La mare aux mots
Parcourir le tag

Olivier Daumas

Questions !

Par 14 décembre 2013 Livres Jeunesse

Questions plus ou moins sérieuses au programme de la chronique du jour !

où va-t-on quand on disparaîtOù va-t-on quand on disparaît ? Et la lune ? Et les chaussettes ? Et la neige ? C’est vrai ça, il y a tant de choses qui disparaissent. On les voit, et hop, on ne les voit plus ! Mais finalement, est-ce que tout disparaît vraiment ? Ce n’est pas parce qu’on ne voit plus quelque chose qu’il n’existe plus pour personne… Les pierres se transforment en sable, la neige fond, les nuages retombent sous forme de pluie, etc., etc.

Ça vous paraît un peu embrouillé mon histoire ? (et hop, encore une question !) Peut-être ! Mais je vous assure que c’est un bel album. Pas vraiment une histoire avec début, milieu, fin et personnages, mais un mélange d’interrogations philosophiques et de questionnements plus terre-à-terre et scientifique. Isabel Minhos Martins nous pousse à réfléchir, mais on peut aussi simplement se laisser bercer par les mots sans chercher à comprendre. Chacun fait ce qu’il lui plaît ! Et Madalena Matoso propose toujours des illustrations aux couleurs franches et à l’allure un peu rétro, qui ajoutent encore un peu d’originalité à cet album pour les curieux rêveurs !

ça vaut ou ça vaut pasPassons à des questions bien plus légères, plutôt rencontrées en cours de récré ! Ça vaut ou ça vaut pas ? Un ballon en mousse contre un éléphant qui sait tricoter ? Un gâteau contre un voyage dans l’espace ?  Une petite soeur contre une gomme parfumée ?… Tout dépend ! Les conséquences de ces échanges et de bien d’autres sont bien diverses, et toutes très loufoques !

Anne-Gaëlle Balpe et Olivier Daumas se retrouvent (j’avais déjà chroniqué Le grand n’importe quoi, créé par ce même duo), et j’ai encore souri ! C’est un peu fou, très étrange et parfois un peu déroutant, mais surtout original, et loufoque comme j’aime ! Ça tient non seulement au mélange étrange que l’on retrouve à chaque page (un éléphant contre un ballon, ou une petite sœur contre une gomme, ça ne nous viendrait pas à l’esprit… Eux y ont pensé !), mais aussi aux illustrations si particulières qui traduisent cet univers fou et décalé ! C’est le bazar, mais un joyeux bazar ! Et puis, l’air de rien, on réfléchit à la valeur que l’on donne aux différentes choses, rêves et personnes qui nous entourent…

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages d’Isabel Minhos Martins (La couverture, Les deux routes), Madalena Matoso (Magique, La charade des animaux) et d’Isabel Minhos Martins et Madalena Matoso ensemble (Se balader et  Les mille blancs des esquimaux). Nous avons également chroniqué plusieurs livres d’Anne-Gaëlle Balpe (Mon cartable, De vrais amis, Rouge bitume, Noël en Juillet, On n’a rien vu venirBonhomme et le caillou bleu, Quand je serai grand, je serai… Grand Méchant Loup, Les potions de Papi-guérit-tout et Chez moi), d’Olivier Daumas (Monsieur le chien) et même un livre d’Anne-Gaëlle Balpe et d’Olivier Daumas (Le grand n’importe quoi). Retrouvez aussi notre interview d’Anne-Gaëlle Balpe.

Où va-t-on quand on disparaît ?
Texte d’Isabel Minhos Martins illustré par Madalena Matoso
Notari dans la collection L’oiseau sur le rhino
15 €, 202 x 226 mm, 40 pages, lieu d’impression non précisé, 2013
Ça vaut ou ça vaut pas ? Le grand livre du troc.
Texte d’Anne-Gaëlle Balpe, illustré par Olivier Daumas
Frimousse
18 €, 226 x 290 mm, 44 pages, imprimé en Lettonie, 2013

A part ça ?

Saviez-vous qu’il y avait à Poissy un Musée du Jouet ? En voilà une idée de sortie !

Marianne

 

You Might Also Like

Nom d’un chien !

Par 5 janvier 2013 Livres Jeunesse

Pour ma première chronique de l’année 2013, je vous présente un personnage qui a du chien !

Monsieur le chienVoici un animal qui a du caractère ! Lucien le chien est très énergique. Livreur d’os et de croquettes pour chats et chiens, il parcourt la ville au volant de son scooter. Ses clients sont tous très différents, et il ne s’ennuie pas loin de là. Des gros, des petits, des ronchons, des polis, des exigeants, des gourmands… Lucien a le coeur sur la main et la langue bien pendue. On ne s’ennuie pas avec lui, c’est moi qui vous le dis !

Monsieur le chien est un album pour enfants vraiment très drôle ! Juliette Monsieur le chienParachini-Deny signe un texte très drôle, entièrement écrit en rimes, mais qui reste tout de même très accessible. Les illustrations d’Olivier Daumas, mélanges de peintures et de collages, sont pleines d’humour et bien en accord avec le texte. Le molosse a vraiment l’air féroce, le chien abandonné a vraiment un regard triste, et Lucien sur son magnifique scooter bleu italien, un air malin. Ils sont tous bien croqués et pleins de vie. Un album drôle et rythmé à découvrir !

Quelques pas de plus…
Retrouvez la chronique d’un autre album illustré par Olivier Daumas, Le Grand N’importe Quoi.

Monsieur le Chien
de Juliette Parachini-Deny illustré par Olivier Daumas
Les P’tits totems
13,50 €, 220 x 220 mm, 26 pages, imprimé en Union Européenne, 2012.

A part ça ?

Vous avez le temps de voir venir, mais jusqu’au 18 Août 2013, la Cité des Sciences et de l’Industrie propose de découvrir les machines inventées par Léonard de Vinci. Ça promet d’être intéressant, et de plaire à bon nombre de petits (et moins petits) curieux (apparemment, les enfants profitent réellement des animations mises en place à partir de 10 ans) ! Plus de renseignements ici.

Marianne

 

You Might Also Like

Le bazar

Par 27 juillet 2012 Livres Jeunesse

Loufoque ! C’est l’adjectif qui qualifie sans doute le mieux cet album pour enfants : Le Grand N’importe Quoi, d’Anne-Gaëlle Balpe et Olivier Daumas. Le Grand N’importe Quoi et Le Grand N’importe Qui sont deux jumeaux. Le Grand N’importe Qui est très ordonné, et lorsqu’il crée des animaux, il pioche les accessoires dans une boîte bien rangée. Malheureusement, une maladresse est vite arrivée, et un jour, tout se renverse ! Découragé de tout ramasser, il décide de tout laisser en plan et de partir peupler d’autres planètes. Du coup, Le Grand N’importe Quoi, son frère, reprend la main. Mais il est beaucoup moins ordonné, et mélange tous les accessoires : il crée ainsi le Caston, et le Moustor… C’est le bazar, Le Grand N’importe Qui rapplique, tente de remettre de l’ordre, mais ce n’est pas évident…

Vous l’aurez compris : savants fous, bestiaire imaginaire, jeux de syllabes sont au programme ! Le tout avec des illustrations qui collent parfaitement avec l’ambiance folle de l’album : yeux globuleux, mots qui explosent, expressions étranges des personnages !

Un album fou qui devrait ravir les inventeurs en herbe !

Quelques pas de plus…
Retrouvez notre interview d’Anne-Gaëlle Balpe et ses livres que nous avons chroniqués : Rouge Bitume, Noël en juillet, On n’a rien vu venir, Bonhomme et le caillou bleu, Quand je serai grand, je serai… Grand Méchant Loup ! et Les potions de Papi-guérit-tout.

Le Grand N’importe Quoi
d’Anne-Gaëlle Balpe, illustré par Olivier Daumas
Frimousse
16 €, 250×250 mm, 32 pages.

A part ça ?

Je vous propose une promenade au cœur d’une ville de papier…

Marianne

You Might Also Like

Secured By miniOrange