La mare aux mots
Parcourir le tag

Partage des tâches ménagères

À taaaaaable !

Par 18 avril 2014 Livres Jeunesse

Et si l’on mangeait ?

le gros goûter Invitation : Le gros goûter, près du petit lac à 16 heures. Autant vous dire que tout le monde s’y précipite ! Enfin… à son rythme… Pendant que Lapin va bondissant, Renard va courant, Sanglier caracole, Ours déboule, et la tortue Nana, elle, avance à petits pas. En passant tout le monde rigole, si elle est aussi lente, il ne restera rien pour elle ! Mais Nana les rassure il lui restera assez de ce qu’elle préfère…

Stéphane Servant et Cécile Bonbon, auteur et illustratrice du génial Le machin, reforment donc leur duo pour un nouveau conte en randonnée. Répétitions (comme les enfants aiment), humour décalé (à la Stéphane Servant), illustrations (magnifiques) faites de tissu, de laine et de coton, suspense intenable (mais qu’est-ce qu’elle aime cette tortue à la fin !)… ici, on se régale ! La double chute finale est complètement inattendue… et irrésistible ! Un conte (un brin cruel) qui va beaucoup faire ricaner nos amateurs d’histoires décalées.
Le même vu par Œil d’ailleurs et des extraits des planches sur le (super) site de Didier Jeunesse.

Oops et Ohlala mangent comme des grandsOops et Ohlala ont faim ! Il faut passer à table. Mais d’abord, on met le couvert ! Qu’est-ce qu’on mange ? Oh miam de la purée et des saucisses ! En plus on peut s’amuser à faire un volcan avec la purée. Et en dessert ? De la mousse au chocolat ! Bon maintenant il faut débarrasser. Oh attention ! Oups… oh là là…

On vous a déjà parlé plusieurs fois de ces deux personnages sympathiques à destination des plus jeunes (avec des livres aux feuilles plastifiées pour résister aux mains trop brutales). On adore leurs aventures qui sont parfaitement adaptées aux tout-petits, ils reconnaissent là leur quotidien et les illustrations aux forts contrastes sont parfaites pour eux. Ici, il est donc question de manger… et de mettre la table et de la débarrasser (et tant pis si l’on est un peu maladroit). Des petits héros qu’on aime dans une histoire pleine d’humour.

Un repas chez les lapins de PâquesGabin le lutin est invité avec sa cousine Amélia la gentille sorcière à fêter Pâques chez ses voisins les lapins. Au menu : carottes râpées ! Mais Gabin a une idée… il n’y aura pas que ça à manger !

Un album plutôt sympathique aux couleurs pastelles pour parler des œufs de Pâques (c’est le moment !). Même si j’ai personnellement trouvé l’histoire trop complexe, les enfants aimeront retrouver ici le genre de personnages qu’ils adorent (lapins, gentille sorcière, lutin…). En fin d’ouvrage, on retrouve même la recette des œufs de Pâques.
Le même vu par Délivrer des livres et une bande annonce.

Arthur est allergique et alors ?Quand sa maman l’accompagne à l’école, Arthur a toujours avec lui son panier-repas. Il faut dire qu’il est allergique, il ne doit pas manger comme les autres ! Rien de très grave, il faut juste s’organiser. Confier le panier-repas en arrivant, qu’il soit conservé jusqu’à l’heure du déjeuner, ne pas manger dans l’assiette des copains.

Pas de gros coup de cœur ici non plus, comme pour le précédent, mais voilà un livre qui a au moins le mérite d’exister ! On dédramatise ici les PAI (Projet d’Accueil Individualisé). C’est une situation quotidienne, présente dans à peu près toutes les classes… et pourtant (à ma connaissance) aucun livre pour les enfants n’en parle ! C’est vraiment le genre d’ouvrage dont on applaudit la sortie ! Il aurait peut-être mérité d’autres illustrations… Mais c’est un avis personnel. Un album sur les allergies alimentaires et l’école, avec même des recettes en bonus !
Un site sur le livre : http://www.arthurallergique.com.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Stéphane Servant (Nos beaux doudous, Boucle d’ours, Le machin, Le crafougna et Le masque), Cécile Bonbon (Le machin), Mellow (Oops et Ohlala prennent un bainPlay with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes), Amélie Graux (Oops et Ohlala prennent un bain, Comptines des papas, 9 mois pour attendre un petit frère ou une petite sœur et Play with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes) et Camille Piantanida (L’étoile de pépé).

Le gros goûter
Texte de Stéphane Servant, illustré par Cécile Bonbon
Didier Jeunesse
12,50 €, 234×250 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Oops et Ohlala mangent comme des grands
Texte de Mellow, illustré par Amélie Graux
Talents Hauts dans la collection La petite vie de Oops & Ohlala
5,80 €, 157×157 mm, 18 pages, imprimé en Chine, 2013.
Un repas chez les lapins de Pâques
Texte de Carine Foulon, illustré par Élise Catros
La Palissade
12,50 €, 245×250 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Arthur est allergique, et alors ?
Texte de Marie-Constance Mallard, illustré par Camille Piantanida
Libre Label dans la collection Petit Label
12 €, 210×145 mm, 32 pages, lieu d’impression non indiqué, 2014.

À part ça ?

Mily Miss QuestionMily c’est Miss Question. L’amour, le « beau », la mort, la normalité… Mily s’interroge. Son chien Pop (qui parle) l’accompagne dans ses aventures, on croise aussi son frère qui se prend pour une rock star, sa petite sœur qui l’horripile parfois, Masséo le sportif qui se la pète un peu, le sage Dan, la copine Juliette, Gaspard (dont Mily est un peu amoureuse…) et plein d’autres personnages. Dans cette série où la philo est expliquée à hauteur d’enfant, on combat aussi les clichés sexistes. Des décors réels avec des personnages animés, un résultat plutôt esthétique et surtout très intéressant. Chaque fois, ça se termine par une question, pour amener l’enfant à réfléchir. Un double DVD vient de sortir (avec 40 épisodes de 7 minutes) mais on peut aussi retrouver Mily Miss Question sur France 5.
Mily Miss Question, double DVD (40 épisodes de 7 minutes), autour de 15 €, Francetv distribution.

Un épisode :

Gabriel

You Might Also Like

« Ah non, pas un livre, c’est pour un garçon ! »

Par 20 janvier 2014 Livres Jeunesse

Le titre de cette chronique est une phrase que j’ai entendue en tant que vendeur, comme de nombreux vendeurs qui, comme moi, ont travaillé dans des magasins où l’on vend à la fois des jouets et des livres. Pour certaines personnes, on offre donc des livres aux filles et pas aux garçons. Vous l’aurez compris, une nouvelle fois, on va parler de sexisme.

A calicochonDans la famille Porchon, il y a Monsieur Porchon (qui a un important travail), Patrick et Simon Porchon (qui vont dans une importante école) et Madame Porchon (qui fait la vaisselle, le ménage, la cuisine… avant de se rendre à son travail). Le matin, avant que Monsieur porchon parte à son important travail et que les enfants partent à leur importante école ils demandent à Madame Porchon de se dépêcher d’apporter le petit déjeuner. Quand ils rentrent, ils demandent à Madame Porchon de se dépêcher de faire le dîner. Mais un jour, Madame Porchon n’est plus là pour préparer le repas, faire la vaisselle, le ménage, le repassage…

À calicochon est un album parfait pour dénoncer les inégalités face aux tâches ménagères. Madame Porchon a beau avoir un travail, c’est d’elle qu’on attend qu’elle fasse tout ce concerne le foyer. Visuellement, c’est un album très intelligent. Au départ, Madame Porchon n’a pas de visage, petit à petit Monsieur Porchon, Simon et Patrick se transforment en cochons… Même si je ne suis pas fan du trait d’Anthony Browne (oui, je sais que je vais choquer certains), il y a tellement de trouvailles visuelles que j’ai trouvé cet album tout simplement génial. Un album qui date de 1986… et qui est toujours, malheureusement, d’actualité !

Si papa si maman...Et si… Si papa était plus petit que maman, s’il avait peur des araignées, s’il portait une jupe… serait-il toujours papa ? Et maman… Si elle réparait le lave-linge, si elle était plus sévère que papa, si elle conduisait une grosse moto… serait-elle toujours maman ?

Voilà de drôles de questions, comme le dit l’album et pourtant ces questions sont une bonne base de réflexion de ce qu’on attend d’une femme et d’un homme dans notre société. La douceur chez une femme et la sévérité chez un homme. Les travaux physiques pour un homme et les tâches ménagères pour une femme. Là aussi, j’ai un peu plus de mal avec les illustrations (comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas fan du travail de Bruno Heitz) et je trouve que certains « exemples » vont peut-être un peu loin pour ce genre d’album et parasitent le propos (si maman avait de la barbe et si papa portait les bébés), mais voilà un livre très bien fait pour parler avec les enfants des différences supposées entre les sexes et déconstruire ces stéréotypes.

A quoi tu joues ?Les garçons, ça ne fait pas de la danse… ça serait trop ridicule ! De même, ça ne joue pas à la dînette. Quant aux filles, ça ne joue pas au foot et ça ne joue pas aux voitures… Ce sont des filles !

Ici encore, un très bon livre pour discuter des stéréotypes sexistes. On voit donc des affirmations sexistes face à des photos qui illustrent le propos, et sous les volets des photos qui déconstruisent les clichés (par exemple à l’intérieur de la page Les garçons ça joue pas à la poupée, on voit un papa qui donne à manger à son enfant). À l’heure où des manifs s’organisent pour qu’on sauvegarde les stéréotypes (on marche sur la tête…), il est important que ce genre d’album existe. Ici, c’est avec le texte que j’ai eu parfois du mal, les phrases sont très « parlées », par exemple les phrases négatives ne contiennent pas de « ne » (les filles ça peut pas piloter des avions, les filles c’est pas bricoleur…) ou des « c’est » à propos d’un pluriel (c’est des filles). Mais les photos d’Anne Sol (qu’on a interviewé il y a peu) sont superbes, le principe de l’album est très bon (même si l’on peut toujours se demander si le second degré passe vraiment auprès des enfants). Un très bel album qui a bénéficié d’un partenariat avec Amnesty International et qui a reçu le prix Sorcières en 2010.

Quelques pas de plus
Retrouvez tous les livres anti-sexistes sur notre fiche thématique (et ma chronique à ce sujet sur Aligre FM).
Nous avons déjà chroniqué des albums de Bruno Heitz (L’Histoire de France en BD : De la Gaule romaine à l’an mil et Le petit Cépou), Marie-Sabine Roger (Rikimini et 8 histoires à lire à deux, Les tartines au két-cheupe et La princesse de Fertabelle et la princesse de Fertamaline) et Anne Sol (C’est ma journée, mon imagier, C’est les vacances, mon imagier et C’est à moi, mon imagier). Retrouvez aussi notre interview d’Anne Sol.

À calicochon
Texte de Anthony Browne
Kaléidoscope
13,20€, 216×256 mm, 30 pages, imprimé en Chine, 2011 (première édition 1986).
Si papa si maman…
Texte de Francine Bouchet, illustré par Bruno Heitz
La joie de lire
10,05€, 200×202 mm, 30 pages, imprimé en Chine, 2011.
À quoi tu joues ?
Texte de Marie-Sabine Roger, illustré par Anne Sol
Sarbacane
15,50€, 220×230 mm, 40 pages, imprimé en Malaisie, 2013 (première édition 2011).

À part ça ?

À l’époque où les légos étaient mixtes… Un très bon article, richement illustré, comparant les jouets « d’avant » (avant l’invasion du rose) et ceux de nos jours…

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange