La mare aux mots
Parcourir le tag

Prince charmant

Amis mots et mots charmants

Par 8 juillet 2019 Livres Jeunesse

Voici deux livres ingénieux pour jouer avec les mots. Aussi drôles qu’astucieux, ils plairont autant aux enfants qu’aux adultes, parce que rien n’est plus agréable que de prendre un peu de liberté avec les mots et de s’amuser avec !

Amimots
d’Alis, Raphaële Enjary et Olivier Philipponneau
Albin Michel Jeunesse dans la collection Trapèze
14 €, 160×160 mm, 38 pages, imprimé en Chine, 2019.
La Face cachée du Prince charmant
Texte de Guillaume Guéraud, illustré par Henri Meunier
Le Rouergue
15 €, 170×220 mm, 36 pages, imprimé au Portugal, 2019.

You Might Also Like

Des histoires farfelues lues par épisodes

Par 28 février 2014 Livres Jeunesse

Les livres du jour ont deux points communs. Tout d’abord, ils nous content des histoires farfelues, voire complètement déjantées, ensuite ce sont des livres qui se présentent comme des romans (et donc qui s’adressent aux bons lecteurs) que j’ai lus par épisode à ma fille de cinq ans. Je vous en avais parlé, depuis l’édito de la belle version de Matilda sortie l’année dernière chez Gallimard, j’ai eu envie, comme le racontait Jean-Claude Mourlevat de lire de plus longues histoires à ma fille par morceau. Ça la passionne, elle est pressée de savoir la suite, et je trouve que c’est un très bon moment à partager ensemble. Le peu d’illustration fait qu’elle peut écouter, allongée, sans trop bouger au moment du coucher. Ces livres peuvent donc être lus par de jeunes lecteurs (voire même par des moins jeunes) ou, comme moi, vous pouvez les lire à des enfants qui ne lisent pas seuls (et même à des enfants qui lisent déjà seuls d’ailleurs !).

On commence par un grand classique

Les contes bleus du chat perchéDans la ferme de Delphine et Marinette, la vie n’est pas de tout repos. Pensez donc ! Le canard part découvrir le monde et revient avec une panthère, un loup profite de l’absence des parents pour venir jouer avec les petites filles, un cerf pourchassé par des chasseurs vient s’y réfugier et remplace un bœuf, en jouant à L’arche de Noé une poule se voit transformée en éléphant, un jars vole la balle des fillettes, Delphine et Marinette se réveillent un matin cheval et âne, un mouton devient la monture d’un soldat et des cygnes veulent adopter les petites filles. Quand je vous disais que la vie n’était pas de tout repos dans la ferme de Delphine et Marinette…

Voilà encore un classique, Les contes bleus du chat perché de Marcel Aymé, que je découvre à 36 ans passés. Là encore, je les ai lus par épisode à ma fille et malgré un français soutenu (j’ai moi-même dû chercher des mots dans le dictionnaire à plusieurs reprises), elle a adoré les péripéties de ces deux petites filles plus ou moins sages. C’est quand même souvent parce qu’elles désobéissent aux parents que des soucis leur arrivent… mais les parents sont aussi souvent responsables de leurs tracas (faut dire qu’ils sont quand même assez détestables !). Les personnages, qu’ils soient humains ou animaux, sont savoureux. On rit beaucoup, mais il y a aussi de bonnes intrigues. Bref, si comme moi vous étiez passé à côté de ce monument je vous le conseille fortement (surtout que l’édition Bibliothèque Gallimard Jeunesse est magnifique et qu’il est préfacé par François Morel) et si le connaissiez déjà… de le faire découvrir à vos enfants !

Mon Papi et Moi, Et Mamie CochonUne petite fille qui passe ses vacances chez un papi très original. Un papi pris d’une frénésie de crêpe, qui adore sauter par-dessus le fleuve ou manger des gaufres au caramel. Un papi qui va tout faire pour avoir une médaille, qui fait des concours de poisson d’avril et qui laisse des trésors pour quand il sera mort. Mais surtout un papi qui a chez lui un cochon qui s’appelle Mamie.

Douze histoires très originales, parfois complètement déjantées d’un papi farfelu et de sa petite fille (parfois, on se demande si le papi n’est pas plus « enfant » que sa petite fille). On rit beaucoup à la lecture de leurs aventures et même si l’ouvrage est conseillé à partir de 8 ans par l’éditeur, ma fille a adoré écouter ces histoires, attendant chaque fois la suite avec impatience (et me suppliant d’en lire une autre). Des histoires pleines de non-sens comme j’aime, dans lesquelles une petite fille peut rêver d’être un rhinocéros plus tard ou un grand-père peut décréter le jour des objets (et ce jour-là tout prend du temps, car on s’excuse, auprès des objets, de les utiliser…). Un régal !

Chevaliers et princesses avec gigotUn prince avait pris un peu de repos au pied d’un chêne, dans son sac de couchage. Seulement voilà, à son réveil impossible de trouver ses chaussettes ! Il lui fallait pourtant aller sauver une princesse et tuer un dragon ! Alors bon… sauver une princesse pieds nus… c’est pas terrible, valait mieux commencer par le dragon ! Dans une forêt, la nourriture que chacun mangeait est basée sur la première lettre de ce qu’il était. Ainsi une fée mangeait des figues et du fromage, le hérisson du houx (d’où ses piquants) et le bûcheron du bois ! Seulement le géant lui en avait assez de manger du gigot et du gibier… Dans un pays vivait une princesse nulle. Mais pas genre pas très adroite, non non vraiment nulle ! Elle était du genre à tomber de selle quand elle était à cheval, mettre sa robe sur le mauvais programme dans la machine à laver (ce qui l’abîmait) ou à manger son steak avec des couverts à poisson ! Ses parents exaspérés lui demandèrent de partir à la recherche d’un prince. Ça tombait bien, dans le pays d’à côté un prince était endormi attendant qu’on le réveille.

Gros coup de cœur pour ces trois histoires de Christian Oster (toutes précédemment sorties dans la collection Mouche). Je ne connaissais pas du tout et ma fille et moi avons adoré. Moi j’ai pris énormément de plaisir à lire ses histoires complètement farfelues et ma fille a beaucoup ri à les écouter. Ça part dans tous les sens, c’est bourré de références, les princesses réveillent des princes, des Lapons sont pris pour des lapins et les lutins pour des sandwiches ! Trois histoires à l’humour décalé, aussi drôles pour les enfants que pour les parents.

La méchante sorcière fait la fêteDans la forêt on joue au lancer de marrons, on patine sur le lac gelé, on fait la fête, on mène l’enquête pour savoir qui transforme la forêt en emmenthal (ben oui pas en gruyère, y’a pas de trous dans le gruyère !), on rigole bien grâce à de la poudre orange… On se chamaille un peu, mais on s’aime beaucoup.

Quel bonheur de retrouver le hibou poète, le hérisson boudeur, le lièvre, le merle et surtout la méchante sorcière (pas si méchante) d’Hanna Kraan et Annemarie van Haeringen ! Je vous avais déjà parlé du premier tome, Qui a peur de la méchante sorcière ?, que nous avions adoré, nous avons pris autant de plaisir à lire ces dix nouvelles aventures. C’est vraiment drôle, bien écrit, plein de malice, bref on est fan ! Vivement la suite (qui sortira cette année).

Quelques pas de plus…
Un autre livre que j’avais lu par épisode à ma fille : Pinocchio.

Nous avons déjà chroniqué des livres de Christian Oster (L’invitation faite au loup), Pascal Lemaître (Tout le monde fait caca !), Audrey Poussier (Au lit tout le monde !), Delphine Perret (Il était mille fois, Moi, le loup et la cabane et Moi, le loup et les vacances avec pépé) et Hanna Kraan et Annemarie van Haeringen (Qui a peur de la méchante sorcière). Retrouvez aussi notre interview de Delphine Perret.

Les contes bleus du chat perché
Textes de Marcel Aymé, illustrés par Nathalie Parain
Gallimard Jeunesse dans la collection Bibliothèque Gallimard Jeunesse
15,90 €, 150×200 mm, 197 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Mon papi et moi, et Mamie Cochon
Textes de Marjolijn Hof (traduit par Emmanuèle Sandron), illustré par Judith Ten Bosh
Flammarion dans la collection Castor Poche
6,60 €, 134×180 mm, 155 pages, imprimé en France, 2013.
Chevaliers et princesses avec gigot
Textes de Christian Oster, illustrés par Pascal Lemaître, Audrey Poussier et Delphine Perret
L’école des loisirs
15 €, 153×230 mm, 143 pages, imprimé en France, 2013.
La méchante sorcière fait la fête
Texte d’Hanna Kraan (traduit par Anne-Lucie Voorhoeve), illustré par Annemarie van Haeringen
Syros
14 €, 152×219 mm, 118 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013 (édition originale 2005, première édition française 2010)

À part ça ?

L’amour expliqué par des tout petits, une vidéo des Maternelles.

Gabriel

You Might Also Like

Une princesse anti-prince charmant et dompteuse de dragons

Par 2 août 2012 Livres Jeunesse

Clémentine est une princesse… pas ordinaire. Elle adore faire des farces et elle déteste les nunucheries des autres princesses et surtout elle a horreur des princes charmants. Ses parents pour corriger tout ça décident de l’envoyer à l’école des princesses pour lui apprendre les bonnes manières. Mais les écoles où on ne mange que de la salade pour garder sa ligne, où on apprend à coudre et à plaire aux princes charmants… ce n’est vraiment pas son truc ! Heureusement qu’en douce Cabriole, le bouffon de son père, l’a suivi et l’aide à mettre du piment dans cette nouvelle vie.

Revoilà Clémentine et Cabriole. Ce coup-ci ils vont devoir échapper à des dragons, à un prince charmant amoureux (comme Clémentine les déteste) et à une magicienne… Heureusement ils savent se débrouiller pour s’en sortir, mais ils vont vivre des aventures pas reposantes avec transformation en crapaud pour Cabriole notamment… heureusement il y aura aussi des baisers !

Deux petits romans pour les jeunes lecteurs (à partir de 8 ans d’après l’éditeur) plutôt originaux. On sort donc ici du cliché de la princesse soumise, du prince charmant forcément irrésistible. Clémentine est une peste comme on les aime, avec son caractère bien trempé (enfin c’est le genre de personnage qu’on préfère voir dans un livre qu’avoir pour fille…). Après ce n’est pas de la grande littérature, ça m’a fait pensé à des dessins animés (je vois très bien ça adapté à la télé) ou à des petites histoires pour des revues, mais ça fait du bien de trouver, comme ça, des personnages hors normes. Et le style très simple va forcément plaire aux jeunes lecteurs. C’est plein d’humour, de rebondissements, de clins d’œil aux contes de fées, bref deux petits romans très sympa.

La princesse qui détestait les princes charmants
de Paul Thiès, illustré par Philippe Diemunsch
Castor Poche
5,60€, 135x180mm, 98 pages, imprimé en Espagne.
La princesse qui domptait les dragons
de Paul Thiès, illustré par Philippe Diemunsch
Castor Poche
5,60€, 135x180mm, 128 pages, imprimé en Espagne.

 A part ça ?

Juillet c’est fini et donc il est temps de vous donner nos coups de cœur album du mois ! Marianne a choisi Aliénor et le trésor dérobé de Nancy Guilbert illustré par Elodie Fraysse et moi L’épouvantail qui voulait voyager de Hubert Ben Kemoun, illustré par Hervé Le Goff. Retrouvez nos coups de cœur des mois précédents sur le blog et sur Facebook (ici pour les albums et pour les romans).

Gabriel

You Might Also Like

Fées et princesses

Par 8 avril 2012 Livres Jeunesse

Aimez-vous les histoires de fées et de princesses ? On peut en trouver de belles, pas mièvres, loin de l’imagerie princesses Disney.

Une jeune fille qui vit enfermée dans une tour et dont les cheveux très longs servent d’échelle à sa geôlière, une fée qui récompense la gentillesse d’une jeune fille puis punit la méchanceté de sa sœur, une princesse qui refuse d’accomplir sa promesse en embrassant un crapaud qui lui a pourtant rendu un grand service, une autre qui, par la volonté d’une méchante fée, aura un destin effroyable si elle voit la lumière du jour avant ses 15 ans,… On retrouve ici douze très beaux contes, certains connus d’autres beaucoup moins venus d’un peu partout (Ardennes, Perse, Grande-Bretagne,…) venant même parfois d’auteurs connus (les frères Grimm, Charles Perrault,…) ou de la grand-mère de l’auteure ! Ce recueil est un vrai régal et on le doit à Gudule, que j’aime beaucoup. Ces histoires enchanteront les soirées de vos enfants et vous prendrez, vous même, beaucoup de plaisir à leur lire j’en suis certain. Je vous avais déjà parlé d’un livre de la collection Contes et Légendes chez Nathan également écrit par Gudule, Les amoureux légendaires. Cette collection est une valeur sûre !

Gründ a sorti plusieurs livres dans la collection Histoires du soir, dont un Magie et contes de fées. Ici ce sont 52 histoires qui sont rassemblées ! Alors même si je préfère la plume de Gudule à celle de… tiens oui de qui d’ailleurs ? Le livre n’est pas signé… Donc même si j’ai préféré l’écriture de Gudule à celle de ce livre, ici on a de quoi faire ! On sait qu’on aura des histoires à raconter pour longtemps et elles sont belles. Souvent de vieux contes peu connus ou des contes du monde qu’on n’a pas l’habitude de lire ici, on est content de trouver de tels livres. Ce sont vraiment des bibles de contes ! Sur plus de 450 pages on retrouve donc des fées, des sorcières, des princesses africaines, des dragons,… Les histoires ne sont jamais mièvres, jamais édulcorées façon Disney. Niveau illustrations y’a du très bon (Laura Guéry qu’on aime beaucoup ici, Céline Puthier que je découvre,…) et du franchement moins bon… Un livre indispensable pour ceux qui veulent raconter une belle histoire différente chaque soir à leurs enfants, en prenant eux même du plaisir à les lire.

21 histoires de princesses, de fées, de lutins… chez Lito me pose quelques soucis… Je trouve la couverture et l’aspect général du livre très beaux (d’ailleurs le dessin est signé Sophie Lebot que j’adore), je le trouve pratique (les histoires sont accompagnées de logo indiquant le temps de lecture, un autre logo indique si ce sont des histoires de princes et princesses, de fées, sorcières et lutins, de trolls et dragons ou de chevaliers et dragons), je trouve que les histoires sont modernes, changent carrément de ce qu’on voit d’habitude (on y croise des dragons qui ne veulent pas faire peur, une fée qui n’a pas de papa, un troll très poli,…), certaines illustrations sont vraiment très belles (Sophie Lebot donc mais aussi Cécile Hudrisier, Chiaki Miyamoto,…),… mais il y a un mais… sur les 21 histoires il y en a plusieurs qui sont franchement assez mauvaises pour ne pas dire douteuses… Par exemple dans une histoire un petit garçon fait des bêtises parce qu’une fée qui vit dans sa poche l’oblige à les faire. Jusqu’au jour où sa maman lui met une fessée ce qui écrase la fée… et le petit garçon devient sage (moralité rien de tel qu’une fessée pour qu’un enfant ne fasse plus de bêtises ?). Dans une autre des petites ogresses vont retrouver leur taille de guêpe grâce à de la crème amincissante… (je ne suis pas sûr que j’ai envie de dire à ma fille que c’est la solution pour maigrir…). Et plusieurs histoires comme ça. Elles ne sont pas majoritaires dans le recueil mais elles y sont… C’est assez dommage car ça fait de l’ombre au reste… Certaines histoires sont anti-sexistes, magnifiquement bien écrites. Alors le recueil est tellement beau qu’on oubliera peut-être ces petits défauts…

On quitte les recueils pour parler d’un livre que j’adore. Je l’ai dans ma bibliothèque depuis des années, bien avant la naissance de ma fille. Connaissez-vous l’histoire des fées de Cottingley ? En 1917 des petites filles ont pris des fées en photo, Arthur Conan Doyle a tenté de démasquer la supercherie… en vain (si vous cherchez sur internet vous retrouverez plusieurs articles sur le sujet, un très beau film a aussi été fait Le mystère des fées). Terry Jones (membre bien connu des Monty Python) a décidé de publier le journal d’une des petites filles. Elle y explique comment elle a pris les fées en photo et surtout elle y collectionne des fées séchées. Le principe est simple, dès qu’une fée se pose dans son journal SLAP ! elle le ferme d’un coup, on retrouve donc ici plein de fées écrasées au fil des pages (et aussi quelques gobelins). Au fur et à mesure du livre la petite fille grandit, son écriture s’affirme, ses textes sont de mieux en mieux écrits et de plus en plus long. Ses histoires de petites filles deviennent aussi des histoires de femmes (parfois un peu grivoises). C’est une pure merveille, surtout sur le plan esthétique. Malheureusement il n’est plus édité mais peut-être le trouverez vous chez un libraire qui l’a en stock ou d’occasion.

Et si on jouait avec les fées ? C’est ce que nous propose Mon premier livre des fées aux éditions Usborne. Au programme jeux d’observation et jeux de dénombrement dans le même principe que la collection 1001 choses à retrouver dont je vous ai déjà parlé sauf qu’ici le format est plus petit (16 sur 19 cm) et les pages en carton épais (donc manipulables par les tout petits). On apprend aussi la vie des fées, du lever du soleil jusqu’au clair de la lune. Si vous adorez les histoires de fées, c’est un petit livre idéal pour initier les plus petits.

Pour rester dans le jeu… Je colorie… Les fées toujours chez Usborne. Un joli petit album à colorier avec en prime une petite centaine d’autocollants pour les habiller. Sur chaque double page une petite phrase accompagne le dessin. Plutôt mignon !

Si vous aimez les beaux livres sur les fées, je vous conseille d’aller faire un tour sur le site de l’éditeur Au Bord des Continents qui fait des livres absolument fabuleux : http://www.au-bord-des-continents.com

Fées et princesses
de Gudule
Éditions Nathan dans la collection Contes et légendes
7,50€
Magie et contes de fées
de Collectif
Éditions Gründ dans la collection Histoires du soir
10,09€
21 histoires de princesses, de fées, de lutins…
de Collectif
Éditions Lito
10,00€
Le livre des fées séchées de Lady Cottington
de Terry Jones et Brian Froud
Éditions Glénat dans la collection Le Labyrinthe
Plus édité
Mon premier livre des fées
de Susanna Davidson et Raffaella Ligi
Éditions Usborne
5€60
Je colorie… Les fées
de Kelly Cotrell et Rebecca Finn
Éditions Usborne
4,50€

———————————————————————————————————————

A part ça ?

Depuis hier vous avez pu remarquer que chaque présentation de livre est suivie d’un « Achetez-le ici * ou chez votre libraire habituel ». En effet, nous avons décidé d’établir un partenariat avec Le rat conteur, plus d’info ici.

Gabriel

You Might Also Like

«Alphonse descends de ton cheval, y’a du linge à étendre»

Par 20 octobre 2011 Livres Jeunesse

Quand on a un blog sur la culture jeunesse (en tout cas moi je fais comme ça) on fouine, on farfouille, on furète, on va dans les librairies, les bibliothèques, sur internet, on se dit régulièrement «oh c’est chouette ça» (il faut être franc la production actuelle est quand même de bonne qualité), on se dit de temps en temps «oh mon dieu ça c’est moche» (ah ben oui il y a aussi encore hélas des trucs très moches!), parfois on a des vrais coups de cœur (mes derniers Mon tout premier livre en noir et blanc en promenade, L’arpenteurLa princesse orgueilleuse, Fragment d’épopée touareg,…) et parfois, mais c’est très rare, très très rare on a carrément un coup de foudre. Et là, déjà, on veut en parler absolument, tout de suite, faire connaitre ce livre à tout prix en regrettant de ne pas être journaliste dans un média lu par des millions de personnes, en ayant peur qu’il soit noyé dans la masse des livres chroniqués, qu’il ne sorte pas du lot…

Hier j’ai eu un coup de foudre… j’étais tranquillement avec ma fille, sur le canapé (c’était mercredi, on en profite pour lire un peu tous les deux…) j’ai ouvert Léontine, princesse en salopette pour le lui lire… Auteur : Séverine Vidal… je ne connais pas… Illustré par Soufie… je ne connais pas et c’est sorti chez «Les p’tits bérets»… connais pas! Autant dire donc que je pars «neutre»! et au fur de ma lecture je tombe amoureux.

Déjà les illustrations sont franchement super jolies (parenthèse : un truc fou, je fais une recherche au moment où j’écris ces lignes sur le blog de l’illustratrice et je vois que c’est son premier livre… dingue…), j’adore le style, j’adore sa technique. Donc visuellement, très beau (tant l’objet que les illustrations). Mais le texte… Alors là mes amis… Cette Léontine, princesse qui se rebelle contre les garçons qui font des bisous sans demander la permission, les vêtements de princesses ridicules et surtout surtout surtout les princes qui font défiler les princesses devant eux pour choisir leur épouse («vous en avez déjà vu, vous, une princesse qui fait défiler les jolis princes en collants pour choisir le plus musclé?») ben moi je l’adore! Voilà le livre que j’ai envie d’offrir à toutes les petites filles (pour qu’elles comprennent que le prince charmant est un idiot) et à tous les petits garçons (pour qu’ils comprennent qu’une fille ne doit pas être à leur pieds). Voilà un livre génial, qui sous son texte drôle et ses jolis dessins a un vrai discours militant mais pas genre prise de tête ou moralisateur. Un vrai anti-conte de fée un peu comme le fait Nadja. Voilà un livre que je vous conseille plus que tout. Noël approche, offrez le partout autour de vous.

Allez tous avec moi «ALPHONSE DESCENDS DE TON CHEVAL Y’A DU LINGE A ÉTENDRE»

Merci 1000 fois aux auteurs et à l’éditeur d’avoir fait ce livre, merci à eux qui font avancer les choses (quand tant d’autres livres ne contiennent que des stéréotypes éculés de la famille avec papa qui bosse, maman qui est au foyer, un petit garçon, une petite fille et un chien).

Léontine, princesse en salopette de Séverine Vidal et Soufie.
aux éditions Les P’tits Bérets
12€90
Public : A leur lire / lecteurs débutants / Lecteurs confirmés

Gabriel

———————————————————————————————————————

Et à part ça?

Je vais rester dans la même thématique, mais c’est vraiment un sujet qui me touche et m’intéresse. Marianne, chroniqueuse sur La mare aux mots si vous suivez, m’a conseillé un livret que j’ai commencé à parcourir et qui est passionnant «Littérature jeunesse non sexiste», il est téléchargeable ici. On y conseille beaucoup de livres dont nous avions déjà parlé sur le forum sur le topic Sexisme/Différence garçon fille et dans celui sur Le sexisme dès l’enfance. Et sinon, rien à voir avec la mare aux mots, mais hier j’ai participé à l’émission Service Public et justement j’ai pas mal parlé sexisme, c’est réécoutable ici (c’est à 16 minutes du début).

You Might Also Like

Secured By miniOrange