La mare aux mots
Parcourir le tag

Québec

Encore des BD

Par 4 juillet 2016 Livres Jeunesse

Après celle de la semaine dernière, je vous propose une autre sélection de BD.

L’anniversaire de Babita
de Natalia Colombo
Bang ediciones dans la collection Mamut
13 €, 188×257 mm, 36 pages, imprimé en Union Européenne, 2016.
Passe-passe
de Delphine Cuveele & Dawid
Les éditions de la Gouttière
9,70 €, 198×264 mm, 36 pages, imprimé en France, 2014.
Akissi – Tome 6 – Sans amis
Scénario de Marguerite Abouet, dessins de Mathieu Sapin
Gallimard Bande Dessinée dans la série Akissi
10,50 €, 207×269 mm, 48 pages, imprimé en France, 2015.
Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka
de Syoichi Tanazono (traduit par Sayaka Okada et Manon Debienne)
Akata dans la collection L
9,55 €, 130×180 mm, 290 pages, imprimé en Italie, 2016.
La petite patrie
Scénario de Julie Rocheteau, d’après l’œuvre de Claude Jasmin, dessins de Normand Grégoire
La Pastèque
21 €, 225×310 mm, 85 pages, imprimé en République Tchèque, 2016.

You Might Also Like

Chut ! J’écoute le disque !

Par 16 mars 2015 CD non musical, Livres Jeunesse, Musique pour enfants

Une nouvelle petite sélection de CD et livres-CD

Ici BabaOn commence en musique et avec un de nos chouchous ! Ici Baba est de retour pour le plus grand plaisir de nos enfants (et le nôtre, un peu). Comme dans le précédent album (Chat qui se cache), ici l’ambiance est familiale. Samir Barris chante avec les enfants et l’on a l’impression d’être dans la pièce avec eux. On reprend les paroles en même temps que les enfants du CD, on écoute attentif. C’est rare un CD qui donne autant une impression d’immersion ! Les chansons sont à la fois douces et entraînantes. Samir Barris se fait certainement plaisir (et à nous aussi) en adaptant A Forest des Cure en français, un délice.
Ce CD est, comme le précédent, une vraie réussite ! Ici Baba s’impose comme l’un des meilleurs groupes pour les plus petits.
L’écouter sur deezer.

Le loup est un loup pour l'hommeUn autre chanteur dont on avait beaucoup aimé le précédent album, Julien Baer revient et ça nous ravit ! Après Milanimo, il nous parle d’un seul animal : le loup. Dans Le loup est un loup pour l’homme on l’écoute nous raconter l’histoire d’un loup un peu trop gourmand. Pour introduire l’histoire et la conclure, Julien Baer chante de sa voix douce, accompagné d’une musique qui nous enveloppe comme un cocon. Que c’est doux ! Et pourtant, jamais mièvre, plein d’humour (le loup passe quand même son temps à manger tout le monde !). Comme pour le précédent, le livre qui accompagne le CD est illustré par Philippe Katerine. Même si le défenseur des animaux que je suis regrette un peu la fin de l’histoire, c’est là encore un album très réussi.
Une histoire, trois chansons, un beau livre. C’est doux et drôle, c’est bon, tellement bon !
Bande annonce.

le nom de l'arbreIl y a longtemps, très longtemps, les animaux étaient doués de parole. À cette époque, une sécheresse incroyable s’abattit sur le pays et avec elle vint la famine. Les animaux pensaient qu’ils allaient mourir de faim quand ils s’aperçurent qu’un arbre était couvert de fruit. Seulement les fruits étaient hauts, même la girafe ne pouvait les attraper. Pour que l’arbre se penche et donne ses fruits, il fallait dire son nom. Les animaux durent donc aller voir le chef qui vivait en haut de la montagne, lui connaissait le nom de l’arbre, mais il fallait aussi le retenir…
C’est un très beau conte que nous proposent les éditions québécoises Planète Rebelle. Un conte qui nous rappelle que chacun a son utilité dans la collectivité, même celui dont on doute des qualités. Les illustrations de Slavka Kolesar sont superbes.
Un beau conte, plein d’humour, superbement illustré.
Un extrait sur le site de l’éditeur.

La pluie d'orÀ Paris, dans le quartier de La Pluie d’Or les habitants vivent en harmonie depuis que l’or est tombé du ciel (d’où le nom du quartier). Mère Fatma régale tout le monde avec son couscous, mais il lui manque quelque chose : des enfants. Elle se rend à l’Hororphelinat et décide d’adopter Asia et Noah, deux enfants qui ont l’air triste. Mais pour rendre aux enfants la joie de vivre, le chemin sera long !
La pluie d’Or est une comédie musicale rap née à la Goutte d’Or, quartier populaire parisien. Dans ce livre-CD, on retrouve donc une novélisation de l’histoire et un CD avec les chansons du spectacle. J’avoue ne pas être tombé sous le charme (contrairement à Délivrer des livres), mais c’est certainement un livre-CD qui ravira ceux qui ont vu le spectacle et ceux qui aiment ce genre de musique. On parle ici de la peur des étrangers, de la différence, de la tolérance, de vivre ensemble, de l’adoption. L’ouvrage est préfacé par MC Solaar.
Un conte musical rap, dont vous pouvez écouter le communiqué de presse ici.
Des extraits… et si vous êtes parisiens rendez-vous dans le À part ça ?.

Contes traditionnels du QuébecEt si on partait au Québec ? Grâce aux éditions Oui’dire, on va passer près de 2 heures à l’écoute de conteurs québécois qui nous offrent des contes traditionnels de leur belle province.
La fille d’un roi promise à celui qui arriverait à l’embêter en trois questions, la femme d’un fainéant qui fut tentée par le diable, un homme invisible qui se marierait à la première femme qui pourrait le voir, un trempeur de couteau qui s’était fait voler la recette qui le rendait exceptionnel et qui s’en alla voir le diable, un homme qui promit sa fille à un ours après avoir cueilli une fleur dans son jardin, un homme qui voulait coincer celui qui était capable de répondre à toutes les questions, un étrange invité à un bal ou encore un couple qui découvre un miroir.
Les histoires font parfois peur, le diable est bien présent, comme souvent dans les contes traditionnels (j’ai souvent pensé aux contes bretons). Mais elles sont toutes captivantes. On a l’impression d’être au coin du feu et d’écouter les conteurs, d’être avec eux.
Un double CD qui va enchanter les amoureux du Québec et les amateurs de contes, tout simplement.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

des nouvelles de SuisseAprès le Québec, La Suisse !
Un poulet bien résistant, un oiseau très laid qui devint beau grâce à un lac et un loup qui voulut faire pareil, un jeune berger coincé dans la montagne qui va rencontrer trois géants, un homme qui aida une femme bien étrange qui allait nu pieds, une femme qui n’avait jamais peur et qui voulait connaître cette sensation, un homme qui s’aperçut que sa femme était une sorcière et Jeanne, une petite fille que sa mère, trop occupée par son téléphone, avait oubliée dans un abribus.
Entrecoupés par des chants tyroliens, les sept contes suisses réunis ici sont tout simplement captivants. Difficile de ne pas s’arrêter le temps d’écouter les conteurs. Les histoires ne s’adressent pas aux plus jeunes (certaines sont assez dures), mais passionneront les grands enfants… et même les adultes !
Encore un CD de contes sorti chez Oui’dire qui prouve la qualité de cette super maison d’édition.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

L'Ogre BabborcoUn enfant qui avait faim mangea le repas d’un ogre et mit des crottes de chèvre à la place en croyant que celui-ci ne verrait rien. Un petit garçon gardé par sa sœur un peu distraite fut enlevé par les oies de Baba Yaga. Un Alligator se fit passer pour la maman de trois petites filles pour que celles-ci ouvrent la porte et qu’il en fasse son repas.
Trois contes. Une version sarde du Petit chaperon rouge, un conte populaire russe et une version louisianaise de la Chèvre et les biquets. Muriel Bloch, une de nos plus grandes conteuses, nous propose ces trois histoires captivantes. On a un peu peur, on rigole, on chante. On se régale surtout ! D’autant que le CD est accompagné d’un magnifique album aux illustrations signées Andrée Prigent et Régis Lejonc.
Encore un super livre-CD sorti chez Didier Jeunesse.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Dans le ventre d'AnansiOn reste avec Muriel Bloch, mais cette fois-ci avec un CD pour les plus grands. Une heure de contes qui nous fait voyager en Amérique, en Afrique ou encore en Inde.
Muriel Bloch nous raconte comment le feu est venu sur Terre ou quel était le premier animal. Elle nous parle de la gourmandise d’Anansi, l’araignée rusée, et des funérailles de son ventre. Il sera aussi question de manteaux difficiles à créer, d’apprenti tailleur amoureux d’une femme génie, de la première femme qui réussit à entrer dans la ville d’Angola, d’une cloche qui redonnait le goût de la vie, d’un conte et une chanson coincés par le ventre d’une femme qui n’avait pas d’enfant qui décidèrent de se venger et d’une couverture en piquants de porcs épics.
Même si j’ai trouvé parfois la musique trop présente, on fait un beau voyage avec Muriel Bloch. Ses contes viennent de Lettonie, du Ghana, d’Afrique occidentale, du Japon… Sa voix nous enchante.
Une heure délicieuse avec la voix de Muriel Bloch.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

VirelanguesOn termine avec Virelangues, des jeux de langues interprétés par Béatrice Maillet et Wanda Sobczak. Des phrases impossibles à répéter (Chez Sacha, Angèle et Gilles en gilet, gèlent. Chez ce cher Serge, j’ai chaud), des allitérations (Six souris sous le lit sourient sans souci de six chats), des phrases étranges, des jeux de mots… la langue se régale en répétant les phrases. Les deux adultes sont accompagnées par des enfants qui s’amusent à répéter et par des musiciens qui rendent le tout plus agréable à écouter. On retrouve aussi des petites chansons, comme Trois petits chats.
Pour s’amuser en famille ou dans la classe, pour jouer avec la langue et s’entrainer à prononcer.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Retrouvez, regroupés dans des tableaux Pinterest, tous les CD et livres-CD musicaux que nous avons chroniqués ici et les CD et livres-CD non musicaux .

Ma mie forêt
d’Ici Baba
Victor mélodie / Stakhanova
Autour de 13 €, 43 min. env., 2014.
Le loup est un loup pour l’homme
de Julien Baer, illustré par Philippe Katerine
Actes Sud Junior
19 €, 225×254 mm, 50 pages, 10 min. env., imprimé en Belgique, 2014.
Le nom de l’arbre
Texte de Stéphanie Bénéteau (lu par l’auteure), illustré par Slavka Kolesar
Planète Rebelle dans la collection Conter Fleurette
22 €, 200×200 mm, 40 pages, 13 min. env., imprimé au Canada, 2015.
La pluie d’Or
Texte de Salima Drider, illustré par Gautier Rebetez
Nuits d’encre dans la collection Ziklu
Autour de 15 €, 210×210 mm, 82 pages, 31 min. env., imprimé en Bulgarie, 2014.
Contes traditionnels du Québec
Collectif
Oui’dire dans la collection La puce à l’oreille
21 €, 108 min. env., 2014.
Des nouvelles de Suisse
Collectif
Oui’dire dans la collection Contes croisés
17 €, 69 min. env., 2014.
L’Ogre Babborco
Textes de Muriel Bloch (racontés par l’auteure), illustrés par Andrée Prigent et Régis Lejonc
Didier Jeunesse dans la collection À petits petons
21,30 €, 232×217 mm, 96 pages, 27 min.env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Dans le ventre d’Anansi
de Muriel Bloch
Oui’dire dans la collection Contes d’auteurs
17 €, 64 min.env., 2014.
Virelangues
Interprété par Béatrice Maillet et Wanda Sobczak, musique de Michel Dupuis et Jean-Luc Lenoir
Oui’dire dans la collection À la marge
17 €, 34 min. env., 2014 (première édition 1996).

À part ça ?

Si vous êtes parisien, sachez que vous pourrez assister, le samedi 28 mars à 11 H, à une représentation de La pluie d’or au Gibert Joseph Barbès. Le concert sera suivi d’une rencontre avec Salima Drider et une discussion autour des valeurs centrales du livre, la tolérance et le vivre ensemble.

Gabriel

You Might Also Like

Chronique québécoise

Par 12 août 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, un appel est lancé à acheter des livres québécois, j’ai décidé de vous parler de trois ouvrages qui viennent de chez nos cousins d’outre-Atlantique.

Le grand AntonioIl est grand, il est fort, il est connu pour ça. Il s’appelle Antonio Barichievich, mais on l’appelle le Grand Antonio. Cet homme hors du commun est né en Yougoslavie et à douze ans il pouvait déraciner un arbre sans les mains, avec son cou ! Il est arrivé au Canada quand il avait vingt ans. Un homme d’un mètre quatre-vingt-treize ne passe pas inaperçu et quand il va magasiner il vaut mieux que la boutique du dépanneur soit bien remplie ! Il peut avaler jusqu’à vingt-cinq poulets entiers en un seul repas ! Il faut bien entretenir ses 210 kilos ! Antonio est connu pour sa force, il peut tirer un train de quatre cent quarante-trois tonnes sur une distance de 20 mètres ! Quel homme ce Grand Antonio !
Élise Gravel nous raconte l’histoire vraie du Grand Antonio, cet homme extrêmement fort qui a marqué le Québec et qui est mort en 2003. L’album est bien entendu plein d’humour (on aime Élise Gravel pour ça), mais il est aussi très tendre, il rend parfaitement hommage au vrai Antonio.
Que l’on connaisse ou pas ce personnage légendaire, voici un album attachant, tendre et plein d’humour signé par une des plus talentueuses illustratrices québécoises.

MartinM. Flux vivait dans un quartier qui avait horreur du changement, là-bas il fallait que tout soit carré, planifié, sans surprise. Seulement un jour, un certain Monsieur Flux, qui se déclarait artiste, vint emménager là. Monsieur Flux n’était absolument pas prévisible… Alors que toutes les maisons de la rue étaient carrées et toutes identiques, la sienne ne ressemblait à rien de connu et dans le jardin on pouvait y voir des choses étranges. Un jour où Marin passait devant il vit un carton qui appartenait à cet étrange voisin et décidât de le lui rapporter. Ce fut le début d’une nouvelle vie pour le petit garçon… et pour le quartier.
Là aussi, derrière Monsieur Flux il y a une histoire vraie. Le personnage est inspiré de George Maciunas et l’histoire évoque le mouvement Fluxus. L’album est surtout un superbe hommage à l’art ! Ici, on se rend compte de l’importance des artistes qui rajoutent un grain de folie dans nos vies, qui rendent nos vies moins monotones. On parle aussi du rejet face à la différence, de la peur que peuvent susciter les gens un peu farfelus.
Un très bel ouvrage tant dans les illustrations que dans ce qu’il nous raconte.

IlAmi pour-tout-toujours aimerait encore jouer avec son chien, qu’il coure encore après le ballon. Seulement son chien est vieux et fatigué, il ne bouge plus beaucoup. Que voit-il avec ses vieux yeux plissés ? Pense-t-il à avant ? Est-il nostalgique ? Se souvient-il quand il l’a tiré de la gadoue et quand ils couraient ensemble derrière le camion de papa ?
Ami pour-tout-toujours est une magnifique histoire sur un sujet assez rare dans la littérature jeunesse : la vieillesse des animaux. Nos chiens et chats vieillissent plus vite que nous et bien souvent nos enfants les voient vieillir, devenir séniles puis mourir. Or autant on parle souvent de la mort des animaux de compagnie dans la littérature jeunesse, autant la période qui précède c’est une chose assez rare. Ici, c’est fait avec beaucoup de justesse, beaucoup de tendresse. Les illustrations de Pierre Pratt sont vraiment belles.
Un album fort et vraiment réussi sur l’amitié entre un enfant et un animal.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Élise Gravel (Adopte un Gurb !, Le rat et La limace) et de Pierre Pratt (GustaveLa lune voleuse et Le géant de la forêt).
Et je vous propose une petite sélection d’ouvrage québécois que j’aime particulièrement (en cliquant sur les titres vous arrivez sur les chroniques) : Dugenou, Croque et Les malheurs du lion (400 coups), Tout seul !, Tous ensemble ! et À l’école des poussins (400 coups), Léo et les presqu’iles (La montagne secrète), Un cadeau pour Sophie (La montagne secrète), Mingan, mon village (Les éditions de la bagnole), J’ai un bouton sur le bout de la langue (La montagne secrète), Contes traditionnels du Canada (Planète Rebelle), Pierre et le pialeinoPierre et Clara, Pierre et les voyous et Pierre traqué par le trac (Planète Rebelle),  Joseph Fipps (La Pastèque), Le lion et l’oiseau (La pastèque), C’est ma journée, mon imagier, C’est les vacances, mon imagier et C’est à moi, mon imagier (Éditions de la Bagnole), Fatoumata (Planète Rebelle) et Gustave (La Pastèque).

Le Grand Antonio
d’Élise Gravel
La pastèque dans la collection Pamplemousse
14 €, 199×248 mm, 60 pages, imprimé en Malaisie, 2014.
M. Flux
Texte de Kyo Maclear, illustré par Matte Stephens
La Pastèque dans la collection Pamplemousse
14 €, 199×249 mm, 32 pages, imprimé en Malaisie, 2014.
Ami pour-tout-toujours
Texte de Kari-Lynn Winters (traduit par Jennifer Couëlle), illustré par Pierre Pratt
Planète Rebelle
262×234 mm, 36 pages, imprimé au Canada chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

Quand on me dit Québec, je pense à Pierre Lapointe, un chanteur que j’aime énormément. Cet été on peut l’entendre tous les matins sur France Inter dans une émission appelée Les petites morts… et c’est très bon !

Gabriel

You Might Also Like

Des romans qui nous emmènent de l’autre côté de l’Atlantique

Par 19 mai 2014 Livres Jeunesse

Deux romans, un qui se passe aux États-Unis dans les années 60, l’autre de nos jours au Québec.

La bobine d'AlfredHarry Bonnet, né à la fin des années 40, a été élevé par son père, sa mère étant décédée en le mettant au monde. Grand cinéphile, ce père file au cinéma dès qu’il a fini son travail de cuistot. C’est le cinéma qui va changer leur vie. Alors que la grande actrice Lina Lamont vient dîner dans le restaurant où il travaille, Monsieur Bonnet refuse de lui servir une demi-portion comme le lui demande habituellement son patron. Il est renvoyé sur-le-champ. Mais la grande star, qui a vu ce qui s’est passé en cuisine, lui propose de venir travailler pour elle… à Hollywood ! Le jeune homme de 16 ans suit donc son père dans cette nouvelle vie et va même l’accompagner sur un tournage de film du grand Alfred Hitchcock réalisé dans le plus grand secret. Là, Harry va être pris dans un engrenage digne du grand Hitch.

Malika Ferdjoukh est une grande cinéphile, elle nous entraîne dans une histoire où se côtoient vrais acteurs (Steve MacQueen, Jane Russell…) et personnages de films (Lina Lamont, le personnage de Chantons sous la pluie). Un bel hommage au cinéma où l’on pourra s’amuser à chercher les références cinématographiques dans les noms de personnes ou de lieux, les phrases empruntées à des titres de films… Et elles sont nombreuses ! Bien entendu, ce n’est pas qu’un hommage au cinéma et à Hitchcock (et sans saisir les références, on peut évidemment tout suivre), c’est un roman plein de suspense comme Malika Ferdjoukh sait le faire (Sombre Citrouilles, L’assassin de Papa…). Un roman captivant pour les amoureux du septième art… et les autres !

Un été à MontréalCharlie et Max attendent l’été avec impatience. Chaque année, c’est une nouvelle aventure qui les attend. Être poursuivis par des taureaux enragés dans le sud de la France… ils l’ont fait ! Essuyer un ouragan au bord de l’océan : aussi ! Ils se sont même déjà retrouvés face à des alligators dans des marécages ! Parfois, Charlie aimerait juste des vacances normales… Cette année, il ne va pas être déçu ! Suite à un manque de contrats cette année, les parents des deux garçons leur annoncent qu’ils vont devoir travailler tout l’été. Les enfants passeront donc les vacances à la maison, ou comme dit leur père, à Balconville ! Un été à Montréal… Charlie va tenter de gagner de l’argent en recherchant des chats perdus pour toucher les récompenses (quitte à ramener les mauvais chats), camper dans le jardin en se prenant pour Robinson Crusoé (sauf que lui n’avait peut-être pas rencontré de mouffette !), garder le poisson d’une amie (mais tout se ne passera pas comme prévu), s’occuper de Max (qui a l’idée saugrenue de voler des brioches), promener les chiens d’une vieille dame (qui perd un peu la tête), subir un orage d’une rare violence, rencontrer un motard au grand cœur et se perdre dans le quartier asiatique à la recherche de Bruce Lee. Parfois, c’est à côté de chez soi qu’on vit les plus folles aventures !

J’ai pris énormément de plaisir à lire les aventures de Charlie et Max. C’est extrêmement drôle, et l’on ne s’ennuie jamais ! Un été à Montréal, c’est un roman plein d’humour qui nous rappelle l’importance des rencontres multigénérationnelles et que l’aventure est au coin de la rue, un roman qui nous dit aussi l’importance d’apprendre par soi-même (c’est mieux que dans les livres), de se méfier des apparences. Chaque chapitre est une aventure différente où l’on recroise parfois des personnages des autres aventures (dont la délicieuse Flor, jeune fille d’origine espagnole qui ne laisse pas Charlie indifférent). Un roman d’aventures moderne, plein de vie, captivant.
Attention ce roman sort le 28 mai.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Malika Ferdjoukh (Quatre sœurs, 1. Enid (BD), Quatre sœurs, 2. Hortense (BD), L’assassin de papa, Sombres citrouilles, Les quatre sœurs, 4 saisons (BD), Aggie change de vie et Quatre Sœurs (BD)).

La bobine d’Alfred
Texte de Malika Ferdjoukh
École des loisirs dans la collection Médium
14 €, 148×218 mm, 173 pages, imprimé en France, 2013.
Un été à Montréal
Texte de David Hommel (traduit par Lori Saint-Martin et Paul Gagné), illustré par Marie-Louise Gay
École des loisirs dans la collection Neuf
10 €, 125×190 mm, 190 pages, imprimé en France, 2014.

À part ça ?

Gros succès de librairie, Le passeur de Lois Lowry a été adapté en film.

Gabriel

You Might Also Like

Ah les parents…

Par 13 mars 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on va parler d’un douloureux problème : les parents. Dans cette sélection d’ouvrages (dont la plupart sont quand même extraordinaires, aujourd’hui votre banquier va me détester) on va en rencontrer des absents (et même quand ils sont là), des qui jurent, des qui nous enquiquinent, des qui espèrent un peu trop de nous, mais surtout des qui nous aiment. Mais commençons par répondre à une grande question : Comment naissent les parents ?

Mais... comment naissent les parents ?Un souriceau se pose une question, cette question lui tourne en tête depuis quelque temps… Comment naissent les parents ? Il aimerait bien demander à son papa ou à sa maman, mais ils sont bien trop occupés, alors il demande à son copain Robin qui lui explique que c’est parce que ses parents s’aimaient beaucoup que son papa a mis son pollen dans la fleur de sa maman. Yasmine, elle, a une autre version. Elle n’a pas du tout fabriqué ses parents comme ça, ils avaient beau beaucoup s’aimer leur pollen et leur fleur ne faisaient rien alors il a fallu remplir des papiers et ça n’a pas duré neuf mois, mais trois ans. Tim a encore une autre version à base d’éprouvettes, pour Maïté avec ses deux mamans c’est encore autre chose. Ça en fait des façons de fabriquer les parents !

Gros coup de cœur pour cet album tout en délicatesse et en poésie, tant dans les illustrations que dans le texte. On parle donc ici de toutes les façons de devenir parents (et donc de toutes les façons de faire un bébé, vous l’aurez compris), mais vraiment avec une infinie douceur. Un livre qui sait autant manier l’humour, la poésie et être aussi bien illustré, on ne peut qu’adhérer. Un magnifique ouvrage.

Le Papa MystèreDans la cour de l’école, les enfants discutent, parlent de leur week-end. Zazie est triste de savoir que Cindy n’a pas de papa, Alfredo et Clodomir, eux, ne sont pas tristes du tout et ils se moquent même « Cin-dy -sans-pa-pa ! Cin-dy -sans-pa-pa ! » chantent-ils. Mais Cindy ne va pas se laisser faire, elle leur raconte qu’elle a bel et bien un papa, qu’il est agent secret et que si elle l’appelle…

J’ai toujours beaucoup de mal avec les adaptations de dessins animés qui reprennent, comme illustrations, des captures d’écrans. Je trouve ça, disons-le franchement, particulièrement laid. La novélisation de la série Mademoiselle Zazie n’échappe pas à la règle (et comparer ces illustrations à celles de Delphine Durand… c’est assez violent !). Passé ce manque d’esthétique de cet album, Zazie est un personnage qu’on adore. Les histoires sont souvent très bien trouvées et racontent généralement des situations pas forcément « classiques » de façon complètement anodines. Cindy n’a pas de papa, et alors ? Où est le souci. Même si l’on préfère (largement) les livres originaux signés Thierry Lenain et Delphine Durand, Le papa mystère est un album très sympathique et plein d’humour pour dédramatiser la monoparentalité.
Le même vu par Les lectures de Liyah et Chez Clarabel.

Papa, regarde !Petit Ours regarde par la fenêtre, il aperçoit des fleurs violettes et questionne son père à leur sujet. Trop occupé à lire le journal celui-ci lui répond distraitement, sans trop lever l’œil par la fenêtre. Mais il est vite étonné par ce que lui décrit son fils.

Énormément d’humour et de poésie dans ce très bel album sorti chez HongFei. Qui n’a jamais vécu cette situation avec ses enfants ? Bien trop occupé on répond distraitement à leurs questions avant de nous rendre compte qu’il y a un énorme quiproquo. La naïveté des enfants, face à notre esprit trop cartésien quand on est en train de faire autre chose. Pour illustrer ce très joli texte, Sophie Roze a utilisé des collages, on se surprend à toucher les pages en croyant que nos doigts vont trouver des matières. Magnifique !
Courez voir les extraits sur le blog de HongFei.

Dragons Père Et FilsLe papa de Strokkur ne lui a pas dit « Tu seras un homme, mon fils » (et pour cause… Strokkur est un dragon !), mais c’est à peu près ça. Parce qu’il le trouve grand maintenant, il doit faire honneur à sa famille et brûler quelques maisons dans un village. Strokkur n’a pas vraiment envie, mais d’après son père c’est la tradition, on ne peut pas y couper ! Après une nuit agitée, voilà donc notre petit dragon en direction du village. Il trouve une petite maisonnette en bois un peu isolée… c’est parfait ! Sauf que le petit garçon qui habite là le voit et est tout excité de voir un dragon ! Et puis question truc à brûler il a une bien meilleure idée… un bâtiment plus grand où il n’aime pas trop aller…

Ah ces parents qui veulent imposer leurs choix à leurs enfants… Strokkur n’a bien sûr aucune envie de faire ce que son père lui demande, mais il a si peur de le décevoir… Au lieu de terroriser les habitants, notre petit dragon va se faire des amis et il se peut bien qu’il soit assez malin pour trouver les bons arguments face à son père. On peut être fier de ses enfants pour de multiples raisons. On parle donc ici de transmission (ou pas), d’amitié, de malice. On s’amuse beaucoup des situations et l’on admire les belles planches de Ronan Badel. Là encore, un très très bel album.

Puisque c'est comme ça, je m'en vais !Émile est VRAIMENT de mauvaise humeur ! Une bagarre à l’école avec son copain et une réprimande de la maîtresse. Forcément, il ramène sa mauvaise humeur à la maison et ne supporte pas la moindre contrariété. Aussi quand sa maman lui refuse qu’il fasse de la peinture (alors que c’est l’heure du bain), Émile prend une grave décision : il s’en va ! Il file dans sa chambre, prépare son sac à dos, il va partir loin, très loin, loin de maman, loin de la maîtresse, loin des copains qui l’embêtent… mais avant, un bain plein de mousse c’est quand même tentant ! Et après, adieu tout le monde ! Enfin… après manger car maman a fait son plat préféré…

Décidément dans cette chronique, que de merveilles ! Tant sur le plan graphique (superbes illustrations d’Alexandra Pichard) que sur le plan scénaristique, Puisque c’est comme ça, je m’en vais ! est un album irrésistible. On rit de ce petit colérique (qui se fait bien avoir par les ruses de sa maman), de cette mère qui reste stoïque face aux menaces de départ de son fils (et le conforte même dans son idée). On parle ici donc des colères, des enfants qui veulent partir « parce que c’est mieux ailleurs », et de l’amour des parents qui savent transformer une mauvaise journée en bon moment. Un magnifique album.
Des extraits en ligne.

Le petit tabarnakPapa tape, tape, tape avec son marteau quand tout à coup… TA-BAR-NAK ! Ouh la la pour qu’il utilise ce mot c’est qu’il doit être vraiment vraiment fâché, car on n’a pas le droit de dire ça ! Mais au fait… ça veut dire quoi Tabarnak ? Oups c’était la question à ne pas poser à un papa déjà en colère. Peut-être que les copains sauront, eux…

Tabarnak, pour ceux qui ne le savent pas, est un juron québécois. Dans cet album, on parle donc des gros mots qui échappent parfois aux parents (si vous n’en dites pas, c’est bien vous êtes parfaits !). Que ce soit un album québécois nous arrange assez (je ne sais pas vous, mais moi j’ai du mal à imaginer un album pour enfants avec le mot « putain ») ! Beaucoup d’humour dans cet album aux illustrations qui font penser à des bandes dessinées avec des traits pleins de mouvement. On s’amuse beaucoup en lisant les versions de chaque enfant sur l’origine de ce mot à ne pas dire. Encore un très bel album sorti chez La pastèque.

ça sent bon la mamanComme tous les soirs, Maman Taupe lit une histoire à son Taupinou puis dodo… Taupinou n’a pas envie, il aimerait rester blotti contre sa maman, il a peur tout seul, les bruits de la nuit l’effrayent. Maman a une idée, elle décroche son foulard et le donne à son enfant « Un peu de moi auprès de toi », un foulard qui sent bon la maman et qui saura rassurer Taupinou.

On finit dans un nuage de douceur et de tendresse. Avec une histoire toute simple, Émile Jadoul et Claude K. Dubois nous offrent un petit bijou de poésie. On parle ici de la peur de la nuit, de l’odeur rassurante, de l’amour. Car les parents, même s’ils nous embêtent, même s’ils disent des gros mots, même s’ils sont parfois trop occupés pour nous écouter, ils sont quand même là pour nous rassurer et nous donner beaucoup d’amour.
Le même vu par Bricabook, Chez Clarabel et À l’ombre du saule.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Jean Regnaud (Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill), Sophie Roze (L’autre bout du monde), Ronan Badel (Billie du bayou, le banjo de Will, Billie du bayou, SOS Garp en détresseHenri ne veut pas aller au centre de loisirs, Cucu la praline se déchaîne, Emile se déguise, Bob le loup, Émile veut une chauve-souris, Émile est invisible, Émile fait la fête, Émile veut un plâtre, La mémé de ma mémé, Tout ce qu’une maman ne dira jamais et Le pépé de mon pépé), Alexandra Pichard (Les socquettes blanches, Nina et les oreillers et Muette), Émile Jadoul (Comme un secretCanaille a oublié son doudou, Canaille ne veut pas aller à l’école, Canaille va chez le docteurCanaille n’aime pas la soupeMon bonnetLes mains de papa, A l’eau, Hourra, AglaglaTout le monde y va, Gros pipi, A la douche et A la folie) et Claude K. Dubois (Ma feuille !, L’histoire de mon bébé, Papa, maman… avant et La valise rouge). Retrouvez aussi nos interviews de Ronan Badel et d’Émile Jadoul.

Mais… comment naissent les parents ?
Texte de Jean Regnaud, illustré par Aude Picault
Magnard Jeunesse
11,90 €, 200×200 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014.
Le papa mystère
de L. Nord (d’après Thierry Lenain)
Nathan dans la série Mademoiselle Zazie
5,95 €, 174×221 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Papa, regarde !
Texte de Hui-Ying Chiu (traduit par Chun-Liang Yeh), illustré par Sophie Roze
HongFei
13,90 €, 193×253 mm, 34 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Dragons père et fils
Texte d’Alexandre Lacroix, illustré par Ronan Badel
Père Castor
13,50 €, 240×300 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014.
Puisque c’est comme ça, je m’en vais !
Texte de Mim, illustré par Alexandra Pichard
Magnard Jeunesse
13,90 €, 230×270 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Le petit Tabarnak
de Jacques Goldstyn
Éditions de la Pastèque
18 €, 191×241 mm, 80 pages, imprimé au Canada, 2014.
Ça sent bon la maman
Texte d’Émile Jadoul, illustré par Claude K. Dubois
Pastel
11,50 €, 176×246 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2013.

À part ça ?

Le rire médecinL’association Le rire médecin organise une braderie solidaire dans ses nouveaux locaux à Paris (XIXe). Notez sur vos agendas, ce sont les vendredi 4 et samedi 5 avril au 64/70 rue de Crimée 75 019, de 10 heures à 20 heures. Plusieurs grandes enseignes (Chicco, Djeco, Doudou et Compagnie, Editions Dupuis, Faber-Castell, Ikéa, LuluCastagnette, Moulin Roty, Ravensburger, Vtech, Zadig & Voltaire…) se sont mobilisées et ont offert des produits qui permettront à l’association de récolter des fonds. L’argent servira à financer la venue de clowns professionnels dans les services pédiatriques et ainsi offrir des moments magiques aux enfants hospitalisés. Quand on peut faire un beau geste, tout en faisant de bonnes affaires… pourquoi se priver ?

Gabriel

 

You Might Also Like

Secured By miniOrange