La mare aux mots
Parcourir le tag

Sophie Blackall

Romans d’amitié

Par 30 juillet 2015 Livres Jeunesse

zoé et jujuZoé et Juju sont voisines. Elles se sont rencontrées le jour où Zoé a emménagé dans le quartier. Très différentes l’une de l’autre, elles ont d’abord pensé qu’elles auraient du mal à se lier d’amitié ! Juju, surtout était très réticente. Cette nouvelle voisine allait empiéter sur ses plates-bandes, son territoire. Jamais elles ne pourraient s’entendre, ce n’était pas possible ! Et pourtant, lorsque Juju doit se cacher dans le quartier parce qu’elle a fait une farce à sa grande sœur,  heureusement que Zoé est là  pour voler à son secours !  Une course-poursuite effrénée dans les jardins du quartier scelle le début de leur amitié ! S’en suivront bien d’autres moments de complicité et de franche rigolade ! Les deux fillettes deviennent rapidement inséparables et les voisins n’ont qu’à bien se tenir !

zoé et juju chassent le fantôme de l'écoleEt quand un fantôme rôde dans les toilettes de l’école, c’est nécessairement une affaire pour elles ! Tout le monde en parle et s’inquiète, la rumeur enfle… Il faut dire que ce n’est quand même pas très commun et plutôt source d’angoisse pour tout le monde… Mais les deux fillettes n’ont pas froid aux yeux et sont bien résolues à résoudre le mystère… Elles élaborent un plan d’action, se servent d’un livre de magie et concoctent une potion miraculeuse : les deux comparses ont du pain sur la planche ! Il faut faire quelque chose ! Mais que c’est excitant une telle aventure ! Elles s’en donnent à cœur joie, prennent des risques, rient beaucoup et c’est contagieux. On rit de leurs folles idées, de leur complicité et de leur espièglerie !

zoé et juju battent un record du mondeÉvidemment, quand la maîtresse prête un livre sur les records du monde à Juju, c’est une nouvelle occasion de se lancer un défi ! Et Zoé est nécessairement de la partie puisque l’une ne va pas sans l’autre ! Les deux amies sont admiratives de tous ces champions qui ont relevé des défis tous plus incroyables les uns que les autres ! Alors que tous les élèves de la classe cherchent à établir un nouveau record, le duo de choc met la barre très haut : leur record sera le plus impressionnant et le plus réussi, c’est certain ! Et elles vont tout mettre en œuvre pour y parvenir !

Série de romans pour des jeunes lecteurs qui lisent déjà seuls mais apprécient de retrouver de courts chapitres et quelques illustrations pour soutenir le récit, Zoé et Juju est une collection pétillante et dynamique qui ne manque pas d’humour ! Annie Barrows a créé un sacré duo, plein d’entrain et de malice. Les illustrations de Sophie Blackall, en noir et blanc s’invitent dans les pages pour animer la lecture !
Action, aventure, humour et multiples rebondissements sont au menu de ces romans !
Les mêmes vus par Sous le feuillage et À l’ombre du saule.

Ma meilleure amie a une meilleure amieMimi et Nat sont inséparables. Elles se sont rencontrées à la rentrée et ont juré de ne jamais se quitter. Elles partagent, elles échangent, elles rient… Un jour, Nat, malade, s’absente de l’école. À son retour, elle apprend qu’Angèle a dormi chez Mimi…
L’amitié, la tristesse, la déception, la jalousie… Que de sentiments dans ce roman ! À travers son histoire, Nat parle du tourbillon d’émotions dans lequel on est parfois plongé, à tout âge. Fourmillant de tendres détails, Ma meilleure amie a une meilleure amie est une histoire de vie qui s’ancre dans le quotidien des jeunes lecteurs. Dominique Souton sait retranscrire des moments apparemment simples, pourtant importants aux yeux des enfants. Les illustrations de Pascal Lemaître sont discrètes mais parsèment le roman, pour pimenter la lecture. C’est tendre, émouvant et c’est peut-être l’occasion d’essayer de comprendre ce qu’il se passe parfois dans la tête ou le cœur, quand tout est un peu compliqué !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Sophie Blackall (
Les 9 vies de Philibert Salmeck et Dis, tu dors ?).

Zoé + Juju
Texte d’Annie Barrows (traduit par Pierre Varrod), illustré par Sophie Blackall
Tourbillon dans la collection Zoé + Juju.
6,90 €, 140 x 185 mm, 113 pages, lieu d’impression non precisé, 2014.
Zoé+ Juju chassent le fantôme de l’école
Texte d’Annie Barrows (traduit par Pierre Varrod), illustré par Sophie Blackall
Tourbillon dans la collection Zoé + Juju.
6,90 €, 140 x 185 mm, 125 pages, lieu d’impression non precisé, 2014.
Zoé + Juju battent un record du monde
Texte d’Annie Barrows (traduit par Pierre Varrod), illustré par Sophie Blackall
Tourbillon dans la collection Zoé + Juju.
6,90 €, 140 x 185 mm, 114 pages, lieu d’impression non precisé, 2014.
Ma meilleure amie a une meilleure amie
Texte de Dominique Souton, illustré par Pascal Lemaître
L’école des loisirs dans la collection Mouche
9,50 €, 125 x 190 mm, 109 pages, imprimé en France, 2014.

À part ça ?

Je suis comme je suis est un petit film pour aborder la notion du respect des différences !

Marianne

You Might Also Like

Contes peu ordinaires

Par 9 juin 2015 Livres Jeunesse

récits extraordinairesNinon a peur de la neige. Une peur panique que personne ne comprend. On se moque d’elle, on trouve qu’elle exagère. Son père finit même par l’obliger à pelleter la neige lors d’une tempête. Un cauchemar pour Ninon. Jusqu’à ce qu’une rencontre ait lieu. Une rencontre magique, surnaturelle, qui permettra à la jeune fille d’affronter ses craintes.
Ulysse comprend les oiseaux. Il les entend penser, décrypte leurs sentiments. Tout le monde se moque, personne ne l’écoute. Un jour, il rencontre des corbeaux. Et ces oiseaux noirs mystérieux n’ont pas fini de le surprendre et de l’inquiéter.
Un jeune garçon rencontre un soir un « ours-lumière ». Une sorte de fantôme. Il n’ose en parler à personne, puis finit par se confier à Nmi, la sorcière du village qui lui livrera les secrets de la créature mystérieuse.
Récits extraordinaires est un recueil de trois nouvelles fantastiques. Trois contes qui mettent en lien des enfants et la nature. Ce sont aussi trois récits initiatiques : chacun d’eux va faire une rencontre qui changera le cours de sa vie et lui permettra de grandir. Jean-François Chabas nous propose des histoires aux allures de contes. L’ambiance, le vocabulaire employé, les tournures de phrases, le rythme du récit : on imagine très bien ces histoires lues et mises en scènes.
Trois histoires peu ordinaires pour rêver et grandir !
Le même vu par Les riches heures de Fantasia et Délivrer des livres.

Les 9 vies de philibert salmeckPhilibert Salmeck (il a fallu que je le lise à haute voix pour comprendre qu’il y avait un jeu de mots dans ce nom de famille) est un jeune milliardaire. Alors que tous les membres de sa famille disparaissent les uns après les autres, il décide de se faire transplanter les neuf vies de son chat. Enfant gâté qui ne connaît pas la valeur de l’existence, il les gâche les unes après les autres : électrocution, noyade, saut dans le vide… Lorsqu’il ne lui reste plus qu’une vie, il prend conscience de la fragilité de l’existence et décide de se cloîtrer chez lui.
Les 9 vies de Philibert Salmeck est un roman unique en son genre. D’abord déroutée par ce scénario étrange et le ton très caustique, j’ai progressivement été séduite par l’humour noir omniprésent de ce récit. John Bemelmans Marciano se sert de Philibert pour parler des grandes peurs des hommes dans ce conte fantastique joliment illustré par Sophie Blackall.
Un roman aux multiples facettes qui peut tour à tour déranger, faire rire ou émouvoir !
Le même vu par Les riches heures de Fantasia.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Jean-François Chabas (
Féroce) et Sophie Blackall (Dis, tu dors ?).

Récits Fantastiques
de Jean-François Chabas
L’école des loisirs
8 €, 125 x 190 mm, 80 pages, imprimé en France, 2013.
Les 9 vies de Philibert Salmeck
Texte de John Bemelmans Marciano (traduit par Mickey Gaboriaud), illustré par Sophie Blackall
Les grandes personnes
16 €, 155 x 230 mm, 161 pages, imprimé en Espagne, 2014.

À part ça ?

 Hoang Tien Quyet réalise des origamis en papier humide !

Marianne

You Might Also Like

J’crois qu’il va y avoir un bébé…

Par 8 juin 2015 Livres Jeunesse

Un poisson dans le bidonElle a un poisson dans le bidon, en tout cas c’est ce qu’elle lui a dit ! Étonnant, non ? Il a donc regardé son bidon, mais il n’a rien vu. Il n’a pas changé, le bidon, c’est toujours le même ! C’est bizarre cette histoire, un poisson dans le bidon !
Coup de cœur pour ce très bel album signé David Sire et Magali Le Huche. Si vous connaissez les chansons de David Sire, vous savez à quel point il sait manier les mots, jouer avec eux. Ici, il joue sur les répétitions. Le personnage principal (le futur père) n’en revient pas, il se répète cette phrase étrange, cette situation saugrenue. Les deux héros sont entièrement nus tout au long de l’histoire, mais Magali Le Huche les a croqués avec poésie et avec humour. Et même lorsque la procréation est évoquée, c’est de façon délicate et subtile.
Un magnifique album sur l’arrivée d’un bébé, pour les enfants ou pour annoncer à un homme qu’il va être père…
Des extraits sur le site de l’éditeur.

L'arbre à bébésSon père et sa mère lui ont dit qu’il allait avoir un petit frère ou une petite sœur. Forcément, dans sa tête les questions affluent ! Mais dès que la première est posée, voilà que les parents fuient, trop de travail, ils sont en retard, ils n’ont pas le temps. Notre héros va donc poser la question à sa grande sœur, à sa maîtresse, à son grand-père et même au facteur ! Mais seuls les parents sauront lui répondre avec les mots justes.
D’où viennent les bébés, à chacun sa réponse. Certains éludent en parlant de l’hôpital, d’autres mentent avec le fameux coup de la cigogne. Les parents du héros ont décidé de lui expliquer, avec des mots adaptés à son âge. En fin d’ouvrage, une partie réservée aux parents explique comment répondre à ce genre de question en proposant des suggestions de réponses. On y évoque même les jumeaux, l’adoption et l’homoparentalité.
Un album très doux pour parler de la naissance avec un-e aîné-e.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Retrouvez tous les livres sur la naissance que nous avons chroniqués ici.
Nous avons déjà chroniqué des albums de David Sire (Niet Popov !C’est de famille ! et L’arpenteur), de Magali Le Huche (Ma SUPER famille, Même les princesses pètent, Paco et la fanfare, Paco et l’orchestre, Jean-Michel et Victoria la fée, Ferme ton bec !, Le chat d’Elsa, Les Pourquoi de Non-Non, Pépito super-héros, Drôles de courses pour Monsieur Ours, Non-non veut faire du sport mais a un peu la flemme, Le loup et la soupe aux pois, À la piscine, L’arpenteur, Le voyage d’Agathe et son gros sac et Le poisson perroquet) et de Sophie Blackall (Dis tu dors ?). Retrouvez aussi notre interview de Magali le Huche.

Un poisson dans le bidon
Texte de David Sire, illustré par Magali Le Huche
Sarbacane
13,90 €, 260×210 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
L’arbre à bébés
de Sophie Blackall (traduit par Benjamin Kuntzer)
Circonflexe dans la collection Albums Circonflexe
13 €, 213×285 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2015.


À part ça ?

Une histoire de familleUn bébé qui arrive, c’est aussi l’occasion de créer un bel album de famille, un livre qu’on transmettra à l’enfant. Une histoire de famille, sorti chez Larousse, propose ce genre de chose. Dans « Ma généalogie », on va parler des arrières-grands-parents, grands-parents et parents (chaque fois, photo à coller et petite fiche signalétique à remplir). Ensuite, on s’intéresse aux frères et sœurs, aux oncles et tantes, aux cousins et cousines. Puis on parlera ressemblances, maison de l’enfance, vacances, souvenirs d’école, jeux en famille, repas du dimanche, Noëls, sorties mémorables… bref, c’est un vrai collecteur de souvenirs ! Ce n’est pas vraiment un album de naissance, mais plutôt un ouvrage qu’on peut remplir à tout âge, un album qu’on gardera, qu’on pourra même se transmettre.
Une histoire de famille, Larousse, 19,90 €.

Gabriel

You Might Also Like

Des mères

Par 4 juillet 2013 Livres Jeunesse

Trois albums où la mère tient une place importante.

C'est la mienneUn enfant nous présente sa mère, une mère qui a des idées hautes en couleur, qui fait jouer les ombres de ses mains, qui donne des petits noms et qui connaît des mots pas faciles à retenir. C’est sa mère, la sienne.

C’est la mienne est vraiment un bel album, très graphique, signé Lisa et Csil. Les illustrations de Csil sont toujours un grand bonheur, on s’arrête sur chaque page et on ouvre grand les yeux. Cette illustratrice a un vrai talent. Elle met ici en image avec une extrême poésie les mots de Lisa, un texte très doux sur une mère, une véritable déclaration d’amour.

Petite souris« Tu es ma petite souris » lui dit sa mère, mais non, cette petite fille n’est pas aussi rikiki ! Elle est grande et forte ! Contrairement à une souris elle a de grandes dents qui croquent, elle est courageuse et n’a peur de rien, elle sait hurler, hululer ou barrir… non non non elle N’EST PAS une petite souris… ou juste celle de maman alors…

Qu’elles sont belles les illustrations rétro d’Alison Murray ! On pense aux publicités vintage, ou aux vieux livres pour enfants, c’est un album extrêmement esthétique. Cette petite fille qui refuse d’être vue comme quelque chose de tout petit (sauf quand elle est dans les bras de sa maman) est pleine de charme. Petite souris est un album très tendre, plein de poésie et d’humour, le genre d’album qui cartonne auprès des enfants… et dont les parents sont fans.

Dis, tu dors ?C’est la nuit, une mère dort… enfin elle essaye… un enfant l’interroge. Dort-elle ? Et pourquoi elle dort ? Qu’est-ce que la nuit ? Pourquoi les étoiles brillent ? Chaque réponse amène une autre question, un dialogue interminable… dis tu dors ?

Un album très drôle à première vue… qui n’est pas que drôle. On a tous connu ce genre de situation, ces questions sans fin, enchaînées les unes aux autres (et faut avouer que lorsqu’on dort on est moins réceptif). On sourit forcément à cette litanie, mais c’est également une histoire pleine de douceur, sur les angoisses nocturnes, les questionnements des enfants… et la patience des parents. Un texte extrêmement poétique, comme une sorte de comptine dans laquelle reviendrait régulièrement « parce que c’est la nuit ». Même si j’ai moins accroché sur les illustrations, Dis tu dors ? de Sophie Blackall est un très bel album.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué plusieurs livres de Csil (Paul et Rien qu’une fois).
A l’ombre du saule a aussi chroniqué Dis tu dors ? et vous pouvez retrouver une chronique spéciale sommeil sur notre blog.

C’est la mienne
Texte de Lisa, illustré par Csil
Frimousse
18€, 237×285 mm, 26 pages, imprimé en Italie, 2013.
Petite souris
d’Alison Murray (traduit par Yann Walcker)
Hatier Jeunesse
13,50€, 281×257 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2013.
Dis tu dors ?
de Sophie Blackall (traduit par Didier Jeunesse)
Didier Jeunesse
11,90€, 187×205 mm, 34 pages, imprimé en France chez un éditeur éco-responsable, 2013.

You Might Also Like

Secured By miniOrange