La mare aux mots
Parcourir le tag

Sébastien Mourrain

Deux albums drôles et caustiques sur des sujets sérieux…

Par 12 novembre 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui je vous propose deux formidables albums : une plongée dans l’univers mexicain avec Catrina de Mickaël Soutif et puis une réflexion hilarante sur la société de consommation grâce au drôlissime Top Car de Davide Cali et Sébastien Mourrain !

Catrin
de Michael Soutif
L’atelier du Poisson Soluble
15 €, 206×206 mm, 36 pages, imprimé en France, 2018.
Top Car
Texte de Davide Cali, illustré par Sébastien Mourrain
Les éditions des éléphants
14 €, 185×268 mm, 32 pages, imprimé en France, 2018.

You Might Also Like

Les invité·e·s du mercredi : Sébastien Mourrain et Claire Garralon

Par 7 novembre 2018 Les invités du mercredi

Aujourd’hui, je vous propose d’en savoir plus sur l’illustrateur Sébastien Mourrain puis de vous glisser dans l’atelier de l’autrice-illustratrice Claire Garralon. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Sébastien Mourrain

Parlez-nous de votre parcours
Je suis sorti de l’école Émile Cohl en 2000, j’ai commencé tout de suite à illustrer des contes pour Actes Sud junior. Puis j’ai intégré une agence et travaillé pour la presse pendant deux ans. Tout en continuant à illustrer pour l’édition Jeunesse.
Actuellement, je travaille principalement pour l’édition mais je fais aussi partie de l’agence Patricia Lucas. Je travaille depuis 14 ans dans l’atelier Le bocal à Lyon.

J’aimerais que vous nous parliez du magnifique Be Happy ! qui vient de sortir chez Didier Jeunesse. Comment avez-vous travaillé sur ce livre, vous avez fait des recherches, revu les comédies musicales dont il est question ?
Pour Be Happy, je connaissais déjà certaines comédies musicales mais j’ai dû aussi faire des recherches. Je me suis imprégné des ambiances et des époques. Comme ce sont une succession de tableaux, la difficulté était d’établir un lien entre eux.
L’univers graphique du Magicien d’Oz étant très éloigné de West Side Story par exemple, j’ai eu l’idée d’insérer la narratrice (en l’occurrence Susie Morgenstern) dans les illustrations. Un peu à l’image de La rose pourpre du Caire, elle rentre dans l’écran de cinéma.
Ainsi, c’est elle qui fait le lien avec toutes les comédies musicales.

Quelques mots également sur Top Car qui vient de sortir aux éditions des éléphants ?
Top car est une histoire pour les éternels insatisfaits. Il nous parle de la société de consommation et de nos désirs d’achats compulsifs.
Quand j’ai lu l’histoire de Davide Cali, le personnage de Tati m’est venu à l’esprit. Je pense que pour Davide aussi car il se prénomme « Jacques ». On retrouve un peu ce côté désabusé face à la société et l’idée de rentrer dans le rang à tout prix.
Le dos du livre finit sur une note d’espoir.

Comment choisissez-vous vos projets ?
Ça dépend. Certaines histoires me parlent, d’autres moins. J’ai la chance de pouvoir choisir celles qui me plaisent le plus. Je travaille aussi avec des auteurs formidables. Je sais à quel point c’est compliqué d’écrire car je n’y arrive pas moi-même.
Mais si je n’aime pas un texte, ce n’est même pas la peine que j’essaye de l’illustrer. Sinon tous les thèmes sont bons à illustrer tant que le texte est bon.
On va pouvoir lire et relire un album si l’histoire est bonne même si les illustrations nous plaisent pas. L’inverse est rare. Il faut servir le texte.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescent ?
Enfant, j’ai peu de souvenirs de lecture d’album. Mais mon grand-père avait une énorme collection de BD. Donc je dirais tous les Tintin.
Ado, j’ai adoré lire Marcel Aymé, Edgar Poe, Maupassant, Barjavel…

Sur quel nouveau projet travaillez-vous actuellement ?
Actuellement, je travaille sur plusieurs projets. Je travaille sur les péripéties d’un dauphin avec Michaël Escoffier chez Gallimard Jeunesse, sur l’enfance de Bigoudi avec Delphine Perret chez Les Fourmis Rouges, une histoire cauchemardesque de Julien Baer Chez Hélium et l’histoire d’un petit rebelle de Guillaume Guéraud chez De la Martinière jeunesse.
Tout un programme…

Bibliographie sélective :

  • Be Happy ! Mes plus belles comédies musicales, illustration d’un texte de Susie Morgenstern, Didier Jeunesse (2018).
  • Top Car, illustration d’un texte de Davide Cali, Les éditions des éléphants (2018).
  • Tuk-Tuk express, illustration d’un texte de Didier Lévy, ABC Melody (2018).
  • J’ai perdu ma langue, illustration d’un texte de Michaël Escoffier, Seuil Jeunesse (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • Bronto Megalo Saure, illustration d’un texte de Davide Cali, Sarbacane (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Chez moi, illustration d’un texte de Davide Cali, Actes Sud Junior (2016).
  • Santa Fruta, illustration d’un texte de Delphine Perret, Les fourmis rouges (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Mister Gershwin, les gratte-ciels de la musique, illustration d’un texte de Susie Morgensten, Didier Jeunesse (2016).
  • Chiens & Chats sous la loupe des scientifiques, illustration d’un texte d’Antonio Fischetti, Actes Sud Junior (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Bigoudi, illustration d’un texte de Delphine Perret, Les fourmis rouges (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Moustachat, illustration d’un texte de Géraldine Elschner, L’élan Vert (2014).
  • L’homme à la peau d’ours, illustration d’un texte d’Anne Jonas d’après les frères Grimm, Seuil Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Émile, le petit fifre, illustration d’un texte d’Anne de la Boulaye, Seuil Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • La fine mouche, illustration d’un texte de Jean Perrot, Seuil Jeunesse (2011).
  • Serial rapteur, illustration d’un texte de Claude Carré, Actes Sud Junior (2009).


Quand je crée… Claire Garralon

Le processus de création est quelque chose d’étrange pour les gens qui ne sont pas créateur·trice·s eux-mêmes. Comment viennent les idées ? Et est-ce que les auteur·trice·s peuvent écrire dans le métro ? Les illustrateur·trice·s, dessiner dans leur salon devant la télé ? Peut-on créer avec des enfants qui courent à côté ? Faut-il de la musique ou du silence complet ? Régulièrement, nous demandons à des auteur·trice·s et/ou illustrateur·trice·s que nous aimons de nous parler de comment et où ils·elles créent. Cette semaine, c’est Claire Garralon qui nous parle de quand elle crée.

Créer, quel verbe impressionnant. Alors regarder dans le dictionnaire Larousse sa définition exacte me rassure parce que j’y lis, entre autres : …Réaliser ou concevoir quelque chose… Et là, pas de soucis, je crée, sans aucun doute, des tas de choses même, des bricoles qui n’aboutissent pas, des collections de bouchons trophées animaliers, des bouteilles avec des poissons dedans, des papillons de papier épinglés dans des boîtes, des mots, des phrases ou débuts d’histoires, des images, grandes ou petites, ici ou là… Tout est soigneusement rangé, étiqueté pour que je m’y retrouve.
Je n’ai pas de « règle » de création ou de mise au travail.
Les idées viennent n’importe où. Leurs mises en place, leurs constructions, leurs assemblages se font dans l’atelier avec ou sans le chat.
J’aime le matin tôt mais je n’y arrive pas toujours, le soir, ce n’est pas la peine, je suis trop fatiguée.
J’ai besoin de silence et de solitude. Même si j’ai appris, avec plein d’enfants autour, à travailler dans des plages de temps limitées et des lieux pas toujours idéaux, étroits ou de passage. Maintenant, les enfants ont grandi, le temps a beaucoup moins de limites et le lieu est devenu bel atelier. La seule tolérance c’est Gatua, le chat. Je dis bien tolérance, parce que si elle veut se coller à moi comme elle le fait consciencieusement avec mes dessins, crayons ou clavier d’ordinateur lorsque j’écris, je lui propose gentiment d’aller ailleurs. Qu’elle soit dans la pièce me plaît plutôt, c’est une présence chaude et somnolente qui m’apaise.
J’ai un carnet à dessin et un carnet à écrit dans mon sac. J’alterne. Parfois même je me sers de l’un comme de l’autre, j’écris sur celui à dessin et inversement.
Des mots sans images et des images sans mots, ce n’est pas encore pour tout de suite…
Merci Gabriel

Claire Garralon est autrice et illustratrice.

Bibliographie sélective :

  • Poule bleue, texte et illustrations, MeMo (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • Chat noir chat blanc, texte et illustrations, MeMo (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • La promenade des canards, texte et illustrations, MeMo (2017).
  • Les jours, les mois et les saisons, texte et illustrations, MeMo (2016).
  • C’est ma mare, texte et illustrations, MeMo (2016).
  • Drôles de tableaux, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Ça, texte et illustrations, Philomèle (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • La vie en bleu, illustration d’un texte d’Alice Brière Haquet, Océan Édition (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Le chat et l’oiseau, illustration d’un texte d’Alice Brière Haquet, Thierry Magnier (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Rond rouge, texte et illustrations, Actes Sud Junior (2012).
  • Six souricettes découvrent les couleurs, , texte et illustrations, Circonflexe (2011).
  • Le petit triangle, illustration d’un texte en Coréen, Yéowon Média (2011)
  • La graine et l’oiseau, illustration d’un texte d’Alice Brière Haquet, Grandir (2011).
  • Jamais seul, illustration d’un texte de Didier Poitrenaud, Kilowatt (2011).

Retrouvez Claire Garralon sur son site : http://clairegarralon.fr.

You Might Also Like

Petits objets et grandes idées

Par 26 juillet 2018 Livres Jeunesse

Les deux livres d’aujourd’hui ont un point commun : partir d’une petite chose pour la détourner dans tous les sens ! Le premier nous emmène dans une course folle à la poursuite d’une langue en vadrouille, et le second nous apprend à dessiner à partir d’objets du quotidien. C’est parti !

J’ai perdu ma langue
Texte de Michaël Escoffier, illustré par Sébastien Mourrain
Seuil Jeunesse
11,90 €, 165×226 mm, 28 pages, imprimé en Chine, 2018.
Think twice
de Tête au Carré
Omaké Books
10 €, 148×211 mm, 130 pages, imprimé en Bulgarie, 2018.

You Might Also Like

Des monstres terrifiants

Par 28 février 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on fait la connaissance de deux monstres terrifiants : le Bronto Megalo Saure et le Monstre du bain… Installez-vous confortablement, ça risque de swinguer !

Bronto Megalo Saure
Texte de Davide Cali, illustré par Sébastien Mourrain
Sarbacane
14,90 €, 219×280 mm, 28 pages, imprimé en France, 2017.
Le monstre du bain
Texte de Colin Boyd, illustré par Tony Ross
Seuil Jeunesse
12,90 €, 248×288 mm, 22 pages, imprimé en France, 2017.

You Might Also Like

Improbables amitiés

Par 16 février 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on va se plonger dans des histoires d’amitiés à travers trois albums qui nous content des amitiés un peu étranges, que l’on n’aurait pas pu imaginer.

Santa fruta
texte de Delphine Perret, illustré par Sébastien Mourrain
les fourmis rouges
13,80 €, 180 x 245 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2016.
Katkout
texte de Garennabi Elhalou, illustré par Hilmi Touni
Le port a jauni
18 €, 320 x 240 mm, 40 pages, imprimé en France, 2016.
Bagdan et la louve aux yeux d’or
texte de Ghislaine Roman, illustré par Régis Lejonc
Seuil jeunesse
15 €, 265 x 290 mm, 56 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Secured By miniOrange