La mare aux mots
Parcourir le tag

Rashin Kheiriyeh

Des contes qui cassent les codes

Par 6 septembre 2012 Livres Jeunesse

Parfois dans les contes… ça ne se passe pas comme dans les contes ! Voici trois albums qui enchanteront ceux qui aiment les histoires originales.

C’est l’histoire d’une princesse qui était si belle que sa mère a décidé de lui donner un prénom ridicule par jalousie. Comme les gens continuaient à la trouver belle, elle l’enferma dans une grande tour sans porte et elle se servait des longs cheveux de la princesse pour monter la voir. Heureusement la princesse réussit à s’échapper et à se réfugier chez sept nains… mais ceux-ci voulaient profiter d’avoir une femme à la maison pour qu’elle fasse le ménage, alors elle s’enfuit à nouveau !

Vous l’aurez compris, Gaël Aymon s’inspire de contes connus pour son très bon La princesse Rose-Praline. Sauf qu’ici la princesse n’est pas aussi bonne poire que Blanche Neige, pas aussi naïve que Cendrillon,… chez Gaël Aymon les filles ne sont pas des quiches (petit clin d’œil à un magazine que j’aime beaucoup), elles ne se laissent pas faire. Leur vie n’est pas de passer de père à mari, elles existent même sans homme. On repense forcément à son très bon Contes d’un autre genre (dont on attend la suite avec une grande impatience). Encore un album très bon, original et qui fait du bien. Petit plus : à la fin du livre on pose une question au jeune lecteur pour savoir, parmi les choix proposés à Rose-Praline, quel serait le sien, original et intelligent. Les livres de Gaël Aymon devraient être déclarés d’utilité publique, être présents dans les écoles et les CDI pour qu’enfin on arrête de voir les filles comme des potiches. Merci à lui car c’est grâce à ce genre de livres que les choses évoluent !

Un jour une comtesse décida de mettre des bottes à son chat… bien mal lui en prit car d’autres décidèrent de suivre et très vite tous les chats portèrent des bottes… ils ne pouvaient plus attraper les souris et bientôt le monde en fût envahi… que faire des rongeurs ? Les envoyer sur la Lune ? Mais une fois sur place qu’est que ça provoquerait ? Et si le dénouement de toute cette histoire était l’arrivée au pouvoir des grenouilles ?

Si les chats portaient des bottes, les grenouilles gouverneraient est une petite merveille. On imagine ici ce qui se passerait si, à l’instar de celui du conte, tous les chats étaient bottés, et ce n’est pas sans conséquence… Chaque chose en entraine une autre et au final voilà que les grenouilles gouvernent ! L’idée de base est très bonne et plutôt originale, d’après moi. Le texte est drôle et les illustrations absolument magnifiques. Un livre extrêmement poétique, très esthétique comme toujours chez OQO. Chaque fois que je lis un de leur livre j’en suis amoureux ! C’est vraiment une des plus belles maisons d’édition actuelle. Juste préciser quand même que l’album ne s’adresse pas aux plus petits, pour qu’il n’y ait pas de confusion. L’éditeur le conseille à partir de 7 ans, je n’irai pas jusque-là (ma fille de 4 ans a adoré), mais sachez que c’est un album qui n’est pas facile d’accès pour les plus jeunes (texte assez long et pas forcément simple).

C’était un conte avec plein de loups… mais vraiment toutes sortes de loup ! Des petits, des grands, des jeunes des vieux, des à chapeaux, des à lunettes,… vraiment de toutes sortes ! Un conte plein de loup quoi ! Sauf que ces loups-là avaient faim… et il fallait chercher partout dans le conte de quoi manger… et si le repas était derrière le livre ?

Voilà encore un livre bien original (et toujours chez OQO…). Ici la numérotation des pages et le lecteur font partie de l’histoire. Le genre de livre qui casse les codes, qui joue sur le non-sens (la fin est très drôle et pleine de loufoquerie). C’est drôle et décalé, les illustrations sont à la fois belles et douces, modernes et amusantes, elles fourmillent de détails. Le livre en lui-même est ici encore un bel objet… bref une vraie réussite.

Quelques pas de plus…
Retrouvez Gaël Aymon en interview sur le blog et nos chroniques de ses autres livres : Une place dans la cour, Contes d’un autre genre et Giga Boy.
Nous avons déjà chroniqué un livre illustré par Julien Castanié : En scène !
Une chronique où nous avions mis OQO à l’honneur avec trois de leurs livres.

La princesse Rose-Praline
de Gaël Aymon, illustré par Julien Castanié
Talents hauts
11,70€, 210×200 mm, 32 pages, imprimé en Italie
Si les chats portaient des bottes, les grenouilles gouverneraient
de Raquel Saiz, illustré par Rashin Kheiriyeh
OQO dans la collection O+
15,50€, 220×280 mm, 48 pages, imprimé au Portugal
Un conte plein de loups
de Roberto Aliaga, illustré par Roger Olmos
OQO dans la collection O
14€, 250×230 mm, 40 pages, imprimé au Portugal

A part ça ?

Je l’ai évoqué plus haut, si vous ne connaissez pas le magazine Causette (le magazine plus féminin du cerveau que du capiton) il faut absolument que vous le découvriez ! Je vous conseille notamment leur hors-série On nous prend pour des quiches que j’ai adoré lire cet été. C’est drôle, instructif, énervant, bien écrit… bref courez l’acheter car il est en vente jusqu’au 16 septembre seulement !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange