La mare aux mots
Parcourir le tag

Mongolie

Deux séries en BD

Par 22 novembre 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose deux séries de BD pleines de suspense et magnifiquement illustrées. L’une nous embarque dans un village de Mongolie-Intérieure, l’autre, dans une Angleterre Victorienne fantastique.

Kushi – T2 – La tanière du loup
Kushi – T3 – Le château sous la terre
Kushi – T4 – La fille du vent

Scénarios de Patrick Marty, dessins de Golo Zhao
Les éditions Fei dans la collection Kushi
9,50 € chacun, 180×130 mm, entre 93 et 96 pages suivant les tomes, imprimé en France, 2017-2018.
Les incroyables aventures de l’enfant plume – T1 – Le Labyrinthe
Les incroyables aventures de l’enfant plume – T2 – Course-Poursuite
Les incroyables aventures de l’enfant plume – T3 – Prisonnier
de Jorge Corona (traduit par Isabelle Bauthian)
Vents d’Ouest dans la collection Les incroyables aventures de l’enfant plume
10,95 € chacun, 215×293 mm, 48 pages chacun, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2018.

You Might Also Like

Deux romans forts

Par 18 septembre 2014 Livres Jeunesse

Le coeur des louvesCélia a fait la route toute seule, elle arrive, seule, au village de sa grand-mère. Celle-ci n’est plus. Il faut faire à nouveau entrer la vie dans cette maison, la faire respirer. Seule porte qui reste close, celle de la chambre de la grand-mère, Célia n’en a jamais eu la clef, elle n’a jamais eu le droit d’y entrer. Que cache-t-elle ? Célia se souvient avoir vu des gens, l’air maussade, entrer dans la pièce avec sa grand-mère, que venaient-ils y faire ? Une jeune femme est une institutrice qui vit dans un petit village où les jeunes filles disparaissent. Elle a fui son village à elle, où elle a vécu l’inqualifiable. Quelque chose lie ces deux jeunes filles, elles sont les louves.
Mais comment résumer un roman aussi riche que Le cœur des louves de Stéphane Servant. Un roman qui rend hommage au courage des femmes ? Un roman social ? Un thriller ? Une histoire de secrets de famille ? On y parle aussi d’homosexualité, de filiation, de transmission… et tant d’autres choses encore. L’écriture de Stéphane Servant est belle, et l’on se surprend à relire certaines phrases pour le plaisir des mots. Il nous entraîne avec lui dans cette histoire de femmes, de femmes qui se battent, de femmes humiliées. C’est un gros roman (près de 550 pages), mais on a du mal à le poser, l’auteur sait nous tenir tant dans les moments de suspense que dans le reste. Un roman fort, très fort.
Un magnifique roman hommage aux femmes proies qui deviennent femmes louves, autant (plus ?) pour les adultes que pour les ados.

(Petit aparté, j’ai tellement été pris par Le cœur des louves, que j’ai eu énormément de mal à passer à un autre livre… Je les trouvais tous insipides… j’en ai abandonné 4 avant de lire celui qui suit…)

AméliaLà où naissent les nuages est de celle qu’on remarque à cause de son surpoids. Dès qu’elle est contrariée, le chocolat est son meilleur remède. Son père est médecin, sa mère magistrate, Amélia vit dans une famille aisée. Ses parents sont particulièrement préoccupés par les autres et le monde qui les entoure, sa mère envoie d’ailleurs chaque année une grosse somme à une association en Mongolie. C’est un véritable choc lorsqu’elle apprend que le responsable de l’ONG est décédé. Le père d’Amélia décide que toute la famille doit aller là-bas le temps d’un été pour aider l’association, mais à cause d’un concours de circonstances, Amélia partira seule. Un été qui risque de changer sa vie.
Annelise Heurtier écrit généralement des romans forts, là encore. On est entraîné avec Amélia dans des bidonvilles où les enfants sont battus, vivent dans la rue, où des adolescentes accouchent seules dans des endroits sordides… Et pourtant, même s’il y a des moments forts, ce n’est jamais glauque, jamais violent. Amélia, 16 ans, va découvrir plein de choses à l’autre bout du monde, des choses sur elle-même notamment. Annelise Heurtier parle essentiellement de ça, d’apprendre à se connaître, d’apprendre qui l’on est. Elle ouvre des portes qu’elle ne referme par carrément, à nous de nous faire l’histoire.
Un nouveau roman très fort d’un auteur qu’on aime décidément beaucoup.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Stéphane Servant (Le gros goûter, Nos beaux doudous, Boucle d’ours, Le machin, Le crafougna et Le masque) et d’Annelise Heurtier (Combien de terre faut-il à un homme ?, L’affaire du chien, Babakunde, On déménage !, Drôle de rentrée !, Sweet Sixteen, Le carnet rouge et La fille aux cheveux d’encre). Retrouvez aussi notre interview d’Annelise Heurtier.

Le cœur des louves
Texte de Stéphane Servant
Rouergue dans la collection DoAdo
17,50 €, 140×205 mm, 541 pages, imprimé en France, 2013.
Là où naissent les nuages
Texte d’Annelise Heurtier
Casterman
12 €, 146×220 mm, 199 pages, imprimé en Italie, 2014.

You Might Also Like

La plus belle c’est maman !

Par 15 mars 2013 Livres Jeunesse

Et si on rendait hommage aux mamans ?

mon arbreIl a fallu un peu de pluie et de vent… et l’enfant a poussé là, sorti d’un bourgeon de l’arbre. Mon arbreL’arbre est solide et regorge de trésors, de coins où se cacher. On s’y sent bien. Pourtant il y a un endroit encore plus beau… les bras de maman.

Mon arbre est un album d’une délicatesse et d’une poésie infinies, c’est beau, c’est bien écrit, les illustrations pleines de douceur d’Ilya Green sont merveilleuses. Mais vraiment « délicat » c’est le mot qui caractérise le mieux ce bel album. Alors on parle ici des bras de la mère, Mon arbredu bonheur  de les retrouver, on parle aussi de la naissance, l’enfant naît d’un bourgeon de l’arbre. « Mon arbre était là bien avant moi », l’arbre symbolise la mère. On peut y voir des tas de choses, rien n’est dit clairement, on verra dans ce texte ce qu’on voudra y voir, les interprétations sont multiples, mais, à moins d’être réfractaire à l’univers d’Ilya Green, tout le monde tombera sous le charme de ce petit bijou, une vraie réussite.

Maman Est LàTout au nord de la Mongolie, là où il fait très très froid, vivait une mère et son enfant. Tout semblait parfait… jusqu’à ce que rôde un renard. L’animal surveillait la yourte, il devait attendre que la mère s’absente pour prendre l’enfant. Celle-ci ne tarda pas d’ailleurs à devoir aller s’occuper de ses rennes et le renard s’approcha… mais la mère revint bien Maman est làvite vers son petit. Elle vit l’animal s’enfuir et sut qu’il faudrait ruser pour qu’il ne lui prenne pas son bébé.

Maman est là est un superbe conte Mongol, dans lequel une mère va tenter de faire passer son enfant pour un lapin et un renne sans réussir à tromper le renard. Celui-ci réussira son coup mais grâce à la force que donne l’amour d’un parent pour son enfant, la mère récupèrera son enfant sain et sauf. L’histoire est magnifique et les illustrations qui l’accompagnent sont très belles, très douces. L’album est doux, tendre mais avec un petit brin d’humour. Un très bel album.
Feuilletez des extraits ici.

Malou le matouMalou le matou a perdu sa maman… quelle tristesse ! Il va aller voir tous les animaux de la ferme dans l’espoir de la retrouver. Oh ce gros animal qui a des tâche, comme sa maman… est-ce elle ? Non c’est une vache et ses petits veaux sont près d’elle. Et la canne ? Non plus, ses canetons l’accompagnent… Malou va rencontrer plusieurs animaux… retrouvera-t-il sa maman ?

On change complètement d’univers avec cet album aux illustrations très étranges malou le matousignées Nesmo. Là il faut dire les choses, je pense que soit on adhère et on adore (ce qui est mon cas), soit on rejette complètement (le cas de plusieurs personnes à qui j’ai montré le livre). En voyant la couverture et l’extrait vous saurez tout de suite dans quel clan vous êtes. Ici les enfants vont donc apprendre, avec cette histoire très simple, le nom des animaux et de leurs petits. L’album est plein d’humour et vraiment très original. J’adore ce genre de graphisme déroutant.

Quelques pas de plus…
D’autres livres sur les mamans que nous chroniqués : Une maman toute entière, A la rencontre des mamans, Ma maman sait tout faire ou presque, Ma maman est comme ça, Mieux que dix fées
Nous avons chroniqué d’autres livres d’Ilya Green : Marre du rose, Bulle et Bob préparent Noël, Les plus belles berceuses jazz, Bulle et Bob à la plage, Peter Pan et Wendy, Bulle et Bob dans la cuisine et Le masque.

Mon arbre
d’Ilya Green
Didier Jeunesse
12,90€, 210×240 mm, 40 pages, imprimé en France sur papier recyclé, 2013.
Maman est là !
d’Ichinnorov Ganbaatar (traduit par Nadia Porcar), illustré par Baasansuren Bolormaa
Syros
14,50€, 260×250 mm, 48 pages, imprimé en France, 2013
Malou le matou
de Nesmo
Balivernes dans la collection Petites sornettes
9€, 170×170 mm, 24 pages, imprimé en France, 2012.

A part ça ?

Yann Fastier est auteur, il fut aussi le créateur et rédacteur d’un blog génial, Le cimetière des lénifiants. En plus d’avoir du talent il est drôle et en plus d’être drôle il a du culot ! Il se lance dans l’édition et crée sa maison qui s’appelle On verra bien. On peut en savoir plus sur leur blog http://ctouvu.blogspot.fr. Et comme ils ne sont pas riches il proposent de financer leur premier livre. Je vous laisse découvrir tout ça sur le blog, c’est amené avec tant d’humour que ça donne envie de participer !

Gabriel

You Might Also Like

Un voyage dans les légendes des contrées lointaines

Par 15 janvier 2012 Livres Jeunesse

Que j’aime les livres qui nous font voyager, découvrir d’autres cultures. Quand en plus il y a un côté « légende », tout est réuni pour que je passe un bon moment. Et c’est ce qui s’est passé à la lecture des trois petits romans Conte-moi le monde sortis aux éditions Limonade.

Nacer est une petite laotienne, plus précisément une lahu. Elle se rappelle de l’histoire de son grand-père, du jour où il a rencontré le tigre, depuis il a les yeux blancs comme la brume au petit matin. Il ne s’est plus rendu dans la forêt après ce jour là et aujourd’hui, le jour de ses 80 ans, il veut y retourner.

Maralaa et sa famille vivent dans la Taïga, ils font partie du peuple tsaatan. Selon une légende si un jeune renne vient à mourir c’est une année de grands malheurs qui les attend, et justement il y en a un disparu. Il leur faut le retrouver. Mais la forêt est grande, dense et glacée, ce voyage ne sera pas facile… surtout que les loups ne sont pas loin !

Lhakpa et Gagan sont des jumeaux, ils sont nés sur un lac gelé de l’Himalaya par un hiver très froid. Depuis ils vivent avec leur grand-mère, jamais ils ne se séparent comme ils l’ont promis à leur mère. Mais un jour leurs envies divergent, Gagan veut devenir moine et Lhakpa veut aller en ville. Qu’arriverait-il s’ils se séparaient ?

Ces trois contes, magnifiquement illustrés par Emna, permettent de vrais dépaysements, pour les enfants c’est une belle ouverture sur le monde que de découvrir ce genre d’histoires qui se passent dans des pays lointains, dans des peuplades qu’on a peu l’habitude de voir dans les livres. L’éditeur a eu la bonne idée d’accompagner les textes de quelques infos (en début d’ouvrage Que fait-on au... nous fait découvrir le pays, dans l’histoire beaucoup d’annotations pour expliquer des mots du pays). Le genre de petits romans idéal pour les enfants qui aiment s’évader.

L’œil du tigre
Les esprits de Taïga
Au coeur de l’Himalaya

tous trois de Nathalie Wyss, illustrés par Emna
Éditions Limonade, dans la collection Conte moi le monde
6,80€ chacun
Public : Lecteurs confirmés

————————————————————————————————————————–

A part ça ?

Envie de faire de petites activités manuelles avec les enfants ? Léon, pas sur les murs ! (j’adore le nom) vous donne plein de conseils sympas et originaux : http://leonpasurlesmurs.canalblog.com

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange