La mare aux mots
Parcourir le tag

Tolérance

Grandes questions et petits tracas

Par 8 novembre 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on s’intéresse à deux petites filles qui sont confrontées à un tas de problèmes grâce à deux albums géniaux : La grande inconnue de Pog et Maurèen Poignonec et Le vide d’Anna Llenas.

La grande inconnue
Texte de Pog, illustré par Maurèen Poignonec
Maison Eliza
13,90 €, 195×246 mm, 32 pages, imprimé en France, 2016.
Le vide
d’Anna Llenas (traduit par Jude des Chênes)
Les 400 coups
18 €, 238×285 mm, 75 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Trompeuses apparences

Par 11 août 2016 Livres Jeunesse

Parce qu’il faut se méfier des apparences, aujourd’hui je vous propose des albums qui nous prouvent que les rôles ne sont pas toujours écrits et qu’il faut savoir se défaire des stéréotypes.

Super Fonceuse
texte de Jean Leroy, illustré par Bérengère Delaporte
L’Élan vert
12,20 €, 207×267 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2016.
La méchante petite poulette dans La vengeresse masquée et le loup
texte de Pierrette Dubé, illustré par Marie-Ève Tremblay
Les 400 coups
13 €, 219×283 mm, 24 pages, imprimé au Canada, 2014.
Paula la poulette
de Michaël Crosa
Marmaille & compagnie
12 €, 190×160 mm, 40 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Un peu différent

Par 24 décembre 2012 Livres Jeunesse

Et si on profitait du 24 décembre pour parler de la différence ?

MatachamouaBélem est un peu différent. Contrairement à son père, sa mère et sa grande sœur il n’a pas 54 taches, seulement 53. Quand il est né tout semblait normal pourtant, comme les autres il avait deux bras, deux jambes, un nez,… mais c’est un docteur qui a repéré le souci, on avait beau compter et recompter Bélem n’avait que 53 taches… Bélem a maintenant 4 ans, il ne fait rien comme les autres, il se balance souvent d’avant en arrière mais ses parents l’aiment comme il est et puis bon… lui qu’est-ce que ça peut faire d’avoir une tâche en moins ! Sa tâche il la voit partout dans le monde.

Attention chef d’œuvre pourrait être écrit sur la couverture. Ce livre est absolument superbe, émouvant, drôle, poétique, esthétique, plein d’émotion mais sans la moindre Matachamouamièvrerie. Céline Sorin a su trouver le bon angle, les bons mots pour parler du handicap sans que ça ne soit jamais lourd, pesant. Les sublimes illustrations de Célia Chauffrey vont parfaitement avec le texte et l’accompagne avec une infinie douceur (mais ici aussi sans mièvrerie). On parle ici aussi des frères et sœurs d’enfants handicapés (pas facile pour Geneviève d’avoir un frère qui casse tous ses jouets), de l’amour et la patience des parents, du regard des autres. Pas besoin d’être « concerné » (en même temps qui ne l’est pas ?) pour lire le livre aux enfants, ils vont aimer cette histoire d’enfant différent. Et puis au fond une tache en plus ou en moins, quelle différence ?

Bernard BleuBernard n’est pas comme les autres, il est bleu sur une planète où tout est rose. Les gens, la nature, les constructions, TOUT est rose. Alors bien-sûr ses parents sont de la Bernard Bleumême couleur que lui mais quand même… Comment se faire accepter des autres quand on est si différent ? On le sait les enfants ne sont pas tendres entre eux… Bernard voudrait tellement être rose, il va tout essayer pour ça… jusqu’à ce que…

J’ai tout de suite craqué sur les illustrations de Bernard Bleu. J’ai vu ce livre lors d’un salon (le salon L’autre livre) et il m’a tout de suite tapé dans l’œil. Je trouve que les illustrations de Matthieu Roussel sont absolument Bernard bleusuperbes, elles me font penser aux personnages Léon et Mélie. Comme souvent en illustration j’avoue mes lacunes mais on dirait un peu de la 3D avec du crayonné, c’est superbe (je vous laisse juge avec les quelques exemples qui illustrent cet article). L’histoire est également très belle, en parlant ici aussi de la différence, Nathalie Tousnakhoff a réussi à faire original. C’est un album que j’adore. Il fait partie d’une série (Un monde en couleurs) et j’ai hâte de découvrir les autres.

Quelques pas de plus…
Sophie de Délivrer des livres a parlé de Matachamoua ici. Retrouvez plusieurs livres sur le thème de la différence sur notre fiche thématique .

Matachamoua
de Céline Sorin, illustré par Célia Chauffrey
L’école des loisirs dans la collection Pastel
13,20€, 217×304 mm, 24 pages, imprimé en Belgique, 2012.
Bernard Bleu
de Nathalie Tousnakhoff, illustré par Matthieu Roussel
Kilowatt dans la série Un monde en couleur
10,20€, 170×245 mm, 32 pages, imprimé à Singapour, 2008.

A part ça ?

De très beaux hommages au regretté Mario Ramos sur le site de l’école des loisirs (A l’ombre du grand arbre lui a aussi rendu hommage ici).

Gabriel

You Might Also Like

Premières lectures

Par 24 novembre 2012 Livres Jeunesse

Des petits romans pour les jeunes lecteurs qui commencent à bien lire seul.

C’est la rentrée pour Ferdinand. Quel plaisir de retrouver son copain Bogueugueu ! Mais ce dernier n’est pas super heureux… il se dit que cette année encore on va se moquer de son bégaiement… Mais cette année dans la classe il y a une nouvelle, la belle Salomé… et si l’étude de Cyrano inspirait Bogueugueu…

Je ne connaissais pas ces héros dont ce sont ici les troisièmes aventures (mais ça se lit très bien sans avoir lu les premiers) et j’ai beaucoup aimé. Tout d’abord pour l’humour du texte de Béatrice Fontanel mais aussi pour les superbes illustrations de Marc Boutavant. Généralement les romans illustrés je lis surtout et je regarde peu les illustrations, ici c’était un plaisir à chaque page, je regardais chaque détail. On parle donc ici des complexes (et en particulier du bégaiement), des premières histoires d’amour, d’assumer qui on est, d’amitié, de solidarité, de tolérance. Bref c’est un joli petit roman complet, plein d’humour et très beau esthétiquement parlant.

L’école de Tournelevent est une petite école : dix élèves, une seule classe et surtout… un seul livre ! Alors imaginez le bonheur des élèves de Madame Rosalie quand une librairie ouvre juste à côté !

Quelle belle ode à la lecture, quel bel hommage aux livres et au libraire que ce petit roman, L’ogre bouquiniste ! C’est drôle et plein de poésie, on parle ici des livres qui nous absorbent, des histoires qui nous captivent. C’est une histoire magnifique qui plaira à tous les amoureux de la lecture et donnera peut-être le goût de ce plaisir irremplaçable aux autres ! Vraiment un très très beau roman.

C’est l’anniversaire de Clarisse, elle a invité tous ses amis. Quel plaisir de se retrouver entre amis pour faire la fête ! Sauf que voilà… il y a un élément qui n’était pas prévu… Priscilla la cousine (aînée de quelques années) de Clarisse est là pour quelques jours et elle a bien décidé de diriger cet anniversaire et de le faire à sa sauce… autrement dit ballons roses, paillettes et jeux à base de bisous… sauf que ce n’est pas du tout du goût de Clarisse et de ses amis…

Ah les aînés qui veulent diriger les petits et leur imposer leur avis… qui n’a pas connu ça ? C’est avec beaucoup d’humour que Gaël Aymon traite ici de ce sujet. On est chez Talents Hauts donc on aborde aussi les clichés sexistes (Priscilla est persuadée que les filles voudront se maquiller et que les garçons sont assez forts pour bouger les meubles) mais avec finesse, juste en arrière-plan. Un petit roman plein d’humour.

La passion de Félicien ce n’est pas le foot, pas les jeux vidéo, pas les sports de combats ou les toupies beyblades ! Non sa passion à lui… c’est l’accordéon ! Alors bien entendu ça ne plait pas toujours, il est souvent l’objet de railleries… Cette passion sera-t-elle plus forte que tout ?

J’avoue que j’avais été un petit peu déçu par les derniers Ingrid Chabbert que j’avais lu ces derniers temps et celui-là et La vérité sort toujours de la bouche des enfants chroniqués jeudi sont en train de me réconcilier avec sa plume ! J’ai beaucoup aimé cette histoire de petit garçon passionné qui devra supporter le regard des autres. Comment continuer d’aimer quelque chose si celle-ci vous fait perdre vos amis et ne vous apporte que railleries ? Un joli petit roman sur la tolérance, sur le fait d’accepter les différences et les goûts de chacun.

Julien n’est jamais vraiment là… même quand il est là. Julien est souvent dans la lune. Surtout depuis le divorce de ses parents. Alors que la maîtresse explique des choses, Julien s’évade… il est souvent ramené à la dure réalité par un « Julien ! Reviens avec nous ! » et le rire de ses camarades. Pour que ça cesse, la maîtresse va donner un devoir bien étrange à faire faire au petit garçon…

Anne Loyer parle dans ce court roman de l’inattention, du problème de concentration dont souffrent beaucoup d’enfants. Et elle en parle bien ! C’est un petit roman illustré plein d’humour comme cet auteur sait si bien le faire. Les enfants qui connaissent cette situation vont se reconnaître dans le personnage de Julien, et peut-être essayeront-ils la technique de sa maîtresse. Un roman bien agréable à lire pour les jeunes lecteurs.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué…
– d’autres livres de Gaël AymonLes souliers écarlatesLa princesse Rose-Praline, Une place dans la cour, Contes d’un autre genre et Giga Boy (retrouvez aussi notre interview de Gaël Aymon)
– un autre livre illustré par Caroline Modeste : Une place dans la cour
– d’autres livres d’Ingrid ChabbertLa vérité sort toujours de la bouche des enfants, La mémoire aux oiseaux, L’oiseau, Les écharpes de Mamie Berthe, Tonnerre de catch, La fête des deux mamans, Raconte-moi la révolution, Les yeux du parapluie, Sur les quais et Le bateau de Malo. (retrouvez aussi notre interview d’Ingrid Chabbert)
– d’autres livres d’Anne LoyerLa petite enquiquineuse et le vieux géant, Candy, Sur les quais, Ma grande sœur et Moi Einstein gardien de maizoo (et retrouvez aussi notre interview d’Anne Loyer).
Vous pouvez aussi retrouver l’avis de 3 étoiles sur Un accordéon sinon rien et Le devoir bizarroïde ici.

Bogueugueu est amoureux
de Béatrice Fontanel, illustré par Marc Boutavant
Gallimard Jeunesse dans la collection Folio Cadet
5,90€, 124×178 mm, 48 pages, imprimé en Italie
L’ogre bouquiniste
de Janine Teisson, illustré par Clotilde Perrin
Gallimard Jeunesse dans la collection Folio Cadet
5,50€, 144×198 mm, 43 pages, imprimé en France
L’anniversaire à l’envers
de Gaël Aymon, illustré par Caroline Modeste
Talents Hauts dans la collection Livres et égaux
8€, 135×181 mm, 48 pages, imprimé en Turquie
Un accordéon sinon rien
d’Ingrid Chabbert, illustré par Manola Caprini
Les petits pas de Ioannis dans la collection A pleines dents
5,99€, 123×180 mm, 48 pages, imprimé en France
Le devoir bizarroïde
d’Anne Loyer, illustré par Émilie Michaud
Les petits pas de Ioannis dans la collection A pleines dents
5,99€, 123×180 mm, 48 pages, imprimé en France

A part ça ?

C’est quoi la politesse ?

Gabriel

You Might Also Like

Une guerre entre cochons et un rat très énervé !

Par 29 juin 2012 Livres Jeunesse

Lorsque je vous avais parlé de La petite oie qui ne voulait pas marcher au pas et de La grève des moutons de Jean-François Dumont (ici), je vous avais dit que je vous parlerai des deux autres de la même série…

D’un côté Rosalie et sa famille, les Rose, une famille de cochons bien comme il faut, propre sur elle et qui ne mange pas n’importe quoi. De l’autre côté, Bruno et sa famille, les Brun. Des cochons qui ne trainent pas dans la boue et ne mangent pas à longueur de journée. Jamais on n’a vu un Rose et un Brun jouer ensemble. Ils ne sont pas du même monde ! Pourtant Rose s’ennuie seule sans camarade avec qui jouer… Et Bruno pareil ! Un jour ils se croisent… Et si enfin les Rose et les Brun se réconciliaient ?

Roméo et Juliette version cochons ! J’aime vraiment l’humour de Jean-François Dumont, tant dans le texte que dans les illustrations. Ici donc deux familles qui se détestent et vont se rabibocher grâce aux enfants. Les petits, eux, ne comprennent pas les guerres entre les grands, pourquoi rester fâchés ? On parle ici de différence (est-ce parce qu’ils ne sont pas de la même couleur que les Rose et les Brun ne s’entendent pas ? ou parce qu’ils n’ont pas la même vie ?) mais aussi de tolérance et des préjugés. On parle surtout d’amour et d’apprendre à vivre ensemble.

Ah non ça va pas ! ça va pas, ça va pas, ça va pas ! Edgar est furieux ! De très mauvaise humeur ! Il y a un lombric qui le poursuit et ça, ça le met en rogne, pire que ça, dans une colère noire ! Déjà qu’il n’aime pas la compagnie des autres, alors un lombric… pensez donc ! D’habitude, à la ferme, tout le monde l’évite mais là c’est encore pire. Pourtant il aurait bien besoin des autres Edgar pour se débarrasser de ce suiveur !

Encore un album très drôle (la chute est mémorable). Cette série avec des personnages communs aux quatre histoires est décidément une réussite, il faut se procurer toute la collection ! Ici on parle donc de la mauvaise humeur, des jours où rien ne va. Le personnage du rat râleur qui n’aime personne est particulièrement comique, très bien trouvé.  C’est le genre d’histoire à suspense qu’on adore « jouer » quand on la raconte aux enfants, pour leur plus grand plaisir ! On attend la chute avec impatience et en attendant… on se marre bien !

Copains comme cochons
de Jean-François Dumont
Père Castor dans la collection Les plus belles histoires d’aujourd’hui.
5,30€, 32 pages, imprimé en France.
Gare à Edgar
de Jean-François Dumont
Père Castor dans la collection Les plus belles histoires d’aujourd’hui.
5,30€, 32 pages, imprimé en France.

A part ça ?

A partir de la semaine prochaine La mare aux mots se met en mode vacances. Nous resterons présent tout l’été mais nos chroniques seront généralement plus courtes (un seul livre chroniqué) et la rubrique Les invités du mercredi disparaîtra pour revenir en septembre. À la place vous trouverez des sortes de fiches métiers. Nous avons interrogé des auteurs, illustrateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, traducteurs, attachés de presse et blogueurs pour vous faire découvrir leur vision de leur métier. Chaque mercredi vous retrouverez donc un métier mis à l’honneur avec de beaux invités. Bel été à vous… sur La mare aux mots !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange