La mare aux mots
Parcourir le tag

Mario Ramos

Loup, y es-tu ?

Par 17 janvier 2014 Livres Jeunesse

Le loup est certainement l’animal le plus présent dans la littérature jeunesse. Lors d’une conversation avec Maman Baobab, je lui ai dit que j’allais faire une chronique avec plusieurs albums sur le loup… elle en avait également l’intention ! Nous vous proposons donc aujourd’hui deux chroniques qui se croisent (la sienne est ici), avec parfois des livres en commun. Aoooouuuuuuuu !!!!!!!

Loulou l'incroyable secretLoulou vivait heureux avec Tom, le lapin, jusqu’au jour où une voyante lui donna un portrait de sa mère. Loulou ne savait pas qu’il avait une mère, il lui fallait partir à sa rencontre. Seulement, c’était dans un pays un peu effrayant (surtout pour Tom) appelé Wolfenberg. Un voyage qui n’allait pas être de tout repos !

Loulou l’incroyable secret est une BD tirée du film éponyme. On retrouve ici les deux personnages créés par Solotareff il y a 25 ans qui ont grandi, les voilà maintenant ado. L’album, qui ne manque pas de suspense et de rebondissements, parle surtout de la quête des origines, d’où vient Loulou, qui est-il vraiment ? Personnellement, j’ai eu une impression de résumé (on sent que c’est tiré d’un film et qu’il manque des passages), on passe trop vite d’une scène à l’autre. Parfait pour ceux qui ont déjà vu le film, très certainement. Pour les autres, ça donne envie de le voir…
Le même vu par Qu’importe le flacon et par Les lectures de Kik.

Un jeune loup bien éduquéPour la première fois, un jeune loup partit chasser seul. Très rapidement, il attrape un lapin mais comme notre jeune ami est bien élevé il accorde au lapin une dernière volonté : celui-ci veut une histoire. Ni une, ni deux, le loup va chercher un livre… sauf qu’à son retour, il n’y a plus de lapin ! Et c’est reparti pour la chasse ! Ce coup-ci, c’est un poulet qui est pris au piège… mais il veut que le loup lui joue de la musique avant de mourir. Le loup part donc chercher sa guitare ! Et à son retour… vous avez deviné ! Le loup se fera-t-il toujours aussi bien avoir ?

On reconnaît bien dans Un jeune loup bien éduqué l’humour de Jean Leroy et de Matthieu Maudet, auteur et illustrateur qu’on aime beaucoup ici. Ce conte en randonnée est rythmé et vraiment drôle, le genre d’histoire qui cartonne auprès des enfants. Ils rient de ce qui arrive au loup tout au long de l’aventure et ils rient encore plus à la chute. Une histoire aux illustrations colorées qui fait mouche !
Le même vu par Clarabel, Le cabas de Za, Enfantipages et Butiner de livres en livres.

loup qui mangeait n'importe quoiUn loup sans foi ni loi (et même un peu relou) était en colère tellement il avait faim. Il errait dans le bois de Saint-Cloud quand il croisa un mouton solitaire. L’animal n’était pas seul sans raison : il avait des renvois si odorants que personne ne voulait rester avec lui. Il eut beau prévenir le loup que s’il le mangeait il serait sûrement affublé du même mal, il fut gobé ! Après une bonne sieste, le loup reprit son chemin… tout en lâchant des rots bruyants et puants. Il croisa un cochon solitaire. Le cochon lui expliqua que s’il était seul c’est parce qu’il avait des problèmes de gaz… et que s’il le mangeait il lui arrivait la même chose… Pas de souci pour le loup et hop ! Le cochon fut mangé ! L’histoire était loin d’être finie…

Alors forcément, ce loup qui rote, qui pète, qui a le nez qui coule… ça va plaire à la plupart des enfants ! Mais les parents vont aussi se régaler de cette histoire complètement loufoque signée Christophe Donner et illustrée par Manu Larcenet (génialissime auteur BD dont c’est le premier album jeunesse). D’habitude, j’ai vraiment du mal avec les textes en rime, mais le texte est tellement drôle, tellement moderne que là ça passe tout seul, on prend beaucoup de plaisir à lire ce texte à voix haute. La chute est complètement inattendue et rend l’album encore plus original. Ici, on est fans de ce loup qui mangeait n’importe quoi !
Un extrait en ligne.
Le même vu par Dans la bibliothèque de Noukette.

Le plus malinAlors qu’il se promène dans les bois, le loup croise une petite fille toute de rouge vêtue. Elle lui dit qu’elle va chez sa grand-mère. Le loup, qui est très malin, se dépêche d’y être avant elle. Une fois sur place, pas de grand-mère, mais une chemise de nuit sur le lit attire l’œil du loup, et s’il se déguisait ? Voilà notre loup déguisé en grand-mère, le plan est presque parfait ! Pour ne pas éveiller les soupçons, il faut aller effacer les traces de pas devant la maison… Sauf que la porte de la maison claque et voilà notre loup, en chemise de nuit, dehors… Il va croiser les trois petits cochons, le chasseur, les sept nains et d’autres personnages encore et il regrettera d’avoir voulu être le plus malin !

On retrouve bien ici le ton de Mario Ramos, son humour, son trait. Comme beaucoup d’entre vous, je pense, j’adore les contes détournés. On reconnaît ici le début du petit chaperon rouge puis l’histoire part dans tout autre chose. On rit avec ce loup (ou plutôt de ce loup), devenu plus très crédible travesti ainsi. Une histoire pleine d’humour qui va beaucoup plaire aux enfants… et aux adultes aussi !
Le même vu par Enfantipages et  À l’ombre du saule.

Loup ?Un cochon se rendit à la boucherie Au petit chaperon rose, il voulait acheter de la viande de loup… mais il n’y en avait pas ! La petite fille décida de mener l’enquête… où trouver le loup ? Boucle d’Or n’avait pas l’air de savoir mais elle en avait envie, elle alla voir le chien mais ce dernier doutait de l’existence du loup… Il décida d’aller en parler au diable…

Loup ? est un album collectif réalisé dans le cadre de Manges-livres à Grateloup (un salon du livre jeunesse en Lot-et-Garonne). Six auteurs/illustrateurs (Alfred, Carole Chaix, Marc Daniau, Claire Franek, Régis Lejonc et Henri Menier) mêlent ici leurs talents pour cette histoire drôle mais aussi pleine de sens. Qui sont les loups ? Pas forcément ceux qu’on croit… Un bel album très graphique et vraiment original.

Tous sauf unC’est l’histoire d’un loup qui adorait manger les moutons, il aimait toutes sortes de moutons, dès qu’il en voyait un, peu importe son apparence, il était avalé… Tous ? Non sauf un ! Il y avait un mouton bien trop malin qui ne se laissait pas avoir. Le loup adorait aussi effrayer les enfants, c’était plus fort que lui, dès qu’il en voyait un, peu importe lequel il lui montrait les dents et l’enfant partait en courant. Tous ? Non sauf un ! Un petit garçon très malin qui narguait le loup. Autre plaisir de ce loup : écrabouiller les fleurs ! Il adorait ça… mais là aussi il y en a une qui lui résistait ! Il avait beau tout tenter sur elle, elle restait toujours aussi belle ! Mais un jour…

Nadine Brun-Cosme signe un texte plein de poésie sur un loup et ses petites frustrations devant les choses qui lui résistent… mais si finalement ces petites frustrations étaient nécessaires ? Si le fait de ne pas tout avoir nous faisait encore mieux apprécier ce que l’on a ? Si c’était ça qui mettait un peu de piment dans notre vie ? Un très beau texte mit en image avec beaucoup d’humour par Anne-Isabelle Le Touzé.

Le loup qui voyageait dans le tempsAlors qu’il fouillait dans son grenier, Loup trouva un livre sur lequel il était écrit que c’était un livre pour voyager dans le temps… il suffisait de tourner la page et l’on se retrouvait plongé au cœur de l’histoire. Loup n’y crut pas et se retrouva pourtant bien loin de chez lui… Un voyage dans le temps qu’il n’allait pas oublier !

On ne peut pas faire une chronique sur les loups sans parler d’un des plus célèbres, le Loup d’Orianne Lallemand et d’Éléonore Thuillier, personnage cher aux enfants. On aime beaucoup ce loup, ses histoires pleines de fantaisies et ses illustrations pleines d’humour et de couleurs. Ici, notre Loup va donc voyager dans le temps et donc donner quelques notions historiques aux enfants (attention ce n’est quand même pas un documentaire, n’exagérons rien). Loup va rencontrer Louis XIV, Jules César ou encore les dinosaures. Une frise, en page de garde, replace chaque époque que visite le loup. Un album plein d’humour… et qui donne des premières notions d’Histoire aux enfants.
Le même vu par A l’ombre du saule.

Loup noirCette chronique spéciale loup est aussi l’occasion de vous annoncer la ressortie du magnifique Loup Noir d’Antoine Guilloppé dans une magnifique version de luxe avec une reliure bodonienne, débossage et papier offset (oui, je cite le dossier de presse sans savoir de quoi je parle, mais le résultat est superbe !). J’avais déjà parlé de ce magnifique album qui joue sur les contrastes noir et blanc (comme sait si bien le faire Antoine Guilloppé). Cette superbe version qui sort pour les dix ans de l’album est l’occasion de vous l’offrir si vous ne l’aviez pas encore.
Deux photos de la couverture par Antoine Guilloppé.

Quelques pas de plus…
Parmi les albums sur les loups que nous avons chroniqués : Coffret Grand Loup & Petit Loup, Marlaguette, Sinon…!Le Grand Méchant Loup et l’école des affreux, Monsieur Le Loup, Li-loup, Lou P’tit Loup et la bergère… et plein d’autres avec le tag Loups.
Nous avons déjà chroniqué des livres de Grégoire Solotareff (Méchant petit prince et Adam et Eve), Jean-Luc Fromental (10 p’tits pingouins autour du monde), Jean Leroy (Anoki, Canaille a oublié son doudou, Canaille ne veut pas aller à l’école, Canaille va chez le docteur, Canaille n’aime pas la soupe et Si j’étais un oiseau…), Matthieu Maudet (La croccinelle, Le ça, Bonjour facteur, Bonjour Docteur), et même un album de Jean Leroy et Mathieu Maudet (Papy), Mario Ramos (L’école est en feu, Le petit Guili et Mon ballon), Nadine Brun-Cosme (D’une île à l’autre, Trop c’est trop et Le prince amoureux), Anne-Isabelle Le Touzé (Timoléon), Orianne Lallemand (Les chaussettes de Gaspard, Au secours ! Un ogre glouton, Au secours ! Une sorcière au nez crochuAu secours ! Un loup tout poilu, Pestouille et Jolicoeur),  Éléonore Thuillier (Sur la route des formes, Gros GrisLa jungle en haleine, Adam est fort, Le grand lapin blanc, Mon papa est un zarzouilleur et Jour de piscine) et d’Orianne Lallemand et Éléonore Thuillier (Le loup qui n’aimait pas Noël , P’tit loup rentre à l’école).

Loulou l’incroyable secret
de Grégoire Solotareff et Jean-Luc Fromental
Rue de Sèvres
12,50€, 210×275 mm, 64 pages, imprimé en France, 2013.
Un jeune loup bien éduqué
Texte de Jean Leroy, illustré par Matthieu Maudet
L’école des loisirs
12,20€, 197×265 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2013.
Le loup qui mangeait n’importe quoi
Texte de Christophe Donner, illustré par Manu Larcenet
Mango Jeunesse
14,50€, 250×340 mm, 26 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Le plus malin
de Mario Ramos
École des loisirs dans la collection Lutin Poche
5,60€, 150×190 mm, 45 pages, imprimé en France, 2013 (première édition 2011).
Loup ?
d’Alfred, Carole Chaix, Marc Daniau, Claire Franek, Régis Lejonc et Henri Menier
Association Mange-Livres
10€, 200×200 mm, 40 pages, imprimé en Europe, 2013.
Tous sauf un
Texte de Nadine Brun-Cosme, illustré par Anne-Isabelle Le Touzé
Points de suspension
12€, 200×230 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2009.
Le loup qui voyageait dans le temps
Texte d’Orianne Lallemand, illustré par Éléonore Thuillier
Auzou dans la collection Mes grands albums
9,80€, 255×255 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013.
Loup noir
d’Antoine Guilloppé
Casterman dans la collection Les albums Casterman
13,95€, 255×258 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013.

À part ça ?

Jean Fabre, l’un des fondateurs de l’école des loisirs, nous a quitté. Un hommage signé Lucie Cauwe.

Gabriel

You Might Also Like

Méfie-toi, ils ne sont pas comme nous !

Par 11 mars 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui deux très beaux albums qui, chacun à leur manière, parlent de la peur et la méfiance vis à vis de l’étranger et des gens différents.

L'école est en feuFanfan adore Louis, ok il n’est pas comme lui et ses camarades (Fanfan est un cochon et Louis un loup) et il est toujours pressé de le voir. Un jour, alors qu’il espère le retrouver au parc, il le voit passer pour aller à la gare… étrange ! Que va faire Louis ? Et quand il arrive en retard à l’école, Fanfan se dit qu’il se passe vraiment des choses dans la vie du jeune loup… Le jour où l’école brûle, tout le monde a déjà le coupable c’est Louis, forcément ! (de toute façon tous se méfient de lui). Fanfan va apprendre quelle est la vie de son ami…

Seul loup parmi les cochons, Louis vit avec sa grand-mère (illettrée) parce que ses parents sont partis en ville pour gagner de l’argent. On parle ici de la précarité, de la pauvreté de certaines populations immigrées et du racisme dont elles sont victimes. Elles sont aussi, souvent, les parfaits coupables des problèmes qui arrivent. Cet album évoque tout ça avec intelligence et finesse (l’album est signé Mario Ramos…). Sans jamais aller dans la facilité et en laissant une part belle à la réflexion personnelle du lecteur, Mario Ramos livre cette belle histoire d’amitié et de tolérance. Il y rend aussi hommage aux enseignants qui se battent pour qu’un élève qui ne part pas avec les mêmes armes ne soit pas, au final, lésé (l’album se termine par un enseignant qui ne comprends pas pourquoi, parce qu’il ne sait pas lire, Louis devrait être au dernier rang et le fait se placer devant « Car mon métier c’est justement d’apprendre à lire aux enfants. »). Un bien bel album.

La fée sorcièreMarine est une fée, comme sa mère et comme les autres personnes qui l’entourent. Une fée ça doit faire attention, ne pas se salir, ne pas se blesser. Ça doit rester impeccable ! Sauf que le souci c’est que Marine, elle, aimerait bien faire du patin à roulette ou avoir un bateau… mais tout ça c’est réservé aux sorcières, ces êtres horribles qui vivent dans la forêt. La mère de Marine est en colère quand elle apprend que sa fille veut aller jouer avec elles, Marine serait la honte de la famille ! Oh et puis si on la laissait y aller… elle va vite se rendre compte que ces gens-là ne sont pas comme eux et qu’on est bien plus heureux entre fées !

Magnifique album sur la différence et la peur de l’autre ici aussi, mais surtout sur la recherche d’identité et pourquoi pas… sur le sexisme ? Les fées ne sont-elles pas une sorte de caricature de l’image que la société sexiste renvoie des filles (elles n’ont pas le droit de se salir, de jouer à des jeux trop « dangereux ») et les sorcières des garçons. Marine est une fée, elle n’a pas envie de ne plus l’être mais elle veut pouvoir faire des jeux de sorcière sans nier son identité. L’album parle aussi, évidemment, de l’opposition aux choix des parents et de ce que l’on souhaite pour nos enfants (qui n’est pas forcément leur choix, mais le nôtre, ne l’oublions pas). Un album superbement illustré qui va faire réfléchir, là encore, et qui va donner lieu à des conversations passionnantes (et passionnées ?) entre les parents et les enfants.

Quelques pas de plus…
D’autres livres sur la différence sur notre fiche thématique.
Nous avons déjà chroniqué deux livres de Mario RamosLe petit Guili et Mon ballon, un livre de Brigitte Minne, Dors bien Rosalie, et un livre illustré par Carll Cneut : Tout bêtement.

L’école est en feu
de Mario Ramos
Pastel, dans la collection Un monde de cochons
11,50€, 176×247 mm, 48 pages, imprimé en Belgique, 2012.
La fée sorcière
de Brigitte Minne, illustré par Carll Cneut
L’école des loisirs
12,20€ (existe aussi en petit format à 5,60€), 300×214 mm, 30 pages, imprimé en Belgique, 2000.

A part ça ?

Hier soir je me suis demandé ce que j’avais élu coup de cœur de février… et je me suis rendu compte qu’on ne les avait pas fait ! C’est la première fois que ça nous arrive ! Alors, pour février, Marianne a choisi Quelque chose de grand de Sylvie Neeman et Ingrid Godon édité par La joie de lire et moi… je n’ai pas réussi à me mettre d’accord avec moi même ! Donc ex-æquo L’album de famille de Frédéric Kessler et Princesse Camcam édité par Autrement et Il était une fois… contes en haïku d’Agnès Domergue et Cécile Hudrisier édité par Thierry Magnier. Retrouvez nos coups de cœur des mois précédents sur le blog, sur Facebook (ici pour les albums et pour les romans) et sur Pinterest (ici pour les albums et pour les romans).

Gabriel

You Might Also Like

Les puissants

Par 4 mars 2013 Livres Jeunesse

C’est de nos chairs qu’ils se repaissent !
Si les corbeaux si les vautours
Un de ces matins disparaissent…
La Terre tournera toujours.
L’internationale

Aujourd’hui deux albums qui parlent de totalitarisme et surtout de révolte.

Le petit GuiliLéon était un petit roi, petit mais puissant. Finies les promesses d’avant son couronnement, finies le plaisir de l’approcher, maintenant Léon vit entouré de gorilles et il faut se baisser quand il passe. Comment ne pas se révolter dans ce cas ? Seulement la révolte, Léon, il n’aime pas ça et ça le rend encore plus cruel. Plus il était méchant, plus il se sentait grand, terriblement grand. Alors il fait briser les ailes des oiseaux et déclenche des guerres pour détourner l’attention. Mais un jour naquit le petit Guili, un oiseau dont la mère refusa qu’il eut les ailes brisées…

C’est un petit bijou que cet album, œuvre posthume de Mario Ramos. Avec son superbe style (Vue du balcon, la guerre était un beau spectacle) il nous parle de la dictature et de la révolte. Le petit Guili n’a pourtant rien d’un révolutionnaire, il s’interroge juste avec les yeux d’un enfant. Pourquoi crier « Vive le roi » alors que le roi est cruel, et d’abord pourquoi c’est lui le roi ? Avec sa naïveté et son grain de folie (car il faut être un peu fou pour s’opposer aux puissants non ?) Guili va pourtant renverser les choses. Malheureusement la fin n’est pas des plus optimistes… L’album nous montre aussi que peu importe qui a le pouvoir, il ne fait pas forcément de belles choses (vision assez pessimiste, on est d’accord) et que le pouvoir tient parfois à peu de choses (ici pour être roi il suffit juste d’avoir une couronne sur la tête). C’est un livre avec une belle histoire mais sous l’histoire il y a encore une couche et sous cette couche encore une autre. Un formidable album pour débattre, réfléchir, entamer des conversations sur le pouvoir avec les enfants, un album qui fait réfléchir, dans lequel il y a tellement de choses… une petite pépite, un livre à avoir dans sa bibliothèque personnelle et dans toutes les bibliothèques municipales.

le grand lapin blancDans la forêt il n’y a plus de carottes… les lapins sont bien tristes, pensez donc ! Mais où sont-elles ? Ah attention, un grand lapin blanc se met à la tribune, il faut l’écouter car lui le sait… ce sont les lapins noirs qui mangent les carottes des lapins blancs ! Il faut les chasser ! Pas le choix ! Alors on affrète une catapulte et les lapins noirs sont expulsés… mais les carottes continuent de disparaître… Pour le grand lapin blanc, il y a encore un coupable, ce sont les lapins gris…

Mickaël Escoffier nous parle de ceux qui prétendent avoir solution à tout en trouvant des boucs émissaires. Alors forcément le livre appelle au débat (débat que nous avions eu sur Le grand lapin blancA l’ombre du grand arbre, je ne vais pas y revenir) mais le style de Michaël Escoffier et le dessin d’Eléonore Thuillier font de cet album un album plein d’humour mais avec un vrai fond. On parle de tolérance, de la différence, des aprioris. On parle des gens qui s’engraissent sur la haine des autres, du fameux adage diviser pour mieux régner. J’aime décidément la plume de Michaël Escoffier et les illustrations d’Eléonore Thuillier, deux noms qui sont entrés dans les grands noms de littérature jeunesse.

Quelques pas de plus…
Une autre chronique où on parle de guerre et de liberté, celle de Le peintre des drapeaux et Monsieur T..
Nous avons déjà chroniqué un livre de Mario Ramos, Mon ballon.
Nous avons également chroniqué plusieurs livres de Michaël Escoffier : Vacances à la ferme, La plume, Bonjour Facteur, Bonjour Docteur et Sans le A. Retrouvez aussi notre interview de Michaël Escoffier.
Retrouvez aussi notre interview d’Eléonore Thuillier et nos chroniques de deux de ses albums : Mon papa est un zarzouilleur et Jour de piscine.

Le petit Guili
de Mario Ramos
L’école des loisirs
12,20€, 205×268 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2013
Le grand lapin blanc
de Michaël Escoffier, illustré par Eléonore Thuillier
Kaléidoscope
12,70€, 225×247 mm, 28 pages, imprimé en Italie, 2010.

A part ça ?

Écrans et enfants : quelques éléments de réflexions par nos amis de DéclicKids.

Gabriel

You Might Also Like

A partir de contes…

Par 14 février 2013 Livres Jeunesse

Il était une fois... contes en haïkusIl était une fois… contes en haïku est un très beau livre, à tout point de vue : texte, illustrations, édition. Agnès Domergue évoque donc des contes avec très Il était une fois... contes en haïkupeu de mots, c’est toujours très bien trouvé, délicat et poétique. Vingt contes au total, qu’il faudra deviner (mais on est plus ici dans la poésie que dans le livre de jeux). Délicates c’est aussi le mot qui convient parfaitement aux illustrations de Cécile Hudrisier. Vous le savez j’aime énormément son travail et je trouve qu’elle sait toujours s’adapter au texte tout en gardant sa patte à elle, à la fois poétique et esthétique. Ici c’est donc avec une infinie poésie et énormément de délicatesse qu’elle illustre les haïku d’Agnès Domergue. L’objet, enfin, Pages de haikus_140x180_48p-bat-3petit carnet à la couverture épaisse et au dos toilé, beau papier, le genre de livre que j’aime humer, caresser. C’est vraiment un petit bijou, un livre qu’on déguste, qu’on savoure, par petits morceaux, qu’on pose et qu’on reprend plus tard. Le genre de livre qu’on garde à portée de main pour l’ouvrir régulièrement. Un livre qui plaira autant aux adultes, qu’aux enfants, un magnifique cadeau pour les amoureux des objets beaux, fins, délicats et poétiques.

Mon ballonIl est heureux le petit chaperon rouge, il a un ballon ! Un beau ballon rouge qui flotte. Il faut vraiment que sa grand-mère le voit ! Promenons-nous dans les bois… Oh mais voilà un lion qui passe à toute vitesse ! Pas grave, continuons notre chemin, Promenons-nous dans les bois tant que le loup n’y est pas… Et ce coup-ci le petit chaperon rouge est encore interrompue, cette fois par un éléphant… un éléphant qui cueille des fleurs ! Bon continuons, tant qu’on ne croise pas le loup…

Beaucoup d’humour dans cette relecture très originale du petit chaperon rouge (on peut y voir aussi de nouvelles aventures !). Des personnages saugrenus (une girafe qui veut passer incognito, un rhinocéros qui se cache, un crocodile qui cherche la mer,…) croisent la petite fille et le lecteur va de surprise en surprise, et qu’est-ce que ça fait du bien d’être surpris !  Les enfants rient beaucoup, et ont peur quand même un peu quand vient le loup… (oui oui il finit bien par venir vous pensez !). Le texte est parfaitement rythmé (et la chanson Promenons-nous dans les bois qui revient chaque fois participe au rythme de l’album), c’est beau, c’est drôle, c’est poétique, c’est touchant,… c’est du Mario Ramos !

Quelques pas de plus…
Retrouvez notre interview d’Agnès Domergue et ses livres que nous avons chroniqué : La symphonie des couleurs, Olala !, Mee, petite fille du matin calme, Poki, lire ?.
Nous avons aussi interviewé Cécile Hudrisier et chroniqué plusieurs de ses livres : Mais il est où ce gros matou ?, P’tit biscuit ou L’histoire du bonhomme de pain d’épices qui ne voulut pas finir en miette, La grosse faim de P’tit BonhommeComptines pour chanter en anglais,Le fil rouge, Chansons pour chanter Noël et Comptines pour chanter la ferme.
Un topic très intéressant sur notre forum sur Le petit chaperon rouge dans tous ses états.

Il était une fois… Contes en haïku
d’Agnès Domergue, illustré par Cécile Hudrisier
Éditions Thierry Magnier
11€, 144×187 mm, 48 pages, imprimé au Portugal, 2013
Mon ballon
de Mario Ramos
Pastel
12€, 205×267 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2012.

A part ça ?

Vous aimez les concours, je le sais, et justement Agnès Domergue fait gagner sur son blog le livre que j’ai présenté aujourd’hui. Ça se passe ici !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange