La mare aux mots
Parcourir le tag

Nicolas Wild

A l’école

Par 26 septembre 2013 Livres Jeunesse

On en a déjà parlé plusieurs fois avant la rentrée, reparlons en maintenant que c’est devenu une routine… l’école ! (bon et après on n’en parle plus avant l’été 2014 !)

MaternelleC’est le jour de la rentrée, on se réveille, on mange et c’est parti pour l’école. Arrivé sur place on accroche son manteau sous sa photo, on retrouve la maîtresse et une dame qui est là pour l’aider. Un dernier bisou aux parents et voici donc la journée en classe qui commence…

Reprenant étape par étape la journée avec une histoire en images et de grandes planches avec des mots-clefs genre imagier, parfois des questions, La maternelle de chez Larousse est un petit album très complet sur la maternelle (le nom est donc bien trouvé !). L’appel, le sport, le tableau de présence, la récré, la sieste, la cantine,… tout y est ! Et tout ressemble à ce que vivent vraiment nos enfants. Les pages sont entièrement plastifiées (donc le livre ne craint pas trop la déchirure) et il propose même, en fin d’ouvrage, des petits jeux avec des autocollants et un puzzle. Je connaissais déjà cette collection (Ma baby encyclopédie) que j’aime beaucoup (même si je ne comprends pas pourquoi ce « baby »). Un très bon ouvrage pour parler de la maternelle.

La p'tite ŽcoleLes arbres de la cour, les portes manteaux décorés, les activités,… peindre, dessiner, se défouler, manger, se reposer… puis c’est fini, il faut maintenant retrouver les parents et leur raconter la journée.

La p’tite école est un ouvrage très poétique sur une journée à l’école maternelle signé Brigitte Vaultier et Chiara Dattola. Comme dans le précédent, on évoque ici tous les moments qui font le quotidien des petits à la maternelle. Illustrations un peu rétro, texte ressemblant à un poème, les enfants vont aimer retrouver ce qu’ils vivent dans ce très joli petit album.

kiki kiffe l'écolePour Kiki aussi c’est le grand jour, il a le trac ! Il prépare son cartable (on va l’aider), il monte sur le scooter de son père et direction l’école ! Rencontre avec la maîtresse, apprentissage de l’écriture, course en sac, cantine,… une journée à l’école avec Kiki !

Contrairement aux deux premiers livres de cette chronique, si vous cherchez un livre « réaliste » passez votre chemin ! Kiki rentre en petite section et, par exemple, on propose au jeune lecteur de trouver ce qu’il met dans son cartable dans une liste d’objet… sauf que rien ne va en petite section (en plus des battes de baseball, scie, marteau, club de golf,… on trouve bien des crayons, des cahiers, une règle… mais aucun enfant ne prend ça pour aller en petite section). Autre exemple Kiki écrit avec des cubes (drôlement doué à la rentrée de petite section)… Bref comme on adore Kiki on lui pardonne le fait que les enfants ne se reconnaîtront pas forcément. Vincent Malone et Jean-Louis Cornalba continuent cette super série dont on ne se lasse vraiment pas.
Le même vu par Oeil d’ailleurs.

Je, tu, il m'embêteIl s’embête dans la classe jusqu’à ce que l’instituteur soit appelé ailleurs… Il faut rester sage pendant son absence, mais tirer les oreilles du lapin de devant est trop tentant… Ah ce lapin croit lui échapper en se levant, mais non on peut se poursuivre. Y’a pas à dire, on s’embête moins quand on s’embête les uns les autres !

Michel Van Zeveren joue avec les mots (on s’embête, embêter son voisin, c’est embêtant,…) et nous livre un texte très poétique et plein d’humour. On parle aussi des grands qui embêtent les petits, des garçons qui embêtent les filles,… et l’inverse ! Un livre drôle et plein de malice qui joue avec les mots et qui va plaire autant aux enfants qu’aux parents.
Le même vu par Fantasia et Les lectures de Liyah.

Avant quand y'avait pas l'écoleC’était comment quand y’avait pas école ? Qu’offrait-on pour la fête des pères ? Comment résolvait-on les équations à deux inconnues ? Je vous le dit d’avance… c’était un peu n’importe quoi… comme on ne savait pas quoi faire des flûtes, on se le mettait dans le nez, on collait des post-it sans rien écrire dessus, le mot le plus long c’était « onkr »… bref du grand n’importe quoi je vous dis !

Vous connaissez sûrement Quand papa était petit il y avait des dinosaures, grand classique de la littérature jeunesse… par les mêmes auteurs (Vincent Malone et André Bouchard) voici donc Avant quand y avait pas l’école ! On garde le même esprit potache et c’est reparti. Là encore les parents vont autant (voire plus, soyons honnête) se marrer que les enfants. C’est de l’humour bête comme on aime, ça ne se prend pas au sérieux… et tant mieux ! Un grand et bel album (les planches d’André Bouchard sont magnifiques) pour ricaner (bêtement) en famille.
Le même vu par Enfantipages et Les lectures de Liyah.

La vie privée des profsLes professeurs : ces êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination : la Terre. Leur but : en faire leur univers. David Vincent Françoise Grard les a vus. Maintenant, elle  sait que les professeurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine et qu’il lui faut convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé… (ok bon on s’amuse comme on peut !)

Le quinzième tome de l’excellente collection Et toc ! de chez Gulf Stream s’intéresse donc aux prof (tiens on pourrait refaire ici le débat sur le pluriel des apocopes puisque l’auteur, professeur de lettre, a mis « profs » mais je vais vous épargner ça !). Qui sont-ils ? Pourquoi se réfugient-ils dans cette mystérieuse salle où l’on n’a pas le droit d’aller appelée Salle des prof ? (et que s’y passe-t-il d’ailleurs ?) Sont-ils vraiment méchants ? Françoise Grard (professeur elle-même) nous raconte leur quotidien, leurs pensées, leurs espoirs. Tout y passe des conseils de discipline aux grèves, de la relation entre prof aux rencontres avec les parents, des mutations aux vacances,… Elle tord le cou à quelques clichés (auxquels on essaye quand même de tordre le cou depuis belle lurette, style les prof sont toujours en vacances etc), dénonce certaines choses (et n’est pas forcément tendre avec ses collègues). Bref j’ai trouvé ce tome vraiment intéressant (même s’il manque un peu de fun), mais mon souci est… à qui est-il destiné ? Les collégiens et lycéens auront-ils vraiment envie de lire un livre sur les prof ? En tout cas s’ils le font ils découvriront qu’eux aussi ont peur, qu’eux aussi ont des doutes, qu’ils ne veulent pas forcément leur mal… Ce documentaire aura au moins le mérite d’humaniser ces êtres pas si étranges que ça, finalement…
Le même vu par Délivrer des livres.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Vincent Malone (Papa Houêtu, Maman Houtuva, dont trois avec Jean-Louis Cornalba (Kiki fout le camp, Kiki King de la banquise et Kiki fait caca) et un avec André Bouchard (Quand papa était petit il y avait des dinosaures) et un livre de Michel Van Zeveren (C’est à moi, ça !).
D’autres livres sur l’école dans diverses chroniques regroupées ici.

La maternelle
Texte de Malou Adam, illustré par Claire Wortemann
Larousse dans la collection Ma baby encyclopédie
6,90€, 210×197 mm, 28 pages, imprimé en Chine, 2013.
La p’tite école
Texte de Brigitte Vaultier, illustré par Chiara Dattola
Les éditions du Ricochet dans la collection Les Bouées du Ricochet
7,60€, 196×196 mm, 32 pages, imprimé en Pologne, 2013.
Kiki kiffe l’école
Texte de Vincent Malone, illustré par Jean-Louis Cornalba
Seuil Jeunesse dans la collection L’ours qui pète
5,90€, 165×165 mm, 22 pages, imprimé en France, 2013
Je, tu, il m’embête
de Michel Van Zeveren
Pastel
11,50€, 176×248 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2013.
Avant quand y avait pas l’école
Texte de Vincent Malone, illustré par André Bouchard
Seuil Jeunesse

18€, 263×377 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2013.
La vie secrète des profs
Texte de Françoise Grard, illustré par Nicolas Wild
Gulf Stream éditeur dans la collection Et toc !
12,50€, 140×220 mm, 231 pages, imprimé en Italie, 2013.


A part ça ?

A propos d’école… sur le forum on débat sur les nouveaux rythmes scolaires !

Gabriel

You Might Also Like

Des hommes et des médias

Par 10 février 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui on va s’intéresser à des documentaires, des livres qui nous apprennent des choses sur des hommes, des femmes, des médias,…

On commence par deux petits livres des éditions A dos d’âne dans la collection Des graines et des guides.

Alexandra David Neel, une exploratrice sur le toir du mondeConnaissez-vous l’exploratrice Alexandra David-Néel ? Gwenaëlle Abolivier nous raconte sa vie, de son enfance où elle fait ses premières fugues à sa mort à 101 ans alors qu’elle voulait encore repartir en passant par les exaspérations de sa mère devant cette femme qui refusait d’entrer dans les normes féminines de l’époque, sa carrière de chanteuse d’Opéra, son mariage avec Philippe Néel,… mais surtout son périple à Lhasa où elle sera la première femme occidentale à réussir à entrer. Gwenaëlle Abolivier a une belle écriture, elle est captivante et les illustrations de Hopal Dagnogo à la peinture sont parfaites pour l’ouvrage. Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde est un petit livre passionnant sur une femme passionnante qui disait « j’ai su courir avant de savoir marcher ».

Jacques Brel vivre à mille tempsJacques Brel, le grand Jacques… Plus qu’un chanteur… c’est un poète qui vivait ses chansons quand il les interprétait. C’est ce grand nom de la chanson francophone que nous présente Luc Baba dans Jacques Brel, Vivre à mille temps. Il s’intéresse ici autant (voire plus) à l’œuvre qu’à l’homme. Il nous parle de certaines de ses chansons, les décortique, il nous raconte son propre vécu par rapport à elles. De l’homme on apprendra peu de choses, mais finalement ce côté « personnel » rend le livre plus touchant et donnera peut-être plus envie aux enfants d’écouter Ces gens-là ou La quête. Les illustrations de Mathieu de Muizon sont plutôt modernes et plairont aux enfants.

Cette petite collection que je découvre (mais Marianne avait déjà chroniqué celui sur Brassens, Georges Brassens avec à la lèvre un doux chant) est vraiment très belle esthétiquement parlant et très intéressante à lire. Le format court permet d’être lu facilement par les jeunes lecteurs et peut-être leur donner envie de se documenter ensuite d’avantage sur la personnalité en question.

Je vous ai déjà parlé de la collection Et Toc ! de chez Gulf Stream qui fonctionnent un peu comme des abécédaires… en voici d’autres !

Le cinéma s'afficheOn commence avec celui sur le cinéma, Le cinéma s’affiche d’Alexandra Strauss. Vous le savez peut-être j’adore le cinéma (bon c’est assez bateau de dire ça, 95% des gens Le cinéma s'affichedoivent adorer le cinéma… disons que j’ai bossé 8 ans en vidéo club et qu’avant d’avoir un enfant j’allais 2-3 fois par semaine au cinéma) et donc j’avais très envie de découvrir ce Et toc ! et je l’ai dévoré ! Passionnant du début à la fin, on va découvrir ici ce que sont les studios Ghibli, ce que c’est qu’un découpage et un plan séquence, qui sont Chaplin et Spielberg,… c’est bien écrit et vraiment passionnant. Même si on sent que l’auteur est TRES fan de Kubrick (cité à presque toutes les pages) et vu que ce n’est pas mon cas (désolé…) c’est un peu crispant et je trouve parfois les titres des chapitres mal trouvés (et du coup pas facile de retrouver quelque chose ensuite… par exemple la partie sur les personnages n’est pas à P mais à E pour « E.T., Harry, Bella & Co »). Mais mis à part ces deux très légers bémols c’est un livre passionnant de bout en bout et dont on regrette juste qu’il ne soit pas plus long ! (un tome deux ?)

Les dessous de la pressePeut-on baser sa critique d’un livre sur une seule (malheureuse ?) phrase ? C’est mon souci avec Les dessous de la presse… Commençons donc par ce qui fâche en espérant l’oublier ensuite…  A propos des quotidiens régionaux « Ils traitent de l’information locale : Les dessous de la pressele lâcher de ballons à l’occasion de la journée des droits de l’enfant, la tombola de la maison de retraite, l’installation d’un nouveau boucher…  A tous les coups, tu en as déjà consulté un exemplaire chez tes grands parents ». Cette phrase est d’un mépris total pour la presse locale régionale et pour les gens qui la lisent… Car il n’y a pas que des vieux ! Je connais des gens de mon âge voire plus jeunes qui lisent Ouest France… C’est très parisien comme vision… (je ne sais pas si l’auteur l’est mais c’est l’impression que ça donne). Bref donc j’ai continué la lecture avec la mâchoire un peu crispée (car disons-le clairement j’aurai aimé vous citer d’autres exemples… il n’y en a pas ! C’est la seule « faute » du livre… Mais comment passer sous silence une telle phrase ?) et j’avoue que j’ai trouvé le reste intéressant, documenté, très bien écrit,… Les enfants et ado qui s’intéressent aux métiers liés à la presse vont trouver avec ce livre une mine d’informations. On y parle autant de l’histoire de la presse que des gens qui y travaillent, des titres clefs que de l’envers du décor (pas toujours reluisant).

La toile et toiJe n’ai pas été captivé par La toile et toi, Le net d’après Steve Jobs et mon souci c’est que j’ai du mal à dire pourquoi. D’habitude (à deux exceptions près, T’as la tchatche et Le nucléaire pour quoi faire ?, voir ci-dessous), je dévore les livres de cette série et même celui-ci-dessus dont une phrase m’a vraiment choqué, je l’ai lu le reste de la première à la dernière ligne. Là ça ne m’a pas passionné, j’avais l’impression La toile et toi d’en savoir autant que l’auteur (et pourtant je ne me considère pas comme un spécialiste du net !) et surtout que les jeunes à qui ça s’adresse en savaient encore plus !  Certaines choses m’ont même dérangé, je dirai qu’il y a un manque de réflexion. L’exemple le plus frappant est sur Wikileaks « Wikileaks s’est servi du Net pour rendre transparents certains documents que le pouvoir aurait préféré garder secrets. Et ça, c’est l’une des facettes les plus géniales du Net, non ? ». Voilà, stop, point. Aucune réflexion sur le fait de savoir si c’est bon ou pas de balancer des fichiers qui compromettent des gens, des gouvernements. Alors je ne dis pas que c’est forcément le cas, mais peut-être que ça méritait un peu plus que « Et ça, c’est l’une des facettes les plus géniales du Net, non ? ». L’auteur dit aussi que bientôt plus personne n’aura d’ordinateur portable, remplacés par des téléphones (ce en quoi je ne crois pas du tout), utilise de l’anglais à tout va (il parait que quand on parle d’internet c’est obligatoire), a l’air de vénérer Steve Jobs et Apple… Pourtant on sent que l’auteur a une vraie écriture et qu’il a vraiment des choses à dire mais qu’ici il reste souvent en surface. Le souci aussi de ce Et toc ! c’est qu’il est vite « dépassé » (il est d’ailleurs ressorti après la mort de Steve Jobs dans une nouvelle version). Bref je suis navré de dire que sur celui-ci je n’ai pas vraiment accroché.

Nucléaire pour quoi faire ?Dans la collection Et toc ! également je signale qu’il existe aussi un livre complet sur le nucléaire, Nucléaire, pour quoi faire ? de Jean-Baptiste Panafieu. Ici on parle fission, atome, noyau… mais aussi Fukushima, Hiroshima, Oppenheimer,… Un livre (qui ne prend pas partie) qui intéressera les amateurs de sciences (et comme malheureusement je n’en suis pas c’est difficile de donner un avis, je vous laisse donc vous faire votre propre jugement et peut-être revenir nous en parler !).

Quelques pas de plus…
Mélimélo a également parlé de La toile et toi et Les lectures de Kik de Les dessous de la presse.
Nous avons déjà parlé d’un livre de la collection Des graines et des guides : Georges Brassens avec à la lèvre un doux chant et plusieurs livres de la collection Et Toc ! : Vers un monde alternatif ? (illustré d’ailleurs par Mathieu de Muizon), En scène !, Précieuses pas ridicules et T’as la tchatche.
Nous avons déjà parlé d’un livre écrit par Jean-Baptiste de Panafieu : Les bêtes qui rodent, qui rongent, qui rampent à la ville et nous avons également parlé d’un livre illustré par Marion Montaigne : Les pierres qui brûlent, qui brillent, qui bavardent.

Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde
de Gwenaëlle Abolivier, illustré par Gopal Dagnogo
Éditions A dos d’âne dans la collection Des graines et des guides
7,50€, 105×150 mm, 48 pages, imprimé en Italie, 2012
Jacques Brel, vivre à mille temps
de Luc Baba, illustré par Mathieu de Muizon
Éditions A dos d’âne dans la collection Des graines et des guides
7,50€, 105×150 mm, 46 pages, imprimé en Italie, 2012
Le cinéma s’affiche
de Alexandra Strauss, illustré par Aseyn
Gulf Stream dans la collection Et toc !
12,50€, 140×220 mm, 231 pages, imprimé en Italie, 2012.
Les dessous de la presse
de Marion Gillot, illustré par Nicolas Wild
Gulf Stream dans la collection Et toc !
12,50€, 140×220 mm, 229 pages, imprimé en Italie, 2012.
La toile et toi
de Philippe Godard, illustré par Marion Montaigne
Gulf Stream dans la collection Et toc !
12,50€, 140×220 mm, 228 pages, imprimé en Italie, 2012.
Nucléaire pour quoi faire ?
de Jean-Baptiste de Panafieu, illustré par Julien Revenu
Gulf Stream dans la collection Et toc !
12,50€, 140×220 mm, 231 pages, imprimé en Italie, 2012.

A part ça ?

cram cram 18Le nouveau Cram Cram ! (le meilleur magazine destiné à la jeunesse) est sorti ! Au programme de ce numéro, le Yémen ! Tour d’abord à travers un reportage, puis d’histoires de Djoha (tantôt sage tantôt idiot les histoires sont tour à tour pleines d’humour ou de malice). Dans ce numéro Grand-Père Daniel va nous parler également des casse-tête et nous apprendre à en fabriquer un, on va partir à la rencontre du gypaète barbu, on va faire de petits voiliers avec des clous, des bouchons de liège et du papier, des Resto à piafs et des cookies ! On trouve aussi des astuces recyclage et des loisirs créatifs. Bref un numéro complet, éducatif et plein d’astuces !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange