La mare aux mots
Parcourir le tag

Parastou Haghi

Les invités du mercredi : Parastou Haghi et Sandrine Beau (+ concours)

Par 21 mars 2012 Les invités du mercredi

L’interview du mercredi : Parastou Haghi

Aujourd’hui je suis très heureux de vous faire découvrir Parastou Haghi, si vous ne la connaissez pas. J’ai adoré ses illustrations dans deux ouvrages édités par Philomèle : Les habits neufs de l’empereur et La ferme danse (qui sont d’ailleurs tous deux à gagner en fin d’interview).

La mare aux mots : Parlez nous de votre parcours
Parastou Haghi : Je suis née en 1986, dans une charmante ville iranienne du nom de Rasht. J’ai passé mon enfance dans le nord de la France, et maintenant je me trouve ici à Montréal. Cependant, je suis toujours restée fidèle à ma ville natale. J’ai toujours aimé dessiner mais j’ai commencé à le faire plus sérieusement à partir de l’âge de 15 ans. Après l’obtention d’un baccalauréat en peinture à l’université de Téhéran, j’ai décidé de continuer mes études à l’étranger, me concentrant sur l’art contemporain. Tout en prenant de plus en plus de plaisir à faire de la peinture et des installations, j’ai toujours continué à faire de l’illustration en-dehors de mes études universitaires. C’est en 2008 que j’ai eu la chance d’illustrer mon premier livre pour enfants, Les chansons de Papa, aux éditions Kanoon (Iran). En 2010, j’ai illustré mon premier livre pour enfants chez Philomèle. Jusqu’à maintenant, j’ai illustré 5 livres pour enfants pour des maisons d’édition en France, au Québec et en Iran.

La mare aux mots : Justement parlez-nous de votre expérience avec la France et plus précisément avec Philomèle
Parastou Haghi : Quand j’ai eu la chance de travailler avec les artisans de cette belle maison d’édition qu’est Philomèle, ce fut un véritable coup de cœur pour moi. Diplômée de l’université de Téhéran en 2009, j’ai commencé à faire plus de travaux d’illustration qu’avant. J’ai beaucoup travaillé avec les maisons d’éditions publiant des livres jeunesse et aussi avec la presse écrite. J’avais 22 ans, je débordais d’énergie et mon rêve était de pouvoir collaborer un jour avec une maison d’édition à l’étranger, particulièrement en France.
Au départ, je n’avais aucune idée de la façon de contacter les maisons d’édition. Je croyais que ce serait impossible pour moi d’être publiée par l’une d’entre elles et que cela demeurerait simplement un rêve. Un jour, je suis tombée par hasard sur un site web dont je ne me rappelle pas le nom, qui présentait différentes maisons d’éditions francophones, avec diverses informations sur leurs critères de sélection et leurs façons de faire. J’ai alors décidé de tenter ma chance : j’ai posté une demande en incluant mon curriculum vitae et des exemples de mon travail. Quelques mois plus tard, j’ai reçu une lettre d’acceptation et voilà comment a commencé cette belle aventure avec Philomèle. Après Les Habits Neufs, j’ai illustré un deuxième livre pour eux en 2012, La ferme danse.

La mare aux mots : Comment se passe la collaboration avec une maison d’édition quand 5000 kilomètres vous séparent ?
Parastou Haghi : La distance ne m’a jamais dérangée. Les choses ne sont pas toujours évidentes en travaillant dans ces conditions, mais j’arrive à trouver un côté très agréable au fait de partager ma vision et mes illustrations avec des éditeurs ou des auteurs sans les rencontrer de près ; cela me permet de me présenter à eux uniquement à l’aide de mes illustrations, sans aucun autre filtre. Celles-ci deviennent alors une partie de mon personnage : elles parlent de moi. Au début, je me suis longtemps interrogée à savoir si cela fonctionnerait ou non. En effet, en Iran, les responsables des maisons d’éditions que j’ai côtoyés voulaient toujours voir l’illustrateur de près, le rencontrer en personne, et n’acceptaient pas de travailler à distance tel que le font plusieurs maisons d’éditions occidentales. La situation, sur ce point, est différente dans mon pays natal. Ayant toujours procédé à la manière traditionnelle ayant cours en Iran, mes collaborations soit en France ou au Québec m’ont toujours semblé surréelles, puisque j’ai l’impression d’y être souvent invisible physiquement !

La mare aux mots : Pouvez-vous nous parler de votre technique de travail ?
Parastou Haghi : Quand je fais de l’illustration, je me sens vraiment heureuse, cela m’apporte une réelle satisfaction. Je crois fermement que j’ai choisi d’exercer ce métier d’abord pour moi-même et dans un second lieu  pour les autres, particulièrement pour les enfants. Je le fais parce que j’aime illustrer des contes et des histoires. Il y a cinq ans que je peins en utilisant l’acrylique. J’utilise parfois l’aquarelle et les crayons à colorier. J’aime aussi expérimenter avec la linogravure, particulièrement dans mes peintures ou dans les illustrations qui s’adressent à un public adulte. Le langage est vraiment important dans mon travail. C’est à partir des mots que je crée un sous-texte qui s’inscrit dans l’univers de mes personnages et aide à définir les paysages dans lesquels ils évoluent. Mes illustrations décrivent des univers relevant du rêve et de la fantaisie, valeurs que je tente de mettre en avant car elles enrichissent mes images et le message qu’elles tendent à faire passer. Pendant la construction d’une œuvre, j’imagine chaque image sous des angles différents ; je joue avec les personnages, je parle avec eux, puis les illustrations viennent lentement sur le papier. J’ai une certaine approche au niveau de la peinture, mais celle que j’ai développée au niveau de l’illustration me plaît davantage.

La mare aux mots : Quels sont les illustrateurs qui vous ont donné envie de faire ce travail, quels sont ceux qui vous inspirent ?
Parastou Haghi : Je m’intéresse au travail d’illustrateurs de tous horizons : iraniens, français, américains, russes… J’observe beaucoup ce qu’ils font et cela m’intéresse énormément. J’admire les illustrateurs et illustratrices iraniens et français car J’ai grandi avec eux. Un illustrateur iranien que j’aime beaucoup est Frashid Mesghali et Arthur Rackham (Les Mille et une nuits). Je suis aussi particulièrement attachée à l’imagerie liée à la France, et aussi à certaines miniatures persanes.

La mare aux mots : Vous avez illustré le conte Les Habits Neufs de l’Empereur, pourquoi celui-là ? Quels sont les autres contes que vous aimeriez illustrer ?
Parastou Haghi : C’est le premier conte que j’ai illustré pour la maison d’édition française Philomèle et cela a eu un impact très important pour moi. Étant donné que c’est un conte très classique, j’ai voulu y insuffler une touche d’humour et de fantaisie à travers mes illustrations. Ce ne fut pas tâche facile, étant donné que ce conte avait déjà été illustré par bon nombre d’illustrateurs avant moi et que je ne voulais pas du tout répéter la même chose. Je ne sais pas si j’y ai complètement réussi mais, personnellement, j’adore mon empereur avec sa moustache.

La mare aux mots : Quels sont vos projets ?
Parastou Haghi : Pour l’instant, j’ai beaucoup de projets en chantier. J’ai commencé des collaborations avec deux auteurs français à propos desquels je suis vraiment emballée. Je suis aussi en train de travailler sur les illustrations d’un livre pour enfants qui sera bientôt publié en Iran, et bien sûr il y a mon projet de maîtrise qui est d’une importance cruciale pour moi. En effet, après mes études, j’ai l’intention de retourner chez moi en Iran et de continuer à vivre et à travailler en tant qu’artiste et illustratrice dans mon pays natal.

Merci à Parastou Haghi pour ses jolies réponses. Nous continuerons de suivre avec intérêt le travail de cette jeune illustratrice de grand talent. Comme je vous le disais en début d’interview j’ai la chance de faire gagner à l’un d’entre vous Les habits neufs de l’empereur et La ferme danse et ce grâce aux éditions Philomèle. Pour cela dites moi en commentaire quel est le dessin présent sur son book qui vous séduit le plus. Vous avez jusqu’à lundi 11h ! (Concours réservé aux personnes résidant en France métropolitaine et en Belgique)

Sa bibliographie :
Les chansons de papa (2009) Éditions Kanoon (Iran)
Les habits neufs de l’empereur (2010) Éditions Philomèle (France)
Le nouveau voisin (2011) Éditions Cornac (Canada)
La Ferme Danse (2011) Éditions Philomèle et Graml (France)

Son blog : http://parastouhaghi.blogspot.fr

———————————————————————————————————————-

En vacances avec… Sandrine Beau

Tous les 15 jours je pars en vacances avec un artiste (je sais vous m’enviez). Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet artiste va donc profiter de ce voyage pour me faire découvrir des choses. On emporte ce qu’il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il veut me présenter et c’est lui qui choisit où on va… 5 destination de son choix. Cette semaine c’est Sandrine Beau qui s’y colle, merci à elle !
Allez en route !

Sandrine Beau :

5 albums jeunesse : (des que je ne connais pas encore dans leur version « tout fini », mais qui me font déjà envie)

5 romans : (un mix de romans, romans graphiques et romans jeunesse)

5 DVD :

  • Le premier jour du reste de ta vie de Rémi Bezançon
  • Adieu ma concubine de Chen Kaige
  • Les lumières de la ville de Charlie Chaplin
  • Les émotifs anonymes de Jean-Pierre Améris
  • Pierrot le fou de Jean-Luc Godard

5 CD :

5 artistes :

  • Les comédiens Buffo, James Thierrée et Philippe Caubère
  • La sculptrice Niki de Saint Phalle
  • La Compagnie L’Enjoliveur, une troupe de cirque de chez moi., qui mêle humour et poésie.

5 endroits :

  • Une petite rivière dans les Cévennes, qui ressemble à s’y méprendre à un petit bout de paradis.
  • Barcelone, Gaudi et le Musée Picasso.
  • Les plages de l’Atlantique.
  • L’île de la Réunion.
  • Le Vietnam que je rêve de découvrir.

Sandrine Beau est auteure jeunesse.

Sa bibliographie :
Des crêpes à l’eau (2012) éditions Grasset Jeunesse
On n’a rien vu venir (Collectif – 2012) éditions Alice Jeunesse
L’étrangleur du 15 août (2012) éditions Oskar
Roulette Russe tome 2 Rouge Bitume (avec Séverine Vidal et Anne-Gaëlle Balpe – 2012) éditions Oskar
Roulette Russe tome 1 Noël en juillet (avec Séverine Vidal et Anne-Gaëlle Balpe – 2011) éditions Oskar
L’hippopotin (2011) éditions Talents Hauts
L’été où mon grand-père est devenu jaunophile (2011) Éditions Les Lucioles
Contes et histoires de Pomme d’Api – Tome 2 (2010) Bayard éditions

A paraître :
Ma maman est comme ça et Mon papa est comme ci (avril 2012) Éditions Limonade
Le soleil sur la colline (novembre 2012)

Retrouvez la sur son blog : http://sandrinebeau.blogspot.fr et en interview sur le blog.

You Might Also Like

Si on dansait ?

Par 27 janvier 2012 Livres Jeunesse, Musique pour enfants

Aujourd’hui on parle CD, et croyez-moi… on va danser !

Steve Waring, ça vous dit quelque chose ? Une amie m’en avait parlé et j’avais découvert un vieil album avec son « tube » Les grenouilles. Il a sorti l’année dernière, après 7 ans de silence, un très beau livre-cd chez un éditeur que j’adore, et dont je vous parle régulièrement, Les éditions des Braques. Ici ce sont 14 chansons tantôt drôles tantôt tendres. Parfois il détourne avec beaucoup de talent des chansons bien connues comme Savez-vous planter les choux ? (chaque couplet est différent, de Savez-vous planter des clous à Savez-vous gonfler les joues), d’autres fois ce sont de très belles berceuses comme celle du Chabretou (Timoléon, petit ourson Timoléon, petit bouchon Il est grand temps d’aller au lit Pour que la nuit qui te poursuit Ferme le couvercle de tes yeux Jusqu’à l’arrivée du ciel bleu). Steve Waring est aussi bon dans les chansons entrainantes que dans les chansons douces. Les illustrations sont très douces également. C’est un bien beau livre CD pour les tout petits. Pour les faire rire ou les endormir… et leur faire découvrir l’anglais (quelques chansons sont dans les deux langues et l’album se termine par une très belle double page pour apprendre à compter jusqu’à dix en anglais) !

Le jour du grand bal arrive à la ferme, tout le monde se prépare ! Le dindon donne les leçons de danse,  le coq veut que les poussins dorment pour être en forme, la vache qui ne sait pas danser (comme les moutons), elle préfère se cacher. C’est le contraire pour les petits cochons, eux adorent danser, ils sont tous au rendez-vous ! Musicalement  il y a un côté fanfare (des cuivres et des instruments à vent) qui n’est pas sans rappeler Les petits loups de Jazz que je suis sûr nombre d’entre vous connaissent (ici ce sont les Cuivres de Ménilmontant que je connaissais déjà). C’est très entrainant. Si vous nous suivez un peu, vous le savez : qui dit Philomèle dit qualité ! Donc quelle bonne idée ils ont eu de nous faire un livre CD ! L’objet lui-même est très beau (papier épais et superbes illustrations de Parastou Haghi) et en fin d’ouvrage on retrouve les partitions complétées par des conseils pour accompagner les chansons, des explications sur des instruments de musiques originaux (certains peuvent être fabriqués maison, et on nous indique comment). Mais ici le but est de nous faire danser ! (La preuve en vidéo sur le site de Bric à Book). C’est parfait pour un livre-cd parfait pour les tout petits !

Connaissez-vous Les Voila Voila ? Moi je ne connaissais pas avant d’entendre un morceau dans la très bonne émission Ecoute ! Il y a un éléphant dans le jardin ! sur AligreFM et j’ai tout de suite accroché. Au programme de ce deuxième album une très belle chanson d’amour pour un nounours (C’est pas tous les jours facile, la vie d’un nounours, je te mène la vie dure, mon vieux doudou. Mais s’il fallait choisir de tous mes joujoux je ne garderai que toi un point c’est tout !), un antidote contre les soucis, un papy qui entend bien ce qu’il veut, une tête de cochon, un papy au ciel à qui on veut parler, un chien qui ne sait plus où se soulager vu qu’il n’y a plus d’arbre dans la rue, un enfant qui range ses affaires, débarrasse la table, ne dis plus de gros mots… c’est normal, c’est bientôt Noël ! bref 10 chansons aux thèmes qui vont parler aux enfants… et aux parents ! C’est rythmé, ça swingue, ça donne envie de danser, c’est très drôle et bien écrit, c’est dans la même veine que ZUT et j’aime vraiment beaucoup ! Le genre d’album que je peux écouter en boucle avec ma fille sans me lasser.

Timoléon de Steve Waring, illustré par Anne-Isabelle Le Touzé
Éditions des Braques. 18€
Extraits

La ferme danse de Louise Weeke illustré par Parastou Haghi
Éditions Philomèle / GRAML Prod. 17€90
Extraits

OUF ! de Les voila voila
Victor Mélodie. Prix de vente conseillé 15€
Extraits

———————————————————————————————————————-

A part ça ?

Un joli festival commence demain à Sevran (dans le 93), il s’agit de Rêveurs éveillés. Au programme spectacles et concerts (dont Alain Schneider qu’on aime bien ici), expo (Rebecca Dautremer, Ilya Green,…) et plein d’autres choses encore ! Plus d’info : http://www.ville-sevran.fr/reveurs-eveilles-2012

Gabriel

You Might Also Like

« Il était une fois un empereur d’une grande coquetterie. »

Par 7 juin 2011 Livres Jeunesse

Je connaissais ce conte classique d’Andersen (un empereur tellement coquet qu’il se fait rouler par des faux tisserands et devient la risée de son peuple) et je l’aime assez. Mais les illustrations de Parastou Haghi sont vraiment très belles.

Le texte est super agréable à lire aux enfants, c’est drôle, bien écrit et donc très bien illustré.

Les habits neufs de l’empereur d’Andersen illustré par Parastou Haghi chez Philomèle, 8,90€
Public A leur lire, Lecteurs débutants.

http://www.editionsphilomele.fr/catalogue/habits-neufs-de-l-empereur.html

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange