La mare aux mots
Parcourir le tag

Nathalie Novi

Les invité.e.s du mercredi : Jacques-Rémy Girerd et Nathalie Novi

Par 15 février 2017 Les invités du mercredi

Si en littérature jeunesse, je pense que la part de « produits commerciaux » est assez faible par rapport aux vraies œuvres, c’est d’après moi l’inverse dans le cinéma. Combien de grosses productions insipides pour un film d’auteur ? Il reste, quand même, des petits bijoux qui sortent, les films de Jacques-Rémy Girerd et du studio Folimage en font partie. C’est comme un fan impressionné par son idole que j’ai écrit à Jacques-Remy Girerd pour lui demander s’il était d’accord de répondre à quelques questions, il a accepté tout de suite. Suite à cette interview, je vous propose de partir en vacances avec une grande dame de l’illustration, Nathalie Novi. Nous vous souhaitons un bon mercredi !


L’interview du mercredi : Jacques-Rémy Girerd

Ce n’est peut-être pas sérieux, mais j’aimerais commencer cette interview en vous disant à quel point je suis fan de votre travail, à quel point je trouve vos films extraordinaires. La question peut sembler naïve, mais en quoi consiste exactement votre travail ?
J’ai cumulé de nombreuses occupations, auteur, j’ai écrit de nombreuses histoires, réalisateur, j’ai réalisé près de cent films d’animation, et producteur pour soutenir le travail d’autres réalisateurs autour de moi. Souvent un travail de chef d’orchestre.

Comment est né Folimage ?
Au début de cette longue histoire, à la fin des années 70, si on s’intéressait au cinéma d’animation quasiment inexistant en France, il fallait créer sa propre structure, pratiquement aucun producteur ne s’y intéressait et les chaines de télévision qui se comptaient alors sur les doigts d’une main étaient loin de cette problématique. À partir de 1982/83 les choses ont changé avec la création du COSIP par le CNC. Avec quelques amis nous avons donc créé le studio Folimage en 1981, avec préfiguration de 89 à 91. Au début tout petit et le studio s’est agrandi avec les années, aujourd’hui il fait vivre environ 130 personnes.

Je suis totalement fan de Mia et le Migou qui est, pour moi, l’un des plus beaux dessins animés jamais tournés.
Un grand merci pour cette appréciation qui me touche beaucoup.

Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?
C’est l’histoire d’une petite fille qui n’a rien, très pauvre et isolée. Elle décide de partir à la recherche de son père et fera la rencontre des Migous ces êtres qui ont tout et sont des géants. C’est le choc de l’infiniment petit et du super puissant. La force qui peut s’annuler en un instant et cette gamine pleine de courage qui peut renverser des montagnes. Une allégorie.

Vos films sont souvent engagés, sur l’écologie notamment, c’est important pour vous de passer un message ?
C’est sans le vouloir, je suis toujours rattrapé par des grands enjeux de société dans mes films. Impossible pour moi de raconter des histoires déconnectées, sans fond, sans morale. L’écologie et la protection de l’environnement sont au cœur de nos grands défis humains ; c’est aussi le rôle de l’artiste que de parler de son temps et du monde dans lequel il vit ou survit.

Côté voix, dans vos films ce sont souvent des acteurs très connus (Annie Girardot, Michel Galabru, Michel Piccoli, Pierre Richard, Bernadette Lafond, Sabine Azéma…), est-ce que ça apporte vraiment quelque chose au film ou est-ce que ça fait plus venir les gens ?
C’est principalement par amour des acteurs. J’aime le jeu des acteurs, au théâtre comme au cinéma. Quand j’écris des histoires je ne peux m’empêcher de penser aux acteurs idéaux pour les rôles que j’imagine, cela m’aide pour écrire les dialogues. Et quand la réalité croise l’imagination c’est formidable. Chaque acteur, connu ou inconnu que j’avais imaginé au moment de l’écriture a toujours donné suite pour la réalisation des films. J’ai été gâté. Rien à voir avec des questions commerciales.

J’ai lu aussi que vous commencez par enregistrer les voix avant toute chose, c’est bien ça ?
Oui toujours, cela donne aux films une qualité supérieure et procure une vérité augmentée aux dialogues. Le comédien est libre de son interprétation et nous sommes très proches au moment de l’enregistrement. L’expérience est très enrichissante et les liens tissés de cette façon beaucoup plus vrais.

Quels sont les films qui ont marqué votre enfance ?
Zorro, Mon Oncle, Jour de fête, Le ballon rouge, Buster Keaton Le mécano de la Générale, tous les films des Marx Brothers, La ruée vers l’or de Charlie Chaplin… et beaucoup d’autres

Quelques mots sur vos projets ?
J’ai abandonné la réalisation pour la littérature.

Filmographie (sélective) en tant que réalisateur

  • Tante Hilda !, long métrage (2014).
  • C’est bon, série de courts métrages (2013).
  • Ma petite planète chérie, série de courts métrages (2010).
  • Mia et le Migou, long métrage (2008).
  • La Prophétie des grenouilles, long métrage (2003).
  • L’Enfant au grelot, court métrage (1997), que nous avons chroniqué ici.
  • Mine de rien, série télé (1993).
  • Le bonheur de la vie, série télé (1992).
  • Amerlock, court métrage (1988).
  • Le cirque bonheur, série télé (1988).

Le site de Folimage : http://www.folimage.fr.


En vacances avec… Nathalie Novi

Régulièrement, je pars en vacances avec un.e artiste (je sais vous m’enviez). Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la.le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet.te artiste va donc profiter de ce voyage pour me faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle.il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il.elle veut me présenter et c’est elle.lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Nathalie Novi que je pars ! Allez en route !

Voyages avec la Mare aux Mots

  • Laisser flotter mes jupons exactement là, au-dessus des vignobles, dans la combe de Rosnay, dérouler mes pas et contempler le Cirque de Baume les Messieurs, sous un ciel de vent, à l’ombre des oiseaux silencieux.
  • Se laisser emporter là où penche mon cœur, au cœur d’Arezzo, dévaler la Piazza Grande et glisser doucement jusqu’à la Chapelle Bacci où sommeille le petit page du Songe de Constantin peint par Piero della Francesca.
  • Traverser le Millenium Bridge, se fondre dans les vibrations colorées de Rothko au Tate Modern, puis se régaler au Borough Market. London is so chic !
  • Se dépayser d’un sourire qui flotte à Fort Cochin et s’enivrer de couleurs et d’enfance.
  • S’égarer avec délice à Albi, déambuler dans les dessins de Lautrec, s’émerveiller d’une colline surmontée d’un cyprès et rêver un jour de s’y poser…

Cinq Albums jeunesse :

  • Alice in Wonderland. Lewis Carroll, John Tenniel 1865.
  • Tous les albums de Lisbeth Zwerger.
  • Une berceuse en chiffons, la vie tissée de Louise Bourgeois. Amy Novesky, Isabelle Arsenault chez Pastèque.
  • Le pays du rêve. Formidable Anne Brouillard.
  • Les Fleurs parlent. Géniale Joanna Concejo, texte J.F. Chabas.

Cinq musiques :

  • Henry Purcell. The King Arthur interprété par James Bowman (mon contre-ténor préféré).
  • W. A. Mozart. Requiem. Jordi Savall, une merveille !
  • J.S. Bach. St Matthew Passion. Masaaki Susuki.
  • A. Vivaldi. Stabat mater dolorosa. Ensemble 415.
  • La Folia. Jordi Savall.

Cinq Films :

  • Chantons sous la pluie. Ah, Gene Kelly !
  • Les Demoiselles de Rochefort. Ah, Jaques Demy !
  • Jacquot de Nantes. Bouleversant d’enfance. Agnès Varda (merci !)
  • La meglio gioventù (Nos meilleures années). Marco Tullio Giordana 2003.
  • Out of Africa. Sydney Pollack 1985. Ce merveilleux concerto pour clarinette de Mozart dans la brousse…
  • Et enfin, même si cela fait six, tous les films de Jacques Tati !

Cinq romans… :

  • Orgueil et préjugés, ‘my lovely’ Jane Austen !
  • François d’Assise. Joseph Delteil.
  • Le fleuve caché. Jean Tardieu. Poésie-Gallimard
  • Tobie des marais. Sylvie Germain.
  • Narcisse et Golmund. Herman Hesse.

*Ainsi que les contes d’Andersen et des frères Grimm, + tous les livres que je ne connais
pas encore mais vont me bouleverser !

Et, comme je ne connais pas la BD, je me permets d’en ajouter cinq à cette liste…
Cinq peintres et photographes :

  • Fra Angelico
  • Velásquez
  • Degas
  • Vuillard
  • Sorolla
  • Hammershoi
  • Balthus
  • Saul Leiter
  • Édouard Boubat
  • Lewis Carroll photographe…

ECCO !

Nathalie Novi est peintre littéraire.

Bibliographie sélective :

  • Les mille et un voyages de Claudio Monteverdi, illustration d’un texte de Carl Norac, Littlevillage (à paraître d’ici quelques jours).
  • Merveille des merveilles, illustration d’un texte de Jennifer Dalrymple, Didier Jeunesse (2016).
  • Bonnes nouvelles du Monde, illustration d’un texte d’Alain Serres, Rue du Monde (2016).
  • Et si on redessinait le Monde, illustration d’un texte de Daniel Picouly, Rue du Monde (2014).
  • Trois sœurs, illustration d’un texte de Jo Hoestlandt, Gallimard Jeunesse (2013).
  • Comptines & berceuses tsiganes, illustrations, Didier Jeunesse (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Mahboul le sage, illustration d’un texte d’Halima Hamdane, Didier Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Noël des ramasseurs de neige, illustration d’un texte de Jacques Prévert, Rue du Monde (2012).
  • Yeghvala, la belle sorcière, illustration d’un texte de Catherine Gendrin, Didier Jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Mamouchka et le coussin aux nuages, illustration d’un texte de Michel Piquemal, Gallimard Jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Chansons du monde, 22 chansons du Brésil au Vietnam, collectif, Didier Jeunesse (2012) que nous avons chroniqué ici.
  • L’histoire du soldat, illustration d’un texte de Charles-Ferdinand Ramuz, Didier Jeunesse (2011).
  • La neige vive, illustration d’un texte de Michel Piquemal, Didier Jeunesse (2010).
  • La Flûte enchantée racontée aux enfants, illustration d’un texte de Jean-Pierre Kerloc’h, Didier Jeunesse (2010).
  • Pinocchio, illustration d’un texte de Carlo Collodi, Rue du Monde (2009).
  • La petite sirène, illustration d’un texte d’Hans Christian Andersen, Didier Jeunesse (2008), que nous avons chroniqué ici.
  • La petite fille et l’oiseau, texte et illustrations, Didier Jeunesse (2008).

Retrouvez Nathalie Novi sur son site : http://www.nathalienovi.com.

You Might Also Like

Des histoires et des musiques à écouter

Par 20 novembre 2014 Livres Jeunesse, Musique pour enfants

Aujourd’hui, je vous propose une nouvelle sélection de CD et livres-disque (et même livres musicaux).

Bouc Cornu, Biquette et ses biquetsEt je commence par un duo qu’on adore, Fabienne Morel et Debora Di Gilio alias Huile d’olive et Beurre salé. Après L’ogresse poilue (version italienne du Petit Chaperon Rouge) et La poulette et les trois maisonnettes (version bretonne des Trois petits cochons) c’est maintenant au Loup et les sept chevreaux qu’elles s’attaquent.
Dès que Biquette a le dos tourné, Bouc Cornu tente d’entrer dans la maison où sont restés les biquets. Seulement, ils ne sont pas stupides, ils entendent bien que ce n’est pas la voix de leur mère… Bouc Cornu va devoir être rusé !
Mais quel régal ! Comme à chaque fois avec ce duo on prend énormément de plaisir à écouter l’histoire racontée et chantée. On rit, on sourit, on ne s’ennuie pas une seconde. Le seul souci avec les livres-disques Syros c’est souvent le son… là encore ! On est loin de la qualité de chez Didier Jeunesse, Oui-dire ou Chut ! C’est un peu dommage. Côté illustration, comme dans les deux premiers livres-CD du duo, c’est Nathalie Choux qui met en image le conte avec des illustrations pleines de pep’s et de couleurs. Sur chaque page, deux petites souris suivent le récit… une sorte d’alter ego de nos conteuses.
Encore une vraie réussite pour Huile d’olive et Beurre salé, un duo dont on est super fans. Un livre-disque qui va encore tourner en boucle ici pendant un petit moment !

AprèsHindbad et les Babouches de 7 lieues Huile d’olive et Beurre salé, une autre de nos conteuses préférées. On avait adoré Le voyage de M’toto lunettes (qu’on avait même vu en spectacle), Sylvie Mombo revient avec un nouveau livre-disque : Hindbad et les Babouches de 7 lieues.
Tout le monde aime Hindbad, c’est un garçon charmant. Mais le jeune homme n’a pas de travail et quand il arrive à se faire embaucher comme porteur d’eau il est bien vite mis à la porte à cause de son ingéniosité. Alors Hindbad s’en va, il part à la rencontre des quarante voleurs qui vivent non loin de là. En chemin, il rencontre un vieux musicien, il entend parler d’une princesse et il trouve de bien étranges babouches…
C’est un voyage merveilleux que nous propose Sylvie Mombo. On l’écoute nous conter la grande aventure de Hindbad et notre esprit voyage au son de la musique de Zeki Ayad Çölaş (saz, oud, violon, lyre crétoise, derbouka, daf, bendir et flûte traversière). Parfois, on entend même le musicien conter en turc. L’histoire est digne des grands contes d’orient, on pense bien sûr aux contes des mille et une nuits.
C’est toujours avec un énorme plaisir qu’on retrouve Sylvie Mombo, ce voyage qu’elle nous propose est encore une vraie réussite.
La bande-annonce du spectacle.

Petites histoires du mondeJean-Claude Carrière nous raconte des Petites histoires du monde… et l’on se régale ! On rit aux petits contes, tels des histoires tantôt drôles tantôt philosophiques, venues du monde entier. Généralement très courtes (entre 20 secondes et 2’30), les histoires vont faire autant sourire les parents que les enfants (voire même, soyons franc, parfois plus les parents que les enfants, car c’est souvent plein de non-sens).
L’habillage musical est composé de oud tunisien, guitare à 8 cordes, bendir et petites percussions et accompagne à merveille la voix du conteur. Les illustrations d’Anna Forlati sont superbes. Bref, on a eu un gros coup de cœur pour ce livre disque très original.
Un petit bijou pour tous ceux qui aiment l’humour absurde et les contes du monde.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Comptines & berceuses tsiganesAutre coup de cœur, Comptines & berceuses tsiganes sorti chez Didier Jeunesse. Vous connaissez certainement la superbe collection Comptines du Monde de chez Didier Jeunesse, c’est toujours extrêmement réussi, tant dans les choix musicaux que dans les interprétations et dans le livre qui accompagne le CD. Ici, est-ce parce que cette musique-là me touche particulièrement, mais je trouve l’ouvrage particulièrement bon. J’écoute l’album en boucle depuis que je l’ai reçu ! Les amateurs de musique tsigane retrouveront avec plaisir Ederlezi (ici sous le titre Herdelezi), Ušti ušti baba ou encore Keren chavorrale drom. Des chansons venues de Hongrie, République Tchèque, Macédoine, Russie, Bulgarie, Roumanie, Turquie et Slovaquie, chantées en hongrois, romani et roumain. Les merveilleuses illustrations du livre sont signées Nathalie Novi. On retrouve, comme d’habitude, les paroles, les traductions et des indications sur les chansons. Le seul souci de Comptines & berceuses tsiganes c’est que ma fille risque de ne pas l’avoir souvent pour elle…
Un magnifique livre-CD plein d’émotion pour les amoureux de musique tsigane… et leurs enfants ! Le cadeau à offrir à Noël, au neveu qui vient de naître et à l’arrière-grand-mère !
Extraits sur le site de l’éditeur.

Coffret berceuses du mondeEt puisqu’on parle de cadeaux… Didier Jeunesse a la bonne idée de ressortir le superbe Les plus belles berceuses du Monde (compilation de quatre de ses plus beaux livres-CD) avec 3 inédits dans un magnifique coffret au pelliculage « soft touch » qui contient, en plus du livre-CD, une illustration d’Aurélia Fronty sur beau papier, à encadrer. Un cadeau de naissance (mais pas seulement) idéal.
Extraits sur le site de l’éditeur.

Enfantillages 2La plupart d’entre vous doit déjà connaître Enfantillages, l’album d’Aldebert sorti en 2008 (l’album est d’ailleurs disque d’or) et peut-être Enfantillages 2 sorti l’année dernière. Voilà que ce deuxième opus ressort dans deux nouvelles versions : un coffret CD/DVD avec le spectacle filmé et un livre-disque. Ici, on chante, on danse avec les enfants, c’est le genre de disque qui plaît aux plus jeunes et n’exaspère pas trop les grands ! C’est bourré de duos, on retrouve notamment Ours, Didier Wampas, Les Yeux Noirs, Bénabar, Louis Chédid, Alexis HK, François Morel, Carmen Maria Vega… et bien d’autres ! On parle de la vie quotidienne des enfants, de leurs mensonges, de la famille, de l’amour…
Dans la version avec DVD on peut donc, en plus du CD, assister au concert filmé. Ici pas de duo et la qualité fait un peu spectacle filmé par France 3 Bretagne dans les années 90, mais les enfants vont adorer retrouver l’ambiance du concert qu’ils ont vu en vrai ou découvrir la version live avec des moments pleins d’humour autour des chansons.
Aldebert Enfantillages 2 livreC’est le même CD (sans le DVD) que l’on retrouve dans la version livre-CD, mais ici les chansons sont illustrées par Simon Moreau.
Aldebert est un artiste que nous suivons depuis plusieurs années, avant qu’il fasse des chansons pour les plus jeunes. Ses disques pour enfants sont à l’image de ce qu’il fait pour adultes et il reste surtout un artiste à voir sur scène… et les occasions ne manquent pas ! Il a joué à guichet fermé à l’Olympia il y a peu (et reviendra à Paris en avril), mais passera bientôt à Nantes, Besançon (chez lui), Marseille, Bruxelles… Retrouvez ses dates ici.
Écouter l’album.

Lili Moutarde comédie musicaleLili Moutarde est une petite fille, elle a deux sœurs (Lili Tempête, une vraie furie, et Lili Farfouille, qui passe son temps à tout décortiquer) et un frère (Titi Chewing-gum qui colle en permanence). Seulement, Lili regrette le temps où elle était seule, elle aimerait se débarrasser de ces trois garnements et rester seule avec ses parents… Elle décide donc de les mettre dans un train… et qu’ils aillent au diable !
Lili Moutarde est une comédie musicale signée Christiane Oriol. Et contrairement à Aldebert ici ça ne va pas forcément rassembler parents et enfants ! Les chansons rythmées et faciles à reprendre risquent de beaucoup plaire aux enfants… et vite exaspérer les parents ! Mais les disques pour enfants sont faits à la base pour eux, non ? Alors on leur donne le CD, ils l’écoutent dans leur chambre, s’éclatent, chantent à tue-tête… et l’on est tranquille pendant au moins une heure !
Extraits sur le site de l’éditeur.

Enquete à l'orchestreLe compositeur est mort ! L’enquêteur va mener l’enquête. Est-ce les cordes que le compositeur faisait jouer comme des forcenées ? Le premier des violons tenait d’ailleurs à la main un étui noir assez suspect… Est-ce les cuivres qui sont si violents ? Le souci c’est que tous ont un alibi… Pourtant le compositeur est bien mort !
Avec son brin de folie habituel, Lemony Snicket rend hommage à la musique… Et quel bel hommage ! Comme dans Piccolo et Saxo ou dans Pierre et le Loup, ici on se familiarise avec les instruments de l’orchestre, mais avec une vraie histoire. Une intrigue policière même ! Le texte de l’auteur des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire est ici raconté par le génial Pépito Matéo, et comme d’habitude avec ce grand conteur (ah Sans les mains et en danseuse…) c’est un pur régal. Côté illustration, les dessins de Louis Thomas nous font penser à Sempé et à Philippe Dumas.
Encore un savoureux disque pour les amoureux de musique et de belles histoires sorti chez Didier Jeunesse.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

L'Oiseau de feuUn tsar avait un jardin extraordinaire dans lequel un pommier produisait des fruits d’or. Le tsar aimait venir les regarder chaque matin avant de commencer sa journée. Jusqu’au jour où les pommes commencèrent à disparaître… Le tsar chargea ses fils de mener l’enquête.
Le célèbre conte L’Oiseau de feu nous est ici conté par Élodie Fondacci et illustré par Aurélia Fronty, vous imaginez déjà la beauté de l’objet ! Sous fond de musique de Stravinsky, on écoute donc l’histoire où il est question d’un oiseau de feu, de sorcier, de princesse et d’amour…
Un magnifique conte superbement illustré par Aurélia Fronty.

Mes plus belles musiques classiques pour les petits 2Après StravinskyBach, Debussy, Mozart, Beethoven, Fauré, Schubert, Offenbach et dix autres grands compositeurs réunis dans un très joli livre pour les tout-petits. Dix-sept morceaux parmi les plus belles musiques classiques vont enchanter les enfants et émerveiller les parents (ou l’inverse). Le livre (illustré par Aurélie Guillerey, Vincent Mathy, Clotilde Perrin et Charlotte Roederer) est cartonné et donc on peut le laisser à portée des plus jeunes sans trop de risque (la pochette contenant le CD se détache aisément). Pour chaque morceau, tantôt rythmé, tantôt lent, une double page illustrée avec un petit texte poétique.
Un ouvrage très réussi pour transmettre le goût de la musique classique aux plus jeunes.

la berceuseOn quitte les musiques classiques, mais on reste avec les plus jeunes pour écouter des berceuses du monde. Nathalie Manguy interprète des chansons venues du monde entier : Turquie, Sri Lanka, Brésil, Cameroun, Japon, Pologne… Le résultat est superbe, un disque de berceuses d’une grande qualité, d’une belle « unité » (on n’a pas une impression de morceaux jetés en vrac comme ça peut arriver sur ce genre de disques). Elle chante en créole, en hébreu, en arabe, en français… en reprenant les techniques vocales et le phrasé si particuliers de certaines langues. Ses berceuses sont toujours chantées avec une infinie douceur, énormément de justesse. Le livret du disque nous propose les textes des chansons et leurs traductions.
Un magnifique disque de berceuses, un des plus beaux que j’ai entendu.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

On termine par deux livres musicaux… mais sans CD !
Paco et l'orchestrePaco se promène dans la forêt, tout le monde se prépare pour le concert de ce soir. L’ours s’est mis au piano, l’éléphant au violon et le cochon au xylophone. Il va être rudement chouette ce concert !
Paco est au cirque ! Le fifre joue de la flûte traversière, une autruche bottée de la clarinette, un éléphant funambule de la trompette… et ils ne sont pas les seuls à bien connaître la musique ! Il ne s’ennuie pas, Paco !
Les deux livres sortis dans cette nouvelle collection (Mes petits livres sonores chez Gallimard) sont illustrés par Magali Le Huche et l’on se régale ! Les illustrations sont pleines de malice, colorées, vivantes.Paco et la fanfare Les sons (qui se déclenchent en appuyant sur les pages) ne sont pas trop courts et mettent bien en valeur les instruments. Car ici c’est de ça dont il s’agit : les instruments de l’orchestre dans Paco et l’orchestre et ceux de la fanfare dans Paco et la fanfare (en fait, les titres sont assez logiques). On entend les instruments, le son qu’ils produisent. En fin d’ouvrage, ils sont tous rappelés.
Une super nouvelle collection pour apprendre les instruments, illustrée par une de nos illustratrices préférées.

Retrouvez tous les CD et livres-CD musicaux que nous avons chroniqués sur l’album Pinterest qui leur est consacré.

Bouc Cornu, Biquette et ses biquets
Texte de et raconté par Fabienne Morel et Debora Di Gilio, illustré par Nathalie Choux
Syros
18,90 €, 260×260 mm, 40 pages, CD : 15 min. env., imprimé en France, 2014.
Hindbad et les Babouches de 7 Lieues
Texte de et raconté par Sylvie Mombo, musique de Zeki Ayad Çölaş
Tchekchouka
14 € (prix moyen constaté), CD : 31 min. env., 2014.
Petites histoires du monde
Texte de et raconté par Jean-Claude Carrière
Bulles de savon
20,90 €, 257×292 mm, 43 pages, CD : 24 min.env., imprimé en Union Européenne, 2014.
Comptines & berceuses tsiganes
Collectif, illustré par Nathalie Novi
Didier Jeunesse dans la collection Un livre, un CD
23,80 €, 273×270 mm, 60 pages, CD : 52 min. env., imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Les plus belles berceuses du monde – Éditions Luxe
Collectif, illustré par Aurélia Fronty
Didier Jeunesse dans la collection Un livre, un CD
29,90 €, 280×285 mm, 57 pages, CD : 59 min. env., imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Enfantillages 2
d’Aldebert, illustré par Simon Moreau
Sony Music (CD + DVD) et Gallimard (Livre-disque)
16 € (prix moyen constaté, CD+ DVD) et 24 € (livre-CD), 255×295 mm (livre-CD), 48 pages (livre-CD), durée du CD : 57 min.env., durée du DVD 90 min. env., imprimé en France (livre-CD), 2014.
Lili Moutarde, comédie musicale
Texte de, raconté par et chanté par Christiane Oriol
Eponymes Jeunesse
13 € (prix moyen constaté), CD : 67 min. env., 2014.
Le compositeur est mort – Enquête à l’orchestre
Texte de Lemony Snicket (traduit par Pépito Matéo et Nathaniel Stookey), raconté par Pépito Matéo, illustré par Louis Thomas, musique de Nathaniel Stookey
Didier Jeunesse dans la collection Un livre, un CD
23,80 €, 265×265 mm, 36 pages, CD : 30 min. env., imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
L’Oiseau de feu
Texte de et par Élodie Fondacci, illustré par Aurélia Fronty, musique d’Igor Stravinsky
Gautier Languereau dans la collection Des histoires en musique
22,90 €, 280×270 mm, 32 pages, CD : 28 min. env., imprimé en France, 2014.
Mes plus belles musiques classiques pour les petits 2
Collectif, illustré par Aurélie Guillerey, Charlotte Roederer, Clotilde Perrin et Vincent Mathy
Gallimard Jeunesse dans la collection Éveil musical
16,90 €, 215×215 mm, 36 pages, CD : 53 min. env., imprimé en Europe, 2014.
La berceuse
de Nathalie Mainguy
Victor Mélodie
15 € (prix de vente conseillé), durée : 30 min. env., 2014.
Paco et l’orchestre
de Magali Le Huche
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes petits livres sonores
13,50 €, 185×210 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.
Paco et la fanfare
de Magali Le Huche
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes petits livres sonores
13,50 €, 185×210 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.

You Might Also Like

Voyageons grâce aux histoires

Par 30 septembre 2013 Livres Jeunesse

Ça vous dit de voyager ? Aujourd’hui je vous propose un conte du Sahel, un conte turc, une histoire qui se passe en Afghanistan et des contes du Maroc. Nous irons même, dans le A part ça, au bord du Mékong, du Zambèze et du Gange.

Le chant des géniesUn homme qui refusait de continuer à vivre dans la pauvreté décida de cultiver un champ qu’on disait appartenir aux génies. On lui avait pourtant dit que les génies n’aimaient pas qu’on touche à cette terre mais il ne voyait pas d’autres façons de gagner de l’argent. A peine avait-il commencé, que les génies intervinrent… pour l’aider ! Mais allaient-ils être toujours aussi bienveillants ?

Le chant des génies qui vient de ressortir au format « poche » chez Actes Sud Junior, est un magnifique conte traditionnel du Sahel. Le texte est superbe et les nombreuses répétitions (les génies disent toujours les deux mêmes phrases) font que les enfants participent. Ils tremblent et rient à l’écoute des aventures de ce pauvre homme (et de sa famille). Ils imaginent même ce qui va découler des actions des personnages. Les belles illustrations d’Emre Orhun participent au côté « angoissant » du conte. Un très beau conte.

Le Nuage amoureuxEn jouant de son pipeau, un derviche avait créé un monde. Un monde dans lequel vivait le terrifiant Seyfi le Noir et la douce Aïché. Seyfi possédait toute la terre de ce petit monde sauf un petit jardin qui appartenait à Aïché. Bien entendu l’homme rêvait de s’en emparer, et pourquoi pas d’avoir Aïché pour le même prix ! Il allait devoir tenter milles ruses pour que le jardin lui appartienne… mais c’était sans compter sur un nuage amoureux d’Aïché qui allait tout faire pour aider la jeune fille.

Le nuage amoureux est un superbe texte, extrêmement poétique, magnifiquement écrit par Nâzim Hikmet, un auteur turc qui a passé une partie de sa vie en prison, a reçu le prix international de la paix en 1955 avant d’être déchu de sa citoyenneté turque et a fini sa vie en exil. Je ne connaissais pas cet auteur mais c’est vraiment une très belle plume. Ici on est entre le roman et l’album (c’est un album dont le texte est assez long) et chaque phrase est magnifiquement ciselée. Les illustrations d’Oya Lydia Bierschwale (qui n’est pas une contemporaine de Nâzim Hikmet puisqu’elle est née près de 20 ans après sa mort) sont très belles, elles ajoutent encore plus de poésie au texte et elles ont le charme des illustrations du Moyen Orient. Un magnifique album.

Le sourire de la montagneUn roi avait ramené un dieu de ses voyages. Pas un dieu qui punit, comme ceux qui vivent au-dessus de la montagne, non un dieu bienfaisant, un dieu souriant. Le roi voulu donc lui faire construire une statue sculptée à même la montagne pour qu’elle donne confiance à ceux qui doivent y monter. Une grande statue souriante. La construction pris des années mais la statue est faite pour rester longtemps.

François Place signe un très bel album qui nous rappelle bien entendu ces grands Bouddha de Bamiyan qui ont été détruit il y a quelques années alors qu’ils trônaient la depuis des milliers d’années. Le roi qui construit la statue veut que son peuple ait un dieu bon, qui veille sur lui et qui lui donne du courage, pas un dieu qui l’effraie et l’empêche d’avancer. Un très bel album plein de poésie et de philosophie sur ces sourires qui nous aident à avancer.

Mahboul le sage et autres contes marocainsKarim refusait tout ce que sa mère lui donnait à manger, lassée un jour elle lui demande ce qui lui ferait plaisir… « de la purée de pommes de terre ! ». Sauf que lorsqu’il l’eue devant lui… il n’en voulut pas non plus ! Un homme sans travail décidât de déménager avec sa famille dans un autre village pour y trouver un emploi. Mais forcément il fallait aussi trouver où dormir ! Après avoir essuyé plusieurs refus, une vieille dame accepta enfin… sauf qu’ils ignoraient que c’était une ogresse. Mahboul était surnommé ainsi parce que tout le monde le pensait idiot. Pensez… il ne disait jamais non ! Pourtant une simple amande trouvée par terre allait lui apporter le plus grand des bonheurs.

Halima Hamdane raconte Mahboul le sage et les deux autres contes marocains issus de la tradition orale qui l’accompagnent… et c’est un pur bonheur ! Car le très bel album illustré par Nathalie Novi est accompagné d’un CD. On se régale à l’écouter nous raconter ces histoires où les mots arabes accompagnent les mots français sans que ça gène la compréhension. Entre chaque conte on écoute une petite comptine traditionnelle. A la fin du CD les contes sont même repris intégralement en arabe. C’est un beau voyage qu’on nous propose ici. J’ai eu la chance de voir Halima Hamdane raconter une de ces histoires il y a peu, si elle passe près de chez vous foncez ! Mais en attendant je vous conseille chaudement de l’écouter dans de très beau livre-CD.
Des extraits (du CD et du livre) en ligne.

Quelques pas de plus…
Nous aimons vous faire voyager régulièrement grâce aux contes, retrouvez par exemple notre dernière chronique de contes du monde.
Nous avons chroniqué plusieurs livres de Nathalie Novi (Mamouchka et le coussin aux nuages, Yeghvala, la belle sorcière et La petite sirène.

Le chant des génies
Texte de Nacer Khémir, illustré par Emre Orhun
Actes Sud Junior dans la collection Encore une fois
4,95€, 150×190 mm, 39 pages, imprimé au Portugal, 2013.
Le nuage amoureux
Texte de Nazim Hikmet (traduit par Münevver Andaç), illustré par Oya Lydia Bierschwale
Gallimard Jeunesse Giboulées
14,50€, 230×257 mm, 42 pages, imprimé en France, 2013.
Le sourire de la montagne
de François Place
Gallimard Jeunesse
16€, 225×237 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Mahboul le sage
Texte d’Halima Hamdane, illustré par Nathalie Novi
Didier Jeunesse dans la collection Contes et Voix du monde
16€, 218×218 mm, 35 pages, CD 22 min., imprimé en France chez un éditeur éco-responsable, 2013.

A part ça ?

LES GENS DU FLEUVE - 3D DVDAu bord du Gange on va rencontrer la Mataji, grande prêtresse, Deidi Von Schaewen, une photographe amatrice d’arbre sacrés ou le Sadhu Clic (qui tient son nom au fait qu’il fait beaucoup de photo) et on va assister à de grandes cérémonies religieuses. Au bord du Mékong un pêcheur funambule initie son fils, des archéologues essayent de préserver des vestiges et un hollandais cherche des plantes médicinales rares. Au bord du Zambèze un pêcheur risque sa vie pour nourrir sa famille, un riche hôtelier raconte l’histoire du pays et des gardes forestiers luttent contre les braconniers. Trois DVD, trois magnifiques voyages où non seulement on découvre des paysages d’une beauté à couper le souffle mais on rencontre aussi des hommes et des femmes qui vivent là, au bord de ces trois grands fleuves. Comment oublier la joie de Joseph, pêcheur, vivant un premier vol en hélicoptère, comment ne pas trembler devant le fils de Som Nieng qui va risquer sa vie en traversant le fleuve déchaîné sur une corde… Trois magnifiques voyages à vivre avec les enfants (ou pas… mais personnellement ma fille de cinq ans a adoré les regarder en plusieurs fois).

Quelques images :

Les gens du fleuve, 5h50 (3DVD), France télévision (24,99€ prix de vente conseillé).

Gabriel

You Might Also Like

Coussins et oreillers pour voyager

Par 28 janvier 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui j’espère vous donner envie de découvrir deux magnifiques albums.

Nina et les oreillersNina a neuf ans et l’aventure que raconte cette histoire commence le jour où elle reçoit un nouvel oreiller avec des vraies plumes d’oie sauvage à l’intérieur (c’était marqué sur l’étiquette). Avant l’oreiller, Nina ne rêvait pas, rien à faire ! Elle avait tout tenté… mais cet oreiller va changer sa vie. A elle le survol de la jungle, à elle la piscine près du préau de l’école… des rêves à en rendre jaloux les autres ! Nina et les oreillersEt si ça avait déclenché quelque chose en elle, ouvert une porte ? Si en essayant les oreillers des autres Nina pouvait rêver leurs rêves ?

C’est un magnifique album sur le rêve qu’a écrit Maylis de Kerangal, un album qu’il est difficile de raconter tellement il est poétique, touchant. Les illustrations d’Alexandra Pichard (qui avait déjà illustré un livre que j’avais adoré, Muette) sont magnifiques et soulignent encore plus le côté doux et poétique de l’album, le côté onirique aussi. Nina et les oreillers est un album absolument magnifique pour les rêveurs.

Mamouchka et le coussin aux nuagesMamouchka était une dame âgée, très âgée. Marcher était devenu douloureux pour elle pourtant elle continuait à faire son marché tous les samedis, c’était son plaisir à elle. Ce samedi-là elle décida d’acheter un grand coussin brodé de nuages bleutés à un marchand qui lui faisait bien de la peine car il n’arrivait à rien vendre. Elle se disait qu’il serait bon pour son dos, ce coussin. Elle rentra chez elle bien fatiguée d’avoir marché, comme tous les samedis, et se mis dans son fauteuil avec son coussin… Elle sombra dans un très beau rêve, un beau voyage où elle se retrouva jeune avec son mari Igor…

Mamouchka et le coussin aux nuages est un album d’une beauté renversante. On parle ici de la mort bien entendu, c’est elle qui délivrera Mamouchka de ses douleurs, de sa vie devenue pesante. Mais la mort est ici un magnifique rêve où  la vieille femme retrouve les personnes qu’elle aimé. C’est une façon très douce et très sensible de parler de la mort aux enfants, l’album est touchant mais subtil, absolument pas dur. Les illustrations de Nathalie Novi sont comme toujours aussi belles, colorées, poétiques et douces. Un très très bel album.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué…
… un livre illustré par Alexandra Pichard : Muette
… un livre écrit par Michel Piquemal : L’étoile de Noël
… deux livres illustrés par Nathalie Novi : Yeghvala, la belle sorcière et La petite sirène.

Nina et les oreillers
de Maylis de Kerangal, illustré par Alexandra Pichard
Hélium
15€20, 215×340 mm, 26 pages, imprimé en Italie, 2011
Mamouchka et le coussin aux nuages
de Michel Piquemal, illustré par Nathalie Novi
Gallimard jeunesse
13,50€, 268×289 mm, 34 pages, imprimé en France sur papier recyclé, 2012.

A part ça ?

Envie de fabriquer des petites choses ? Le site est en anglais mais il y a des choses à télécharger qui se comprennent bien ! http://onecharmingparty.com

Gabriel

You Might Also Like

De l’amour…

Par 26 novembre 2012 Livres Jeunesse

Trois très belles histoires, de beaux contes magnifiquement illustrés.

Saïane était une jeune et belle princesse qui avait pour talent de dessiner ses robes. Miral lui était un jeune tailleur réputé, ainsi quand son couturier attitré mourut, Saïane le fit venir au palais pour travailler pour elle. Seulement le jeune homme ne devait jamais voir la princesse et était obligé de porter une épaisse cagoule pour prendre ses mesures… Pourtant (vous vous en doutez) ils tombèrent amoureux l’un de l’autre. Mais la jeune fille, qui pensait avoir un tout autre destin, partie dans une contrée où les tailleurs sont des seigneurs et où les tissus sont fournis par les papillons…

Mon résumé est peut-être quelque peu confus mais cette histoire est tellement riche… Au fil de l’amour est un superbe album, tant au niveau du texte que des illustrations. Cette très belle histoire d’amour aux saveurs d’orient est vraiment originale, on parle ici de l’amour, forcément, mais aussi de la création et de croire en ses rêves. Saïane n’est pas une princesse soumise et mièvre comme on en voit souvent dans les contes (voir plus bas), elle s’affiche avec des tenues qui ne plaisent pas aux gens, elle ira contre l’avis du tailleur à la recherche du pays dont elle rêve et elle se mariera avec un homme qui n’est pas de sa condition. Un très bel album, vraiment.

Yeghvala est née d’une mère tsigane. Mais cette mère vit tout de suite que sa fille avait la marque des sorcières  et très vite ce fut le défilé pour prodiguer à l’enfant toutes sortes de dons, de présages et de sortilèges. Toutes les sorcières étaient là des vieilles Moires aux folles Ménades en passant par la célèbre Baba Yaga et l’enfant reçu de très nombreux « cadeaux ». Yeghvala devint vite une très belle jeune fille qui jeta un sortilège au forgeron pour le forcer à tomber amoureux d’elle… jusqu’au jour où celui-ci découvrit que sa femme était une sorcière.

Ici aussi histoire très riche (mon résumé ne va même pas jusqu’à la moitié de l’album) et aucune mièvrerie. Cette histoire de sorcière tsigane est même assez noire, les illustrations sont parfois assez dures, mais quelle beauté ! Tant dans les dessins de Nathalie Novi que dans le texte de Catherine Gendrin ! On parle de tellement de choses ici… de l’amour, de l’apparence, de la peur de vieillir,… L’histoire est originale et les illustrations sont somptueuses, je parie que vous serez ensorcelé par Yeghvala la belle sorcière.

Il était une fois une reine qui se coupât le doigt alors qu’elle cousait à sa fenêtre encadrée de bois d’ébène. Voyant une goutte de son sang dans la neige elle trouva ça si beau qu’elle désirât avoir un enfant à la peau aussi blanche que la neige, aux lèvres aussi rouge que le sang et aux cheveux aussi noir que l’ébène… quelques temps plus tard naquit Blanche Neige… (la suite vous la connaissez je pense)

Alors là, contrairement aux deux autres, c’est sûr que Blanche Neige ce n’est pas un modèle d’émancipation et d’intelligence ! Mais qu’elles sont belles les illustrations de Sophie Lebot. L’album est absolument superbe. Si vous cherchez un ouvrage avec Blanche Neige je pense que vous avez là l’un des plus beaux. Le livre est très grand, les illustrations sont parfois pleine page, et sans s’écarter complètement de l’image « connue » de Blanche Neige, Sophie Lebot a réussi à dépoussiérer tout ça, à faire des illustrations qui justement enlèvent de la mièvrerie à l’histoire (enfin ce n’est pas l’histoire de Blanche Neige qui est mièvre c’est plus le personnage lui-même qui est quand même particulièrement nunuche). Un magnifique album pour un conte qui reste un des plus grands classiques dans le cœur des enfants.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué La petite sirène de Nathalie Novi, des histoires des frères Grimm : Hansel & Gretel et Hans la chance et des livres de Sophie Lebot : Le ventre de maman, Victor et les AmulettesLa princesse de Fertabelle et la princesse de Fertamaline. Retrouvez aussi notre interview de Sophie Lebot.

Au fil de l’amour
de Franck Prévot, illustré par Judith Gueyfier
Le buveur d’encre
16€, 299×280 mm, 32 pages, imprimé en Belgique
Yeghvala, la belle sorcière
de Catherine Gendrin, illustré par Nathalie Novi
Didier Jeunesse
14,20€, 247×319 mm, 35 pages, imprimé en France sur papier issu des forêts gérées durablement
Blanche Neige
d’après Les frères Grimm, illustré par Sophie Lebot
Lito
12€, 257×335 mm, 32 pages, imprimé en UE


A part ça ?

Le salon du livre et de la presse jeunesse de Seine St Denis, à Montreuil, débute ce mercredi… Au programme des dédicaces, des conférences et tant d’autres choses… Tous les renseignements sont là : http://www.salon-livre-presse-jeunesse.net. Et j’ai la joie d’offrir des places, si vous voulez en gagner laissez un commentaire sous cet article je tirerai au sort demain a midi ! (pour que vous les ayez avant la fin du salon quand même !)

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange