La mare aux mots
Parcourir le tag

Marion Duval

Amitié et despotisme

Par 2 octobre 2014 Livres Jeunesse

La belle histoire des amis"Ours l’avait sauvée quand elle était tombée dans le lac gelé alors quand Janet entend le cri de l’animal elle se précipite, elle se transforme en Ourse et part l’aider. On ne sait jamais, s’il était tombé dans un piège… Quand Charlie entend le cri de Janet, ni une, ni deux le voilà parti pour venir en aide à la jeune fille qui lui avait prêté son vélo le jour où il en a eu besoin. Ensemble, ils seront plus forts, car quand on a des amis, on pourrait, pour eux, soulever des montagnes.
Quel magnifique ouvrage sur l’amitié et sur l’entraide ! Nos amis savent qu’ils peuvent compter l’un sur l’autre, et ils se sortiront d’une épreuve que parce qu’ils sont tous les trois. Le texte d’Amélie Billon-Le Guennec est simple, mais percutant, avec peu de mots elle fait passer énormément de choses et les illustrations de Marion Duval sont splendides !
Un grand et bel album pour se rappeler l’importance des amis, et qu’on est toujours plus forts quand on est soudés.

Louis IerC’est le vent qui ramena une couronne à Louis le Mouton, mais l’occasion était trop belle, le voilà qui devient le roi des moutons Louis Ier ! Très vite, il se munit d’un sceptre et d’un trône, il lui fallait bien ça ! Et comme il est bon, il autorise son peuple à assister à son coucher. Mais si ce pouvoir lui montait à la tête ?
C’est avec beaucoup de poésie (et d’humour !) qu’Olivier Tallec nous parle de ceux qui se prennent pour le chef. Parce qu’il a reçu une couronne, Louis va devenir un despote… sauf qu’une couronne qui arrive aussi facilement… peut repartir de la même manière ! On s’amuse énormément à voir ce mouton fier de lui, qui s’adresse à un troupeau… qui s’en fout royalement ! Son sceptre n’est qu’une branche et son trône un arbre, mais il a une couronne alors Louis se croit le plus intéressant. On pense au superbe (dernier) album de Mario Ramos, Le petit Guili, où là aussi une simple couronne pouvait rendre quelqu’un despotique. On pense surtout à d’autres personnages, qui ne sont pas dans la littérature jeunesse… Le livre est très beau, avec un papier épais, ce qui ne gâche rien !
Un très bel album poétique et drôle, mais avec un vrai fond, signé par l’un de nos plus grands illustrateurs.
Des visuels intérieurs sur le site d’Actes Sud Junior.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Amélie Billon-Le Guennec (Moi je, L’étrange histoire de Pétula-Elisabeth Artichaut, Tais-toi, Le secret de Madame Tennenbaum, Bonne nuit Eddie et Eulalie de La Grande Rêverie), de Marion Duval (Le piano) et  d’Olivier Tallec (Waterlo & Trafalgar, Jérôme par cœur, La boum ou la plus mauvaise idée de ma vie, Qui quoi qui, Coffret Grand Loup & Petit Loup, MarlaguetteLe plus féroce des loups, Pas de pitié pour les baskets, Kevin et les extraterrestres, Restons Calmes !, Joyeux Noël Rita et MachinMaurice Carême chanté par Domitille, Mon cœur en miettesLe slip de bain, ou les pires vacances de ma vie et La croûte). Retrouvez aussi notre interview d’Olivier Tallec.

La belle histoire des amis
Texte d’Amélie Billon-Le Guennec, illustré par Marion Duval
Casterman dans la collection Les albums Casterman
13,95 €, 240×310 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014.
Louis Ier, Roi des moutons
d’Olivier Tallec
Actes Sud Junior
15,80 €, 265×300 mm, 30 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

Comme tous les mois, nous vous donnons aujourd’hui nos coups de cœur du mois qui se termine. En septembre, c’était donc, pour Marianne : Mo-mo de Mickaël El-Fathi (Motus), L’heure des mamans de Yaël Hassan et Sophie Rastégar (Utopique) et Le loup beauté d’Angélique Chusseau et Mélanie Desplanches (Editions Les minots). Et pour moi : Ce n’est pas très compliqué de Samuel Ribeyron (HongFei), La retraite de Nénette de Claire Lebourg (autoproduit) et Jérôme par cœur de Thomas Scotto et Olivier Tallec (L’édune).
Côté romans, comme chaque nouveau trimestre, nous avons choisi les romans qui nous ont le plus plu dans les trois mois qui viennent de s’écouler. Pour le troisième trimestre de 2014 il s’agit, pour Marianne, d’Une vie merveilleuse de Dominique Brisson (Syros), Le club de la pluie au pensionnat des mystères de Malika Ferdjoukh (l’école des loisirs) et Les Filouttinen de Siri Kolu (Didier Jeunesse). Et pour moi : Le cœur des louves de Stéphane Servant (Le Rouergue), Là où naissent les nuages d’Annelise Heurtier (Casterman) et Jonah, T. 2 – Le Retour du Sept de Taï-Marc le Thanh (Didier Jeunesse).
Retrouvez nos coups de cœur des mois précédents sur le blog, sur Facebook (ici pour les albums et pour les romans) et sur Pinterest (ici pour les albums et pour les romans).

Gabriel

You Might Also Like

Cogitons…

Par 11 février 2012 Livres Jeunesse

Parfois il y a des albums qui même, une fois fermés, nous font cogiter. On ne sait pas tout de suite si on a aimé ou pas, il lui faut du temps pour faire son chemin. Je voulais vous parler de deux très beaux albums, plein de métaphores, qui font cet effet là : Les yeux du parapluie et Le piano.

Jean ne sort jamais sans son parapluie, peut importe le temps il le garde collé à sa tête si bien que personne n’a jamais vu son visage. Pourtant un jour de grand vent, alors que Jean s’est envolé, il va rencontrer une vieille dame qui va lui dire qu’il est temps de ne plus se cacher.

On retrouve l’auteure et l’illustrateur du très beau Raconte moi la révolution… dans cet album sur la timidité et l’agoraphobie (thème déjà abordé dans le joli Le bathyscaphe : Némo le petit garçon qui avait peur des autres)… mais on peut y voir autre chose, les portes restent ouvertes. Le beau texte, délicat, est mis en image par de superbes illustrations et on est heureux de retrouver en fin d’ouvrage un petit plus : quelques croquis, essais, travaux… j’aime décidément beaucoup le travail très particulier de Loren Bes, un artiste à suivre de près !

Depuis la mort de mamie, il y a un grand piano dans le salon, et ce piano prend beaucoup de place. On est obligé de manger dessous, de dormir dessous. Pourtant personne n’en joue.

Ici le piano est une métaphore du deuil qui prend de la place en nous quand nous perdons un être cher, mais aussi de l’héritage. C’est ici aussi un texte très délicat, comme dans le précédent livre on pourra voir autre chose dans ce piano, les enfants ne verront eux, certainement, que l’instrument, les adultes y verront une métaphore. C’est un livre qui ne laisse assurément pas indifférent, il nous occupe encore l’esprit après l’avoir fermé.

Les yeux du parapluie
d’Ingrid Chabbert, illustré par Loren Bes
Belcastel éditions.
12€
Le piano
de Marion Duval
Didier Jeunesse
14,20€

————————————————————————————————————————-

A part ça ?

J’évoquais avant hier d’un festival dans le Val de Marne, aujourd’hui c’est d’un festival du Val d’Oise dont je veux vous parler (oui désolé on reste en région parisienne). Depuis le 10 février et jusqu’au 3 mars, 28 cinémas et lieux culturels du Val d’Oise proposent un festival d’animation Image par Image. Au programme 40 cinés-goûters, des rencontres… Plus d’info ici : http://imageparimage.wordpress.com

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange