La mare aux mots
Parcourir le tag

Stephanie Blake

Il y a un bébé dans le ventre de maman

Par 1 février 2013 Livres Jeunesse

Entre deux coups d’pieds, on te tire le portrait.
En Mai, j’ai eu la trouille..
D’voir arriver ta bouille..
Et puis juin
Rose

Aujourd’hui (allez savoir pourquoi…) j’ai envie de vous présenter des livres qui parlent des bébés dans le ventre. Pas forcément de comment ils sont arrivés là (pour ça voir ma chronique Comment on fait les bébés), ni sur la fratrie (voir la chronique de Marianne), non sur cette période précise plein de questionnement pour les futurs ainés… le bébé dans le ventre de maman !

Et on commence par trois coups de cœur.

ALMAAlma n’est pas encore là est un album absolument superbe. Le texte est d’une beauté renversante et en même temps avec des petits touches d’humour, mais un humour fin et subtil, on a affaire ici à de la vraie littérature. Alma grandit dans le ventre de sa mère, au départ ce n’est qu’un grain de poussière et petit à petit voilà que le grain se transforme, qu’il y pousse des bosses, qu’il s’y dessine des taches. Jusqu’à devenir bébé la route est longue, il faudra apprendre à voir (grâce au soleil qui éclaire le ventre de sa mère sur la plage), à entendre (le bruit des ambulances dans la rue ou des rugissements d’un lion au zoo). Alma va aussi découvrir le goût (celui du chocolat qu’elle va aimer et celui du parmesan qui lui fera faire la grimace) et le toucher. Alma va se cogner, se tourner, réfléchir. On suit donc la croissance d’Alma, mois après mois avec des tas de petites choses, des choses qui semblent anodines et qui sont d’une extrême poésie. C’est un livre dont on pourrait sortir presque toutes les phrases pour montrer à quel point le texte est beau et donc j’avais envie de vous le citer un peu. « Mais ce qu’elle entendait le mieux, mieux que les ambulances et que les animaux les plus bruyants, c’était Jamie, puisqu’elle était dans son ventre : le cœur battant de sa mère, la voix de sa mère, et même les gargouillis de son ventre quand Jamie avait faim. Alors Alma sut qu’elle n’était pas la seule au monde, que quelque chose autour d’elle était là, pour elle : Alma se mit à aimer, pour la première fois. Et cela tombait très bien, puisque c’était sa mère, qui l’aimait déjà. ». Les illustrations également sont extrêmement poétiques et le livre contient de grands rabats ce qui permet de les mettre en valeur. Un petit bijou, vraiment.
Vous pouvez le feuilleter ici.

Le Ventre de MamanLe ventre de maman, Toi dedans, moi devant de Jo Witek et Christine Roussey est un très bel album, extrêmement poétique. Une petite fille s’adresse au bébé qui est dans le ventre de Le ventre de mamansa mère. Patiemment elle l’attend, en lui faisant des câlins, en lui racontant sa vie, en lui chantant des chansons,… Au fil des pages le ventre devient de plus en plus gros et on y trouve un petit volet (qui lui aussi s’agrandit) derrière lequel se cache le bébé qui évolue en même temps. Des illustrations très épurées comme j’aime, des pages un peu épaisses, un texte très poétique, très doux,… Un petit bijou.

MA PETITE HISTOIRE AVANT D'ETRE NEMa petite histoire avant d’être né est un livre bien original, un tout petit livre qui tient dans la ma petite histoire avant d'être némain avec des chapitres courts qui racontent la vie dans le ventre d’une maman. Écrit à la première personne, le personnage va donc tout nous dire du moment où la rencontre entre un homme et une femme a fait qu’il est là jusqu’au moment où il sort du ventre de sa mère. C’est extrêmement bien écrit, très poétique, on parle des sons entendus (le tic-tac de la montre du père, son qu’il va reconnaître une fois né) et de la lumière qu’il voit quand sa mère est au soleil mais aussi des danses qu’il exécute et des grimaces lorsque sa mère mange des choses épicées. Un livre très doux, très poétique, très beau, un véritable coup de cœur.

9 mois pour attendre un petit frère ou une petite sœur9 mois pour attendre un petit frère ou une petite sœur, et 9 livres pour l’attendre. Catherine Dolto et Colline Faure-Poirée ont créé cet objet très original, un porte livre en tissus qui s’attache sur un lit à barreaux ou au mur contenant 9 livres en carton épais, un pour chaque mois. On peut ainsi lire chaque livre au fur et à mesure de ces très longs 9 mois. Adapté aux plus petits donc (et nécessite du coup d’avoir des enfants rapprochés), on va ici chaque mois voir l’évolution du fœtus avec des comparatifs qui parlent bien aux enfants mais aussi aborder des thèmes comme les envies, la peur d’être moins aimé ensuite, communiquer avec le bébé dans le ventre ou préparer sa chambre. Alors par contre je ne peux pas laisser sous silence le sujet qui fâche, les idées sexistes qu’aime mettre Catherine Dolto dans ses livres… ici c’est la petite fille qui dit « si c’est une fille, je lui prêterai ma poupée. » puis le petit garçon « Si c’est un garçon, je lui prêterai mon camion »… C’est dommage car l’objet est joli, l’idée est bonne mais ce genre de propos chez moi ça ne passe pas… mais si chez vous ça ne pose pas de problème je pense que vous aimerez cet objet original.
Vous pouvez le feuilleter ici.

Attendre un bébéOn reste dans les livres pour les tout-petits avec Attendre un bébé dans la célèbre collection L’imagerie des tout-petits de chez Fleurus. Alors honnêtement je n’ai pas une Attendre un bébétrès bonne image de cette collection et à la base je m’étais dit que je vous parlerai de ce livre à titre informatif… et j’ai été très agréablement surpris ! Bien que les illustrations aient un peu vieillit (les ordinateurs semblent venir d’une autre époque, et de toutes manières je ne suis pas très fan de ce genre d’illustrations), c’est complet et très bien fait. Ici on part du test qui nous révèle que maman attend un bébé à la naissance en passant par la recherche du prénom, le moment où on apprend que certains de ses anciens jouets vont aller au bébé, les envies et la prise de poids de la maman, ce qu’on peut et ce qu’on ne peut pas faire avec elle,… On voit aussi l’évolution du bébé dans le ventre. L’accouchement est « montré » de façon très sobre et en aucun cas dérangeante. Franchement une bonne surprise !

Et dedans il y a...Dans la série des livres très connus, vous avez sans doute déjà entendu parler de celui de Jeanne Ashbé, Et dedans il y a. Un petit livre à volets très bien fait. Il est composé en 3 chapitres, tout d’abord les choses qu’on peut ouvrir pour voir dedans : la valise, le cadeau et la pastèque. Ensuite celles qu’il ne vaut mieux pas ouvrir pour voir à l’intérieur : la télévision, le nounours et le ballon. Et enfin ce qu’on ne peut pas ouvrir pour voir dedans mais… et là on va parler, vous vous en doutez, du ventre de maman. On va donc voir sur 3 dessins l’évolution du bébé dans le ventre de sa mère. Tout le livre utilise des volets qu’on soulève afin de découvrir l’intérieur, c’est ingénieux et efficace. Et après, il y auraC’est très doux et plein de charme. Du même auteur on va aussi trouver Et après, il y aura… dans lequel on parle de « l’après ». Même principe avec ses trois chapitres et ses volets à soulever, on va ici rassurer l’enfant en lui montrant que même quand le bébé sera là, il comptera toujours, il y aura toujours du temps pour lui (nous avions parlé de ce livre ici).

Un bébé dans le ventre de maman ?Un bébé dans le ventre de maman ? Simon et Gaspard n’en reviennent pas ! Alors bien-sûr on s’interroge comment c’est arrivé une telle chose, « comment on fait les bébés ? ». Papa est bien embêté pour répondre à ça… ce soir peut-être… sauf qu’à l’école Simon va savoir grâce à sa copine Lou… et c’est pas triste ! Ah Simon le lapin… J’en ai déjà parlé plusieurs fois et vous êtes nombreux, ici, à aimer. Quel bonheur de le retrouver ici dans cet album sur la grossesse. Et, vous le savez, Simon n’a pas sa langue dans sa poche donc ici on saura (presque tout) : que c’est le papa qui met une graine dans le ventre de la maman (par où on ne sait pas) puis que le bébé pousse et sort par la zézette de la maman ! On apprend même que les graines du papa sont dans son zizi ! Donc en gros si ce genre de détails vous fait peur… Ce n’est pas un livre pour vous ! Mais Stéphanie Blake amène ça avec beaucoup d’humour et son personnage est définitivement irrésistible !

Maman va exploserMaman va exploser ! C’est sûr ! Elle n’arrête pas de manger et elle grossit, grossit, grossit… elle fait même péter ses boutons de pantalon ! Franchement ça fait peur… et c’est ce sentiment qu’éprouve le petit garçon de cette histoire. Ici c’est également un album plein d’humour qui parle donc de la grossesse. On n’abordera pas du tout le bébé (avant le dénouement final) mais juste la prise de poids, le ventre qui s’arrondit et cette maman qui mange tout le temps. Drôle et plutôt original.

L'histoire de mon bébéAline va être grande sœur… oui mais quand ? Elle trouve ça long ! Et il va arriver comment ce bébé ? Par une cigogne d’après son grand-père, d’un chou lui dit sa grand-mère… bizarre ! Et puis cette maman qui grossit, grossit… c’est inquiétant ! Bref Aline se pose beaucoup de questions… c’est inquiétant cette histoire de bébé dans un ventre. Grâce à un dialogue avec le bébé (oui si on sait écouter ils nous parlent, vous l’ignoriez ?) et une photo (échographie) Aline va être rassurée, elle a des réponses à ses questions. Un album tout doux (les illustrations de Claude k. Dubois…), avec une histoire simple et qui plaît aux enfants. Laurence Bourguignon a réussi à répondre aux principales questions des enfants de façon naturelle. Un très bel album.

c'est quoi dans ton ventre ?Puisqu’on est sur les questions, C’est quoi dans ton ventre ? est un très bon livre entre le documentaire et l’album. Des tas de questions que les enfants ne vont pas manquer de C'est quoi dans ton ventre ?vous poser : Le bébé il arrive à quelle heure ? Comment on fait les bébés ? Il est déjà tout construit ? Il fait caca où ? (celle-là, elle surprend la première fois !). Le livre indique aussi, grâce à un petit repère visuel, les grandes étapes de la grossesse à aborder avec les enfants. Ici les réponses sont simples et adaptées aux petits (à propos de comment on fait les bébés « Papa a mis une graine dans mon ventre. Maintenant elle va grandir », à la question « il va sortir par où ? » « les mamans ont un passage spécial bébé »,…). En fin d’ouvrage des conseils intéressants d’une pédopsychiatre sur comment aborder la grossesse avec les enfants.

Le bébé, Mes p'tits docsLe bébé, dans la collection Mes p’tits docs de chez Milan est aussi très riche en informations. Ici on parle échographie, sages-femmes, cours de préparation à l’accouchement, liquide amniotique, couveuse,… au cours d’une histoire qui va de la découverte du fait que maman attend un bébé à la présentation dudit bébé aux copains. L’histoire est simple, les choses sont claires, bien présentées, c’est un album très riche en information.

BébéUn bébé ? Ouh la… ça fait se poser des questions… comment l’appeler, il arrive quand et surtout… qu’est-ce qu’il fera ? Un petit garçon imagine ce que pourra faire ce bébé plus tard et c’est un très bon prétexte pour parler de tous les sentiments qui traversent les enfants. S’il est peintre il mettra le bazar, sinon il peut être surveillant au zoo… pour se faire manger par un tigre, s’il est capitaine de bateau c’est quand même mieux si c’est moi le capitaine… L’enfant est partagé entre la peur de la place que va prendre ce bébé qui arrive (il a même envie qu’il retourne d’où il vient) et l’amour qu’il a déjà pour lui. Bien-sûr à la fin c’est le côté « on va l’aimer le bébé » qui va l’emporter. Un album plein d’humour et de douceur.

maman sort des bébésOn termine par un album un peu à part mais qui a sa place dans cette thématique, Maman sort des bébés fait partie de la collection Kifékoi qui explique les métiers aux Maman sort des bébésenfants. Ici la maman de Juliette est sage-femme mais elle est également enceinte. A travers la grossesse de Madame Sanchez, la maman de Juliette, et de ses journées au travail, on va donc suivre tout ce qui entoure la grossesse et celles qui sont là pour faire naître. De l’explication du mot « sage-femme » à l’échographie en passant par la vision décalée de l’accouchement que montrent les séries télé à la péridurale, on va apprendre des tas de choses tout en s’amusant car l’album est très drôle (la péridurale est vue comme un club de vacances, au moment de la naissance on montre les papas tous avec leur téléphone pour donner le poids de leur enfant. Maman sort des bébés est un album très sympa, bourré d’info sur le métier de sage-femme et donc forcément sur l’accouchement.

Quelques pas de plus…
Le ventre de maman a déjà été chroniqué sur Les livres de Dorot’ (dans l’article elle chronique aussi Maman va exploser et d’autres livres sur le même sujet) et par Méli-Mélo de livres.
D’autres livres sur la maternité que nous avons déjà chroniqué : Le ventre de maman de Sophie Lebot, Dans le ventre de maman de Laurie Cohen et Elen Lescoat, Le parcours de Paulo de Nicholas Allen, Dans le ventre des dames… de Malika Doray, Le mystère des graines à bébé de Serge Tisseron et Aurélie Guillerey et La surprise de Janik Coat. Encore plus de titres sur le forum dans un post général sur l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur (si vous en connaissez d’autres n’hésitez pas à compléter là-bas)
Nous avons déjà parlé de livres illustrés par Amélie Graux, les Play with Oops & Ohlala, d’un livre écrit par Catherine Dolto et Collinne Faure Poiré, Les parents se séparent, d’un livre illustré par Christine Rousset, Les cocottes à histoires, d’un autre livre d’Amélie Graux, L’hôpital, d’un autre livre illustré par Laurent Moreau, Mini Rikiki Mimi, de deux livres illustrés par Claude K. Dubois, Papa, maman… avant et La valise rouge, de deux livres de Jeanne Ashbé, Yola et Et après, il y aura… et deux de Stéphanie Blake : Je veux des pâtes ! et Je veux pas aller à l’école.

Alma n’est pas encore là
de Stéphane Audeguy, illustré par Laurent Moreau
Gallimard Jeunesse
15,40€, 266×306 mm, 32 pages, imprimé en Espagne sur papier recyclé, 2012.
Le ventre de maman
de Jo Witek, illustré par Christine Roussey
De la Martinière jeunesse
14,10€, 265×255 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2011
Ma petite histoire avant d’être né
de Martine Camillieri, illustré par Gaspard Richter
Hélium
7€, 100×145 mm, 40 pages, imprimé en Espagne, 2011
9 mois pour attendre un petit frère ou une petite sœur
de Catherine Dolto et Colline Faure-Poirée, illustré par Amélie Graux
Gallimard Jeunesse Giboulées
19,90€, 110x110x60 mm, 9×10 pages, imprimé en Chine, 2012
Attendre un bébé
d’Emilie Beaumont, illustré par Sylvie Michelet
Fleurus dans la collection L’imagerie des tout-petits
8,15€, 170×200 mm, 30 pages, imprimé en Italie, 2004.
Et dedans il y a
de Jeanne Ashbé
Pastel
9,20€, 155×155 mm, 16 pages, imprimé en Chine, 1997.
Un bébé dans le ventre de maman ?
de Stéphanie Blake
L’école des loisirs
12,70€, 227×285 mm, 20 pages, imprimé en France, 2012.
Maman va exploser
de Fabrice Boulanger
Les éditions de la bagnole dans la collection Klaxon
9€, 210×211 mm, 24 pages, imprimé au Québec, 2010 (précédente édition 2006)
L’histoire de mon bébé
de Laurence Bourguignon, illustré par Claude K. Dubois
Mijade
11€, 225×227 mm, 22 pages, imprimé en Belgique, 2012 (précédente édition 1992)
C’est quoi dans ton ventre ?
de Josef Anton, illustré par Caroline Hüe
Auzou
8,95€, 206×257 mm, 29 pages, imprimé en Chine, 2011
Le bébé
de Stéphanie Ledu, illustré par Lynda Corazza
Milan dans la collection Mes p’tits docs
7,20€, 195×195 mm, 29 pages, imprimé en Italie, 2007
Bébé
de Helen Oxenbury (traduit par Alice Delarbre), illustré par John Burningham
Père Castor dans la collection Les albums du Père Castor
15,50€, 257×267 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2011.
Maman sort des bébés
d’Eléna Zampino, illustré par Olivier Goka
Zoom éditions dans la collection Kifékoi
11,10€, 176×177 mm, 44 pages, imprimé en Italie, 2004.

A part ça ?

Grâce à une amie j’ai pu tester La princesse aux petits prouts avec ma fille (photo) et maintenant je suis donc sûr de moi en vous le conseillant ! Une vraie merveille. Si vous avez une tablette, n’hésitez pas ! Foncez ! Quelques liens pour vous donner encore plus envie : le reportage du JT de Claire Chazal, celui de France Info, l’article de 3 étoiles et puis leur blog, leur site et leur page facebook.

Gabriel

You Might Also Like

Chronique gourmande

Par 19 octobre 2012 Livres Jeunesse

Il était une dame Tartine
Dans un beau palais de beurre frais
Les murailles étaient de praline
Le parquet était de croquets…
Dame Tartine

On continue notre spécial Semaine du goût, aujourd’hui on va parler d’albums qui évoquent les plaisirs du palais ! Pour les bébés comme pour les plus grands. On commence par les petits !

À table ! est un livre-tissu très sympa. Au programme, de quoi faire un sandwich (éléments collés par un scratch) , un œuf au plat à retourner (grâce à une spatule tenue par un fil),  du pain grillé qui sort du grille-pain (tenu par un élastique), des gants pour sortir des cookies du four,… bref des tas de petites choses à manipuler sur ce livre-tissu qui font du bruit (papier bruissant, pouet). Il est beau et les bébés vont adorer jouer avec les aliments. Petit bonus, des couverts en plastiques sont offerts avec le livre.

Dans Bon appétit, Totam ! le petit lapin va goûter toutes sortes de choses, du chocolat chaud du matin à la soupe aux carottes du soir, en passant par la pomme encas ou les légumes du midi. Pas d’histoire ici mais des scénettes où Totam mange. Les pages sont cartonnées et un petit avion en tissus à glisser sur une cuillère est offert avec le livre. Très jolies illustrations (normal, c’est Xavier Deneux !), un livre qui donne envie de passer à table.

Mon petit sac de marché propose quant à lui de connaître les fruits et les légumes. C’est un joli livre puzzle cartonné épais qui fait faire le marché ! On détache la banane, la tomate ou les prunes (au total 10 éléments sont proposés) et on les place dans le panier fourni. Chaque page propose donc un fruit ou un légume avec chaque fois sa couleur, sa saisonnalité et quelques petites informations. Très bien fait et très ludique, une bonne manière de se familiariser avec les aliments.

On quitte les livres manipulables par les tout-petits et on passe aux histoires.

P’tit Bonhomme a faim ! Pourtant il a beau chercher chez lui… rien à manger ! Comment faire ? Il se rend chez le boulanger pour demander du pain mais voilà… rien n’est gratuit et P’tit Bonhomme n’a pas de sous… Le boulanger accepte de lui donner du pain si en échange P’tit Bonhomme lui donne de la farine… hop hop hop il court donc chez le meunier mais tout comme le boulanger le meunier ne va pas lui donner gratuitement de la farine… en échange il veut du blé ! P’tit Bonhomme va devoir vivre toute une aventure pour pouvoir manger.

Si je vous dit que l’album est signé Pierre Delye et Cécile Hudrisier et si vous connaissez leurs autres livres vous savez tout de suite que vous avez affaire à un bel album ici. C’est drôle, bien écrit, plein de rythme, on se régale à lire à voix haute cette histoire avec des jeux de mots, ses répétitions. Un vrai bonheur ! Les illustrations de Cécile Hudrisier sont comme d’habitude pleines de petits détails et tellement belles… les enfants adorent et nous aussi !

Je veux des pâtes ! Rien d’autre. DES PÂTES ! Simon, le célèbre lapin de Stéphanie Blake, ne cèdera pas. Pas de tartines, pas de bifteck… DES PÂTES ON VOUS DIT ! Mais lorsque le dessert est du gâteau au chocolat, tout à coup Simon est d’accord de manger de la soupe de potiron.

Quel plaisir de retrouver Simon. Chacune de ses aventures est du pur plaisir, c’est coloré, drôle et les enfants l’adorent (nous aussi). Ça fait du bien d’avoir comme ça des personnages récurrents loin de toute mièvrerie. On prend autant de plaisir à lire l’histoire, à hurler « Je veux des pâtes !» que nos enfants à écouter. Celui-là c’est simple, alors qu’elle n’est pas concernée car pas difficile à table, ma fille de 4 ans l’adore. Dès qu’elle le voit elle ne peut pas s’empêcher : « JE VEUX DES PÂTES ! ».

Il était une fois un ogre… et comme tous les ogres il mangeait les enfants (surtout au petit déjeuner). Bien-sûr tout le monde commença à cacher ses enfants, il ne fallait plus que l’ogre les trouve. Mais un homme qui ne vivait pas à la ville ne savait pas tout ça et c’est ainsi que l’ogre rencontra sa fille, Zéralda ! La petite fille grâce à sa cuisine va faire oublier à l’ogre (et à ses copains ogres) son goût pour les enfants.

Tomi Ungerer… il y a les fans, et les autres ! (vous faites partie desquels ?). Le livre date de 1971 (et ce qui est bien avec L’école des loisirs c’est qu’on le trouve encore) et je pense que nombre d’entre vous connaissent cette histoire de petite fille qui va créer des festins pour un ogre. Un livre qui a plus de 40 ans et qui n’a pas pris une ride !

Branle-bas de combat pour Blaise et ses amis poussins, il faut préparer la fête d’Anne Hiversère et surtout lui construire le plus incroyabilicieux des châteaux. Tout le monde s’y met pour que tout soit prêt à temps, de la mine de chocolat aux collines de farine les poussins sont partout.

Comme pour Tomi Ungerer j’ai envie de dire qu’avec Claude Ponti on adhère ou pas (et je repose ma question là aussi !). Généralement les adultes restent assez hermétiques et les enfants adorent. Ma fille a adoré cette histoire, retrouver les poussins sur chaque page,… Moi j’avoue être passé un peu à côté…

Adam et Eve vous les connaissez ? Saviez-vous que pour tenter de séduire Eve, le serpent (qui avait entendu leur conversation dans laquelle Adam confessait à Eve de rêver de devenir pâtissier) lui offrit des gâteaux au chocolat, éclairs dorés, fraisiers… ?

Adam et Eve vu par le génial Grégoire Solotareff avec les deux personnages bibliques férus de pâtisserie et un serpent cuisinier. C’est drôle et décalé comme toujours avec Solotareff (auteur du génial Loulou, si vous ne connaissez pas, précipitez-vous !).

Quelques pas de plus…
La grosse faim de P’tit Bonhomme vu par Maman Baobab
Un autre livre de Xavier Deneux que nous avons chroniqué : Regarde
Notre interview de Cécile Hudrisier et ses livres que nous avons chroniqué : Le fil rouge, Chansons pour chanter Noël et Comptines pour chanter la ferme.
Un autre livre de Stéphanie Blake et son fameux lapin que nous avons chroniqué : Je veux pas aller à l’école

À table !
Tourbillon
15,15€, 180×180 mm, 8 pages, fabriqué en Chine
Bon appétit, Totam !
illustré par Xavier Deneux
Tourbillon
16,95€, 170×175 mm, 12 pages, imprimé en Chine
Mon petit sac de marché
illustré par Gaia Bordicchia
Auzou
13,90€, 240×248 mm, 12 pages, imprimé en Chine
La grosse faim de P’tit Bonhomme
de Pierre Delye, illustré par Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse
11,90€, 210×210 mm, 36 pages, imprimé en France
5,50€, 165×165 mm, 36 pages, imprimé en France
Je veux des pâtes !
de Stéphanie Blake
L’école des loisirs
12,70€, 225×285 mm, 26 pages, imprimé en France
5,60€, 150×190 mm, 26 pages, imprimé en France
Le géant de Zeralda
de Tomi Ungerer
L’école des loisirs
13,20€, 230×310 mm, 31 pages, imprimé en France
5,60€, 150×190 mm, 31 pages, imprimé en France
Blaise et le château d’Anne Hiversère
de Claude Ponti
L’école des loisirs
21,90€, 280×390 mm, 43 pages, imprimé en France
5,60€, 150×190 mm, 43 pages, imprimé en France
Adam et Eve
de Grégoire Solotareff
L’école des loisirs
12,70€, 235×310 mm, 16 pages, imprimé en France

A part ça ?

Un petit quiz sur le goût ?

Gabriel

You Might Also Like

« Moi j’aime bien l’école… » (des livres sur la rentrée scolaire)

Par 24 août 2012 Livres Jeunesse

Et oui, la rentrée approche à grand pas ! Pour certains c’est même la première rentrée… Des enfants qui stressent un peu (et des parents encore plus) ont besoin d’histoires avec des petits héros qui, comme eux, vont connaître les joies de l’école ! Je vous propose une sélection sur le sujet en deux parties. Aujourd’hui plutôt des livres avec des histoires, lundi des livres pour les un peu plus grands et vendredi prochain des livres jeux, loisirs créatifs, imagiers,… toujours sur le thème de l’école. Petit bonus, j’ai demandé à une amie institutrice, Cathy, de me donner son avis sur certains de ces livres. Et deuxième bonus, un livre, pour les grands que vous êtes, chroniqué dans le À part ça.

Non, non et non ! Octave ne veut pas aller à l’école ! C’est son premier jour et il refuse tout ! « Alors, c’est toi Octave ? » lui demande la maîtresse ? « non ! »,  quand elle veut lui montrer la classe, c’est encore « Non ! » et quand les autres veulent jouer avec lui c’est toujours « non ! ». Pourtant il y a une chose pour laquelle Octave ne va pas dire non ce sont les bonbons ! Et quand sa maman viendra le chercher il n’aura plus envie de rentrer.

Un album très doux et drôle dont le texte très simple va parler aux enfants. La peur de l’école, des autres,… à travers le regard d’un ours vraiment mignon. Bon après, doit-on faire aimer l’école aux enfants en leur donnant des bonbons, c’est tout un débat ! Mais l’album est plein de charme.
L’avis de Cathy : «  Je le trouve un peu cucul mais bon ça peut cadrer avec un gamin qui est à fond dans le « NON » pour aller à l’école… Car le personnage ne veut pas aller à l’école, pas voir la maîtresse, pas participer … Et puis il va piger que finalement un petit « Oui de bonne volonté » peut permettre de faire des activités sympa à l’école. »

Simon (le fameux lapin créé par Stéphanie Blake) va aussi à l’école pour la première fois demain. Vous le connaissez il n’a pas sa langue sans sa poche et sa seule réponse c’est « Ça va pas non ! ». Le soir dans son lit Simon n’est pas rassuré, l’école ça fait peur, même aux superlapins ! Et quand vient l’heure d’y aller, le lendemain matin, ce n’est pas plus facile ! « Ça va pas non ! » Pourtant à la fin de la journée, Simon, finalement, aimerait bien rester à l’école !

Ah ce lapin… je ne sais pas vous mais moi je l’adore ! Cet album est aussi drôle que les précédents, piquant, loin de toute mièvrerie. On est sur le même sujet que le précédent avec ce refus d’aller à l’école, cette répétition, cette envie de ne plus partir de l’école une fois la journée finie… mais pas sur le même ton ! Certains préfèreront le côté doux du premier, d’autres l’humour piquant du second.
L’avis Cathy :  « C’est sympa car c’est du Stéphanie Blake et qu’on peut retrouver « super lapin » dans d’autres aventures que celle d’aller à l’école. C’est flashy, les enfants accrochent bien et pour les parents c’est rapide à lire, avec un langage simple. Des fois pour les plus petits c’est pas mal de ne pas trop les embrouiller surtout si le terrain de l’école est « sensible ». Là, c’est le parti pris de l’humour et c’est un bon plan pour dédramatiser. »

Timothée est tout content, sa mère lui a fait une salopette neuve pour la rentrée ! « Formidable ! », il n’est pas peu fier… sauf que Claude, un nouveau camarade, lui dit avec dédain qu’on ne met pas de salopette le premier jour d’école. Timothée est triste et reviendra le lendemain en veste… pour s’entendre dire qu’on ne met pas de veste le second jour d’école… Bref pas facile de se faire un copain !

Un petit album très sympa sur les moqueries des autres, le paraître et l’amitié. Timothée se rendra compte que ce n’est pas ce bougon de Claude qu’il a envie d’avoir comme ami, mais la gentille Violette qui elle l’accepte comme il est. J’aime ce côté (assez rare finalement) où un garçon et une fille peuvent être amis sans que le sujet ne soit soulevé, le livre ne parle pas de ça, c’est un détail.
L’avis de Cathy : « J’aime bien. Petite école pour les animaux. Ça permet de parler de l’école sans que l’enfant se sente visé et ça permet inconsciemment ou consciemment de faire des liens avec la réalité. Ça me parait sympa pour aborder le thème sans pression et avec distance. »

La rentrée des classes c’est quelque chose quand on est 24 ! Et oui c’est le premier jour d’école pour les 24 petites souris ! Mamie Albertine a tricoté un manteau à chacun et maman a cuisiné un bon repas… mais ça ne suffit pas, l’école ça fait peur. Heureusement maman a pensé à coudre à chacun un petit cœur en feutrine rouge qu’ils pourront garder dans la poche et qui leur donnera du courage.

Là aussi on est dans « l’album mignon », surtout avec cette histoire de cœur en feutrine (dont l’explication pour le confectionner est donnée à la fin de l’ouvrage). On aime ou pas ce genre d’album. On parle encore ici de la peur de l’école, on évoque aussi les larmes des parents au moment de laisser leur enfant. Une jolie petite histoire d’une série que certains enfants connaissent déjà.

Pour Paul et Félicie aussi c’est l’heure de l’école. Paul est plus petit que Félicie mais il aimerait bien, comme sa sœur, s’habiller seul et quand il arrive devant l’école, c’est la classe de Félicie que Paul regarde… pourtant on s’habille bien plus vite quand on est aidé et dessiner et écouter des histoires, à l’âge de Paul, c’est bien mieux que d’apprendre l’alphabet.

Une petite histoire sympathique sur la préparation avant d’aller à l’école et sur le fait qu’on aimerait bien être comme les grands (tout en gardant les avantages des petits !). On retrouve ici les illustrations pleines de charme de Marion Billet.

On passe aux recueils avec un premier assez court, Mes cinq premières histoires à la petite école écrites par Agnès Bertron-Martin et illustrées par Charlotte Roederer. Dans la première, une maîtresse remplaçante qui ramène chaque jour des choses ramassées sur le bord de la route, une bonne occasion pour apprendre plein de choses ! Dans la seconde, Édouard est un sacré bagarreur, gare à celui qui se trouve sur son chemin… jusqu’au jour où… Dans la troisième, c’est la première rentrée pour Zibon, le petit sorcier, et même pour les sorciers l’école ça fait peur ! Dans la quatrième, une maman rêve de l’école des mamans. Et dans la dernière, enfin, Louison est une gourmande, à la cantine c’est elle qui mange ce que les autres ne mangent pas… a-t-elle un secret ?

Cinq petites histoires plutôt mignonnes pour dédramatiser l’école, montrer aux enfants qu’ils ne sont pas les seuls à être angoissés par la rentrée. Les illustrations sont assez classiques, modernes, plutôt réussies.

Vive l’école est beaucoup plus long, plus complet (et forcément plus inégal). Ici ce sont 13 histoires qui sont proposées sur le thème de l’école (dont 24 petites souris vont à l’école évoqué plus haut). On y parle d’arrivée dans une nouvelle école suite à un déménagement, passage au CP, changement de maîtresse en cours d’année,… mais on découvre aussi la vie des poux sur une tête et qui s’y sentent bien, un loup qui ne sait pas compter et qui est bien embêté pour jouer à cache-cache, une dame âgée qui devient amie des enfants d’une classe ou encore une mulotte qui laisse des lettres aux élèves d’une classe. De très nombreux thèmes sont abordés comme la solitude, l’amitié, l’entraide,… Certaines histoires sont vraiment drôles et bien illustrées (on retrouve ici Charlotte Moundlic, Sylvie Poillevé, Laurent Richard, Agnès Berton-Martin, Nathalie Choux, Martine Bourre, Nadine Brun-Cosme,…) d’autres sont bien plus anecdotiques, vite oubliées mais il est évident que tout le monde trouvera son bonheur dans un tel recueil. L’école à travers 13 histoires bien différentes.

Et on termine avec un livre CD : Pakita c’est la maîtresse des petits, ceux dont c’est la première rentrée. Au programme de la journée les au-revoir aux parents, l’accrochage des manteaux au porte manteau, le panier à doudou, la gym du matin, le tour aux toilettes, la recré,… bref tout ce qui rythme la journée des petits écoliers.

Ici ce sont 20 chansons et une histoire. Alors Pakita, pour être franc, elle m’a personnellement tout de suite horripilé… mais disons les choses comme elles sont : ma fille, elle, a tout de suite accroché, adoré. Le disque a été écouté de nombreuses fois, elle connaît déjà les chansons par cœur et donc c’est certainement le principal ! J’admets que les chansons sont bien faites : simples, rythmées, vivantes, elles suivent bien le cours d’une journée d’école, on sent que Pakita sait de quoi elle parle ! C’est proche du réel et jamais caricatural. Pour prendre un exemple très bête, combien de livres qui parlent de l’école ne montrent que des mamans qui viennent chercher les enfants ? Ici les papas sont aussi présents.

Quelques pas de plus…
D’autres livres sur l’école chroniqués sur le blog : Mon cœur en miettes ou les plus beaux jours de ma vie de Charlotte Moundlic et Olivier Tallec (Michel vit une rentrée sans son meilleur ami mais avec une nouvelle qu’il trouve charmante), Je n’irai pas de Séverine Vidal, et Cécile Vangout (les vacances sont finies et la rentrée… ça fait peur !), L’entrée en maternelle de Sandrine Bosc et Sébastien Chebret (un très bon livre CD sur le thème de la première rentrée en maternelle), Tout seul ! et Tous ensemble ! de Géraldine Collet et Coralie Saudo (les poussins qui apprennent la vie en collectivité), L’histoire de Louis Trente-Deux, enfant-roi, de Catibou et Chadia Chaïbi-Loueslati (que se passe-t-il quand un enfant roi arrive à l’école ?), L’autre bout du monde de Chun-Liang Yeh et Sophie Roze (un enfant va recevoir de sa grand mère un cadeau qui va l’aider pour sa première rentrée) et d’autres sur le forum de La mare aux mots .
Dorot’ a aussi chroniqué des livres qui parlent de la rentrée, c’est ici (on en a quelques uns en commun).

Non, non et non !
de Mireille d’Allancé
L’école des loisirs
11€, 215×265 mm, 27 pages, imprimé en France
Je ne veux pas aller à l’école
de Stéphanie Blake
L’école des loisirs
12€, 225×280 mm, 28 pages, imprimé en France
Timothée va à l’école
de Rosemary Wells
L’école des loisirs
10€, 155×200 mm, 28 pages, imprimé en France
24 petites souris vont à l’école
de Magdalena, illustré par Nadia Bouchama
Père Castor, dans la collection Les plus belles histoires d’aujourd’hui
5,30€, 170×210 mm, 32 pages, imprimé en France
Paul et Félicie se préparent pour l’école
de Virginie Hanna, illustré par Marion Billet
Éditions Lito
6€, 175×225 mm, 24 pages, imprimé en Union Européenne
Mes cinq premières histoires à la petite école
d’Agnès Bertron-Martin, illustré par Charlotte Roederer
Éditions Lito
5€, 145×190 mm, 40 pages, imprimé en Union Européenne
Petites histoires du Père Castor : Vive l’école !
de Collectif
Père Castor
9,95€, 170×225 mm, 130 pages, imprimé en Asie
Pakita, la maîtresse magique !
de Pakita, illustré par Marion Piffaretti, musique d’Éric Jacquemin
Nathan
14,90€, 260×260 mm, 48 pages, imprimé en Espagne

A part ça ?

Au fond de la classe n’est pas un livre pour enfant, mais puisqu’on parle de l’école… (et puis vous êtes surtout des adultes à lire ce blog, non ?). Louise Deschamps Wallon n’a que des souvenirs traumatisants de ces années où elle se sentait enfermée par des gens qui ne la comprenaient pas. Pas dans le moule, différente, pas assez rapide,… elle va être mise à l’écart par les adultes, prise pour cible, devenir le bouc émissaire d’enseignants qui ont besoin de se défouler sur quelqu’un, être le vilain petit canard auprès de ses camarades. Tête sous l’eau, copies déchirées et piétinées et autres humiliations vont émailler sa vie d’écolière. Au fond de la classe est un superbe témoignage, très beau, très poignant. Louise Deschamps Wallon a une vraie plume, elle nous entraîne dans des scènes de son passé qui nous font monter les larmes aux yeux, on vit avec elle la dureté de ce système qui écrase ceux qui ne sont pas formatés pour suivre au même rythme que les autres. Esthétiquement le livre est une merveille, couverture toilée, papier épais, de très nombreuses photos de classes, matériel scolaire,… Non l’école n’est pas un endroit toujours rose et Louise Deschamps Wallon a su parfaitement nous le rappeler.

« Je déteste l’école parce que vous y êtes tous des cons. Vous n’aimez que vous. Dès que j’ai essayé de m’amuser avec vous, vous vous êtes moqués. Les grands et les petits. Vous ne me comprenez pas. Je me méfie de vous pour toujours. J’ai mes règles à dix ans et vous me dites que le diable s’est mis dans ma culotte

Au fond de la classe de Louise Deschamps-Wallon. Naïve, 29,50€

You Might Also Like

Secured By miniOrange