La mare aux mots
Parcourir le tag

Pascale Perrier

Petits humains, grand potentiel

Par 11 septembre 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on rencontre des jeunes gens pleins de ressources ! On commence avec une bande de filles à la détermination inépuisable, et l’on finit avec un petit garçon un peu perdu qui va apprendre à mieux se connaître.

Viser la Lune
Texte d’Anne-Fleur Multon, illustré par Diglee
Poulpe Fictions
9,95€, 143×29 mm, 166 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
QI 142, et alors ?
de Pascale Perrier
Oskar Éditeur
12,95€, 13×210 mm, 168 pages, imprimé en Europe, 2016.

You Might Also Like

Roman rime avec environnement

Par 2 août 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on se met au chevet de notre planète et de ses occupants !

génétikEmbarquons sur Génétik, la planète modifiée. On retrouve la famille Plume, Pauline la journaliste qui doit écrire un guide de voyage, Philippe son mari et leurs trois enfants : Alice, Baptiste et Constant, sans oublier Patatras, le chien. Sur Génétik, il n’y a pas d’hôtel, mais des laboratoires. C’est le royaume des scientifiques et des OGM. Ça fait d’abord rire tout le monde de voir des « chachiens » ou des œufs sur pattes qui se rangent tout seuls dans leur boîte, mais très vite, la petite famille se rend compte que parfois, les savants ne maîtrisent pas toutes leurs expériences…
Avec ce nouveau tome de la collection Ma planète préférée, on va encore vivre des expériences un peu folles, et surtout porter un regard critique sur ce qui se passe autour de nous. Sylvie Baussier et Pascale Perrier nous permettent de réfléchir avec humour sur les conséquences de certaines expériences scientifiques, surtout quand elles sont menées avec excès, sans trop de réflexion. On rit des aventures de la famille Plume, avec ces personnages hauts en couleurs, et les illustrations de Marie de Monti, gaies et colorées complètent ce roman à la fois plein d’humour et instructif. En effet, on trouve également en fin d’ouvrage, un quiz pour savoir comment ça se passe réellement chez nous, sans manichéisme (il y a aussi beaucoup de positif dans les expériences scientifiques).
Un roman complet ludique et instructif pour s’intéresser aux questions d’environnement de notre époque !

pense bêtesUne poule élevée en batterie qui nous raconte son quotidien, une visite de zoo un peu particulière, un mouton qui se révolte et cherche à entraîner avec lui ses congénères, et enfin un chien de chasse qui ne supporte plus la télévision que regarde son maître, Pense bêtes donne la parole aux animaux.
Les animaux du monde d’aujourd’hui, qui souffrent parfois du traitement que leur réservent les humains. Christophe Léon nous présente ainsi quatre fables modernes, pour réfléchir à certains comportements et se mettre à la place des bêtes. C’est acide, ça pique, et les adolescents (le niveau de langage est assez élevé pour des enfants plus jeunes qui auraient du mal à saisir certains passages je pense) devraient sans doute voir certaines tendances de la société d’aujourd’hui d’un autre œil…
Un engagement fort et original sur des sujets quotidiens écrit avec justesse et humour noir !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Sylvie Baussier (Touristoc, la planète aux vacances et T’as la tchatche), Pascale Perrier  (Touristoc la planète aux vacances, Le bonheur en cinq lettres et Le bonheur en cinq mensonges) et Marie de Monti (Touristoc, la planète aux vacances). Retrouvez également notre interview de Pascale Perrier.

Génétik, la planète modifiée
Texte de Sylvie Baussier et Pascale Perrier, illustré par Marie de Monti
Gulf Stream dans la collection Ma planète préférée
11 €, 125 x 180 mm, 77 pages, imprimé en Italie, 2013
Pense bêtes
de Christophe Léon
Éditions du Muscadier dans la collection Place du marché
7,90 €, 125 X 190 mm, 88 pages, imprimé en Union Européenne, 2013

À part ça ?

La boîte verte nous propose de découvrir de magnifiques photographies colorées de Zhangye Danxia, en Chine. De quoi voyager sans bouger de chez soi !

Marianne

You Might Also Like

Romans de vacances

Par 8 juillet 2014 Livres Jeunesse

Deux courts romans pour les vacances !

couvmouchegabaritAhhhh Chien Pourri ! Gabriel nous en avait déjà parlé, j’en avais l’eau à la bouche… et je suis conquise ! Chien Pourri, cet anti-héros aussi puant qu’attachant passe ses vacances sur la côte d’Azur ! Et comme vous vous en doutez, on est loin de s’ennuyer ! Dans le bus sur la route des vacances, à la station-service, sur la plage et au club Biquet, grâce à la Colonie des Oubliés qui emmèn chaque année en séjour les animaux les plus misérables, Chien Pourri et Chaplapla vivent de folles aventures ! Et moi j’ai ri ! Le regard décalé de Colas Gutman sur les vacances, les habitudes des touristes (canins ou humains, même combat…) et même la Côte d’Azur est vraiment drôle ! Couplé aux illustrations de Marc Boutavant, très vivantes (heureusement, on n’a pas les odeurs), colorées et pleines d’humour, Chien Pourri à la plage est dans la lignée des précédents tomes : un coup de cœur !

touristoc la planète aux vacancesPauline est journaliste pour un guide de voyage. Avec son mari, ses trois enfants et leur chien, elle est toujours en vadrouille et vit des aventures incroyables. Cette fois, ils se rendent sur Touristoc, une planète conçue pour les vacanciers. Il y en a pour tous les goûts, entre hôtels luxueux et grands parcs d’activité. Mais comment vivent les habitants de ce drôle de monde ? Avec Touristoc, la planète aux vacances, Sylvie Baussier et Pascale Perrier nous proposent de réfléchir à notre manière de consommer quand on est vacancier : respecter les habitants, l’environnement (ce n’est pas parce qu’on est en congés qu’il faut arrêter de recycler), et prendre conscience de la réalité de la vie quotidienne en dehors des espaces hypers protégés réservés aux touristes,… Sacré programme ! Voici une courte histoire rythmée et illustrée par Marie de Monti, sur un sujet plus grave qu’il n’y paraît au départ. A la fin de l’ouvrage, un extrait du guide de Pauline, les conseils de Baptiste et Alice, et un quiz sur le tourisme et ses dérives sur Terre. Un roman complet à glisser entre toutes les mains des petits curieux !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Sylvie Baussier (Les saisons, Le kididoc des Qui ?, Le kididoc des Combien ?, et T’as la tchatche !), Pascale Perrier (Le bonheur en cinq lettres, et Le bonheur en cinq mensonges). Colas Gutman (Chien Pourri, Rose et Les inséparables), Marc Boutavant (Chien Pourri, Mon copain Bogueugueu, Bogueugueu est amoureux et Edmond la fête sous la lune). Retrouvez également nos interviews de Pascale Perrier et Colas Gutman.

Chien Pourri à la plage
Texte de Colas Gutman, illustré par Marc Boutavant
L’école des loisirs dans la collection Mouche
8 €, 125 x 190 mm, 62 pages, imprimé en France, 2014
Touristoc, la planète aux vacances
Texte de Sylvie Baussier et Pascale Perrier, illustré par Marie de Monti
Gulf Stream dans la collection Ma planète préférée
11 €, 125 x 180 mm, 78 pages, imprimé en Italie, 2014

A part ça ?

Admirez les magnifiques créations de papier de Diana Beltran Herrera !

Marianne

 

You Might Also Like

Les invités du mercredi : Pascale Perrier et Gilles Paris

Par 26 mars 2014 Les invités du mercredi

Aujourd’hui, le roman est à l’honneur ! L’invitée de l’interview, Pascale Perrier est l’auteur de Le bonheur en cinq lettres (chroniqué ici) et Le bonheur en cinq mensonges (chroniqué ici), romans que j’ai beaucoup aimés. J’ai donc eu envie d’en savoir un peu plus sur cette auteur. Ensuite, pour notre rubrique Parlez-moi de…, on revient sur Autobiographie d’une courgette, avec son auteur Gilles Paris (dont vous découvrirez l’interview dans quelques semaines). Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Pascale Perrier

Pascale PerrierQuel est votre parcours ?
J’ai toujours aimé écrire, mais lorsque j’étais enfant, je n’osais pas imaginer que je pourrais vivre de ma plume. J’ai fait des études de lettres, et après mon doctorat, j’ai travaillé en tant que professeur-documentaliste dans des collèges et des lycées, tout en écrivant mes premiers romans. C’était au siècle dernier, puisque les premiers romans sont parus chez Rageot en 1999. Les titres se sont enchaînés. Depuis plusieurs années, j’ai quitté l’Éducation Nationale pour me consacrer à l’écriture – ce qui me satisfait pleinement.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Enfant, je lisais beaucoup, à peu près tout ce qui me tombait sous la main. J’avais un petit coin dans ma chambre, à l’abri du bruit et de l’agitation familiale, dans lequel j’aimais me lover pour me transporter dans les univers que je découvrais. Je garde un souvenir aigu de plusieurs livres, notamment Jane Eyre, de Charlotte Brontë, qui m’a beaucoup marquée… et dont nous reparlerons bientôt, puisque je suis en train de travailler dessus.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Il est toujours délicat de répondre à cette question, tant il est vrai que l’inspiration est le bonheur en cinq lettresun souffle mystérieux qui rode dans les méandres de l’esprit sans qu’on puisse le définir et l’attraper. Ce qui m’importe, c’est d’explorer des univers, de donner une couleur positive à la vie. À partir d’une situation difficile, de comprendre comment les personnages parviendront à s’en sortir – s’ils s’en sortent. J’aime varier les mondes, passer du contemporain au roman historique, du court au long, du suspense au psychologique… Assise à ma table de travail, je voyage chaque jour dans un univers différent : quelle richesse, quelles découvertes !

Le bonheur en cinq lettres, Le bonheur en cinq mensonges,… Pourquoi le nombre cinq est-il aussi important dans la série des aventures de Chloé, cette jeune fille si attachante ?
Le chiffre cinq symbolise le centre, l’harmonie et l’équilibre. Tout est là : que Chloé parvienne enfin à une vie harmonieuse, Les aventures de Chloé étaient conçues pour exister en cinq volumes. Cinq volumes à travers lesquels Chloé grandit, mûrit, découvre et explore la vie. Dans le dernier volume, il était prévu que Chloé soit maman d’une jeune fille de quinze ans, l’âge qu’elle-même avait au début du Bonheur en cinq lettres. Ainsi, la boucle était bouclée, l’équilibre était en place. Les deux premiers tomes sont parus… mais la maison d’édition a décidé d’arrêter la totalité de ses publications jeunesse, pour des raisons financières. À l’heure actuelle, la suite des aventures de Chloé est dans mes tiroirs. Je ne sais pas encore ce qu’elles vont devenir.

le bonheur en cinq mensongesQuel regard portez-vous sur la littérature jeunesse actuelle, et particulièrement les romans ?
Je lis beaucoup de romans actuels, en particulier dans le secteur young adults comme on dit. Il y a beaucoup d’excellentes choses. Ce que j’aime dans la littérature jeunesse, c’est qu’elle est très ouverte (pourvu qu’elle continue à le rester !). On peut aborder des sujets très divers, s’exprimer dans des styles variés. Malheureusement, il est vrai aussi que le pire côtoie le meilleur. Je regrette cependant que les livres soient positionnés dans des collections si étanches les unes avec les autres. On catégorise, on découpe en segments, en tranches d’âge. C’est parfois très réducteur. Pour moi, un bon livre n’est pas « destiné » à un public plutôt qu’à un autre : s’il est suffisamment riche, il plaira à tous, et chacun y trouvera son compte, à son niveau.

Quels sont vos projets ?
Il y en a beaucoup, j’ai de la chance. Cette année, on dirait que tous les éditeurs se sont donné le mot pour sortir mes livres en avril 2014. Il y aura ainsi Disparition inquiétante chez Oskar, un polar à deux voix où il est question de top-modèle, d’enlèvement et de voyage exotique. Chez Nathan, La Nuit des Quintanelles, une histoire d’amour et de révolte sur fond de guerre entre protestants et catholiques. Et enfin, chez Rageot, le début de la série Bienvenue au Cast, aux portes du rêve et du show-biz, un voyage sous les projecteurs ! Pour les projets suivants : la suite de Bienvenue au Cast, bien sûr, et d’autres romans encore top-secrets, qui me donnent beaucoup de travail mais aussi énormément de plaisir ! Je n’ai pas le temps de m’ennuyer, et c’est tant mieux…

Bibliographie récente :

  • Génétik, la planète modifiée, avec Sylvie Baussier, Gulf Stream (2014)
  • Touristoc, la planète aux vacances, avec Sylvie Baussier, Gulf Stream (2014)
  • Les couleurs de la liberté, avec Sylvie Baussier, Oskar (2014)
  • Je ne te le pardonnerai jamais, Oskar (2014)
  • Bienvenue au Cast, tome 1, Rageot (2014)
  • Le bonheur en cinq lettres, L’archipel (2013).
  • Le bonheur en cinq mensonges, L’archipel (2013).
  • A la mer, Belin (2013)
  • Kipu, la planète aux ordures, avec Sylvie Baussier, Gulf Stream (2013)
  • Liquidia, la planète océan, avec Sylvie Baussier, Gulf Stream (2013)
  • Bitumia, la planète aux voitures, avec Sylvie Baussier, Gulf Stream (2013)
  • Le mystérieux trésor de Barbe-Noire, Oskar (2013)
  • Les nombres dans les expression françaises, Oskar (2013)
  • Tu n’es pas celle que tu crois, Rageot (2013)

À paraître :

  • Disparition inquiétante, Oskar (2014)
  • La nuit des quintanelles, Nathan, (2014)


Parlez-moi de… Autobiographie d’une courgette

Régulièrement, on revient sur un livre qu’on a aimé avec son auteur, éventuellement son illustrateur et son éditeur. L’occasion d’en savoir un peu plus sur un livre qui nous a plu. Cette fois-ci, c’est sur Autobiographie d’une courgette (chroniqué ici), de Gilles Paris que j’ai eu envie de revenir.

Photo Gilles Paris 1 -® David Ignaszewski-koboy

Gilles Paris ® David Ignaszewski-koboy

Autobiographie d’une Courgette, est adaptée d’une nouvelle que j’ai écrite vers l’âge de quatorze ou quinze ans, Icare et Camille, et qui sommeillait dans un carton. Après avoir publié Papa et maman sont morts aux éditions du Seuil (collection Point-Virgule), j’ai eu envie d’écrire un roman adulte Les amis de Paul qui m’a été refusé par de nombreux éditeurs. Cela m’a perturbé, et je pensais ne plus écrire. C’est le hasard qui m’a fait ouvrir ce carton, après un déménagement. En relisant Icare et Camille qui abordait le thème des maisons d’accueil d’une manière très succincte, j’ai eu l’envie soudaine d’en savoir davantage. J’ai rencontré aussitôt un juge pour enfant qui m’a dirigé vers la Fondation Cognacq-Jay. Et je me suis retrouvé un samedi aux Pressoirs du Roy, que j’ai baptisé Les Fontaines dans le roman. Une maison d’accueil, certes, mais hors norme. Un château magnifique, avec une rivière, un cadre presque enchanteur. J’ai tout de suite pensé, à tort, « comme ils doivent avoir de la chance de vivre là, ces enfants ». Puis je suis revenu régulièrement, j’ai rencontré ces mômes, les éducateurs, la psychologue, la directrice, et même le professeur qui me recevait dans son école, où je me retrouvais au dernier rang, grand benêt, parmi les enfants que cela faisait beaucoup rire. J’ai compris peu à peu que ce château était pour eux une prison, et qu’ils préféraient rentrer chez eux le week-end, quand ils le pouvaient, même si leurs parents se criaient dessus, ou pire encore, parce que c’était tout simplement chez eux. Il a fallu du temps pour qu’on s’apprivoise les uns, les autres. Pensez-vous, un écrivain qui a décidé d’écrire un roman à partir d’une nouvelle et qui, lui, a eu une enfance plutôt heureuse. Mais mes nombreux séjours m’ont aidé à les apprivoiser comme Le Renard et le Petit Prince. J’ai compris aussi qu’ils étaient des enfants comme les autres, et qu’ils cherchaient à se fondre dans la masse. Surtout pas à être montrés du doigt. Je les ai écoutés, observés, au quotidien, à la piscine, sur le terrain de foot, à la cuisine. J’ai fini par être presque invisible et encore mieux, je sentais dans leurs regards à tous, enfants, éducateurs, psychologue et directrice, que je n’étais pas un si mauvais bougre et que je savais écouter et comprendre. Je prenais des notes, je gardais des sensations, des moments précis dans ma mémoire. Je n’ai pris aucune photo. Je n’ai pas raconté l’histoire de ces enfants-là dans mon roman Autobiographie d’une Courgette. Elles sont toutes inventées. N’est-ce pas la plus belle chose qui soit : inventer ? Je leur dois tant, à tous. Sans eux la nouvelle Icare et Camille serait restée dans un carton, et je n’aurais pas écrit Autobiographie d’une Courgette en une courte année. Quand je l’ai rendu à mon éditeur (Plon), j’étais loin de m’imaginer ce que ce petit livre deviendrait. Une si belle aventure qui ne s’arrête plus. Au printemps 2015 sortira sur les grands écrans un film d’animation, adaptée du roman. Je ne m’en remets toujours pas. Il a eu des traductions, un joli téléfilm réalisé par Luc Béraud, une version pour les écoles de France (Flammarion 2013 – collection Etonnantiss!mes). Et tout cela grâce à une nouvelle qui aurait pu rester au fond d’un carton. La vie, décidément, est pleine de surprises.

autobiographie d'une courgetteAutobiographie d’une courgette
de Gilles Paris
Sorti chez Flammarion
2013
Chroniqué ici.

You Might Also Like

Adolescentes

Par 7 décembre 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on retrouve Chloé et on découvre Laure, deux adolescentes attachantes !

le bonheur en cinq mensongesAutant vous le dire tout de suite, j’avais adoré Le bonheur en cinq lettres, et j’ai de nouveau eu le coup de cœur pour la suite des aventures de Chloé, Le bonheur en cinq mensonges. Dans le premier tome, Chloé devait faire le deuil de sa maman, de façon plutôt originale. On la retrouve cinq ans plus tard. Elle a 20 ans et un petit ami, mais toujours pas d’idée sur la forme que prendra sa vie. Tout n’est pas réglé… Elle découvre le monde des adultes, et peine  un peu à trouver sa place. Pourquoi les parents de Benjamin ne veulent-ils pas la rencontrer ? Peut-elle tout accepter de la part de Marjolaine, même si c’est sa meilleure amie ? Ce sont encore beaucoup de questions pour une seule file !

Quel plaisir de retrouver Chloé et la plume de Pascale Perrier ! Toujours ce subtil mélange entre éléments simples du quotidien auxquels tout le monde est confronté, et événements un peu plus improbables qui viennent pimenter l’histoire ! Les personnages sont drôlement bien campés, et très vivants. On s’attache, on les suit, on les retrouve, et même si on n’a pas lu le premier tome, je pense qu’on peut tout à fait prendre du plaisir avec cette histoire. Amour, amitié, relations familiales compliquées, on parle de sujets proches des lecteurs. J’ai souri franchement, été émue souvent et il me tarde de découvrir la suite !

coup de talon

Autre fille, autre histoire. Laure a subi une agression dans le métro : insultes, humiliation, et même gestes déplacés. Sa sœur Lucie a assisté à la scène. Mais Laure, honteuse, lui a fait promettre de ne rien dire. le silence s’installe, l’adolescente se replie sur elle progressivement, et pour Lucie, le poids du secret est lourd à porter…

Comment aider Laure ? Est-il possible de garder pour soi de tels événements ? Sylvie Deshors aborde un sujet délicat, mais néanmoins important, et je trouve qu’encore une fois, le livre est un formidable support. On n’est pas obligé d’être concerné pour apprécier cette histoire d’ailleurs : on y trouve aussi une belle histoire d’amitié entre sœurs, une réflexion sur les relations filles-garçons à l’adolescence et une jolie leçon de vie. On se retrouve dans les questionnements de Lucie, et on imagine très bien le malaise de Laure… Un roman court mais percutant pour traiter d’un sujet difficile !

Quelques pas de plus…
Retrouvez la chronique de Le bonheur en cinq lettres, premier tome de la série de Pascale Perrier.

Le bonheur en cinq mensonges
de Pascale Perrier
Archipel
15,95 €, 140 x 210 mm, 183 pages, imprimé en France, 2013
Coup de talon
de Sylvie Deshors
Talents Hauts
7,00 €, 124 x 190 mm, 96 pages, imprimé en France, 2013

A part ça ?

Le musée d’Art Ludique a ouvert à Paris le 16 Novembre ! Un nouveau lieu à découvrir !

Marianne

You Might Also Like

Secured By miniOrange