La mare aux mots
Parcourir le tag

Olivier Nomblot

La force des arbres

Par 23 avril 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui l’émotion est au rendez-vous ! Deux magnifiques histoires d’arbres qui m’ont toutes les deux fait monter les larmes aux yeux…

LeReveDeLarbre-couvMarin mène une vie des plus heureuses avec ses parents. Il s’apprête à entrer au CP. Il ne pourra pas y emporter sa sucette et son doudou préféré. Alors, il décide de les cacher au fond du jardin. A cet endroit précis un chêne pousse rapidement. C’est devenu le refuge du petit garçon qui passe de longs moments au pied de l’arbre, pour lire ou s’amuser. Puis un jour, cet arbre se met à parler et propose à Marin de construire une cabane dans ses branches. Tous les deux grandissent ainsi au fil des saisons et observent la mer. Cette mer si mystérieuse que Marin aimerait explorer… Un jour, c’est le moment du grand départ. Mais le jeune garçon n’oublie pas son arbre et il lui écrit des cartes régulièrement qui sont finalement aussi un lien avec ses parents… Mais Marin pourra-t-il rester longtemps loin de son arbre ?

Que de poésie et d’émotion dans cette belle histoire ! Qu’est-ce que j’aurais aimé vivre la même aventure que Marin ! Avec Le rêve de l’arbre, Maureen Dor signe un texte plein Le Reve De L'arbrede sensibilité pour aborder le fait de grandir et de devoir renoncer à certaines choses. Mais on constate aussi que tout ce qu’on laisse derrière soi étant enfant continue longtemps d’avoir une influence sur nous… Marin et son arbre nous invitent aussi à prendre conscience de la puissance des rêves et de l’imagination, essentiels à l’épanouissement humain. Je m’emballe peut-être un peu avec toutes ces grandes phrases, mais c’est pour essayer de vous faire comprendre à quel point ce livre est touchant. Les illustrations d’Olivier Nomblot font la part belle à l’arbre, qui est finalement aussi important que Marin dans l’histoire !
Voir plus d’images et écouter le livre.

Autre arbre, autre ambiance et autres émotions…

Toujours deboutUn arbre qui nous raconte sa vie : son histoire et son quotidien depuis 422 ans qu’il est ici. D’abord gland, puis jeune arbre, c’est maintenant un robuste chêne. Il a connu la tempête de 1927 et la construction de l’autoroute, mais il ne se lasse pas des visites de la petite fille qui oublie toujours son gilet et ressemble à son arrière-grand-mère, ou bien du couple d’amoureux qui se rencontrent sous ses branches, en secret. Il aime aussi les lapins qui sortent les soirs de pleine lune. Il accueille même le promeneur poursuivi par les longs et protège la jeune fille qui lit des rayons du soleil… Mais cet arbre a également connu la guerre, et à ses pieds, un homme est tombé sous les balles ennemies. Ses compagnons d’infortune ont gravé son nom sur l’écorce et ainsi ce jeune soldat vit encore un peu à travers l’arbre.

Toujours debout intérieurEt bien ! Quelle claque ! Tout est émouvant dans cet album ! Rémi Courgeon fait de l’arbre le narrateur de cette histoire et nous livre ses émotions, finalement extrêmement humaines. Il porte un regard tendre et ému sur tous ces visiteurs de passage et sur la nature qui l’entoure, et c’est très touchant. En filigrane l’histoire du soldat n’est jamais lourde ou larmoyante mais ajoute un peu de profondeur à l’ensemble ! Quant aux illustrations d’Isabelle Simon, c’est un régal : de très belles photos dans lesquelles sont disposées des figurines (en pâte à modeler ou en plâtre je pense). De quoi se souvenir que beaucoup d’arbres que l’on côtoie tous les jours sont souvent bien plus vieux que nous…
Feuilleter le livre !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des albums qui mettent les arbres à l’honneur : Mon arbre, Les deux vieux et l’arbre de vie, Le sentier aux pas.
Nous avons également chroniqué un album de Rémi Courgeon : Pas de ciel sans oiseaux et une histoire lue : Elvis Presley.

Le rêve de l’arbre
de Maureen Dor illustré par Olivier Nomblot
Éditions Clochette dans la collection LelivreAmi
15,95 €, 229 x 248 mm, 36 pages, imprimé en Belgique, 2013
Toujours debout
de Rémi Courgeon illustré par Isabelle Simon
L’initiale
12 €, 200 x 200 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2013

A part ça ?

Découvrez De simples machines, un site ludo-éducatif pour les 8-12 ans édité par la Cité des Sciences ! Avec quelques clics, défie les lois de la physique (et ça rime !)

Marianne

 

You Might Also Like

Une place pour moi ?

Par 24 février 2013 Livres Jeunesse

Cinq livres qui parlent de personnages qui ont du mal à trouver leur place.

Rita la féroce fée rousseLes fées s’occupent des enfants, ça vous le saviez j’en suis sûr ! Mais saviez-vous que les fées blondes s’occupent des filles et les fées brunes des garçons ? Pas sûr ! (au moins cette chronique vous aura appris quelque chose !). Mais que ce passa-t-il alors quand Rita, une fée rousse naquit… On ne sait pas quoi en faire, pensez-donc ! On la laisse de côté, elle est inutile. Et quand personne ne s’occupe de vous comme ça, c’est pas drôle et au bout d’un moment ça rend méchant… mais si Rita avait elle aussi son utilité ?

Je découvre avec Rita, la féroce fée rousse, les éditions Clochette et c’est une très bonne surprise. Au départ, comme beaucoup je pense, je me suis dit « tiens Maureen Dor… la nana de la télé là ? » Et en fait il suffit qu’on laisse de côté ses préjugés (datés en plus) et on découvre qu’elle a du talent, que ce n’est pas juste une « nana de la télé » qui s’est dit Rita le féroce fée rousse« tiens si je faisais un livre pour enfants » (c’est d’ailleurs pas son premier). Avec sa voix qui pétille de malice (c’est un livre-CD), elle nous raconte donc l’histoire de cette petite fée née différente et qui va trouver sa place malgré le fait que les autres ne veulent pas d’elle. Au-delà du sujet sur la rousseur (qui est quand même un vrai sujet, vu tout ce qui continue de courir sur les roux et rousses…) on parle bien-sûr de la différence en général, de se faire accepter avec ses différences. On évoque aussi des aînés qui ont peur d’être moins aimés quand un bébé arrive. Le CD est un vrai bonheur, Maureen Dor est drôle, pétillante, et les enfants sont captivés par sa voix (et les parents ne la trouvent pas agaçante, c’est tellement rare les histoires pour enfants sur CD pas agaçantes pour les parents qu’il faut le signaler !). Des tas de bonus très sympa, une chanson d’abord, drôle et entrainante, ensuite la même chanson mais sans la voix pour que les enfants puissent la reprendre et enfin l’histoire est reracontée avec des trous pour jouer avec les enfants et voir s’ils ont bien suivi. Ah et le petit plus, il y a une clochette pour indiquer quand tourner la page ! Ce petit truc qui existait déjà quand nous étions petits est devenu assez rare… et c’est bien dommage. J’ai été séduit, ma fille a été conquise !
Vous pouvez d’ailleurs découvrir en ce moment ce livre-CD en ligne : http://www.editions-clochette.fr/une-histoire/sample-page

MomotaroMomotarō a été trouvé, bébé, au bord d’une rivière, il a été élevé par les gens du village. Il grandit et devient même le plus fort du village mais seulement voilà… Momotarō est fainéant, le roi des fainéant ! Les villageois trouvent qu’il n’est pas utile, il doit partir ! Pas utile Momotarō, vraiment ?

C’est en partant d’une légende japonaise que le talentueux Frédéric Laurent a fait ce petit livre très graphique avec le système de frise qu’il a utilisé également dans Monstres en Momotaroville (dont je vous parlais récemment). Si on dépliait tout le livre on aurait toute l’histoire de Momotarō dans une seule et même bande (et c’est peut-être dommage que le livre ne propose pas des doubles pages qui auraient permis de mettre en valeur cette frise). Même si je reste très fan du travail de Frédéric Laurent, je trouve que le texte aurait mérité d’être développé ici, que l’histoire aurait mérité d’être plus longue à lire (on a parfois l’impression de lire un résumé). Toutefois il signe là encore un très bel ouvrage, un bien bel objet artistique.

Monsieur OiseauMonsieur Oiseau non plus n’est pas à sa place. D’accord il est un oiseau, il est donc logique qu’il fasse comme ses congénères… Mais lui n’aime pas chanter à la chorale, il n’a pas envie de construire un nid… il aimerait être autre chose… Oui mais quoi ? Il tente d’abord d’être un coussin… mais une vache s’assoit sur lui, s’il était un hérisson on n’aurait pas envie de s’assoir sur lui ! Oui mais les hérissons hibernent l’hiver et lui n’a pas envie de dormir ! Et s’il était un bonhomme de neige ? Sauf que quand vient l’été il va fondre… Monsieur Oiseau se demande quoi être… et si c’était être lui le mieux ?

Autant, pour être franc, je n’ai pas trop accroché sur les illustrations de Monsieur Oiseau veut changer de peau, autant j’ai aimé cette histoire proche du conte philosophique. On parle donc ici de ces moments où l’on voudrait être autre chose, de ce fameux « l’herbe est toujours plus verte à côté ». Monsieur Oiseau va comprendre que la situation des autres n’est pas plus enviable que la sienne, que chacun a ses problèmes et finalement il vaut mieux être soi même. Bien sûr ses voyages, ses expériences, lui seront utiles, l’aideront à grandir. On parle aussi, ici, d’amour car c’est ce que trouvera Monsieur Oiseau au bout du chemin, et qui le fera se sentir bien.

FirminFirmin tombe, sans arrêt il glisse. Il a tout essayé, rien à faire, ce petit pingouin se retrouve Firmintoujours le nez dans la neige. Alors Firmin est triste, pourquoi il n’arrive pas à être un pingouin normal, qui tient debout ? Et si en fait c’était utile aussi les pingouins maladroits ?

Firmin est un tout petit livre signé Ingrid Chabbert et illustré par Gwenaëlle Doumont. Le joli texte est plein d’humour et de tendresse, deux qualificatifs qui s’appliquent également parfaitement aux illustrations. On parle ici de l’importance de ceux qui semblent décalés, pas aux normes et on en parle bien !

Le prince KangorKangor était un prince timide, au désespoir de ses parents. Il était maladroit et lorsqu’il s’entraînait au combat il avait peur de blesser ses adversaires… Que faire d’un tel fils qui était pourtant appelé à régner un jour… Kangor, lui-même, souffrait d’être différent. Pourtant un jour, après avoir entendu un homme parler de sa fille enlevée par les loups, le prince décida de partir sauver la jeune fille.

Ici aussi il est question de différence et de vouloir changer sa vie. Kangor souffre de sa timidité, il aimerait être courageux. Il va d’ailleurs réussir à aller au-delà de ses peurs et découvrir qu’il n’est pas aussi peureux qu’il le croit, et qu’il a un don qu’il ne soupçonnait pas. C’est également parce qu’il est plus sensible que les autres qu’il va vouloir sauver la jeune fille. On peut aussi voir ici un texte sur l’agoraphobie, Kangor se cache, ne parle à personne et va décider de sortir, d’affronter les gens. Comme toujours avec Catherine Leblanc c’est très bien écrit, elle sait manier les mots, faire de belles phrases, faire passer des émotions.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué…
– d’autres livres de Frédéric Laurent : Monstres en ville, Les deux poissons et Fipopus et Gropopus.

– d’autres livres d’Ingrid ChabbertUn accordéon sinon rien, La vérité sort toujours de la bouche des enfants, La mémoire aux oiseaux, L’oiseau, Les écharpes de Mamie Berthe, Tonnerre de catch, La fête des deux mamans, Raconte-moi la révolution, Les yeux du parapluie, Sur les quais et Le bateau de Malo. (retrouvez aussi notre interview d’Ingrid Chabbert)
– d’autres livres de Catherine Leblanc : Ce crime, Ma couleur, Au lit, Ludo !, Le goût d’être un loup, Les petites personnes, Au revoir, bonjour, Lulu et Moussu, Ah ! Si j’étais président ! et Comment ratatiner les monstres ? (Nous avons également interviewé Catherine Leblanc)

Rita, la féroce fée rousse
de Maureen Dor, illustré par Olivier Nomblot
Éditions Clochette dans la collection Les Zygomots
14,95€, 214×212 mm, 25 pages, imprimé en Belgique, 2011.
Momotarō
de Frédéric Laurent
Balivernes éditions dans la collection Petites sornettes
9€, 175×178 mm, 20 pages, imprimé en Espagne, 2012.
Monsieur Oiseau veut changer de peau
de Piret Raud traduit de l’estonien par Marie-Agathe Le Gueut
Éditions Le pommier dans la collection Les bouts d’choux explorent le monde
13€, 207×257 mm, 38 pages, imprimé en France, 2012.
Firmin
d’Ingrid Chabbert, illustré par Gwenaëlle Doumont
Gargantua Jeunesse
4,90€, 120×160 mm, 30 pages, imprimé en Bretagne sur papier recyclé, 2011.
Le prince Kangor
de Catherine Leblanc, illustré par Pascale Breysse
Lire c’est partir
0,80€, 220×190 mm, 32 pages, imprimé en France, 2009.

A part ça ?

Quand une émission qu’on adore reçoit quelqu’un qu’on adore ça donne une super émission. L’émission Ecoute ! Il y a un éléphant dans le jardin ! reçoit Nathalie Colombier de DéclicKids et elle est tout simplement passionnante à écouter. Que vous vous intéressiez déjà au numérique ou pas, je suis certain que ça va vous captiver. L’émission est en ligne, à écouter d’urgence !

Gabriel

 

You Might Also Like

Secured By miniOrange