que Mirion Malle allait illustrer le livre. J’aime beaucoup ses dessins et sa façon d’aborder les choses, avec une puissance et une originalité totalement bluffantes. Je pensais au départ adapter Ceci est mon sang pour un public jeune, mais très vite, j’ai compris qu’on était en train de faire quelque chose de plus audacieux, presqu’un manuel de féminisme : on a essayé de s’adresser à tout le monde, sans stéréotype et sans faux semblant, avec humour, pour que chacune, chacun soit à l’aise avec cette histoire qui produit encore aujourd’hui trop de honte. Ce n’est pas sain d’avoir honte de soi parce qu’on a ses règles, ça empêche d’avoir confiance en soi, de se respecter, de prendre soin de soi. Parler des règles de façon positive, c’est créer les conditions pour qu’elles se vivent mieux, et pour qu’on aborde ensuite la sexualité et la vie en général avec plus de confiance… Sang peur et sang reproche !

Mirion Malle, illustratrice :
Quand Marianne m’a contactée pour me demander si, éventuellement, si jamais l’autrice était d’accord, si le sujet m’intéressait, je voudrais bien illustrer un livre jeunesse sur les menstruations, je me suis dit que c’était trop beau : je voulais travailler avec La ville brûle depuis un bout, j’avais entendu parler du livre d’Élise, Ceci est mon sang, et faire de l’illustration jeunesse était pour moi un joli nouveau défi. Et en plus sur, tout simplement, le meilleur sujet !!! Ça me semble tellement incongru que ce soit le premier livre jeunesse entièrement consacré aux règles, alors que c’est quelque chose qu’il est nécessaire d’aborder le plus tôt possible, de façon claire, précise, sans mystère ou menace qui planent autour. Je repense toujours à ma grand-mère, à qui on n’avait jamais parlé des règles, qui en rentrant des courses quand elle était une toute jeune fille s’est rendu compte qu’elle saignait du sexe. Ses parents étaient absents, alors elle s’est ruée chez la voisine en hurlant qu’elle allait mourir, qu’elle perdait son sang, qu’elle était blessée ; elle était perdue et paniquée. Je ne sais pas ce que la voisine lui a dit exactement, je sais qu’elle l’a rassurée, mais des fois je me demande comment cette dame a réagi… J’imagine qu’elle n’avait pas plus envie de parler de ça à ma mamie que mes arrières-grands-parents, et qu’elle a dû se dépatouiller maladroitement avec cette tâche ingrate. Je pense à ma mamie qui devait ne rien comprendre et sur qui cette nouvelle assommante (tu vas saigner tous les mois pendant environ 40 ans) est tombée d’un coup. C’est crucial de parler de ça à celles et ceux qui sont concerné.e.s, aux jeunes filles, aux jeunes garçons, pour que les tabous et le dégoût qui les entourent disparaissent, que ce soit plus facile. Quand j’ai lu les textes d’Élise, j’ai été tellement heureuse que ça marche et qu’on puisse faire ce livre. C’est celui que j’aurais aimé avoir à 10, 11,12, 13 ans et même après !


Les règles… quelle aventure !

Texte d’Élise Thiébaut, illustré par Mirion Malle.
Sorti chez La ville brûle (2017).

You Might Also Like

Les invité·e·s du mercredi : Marianne Zuzula et Martin Page

Par 7 février 2018 Les invités du mercredi

C’est une éditrice dont on aime l’engagement que l’on reçoit aujourd’hui, Marianne Zuzula des très bonnes éditions La ville brûle. Puis on a proposé à l’auteur Martin Page de nous livrer ses coup de cœur et coup de gueule. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Marianne Zuzula

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
Je viens de l’édition scolaire, je travaille sur des manuels scolaires et parascolaires de SES et histoire-géo (et à la différence de pas mal de monde, j’adore ça !).

Et donc en 2009, vous créez La ville brûle, pourquoi avoir créé cette maison d’édition ?
Raphaël Tomas (qui vient lui aussi du scolaire, il est éditeur scientifique) et moi avons eu envie de faire des livres qui, tout en se situant aussi dans une démarche de transmission des savoirs, prennent parti, sont plus engagés, moins neutres. Nous avions aussi envie de mener des projets éditoriaux de bout en bout, d’être seuls maîtres à bord !

Pourquoi ce nom « La ville brûle »
Alors… on a eu beaucoup de mal à trouver un nom pour cette maison d’édition, quelle galère !!!! Et moi, j’avais vu et adoré, quand j’étais au lycée, Prénom Carmen de Godard, et j’avais été notamment complètement subjuguée par la dernière réplique du film. J’ai revu le film et noté cette phase sur un petit bout de papier, puis j’ai fait des recherches pour voir d’où ça venait, je sentais que cette phrase avait un statut différent dans le film, que c’était peut-être une citation, mais ce n’était pas évident… Donc j’ai fait des recherches (et là je parle de faire des recherches en 1983, hein, avant Internet, avant Google, avant YouTube, je vous jure que ce n’était pas une mince affaire…) et j’ai découvert que c’était la phrase finale de Electre, de Giraudoux.
Voici la citation en question : Comment cela s’appelle-t-il quand le jour se lève, comme aujourd’hui, et que tout est gâché, que tout est saccagé, et que l’air pourtant se respire, et que tout est perdu, que la ville brûle, que les innocents s’entretuent, mais que les coupables agonisent, dans un coin du jour qui se lève ?? […] Cela s’appelle l’aurore. (Jean Giraudoux, Électre, 1937.)
Cette phrase, finalement j’y suis revenue quand il a fallu baptiser notre maison d’édition, et j’ai réussi à convaincre Raphaël de ce qui n’était pas la meilleure idée du monde : ça fait un peu autonome prêt à tout faire péter, et ça nous place sous le patronage d’un auteur pas très progressiste (euphémisme, Giraudoux était carrément collabo !), mais bon ça laisse aussi transparaître une forme d’urgence, et cette urgence à se remettre à penser collectivement, elle est bien réelle !

Quelle est votre ligne éditoriale ?
Elle est la même en jeunesse et pour les adultes : nous faisons pas (ou peu) de littérature, et nous publions des essais, des livres qui prennent parti, qui affirment un point de vue, et qui visent à susciter le débat. Nos livres jeunesse (enfants et ados) sont ceux qui fonctionnent le mieux, et c’est rassurant pour l’avenir !

Qui compose l’équipe ?
Nous sommes deux, Raphaël Tomas et moi. Chacun de nous suit ses propres ouvrages du 1er contact avec les auteur·es aux relations presse et librairies quand le livre est achevé (les sciences pour Raphaël, les SHS et la jeunesse pour moi). Sinon, Raphaël suit plus particulièrement la fabrication, et moi la partie administrative et comptable.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Ma mère était une grande fan de Christian Bruel et de la collection Le sourire qui mord, on les avait tous et je les adorais, donc c’est vraiment les livres dont je me souviens le plus, ceux qui m’ont construite… Et mon livre fétiche parmi eux, c’est L’Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, j’ai vraiment grandi avec, je le connais par cœur… J’aimais aussi beaucoup Ce que mangent les maîtresses, et les livres d’Agnès Rosenstiehl aux éditions des femmes J’adorais Les Filles et surtout De la coiffure, ce livre me fascinait… Un autre souvenir marquant, c’est un livre jeunesse de Françoise Mallet-Joris, qui s’appelle Les feuilles mortes d’un bel été, et qui racontait l’histoire d’enfants cruels, qui faisaient du mal aux animaux et osaient se réjouir de la mort (de leur grand-mère ? ou du jardiner de celle-ci ? je ne sais plus, mais je me souviens que j’aimais être un peu scandalisée par ces héros cyniques et fascinants, et je revois encore les illustrations de ce livre avec beaucoup de précision…). Et je me souviens du premier essai que j’ai lu, c’était Du côté des petites filles, j’étais au collège, et c’était une vraie révélation : des livres qui ne racontent pas d’histoires peuvent être passionnants !

Quelques mots sur les prochains ouvrages jeunesse que vous allez sortir ?
Nous publierons deux chouettes albums au printemps, ils sont presque finis, et j’ai hâte de les voir arriver en librairies !
Le premier s’appelle Grotoni à tout prix. C’est notre premier album jeunesse qui raconte une histoire. Il est écrit et illustré par Benoît Préteseille, un dessinateur que j’adore et qui fait surtout de la BD (il collabore également au journal Biscoto). Le livre parle des produits dérivés, du merchandising, de la surconsommation. En fait on voulait faire un livre sur ces questions depuis pas mal de temps, dans notre collection d’albums-essais, qui aborde les sujets de façon très directe, sans la médiation de la fiction. On a essayé avec plusieurs auteurs et ça ne fonctionnait pas du tout ! C’était hyper donneur de leçons, culpabilisant et limite anxiogène, et grosso modo ça revenait à dire aux enfants qu’ils étaient des gros nuls de vouloir un sac à dos des Minions ou des Legos Star Wars, ou bien que leurs parents étaient des gros nuls de leur acheter ça. Bref, ça ne marchait pas ! Heureusement, Benoit est arrivé, tel Zorro, avec son Grotoni, et là ça fonctionne très très bien, vous verrez… (et moi qui clame partout haut et fort qu’on n’a pas besoin de la fiction, que tous les thèmes peuvent être abordés très frontalement, comme des essais, y compris avec les enfants, et bien j’ai mangé mon chapeau !).
Le deuxième, s’appelle On n’est pas au centre du monde, et c’est un essai jeunesse qui va paraître dans la collection Jamais trop tôt. L’auteur des textes, Jean-Loïc Le Quellec est anthropologue, et il est illustré (superbement !) par Claire Cantais. C’est un livre qui parle de culture, de transmission, du fait qu’il n’y a pas de culture supérieure aux autres ni de culture « normale », qu’il y a différentes façons de voir le monde, de dire le monde, et qu’aucune n’est supérieure aux autres. Bref, un manifeste anti-ethnocentrisme et un véritable premier manuel d’anthropologie accessible dès 3-4 ans.

Bibliographie (jeunesse) sélective de La ville Brûle :

  • Les règles… quelle aventure !, d’Élise Thiébaut et Mirion Malle (2017).
  • Ici, de Gaëtan Dorémus (2017).
  • Antigone, de Yann Liotard et Marie-Claire Redon (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • L’Homme est-il un animal comme les autres, de Jean-Baptiste de Panafieu et Étienne Lécroart (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Osons la politique !, de Caroline De Haas et Camille Besse (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Blanche Neige ou la chute du Mur de Berlin, de Métilde Weyergans et Samuel Hercule (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas des moutons, de Claire Cantais et Yann Fastier (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas si différents, de Sandra Kollender et Claire Cantais (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Mon super cahier d’activités antisexiste, Claire Cantais (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Le choix, de Désirée et Alain Frappier (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • De baraque en baraque, de Cendrine Bonami-Redler (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?, de Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon et Étienne Lécroart (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas des super héros, de Delphine Beauvois et Claire Cantais (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas des poupées, de Delphine Beauvois et Claire Cantais (2013), que nous avons chroniqué ici.

Le site de La ville brûle : https://www.lavillebrule.com.


Le coup de cœur et le coup de gueule de… Martin Page

Régulièrement, une personnalité de l’édition jeunesse (auteur·trice, illustrateur·trice, éditeur·trice…) nous parle de deux choses qui lui tiennent à cœur. Une chose qui l’a touché·e, ému·e ou qui lui a tout simplement plu et sur laquelle il·elle veut mettre un coup de projecteur, et au contraire quelque chose qui l’a énervé·e. Cette semaine, c’est Martin Page qui nous livre son coup de cœur et son coup de gueule.

Coup de cœur.
Mon coup de cœur d’écrivain de littérature jeunesse va aux adultes qui ont fait le choix de travailler pour et avec les enfants. Je peux être assez critique à l’égard de l’éducation nationale et du monde de l’édition, mais j’ai la preuve tous les jours que dans ces milieux souvent hostiles, des adultes considèrent les enfants sans paternalisme ni condescendance. Ils sont leurs alliés et ils se donnent, entre autres, pour mission de favoriser leur rencontre avec des livres originaux.
Donc gros coup de cœur pour ceux qui sont du côté des enfants et des adolescents, et qui voient en eux les êtres passionnants et profonds qu’ils sont.

Mon coup de gueule.
Je crois qu’il faut être juste et cohérent : si on écrit pour les enfants, alors la moindre des choses c’est de les écouter, de les défendre, de se battre pour qu’ils soient traités comme des individus libres. Malheureusement je trouve que c’est rarement le cas.
Par exemple, nous sommes à une époque et dans un pays où les châtiments corporels sont encore la règle, c’est-à-dire que des enfants sont frappés dans le cadre de leur famille. Frappés. Aujourd’hui, il y a réprobation sociale si un homme frappe une femme. Mais pas si un parent frappe son enfant. Pourquoi ? Et pourquoi les autrices et auteurs jeunesse se taisent sur ce sujet ? Pourquoi ne pas prendre la parole collectivement pour défendre les enfants qui reçoivent fessées et gifles ?
Deuxième chose. Des enfants auront tout et d’autres rien. Là encore, silence sidérant de ceux qui consacrent leur vie aux enfants.
Cet hiver des enfants ont froid. Ils ont froid parce que leurs parents n’ont pas les moyens de payer le chauffage. Des enfants vont mal manger. Des enfants ne vont pas avoir accès à des villes dotées d’équipements culturels. Des enfants seront logés dans des appartements insalubres.
Et qu’est-ce que nous disons en tant qu’écrivains et écrivaines jeunesse ? Pourquoi ne prenons-nous pas position publiquement pour défendre celles et ceux qui nous lisent et sans qui nous ne ferions pas ce métier ? Sommes-nous vraiment attachés à eux, les respectons-nous vraiment si nous nous taisons alors qu’ils souffrent ?
Notre passivité à l’égard du mépris et de l’oppression subies par les enfants et les adolescents me révolte. Bien sûr nous parlons de sujets graves dans nos livres et nous aidons des enfants et des adolescents. Je crois que certains d’entre nous leur donnons des armes ou des moyens de s’en forger eux-mêmes. C’est bien. Mais ça ne suffit pas. J’aimerais que nous nous engagions davantage.
Ce n’est pas simple. Ça veut dire nous faire remarquer. Ça veut dire nous opposer. Ça demande du courage. Et je sais bien : il est très difficile de porter socialement une voix critique. Le contrôle social est là, la censure et la réprobation.
Mais est-ce que défendre les enfants ne devrait pas être le minimum pour des gens qui écrivent et dessinent pour eux ?

Martin Page est auteur.

Bibliographie (jeunesse) :

  • La recette des parents, album illustré par Quentin Faucompré, Rouergue (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • La folle rencontre de Flora et Max, roman coécrit avec Coline Pierré, l’école des loisirs (2016).
  • Le zoo des légumes, roman illustré par Sandrine Bonini, l’école des loisirs (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Plus tard, je serai moi, roman, Rouergue (2013).
  • La bataille contre mon lit, album illustré par Sandrine Bonini, Le Baron Perché (2011).
  • Le club des inadaptés, roman, l’école des loisirs (2010).
  • Traité sur les dragons pour faire apparaître les miroirs, roman, l’école des loisirs (2009).
  • Je suis un tremblement de terre, roman, l’école des loisirs (2009).
  • Conversation avec un gâteau au chocolat, roman illustré par Aude Picault, l’école des loisirs (2009).
  • Juke-box, roman, collectif, l’école des loisirs (2007).
  • Le garçon de toutes les couleurs, roman, l’école des loisirs (2007).

Retrouvez Martin Page sur son site : http://www.martin-page.fr.

You Might Also Like

Les invité.e.s du mercredi : Gilles Baum et Marianne Zuzula

Par 17 mai 2017 Les invités du mercredi

Aujourd’hui, c’est l’auteur Gilles Baum qui a accepté de répondre à nos questions. Avec lui, nous revenons sur son dernier album, Le piège parfait (Seuil) et sur son travail en général. Ensuite, c’est l’éditrice Marianne Zuzula (La ville brûle) qui a accepté de venir nous livrer ses coup de cœur et coup de gueule ! Bon mercredi à vous.


L’interview du mercredi : Gilles Baum

Parlez-nous de votre dernier album, Le piège parfait, que vous venez de sortir aux éditions du Seuil.
Les pièges, c’est un sujet fascinant. En général, l’intelligence humaine est sans limite dès qu’il s’agit d’emprisonner, de faire du mal, de tuer. Du coup, avec Matthieu, on avait envie de retourner le truc, d’en faire un album souriant avec une fin qui fait (un peu) réfléchir.

C’est votre première collaboration avec Matthieu Maudet, comment ça s’est passé ?
Parfaitement ! Enfin, pour moi… Faudra aussi lui poser la question à l’occasion.
Cela fait très longtemps que j’avais envie de travailler avec lui, j’aime beaucoup son travail et j’ai beaucoup ri avec mes enfants autour de ses livres avant même de le connaître. Un jour sur un salon, j’ai pu lui dire tout ça, lui demander son adresse mail et à partir de là il était fichu… Car le piège parfait, en fait, c’est moi. 😉
Ce projet on l’a vraiment construit ensemble à partir d’un texte initial qui n’a plus grand rapport avec le texte d’aujourd’hui. Sur la fin, on a su trouver un peu d’aide extérieure également. Je crois que c’est un beau projet, construit assez intelligemment.

J’aimerais aussi que vous me disiez quelques mots sur D’entre les ogres, sorti au Seuil également.
J’ai beaucoup de mal à parler de ce livre, à la fois parce que je l’aime beaucoup mais surtout parce qu’il me dépasse, il m’a échappé, je trouve cela fou et génial à la fois. Évidemment, l’apport de Dedieu y est pour beaucoup dans cette affaire, ses images sont incroyables.
Je trouve que ce livre ouvre beaucoup de portes, soulève de nombreuses questions mais en même temps il affirme quelque chose d’essentiel sur la foule.

Comment naissent vos histoires ?
L’éternelle question. Je ne suis même pas sûr d’avoir envie de connaître la réponse. Elles naissent, voilà. Les périodes de vide sont si douloureuses à vivre que la naissance d’une idée, il faut s’en réjouir et l’accepter sans se poser trop de questions je crois.
Dans le cas de « D’entre-les-ogres », c’est le titre qui m’a sauté au visage une nuit.

Parlez-nous de votre parcours.
Une enfance dans les quartiers populaires de Mulhouse. Du foot dès que possible mais une vraie passion pour l’école malgré tout. Des études de mathématiques et un diplôme de professeur des écoles.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescent ?
Je crois que je vais vous navrer, mais peut-être aussi créer de l’espoir chez vos plus jeunes lecteurs…
Enfant je lisais Mondial, Onze, France Football, L’année du Football que nous recevions à Noël de notre tata Georgette, et mes albums Panini… vous voyez le genre. En dehors de cela, des BD, uniquement des BD.
Il m’a fallu attendre le début du lycée pour découvrir grâce à mon grand frère la puissance de la littérature avec Camus, Vian, Sartres, Anouilh…

Quels sont vos projets ?
Un album magnifique avec Barroux qui sortira en octobre chez Kilowatt, « mon pull panda ». Il y est question de solidarité. On prépare aussi aux éditions des éléphants un album marrant sur l’escalade de la violence qui s’appellera « Furio ».
Les autres projets, c’est secret.
Faudra repasser me voir.

Bibliographie sélective :

  • Le piège parfait, album illustré par Matthieu Maudet, Seuil Jeunesse (2017).
  • D’entre les ogres, album illustré par Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Le grand incendie, album illustré par Barroux, Les éditions des éléphants (2016).
  • Le totem, album illustré par Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse (2016).
  • Camille est timide, album illustré par Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Le baron bleu, album illustré par Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse (2014).
  • Pousse Piano ou la symphonie des nouveaux mondes, album illustré par Rémi Saillard, Le Baron Perché (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Série La nature te le rendra, albums illustrés par Thierry Dedieu, GulfStream Éditeur (2012-2014), que nous avons chroniqué ici et .
  • Un royaume sans oiseaux, album illustré par Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse (2013).


Le coup de cœur et le coup de gueule de… Marianne Zuzula

Régulièrement, une personnalité de l’édition jeunesse (auteur.trice, illustrateur.trice, éditeur.trice…) nous parle de deux choses qui lui tiennent à cœur. Une chose qui l’a touché.e, ému.e ou qui lui a tout simplement plu et sur laquelle il.elle veut mettre un coup de projecteur, et au contraire quelque chose qui l’a énervé.e. Cette semaine, c’est Marianne Zuzula qui nous livre son coup de cœur et son coup de gueule.

Coup de cœur, coup de gueule

Je vais commencer par mon coup de gueule, ce sera fait. Mais avant ça, je vous demande un peu d’indulgence parce que là, maintenant, je suis en train d’écrire, et nous sommes le 24 avril 2017. Oui oui, le lendemain de ce 1er tour terrible, où en a juste envie de vomir, où on se souvient qu’en 2002 tout le monde était dans la rue, choqué et effaré, et où on est obligés de constater que 15 ans après, eh bien on s’est habitués à l’horreur de voir le FN atteindre de tels scores, et que limite on est soulagés parce que « ça aurait pu être pire ». Bref… pour se changer un peu les idées, mon coup de gueule ne parlera pas des élections.

Aux éditions la ville brûle, nous avons publié l’an dernier un album jeunesse sur le handicap [NDLR On n’est pas si différents, plus d’infos], pour déconstruire les stéréotypes liés au handicap, pour dire à toutes et tous qu’être handicapé c’est être différent, mais que différent cela ne veut pas dire moins bien, et que la personnalité de quelqu’un ne se réduit pas à son handicap.

C’est un vraiment chouette livre. Il est magnifiquement illustré par Claire Cantais, qui a pour cela passé pas mal de temps dans un Institut médico-éducatif, au plus près des enfants, et les textes de Sandra Kollender sont drôles et percutants.

Sur les salons, quand les gens le feuillètent, ils nous disent toujours que c’est vraiment un chouette livre, que c’est super de faire des livres comme ça sur le handicap… Puis la plupart du temps ils font une petite moue et ils ajoutent que bon, eux ils n’ont pas besoin d’aborder ce sujet puisque personne n’est handicapé dans leur famille.

Est-ce que l’on imaginerait quelqu’un feuilleter un livre sur le racisme, le trouver super, et puis ajouter : « Mais je n’ai pas besoin de sensibiliser mes enfants à cette question parce que personne n’est racisé dans la famille ? » Non.

D’autant plus que c’est faux, et que tout le monde est concerné par le handicap : les enfants sont confrontés au handicap à l’école, dans leur classe, dans les parcs et espaces publics. Échanger, partager, communiquer avec les personnes, enfants et adultes, porteurs de handicap nous concerne toutes et tous, c’est une question de vivre ensemble on ne peut plus élémentaire que d’essayer de connaître et comprendre toutes celles et ceux avec qui on partage l’espace public. Je sais que le handicap fait peur, et que ce déni est une façon d’éloigner cette peur, mais bon, ça me met vraiment en rogne et c’est un de mes coups de gueule récurrents…

Et mon coup de cœur c’est tous les salariés, du public comme du privé, qui tous les jours en font plus que ce qu’ils sont sensés faire, que ce soit par amour de leur métier, par conscience professionnelle, par respect pour les gens avec qui ils sont en contact, pour ne pas pénaliser leurs collègues ; les artistes dont le travail nous nourrit, nous rend heureux… mais qui ne parviennent pas à en vivre ; les bénévoles qui se consacrent aux autres d’une façon ou d’une autre, dans un cadre associatif ou à titre individuel… Je crois que la France ne tient que grâce à ça, à ces millions d’heures non comptées, non payées, non récupérées, ces millions d’heures invisibles et ignorées de celles et ceux qui dirigent le pays mais qui permettent à notre société de fonctionner, malgré tout. Et en écrivant ça je me dis que ce coup de cœur n’est pas très loin d’être un coup de gueule, finalement !

Marianne Zuzula est éditrice (La ville brûle)

Bibliographie sélective de La ville Brûle :

  • L’Homme est-il un animal comme les autres, de Jean-Baptiste de Panafieu et Étienne Lécroart (2017).
  • Osons la politique !, de Caroline De Haas et Camille Besse (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Blanche Neige ou la chute du Mur de Berlin, de Métilde Weyergans et Samuel Hercule (2016).
  • On n’est pas des moutons, de Claire Cantais et Yann Fastier (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas si différents, de Sandra Kollender et Claire Cantais (2015).
  • Mon super cahier d’activités antisexiste, Claire Cantais (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Le choix, de Désirée et Alain Frappier (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • De baraque en baraque, de Cendrine Bonami-Redler (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?, de Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon et Étienne Lécroart (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas des super héros, de Delphine Beauvois et Claire Cantais (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas des poupées, de Delphine Beauvois et Claire Cantais (2013), que nous avons chroniqué ici.

Le site de La ville brûle : https://www.lavillebrule.com.

You Might Also Like

Les invités du mercredi : Alexandre Zouaghi, Delphine Beauvois, Claire Cantais et Marianne Zuzula (+ concours)

Par 4 décembre 2013 Les invités du mercredi

Alexandre Zouaghi est un tout jeune auteur qui a une vraie plume, il nous l’a prouvé avec deux superbes albums sortis chez HongFei. Il est non seulement talentueux mais c’est en plus quelqu’un d’extrêmement sympathique. J’ai eu envie de lui poser quelques questions, il a accepté de me répondre. À la suite de cette interview vous pourrez tenter de gagner son dernier album La légende du serpent blanc grâce aux éditions HongFei. Ensuite nous avons rendez-vous avec Delphine Beauvois, Claire Cantais et Marianne Zuzula avec qui on reviendra sur l’album On n’est pas des poupées. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Alexandre Zouaghi

Alexandre Zouaghi

Photo de Maman Baobab

Parlez-nous de votre parcours ?
J’ai suivi une formation de sinologie à l’Université Paris VII où je me suis formé en langue et civilisation chinoise, pas grand-chose à voir avec la littérature de jeunesse !  La Chine me passionne depuis mes 7 ans, âge auquel j’ai commencé à apprendre le chinois ! Ma licence de chinois en poche, je me suis envolé pour Pékin pour une année universitaire avant de revenir en France valider mon master et passer mon CAPES. C’est durant cette année passée à l’autre bout du monde que j’ai commencé à m’intéresser à la littérature de jeunesse. La médiathèque française de mon université à Pékin avait un rayon bien fourni en littérature de jeunesse. J’y ai découvert beaucoup d’auteurs chinois et français et me suis complètement laissé porter par la magie du texte et des illustrations ! Aujourd’hui, j’enseigne le chinois au collège et au lycée et me laisse parfois, entre deux copies, le temps de m’adonner à ma deuxième passion : l’écriture.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescent ?
On ne lisait pas beaucoup de livres chez moi et ce n’est qu’au collège et au lycée que j’ai véritablement découvert les plaisirs de la lecture ! Comme beaucoup de jeunes adolescents, la saga Harry Potter y a joué pour beaucoup. Depuis, je me rattrape grâce à ma compagne, institutrice et grande lectrice depuis toujours, qui me fait redécouvrir, toujours avec plaisir, les grands classiques de la littérature de jeunesse et toutes les nouveautés qu’elle propose à ses propres élèves !

Comment est né le projet La légende du serpent blanc et La legende du serpent blanccomment s’est passé votre travail sur cet album ?
Le projet a commencé à prendre forme en 2012. Loïc Jacob et Chun-Liang Yeh des éditions Hongfei Cultures avec qui nous avions déjà publié L’auberge des ânes (illustré par Clémence Pollet) m’ont une nouvelle fois fait confiance pour adapter l’une des plus belles histoires d’amour chinoises. J’ai évidemment été très touché par leur sollicitation, d’autant plus que la part du texte pour cet album est bien plus importante que sur le précédent. J’ai donc travaillé plusieurs mois sur cette histoire afin de la rendre accessible aux jeunes lecteurs français tout en essayant de préserver la saveur et le caractère de ses origines chinoises. Cette histoire ancestrale véhicule un message de liberté d’aimer et de tolérance remis en cause dans notre société actuelle et il était important pour moi de le retranscrire avec justesse et sincérité. J’espère y être arrivé.

Parlez-nous de la collaboration avec Wang Yi ?
Depuis que je connais les éditions Hongfei Cultures, j’apprécie chacun des albums de Wang Yi, c’est l’une de mes illustratrices préférées. Nous nous sommes rencontrés à Montreuil il y a trois ans et sommes devenus amis depuis. Son univers poétique et L"auberge des ânesenchanteur me touche tout particulièrement, j’aime la façon dont elle s’exprime au travers de ses illustrations, toujours avec beaucoup de grâce et de tendresse. Je suis plus qu’honoré d’avoir eu l’opportunité de travailler avec une artiste comme elle.

Quels sont vos projets ?
Les éditions Hongfei Cultures me portent depuis mes débuts dans l’écriture. C’est une belle relation qui nous lie et que nous allons poursuivre au travers de nouveaux projets ensemble l’année prochaine ! Cette fois, c’est un projet tout particulièrement original et inattendu sur lequel nous travaillons ! Mais chut…, je ne vous en dis pas plus 😉

Bibliographie :

  • La légende du serpent blanc, texte illustré par Wang Yi, HongFei (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • L’auberge des ânes, coécrit avec Chun-Liang Yeh, illustré par Clémence Pollet, HongFei (2012), que nous avons chroniqué ici.

Comme je vous le disais avant cette interview, grâce aux éditions HongFei, je vais faire un chanceux parmi vous ! L’un de vous gagnera le magnifique La légende du serpent blanc (qui était d’ailleurs un de mes coups de cœur ce mois-ci). Pour participer, dites-moi, en commentaire, quelle est la légende qui vous a le plus marqué. Si vous n’en voyez pas, dites-le vous participerez quand même ! Vous avez jusqu’à lundi 20 h. Bonne chance à tous !


Parlez-moi de… On n’est pas des poupées

Une fois par mois, on revient sur un livre qu’on a aimé avec son auteur, éventuellement son illustrateur et son éditeur. L’occasion d’en savoir un peu plus sur un livre qui nous a plu. Cette semaine c’est On n’est pas des poupées (chroniqué ici), le « premier manifeste féministe » signé Delphine Beauvois et Claire Cantais sorti chez La ville brûle sur lequel j’ai eu envie de revenir.

Delphine BeauvoisDelphine Beauvois (auteur) :
Quand Marianne, des éditions La ville brûle, m’a proposé de travailler sur On n’est pas des poupées, mon premier manifeste féministe, j’ai été ravie – et un peu paniquée aussi ! Je ne voulais  ni tomber dans la caricature ni édulcorer mon propos  !!!
Combattre les clichés, les comportements sexistes et les inégalités garçons-filles, c’est ce que je fais quotidiennement, aussi bien dans ma pratique professionnelle (je suis enseignante) que dans mes activités militantes. Les stéréotypes de genre sont si profondément ancrés que les déconstruire dès le plus jeune âge est pour moi une priorité : les enfants sont, en fonction de leur genre, soumis à des injonctions très fortes, qui créent des inégalités, et ces inégalités en entraînant d’autres, les filles se retrouvent – ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres – pénalisées sur le marché du travail.
J’ai donc listé les clichés, les stéréotypes attribués aux filles (elles sont passives, craintives, calmes, douces, elles seront des mères, elles n’aiment pas les sciences…), avec pour objectif de les déconstruire et de les dénaturaliser, pour permettre aux enfants de comprendre qu’il n’y a rien de « normal » dans tout cela, que tout est construit. Lors des goûters philos que je fais dans les librairies qui m’invitent, je m’appuie également sur des pages de catalogues de jouets qui sont majoritairement d’un sexisme effrayant et j’essaie ainsi d’amener les enfants à réfléchir au fait « qu’on ne naît pas femme, on le devient » (Simone de Beauvoir).
Il s’agissait également pour moi de construire un ouvrage « partagé », par là j’entends, un ouvrage qui permet un échange avec les parents, grands-parents… Je souhaitais créer du débat en famille et ainsi interroger aussi les adultes, car chacun-e d’entre nous avons intériorisé beaucoup d’élément du schéma patriarcal.
Les écueils que j’ai rencontrés au fil de ce travail sont les suivants : simplifier des choses aussi complexes, ce n’est pas facile du tout ! Dire tout cela simplement, mais avec humour et nuances, éviter les caricatures, et surtout, toujours, rappeler qu’on a le choix.
Le résultat final doit énormément au travail de Claire, qui a su apporter tout l’humour, toute la fantaisie nécessaire pour que les enfants y trouvent leur compte et puissent se saisir du livre avec plaisir.

Claire CantaisClaire Cantais (illustratrice):
C’est mon petit album à poils Rosalie aime le rose, mais pas seulement, qui semble avoir donné l’idée à Marianne, éditrice de La ville brûle, de me confier les illustrations du petit manifeste… Riche idée, car cette collaboration à trois a été une belle aventure !
Ce projet était différent de mon travail habituel ; tout d’abord, car cette fois je n’étais pas auteure – et ça m’a plu… La forme au centre de laquelle évoluer m’était proposée, je n’avais pas à la chercher… C’est reposant ! J’avais toute latitude alors de me concentrer sur la cohérence esthétique. Différent aussi, car il ne s’agissait pas d’illustrer un récit, une histoire linéaire, mais une suite de petits énoncés isolés. Je les ai traités comme des tableaux indépendants, chaque double page étant une petite histoire en soi.
Dans Rosalie aime le rose, mais pas seulement et mes autres petits livres poilus, j’avais cherché une forme épurée au maximum (un personnage = une couleur, un caractère = la seule expression de deux yeux). Je voulais, dans Les poupées, retrouver un peu de cette simplicité. Mais ce serait forcément différent, puisque nous avions des humains et non des boules de poils ! Très vite, il m’est apparu que ne représenter qu’une seule petite fille tout au long de l’album serait assez fastidieux, aussi nous avons opté pour une héroïne différente à chaque page, toutes d’origines et de morphologies différentes, ce qui, de plus, apportait un coté universel au message.
J’ai fait poser de vraies petites filles, je me suis inspirée de leur gestuelle pour les dessins au papier découpé, et j’ai gardé des éléments de leurs visages en photo. Je voulais des personnages pas trop lisses (pas trop heurtés non plus !), et ce procédé m’a permis de dynamiser mes personnages de papier.
Marianne, et Delphine (l’auteure) m’ont accompagnée de leur bienveillante et attentive présence. Nous nous réunissions parfois pour faire le point, texte et images s’enrichissaient alors mutuellement.
Le projet continue, et je m’en réjouis ! Au printemps, nous attaquons, toujours avec Delphine Beauvois, On n’est pas des super héros, mon premier manuel antisexiste, puis un 3ème titre avec une autre auteure sera consacré aux stéréotypes liés aux handicaps. Nous allons donc continuer à tordre le cou aux stéréotypes !

Marianne ZuzulaMarianne Zuzula (éditrice):
Les éditions La ville brûle sont une maison d’édition militante, et nous publions principalement des essais de sciences sociales et sciences politiques (quelques petits lâchages littéraires et livres-objets également !). Notre collection jeunesse, qui s’appelle Jamais trop tôt (pour lutter contre les stéréotypes) s’est finalement imposée d’elle-même : pour déconstruire les discours dominants, et se défaire des stéréotypes, il faut s’y prendre très tôt, le plus tôt possible ! Nous avons souhaité le faire en nous adressant aux enfants comme nous nous adressons aux adultes, sous une forme proche de l’essai : ces albums ne racontent pas d’histoire, ne proposent pas de récit, mais une suite de propositions qui permettent d’initier une discussion entre l’enfant et l’adulte qui lui lit le livre.
Les stéréotypes de genre se sont imposés comme premier thème de cette nouvelle collection : je suis féministe, et il nous semblait nécessaire de prendre le contrepied d’une certaine tendance lourde de l’édition jeunesse, qui propose de plus en plus d’ouvrages genrés, avec des déclinaisons fille/garçon, à grand coup de couvertures dégoulinantes de rose.
J’ai donc proposé à Delphine Beauvois, qui est militante féministe et enseignante, et qui travaille et réfléchit à cette question au quotidien avec ses élèves, de se pencher sur les textes, et à Claire Cantais, dont j’adore le travail et la fantaisie de réaliser les illustrations. Et c’était vraiment chouette de voir le livre se construire, s’enrichir au fil des allers-retours, et finalement atterrir entre les mains des enfants et voir qu’il fonctionne super bien et rempli son rôle de support !

On n'est pas des poupées

On n’est pas des poupées
Texte de Delphine Beauvois
Illustré par Claire Cantais
Sorti chez La ville brûle dans la collection Jamais trop tôt
2013
Chroniqué ici.

You Might Also Like

Secured By miniOrange