La mare aux mots
Parcourir le tag

Robin

Pères

Par 23 juillet 2018 Livres Jeunesse

Les trois albums du jour mettent en scène des pères. Ces trois ouvrages ont en commun de ne pas proposer de figure féminine, on pourra donc éventuellement voir dans ces histoires des familles monoparentales ou des pères qui passent du temps avec leur enfant en l’absence de la mère… pas si courant en littérature jeunesse !

Mon petit papa fait des cauchemars
Texte de Hanieh Delecroix, illustré par Thomas Baas
Actes Sud Junior
14,50 €, 246×267 mm, 32 pages, imprimé en France, 2018.
Papa est-il parfaitement parfait ?
Texte d’Arnaud Alméras, illustré par ®obin
Gallimard Jeunesse
9 €, 210×250 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2018.
Fais-moi un câlin !
de Przemyslaw Wetchterowicz et Emilia Dziubak (traduit par Intexte)
L’imprévu
12,50 €, 257×257 mm, 32 pages, imprimé en Chine chez un imprimeur éco-responsable, 2017.

You Might Also Like

Quelques romans

Par 14 avril 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des romans, pour des âges différents.

La diamanterie ou les vacances d’une fille bancale
Texte de Laure Monloubou, illustré par Robin
Amaterra
12,50 €, 140×205 mm, 183 pages, imprimé en UE, 2017.
Le jour fantastique pourri de mon élection
Texte de Charlotte Moundlic, illustré par Ronan Badel
Albin Michel Jeunesse
7,90 €, 134×201 mm, 112 pages, imprimé en Espagne, 2017.
Les cousins Karlsson – carte au trésor et code secret
de Katarina Mazetti (traduit par Marianne Ségol-Samoy et Agneta Ségol)
Thierry Magnier dans la collection Gaïa
7,20 €, 120×180 mm, 250 pages, imprimé en France, 2017.
On ne mange pas son meilleur ami !
de Simona Lia (traduit par Marie Hermet)
Flammarion Jeunesse
12 €, 135×210 mm, 192 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
De nos propres ailes
de Kinga Wyrzykowska
Bayard
14,90 €, 140×210 mm, 368 pages, imprimé en Italie, 2017.

You Might Also Like

On ne fait pas n’importe quoi !

Par 13 avril 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on va apprendre à bien se tenir, il était temps, non ?

Il y a des reglesIl y a des règles ! Quand maman dit « arrête » on arrête (on ne reste pas accroché au lustre), on ne dit pas « c’est qui qui » (sauf si l’on parle du chien), on ne parle pas la bouche pleine (sauf en cas d’urgence genre l’arrivée inopinée d’un dinosaure), on ne suit pas un monsieur dans la rue qui dit avoir perdu son chien, on ne demande pas à papa quand maman a déjà dit « non »… on ne fait pas n’importe quoi !

Gros coup de cœur pour À la maison il y a des règles ! de Laurence Salaün et Gilles Rapaport ! Déjà parce que les exemples sont bons (et généralement partagés par tous), ensuite parce que c’est extrêmement drôle. L’allure de la petite fille qui se lève (visiblement d’une humeur de chien), les situations qu’on connaît bien (ne pas chercher et dire qu’on n’a pas trouvé, l’envie d’aller aux toilettes quand il faut débarrasser la table…), des dialogues percutants, des dessins hilarants… bref ici on rit beaucoup de ces situations qui nous disent quelque chose ! La seule exception, celle où il est même précisé « et l’on ne rigole pas avec ça ! », c’est le dessin sur le fait qu’il ne faut pas suivre un monsieur dans la rue, mais ensuite on a à nouveau le droit de rire avec une famille à tête de cochon (pour nous dire de manger proprement). Un bon moyen de reparler des règles de politesse, de respect et de vie commune, sans que ça soit sentencieux. Avec de l’humour, tout passe mieux !

Petit manuel de politesseUne baby-sitter a décidé d’apprendre la politesse (poil aux fesses) à deux enfants… ça ne sera pas toujours facile. Douze règles allant de se mettre la main devant la bouche pour éternuer à ne pas chuchoter devant les autres en passant par ne pas soulever les jupes des filles et ne pas faire pipi n’importe où. Après avoir reçu ces douze recommandations c’est certain ces enfants seront bien plus sages… ou pas !

Après le grand livre, le tout petit. Ici, il y a un fil conducteur, une histoire à suivre et pour chaque règle édictée on trouve un volet à ouvrir… où la règle sera généralement contredite. J’avoue avoir moins aimé ce principe (et le livre en général). Ainsi à côté de « On ne fait pas pipi n’importe où. On va au “petit coin” lorsqu’on en a besoin », un volet s’ouvre et l’on découvre un enfant heureux d’uriner sur une pelouse, après « Devant une porte fermée il est bien élevé de toquer » on découvre les enfants entrants, hilares, sans frapper dans une salle de bain où la baby-sitter prend son bain… J’ai eu un peu de mal, donc, avec ce principe de déconstruire les règles pour un effet comique, j’ai trouvé ça contre-productif. Alors peut-être est-ce justement le but du livre, dire qu’il y a des règles, mais qu’il ne faut pas les respecter, tourner tout ça en ridicule… J’avoue préférer le premier livre qui arrive, sans être moraliste à faire passer plein de choses.
Des extraits en ligne.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Gilles Rapaport (Alex et Léon dans les camps français 1942/1943) et de Robin (Essie, et si j’étais parfaite et Hercule attention travaux).

À la maison il y a des règles !
Texte de Laurence Salaün, illustré par Gilles Rapaport
Seuil Jeunesse
13,90 €, 180×330 mm, 72 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Petit manuel de politesse, poil aux fesses !
Texte d’Alexandra Garibal, illustré par Robin
P’titGlénat dans la collection Vitamine
12 €, 145×168 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2014.

À part ça ?

Bonbek 11Le nouveau Bonbek est sorti ! On vous a déjà parlé de cette revue qui nous offre une grande histoire, des loisirs créatifs, des jeux… Ce numéro 11 est un numéro spécial Même pas peur ! On y trouve une grande histoire (31 pages) signée Agnès Bertron-Martin et Gwen Keraval dans laquelle on va rencontrer Noulouk qui n’a pas peur des créatures féroces de la banquise quand il est question d’aller offrir un poisson à Anouk son amoureuse. Ensuite on va faire une araignée en chocolat, on va customiser une basket, colorier, découper des poissons et ajouter des vêtements à des personnages… et là il y a l’ombre au tableau ! Quand on avait parlé de Bonbek sur À l’ombre du grand arbre j’avais déjà parlé de ce qui est pour moi un grave souci et qu’on retrouve dans ce numéro… la pub ! Et surtout, la pub bien sournoise ! En effet les vêtements à découper et à ajouter aux personnages sont tous accompagnés de leur références et de leur marque (et on nous signale même sur quel site internet on peut les trouver). Pour moi c’est un gros gros problème, et ces deux pages font oublier la qualité du magazine (qui pour le coup passe de « assez cher » à « très cher », car 9,50 € pour un magazine avec pub, pour moi c’est pas possible). S’il y a bien un endroit où j’ai du mal à supporter la publicité, c’est dans les ouvrages pour enfants. Bref, dommage c’est une bonne revue Bonbek, mais je refuse qu’on prenne mes enfants pour des pigeons.
Le site de Bonbek : http://www.bonbek.fr.

Gabriel

You Might Also Like

Place aux héroïnes

Par 16 juillet 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente trois petits romans qui mettent en scène des héroïnes toutes très énergiques et attachantes mais très différentes.

Margot petite lingèreEn 1792, Margot est une enfant. Alors que le peuple se révolte contre la monarchie depuis la prise de la Bastille 3 ans plus tôt, elle est lingère au service de la princesse Marie-Antoinette. Du  haut de ses 9 ans, elle est assez admirative de la reine, et impressionnée devant tant de fastes, de belles robes, et de beau linge. Marcellin, son ami est plutôt du côté révolutionnaire et pas vraiment de cet avis. Durant cet été, les événements vont prendre une toute autre tournure, et le destin de la France et des Français va changer.

Vivre cette période charnière de l’histoire de France, dont on parle tant de l’intérieur, c’est ce que propose aux jeunes lecteurs Noélie Viallet avec ce court roman plein d’actions, de détails historiques, et de rebondissements. Elle nous propose une belle histoire d’amitié sur fond de fresque historique documentaire. De temps en temps s’intercale une page d’informations sur les Etats Généraux, la famille royale, les symboles de la Révolution ou bien encore la mort de Louis XVI,, avec dates, frises, et faits historiques, en appui de l’intrigue.  De plus, les illustrations de Prince Gigi, pleines de réalisme ponctuent joliment les moments de lecture. On est plongé plusieurs siècles en arrière, on révise ses classiques ou on apprend de nouvelles choses, bref, on joint l’utile à l’agréable.

essie j'étais parfaiteRetour en 2013, avec Essie cette petite fille pleine d’énergie, toujours prête à vivre de nouvelles expériences. Cette fois-ci, elle a décidé d’essayer d’être parfaite. Parfaite à la maison, parfaite en classe, parfaite avec ses amies, parfaite tout simplement. Alors pendant un temps, c’est super, tout le monde l’admire, on ne lui fait jamais aucun reproche, et elle est un modèle pour tout le monde. Elle est très amie avec Emma, une petite fille loin d’être parfaite, dont tout le monde loue pourtant la bonne volonté, les efforts et les progrès. Essie finirait presque par être jalouse : de son côté, tout le monde semble habitué à sa réussite et à son aisance, et on ne la complimente jamais. Elle en a marre : elle veut rire, faire rire, progresser et exister aux yeux de tout le monde.

Au départ, je me suis dit que ce petit roman était adressé en particulier aux enfants qui réussissent facilement, sont très populaires, mais pas toujours les plus heureux pour autant. Et c’est effectivement le cas. Vouloir être parfait, ou tout simplement avoir certaines facilités n’est pas que source de joie et d’épanouissement. Mais Claire Clément engage également, avec le personnage d’Emma, une réflexion sur le bonheur de faire des erreurs, le plaisir d’apprendre et de progresser, entouré par la bienveillance de sa famille ou de ses amis. Dans les deux cas, voici un court texte plein d’énergie pour dédramatiser ces situations, finalement certainement assez courantes chez les enfants. Je l’analyse avec un regard d’adulte, mais les mots, l’intrigue et le message sont parfaitement adaptés aux plus jeunes lecteurs. Ajoutez quelques illustrations vitaminées de Robin, et vous obtenez un joli petit roman sur la confiance en soi et l’acceptation de ses défauts, pour être plus heureux ! La vie est bien plus belle, drôle et passionnante quand on a quelques défauts et encore plein de choses à apprendre !

calamity mamieEnfin, on termine avec une dame plus âgée, mais non moins énergique. Calamity Mamie est l’héroïne d’une série de courts romans pour lecteurs débutants. Dans Calamity Mamie à l’hôpital, elle enchaîne les maladresses lors de son hospitalisation. Au départ emmenée aux urgences pour un mal de ventre, elle casse un pot de fleurs dans la salle d’attente, allume la télé au lieu de redresser son lit, renverse le vase, et fait même tomber un infirmier dans le couloir. Et encore, je ne vous dis pas tout ! En plus, elle est plutôt mauvaise malade, grimace au moment de prendre les médicaments et n’est jamais trop d’accord. Tout ce tohu-bohu pour une simple appendicite, sacrée Calamity Mamie !

Un texte simple, plein d’humour, au rythme enlevé accompagné d’illustrations colorées de Frédéric Joos tout aussi vivantes sur un moment pourtant pas très drôle qui concerne pourtant les enfants (qu’il s’agisse de leur propre hospitalisation ou de celle d’un de leurs proches) démontre que l’on peut rire de tout. Au contraire, sous couvert de gaffes en série, l’auteur propose aux jeunes lecteurs de se familiariser avec l’univers des blouses blanches, et de l’hôpital. On rit et on a hâte de connaître la prochaine bêtise de cette patiente pas comme les autres ! A noter qu’Arnaud Alméras reverse la moitié de ses droits d’auteur à l’association Sparadrap (une association que j’apprécie beaucoup et qui se propose d’expliquer aux enfants les différents soins auxquels ils peuvent être confrontés des plus banals aux plus lourds, notamment à l’aide de guides et de fiches pratiques) pour l’achat de ce livre. Encore une fois, on joint l’utile à l’agréable, et c’est quelque chose que j’aime !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un autre livre illustré par Robin (Hercule attention travaux)et un autre livre d’Arnaud Alméras (Les bêtises magiques de Lucie Caboche).

La véritable histoire de Margot, petit lingère pendant la Révolution Française
Texte de Noélie Viallet et illustrations de Prince Gigi.
Bayard dans la collection Les Romans Images Doc
6,20 €, 145 x 195 mm, 43 pages, imprimé en France, 2013
Essie, et si j’étais parfaite
Texte deClaire Clément et illustrations de Robin
Bayard dans la collection Mes premiers J’aime Lire
5,50 €, 145 x 190 mm, 32 pages, imprimé en France, 2012
Calamity Mamie à l’hôpital
Texte d’Arnaud Alméras et illustrations de Frédéric Joos.
Nathandans la collection Premiers Romans
5,60 €, 147 x 192 mm, 36 pages, imprimé en France, 2013

Marianne

You Might Also Like

Deux garçons courageux

Par 20 novembre 2012 Livres Jeunesse

Hercule arrive dans une nouvelle école. Il n’a pas encore d’ami, et les autres ne sont pas tendres : ils se moquent notamment de son prénom. Un jour, on lui propose de rejoindre la bande des Alligators à condition de réussir une douzaine d’épreuves. D’où le titre de ce roman illustré, Hercule, attention travaux !  Il aura besoin de courage et devra montrer tous ses talents !

Ça ne vous dit rien tout ça ? Hercule ? Le nombre douze ? Des épreuves ? Mais oui, ce roman pour enfants d’Emmanuel Trédez a des airs de légende mythologique. Des airs seulement, car ces aventures sont bien ancrées dans le quotidien des enfants d’aujourd’hui ! Mais l’auteur réussit tout de même à faire des parallèles avec les Douze travaux d’Hercule. Ce roman est accessible, plein d’humour, de jeux de mots. On n’a pas le temps de s’ennuyer grâce aux courts chapitres et aux illustrations de Robin. Avec Hercule, on s’interroge sur l’amitié, la recherche de l’amour, la tolérance, l’acceptation de soi et des autres. De quoi se souvenir que le quotidien est loin d’être ennuyeux, et que l’aventure n’est jamais bien loin !

La vie est un peu moins légère pour Jean-Reno, le narrateur de Pour un carré de chocolat, et ses amis de la plantation, Mandela et Innocente. Ces trois enfants vivent en Côte d’Ivoire, et en dehors de l’école, ils travaillent dans les champs de cacao. Très unis, ils décident, à l’initiative de Jean-Reno, de créer une association « Bic et la daba » pour faire entendre leurs voix auprès des adultes et être rémunérés justement. Avec l’argent mutualisé, ils peuvent s’acheter des fournitures scolaires ou des bottes pour éviter les morsures de serpent. Belle idée pour des enfants si jeunes ! Petit à petit, Jean-Reno et Innocente se rapprochent, et tentent de préserver leur amitié avec Mandela qui pourrait se sentir mis à l’écart. Un jour, Jean-Reno, qui comme ses copains, côtoie tous les jours le cacao sans jamais avoir pu croquer dans un seul carré de chocolat, va prendre le risque d’en subtiliser un pour l’offrir à Innocente…

Ce roman pour enfants au format original (carré, à la couverture presque tissée) est tiré d’une histoire vraie ! C’est là toute la force du récit d’Elise Fontenaille et Clarisse Buono qui nous transportent dans le quotidien de ces petits ivoiriens. On a l’impression d’entendre Jean-Reno nous raconter ses aventures. Encore une fois, amour naissant et amitié sont au cœur de l’intrigue, et c’est d’ailleurs ce qui permet au jeune lecteur de s’identifier à ces enfants, à la vie si particulière ! Pour ne rien gâcher, c’est Janik Coat qui signe les illustrations qui parsèment le roman. Après cette lecture, on ne regarde plus un carré de chocolat de la même manière !

Quelques pas de plus…
Gabriel a évoqué une histoire d’Emmanuel Trédez, paru dans le recueil Petites histoires du père Castor pour Noël. Retrouvez la chronique ici.
Anne Ferrier a chroniqué pour La Mare aux Mots un roman d’Elise Fontenaille, Le garçon qui volait des avions.
Enfin, ce n’est pas la première fois qu’on vous présente un livre illustré par Janik Coat : retrouvez Une vie d’ours, et La surprise.

Hercule, attention travaux !
de Emmanuel Trédez, illustré par Robin.
Nathan
4,95 €, 123×182 mm, 153 pages, imprimé en France
Pour un carré de chocolat
de Elise Fontenaille et Clarisse Buono, illustré par Janik Coat
Grasset Jeunesse
8 €, 160×180 mm, 61 pages, imprimé en Espagne

A part ça ?

Le musée Gustave Moreau de Paris propose des ateliers pour les enfants de 7 à 11 ans, les 24 Novembre et 8 Décembre. Au programme, contes, jeux, enquêtes, dessins… Plus de renseignements sur le site du musée.

Marianne

You Might Also Like

Secured By miniOrange