La mare aux mots
Parcourir le tag

Pronto

Des copains poilus

Par 31 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente de drôles de copains, des copains poilus !

Mon lapin patate
de Christine Roussey
De La Martinière Jeunesse
11,90 €, 200×275 mm, 32 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
Son chat-chat à sa Chouchoute
Texte d’Agnès de Lestrade, illustré par Clothilde Delacroix
Sarbacane
14,50 €, 260×210 mm, 48 pages, imprimé en France, 2017.
Poto le chien
d’Andrée Prigent
Didier Jeunesse
13,10 €, 204×255 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Gros ours ?
de Lisa Blumen
Kilowatt
13,70 €, 198×268 mm, 32 pages, imprimé en Pologne, 2017.
Le grand livre des animaux
de Pronto
De La Martinière Jeunesse
14,90 €, 230×360 mm, 36 pages, imprimé au Portugal, 2017.
Dis, où tu habites ?
Textes de Françoise de Guibert, illustrés par Clémence Pollet
De La Martinière Jeunesse
12,90 €, 197×209 mm, 90 pages, imprimé en France, 2017.

You Might Also Like

Enquêtes en série…

Par 7 avril 2016 Livres Jeunesse

Quoi de plus prenant que de reconstituer une énigme et de trouver le fin mot de l’histoire ? Aujourd’hui, on se met dans la peau de Sherlock Holmes avec deux livres qui nous proposent de sortir notre loupe et d’agiter nos neurones.

Attrapez-le
de Pronto
La Martinière jeunesse
 14,90 €, 310×250 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2016.
Les aventures rocambolesques de l’oncle Migrelin
d’Elzbieta
Le Rouergue
8 €, 190×140 mm, 60 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Des encyclopédies décalées

Par 14 mars 2015 Livres Jeunesse

Mon Superlivre des contrairesMon Superlivre des contraires se présente comme un grand imagier en apparence assez classique qui aborde les différences entre le vrai et le faux, le doux et le dur, le chaud et le froid… Les doubles pages foisonnent d’images hautes en couleur et d’expressions assez savoureuses. Le « faux » est par exemple représenté, entre autres, par une serviette en « similicuir » et le « chaud » par « le regard de braise » d’un séducteur. Le vocabulaire est très riche et varié et permet à l’enfant de piocher dans cette vaste étendue de mots de la langue française.
Les éditions Casterman ont lancé cette nouvelle collection de livres pour les jeunes enfants à la croisée entre le documentaire, le manuel d’éducation et l’imagier. Ces « superlivres », écrits par Elisabeth Brami et illustrés par Marie Paruit, sont des albums grand format très colorés qui cherchent à donner les clefs (et les mots) pour aborder des grandes notions. Le pari est tenu avec cet album : les expressions choisies sont peu rencontrées dans les livres pour la jeunesse, et les illustrations les mettent joliment en valeur. Plus qu’un imagier, il s’agit d’un véritable petit guide des expressions françaises destiné à de jeunes lecteurs qui ont déjà un bon vocabulaire, et un certain sens de l’humour !

Mon Superlivre de la politesseMon superlivre de la politesse expose quant à lui différentes scènes de la vie quotidienne d’un enfant (le repas, la sortie de l’école, les jeux au square…). Elles donnent l’occasion de comparer le comportement de Miss ou Monsieur Poli et leurs doubles « maléfiques » les Papoli. Naturellement, les enfants polis sont prévenants et calmes tandis que leurs homologues enchaînent insultes et incivilités.
En ouvrant ce second livre de la collection, on s’attend à trouver le même ton léger teinté de second degré. Or, si on est séduit par l’illustration très dynamique et les détails attachants choisis par Marie Paruit, il est plus difficile d’adhérer au message assez moralisateur du texte. Les lecteurs du Dicos des bêtises et autres catastrophes (avec Émile Jadoul, Casterman, 2011), véritable manuel de référence des garnements, peineront à reconnaître la subtilité habituelle d’Elisabeth Brami. L’auteur et psychologue qui comprend si bien les ambivalences dans le tempérament des enfants, comme elle l’exposait dans son « coup de cœur/coup de gueule » publié sur le blog, dresse ici des portraits très tranchés et normatifs. On peut regretter qu’aucun rapprochement ne s’opère au fil des pages entre les Papoli et les Polis. Les premiers collectionnent les méfaits tandis que les autres sont de tels enfants modèles qu’ils en deviennent agaçants.
Ce « superlivre » est un bel ouvrage. L’illustration de Marie Paruit est dans l’air du temps, très graphique et rend la lecture très agréable. Il répond bien au défi de mettre des mots sur les nombreuses situations de la vie d’un enfant mais, plutôt que d’amener l’enfant à se questionner sur les comportements communément admis en société, ils en donnent une vision un peu trop figée. Un ouvrage à lire avec les enfants en les encourageant à débattre sur ces représentations d’adultes.
Les mêmes vus par Maman Baobab et Sous le feuillage

Le grand livre des outilsDans le domaine des encyclopédies décalées, Le grand livre des outils de Pronto et Raphaël Martin est une véritable réussite. Ce grand format, qui fait l’inventaire exhaustif des outils, est un ravissement pour les bricoleurs mais surtout pour les amoureux de la langue française. La scie japonaise, la truelle « langue de chat », le marteau Polka, le rivet pop… même si on ne sait pas fixer une étagère ou planter un clou sans se taper sur les doigts, on se surprend à être fasciné par les noms des 165 outils qui sont minutieusement référencés comme des oiseaux rares. Chaque famille d’outils est accompagnée par une scène imaginée par Pronto pour expliquer une expression courante en français avec humour et second degré : être marteau, enfoncer le clou, en pincer pour quelqu’un, etc.
Nul besoin d’être un pro du bricolage pour apprécier cette encyclopédie très drôle et finement réalisée. Les dessins des outils sont parfaits et très évocateurs, mais c’est bien entendu la page qui leur fait face qui donne tout son pétillant à ce livre. Comme l’évoque Pronto lors d’une interview accordée à la Librairie Mollat, la grande force du livre réside dans son humour sans concession ni censure, très revigorant en ces temps où la liberté d’expression est malmenée.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres d’Élisabeth Brami (Le doudou de Tiloulou, La déclaration des droits des filles, La déclaration des droits des garçons, et Moi j’adore, maman déteste, et vice-versa), et de Marie Paruit (Petit-Paul rentre de l’école, Je fabrique des livres).

Mon superlivre
Texte d’Élisabeth Brami, illustré par Marie Paruit
Casterman dans la collection Mon superlivre.
14,95 €, 247×310 mm, 48 pages, imprimé en Espagne, 2014.
Mon superlivre de la politesse
Texte d’Élisabeth Brami, illustré par Marie Paruit
Casterman dans la collection Mon superlivre.
14,95 €, 247×310 mm, 48 pages, imprimé en Espagne, 2014.
Mon grand livre des outils. Pour joindre l’outil à l’agréable
Texte de Raphaël Martin, illustré par Pronto
De la Martinière
14,90 €, 370×270 mm, 36 pages, imprimé où, 2014.

À part ça ?

Dimanche 15 mars à partir de 11h, la librairie Les Enfants sur le Toit (22, rue Ramey, Paris 18ème) accueillera Murielle Szac et Bruno Doucey qui présenteront en avant-première Le Feuilleton d’Ulysse (Bayard Jeunesse). Ils parleront également de la collection « Ceux qui ont dit non » éditée par Actes Sud Junior qui regroupe des romans historiques sur des personnalités qui incarnent l’esprit de résistance. Cette rencontre sera suivie par une dédicace, vous pouvez donc ressortir les excellents Feuilleton d’Hermès et Feuilleton de Thésée (Bayard Jeunesse, 2006 et 2011), superbes recueils de mythologie grecque destinés aux enfants signés par Murielle Szac.

Laura

You Might Also Like

Et s’ils passaient leur permis de conduire ?

Par 12 janvier 2014 Livres Jeunesse

J’avais déjà chroniqué un livre sur le Code de la route (Mon premier code de la route), voici deux autres ouvrages pour apprendre aux enfants les règles de la circulation routière.

Le grand livre-jeu du permisLe grand livre-jeu du permis, sorti dans la série Kididoc chez Nathan, va faire jouer les enfants ! Trouver ceux qui ne sont pas prudents dans une grande image, tourner un volant dans la direction qu’on veut prendre, tester les connaissances des panneaux, faire circuler des voitures sur le bon itinéraire… grâce à des volets et des animations diverses (il y a même des petites voitures en carton à monter) les enfants vont apprendre non seulement les rudiments du Code de la route, mais également ce qu’il y a dans un camion, pourquoi on paye l’autoroute ou encore à quoi sert l’essence. Un livre complet, ludique, vivant pour connaître les premières notions du Code de la route.
Le même vu par Les mercredis de Julie.

En voiture !En voiture ! Mes premiers pas sur la route est, quant à lui, un coffret. Ici, on va trouver une voiture et des accessoires (panneaux, station essence, plots…) en plastique, un plateau cartonné représentant des rues et un petit livre. Dans ce dernier, on va d’abord suivre l’histoire d’une course dans laquelle il faut bien suivre le Code de la route : ne pas dépasser ses concurrents quand il y a une ligne blanche continue, bien s’arrêter au stop… L’histoire prétexte à expliquer les rudiments du Code de la route est plutôt bien trouvée et ne sent pas l’histoire prétexte, justement. À la fin du livre, on trouve une petite partie documentaire et des jeux sur la signalisation et tout ce qui tourne autour de l’automobile. Avec le plateau et les jouets en plastique, les enfants vont s’amuser à créer des parcours cohérents, en tenant compte du Code de la route. Ici encore, ludique et pédagogique avec une petite histoire en bonus !

Le grand livre-jeu du permis
Texte d’Anne-Sophie Baumann, illustré par Pronto
Nathan dans la collection Kididoc
15,90€, 260×260 mm, 22 pages, imprimé en Chine, 2013.
En voiture ! Mes premiers pas sur la route
Texte de Christelle Huet-Gomez, illustration d’Olivier Latyk
De la Martinière jeunesse
19,90€, 304×217 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013.

A part ça ?

On continue en application ? En route avec Antoine et Zélie : pour découvrir le Code de la route présenté par DéclicKids !

Gabriel

You Might Also Like

Et si, pendant ces vacances, on jouait ?

Par 14 juillet 2013 Jeux, Livres Jeunesse

Je termine aujourd’hui mes chroniques dominicales pour occuper les enfants pendant les vacances (enfin y’aura d’autres petites chroniques sur le sujet cet été certainement), après les cahiers de vacances et d’activités, les autocollants, après les avoir fait dessiner et colorier et  les avoir fait fabriquer de leurs mains, voici donc les livres-jeux et quelques petits jeux.

Où est cachée la maîtresseJe vous avais déjà parlé de la collection Où est caché de chez Casterman, (Où est caché le grand méchant loup et Où est caché le petit chaperon rouge) ici c’est la maîtresse qu’il faut chercher ! Le livre s’adressant aux enfants dès 2 ans (d’après l’éditeur) c’est un très bon moyen d’appréhender l’école. Six grandes planches avec des tas de détails (enfin pas trop non plus, c’est pour les petits) et chaque fois l’enfant devra retrouver la maîtresse et des objets : un carnet de liaison dans la planche où les enfants arrivent à l’école, des ciseaux dans une scène d’activités créatives, une poubelle au réfectoire,… bref en plus de s’amuser à chercher (et aiguiser le sens de l’observation), les enfants vont se familiariser avec les moments clefs d’une journée à l’école. Un livre entièrement cartonné, bien adapté aux petites mains.

Tous différentsOn continue de chercher, mais on complique un peu, avec le très original Tous différents de Céline Claire et Gwenaëlle Doumont. Ici ce sont des scènes dont certaines grouillent de détails, il faudra retrouver des personnages ou des objets que le texte nous décrit… il vaut donc mieux savoir lire (surtout que parfois la réponse se trouve dans le texte, par exemple on doit chercher un garçon nommé Rémi et on le trouvera grâce à un autre enfant appelant l’enfant en question). C’est un des livres avec des choses à chercher les plus originaux que j’ai vu (Où est Charlie semble tout de suite daté à côté !) et c’est plein d’humour. Même les parents peuvent aimer jouer avec cet album. On parle aussi de la différence tout le long du livre : de la couleur de peau au handicap. Enfin le livre propose un jeu à jouer plusieurs (le plus rapide à trouver) et de créer soi-même une scène. Un très bon album jeu !
Des extraits en ligne.

Joue avec MiretteOn continue à chercher mais ce coup-ci à Paris ! C’est Mirette et son chat qui nous font visiter la capitale : la Tour Eiffel, les Tuileries ou encore Beaubourg, ce sont dix grandes planches dans lesquelles il faudra ouvrir l’œil pour retrouver des éléments cachés, mais l’album propose aussi de répondre à des questions sur la Seine, l’Opéra ou sur Quasimodo. Parfois il faut faire preuve de logique et c’est vraiment une ambiance « policière », le genre qui plaît beaucoup aux enfants (avec même des méchants !), pleine de pep’s grâce aux illustrations de Laurent Audouin. Pour tous les amoureux de Paris… et les autres !

Racket au supermarketVos enfants aiment se transformer en détective ? Grâce à Pronto ils vont pouvoir chercher qui est le coupable parmi onze suspects lors de trois grandes enquêtes. Photos de reconstitution et indices nous mènent à une identification, mais il faudra bien ouvrir l’œil et faire preuve de perspicacité ! Jeux de lettres, épreuves de logique, observation,… saurez-vous retrouver qui a agressé et ligoté le directeur et qui a trafiqué les caisses ou les pompes à essence ? Vraiment passionnant et plein d’humour (surtout grâce aux illustrations). A partir de 7 ans d’après l’éditeur.
Des extraits en ligne.

Spécial jeuxPronto signe également un gros cahier spécial jeux avec 70 petites énigmes à résoudre en s’amusant. Ici ce sont des labyrinthes, des jeux de mathématiques ou d’observation, des exercices de logique qui vont faire travailler les méninges des enfants. Sur chaque page c’est un jeu différent et indépendant des autres, ils ne forment pas de grandes enquêtes comme dans le précédent (on est peut-être plus proche du cahier d’activités) mais on s’amuse beaucoup, ça occupe bien les enfants et c’est là encore  plein d’humour, Pronto a vraiment un style bien à lui. Dès 7 ans d’après l’éditeur.
Des extraits ici.

Lenoir et blanc ne sont pas des bleusLenoir et Blanc vous proposent aussi 40 énigmes à résoudre. Là encore ce sont 3 grandes énigmes avec à chaque page une chose à trouver, une réponse à laquelle on doit répondre mais ce n’est pas la même ambiance, on a ce coup-ci une vraie histoire à lire, de vraies intrigues policières auxquelles on participe, une sorte de roman interactif dans lequel l’enfant aiderait les enquêteurs. C’est parfois assez difficile mais c’est aussi l’intérêt. Je trouve que ce genre de petit roman-jeu peut amener à lire des enfants qui n’aiment pas ça. On a forcément envie de continuer, il y a un côté addictif. C’est vraiment réussi. Ici aussi dès 7 ans d’après l’éditeur.
Extraits en ligne.

On passe maintenant aux jeux, j’en ai testé 4 que je vous conseille de mettre dans vos valises !

DiamoniakDans Diamoniak, de chez Djeco et illustré par Alex Sanders, vous devrez être la première (sic) à reconstituer le château de votre couleur. Le principe est simple, on pioche des cartes et chaque fois qu’on a une carte qui correspond à son château on la met devant soi, le premier qui forme le sien entièrement (6 cartes) a gagné. Mais bien sûr il y a d’autres cartes pour pimenter un peu le jeu ! Des cartes sorcières qui vous font perdre des cartes, des cartes fée qui, elles, sont bénéfiques et des cartes diamants qui permettent d’acheter les cartes des autres. On a fait plusieurs parties diamoniak(en adaptant légèrement : dans la règle originale on continue de piocher tant qu’on ne tombe pas sur une sorcière, si bien que parfois un même joueur joue longtemps et prend la plupart des cartes, nous nous avons décidé qu’on ne piochait qu’une fois, chacun son tour) et c’est vraiment un jeu que ma fille de 5 ans a tout de suite adoré (et même nous, nous n’avons pas trouvé ça pénible). Un jeu très sympa qui ne prend pas de place. Seul bémol cette règle de jeu au féminin, certainement parce que le jeu est rose… Pour les enfants de 5 à 99 ans, d’après l’éditeur et pour 2 à 4 joueuses (re-sic).

WoolfyOn passe à un jeu de coopération (tout le monde joue ensemble et tout le monde gagne ou tout le monde perd), Woolfy sorti également chez Djeco et dessiné là aussi par Alex Sanders. Trois petits cochons et un loup. Les lancers de dés et les cases du plateau détermineront si ce sont les cochons qui avancent, se cachent dans une maison ou construisent la maison de brique ou si c’est le loup qui progresse. Le but étant de finir de construire la maison de brique et de s’y cacher avant que le loup ne dévore tout le monde. Le jeu est très beau avec ses personnages et sa marmite, son plateau coloré et ses pièces en bois et les enfantsWoolfy s’amusent vraiment. Quel plaisir de jouer avec les personnages d’un conte qu’on connait bien, d’en être l’acteur. Là ce n’est plus un jeu facilement transportable (la boîte a la taille de celle des jeux de société habituels), il faudra prendre un sac en plus (ou partir en voiture). Un très bon jeu de coopération pour les 5-8 ans (d’après l’éditeur) et pour 2 à 4 joueurs-euses.

qwirkleConnaissez-vous Qwirkle, le jeu imprononçable mais inoubliable, comme le dit la boîte ? C’est typiquement le genre de jeu que j’adore (même si celui-là, personnellement, je ne peux pas y jouer à cause de mon daltonisme). 90 petits cubes en bois que l’on va piocher et on va tenter de faire des combinaisons. Des alignements de la même couleur ou avec le même logo mais ne contenant jamais deux fois la même pièce. On se creuse les méninges, on essaye d’être tactique, d’avancer tout en piégeant les autres. J’adore ce genre de jeux (souvent en bois) qui sont de vrais jeux de réflexion, c’est généralement l’occasion de passer de très bonsqwirkle moments, d’occuper de longues soirées. Le jeu est dans un sac ce qui permet, là, de le transporter partout très facilement (par contre on ne jouera pas dans le train ou dans la voiture car il faut de la place). Un très bon jeu, intelligent (mais pour lequel il faut, hélas, pouvoir différencier les couleurs) pour les enfants (mais pas que) à partir de 6 ans et pour 2 à 4 joueurs-euses.

le-jeu-itineraire-bisUn éditeur (de livres) qu’on aime beaucoup et qu’on suit depuis les débuts de La mare aux mots, Elka sort son premier jeu. Spécialisé dans l’écologie et la prise de conscience des problèmes environnementaux, c’est un jeu pour faire baisser son empreinte écologique qu’ils nous proposent. Chacun tire au sort une carte famille (consophage, eco-septique, éco-sensible, minimaliste, locavore et éco-débrouille) avec chacune une empreinte écologique « de départ » différente. Il faudra à chacun des joueurs faire baisser celle-ci en répondant à des questions sur l’écologie, les animaux, l’environnement et sur des thèmes chers à Elka (travail des enfants, commerce équitable,…). Là on s’adresse aux enfants plus grands (à partir de 10 ans) et aussi aux adultes. Le type de question varie pour qu’on ne s’ennuie pas et c’est souvent très intéressant (on n’est pas ici dans un jeu purement éducatif, on apprend plein de choses… mais de façon ludique). Un petit jeu de carte à glisser partout et à offrir pour se rappeler les gestes importants et prendre conscience de notre environnement. Itinéraire Bis est aussi un livre que nous avions chroniqué.
Vous pouvez commander ce jeu sur le site d’Elka.

Retrouvez toutes nos chroniques jeux.

Où est cachée la maîtresse
Texte de Jacky Goupil, illustré par Amélie Dufour
Casterman dans la collection Où est caché ?
7,50€, 230×280 mm, 12 pages, imprimé en Chine, 2013.
Tous différents, un livre jeu à emporter partout
Texte de Céline Claire, illustrations de Gwenaëlle Doumont
Editions des Braques dans la collection Les p’tits Braques
6,90€, 161×162 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Joue avec Mirette à Paris
illustré par Laurent Audouin
Sarbacane
13,90€, 237×289 mm, 26 pages, imprimé en France, 2013.
Racket au supermarket
de Pronto
Actes Sud Junior dans la collection C’est toi le détective !
8,70€, 156×196 mm, 60 pages, imprimé en France, 2013.
Spécial Jeux
de Pronto
Actes Sud Junior dans la collection C’est toi le détective !
8€, 154×196 mm, 93 pages, imprimé en France, 2013.
Lenoir et Blanc ne sont pas des bleus
de Jürg Obrist (traduit par Sylvia Gehlert)
Actes Sud Junior dans la collection 40 énigmes à résoudre
8€, 154×196 mm, 93 pages, imprimé en France, 2013.
Diamoniak
de Grégory Kirszbaum Illustré par Alex Sanders
Djeco
Prix : Autour de 9€
Age d’après l’éditeur : 5-99
Nombre de joueurs : 2-4
Temps de jeu d’après l’éditeur :15 minutes
Fabriqué en Chine.
Woolfy
de Grégory Kirszbaum Illustré par Alex Sanders
Djeco
Prix : Autour de 27€
Age d’après l’éditeur : 5-8
Nombre de joueurs : 2-4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 20 minutes
Fabriqué en Chine.
Qwirke Cubes
de Susan McKinley Ross
Iello
Prix : Autour de 28€
Age d’après l’éditeur : 6+
Nombre de joueurs : 2-4
Temps de jeu d’après l’éditeur : 30-60
Fabriqué en Chine.
Itinéraire Bis
Elka
Prix : Autour de 11€
Age d’après l’éditeur : 10-90
Nombre de joueurs : 2-6
Temps de jeu d’après l’éditeur : 30
Fabriqué en France chez un imprimeur éco-responsable.

You Might Also Like

Secured By miniOrange