La mare aux mots
Parcourir le tag

Mary-Loup

L’invitée du mercredi : Mary-Loup

Par 8 février 2012 Les invités du mercredi

L’invitée de ce mercredi est quelqu’un de particulier pour moi, je l’ai connue par ses tableaux dans un bar de Nantes et j’ai tout de suite adoré son univers. Elle n’a sorti que deux albums jeunesse mais je continue de suivre son parcours, son œuvre. C’est quelqu’un qui a un talent fou et dont on n’a pas fini d’entendre parler, Mary-Loup !

La mare aux mots : Quel a été votre parcours ?
Mary-Loup :
Alors mon parcours est assez atypique et en même temps classique, dès la seconde j’ai été admise en Arts Appliqués à Nantes au Lycée Livet, ensuite une fois le bac en poche, je suis partie sur Angoulême à l’École de l’Image (les Beaux-Arts !) où j’y ai fait deux premières années. Après ces deux premières années à Angoulême, je suis revenue dans un parcours disons plus scolaire, vers un BTS communication visuelle à Montaigu. Ensuite, la dure réalité du travail intervient : parsemée d’un stage de quelques mois dans une boîte de production Vivement Lundi pour un court-métrage d’animation-marionnettes (Calypso is like so réalisé par Bruno Collet) de boulots alimentaires, de premières expositions dans les bars et les restaurants Nantais… Depuis 2004, je « jongle » avec mes pinceaux, mes crayons, mes envies et mon statut d’artiste-auteur, privilégiant ces derniers temps la peinture à l’illustration.

La mare aux mots : Vous avez illustré deux livres pour enfants et depuis plus rien… pourquoi ?
Mary-Loup :
J’ai effectivement illustré deux livres Chauve qui peut écrit par Danièle Siegler (aux éditions Gypaete, et que j’ai un peu tendance à oublier, surtout qu’en y pensant, je n’ai jamais reçu de nouvelles sur mes droits d’auteur !) et La Sorcière dans le congélateur écrit par Dorothée Piatek (aux éditions Petit à Petit, actuellement épuisé !). Et pourquoi, depuis plus rien, parce que d’une : j’ai consacré la quasi totalité de mon temps, ces dernières années à ma peinture ; et que de deux : je n’ai pas eu de propositions concrètes de maisons d’édition (disons une envie réelle de m’éditer), malgré des textes qu’on me propose régulièrement. J’ai pleins de projets qui se bousculent dans ma tête et qui ne manquent pas de nourrir mes envies, mais j’ai encore du mal à me projeter, quand tout cela manque de concret. Dernièrement, on m’a proposé deux textes que j’aime beaucoup, un qui a été écrit pour moi, et un autre qui me correspond tout à fait; mais il est encore difficile pour moi, encore une fois de me projeter, travailler dessus pour qu’ensuite ce soit validé ou non par une maison d’édition, dans les mois qui viennent ou bien les années à venir ! Mais je me suis promise, que je reviendrai à l’illustration cette année, alors je n’ai plus qu’à m’organiser entre ma peinture, les préparations d’expositions collectives, et ces projets d’éditions au stade de la maturation et en suspens.

La mare aux mots : Vous avez un univers bien à vous, très particulier. Y-a-t-il des illustrateurs qui vous ont inspiré ?
Mary-Loup : J’ai certes, un univers bien particulier, nourri essentiellement par les peintres que j’aime, certains cinéastes, certains écrivains, mais en ce qui concernent les illustrateurs, je regarde depuis très peu de temps leur travail. J’ai quelques souvenirs d’enfance, d’illustrateurs comme Claude Ponti, que je redécouvre actuellement, pas particulièrement pour son travail d’illustration mais surtout l’univers absurde, jouissif, éducatif (mais jamais « niais ») qui se dégage de chacun de ses livres. En ce qui concerne les illustrateurs actuels, tout récemment découvert, j’aime bien évidemment Rebecca Dautremer (depuis longtemps), et je dirais même de plus en plus, son illustration s’est affinée et même s’est perfectionnée et je trouve son travail de couleur toujours aussi pertinent et beau ! J’aime également le travail de Benjamin Lacombe, surtout son traité de la couleur et sa technique de peinture, j’ai découvert récemment le travail de James Jean qui me fascine dans sa grande liberté ! J’en oublie… Mais je ne sais pas si finalement, les illustrateurs m’inspirent, tout m’inspire ; et je ne suis pas « figée » sur le domaine de l’illustration… tout est nourriture dans ce qui m’entoure, une discussion, une réflexion, des rêves, les films, des lectures, la cuisine… Actuellement dans mon travail, je me replonge dans la peinture de la Renaissance et plus particulièrement pour un travail personnel dans celle de Cranach Lucas l’Ancien (que j’ai découverte depuis peu !). La peinture en général est ma principale source d’inspiration dans mon travail. Il y a la peinture Flamande, comme ce portrait des époux Arnolfini de Jan van Eyck qui me fascinait autant qu’il me terrifiait étant enfant. Plus tard dans mes études, j’ai découvert Bruegel, Jérôme Bosch avec ces personnages caricaturaux issus des bestiaires du Moyen Âge, et sa peinture reste pour moi une découverte importante, et c’est toujours une envoûtante source d’inspiration.

La mare aux mots : Quels sont aujourd’hui les illustrateurs qui vous plaisent ? Que pensez-vous de la production littéraire actuelle pour les enfants ?
Mary-Loup :
Je crois que je viens de répondre à la moitié de la question ci-dessus ;)… mais en vrac, Rebecca Dautremer, Benjamin Lacombe, Maya Mindou, Amandine Piu, Samuel Ribeyron, Olivier Daumas, Jérémie Almanza, Nénent, Fabrice Backes, Guillaume Bianco… et tant d’autres. Ouh, ce que je pense de la production littéraire actuelle, une bien grande question pour moi, vu que je ne suis pas assez assidue quant aux nouveautés qui sortent (il y en a tellement !). Je n’achète pas non plus, énormément de livres pour enfants, je ne peux pas trop répondre à cette question, juste dire que comme pour d’autres domaines, on privilégie encore la quantité sans vraiment de fond avant la qualité. Il y a encore énormément de livres pour enfants qui (et c’est mon humble avis !) du point de vue esthétique sont bien médiocres, et niveau contenu, également : bien trop niais et convenu. Heureusement certaines maisons d’éditions privilégient et se battent pour sortir de beaux livres, de beaux objets, avec des impressions de qualité et aussi des histoires qui sortent du lot et qui font réfléchir, en gardant une grande dimension poétique. Je pense que la poésie est l’essence même d’un livre-jeunesse, c’est ce qui doit émaner (selon moi !) d’une production littéraire.

La mare aux mots :Quels sont vos projets ?
Mary-Loup :
Et bien, comme je le disais plus haut, je me consacre actuellement à ma peinture. Je suis en train d’organiser une expo collective avec d’autres amis peintres  (Aline Ivars, Charles Champeau et Coeur), et nous sommes encore à la recherche d’un beau lieu d’exposition pour réaliser cette exposition collective, que l’on veut ambitieuse. Aux dernières nouvelles, l’exposition se fera (dans un premier temps !) à Clisson. Mais c’est encore au stade de la préparation, et je peins actuellement de grands formats, en revisitant la peinture de Cranach Lucas l’Ancien. Parallèlement, je participe en février à deux expositions collectives dans deux galeries Parisiennes, L’enfant mécanique organisée par Adolie Dayet la Galerie L’Art de Rien et une exposition-hommage à L‘étrange Noël de Monsieur Jack à la Galerie Arludik. Ces deux expositions collectives qui sont toujours un défi pour moi, puisque je dois réaliser une peinture, une illustration à partir d’un thème précis, me permettent d’être un peu visible, en dehors de Nantes. Et puis j’ai en projet tout de même d’illustrer un prochain livre, et donc de travailler rapidement sur des histoires que l’on m’a proposées, en « jonglant » avec la peinture et quelques projets graphiques également. Voilà, pour le moment mes projets…

Merci à Mary-Loup d’avoir répondu à ces quelques questions. En attendant qu’elle illustre de nouveaux livres jeunesse, je vous invite fortement à découvrir son travail sur son blog : http://mary-loup.weebly.com.

Gabriel

You Might Also Like

« La vengeance est un plat qui se mange… glacial! »

Par 29 octobre 2009 Livres Jeunesse

Mary-Loup est une artiste nantaise que j’avais connu, justement, quand j’habitais à Nantes. Je suis très fan de son travail. Aussi quand elle a illustré La sorcière dans le congélateur de Dorothée Piatek je me suis jeté dessus!

« Une nouvelle petite sorcière est arrivée en cours d’année dans notre classe de CE1. Elle s’appelait Violette Dumalasourire et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle portait bien son nom. Elle était si glaciale avec nous qu’elle a fini dans le congélateur de la cantine ! »
explique Flora Toujouraison Déléguée de la classe de CE1 des petites sorcières sur le dos de couv’

C’est drôle et l’univers de la dessinatrice est bien là. Son petit côté Tim Burton des débuts.

La sorcière dans le congélateur de Dorothée Piatek magnifiquement illustré par Mary-Loup
C’est chez petit à petit, ça coute 12,90€
Public : A leur lire / Lecteurs débutants

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange