La mare aux mots
Parcourir le tag

Sophie Collin

Hiver et autres saisons…

Par 28 février 2015 Livres Jeunesse

gaufrette et nougat jouent avec la neigeIl a neigé. Gaufrette et Nougat entreprennent de fabriquer un beau bonhomme de neige. Mais il fait froid, les gants sont mouillés, Gaufrette veut rentrer. Ils décident alors de continuer leur construction dans la baignoire de la salle de bains et se mettent en quête des accessoires nécessaires pour compléter le bonhomme. Quand ils reviennent, il a disparu…
On retrouve Gaufrette et Nougat, la souris et le chat, amis inséparables, avec grand plaisir ! Ils sont toujours aussi complices et vivent des aventures simples mais intenses, en lien avec la vie quotidienne des enfants. Le texte de Didier Jean et Zad parle aux plus jeunes, sans mièvrerie et les illustrations de Sophie Collin, vivantes et colorées regorgent de détails amusants.
Gaufrette et Nougat jouent avec la neige est un nouvel épisode de cette série, que l’on aime toujours autant !
Vous pouvez feuilleter quelques pages de cet album sur le site des éditions Utopique.

 

les secrets de la forêtLa forêt connait tout des animaux et des plantes qui vivent en son sein. Au fil des saisons, elle accueille des animaux, voit la neige recouvrir le sol, les feuilles tomber et l’eau des ruisseaux couler… Les couleurs changent, les paysages évoluent, et le cycle des saisons recommence infiniment.
Les secrets de la forêt est un très bel album. Les illustrations d’August Hall sont magnifiques, lumineuses, et délicates. Et le texte de George Ella Lyon, simple et poétiques à la fois, nous plonge au cœur de la nature, presque à la manière d’un documentaire.
Un album simple pour en prendre plein les yeux et parler des saisons et du temps qui passe.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Didier Jean et Zad (Mais quelle idée !, Mes rêves au grand galop, Paris-Paradis, Parle-moi Papa, Comme deux confettis, Gaufrette et Nougat jouent au papa et à la maman, et Les artichauts) et Sophie Collin (Gaufrette et Nougat jouent au papa et à la maman, Le secret de Lili, La folle journée de Marie-Belle). Retrouvez également notre interview de Didier Jean et Zad.

Gaufrette et Nougat jouent avec la neige
Texte de Didier Jean et Zad, illustré par Sophie Collin
Utopique dans la collection Gaufrette et Nougat
9,50 €, 200 x 200 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Les secrets de la forêt
Texte de George Ella Lyon (traduit par Félix Cornec), illustré par August Hall
Circonflexe dans la collection Aux couleurs du monde
13 €, 262 x 212 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2015.

À part ça ?

Vera Von Wolferen construit des maquettes uniquement avec du carton recyclé, de couleur grise. De jolis mondes miniatures !

Marianne

You Might Also Like

Etre parents, ou faire semblant

Par 13 juillet 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente trois albums très très différents, qui ont tous les trois pour thème la parentalité.

comme deux confettis

« Quand je n’étais pas née, Maman ne s’appelait pas Maman. Et c’est pareil pour Papa… Lui non plus ne s’appelait pas Papa. » Voilà comment commence ce très très bel album. Il et Elle ne se connaissaient pas et avaient autant de chance de se rencontrer que deux confettis au milieu d’un carnaval. Puis, à la faveur d’un ascenseur en panne, Ils ont fini par faire connaissance. Longue discussion, pique-nique improvisé et passion commune pour la tarte au citron, le temps a fait son affaire. Quelques rires, un passage au tutoiement, et enfin, embrassades, caresses et désir d’enfant… Elle tombe enceinte, Ils discutent prénoms, et un jour l’enfant a envie de savoir à quoi ressemble ses parents. C’est la naissance et la rencontre du trio : elle s’appelle Maman, et il s’appelle Papa.

J’ai essayé de vous retranscrire là toute la poésie de ce magnifique texte de Didier Jean et Zad, mais je suis moins forte qu’eux pour décrire avec force et simplicité des sentiments si complexes que ceux liés à la rencontre amoureuse, puis à la naissance. Déjà, j’ai beaucoup aimé cette métaphore des confettis, petites pastilles de couleur qui se rencontrent par hasard, en fonction du vent. Puis toute cette tendresse qui met en avant de petits détails simples, qui ont finalement leur importance dans une histoire. Et les illustrations de Sandrine Kao servent magnifiquement ce texte : les regards, les rondeurs, les couleurs, tout respire l’amour et l’harmonie (je m’enflamme un peu et dit comme ça ça peut paraître mièvre mais ce n’est absolument pas le cas, et c’est là aussi la force de cet album). A la fin, on retrouve une présentation de la diversité des familles d’aujourd’hui (recomposée, monoparentale, homoparentale, adoptive, d’accueil, et même sans enfants), et une double-page à compléter par quelques photos et renseignements personnels. Un livre pour les enfants et les adultes, et pourquoi pas en cadeau de naissance pour la naissance d’un premier enfant !

raconte-moi quand j'étais néEnsuite, on retrouve Lapingouin, ce petit personnage mi-pingouin mi-lapin. Je vous avais déjà dit tout le bien que je pense de cette série d’albums pour enfants, et je vous présente aujourd’hui le dernier sorti. Dans Raconte-moi quand j’étais né, Lapingouin se pose plein de questions sur sa naissance.

Comment fait-on les bébés ? Comment grandissent-ils dans le ventre de la maman ? Qu’est-ce qu’ils entendent, qu’est-ce qu’ils perçoivent du monde extérieur ? Et surtout, comment ça se passe le jour de la naissance ? Le départ, l’émotion qui fait parfois faire n’importe quoi (Papa Pingouin a failli partir à la maternité sans Maman Lapin), les premiers moments après la naissance, les visites à la maternité,… Carole-Anne Boisseau et Galaxie Vujanic ont pensé à tout. Alors certes, c’est extrêmement romancé, et le monde onirique et fantaisiste de Lapingouin n’a pas grand-chose à voir avec le nôtre, mais il est très facile de transposer plein de choses et ce texte plein de tendresse contient par mal de réponses aux questions des enfants. Les illustrations de Masami Mizusawa sont toujours aussi douces et originales, et fourmillent de petits détails délicats. En voici une manière originale de parler de la naissance avec les enfants !

gaufrette et nougat jouent au papa et à la mamanEt puis en grandissant, ce sont les enfants qui jouent à imiter les parents. Gaufrette et Nougat jouent au papa et à la maman, et ce n’est pas triste ! Nougat décrète d’emblée que Gaufrette restera à s’occuper de la maison pendant qu’il ira travailler mais la petite souris ne l’entend pas de cette oreille et décide que c’est à son tour d’aller jouer à travailler. Pendant ce temps-là son ami le chat prépare une délicieuse crème à la gadoue à base de terre, d’eau et de cailloux. Quand il a fini, Gaufrette n’est pas rentré du travail. Alors, il s’occupe de leur bébé (une poupée) et veut même lui donner la tétée. Gaufrette se moque de lui, mais le jeune chat a plus d’un tour dans son sac !

Encore une fois, l’écriture de Didier Jean et Zad fait mouche. Avec des mots et surtout des situations qui parleront aux plus jeunes, ils traitent d’un sujet important et qui nous tient à cœur : la lutte contre les idées sexistes. Et le plus fort est sans doute le fait que le message passe discrètement. Tout semble naturel pour ces enfants et le sujet principal du livre semble être avant tout le plaisir qu’ont ces enfants à s’inventer des histoires avec des bouts de cartons, trois cailloux et une poupée, et pas le fait que la souris aille travailler et le chat reste à s’occuper de la maison. Il se trouve que la souris est obligée de rouspéter pour avoir le droit de jouer ce rôle ce jour-là, mais comme deux enfants se chamaillent dans ce type de jeu au moment de la distribution des rôles. Mais finalement, on s’interroge quand même : qu’est-ce que ça veut dire être papa ? Et être maman ? Est-ce vraiment différent ? Pour ne rien gâcher, Sophie Collin signe de très belles illustrations colorées, douces et pleines de tendresse ! Un album à la fois simple et fort, comme on les aime !

Quelques pas de plus…
Retrouvez d’autres chroniques de livres de Didier Jean et Zad (Les Artichauts), Sandrine Kao (Le banc, Les larmes de Lisette, et Des crêpes à l’eau), Sophie Collin (Le secret de Lili, La folle journée de Marie-Belle) et d’autres aventures de Lapingouin (Aujourd’hui y’a école ?, Même pas peur des monstres).

Comme deux confettis
Texte de Didier Jean et Zad. Illustrations de Sandrine Kao.
2 vives voix dans la collection Bisous de famille
15,50 €, 220 x 320 mm, 40 pages, imprimé en France (papier issu de forêts durablement gérées et encres végétales), 2013
Raconte-moi quand j’étais né…
Textes de Carole-Anne Boisseau et Galaxie Vujanic. Illustrations de Masami Mizusawa.
HC Editions dans la collection Lapingouin
12,50 €, 267 x 220 mm, 24 pages, imprimé en Espagne, 2013
Gaufrette et Nougat jouent au papa et à la maman
Textes de Didier Jean et Zad. Illustrations de Sophie Collin.
2 vives voix dans la collection Gaufrette et Nougat
9,50 €, 200 x 200 mm, 32 pages, imprimé en France (papier issu de forêts durablement gérées et encres végétales), 2013

Marianne

You Might Also Like

Un livre qu’il ne faut pas lire et un oiseau sans ailes…

Par 11 décembre 2012 Livres Jeunesse

Tout ceci est paradoxal me direz-vous ! Oui, mais c’est aussi très réussi.

C’est fermé est un album pour enfants vraiment drôle et original. Deux gardiens des histoires (le bonhomme moustachu de la couverture et son collègue) sont chargés de signaler au lecteur qu’il est l’heure de la fermeture du livre. Comme on ne les écoute pas, parce qu’on a très envie de connaître la suite, ils décident d’appeler la police. Avec tout ce raffut, très vite, les personnages du livre sont réveillés et viennent mettre leur grain de sel ! Quelle pagaille !

Duval MC (qui est aussi rappeur) plonge le lecteur au coeur du livre. C’est drôle et on met un moment avant de comprendre que c’est à nous que s’adressent les personnages.
Les illustrations de Caroline Dalla, qui mettent en avant ces deux gardiens en donnant l’impression qu’ils sont en relief sur les pages sont également truffées de références à des livres et personnages connus (vous pouvez apercevoir Max et les Maximonstres, ou l’Avare) ! Voici un livre qui pousse à ne pas lire, et pourtant, on fait tout le contraire !

Après le livre à ne pas lire, voici l’histoire de Lili, un oiseau qui vend des ailes mais ne peut pas voler.

En effet, le voici Le secret de Lili : alors qu’elle tient l’Ailerie de l’arbre et qu’elle fournit tous ses compagnons en ailes toutes plus performantes les unes que les autres pour partir en migration, elle ne sait pas voler. Elle n’ose le dire à personne, et se morfond tout seule en voyant les autres se préparer au grand départ, quand enfin, elle décide que cette année, elle sera de la partie, coûte que coûte. Elle lit les manuels, s’essaye à la magie et écrit même au Père Noël… Finalement, tous ses amis décideront de ne pas partir cette année-là, et de passer l’hiver dans l’arbre à former Lili. Ce n’est pas une mince affaire, mais ils trouveront une solution ! Et quelle solution ! Je ne vous en dis pas plus !

Quel bel album ! Non seulement, l’histoire de Nadia Roy est très belle, et fait la part belle à l’amitié et à la solidarité, mais en plus, les illustrations de Sophie Collin sont vraiment réussies, à la fois simples, douces et colorées. J’aime ce genre d’album qui fait du bien simplement, qui donne le sourire et qui émeut sans faire pleurer.

Quelques pas de plus…
Retrouvez la chronique de l’Abécédaire, de Caroline Dalla et celle de La folle journée de Marie-Belle illustré aussi par Sophie Collin.

C’est fermé
de Duval MC illustré par Caroline Dalla
L’Initiale dans la collection L’Agréable
12 €, 200 x 200 mm, 24 pages, imprimé en Italie
Le secret de Lili
de Nadia Roy illustré par Sophie Collin
Circonflexe
13 €, 282 x 207 mm, 28 pages, imprimé en Chine

A part ça ?

La Comédie Française propose jusqu’au 30 décembre, Les trois petits cochons, un spectacle basé sur la célèbre histoire. Plus de renseignements sur le site du théâtre.

Marianne

You Might Also Like

« Son emploi du temps n’est pas vraiment chargé, seulement elle ne veut pas perdre un instant. »

Par 12 septembre 2011 Livres Jeunesse

Marie-Belle n’a pas une minute à perdre ! Elle court tout le temps, de la maison à l’école et de l’école à la maison. Elle fait tout à toute vitesse : manger, jouer, apprendre… Et elle rentre chez elle toute essouflée, toute épuisée… Mais pour un calin de maman, pour du réconfort et de la tendresse, elle prend le temps enfin…

La folle journée de Marie-Belle est un album très ryhtmé : le texte de Laetitia Etienne et sa mise en page et les illustrations très colorées de Sophie Collin participent à cet effet de rapidité, de temps qui passe très vite ! On rentre ainsi complètement dans l’histoire, partageant l’impatience de Marie-Belle et… son stress aussi !

Apprendre aux enfants à se détendre, à profiter du temps libre, à écouter le silence… Quoi de plus important pour les inciter à profiter de la vie ? A vouloir faire trop de choses, on en oublie parfois l’essentiel : l’amour et la tendresse.

Un album très chouette, intéressant pour les enfants et aussi pour les parents, parfois un peu trop pris par le quotidien.

La folle journée de Marie-Belle, de Laetitia Etienne et Sophie Collin.
Eveil et découvertes, 11 euros.
Public : A leur lire

Alexandra

You Might Also Like

Secured By miniOrange