La mare aux mots
Parcourir le tag

Serge Bloch

Quelques romans pour les jeunes lecteurs

Par 30 mai 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui une petite sélection de romans pour les enfants qui commencent à lire.

Chien pourri Chien Pourri est moche et pue, il se ballade avec son escorte de mouches et de puces, il ressemble à une vieille serpillère (en plus odorant) et il vit dans une poubelle… ah j’oubliais… en plus il n’est pas très futé ! Un jour, alors qu’il discute avec Chaplapla (son ami félin passé sous les roues d’un camion à trois mois), il décide que ce qu’il lui manque c’est un maître ! Le voilà parti pour de sacrées aventures dans lesquelles son aspect lui sera utile.

Je ne sais pas vous, mais moi rien que le titre Chien pourri m’éclate ! Et je n’ai pas été déçu du reste. Colas Gutman qui m’avait fait ricaner avec l’excellent Les inséparables nous narre l’histoire d’un chien aussi « naïf que moche, et tu es très moche ! » (Comme le dit si bien Chaplapla). C’est vraiment très drôle, complètement décalé. Chien pourri n’a rien pour plaire mais ses aventures si ! On attend avec impatience la suite !

Le chat beautéQuand Jérôme, son maître, s’embrouille avec la voisine c’est sur le chat Pitre que tout retombe ! Faut dire que la voisine a un chat qui est une vraie bête à concours et Jérôme a décidé qu’au prochain concours de beauté son chat à lui allait gagner le premier prix, écraser celui de la voisine… alors Pitre doit tout subir, du toilettage au régime ! Mais gagnera-t-il vraiment ?

Beaucoup d’humour dans ce petit roman de Florence Hinckel. Alors bien entendu les « propriétaires » de chats reconnaîtront bien le si bon caractère de leur animal à travers le comportement et les pensées de Pitre. En dehors des jeux de mots avec le mot chat, pas forcément utiles et pas super originaux, Le chat beauté est un petit roman original, drôle et bien écrit.

Feriel prisonnier du NoirBientôt l’anniversaire de Fériel et de son frère jumeau et la petite fille lui a promis qu’ils le passeraient ensemble ! Pas facile quand le frère en question vit au pays des morts. Mais qui ne tente rien n’a rien ! Il va falloir faire preuve de malice pour ne pas se faire avoir par les gardiens du Noir.

J’avoue avoir été décontenancé par cette histoire de petite fille qui rend visite à son frère (un peu décomposé quand même…) au royaume des morts signée Eric Sanvoisin. Un peu sceptique… mais si vos enfants aiment les histoires de morts, c’est un petit roman plutôt drôle, avec une bonne intrigue et de très jolies illustrations. C’est un roman qui fait partie d’une série mais qui se lit indépendamment sans souci.

Les aventures de Victor Bigboum Jupiter est amoureuxVictor se rend sur la planète-parc avec son groglou (une sorte de monstre gentil entre Casimir et Sulli, de monstres de compagnie). Pour ce dernier c’est la première fois qu’il parcourt ce lieu où se croisent Fusées tamponneuses et Toboggans atomiques… imaginez son excitation ! Mais ce qui intéresse le plus le groglou c’est l’Étoile de l’Enfer, seulement Victor est terrifié par ce manège très haut et très rapide. La rencontre avec une jolie petite fille et sa charmante grogloute va certainement changer le comportement de nos deux héros…

Beaucoup d’humour également dans ce petit roman signé Bertrand Fichou et illustré par Éric Gasté. Il est question de courage, d’entraide et d’épater les filles ! Une histoire très originale qui devrait beaucoup plaire aux enfants amoureux… et aux autres !

mes dents, mes copains et moiPour Mattéo, six ans, c’est la honte… il a toutes ses dents ! Tous ses copains ont des sourires de vampires et lui doit arborer ces honteuses dents de lait comme s’il était un bébé… Mattéo n’en peut plus, il faut trouver une solution ! Aidé de son amie Lilas, il va tenter des expériences assez… extrêmes !

Ici encore on sourit des aventures de ce petit garçon qui voudrait être comme les autres, ne pas paraître plus petit. On rit de ses expériences (manger des biscottes violemment, accrocher sa dent à une porte et attendre que quelqu’un ouvre…) qui sont toujours vaines (forcément quand la porte s’ouvre vers l’intérieur…). Un texte plein de malice avec de très jolies illustrations (signées Aurélien Débat).

Mon copain bizarreBrice est un enfant… étrange ! Des cheveux qui brillent, une arrivée dans le village particulière (il a été trouvé sur une colline)  et des talents assez surprenants ! Brice, vous vous en doutez, est un peu la cible des quolibets mais il peut compter sur son ami Mathieu avec qui il vit une belle histoire d’amitié.

Un très joli petit roman sur l’amitié, sur les différences. Une histoire pleine d’humour et de poésie avec un brin de fantastique. Le très beau texte de Jean Guilloré est mis en image avec beaucoup de talent et de poésie par Serge Bloch. Un de mes romans préférés de cette sélection, tant pour son histoire que pour la qualité de ses illustrations.

La bouche de l'ogreComme tous les samedis Nathan sort chercher le pain, faut dire que son père n’aime pas prendre de repas sans sa baguette craquante et Nathan fait tout pour éviter de contrarier ce père qui hurle tout le temps depuis qu’il n’a plus de travail. Le petit garçon a l’habitude du chemin de la boulangerie pourtant aujourd’hui il se perd et s’il n’était pas recueilli par une dame, il dormirait dehors… Cette grosse femme semble tellement gentille… mais si ça cachait quelque chose ?

C’est un très beau texte (superbement illustré par Donatien Mary) que signe Benoît Broyart. Une sorte de conte contemporain (on pense notamment au Petit poucet : petit garçon égaré, ogre, précarité des parents,…) où l’on parlerai du chômage. Une histoire du quotidien qui bascule dans le fantastique. Un texte très fort, assez troublant qui, à l’image de la couverture du livre, fait un peu peur. On peut voir des métaphores dans certaines des situations, certains personnages, c’est typiquement le genre de livre qu’on ne referme pas comme ça… Le livre lui-même, en tant qu’objet, est très beau. Un texte assez noir écrit par une très bonne plume de la littérature jeunesse.

Les caprices de MélisseLa princesse Mélisse s’ennuie, et vous savez comment sont les princesses dans ces cas-là, elles veulent être diverties ! Et là ce dont Mélisse a envie c’est d’avoir peur, qu’on lui fiche la trouille, la frousse. Le roi convoque ses sujets, il faut trouver comment provoquer une peur bleue à la petite fille.

On reste avec Benoît Broyart et on parle encore de la peur ! Mais ici c’est un roman beaucoup plus léger, avec de l’humour. Et même si ce sont vraiment deux univers différents, les illustrations d’Elsa Fouquier sont également très belles. On parle donc de la peur mais aussi des caprices (vous l’aurez compris). Les enfants adorent avoir peur mais il y a une chose qu’ils aiment encore plus… vous ne savez pas quoi ? Lisez le très joli Les caprices de Mélisse !

Le zoo des légumesSara a décidé : elle sera végétarienne ! Il faut sauver ces animaux qui finissent dans nos assiettes. Pourtant quand elle en parle avec sa grand-mère celle-ci lui explique que les légumes étaient aussi des animaux avant. Sara va donc faire un zoo pour protéger ses légumes et, quitte à supporter les moqueries, elle va même aller jusqu’à amener son aubergine à l’école.

Le départ est assez crispant pour un végétarien, ce qui est mon cas. Quel végétarien n’a pas entendu cette phrase idiote « non mais les légumes aussi ça souffre ! ». Mais très vite on pardonne à Martin Page ce petit hic, car son texte est extrêmement poétique et tellement bien écrit (ce n’est pas non plus une nouveauté que Martin Page écrit bien…). C’est un roman fin, délicat sur l’imaginaire des enfants et sur la temporalité des choses et des gens, la « non éternité ». On parle des choses qui se fanent, des gens qui partent. Un texte magnifique.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Colas Gutman (Les inséparables), Joëlle Passeron (Un perroquet nommé Rocco), Marc Boutavant (Bogueugueu est amoureux), Éric Gasté (Le petit Poucet), Serge Bloch (Les contes de la Folie Méricourt), Benoît Broyart (Vers un monde alternatif ? et Magie noire), Elsa Fouquier (Gym et comptines pour les petits) et Sandrine Bonini (Petits contes des 1001 nuits).
Une autre chronique avec des livres pour les premiers lecteurs ici et généralement sous le tag grenouille.

Chien Pourri
de Colas Gutman, illustré par Marc Boutavant
L’école des loisirs dans la collection Mouche
8€, 125×190 mm, 56 pages, imprimé en France, 2013
Le chat Beauté
de Florence Hinckel, illustré par Joëlle Passeron
Nathan
5€, 120×180 mm, 80 pages, imprimé en France, 2013.
Fériel : Prisonnier du noir
de Éric Sanvoisin, illustré par Gaëlle Duhazé
Nathan dans la collection Premiers romans
5,60€, 140×185 mm, 48 pages, imprimé en France, 2013.
Les aventures de Victor BigBoum : Jupiter est amoureux
de Bertrand Fichou, illustré par Éric Gasté
Bayard Poche dans la collection Mes premiers j’aime lire
5,50€, 145×190 mm, 30 pages, imprimé en France, 2013.
Mes dents, mes copains et moi
de Karine Dupont-Belrhali, illustré par Aurélien Débat
Bayard Poche dans la collection Mes premiers j’aime lire
5,50€, 145×190 mm, 32 pages, imprimé en France, 2013.
Mon copain bizarre
de Jean Guilloré, illustré par Serge Bloch
Bayard Poche dans la collection J’aime lire
5,20€, 125×180 mm, 48 pages, imprimé en France, 2013.
La bouche de l’ogre
de Benoît Broyart, illustré par Donatien Mary
Oskar éditeur dans la collection Trimestre
14,95€, 165×230 mm, 45 pages, imprimé en Europe, 2013.
Les caprices de Mélisse
de Benoît Broyart, illustré par Elsa Fouquier
Milan dans la collection Milan Poche Benjamin
4,99€, 133×180 mm, 24 pages, imprimé en France, 2013.
Le zoo des légumes
de Martin Page, illustré par Sandrine Bonini
L’école des loisirs dans la collection Neuf
8€, 125×190 mm, 56 pages, imprimé en France, 2013.

A part ça ?

L’inconvénient d’être féministe en librairie jeunesse, un super bon article.

Gabriel

You Might Also Like

D’autres contes de Pierre Gripari

Par 19 juillet 2012 Livres Jeunesse

A force d’entendre « Non mais tu déménages ou quoi ? » un homme se dit qu’il faut contacter des déménageurs… pour bouger ce qu’il a dans la tête… Un veuf qui engage un renard pour pleurer à l’enterrement de sa femme. Monsieur Pierre qui rencontre Pirlipipi, l’enfant qui voulait une histoire de sorcière. Un marchand de fessée qui se désespère d’en vendre. Bref 14 contes signés par le grand Pierre Gripari.

Je vous disais il y a peu que j’avais découvert tardivement Pierre Gripari (lire ma chronique du 27 avril : Contes et pièces de Pierre Gripari), c’est avec un immense plaisir que je découvre le reste de son œuvre. Pour mon plaisir… et celui de ma fille ! Je ne l’ai rarement vu aussi attentive à la lecture d’histoires, elle est passionnée, captivée. Ici donc, dans Les contes de la folie Méricourt, sont regroupés 14 contes (dont 4 contes russes, un grec, un français et un en forme d’échelle !) tous aussi farfelus les uns que les autres.

Nanasse et Gigantet, la grande naine et le petit géant

On croise ici les personnages des Contes de la rue Broca (Monsieur Pierre, la sorcière de la rue Mouffetard,… et le livre Les contes de la rue Broca sert même à faire faire des cauchemars au méchant de l’histoire La princesse barbue !) mais des tas de nouveaux personnages également (une sorcière qui a été élue Miss Laideur 1931, un enfant transformé en merle, un moineau donneur de leçon,…). Certaines histoires sont pleines de morales (on apprendra par exemple que c’est pas si mal d’être un enfant, avec tout ce que ça comporte, plutôt qu’un oiseaux dans Pouic et la Merlette, qu’il ne faut pas croire tout ce qu’on nous dit et ne jamais regretter ce qu’on n’a jamais eu dans Le paysan et le moineau,…). Certaines sont de belles fables philosophiques comme Le juste et l’injuste (qui débattent pour savoir s’il vaut mieux être juste ou ne pas l’être). Bref 14 très beaux contes à la fois drôles et profonds, plein de sens… et de non-sens !

Quelques pas de plus…
D’autres Pierre Gripari sur le blog : des contes, Contes de la rue Broca, l’intégrale, des pièces de théâtre, Sept farces pour écoliers et un roman, Histoire du prince Pipo, de Pipo le cheval et de la princesse Popi.
D’autres recueils de contes.

Les contes de la folie Méricourt
de Pierre Gripari, illustré par Serge Bloch
Grasset Jeunesse
9€,180x130mm, 242 pages, imprimé en Espagne.

A part ça ?

Vous êtes en vacances à la mer ? Je vous ai trouvé une occupation pour le retour… un peu de sable et hop !

(je vous préviens quand même que la vidéo ne met pas forcément la pèche… très beau mais le sujet, la séparation d’une famille pendant la seconde guerre mondiale, est dur)

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange