La mare aux mots
Parcourir le tag

Orianne Lallemand

Ouh les amoureux !

Par 1 mai 2014 Livres Jeunesse

Et si l’on parlait d’amour ?

La princesse OptipoisIl était une fois une princesse qui était obsédée par les petits pois. À chaque repas, les cuisiniers devaient lui servir ce légume. Quand elle jouait, c’était avec des petits pois. En guise de bonbon, elle mangeait des petits pois. Ses vêtements, forcément, étaient à pois. Il est donc aisé de comprendre pourquoi on la surnommait la Princesse Optipois ! Quand elle fut en âge de se marier, ses parents lui présentèrent toutes sortes de princes, mais à tous elle trouvait un défaut. Jusqu’au jour où…

Je ne vous révèle pas la chute de ce très joli conte plein d’humour, mais elle est savoureuse ! Notre princesse Optipois va trouver l’amour. Un bien joli texte signé Orianne Lallemand magnifiquement illustré par Peggy Nille. Ses illustrations sont colorées, pleines de vie. Un petit livre (à prix mini) qui nous conte une histoire originale avec en prime de très belles illustrations.
Le même vu par À l’ombre du saule.

La CheneuilleUn mille-pattes était si vieux qu’il n’avait plus aucune patte d’origine. On savait qu’il arrivait au bruit qu’il faisait, Berdic ! Berdac ! Un jour, il rencontra la plus belle cheneuille de tout le pays, il en tomba fou amoureux. Notre mille-pattes promit à sa belle de s’occuper de tout, elle n’aurait plus besoin de ne rien faire, ses repas lui seraient servis. La cheneuille en était rouge d’émotion. Ces deux-là passaient leur temps à se bisouiller, et faisaient même des envieux. Sauf que la cheneuille a fini par s’ennuyer à ne rien faire de la journée… Elle est devenue triste… Elle est tombée malade… Son amoureux transi a fait venir tous les médecins du coin, mais aucun n’était capable de la guérir… Et un jour…

Je ne vous raconte pas la fin de ce très beau conte de Yannick Jaulin (un grand conteur). Notre pauvre mille-pattes va apprendre qu’on ne doit pas trop emprisonner son amour sinon il finit par nous échapper (cela dit, c’est ma version de l’histoire, mais vous y verrez peut-être toute autre chose ! C’est le genre de conte si bien fait que chacun y trouve quelque chose de différent). C’est rare, finalement, de trouver des histoires complètement originales en littérature jeunesse, à ma connaissance, celle-ci ne ressemble à rien d’autre ! Au niveau des illustrations, c’est Toni Demuro qui a mis en image le très beau conte de Yannick Jaulin et il a fait un très beau travail (vous pouvez découvrir plusieurs planches sur le blog de Rêves Bleus). Parfois, l’amour n’est pas si simple…

La jeune fille habillée en garçonDans un petit village d’Afrique du Nord, deux hommes étaient liés par une forte amitié, si forte qu’elle faisait l’admiration de tous, si forte qu’ils s’étaient mariés le même jour et le jour de leur mariage ils s’étaient dit que s’ils avaient l’un un fils et l’autre une fille ils les marieraient. Sauf que ces deux-là se sont fâchés… et quand l’un eut un fils, l’autre prétendit que son enfant était un garçon également. Les enfants ont grandi… et même si les parents faisaient tout pour que ça n’arrive pas, ils étaient devenus inséparables, et plus encore…

Muriel Bloch, encore une conteuse, nous raconte ce très beau conte kabyle dans lequel un garçon tombe amoureux d’un garçon (mais rassurez-vous, c’est en découvrant que le garçon est bel et bien une fille qu’ils auront le droit de s’aimer !). Encore un petit conte sorti dans la collection Il était une (mini) fois, dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises. Une super collection de petits contes, à prix tout doux, éditée par Didier Jeunesse. Encore un très beau titre, donc, dans cette collection à posséder absolument !

Chut, Lapingouin est amoureuxIl y a une nouvelle dans la classe de Lapingouin, elle s’appelle Chabeille. Lapingouin refuse de jouer avec elle, il rougit quand on lui parle d’elle, il est arrogant quand elle est là et sort même des phrases blessantes… mais qu’est-ce qui arrive à Lapingouin ?

On vous a déjà parlé plusieurs fois de ce petit personnage mi-pingouin mi-lapin et de ses amis qui sont tous des mélanges d’animaux. Une collection de livres qui jouent avec les mots tant sur le nom des personnages (Zébrillule, Chérisson, Tortuchon…) que sur les actions ou les objets (balloin, abeilloner, animathopées…). Illustrée par de jolis dessins pastels, Chut, Lapingouin est amoureux… est donc une histoire sur le fait de devenir méchant parce qu’on est gêné d’avoir des sentiments amoureux pour quelqu’un. Une histoire mignonne pour ceux qui aiment jouer avec les mots.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqués des ouvrages d’Orianne Lallemand (Le loup qui changeait de couleurLe loup qui fêtait son anniversaire, Sur les remparts de Saint-MaloLe loup qui n’aimait pas NoëlLes chaussettes de GaspardAu secours ! Un ogre gloutonP’tit loup rentre à l’écoleAu secours ! Une sorcière au nez crochuAu secours ! Un loup tout poilu et Pestouille et Jolicoeur), Peggy Nille (Le petit oiseau au grain de blé, Le voleur de lune, Le Petit Chaperon Rouge, Les amoureux du ciel, Le nom du diable et Contes d’un autre genre), Yannick Jaulin (Le tracteur aux dromadaires), Muriel Bloch (Le premier amour de grand corbeau, Le vieux Cric CracPetites sagesses du soir et Le Schmat doudou) et de Carole-Anne Boisseau, Galaxie Vujanic et Masami Mizusawa (En attendant Noël…, Raconte-moi quand j’étais né…, Aujourd’hui y’a école ? et Même pas peur des monstres).

La Princesse Optipois
Texte d’Orianne Lallemand, illustré par Peggy Nille
Lito dans la collection La minute papillon
3,90 €, 150×190 mm, 22 pages, imprimé en UE, 2012.
La Cheneuille
Texte de Yannick Jaulin, illustré par Toni Demuro
Rêves Bleus dans la collection Des livres d’enfants pour les grands
10 €, 145×210 mm, 34 pages, imprimé en Europe chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
La jeune fille habillée en garçon
Texte de Muriel Bloch
Didier Jeunesse dans la collection Il était une (mini) fois
3 €, 115×165 mm, 26 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Chut, Lapingouin est amoureux
Texte de Carole-Anne Boisseau et Galaxie Vujanic, illustré par Masami Mizusawa
HC éditions dans la collection Lapingouin
12,50 €, 266×218 mm, 29 pages, imprimé en Espagne, 2013.

À part ça ?

Comme tous les mois, nous vous donnons aujourd’hui nos coups de cœur du mois dernier. En avril, c’était donc, pour Marianne : Coucou, le grand cache-cache des animaux, d’Édouard Manceau (Tourbillon), Pile-poil pour deux de Tracey Corderoy et Rosalind Beardshaw (Gallimard Jeunesse) et Fabuleuses histoires de géants de Gérard Pourret et Nancy Ribard (Mouk Editions). Et pour moi : Raja de Carl Norac et Aurélia Fronty (Didier Jeunesse), L’orphelin d’Anouk Grinberg (Cèdre Lune) et Contes d’un roi pas si sage de Ghislaine Roman et Clémence Pollet (Seuil Jeunesse).
Retrouvez nos coups de cœur des mois précédents sur le blog, sur Facebook (ici pour les albums et pour les romans) et sur Pinterest (ici pour les albums et pour les romans).

Gabriel

You Might Also Like

Juste une histoire de couleur

Par 11 avril 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on va parler de couleurs…

Gros chagrinNoémie pleure, elle a un gros chagrin. Inquiet, son papa accourt et lui demande ce qu’il se passe. C’est bien simple, Noémie ne veut plus être noire, mais elle veut être blanche comme son papa. Celui-ci décide de lui raconter l’histoire de Boulou la petite chatte noire qui, comme Noémie, voulait être blanche…

Ce n’est pas si courant de voir traiter, dans la littérature jeunesse, le rejet de sa propre couleur, de ses origines. Bien sûr, on ne saura pas pourquoi Noémie ne souhaite plus être noire ou en tout cas pas précisément. Le père de la petite fille va lui raconter une histoire (qu’il crée pour l’occasion), dans laquelle elle va se reconnaître. Une petite chatte que sa famille ne reconnaît plus maintenant qu’elle a changé de couleur. Sa grand-mère lui fera prendre conscience qu’il ne faut pas renier qui l’on est. Alors bien sûr le message n’est pas nouveau (on pense à Shiro le petit chat blanc, notamment), mais le traitement l’est complètement et surtout l’album est graphiquement superbe (faut dire qu’il est signé Rémi Courgeon). Un très bel album pour évoquer le racisme et, au-delà, la différence, avec les plus petits.

Le monde de LéonDans le monde de Léon, tout était en noir et blanc… sauf lui. Imaginez donc à quel point il se sentait différent. Heureusement grâce à Cerise, Azur et Jonquille, trois fées, il allait y avoir bientôt de la couleur partout… et toutes sortes de couleurs !

Ici, on parle légèrement de la différence, l’album nous parle surtout des couleurs (en prenant comme prétexte un monde en noir et blanc et des fées qui vont le coloriser), du résultat que donnent leurs mélanges. Une histoire toute douce et colorée pour apprendre, de façon originale, à nommer les couleurs et apprendre comment les fabriquer.

Le loup qui voulait changer de couleurUn loup se trouvait trop noir, il voulait changer de couleur. Le lundi, il essaya le vert… mais il avait l’air d’une grenouille. Le mardi, il tenta le rouge… mais ça faisait un peu trop Noël et quand on déteste cette fête c’est un peu dommage. Le mercredi, en se couvrant de pétales de roses il devint aussi rose qu’une princesse… c’était un peu ridicule. Allait-il trouver la bonne couleur avant la fin de la semaine ?

On vous a régulièrement parlé du Loup d’Orianne Lallemand et Éléonore Thuillier… mais on n’avait jamais parlé du tout premier ! Le loup qui voulait changer de couleur est un album qui a énormément de succès et qu’on retrouve très régulièrement dans les classes de maternelle. On apprend donc des notions comme les jours de la semaine et les couleurs, mais aussi à s’accepter comme on est. Un album plein d’humour qui cartonne auprès des enfants.
Le même vu par La littérature de Judith et Sophie.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Rémi Courgeon (Le grand arbre et autres histoiresContes d’Afrique, Pieds nusToujours debout, Pas de ciel sans oiseaux et Elvis Presley), Bénédicte Carboneill (La vache sans tache et La lampe des jumeaux), Valérie Weihar-Giuliani (Et tu es né…Un dîner entre amis ?Les secrets des fleurs et L’Abécédaire du petit écolier), Manola Caprini (La vache sans tache et Un accordéon sinon rien), Orianne Lallemand (Le loup qui fêtait son anniversaire, Sur les remparts de Saint-MaloLe loup qui n’aimait pas NoëlLes chaussettes de GaspardAu secours ! Un ogre gloutonP’tit loup rentre à l’écoleAu secours ! Une sorcière au nez crochuAu secours ! Un loup tout poilu et Pestouille et Jolicoeur) et Éléonore Thuillier (Le loup qui fêtait son anniversaire, Rosie & Rosette, 100 % pur porc avec un zeste de loupLe loup qui voyageait dans le tempsLe loup qui n’aimait pas NoëlP’tit loup rentre à l’écoleSur la route des formesGros GrisLa jungle en haleineAdam est fortLe grand lapin blancMon papa est un zarzouilleur et Jour de piscine). Retrouvez aussi nos interviews de Rémi Courgeon et Éléonore Thuillier.

Gros chagrin
de Rémi Courgeon
Talents Hauts
12,50 €, 207×228 mm, 26 pages, imprimé en Italie, 2014.
Le monde de Léon
Texte de Bénédicte Carboneill et Valérie Weishar-Giuliani, illustré par Manola Caprini
Les éditions du Pas de l’échelle
10,45 €, 240×200 mm, 36 pages, imprimé en République Tchèque, 2014.
Le loup qui voulait changer de couleur
Texte de Orianne Lallemand, illustré par Éléonore Thuillier
Auzou dans la collection Mes p’tits albums
5,95 €, 210×215 mm, 30 pages, imprimé en Chine, 2009.

À part ça ?

Envie de livres de fesses pour la jeunesse ? Une sélection sur BoDoï !

Gabriel

You Might Also Like

Encore des loups !

Par 28 mars 2014 Livres Jeunesse

Les loups sont nombreux en littérature jeunesse, c’était d’ailleurs un des thèmes du Salon du Livre de Paris. On vous a fait une chronique spécial loups il y a peu… en voici une autre !

Tout sur le grand méchant loupVous avez toujours rêvé de tout savoir sur le grand méchant loup, mais vous n’osiez pas le demander (attention, référence cinématographique habilement glissée) ? Heureusement, Éric Veillé va tout vous dire dans Tout sur le grand méchant loup sorti chez Actes Sud Junior. Depuis ses origines (où il côtoyait le grand méchant papillon, le grand méchant genou et même le grand méchant potage) à aujourd’hui, on va tout savoir de ce personnage. Comment se prépare-t-il à la nuit, où il habite (attention vous risquez d’être surpris), sa famille (ah vous croyiez qu’il était seul ? Et non !), son intérieur (pas celui de sa maison, mais son ventre où l’on croise des petits chaperons rouges, des chevreaux…), ses déguisements (le loup ne se déguise pas qu’en grand-mère !), ce qu’il aime manger, comment l’embêter… bref, vous saurez tout !

Tout sur le grand méchant loup d’Éric Veillé (dont on avait adoré les coloriages ici et ) est non seulement très drôle et complètement original, mais c’est surtout un album magnifique dans lequel l’auteur-illustrateur joue sur les contrastes. C’est le genre d’album qu’on prend autant de plaisir à lire qu’à regarder. Et qu’est-ce qu’on rit ! C’est bourré de références, de clins d’œil… un très bon faux documentaire (quoiqu’il n’y a aucune preuve que tout ça soit faux !).
Le même vu par Enfantipages et des extraits en ligne sur le site d’Actes Sud Junior.

La bonne humeur de Loup GrisCe matin, Loup Gris s’est réveillé de bonne humeur… et avec un terrible appétit ! Il part donc tout gaiement à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent. Il va croiser tour à tour un bélier, une truie et ses porcelets, un troupeau de moutons et un cheval et chaque fois notre pauvre loup va non seulement ne rien manger, mais en plus ça s’en prendre plein la figure… restera-t-il de bonne humeur ?

Ah le bonheur de lire des livres écrits par des conteurs ! L’écriture est fluide, on prend un plaisir fou à les lire à voix haute et nos enfants en prennent autant à nous écouter. La bonne humeur de Loup Gris de Gilles Bizouerne n’échappe pas à la règle. Ce pauvre loup va se prendre des coups, et va finir dans un état… mais qu’est-ce qu’on rit ! Non seulement grâce au texte tout en répétitions, extrêmement bien écrit, mais aussi grâce aux illustrations de Ronan Badel qui a croqué un loup un peu benêt pour lequel on a même un peu pitié. Une vraie réussite !
Le même vu par Les riches heures de Fantasia et une vidéo des bibliothécaires d’Angers qui racontent La bonne humeur de Loup Gris.

FéroceDès sa naissance, Fenris faisait peur. Même sa mère et ses frères et sœurs le regardaient inquiets. Il avait l’air particulièrement cruel. En grandissant ce fut pire, Fenris devint un loup immense, ses crocs étaient énormes, bien courageux celui qui osait s’approcher ! Il vivait seul, rejeté par sa meute, banni parce qu’il avait mordu un de ses frères et s’était attaqué au chef de la meute. Partout où il passait, les animaux s’enfuyaient, même les arbres écartaient leurs branches à son passage. Bien que seul, Fenris était fier de la peur qu’il provoquait. Jusqu’au jour où une petite fille croisa sa route…

Mais quelle merveille ! Les illustrations de David Sala sont absolument à tomber par terre. On pense un peu à Klimt. C’est le genre d’album qu’on s’achète même si l’on n’a pas d’enfant, pour la beauté des illustrations. Alors bien sûr il y a aussi ce magnifique texte qui parle d’apprivoiser l’inapprivoisable, d’aller au-delà des a priori, de la naïveté des enfants qui l’emporte parfois. Entre Le petit chaperon rouge et Le petit prince, l’histoire nous parle surtout d’amitié et de complicité. Un album à l’édition soignée dont des volets s’ouvrent pour faire apparaître de grandes et magnifiques illustrations, un petit bijou.
Le même vu par Les riches heures de Fantasia, Les lectures de Liyah et Un petit bout de Bib(liothèque) et des extraits sur le site de David Sala.

Ivan et le Loup grisUn tsar se lamentait de voir ses pommes d’or arrachées par L’Oiseau-de-feu. Il chargea ses trois fils de le lui ramener. C’est le plus jeune, Ivan-Tsarévitch, qui prit la bonne route, route sur laquelle il rencontra un loup gris qui allait l’aider. Car pour avoir L’Oiseau-de-feu il serait aussi question d’un cheval-à-la-crinière-d’or et d’une princesse, Hélène-la-très-belle.

Ivan et le Loup gris est un conte russe du XIXe siècle signé Alexandre Afanassiev illustré ici par Marie Desbons. Un conte classique extrêmement beau, parfois cruel, de ceux qui nous marquent. Le genre d’histoire plutôt pour les enfants qui lisent déjà seuls. La grande taille de l’album permet de bien mettre en valeur les superbes planches de Marie Desbons. Un magnifique album pour tous les amoureux des contes, le genre d’ouvrage qu’on aime offrir.
Des extraits en ligne.

méga LoupÀ MégaCity Ville vit Méga-Loup. Il est tellement grand que pour le voir en entier il faut être loin. Méga-Loup, il est du genre à faire beaucoup de sport, il faut être en forme pour sauver le monde ! Tout le monde admire Méga-Loup. Et quand Moustic Man attaque le petit chaperon rouge, heureusement que Méga-Loup est là !

Méga-Loup est issu d’une toute nouvelle série, les Méga-Bêtes, signée Séverine Vidal et Barroux (en plus de celui-ci, on trouve un album sur Méga-Souris, Méga-Lapin et Méga-Cochon). Au-delà du fait que c’est très drôle, bourré de références, c’est surtout très beau ! Barroux est un illustrateur absolument génial et Mango Jeunesse a bien fait les choses avec une couverture qui a du relief et un vernis sélectif. Rarement, une série humoristique n’aura été aussi classe !

Loup ne sait pas s'habillerCe matin, alors qu’il vient de s’habiller, Loup a très mal aux pieds, il peut à peine marcher. Il boite même ! C’est certainement la faute de Lapin qui lui a marché sur le pied, de Cochon qui l’a poussé ou de Vache qui lui a lancé un caillou… Et si l’explication était ailleurs ?

Loup ne sait pas…, c’est également une série. Signés Nadine Brun-Cosme et Nathalie Choux et sortis au Père Castor, ce sont des albums pour les plus jeunes. Ici, Loup accuse la terre entière de son mal de pied et pourtant la solution n’est pas là… mais je ne vous dévoile pas la fin ! Un très joli petit album plein d’humour.

Le loup qui fêtait son anniversaireOn ne peut pas parler du loup sans parler DU Loup ! Vous connaissez certainement ce personnage créé par Orianne Lallemand et Éléonore Thuillier, et ce coup-ci Loup fête son anniversaire.

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Loup ! Dès qu’il voit Valentin, il lui en parle… sauf que Valentin s’éclipse ! Quand ensuite c’est à Edmond, Alfred, Louve et Mademoiselle Yéti qu’il en parle tout le monde est gêné et explique qu’il ne pourra pas venir à sa petite fête. Imaginez la colère de notre pauvre loup, tout le monde semble n’en avoir rien à faire de son anniversaire… Vraiment ?

Vous vous doutez de la fin, c’est un grand classique, si tout le monde est si occupé et refuse d’aller à l’anniversaire de Loup c’est qu’une surprise se prépare ! Sauf qu’ici, notre personnage au fichu caractère va vivre entre ce début d’histoire et le dénouement attendu une sacrée aventure. On parle ici des surprises, mais qu’il ne faut pas aller chercher à l’autre bout du monde quelque chose qu’on a à côté de chez soi. Un nouvel épisode plein d’humour pour un héros adoré des enfants.
Le même vu par À l’ombre du saule.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Gilles Bizouerne (Les histoires des musiciens de Brême racontées dans le monde), Ronan Badel (Dragons père et fils, Billie du bayou, le banjo de Will, Billie du bayou, SOS Garp en détresseHenri ne veut pas aller au centre de loisirs, Cucu la praline se déchaîne, Emile se déguise, Bob le loup, Émile veut une chauve-souris, Émile est invisible, Émile fait la fête, Émile veut un plâtre, La mémé de ma mémé, Tout ce qu’une maman ne dira jamais et Le pépé de mon pépé), Marie Desbons (Le messager du clair de lune et Céleste, une étoile dans la nuit.), Séverine Vidal (Fées d’hiver, (Billie du bayou, le banjo de Will, Billie du bayou, SOS Garp en détresse, Noël à l’endroit, Mon secret rit tout le temps, 55 oiseaux, Prune et l’argent de poche, Une girafe un peu toquée, Bad Lino, L’œil du pigeon, Au pays des vents si chauds, Petit Minus, Le laboureur de nuages & autres petits métiers imaginaires, La grande collection, Mon papa est zarzouilleur, Clovis & le pain d’épices, Rien qu’une fois, Philo mène la danse, Plus jamais petite, Comment j’ai connu papa, Arsène veut grandir, Lâcher sa main, Rouge Bitume, Comme une plume, J’attends Mamy, Roulette Russe tome 1 Noël en juillet, Je n’irai pas, Léontine, princesse en salopette, Mamythologie, On n’a rien vu venir, Du fil à retordre, Prune, tome 1 : La grosse rumeurPrune, tome 2 : Le fils de la nouvelle fiancée de papa, Prune, tome 3 : Prune et la colo d’enfer, 5h22, Les petites marées et La meilleure nuit de tous les temps), Barroux (Mon voyage en gâteau, Kako le terrible et La rentrée de Noé), Nadine Brun-Cosme (Tous sauf un, D’une île à l’autre, Trop c’est trop et Le prince amoureux), Nathalie Choux (Mon imagier des animaux familiers, Mon imagier des jouets, Coccinelle ouvre ses ailesLa poulette et les trois maisonnettes, Mon imagier de la famille, Chevaliers, Toutes les réponses aux questions que vous ne vous êtes jamais posées, Mon imagier de la maison, Mon imagier des formes, Mon imagier de Noël, L’ogresse poilueDe vrais amis, Mon imagier des saisons et Mon imagier de la nuit), Orianne Lallemand (Sur les remparts de Saint-MaloLe loup qui n’aimait pas Noël, Les chaussettes de Gaspard, Au secours ! Un ogre gloutonP’tit loup rentre à l’école, Au secours ! Une sorcière au nez crochuAu secours ! Un loup tout poilu et Pestouille et Jolicoeur) et Éléonore Thuillier (Rosie & Rosette, 100 % pur porc avec un zeste de loup, Le loup qui voyageait dans le tempsLe loup qui n’aimait pas Noël P’tit loup rentre à l’école, Sur la route des formes, Gros GrisLa jungle en haleine, Adam est fort, Le grand lapin blanc, Mon papa est un zarzouilleur et Jour de piscine). Retrouvez aussi nos interviews de Ronan Badel, Séverine Vidal, Barroux et Éléonore Thuillier.

Tout sur le grand méchant loup
d’Éric Veillé
Actes Sud Junior
12,50 €, 194×272 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2013.
La bonne humeur de Loup Gris
Texte de Gilles Bizouerne, illustré par Ronan Badel
Didier Jeunesse
12,50 €, 250×250 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Féroce
Texte de Jean-François Chabas, illustré par David Sala
Casterman dans la collection Les albums Casterman
16,50 €, 300×250 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2012.
Ivan et le Loup gris
Texte d’Alexandre Afanassiev (traduit par Sylvie Howlett), illustré par Marie Desbons
Magnard dans la collection Contes et Classiques du monde
16,90 €, 298×318 mm, 48 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2012.
Méga-Loup
Texte de Séverine Vidal, illustré par Barroux
Mango Jeunesse dans la collection Les méga-bêtes
8,90 €, 175×197 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.
Loup ne sait pas s’habiller
Texte de Nadine Brun-Cosme, illustré par Nathalie Choux
Père Castor dans la collection Les p’tits albums Père Castor
5,50 €, 171×210 mm, 32 pages, imprimé en France, 2011 (première édition : 2011).
Le loup qui fêtait son anniversaire
Texte d’Orianne Lallemand, illustré par Éléonore Thuillier
Auzou dans la collection Mes p’tits albums
5,95 €, 215×215 mm, 31 pages, imprimé en Chine, 2014.

À part ça ?

Ce week-end c’est le festival Chorus ! Comme d’habitude, on va retrouver plusieurs concerts pour enfants : Merlot, David Sire, Le Sacre du Tympan, Nid de Coucou… Nous on ne va pas louper ça (comme chaque année). Tout le programme ici.

Gabriel

You Might Also Like

Ma bro

Par 21 février 2014 Livres Jeunesse

O Breizh, ma Bro, me ‘gar ma Bro.
Tra ma vo mor ‘vel mur ‘n he zro.
Ra vezo digabestr ma Bro !
(Ô Bretagne, mon pays, que j’aime mon pays
Tant que la mer sera comme un mur autour d’elle.
Sois libre, mon pays!)
Le Bro gozh ma zadoù, l’hymne de la nation bretonne

Demat (bonjour), aujourd’hui c’est le millième billet que nous publions sur le blog. Je voulais que ça soit un peu spécial. Alors j’ai eu envie de partager cette chronique (La mare aux mots s’est créée sur le partage, puisqu’au départ c’était un forum) et donc j’ai proposé à Maman Baobab de me suivre sur le thème que je lui ai soumis et ça tombait bien… Maman Baobab est, tout comme moi, Bretonne… car oui, nous allons parler de la Bretagne !

1978 avec les arriere grands parents

Moi avec mes arrières-grands-parents, 1978

Un jour, quelqu’un m’a dit « tiens, toi qui es parisien… » je l’ai regardé avec de grands yeux « je ne suis pas parisien ! Je suis Breton ! » et j’ai eu le droit à un « ah vous les Bretons… même si vous partez de votre région pendant 50 ans vous continuez à dire que vous êtes Bretons ! ». C’est peut-être vrai… Je pense que la région où l’on a passé son enfance influence plus ce que l’on est que là où l’on pose ses valises une fois adulte. La Bretagne fait partie de moi, je pense que même à 70 ans je continuerai de mettre du beurre (je ne précise pas « salé », « beurre salé » est un pléonasme, « beurre pas salé » c’est pour moi de la margarine) plutôt que de l’huile d’olive dans mes plats. Je continuerai, je pense, d’avoir ce caractère qui définit si bien les Bretons. Je continuerai d’être ému en entendant l’accent de chez moi, de refuser de manger des crêpes hors de la Bretagne (elles sont dans 95 % des cas absolument immondes). Même si je n’ai plus d’accent, même si je n’utilise plus les mots si spécifiques à la Bretagne (pikouz, arrivé pour devenu, clayer la porte…), même si je pense ne plus jamais y vivre… je suis et reste Breton, attaché à cette si belle région dont les paysages sont multiples (la côte de granit rose, la côte sauvage du Finistère et les grandes plages du Morbihan sont tellement différentes).

Arrière arriere grand mère

Une de mes arrières-arrières-grands-mères

Aujourd’hui, pour le millième billet nous allons donc parler de la Bretagne, pas celle des clichés… Combien de fois ai-je entendu « en Bretagne il pleut tout le temps », « Ah t’es Breton ? Ton père est marin ? » (chez mes parents je vivais à presque une heure de la mer, oui la Bretagne des terres, l’Argoat, ça existe aussi), « ah vous ne portez pas tous un ciré jaune ? », « Ton arrière-grand-mère elle n’avait une grande coiffe ? » (et non la coiffe bigoudène c’est uniquement en pays Bigouden)… Mais la vraie Bretagne et celle des légendes… attention les korrigans et l’Ankou ne sont pas loin.

Une chronique avec un CD, des recueils de contes, des albums, des documentaires et même des livres pour vous dans le À part ça ?. Une chronique que je dédie (on peut dédier des chroniques ?) à mon grand-père qui rêvait en breton et à tous mes ancêtres nés là-bas (mes filles sont les premières d’une longue lignée à être nées hors Bretagne).

La danse des poisDes pois qui dansent dans l’épicerie de Madame Madec, la peste qui veut traverser la rivière, deux hommes amoureux de la même femme, des épingles qui tombent mystérieusement, une femme qui dit vivre avec son mari qui est pourtant mort, un miroir qu’on n’aurait pas dû repêcher, un marin qui tombe amoureux d’une femme capturée par les pirates et deux hommes qui se retrouvent sur le chemin du Paradis… bienvenu dans les contes bretons.

On commence cette sélection par un CD de contes et surtout par un gros coup de cœur. Avec en arrière-plan flûte à bec, violon, low whistle ou encore cornemuse du Centre, Élisabeth Calandry nous raconte des histoires qui fleurent bon la Bretagne. La mort y est très présente (forcément), on y rencontre des pendus qu’on laisse accrochés à l’arbre et qui reviennent nous hanter, des marins qui meurent en mer ou des revenants qui sauvent quelqu’un qui les a aidés de leur vivant, mais ce n’est jamais effrayant (enfin, je déconseillerai quand même de faire écouter cet album aux plus jeunes !). On est happé par l’histoire, c’est captivant, on écoute, religieusement, la voix de la conteuse nous livre ces contes adaptés d’après La légende de la mort chez les Bretons armoricains d’Anatole Le Braz. Une vraie merveille, une petite pépite à se procurer de toute urgence.
Écoutez des extraits (et l’essayer c’est l’adopter ! ).

Contes traditionnel de BretagneVous avez certainement entendu parler de la ville d’Ys qui a disparu dans la mer, mais vous a-t-on déjà raconté l’histoire du pauvre paludier qui crut devenir riche en volant des korrigans ? Et celle de Jean-René qui libéra son ami mort grâce à sa rozell ? Et encore celle du Grand roi qui volait les poires d’Or du petit roi ? Il y en a beaucoup des légendes bretonnes, en voici douze… Bienvenu au pays où une barque amène les marins morts en mer, où des hommes vivent sans tête ou le bassin dans un chaudron, un pays où il vaut mieux ne pas croiser des Korrigans… La Bretagne !

C’est avec une langue très parlée que Tristan Pichard nous conte ces histoires issues du patrimoine breton, on a l’impression de l’entendre nous les raconter. En les lisant, j’entendais l’accent breton, je devinais les intonations, les chuchotements, le ton si particulier que prennent les conteurs. J’ai dévoré ce livre, adoré lire ces histoires typiquement bretonnes où la mort est si présente. Des douze histoires, je n’en connaissais que deux, je me suis régalé. Un coup de cœur, là aussi.
Extraits en ligne.

Légendes de BretagneEnori n’aurait pas dû accepter l’aide d’une lavandière qu’elle ne connaissait pas (mais elle ne savait pas que c’était une manouès-noz). À Plomodiern, vivait une jeune fille qui n’avait que sa vache… jusqu’à ce qu’un riche seigneur tue l’animal lors d’une partie de chasse. Il ne s’en tirerait pas à bon compte. Louarn voulait tellement un homme juste comme parrain de son enfant qu’il ne trouva que l’Ankou pour jouer ce rôle. Saviez-vous qu‘un Breton est devenu roi d’Arabie (grâce à un poisson) et qu’avant la mort de Maïwenn et Yeun les fraises de Trégastel étaient blanches ?

Treize contes bretons sont regroupés dans Légendes de Bretagne de la collection Contes et Légendes de chez Nathan. Dans ces histoires écrites par Yves Pinguilly (d’après des contes traditionnels), on va retrouver la ville d’Ys et la reine des Korrigans présents dans le livre précédent, mais aussi d’autres contes tout aussi passionnants. Ici, on est dans un texte plus littéraire, mais on retrouve ces histoires où la mort et le diable sont très présents. Le livre est illustré par Joëlle Jolivet (sauf la couverture qui est signée François Roca), ce qui n’est pas pour nous déplaire ! Un très bon recueil de contes qui complète à merveille le précédent.

La Mort du bon voleurEn Bretagne, voleur était un métier. La nuit, ils rentraient dans les maisons des riches pour prélever de la nourriture qu’ils déposaient ensuite chez les pauvres. Joz Scuiller ne riait jamais, on avait beau chatouiller cet enfant, rien n’y faisait. Et s’il lui manquait juste un grain de folie ? Saviez-vous que même les plus pauvres Bretons ont un animal, un cheval d’orgueil ?

Dans Les contemporains, classiques de demain, Larousse a édité un choix de textes de Pierre-Jaker Hélias, auteur breton très connu, sous le titre La Mort du bon voleur et autres contes bretons. Il s’agit là aussi, donc, d’un recueil de contes, mais on est ici dans de textes très littéraires, avec de nombreuses annotations (les histoires sont aussi suivies de notes pédagogiques). Personnellement, j’avoue avoir eu beaucoup de mal avec ces textes, n’étant pas habitué à lire des textes classiques et je n’ai pas vraiment réussi à rentrer dedans. Un recueil de dix-sept contes à réserver donc aux amoureux de la langue française.

On continue avec une sélection d’albums.

On en a parlé dans les recueils de contes… Bienvenue au pays d’Ys…

Au pays d'YsIsaure vivait dans une maison qui était isolée des autres, seule tout au bord de la mer, elle se dressait fièrement devant la mer déchaînée. Isaure n’avait pas peur de la mer, elle allait faire des châteaux de sable le plus proche possible des vagues, mais toujours celles-ci avaient raison de ses constructions et les emportaient. Un jour, c’est l’enfant elle-même que la mer emporta. Isaure se retrouva dans la ville d’Ys où la princesse Dahut offrait chaque soir un homme différent à la mer.

Régine Joséphine et Virginie Grosos nous offrent dans ce grand album une version bien à elles de la légende d’Ys. Elles y introduisent même une petite fille d’aujourd’hui qui va être témoin de l’engloutissement de la ville bretonne célèbre dans les légendes. L’histoire de la ville d’Ys qu’elles racontent est quelque peu différente de celles que je connaissais, mais c’est un très beau conte qu’elles nous proposent. Les illustrations colorées et fourmillant de détails de Virginie Grosos accompagnent à merveille le texte. En fin d’ouvrage on retrouve quelques clefs sur le mythe. Un très bel album.
Des extraits sur le site de l’illustratrice.

Autre album qui commence de nos jours pour nous entraîner à une autre époque… un album où l’on retrouve d’ailleurs Gradlon, roi d’Ys.

Sous le regard de GradlonTanguy et son grand-père admirent la cathédrale de Quimper. Le vieil homme explique à l’enfant le temps qu’il a fallu pour la construire (plus de 600 ans), et combien ce fut difficile. Une inscription sur une pierre amène une histoire et nous voilà plongé en 1452 en compagnie d’un tailleur de pierre et de son fils…

Pour être franc, je trouve cette couverture assez peu engageante et j’ai donc été très agréablement surpris : l’intérieur ne ressemble absolument pas à la couv’ et l’on peut même dire que la scène qu’elle nous montre n’est même pas représentative de l’histoire qu’on nous raconte ici. Un voyage, donc, dans la Bretagne du XVe siècle en compagnie des tailleurs de pierres qui participèrent à la construction de la cathédrale de Quimper. Il est question ici de vol de pierres, d’une enquête. C’est vraiment un album multicouche (un grand-père et son petit-fils en 2012, le roi Gradlon au IVe siècle puis les tailleurs en 1452) qui est à la fois un album sur la transmission, un album sur l’Histoire et un récit avec une intrigue. C’est beaucoup… peut-être même trop… En fin d’ouvrage, on trouve même un Dossier Histoire pour compléter l’album avec des petites infos. Un album aux illustrations bien plus belles que ne le laisse présager la couverture.

Chasseurs de legendes à la roche JaguIl y a longtemps, très longtemps, fées, lutins, korrigans et elfes vivaient parmi les hommes. Ils étaient respectés. Seulement un jour, les Cœurs Sombres ont commencé à envier leur pouvoir, il fallait donc partir. Les sirènes trouvèrent pour elles et leurs amis un endroit où s’abriter au cœur du Trégor. Ils demeurèrent donc là, dans un château de la Roche-Jagu, à l’abri des Cœurs Sombres.

Je ne connaissais absolument pas cette légende sur la Roche-Jagu et son château et je l’ai trouvé passionnante. J’ai encore plus été captivé par la partie documentaire qu’on trouve à la fin de l’album sur le château et le mystère qui l’entoure. On retrouve ici Virginie Grosos pour les illustrations de ce petit album qui ravira les amoureux de belles légendes.
Des extraits sur le site de l’illustratrice.

Sur la route de Saint-MaloSur les remparts de Saint-Malo, une femme scrute l’horizon, son amoureux, un matelot, est parti pêcher le cachalot. Elle pleure, en attendant son retour. Le marin est parti loin des côtes, mais point de cachalot… une tempête arrive, notre marin tombe à l’eau y-aura-t-il quelqu’un pour le sauver ?

Construit comme une comptine, voilà un très bel album tout en rimes. Les illustrations de Christophe Esnault sont très belles et accompagnent à merveille le texte d’Orianne Lallemant. En fin d’ouvrage, on va trouver le texte de la comptine Il était un petit navire, une partie documentaire sur les chants de marins (à hauteur d’enfants) et même la technique de pliage pour fabriquer un bateau en papier. Un très très bel album avec pour décor l’une des plus belles villes de Bretagne.

OH LES BELLES COULEURSEn Bretagne, tout est gris ? Pardon ? Vous n’avez jamais vu les volets bleus de Lucien le marin ? Le rouge des fraises de Trégastel ? Le Mauve de la bruyère et même le glas, cette couleur spécifique à la Bretagne. Non, on vous le dit : la Bretagne est une région haute en couleur !

Un livre sur les couleurs pour les plus petits avec en fond la culture bretonne… quelle bonne idée ! On va donc grâce à la bigoudène Gwen et son chat Job apprendre le nom des couleurs tout en en sachant plus sur cette belle région. Les illustrations pleines d’humour de Delphine Garcia rendent cet album vivant. Un très bon album, vraiment original, sur les couleurs.
Des extraits en ligne.

COUV CAHIER JEU GWEN JPEGOn reste avec Gwen et Job le temps de quelques jeux. Sorti également chez Locus Solus, Delphine Garcia nous propose ici de colorier la bigoudène et son chat, chercher les différences entre les deux dessins où Gwen fait des crêpes, coller des autocollants sur des galettes pour les garnir, relier des points, apprendre à dessiner Gwen et Job… bref de nombreux jeux, très variés dans ce petit cahier d’activité très sympathique destiné au 3-6 ans d’après l’éditeur.
Des extraits en ligne.

Deux autres albums… en breton !

tom a galon piketTom a cinq ans. Quand Nina lui prend la main, il se sent le plus fort du monde. Tom est amoureux de Nina.

Des petites phrases courtes et des illustrations très graphiques pour nous raconter cette histoire toute simple sur l’amour entre deux enfants de cinq ans. Je ne suis pas toujours fan des albums à l’illustration épurée où un trait symbolise un personnage et un rond un autre, etc., mais là avec deux ronds de couleurs et quelques autres figures géométriques, Valérie Vittenet-Tallec fait passer énormément de choses, j’ai trouvé cet album absolument superbe et j’ai regretté qu’il n’existe pas en version française (oui, je l’avoue, j’ai retenu peu de choses de mes cours de breton…). Un magnifique album, plein de poésie.

Debd da soubenn ta IdrisIdris refuse de manger sa soupe, rien à faire ! S’il veut être fort comme un lion, il le faut pourtant… Idriss se demande si le lion a vraiment dû manger sa soupe pour devenir aussi fort… il part à sa rencontre.

Beaucoup d’humour ici encore avec l’histoire de ce petit garçon qui va vouloir comprendre, quitte à rencontrer le terrible lion, pourquoi il doit à ce point manger sa soupe. Il va lui arriver de drôles d’aventures (il va même séjourner dans le ventre du lion) et heureusement pour lui que Fatoumata, sa sœur, veille sur son petit frère. Là encore, un très très bon album. Keit Vimp Bev prouve qu’on peut faire des livres régionaux et adressés à un public restreint, tout en faisant des livres de qualité tant au niveau de l’histoire que des illustrations. Il ne nous reste donc plus qu’à apprendre le breton (pour ceux qui ne le parlent pas déjà).

On continue avec trois documentaires à portée d’enfants.

Graine de voyageurs BretagneLe premier n’est pas vraiment un documentaire, mais un guide de voyage ! Dans la très bonne collection Graines de voyageurs sorti chez Graine², ce petit guide va donner aux enfants des tas d’informations sur la Bretagne (les différentes régions, les animaux, l’histoire, la végétation) tout en lui indiquant des lieux à visiter en rapport avec ce qu’il présente. Ensuite, on va trouver des jeux : un quiz, des énigmes, des labyrinthes, des points à relier… Puis des tas d’idées d’activités et enfin un carnet à remplir par l’enfant pour raconter son séjour en Bretagne. Ce petit carnet est richement illustré (avec des photos et des dessins vraiment sympas) et c’est LE petit guide pour les enfants. Il le gardera après son séjour comme souvenir en regardant dans la partie documentaire des infos sur ce qu’il a vu et surtout il se remémorera son voyage grâce à ce qu’il aura écrit lui-même. Bref, j’adore le principe.
Des extraits sur le Pinterest de Graine² et des liens très sympa sur leur site.

La Bretagne Mes années pourquoiLa Bretagne sorti dans la collection Mes années pourquoi chez Milan est signé Erell Guéguen (c’est déjà bon signe). Ici, on va apprendre ce qu’est la Bretagne, ce que représentent les symboles bretons, ce qui est caractéristique de cette région, les personnages qui habitent ses contes… On va aussi visiter un intérieur breton d’autrefois, en savoir plus sur les costumes bretons, la gastronomie et des tas de choses encore ! Bien sûr, on va visiter l’Argoat (pays des bois) et l’Armor (pays de la mer). Chaque double page, en plus de sa partie documentaire, répond à une question Est-ce qu’on s’habille toujours comme ça ? (dans la page sur le costume breton), A quoi servent les feux à l’entrée du port ?, C’est quoi une réserve naturelle ? Comment ça s’use une montagne ? (par rapport aux monts d’Arrée)… On trouve aussi à chaque fin de « chapitre » un petit quizz pour récapituler ce qu’on vient d’apprendre et à la fin du livre on apprendra même quelques mots en breton ! Un livre de près de 100 pages, ultra complet, parfaitement adapté aux jeunes enfants (à partir de 4 ans d’après l’éditeur) avec ses illustrations colorées. Une mine d’information sur la Bretagne pour les plus jeunes.

La Bretagne le grand livre des régionsLa Bretagne et ses contes, ses visites, ses recettes… sorti dans la collection Le grand livre des régions chez Père Castor est du même acabit, mais pour les enfants un peu plus grands (dès 6 ans d’après l’éditeur, personnellement je dirai un peu plus). En route pour la Bretagne ! Ses spécificités, son Histoire, sa géographie, ses personnages historiques, sa langue… mais aussi ses légendes (avec ici des histoires entières), ses chansons (avec paroles) et sa gastronomie (on retrouve les recettes du far breton et de la galette complète) ! Ce grand album d’une cinquantaine de pages est donc un bon condensé de la région, on va non seulement apprendre des choses, mais en plus se régaler avec les histoires… et la cuisine ! Un très bon album pour mieux connaître cette belle région.

Quelques pas de plus…
Retrouvez donc la chronique du jour de Maman Baobab avec d’autres livres sur la Bretagne et elle en avait déjà parlé ici.
Sur La mare aux mots aussi nous avons déjà parlé de la Bretagne avec plusieurs ouvrages : Comptines et berceuses de Bretagne, Ainsi disait Grand-mère, La fille de Guillaume le-mal-peigné, Arthur, l’enfance d’un roi, Merlin, l’enfance d’un enchanteur et Morgane, l’enfance d’une magicienne.

La danse des pois
Écrit et interprété par Élisabeth Calandry, musique de Nathalie Berbaum
Oui’dire dans la collection Contes d’auteurs
17 €, 39 minutes.
Contes traditionnels de Bretagne
Texte de Tristan Pichard
Locus Solus
5,90 €, 125×175 mm, 155 pages, imprimé en France, 2013.
Légendes de Bretagne
Texte d’Yves Pinguilly, illustré par Joëlle Jolivet
Nathan dans la collection Contes et Légendes
7,90€, 147×192 mm, 176 pages, imprimé en Espagne, 2011.
La Mort du bon voleur et autres contes bretons
Texte de Pierre-Jakez Hélias
Larousse dans la collection Les contemporains, classiques de demain
4,10 €, 125×180 mm, 126 pages, imprimé en Italie, 2011.
Au pays d’Ys, La légende de la ville engloutie
Texte de Régine Joséphine, illustré par Virginie Grosos
Éditions Millefeuille dans la collection Patrimoine de légendes
14 €, 230×280 mm, 40 pages, imprimé en France, 2011.
Sous le regard de Gradlon
Texte de Laurence Lavrand et Philippe Bonnet, illustré par Christophe Babonneau
Keit Vimp Bev
12 €, 220×300 mm, 40 pages, imprimé en Bretagne, 2012.
Chasseurs de légendes à la Roche jagu
Texte de Delphine Ratel, illustré par Virginie Grosos
Éditions Millefeuille dans la collection Légendes
6 €, 206×156 mm, 36 pages, imprimé en France, 2009.
Sur les remparts de Saint-Malo
Texte d’Orianne Lallemand, illustré par Christophe Esnault
Éditions Millefeuille dans la collection Patrimoine maritime
12,50 €, 210×210 mm, 48 pages, imprimé en Bretagne chez un imprimeur éco-responsable, 2012.
Oh, les belles couleurs !
de Delphine Garcia
Locus Solus dans la collection Minus
7,90 €, 198×170 mm, 28 pages, imprimé en Bretagne chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
80 stickers jeux & coloriages
de Delphine Garcia
Locus Solus dans la collection Minus
6,90€, 227×193 mm, 28 pages, imprimé en Bretagne chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Tom e galon piket
de Valérie Vittenet-Tallec
Keit Vimp Bev
8 €, 200×200 mm, 24 pages, imprimé en Bretagne, 2013.
Debr da soubenn ta, Idris !
de Jean Bossard
Keit Vimp Bev
8 €, 200×200 mm, 24 pages, imprimé en Bretagne, 2013.
Bretagne
Texte de Gwenaëlle Solignac et Christine Roques, illustré par un collectif
Graine² dans la collection Graines de voyageurs
10,90€, 151×210 mm, 96 pages, imprimé en Union Européenne, 2012.
La Bretagne
Texte de Erell Guéguen, illustré par un collectif
Milan dans la collection Mes années pourquoi
11,90 €, 200×248 mm, 94 pages, imprimé en Espagne, 2013.
La Bretagne, et ses contes, ses visites, ses recettes…
Texte de Violaine Troffigué, illustré par Nathalie Ragondet
Père Castor dans la collection Le grand livre des régions
13 €, 240×300 mm, 48 pages, imprimé en France, 2013.

À part ça ?

Je ne peux résister à continuer de vous parler de la Bretagne avec deux livres pour les adultes, un documentaire et un livre de cuisine.

Petit dictionnaire insolite du breton et des BretonsOn commence par un petit livre d’une collection que j’adore : Petit dictionnaire insolite (je vous avais déjà parlé du Petit dictionnaire Insolite des cultures et des langues créoles  et Petit dictionnaire Insolite du basque et des basques). Dans ce Petit dictionnaire insolite du breton et des Bretons, on va donc en savoir beaucoup plus sur la Bretagne. L’Histoire, les personnages qui ont marqué la région, les spécificités… mais on va aussi apprendre de nombreuses expressions et proverbes bretons. On va même s’initier à la langue avec quelques règles de grammaire, la prononciation, l’alphabet… Enfin la partie Le saviez-vous donne pèle mêle des tas de petites infos. Malgré quelques petites erreurs, c’est un très bon petit livre, dans lequel on vient piocher des tas de choses, le genre d’ouvrage qui ravira les amoureux de la Bretagne.
Petit dictionnaire insolite du breton et des Bretons, de Gersendre de Villeneuve, Larousse, 5€.

TG-Couv-Bretagne.inddEn Bretagne, on a des bons produits : du vrai beurre, des artichauts, des choux fleurs, des fraises… Alors, pourquoi ne pas en profiter pour se régaler ? Dans Made in Bretagne (on aurait préféré un titre en breton plutôt qu’en anglais, mais passons), Sarah Schmidt nous donne des recettes salées et des recettes sucrées dont les photos nous mettent l’eau à la bouche. Tartes, plats où interviennent la galette de blé noir et même le célèbre Kig ha Farz, gâteau breton, far aux pruneaux et même Kouign-Amann… je sens que déjà je vous donne envie. Alors on ne va pas lancer un débat (même si je pense que ça me vaudra des commentaires), mais on trouve aussi dans ce livre des recettes du pays nantais (oui, voilà envoyez vos commentaires avec « historiquement », etc. !), ce qui personnellement me dérange un peu (pour moi la fouace nantaise ne fait pas partie de la gastronomie bretonne). Malgré ce bémol… Un magnifique livre de recettes avec de superbes photos.
Made in Bretagne, de Sarah Schmidt, illustré par des photographies d’Aline Caron, Larousse dans la collection Tendances gourmandes, 7,90 €.

Gabriel

You Might Also Like

Loup, y es-tu ?

Par 17 janvier 2014 Livres Jeunesse

Le loup est certainement l’animal le plus présent dans la littérature jeunesse. Lors d’une conversation avec Maman Baobab, je lui ai dit que j’allais faire une chronique avec plusieurs albums sur le loup… elle en avait également l’intention ! Nous vous proposons donc aujourd’hui deux chroniques qui se croisent (la sienne est ici), avec parfois des livres en commun. Aoooouuuuuuuu !!!!!!!

Loulou l'incroyable secretLoulou vivait heureux avec Tom, le lapin, jusqu’au jour où une voyante lui donna un portrait de sa mère. Loulou ne savait pas qu’il avait une mère, il lui fallait partir à sa rencontre. Seulement, c’était dans un pays un peu effrayant (surtout pour Tom) appelé Wolfenberg. Un voyage qui n’allait pas être de tout repos !

Loulou l’incroyable secret est une BD tirée du film éponyme. On retrouve ici les deux personnages créés par Solotareff il y a 25 ans qui ont grandi, les voilà maintenant ado. L’album, qui ne manque pas de suspense et de rebondissements, parle surtout de la quête des origines, d’où vient Loulou, qui est-il vraiment ? Personnellement, j’ai eu une impression de résumé (on sent que c’est tiré d’un film et qu’il manque des passages), on passe trop vite d’une scène à l’autre. Parfait pour ceux qui ont déjà vu le film, très certainement. Pour les autres, ça donne envie de le voir…
Le même vu par Qu’importe le flacon et par Les lectures de Kik.

Un jeune loup bien éduquéPour la première fois, un jeune loup partit chasser seul. Très rapidement, il attrape un lapin mais comme notre jeune ami est bien élevé il accorde au lapin une dernière volonté : celui-ci veut une histoire. Ni une, ni deux, le loup va chercher un livre… sauf qu’à son retour, il n’y a plus de lapin ! Et c’est reparti pour la chasse ! Ce coup-ci, c’est un poulet qui est pris au piège… mais il veut que le loup lui joue de la musique avant de mourir. Le loup part donc chercher sa guitare ! Et à son retour… vous avez deviné ! Le loup se fera-t-il toujours aussi bien avoir ?

On reconnaît bien dans Un jeune loup bien éduqué l’humour de Jean Leroy et de Matthieu Maudet, auteur et illustrateur qu’on aime beaucoup ici. Ce conte en randonnée est rythmé et vraiment drôle, le genre d’histoire qui cartonne auprès des enfants. Ils rient de ce qui arrive au loup tout au long de l’aventure et ils rient encore plus à la chute. Une histoire aux illustrations colorées qui fait mouche !
Le même vu par Clarabel, Le cabas de Za, Enfantipages et Butiner de livres en livres.

loup qui mangeait n'importe quoiUn loup sans foi ni loi (et même un peu relou) était en colère tellement il avait faim. Il errait dans le bois de Saint-Cloud quand il croisa un mouton solitaire. L’animal n’était pas seul sans raison : il avait des renvois si odorants que personne ne voulait rester avec lui. Il eut beau prévenir le loup que s’il le mangeait il serait sûrement affublé du même mal, il fut gobé ! Après une bonne sieste, le loup reprit son chemin… tout en lâchant des rots bruyants et puants. Il croisa un cochon solitaire. Le cochon lui expliqua que s’il était seul c’est parce qu’il avait des problèmes de gaz… et que s’il le mangeait il lui arrivait la même chose… Pas de souci pour le loup et hop ! Le cochon fut mangé ! L’histoire était loin d’être finie…

Alors forcément, ce loup qui rote, qui pète, qui a le nez qui coule… ça va plaire à la plupart des enfants ! Mais les parents vont aussi se régaler de cette histoire complètement loufoque signée Christophe Donner et illustrée par Manu Larcenet (génialissime auteur BD dont c’est le premier album jeunesse). D’habitude, j’ai vraiment du mal avec les textes en rime, mais le texte est tellement drôle, tellement moderne que là ça passe tout seul, on prend beaucoup de plaisir à lire ce texte à voix haute. La chute est complètement inattendue et rend l’album encore plus original. Ici, on est fans de ce loup qui mangeait n’importe quoi !
Un extrait en ligne.
Le même vu par Dans la bibliothèque de Noukette.

Le plus malinAlors qu’il se promène dans les bois, le loup croise une petite fille toute de rouge vêtue. Elle lui dit qu’elle va chez sa grand-mère. Le loup, qui est très malin, se dépêche d’y être avant elle. Une fois sur place, pas de grand-mère, mais une chemise de nuit sur le lit attire l’œil du loup, et s’il se déguisait ? Voilà notre loup déguisé en grand-mère, le plan est presque parfait ! Pour ne pas éveiller les soupçons, il faut aller effacer les traces de pas devant la maison… Sauf que la porte de la maison claque et voilà notre loup, en chemise de nuit, dehors… Il va croiser les trois petits cochons, le chasseur, les sept nains et d’autres personnages encore et il regrettera d’avoir voulu être le plus malin !

On retrouve bien ici le ton de Mario Ramos, son humour, son trait. Comme beaucoup d’entre vous, je pense, j’adore les contes détournés. On reconnaît ici le début du petit chaperon rouge puis l’histoire part dans tout autre chose. On rit avec ce loup (ou plutôt de ce loup), devenu plus très crédible travesti ainsi. Une histoire pleine d’humour qui va beaucoup plaire aux enfants… et aux adultes aussi !
Le même vu par Enfantipages et  À l’ombre du saule.

Loup ?Un cochon se rendit à la boucherie Au petit chaperon rose, il voulait acheter de la viande de loup… mais il n’y en avait pas ! La petite fille décida de mener l’enquête… où trouver le loup ? Boucle d’Or n’avait pas l’air de savoir mais elle en avait envie, elle alla voir le chien mais ce dernier doutait de l’existence du loup… Il décida d’aller en parler au diable…

Loup ? est un album collectif réalisé dans le cadre de Manges-livres à Grateloup (un salon du livre jeunesse en Lot-et-Garonne). Six auteurs/illustrateurs (Alfred, Carole Chaix, Marc Daniau, Claire Franek, Régis Lejonc et Henri Menier) mêlent ici leurs talents pour cette histoire drôle mais aussi pleine de sens. Qui sont les loups ? Pas forcément ceux qu’on croit… Un bel album très graphique et vraiment original.

Tous sauf unC’est l’histoire d’un loup qui adorait manger les moutons, il aimait toutes sortes de moutons, dès qu’il en voyait un, peu importe son apparence, il était avalé… Tous ? Non sauf un ! Il y avait un mouton bien trop malin qui ne se laissait pas avoir. Le loup adorait aussi effrayer les enfants, c’était plus fort que lui, dès qu’il en voyait un, peu importe lequel il lui montrait les dents et l’enfant partait en courant. Tous ? Non sauf un ! Un petit garçon très malin qui narguait le loup. Autre plaisir de ce loup : écrabouiller les fleurs ! Il adorait ça… mais là aussi il y en a une qui lui résistait ! Il avait beau tout tenter sur elle, elle restait toujours aussi belle ! Mais un jour…

Nadine Brun-Cosme signe un texte plein de poésie sur un loup et ses petites frustrations devant les choses qui lui résistent… mais si finalement ces petites frustrations étaient nécessaires ? Si le fait de ne pas tout avoir nous faisait encore mieux apprécier ce que l’on a ? Si c’était ça qui mettait un peu de piment dans notre vie ? Un très beau texte mit en image avec beaucoup d’humour par Anne-Isabelle Le Touzé.

Le loup qui voyageait dans le tempsAlors qu’il fouillait dans son grenier, Loup trouva un livre sur lequel il était écrit que c’était un livre pour voyager dans le temps… il suffisait de tourner la page et l’on se retrouvait plongé au cœur de l’histoire. Loup n’y crut pas et se retrouva pourtant bien loin de chez lui… Un voyage dans le temps qu’il n’allait pas oublier !

On ne peut pas faire une chronique sur les loups sans parler d’un des plus célèbres, le Loup d’Orianne Lallemand et d’Éléonore Thuillier, personnage cher aux enfants. On aime beaucoup ce loup, ses histoires pleines de fantaisies et ses illustrations pleines d’humour et de couleurs. Ici, notre Loup va donc voyager dans le temps et donc donner quelques notions historiques aux enfants (attention ce n’est quand même pas un documentaire, n’exagérons rien). Loup va rencontrer Louis XIV, Jules César ou encore les dinosaures. Une frise, en page de garde, replace chaque époque que visite le loup. Un album plein d’humour… et qui donne des premières notions d’Histoire aux enfants.
Le même vu par A l’ombre du saule.

Loup noirCette chronique spéciale loup est aussi l’occasion de vous annoncer la ressortie du magnifique Loup Noir d’Antoine Guilloppé dans une magnifique version de luxe avec une reliure bodonienne, débossage et papier offset (oui, je cite le dossier de presse sans savoir de quoi je parle, mais le résultat est superbe !). J’avais déjà parlé de ce magnifique album qui joue sur les contrastes noir et blanc (comme sait si bien le faire Antoine Guilloppé). Cette superbe version qui sort pour les dix ans de l’album est l’occasion de vous l’offrir si vous ne l’aviez pas encore.
Deux photos de la couverture par Antoine Guilloppé.

Quelques pas de plus…
Parmi les albums sur les loups que nous avons chroniqués : Coffret Grand Loup & Petit Loup, Marlaguette, Sinon…!Le Grand Méchant Loup et l’école des affreux, Monsieur Le Loup, Li-loup, Lou P’tit Loup et la bergère… et plein d’autres avec le tag Loups.
Nous avons déjà chroniqué des livres de Grégoire Solotareff (Méchant petit prince et Adam et Eve), Jean-Luc Fromental (10 p’tits pingouins autour du monde), Jean Leroy (Anoki, Canaille a oublié son doudou, Canaille ne veut pas aller à l’école, Canaille va chez le docteur, Canaille n’aime pas la soupe et Si j’étais un oiseau…), Matthieu Maudet (La croccinelle, Le ça, Bonjour facteur, Bonjour Docteur), et même un album de Jean Leroy et Mathieu Maudet (Papy), Mario Ramos (L’école est en feu, Le petit Guili et Mon ballon), Nadine Brun-Cosme (D’une île à l’autre, Trop c’est trop et Le prince amoureux), Anne-Isabelle Le Touzé (Timoléon), Orianne Lallemand (Les chaussettes de Gaspard, Au secours ! Un ogre glouton, Au secours ! Une sorcière au nez crochuAu secours ! Un loup tout poilu, Pestouille et Jolicoeur),  Éléonore Thuillier (Sur la route des formes, Gros GrisLa jungle en haleine, Adam est fort, Le grand lapin blanc, Mon papa est un zarzouilleur et Jour de piscine) et d’Orianne Lallemand et Éléonore Thuillier (Le loup qui n’aimait pas Noël , P’tit loup rentre à l’école).

Loulou l’incroyable secret
de Grégoire Solotareff et Jean-Luc Fromental
Rue de Sèvres
12,50€, 210×275 mm, 64 pages, imprimé en France, 2013.
Un jeune loup bien éduqué
Texte de Jean Leroy, illustré par Matthieu Maudet
L’école des loisirs
12,20€, 197×265 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2013.
Le loup qui mangeait n’importe quoi
Texte de Christophe Donner, illustré par Manu Larcenet
Mango Jeunesse
14,50€, 250×340 mm, 26 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Le plus malin
de Mario Ramos
École des loisirs dans la collection Lutin Poche
5,60€, 150×190 mm, 45 pages, imprimé en France, 2013 (première édition 2011).
Loup ?
d’Alfred, Carole Chaix, Marc Daniau, Claire Franek, Régis Lejonc et Henri Menier
Association Mange-Livres
10€, 200×200 mm, 40 pages, imprimé en Europe, 2013.
Tous sauf un
Texte de Nadine Brun-Cosme, illustré par Anne-Isabelle Le Touzé
Points de suspension
12€, 200×230 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2009.
Le loup qui voyageait dans le temps
Texte d’Orianne Lallemand, illustré par Éléonore Thuillier
Auzou dans la collection Mes grands albums
9,80€, 255×255 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013.
Loup noir
d’Antoine Guilloppé
Casterman dans la collection Les albums Casterman
13,95€, 255×258 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013.

À part ça ?

Jean Fabre, l’un des fondateurs de l’école des loisirs, nous a quitté. Un hommage signé Lucie Cauwe.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange